Introduction :

Cette histoire taboue est une fiction érotique qui se déroule à la fin des années 1970, avant le début de l’épidémie de sida. Elle comprend des thèmes tels que la domination sexuelle féminine et le viol collectif gay d’un garçon hétérosexuel. Si ces thèmes ne sont pas votre truc, ne lisez pas ceci. Tous les personnages et événements sont de la pure fiction. Tous les personnages ont plus de 18 ans, bien qu’il faut bien l’admettre, pas de beaucoup. (Lycéens de terminale.)

Je suis hétéro. J’en suis certain. Mais tu ne le saurais jamais, avec tout ce que j’ai traversé ! Je m’appelle Maximilian. Ouais, je sais. Parle-moi de ça. Tout le monde m’appelle Max, Dieu merci.

De toute façon, j’ai grandi dans une ferme d’Auvergne à l’époque. Pas d’Internet. Pas d’éducation sexuelle. Pas d’ordinateurs personnels. Pas de Playboys dans le magasin général de notre petite communauté agricole. Du moins, pas là où un enfant pourrait les atteindre. Nous avons donc appris le sexe par la méthode Braille, pour ainsi dire.

Mon père était allemand de première génération et ma mère était suédoise de première génération. Mon frère aîné s’appelle Karl. Mon père était un homme cruel. Karl tient de mon père. Il mesurait 1m85 et pesait 105 kilos de muscle solide. Il avait les cheveux noirs et les yeux bleus et avait de larges épaules et une poitrine poilue à l’âge de vingt ans. Il n’a jamais soulevé de poids, mais en travaillant sur notre ferme, il n’avait pas à le faire ! Si mon père (nous ne l’avons jamais appelé « papa ») n’avait pas eu des cheveux gris, ils auraient ressemblé à des frères.A 18 ans jai été victime dun viol collectif gay dans une cabane 3 - A 18 ans, j'ai été victime d'un viol collectif gay dans une cabane Partie 1

J’avais deux ans de moins et je tiens de ma mère. Petite, osseuse et élancée, aux cheveux blonds hirsutes et aux yeux bleus. Je n’avais même pas besoin de me raser. Comme j’ai aussi travaillé à la ferme, j’avais une bonne définition.

Mais il n’y avait aucune chance que je me muscle plus un jour. À dix-huit ans, je mesurais 1m68 et pesais 60 Kilos, et c’est tout ce que j’obtiendrais. J’ai été une grande déception pour mon père, qui pensait qu’un vrai homme ne ressemblerait jamais à ça. En fait, il était embarrassé par moi.

Inutile de dire que mon frère était le favori. On a dit clairement qu’il hériterait de la ferme et que je n’obtiendrais rien. Ma mère avait trop peur de mon père pour lui tenir tête, mais elle était gentille avec moi quand il n’était pas là. Si j’ai l’air d’un fils à maman, ça n’a pas marché comme ça.

J’étais toujours déterminé à prouver à mon père qu’il avait tort, et je ne permettrais pas à ma mère de me ramollir. Non pas qu’elle ait vraiment essayé. Elle était gentille avec moi, mais c’était une Suédoise taciturne classique. Pas beaucoup d’affection.

Quoi qu’il en soit, j’avais des amies parce que j’étais mignon et que j’avais une « personnalité agréable ». Certains d’entre eux voulaient me materner. Je les ai jetés vite fait ! En vieillissant, j’étais à la recherche d’une personne proche. Le plus proche que j’ai eu, c’était quelques mois avant le bal de fin d’année, quand j’ai commencé à sortir avec Sophie Herbet.

Sophie était une Amazone aux cheveux foncés avec des yeux bleus perçants, un corps tonique (elle travaillait aussi dans une ferme) et une paire de nichons fermes. Elle faisait aussi 1m75 de haut, et l’idée de grimper cette montagne m’a fait couler ma bite ! Le truc c’est qu’elle était très dominante. Au fur et à mesure que notre relation s’est développée, j’ai trouvé que le fait d’être dominé et humilié m’a vraiment excité. Va comprendre.

Après qu’on s’est embrassés pendant un moment, elle m’a laissé toucher ses seins. Elle a dit que j’étais nul pour la peloter. Si je voulais aller quelque part, je devais faire exactement ce qu’elle m’a demandé et apprendre à plaire à une femme, ou c’était fini.

Eh bien, sentir ses seins était le plus loin que je n’aie jamais été ! Si ça voulait dire aller plus loin, et mieux encore, apprendre ce qui excite une fille, je ferais tout ce qu’elle veut !

Du moins, c’est ce que je pensais au départ. À partir de ce moment-là, elle a pris le contrôle total. La première chose qui arrivait toujours était que je devais me déshabiller nu. Avec le temps, elle m’a appris à embrasser, à sentir ses seins, à toucher et à caresser le reste de son corps, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que sa chatte.

Je n’ai jamais pu toucher ça avec mes mains, seulement avec ma bouche et ma langue. Et j’ai adoré ! J’avais l’impression d’être nu et à genoux, entièrement vêtu, sauf pour les culottes. Chaque fois qu’elle exposait quoi que ce soit, j’avais les yeux bandés, alors quand j’ai dit que j’avais appris par la méthode Braille….

Pour s’assurer que je n’utilisais pas mes mains, elle attachait mes poignets derrière mon dos. Tout cela a rendu ma bite si dure que j’aurais pu la passer au travers un mur ! Le problème, c’est qu’elle n’a jamais fait d’efforts pour me faire jouir, alors j’ai dû me secouer après.

Après avoir mangé quelques fois sa chatte, elle m’a demandé si je me branlais après. J’ai rougi en rouge vif et elle a craqué en riant. Après ça, elle m’a fait me mettre à poil et me branler pendant qu’elle regardait. J’ai adoré l’humiliation et le danger ! On faisait toujours notre truc dehors, dans les bois. Heureusement que c’était un printemps chaud !

Finalement, j’ai eu le culot de lui demander si elle pouvait me faire jouir. Si j’avais su ce qui allait arriver, je n’aurais jamais demandé. Elle m’a fait sucer ses doigts, puis elle m’en a mis deux dans le cul, alors que j’avais encore les yeux bandés et les mains liées. Surprise !

Elle a aussi commencé à me lier les mains différemment. Maintenant, au lieu d’attacher mes poignets ensemble, elle a attaché chaque poignet au bras opposé au-dessus du coude. Ça lui a permis d’avoir accès à mes fesses. Et j’étais impuissant à l’arrêter. Elle savait où se trouvait la prostate. À l’époque, je ne savais même pas qu’elle existait ! Putain de merde !!!!!!!

Le problème, c’est qu’elle ne s’est pas arrêtée là. La fois suivante, c’était trois doigts. Après ça, il y en a eu quatre. La fois suivante, elle m’a botté le cul avec un petit concombre graissé. Toujours les yeux bandés, le garçon était si inattendu ! Quand la douleur s’est calmée, ça faisait vraiment du bien.

Une fois qu’elle avait établi cette routine, plus de graisse pour le concombre. Elle m’a fait lécher et sucer le concombre pour le lubrifier avant qu’il ne pénètre dans mes fesses. Et les concombres n’arrêtaient pas de grossir. Je n’aimais pas ça, mais elle s’en fichait. Si je voulais qu’elle me fasse jouir, ce serait comme ça.A 18 ans jai été victime dun viol collectif gay dans une cabane 4 - A 18 ans, j'ai été victime d'un viol collectif gay dans une cabane Partie 1

Elle m’a même fait apprendre à l’étrangler ! Quand je l’ai fait, j’ai laissé des marques de dents sur le concombre, ce qui l’a énervée. Le père d’une de ses amies était dentiste, et Sophie a reçu d’elle un de ces ouvre-mâchoires.

Depuis, je me suis fait baiser la gorge avant de me faire baiser les fesses par ce concombre. L’impuissance et l’humiliation ont été phénoménales pour moi, mais je n’aimais pas vraiment avoir cette chose en moi !

Cela dit, grâce à ce qu’elle m’avait appris, j’ai appris à me débrouiller avec mes propres doigts, ce qui a empêché ma bite d’être aussi crue. Pourquoi il ne m’est jamais venu à l’esprit de lubrifier ma bite, ça me dépasse. Je suppose que ça montre à quel point je savais peu de choses sur le sexe.

Une fois que j’ai appris à doigter ma propre prostate, je lui ai dit que j’en avais assez, parce que c’était trop comme prendre une bite. Elle m’a dit d’accord, nous pourrions soit rompre, soit nous pourrions retourner vers moi pour lui faire plaisir, puis moi me branler pendant qu’elle regardait. J’ai accepté, mais seulement parce qu’elle m’a promis que je perdrais ma virginité le soir du bal de fin d’année. Ce que j’attendais avec impatience !

Deux choses ont changé. À partir de ce moment-là, quand il était temps pour moi de me branler, elle a quand même détaché mes mains, bien sûr, mais j’ai dû garder les yeux bandés. Comme on faisait toujours ça dans les bois, je ne savais jamais si quelqu’un d’autre pouvait regarder. Un autre gros coup de foudre ! Mais aussi très effrayant.

Tout s’est bien passé les deux semaines suivantes jusqu’au bal de fin d’année. Il n’y avait aucun moyen que j’obtienne le camion de mon père ou de mon frère, alors elle conduisait. Cela semblait tout à fait approprié, car elle avait le contrôle total depuis le début.

Après le bal de fin d’année (ennuyeux), elle a emprunté une route de terre dans les bois, quelque part entre nos fermes, qui se trouvaient à environ cinq kms l’une de l’autre.

Avant de quitter le parking de l’école, elle m’a fait me déshabiller et monter à l’arrière du camion, laissant mes vêtements avec elle, dans le taxi. Dieu merci, nous sommes partis tôt, et personne n’était près de l’endroit où nous étions garés !

J’avais peur qu’elle allait allumer les phares orientés vers l’arrière, ce qui aurait éclairé la plate-forme du camion. Mais elle ne l’a pas fait. Je me frottais à chaque fois qu’une voiture passait, mais je ne pense pas que quelqu’un l’ait vu. Sophie riait à chaque fois que je faisais ça.

Quand nous nous sommes arrêtés, elle m’a ordonné de descendre du camion et m’a scotché les bras et m’a bandé les yeux. Elle a enfermé le camion pour que je sache que je ne pouvais pas m’habiller à moins qu’elle ne le veuille.

Puis elle m’a mis un collier-de-chien autour du cou et m’a mis une laisse. C’était nouveau, effrayant et excitant. Elle m’a ordonné de me mettre à genoux. J’avais peur d’avoir des rapports sexuels au milieu de la route, même si la route n’a presque jamais été utilisée. Du moins, je l’espérais ! Je n’étais pas familier avec ça. Mais j’étais trop excité par l’approche du sexe pour m’objecter.

A 18 ans jai été victime dun viol collectif gay dans une cabane 5 - A 18 ans, j'ai été victime d'un viol collectif gay dans une cabane Partie 1Puis elle a fait quelque chose que je n’aimais pas. Elle m’a fait ouvrir ma bouche et m’a rapidement coincé dans la mâchoire dentaire avant que je ne sache ce qui se passait. C’est le problème avec les bandeaux. On ne sait jamais ce qui s’en vient. J’ai essayé de protester, mais on ne peut vraiment pas se faire comprendre avec une de ces choses dans la bouche !

Puis elle m’a fait me lever et a commencé à me promener sur la route de terre. Maintenant, j’avais vraiment peur. Quand j’étais nu avec elle avant, mes vêtements avaient toujours été là. Je m’éloignais de plus en plus loin d’eux, les yeux bandés, et les vêtements enfermés dans le camion. Elle a continué à marcher et j’ai continué à trébucher derrière, alors qu’elle me guidait en tirant sur la laisse.

Puis elle a tourné vers le haut d’un chemin dans les bois qui a semblé courber partout. Je n’avais aucune idée de l’endroit où j’étais ou comment retourner à mes vêtements. Ma bite était dure et dégoulinante, mais j’étais terrifié. Après ce qui semblait être une éternité, Sophie m’a conduit dans ce que je sentais être une petite cabane de chasseur.

« Tu ne pensais pas que tu allais te faire baiser dans la terre et les feuilles, n’est-ce pas ? »

Ça m’a calmé un peu. Elle m’a conduit à ce qui semblait être le milieu de la pièce et m’a ordonné de me mettre à genoux. Au moins, c’était familier ! Elle m’a fait commencer par adorer ses pieds avec ma langue. Je n’aurais pas pu utiliser quoi que ce soit d’autre, la façon dont j’étais attaché et avec la chose dans ma bouche !

Heureusement, j’ai une langue exceptionnellement longue. Je pense que ma langue est l’une des raisons pour lesquelles Sophie a commencé à sortir avec moi.

De là, j’ai travaillé mon chemin jusqu’à sa chatte, puis ai commencé à travailler de façon experte son clitoris. Elle devenait folle ! Bon sang, c’était génial ! Après une demi-douzaine de fois, elle m’a fait arrêter.

Sophie a pris la laisse et m’a fait ramper sur mes genoux jusqu’à une lourde table en chêne. Puis elle m’a forcé à me lever et à m’allonger sur le ventre. Elle a accroché la laisse sous la table quelque part. Cela maintenait ma tête en place, juste au-delà du bord de la table. Puis, elle a attaché mes chevilles à deux des pieds de la table, les séparant largement.

« Merde ! » Je pensais. « Elle va refaire ce truc au concombre ! Je ferais mieux de baiser ! »

Sophie a dit : « J’ai promis que tu perdrais ta virginité ce soir et tu le feras. Mais pas avec moi. “Amuse-toi bien, salope !”

La suite demain même heure ! 

tel rose sans attente
3 Commentaires
  1. Lisa Lucie
    Tiboxfr 2 semaines Il y a

    Ohhhhh bordel vivement demain la suite …

  2. Lisa Lucie Auteur
    Lisa Lucie 2 semaines Il y a

    c’est un article d’hier après midi donc c’est pour aujourd’hui !

    • Lisa Lucie
      Tiboxfr 2 semaines Il y a

      Merde je l’ai loupé hier mais heureux de savoir que c’est cet aprèm là suite …

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

©2018 XFR - Histoires taboues et téléphone rose - Mentions Légales  - (DMCA) Remove content - CGU - Cookies et confidentialité

 
hébergement de qualité
Thanks!

NOUVELLES FILLES ! 

5 nouvelles amatrices coquines ont rejoint le service depuis la rentrée ! Anne-Lise la méditerranéenne, Lara l'italienne, Camélia la vicieuse, Adèle la cougar, et Alexandra la rouquine ! 

Envie d'un dial chaud en direct sans attenteT'es chaud et tu as envie de jouir avec une femme au téléphone rapidement?

Appelle notre service maintenant et discute avec des amatrices coquines et libertines qui sont chez elles. Plus de 25 filles t'attendent 24h/24h et 7j/7j pour te donner du plaisir avec leur voix sensuelle et sexy. Elles feront tout pour te faire jouir !

Clique sur le numéro pour appeler directement.

Vous connecter avec vos identifiants

ou    

Vous avez oublié vos informations ?

Create Account