Vous êtes ici : Accueil > Alice rembourse les dettes de son mari en devenant une esclave sexuelle Chap 3
Confession Intime Histoires taboues Prostitution

Alice rembourse les dettes de son mari en devenant une esclave sexuelle Chap 3

Coquine pisseuse fan de sexe brutal et hardcore Partie 1

Le lundi soir, Ange dépose Alice devant la maison du couple. Alice rentre à la maison radieuse.

– Quelles merveilleuses vacances, dit elle a son mari.

– Va y raconte, je veux tout savoir !

– Je me suis comportée comme sa femme à lui , tu peux pas imaginer, c’était terriblement excitant !

– Viens laissons tes bagages et allons dans la chambre  ?

Jean la suivi. Elle s’allonge sur le lit, nue. Il la lèche de partout, ses seins, sa chatte et son cul, longtemps. Ses doigts pénètrent les orifices de sa femme et il les constate ouverts.

Elle m’attira sur elle et il entre dans son puits d’amour.

Jean découvre combien sa femme est ouverte et disponible.

– Jean, je ne sens plus ta petite bite ! C’est fou ?

– Pour moi c’est toujours aussi bon, tu sais, je me sens encore plus cocu, par le fait de constater que tu es si large de lui, ouverte par lui. Je me dit qu’il a formé ton vagin à sa queue et c’est follement excitant ?

-Tu as raison, moi aussi, j’ai l’impression de lui appartenir en constatant que tu ne me fais plus aucun effet sexuellement, sa queue me manque et ça m’excite de te savoir cocu à ce point.

– Et ton cul ?

– Il m’a sodomisée, je crois, presque autant qu’il m’a fait l’amour, alors maintenant il me sodomise avec autant de facilité.

Jean fait pénétrer un doigt dans son cul et constate effectivement son ouverture et sa souplesse.

-Ah oui, tu es bien ouverte.

Jean la baise avec passion et amour, excitation et tendresse, rage et désespoir …

– Tu aimes que je sois une salope une pute quelque sorte ?

– Oui, j’aime !

– Tu aimes que je me donne à Ange ?

– Oui, mon amour.

– Tu aimes que je lui appartienne, que je sois sa femme autant que la tienne ?

– Oh oui, chérie.

– Tu dois accepter que j’appartiens dorénavant à ange, plus à toi.

– C’est vrai mais c’est dur.

– Tu le savais quand tu as accepter son deal et ça ne fait que commencer, alors contrôle toi.

– Je suis dans un état d’excitation en pensant à ce qu’il a pu te faire .

– Oh Oui ! Tu ne peux même pas imaginer … Il est infatigable, il me fait l’amour en continue. Je dis bien l’amour. Il me fait voir les étoiles, lui …. Il me prends au moins quatre  fois par jour, de tous les cotés. Je suis son vide couilles. Il veut que je sois nue toujours.

– Il m’a d’abord appris à rester accessible.  Je doit perdre l’habitude de porter toute culotte ou string. Mon sexe doit pouvoir lui appartenir rapidement, sans obstacle en toutes circonstances. Mes seins aussi d’ailleurs, doivent être toujours libre. Voir ces deux globes magnifiques fièrement dressés le laisse à chaque fois très ému. Je doit ensuite apprendre à mener normalement mes activités ainsi parée.

– Ce qui me trouble le plus, c’est les frottements continus du tissus de ses vêtements sur mes tétons dégagés. J’ai rapidement appris à vivre avec ses érections permanentes, plus ou moins visibles pour mes interlocuteurs selon les tenues que je porte. Et là encore, Ange a des tissus de prédilection parmi lesquels le lin, tissus rêche par excellence, ou encore, à l’opposé, les tissus pratiquement transparents, qui laisse deviner facilement ma poitrine opulente qui s’offre dessous.

– Il m’a également apprit à m’asseoir ! J’ai beaucoup rit lorsqu’il lui m’a déclarer que je doit apprendre à s’asseoir, et j’ai découvert avec beaucoup de surprise ce qu’il entend par-là. Il m’est interdit, en toute circonstance, d’être assise autrement que sur mes fesses nues. Quelles que soient les circonstances, en société ou en privé, je doit impérativement relever ma jupe ou ma robe pour que mon postérieur soit en contact direct avec le siège.

– Il fallut que je m’assied dans le vieux fauteuil de cuir de sa maison de campagne pour comprendre enfin toute la sensualité potentielle d’une telle attitude. Ce jour là, le contact du cuir chaud sur ma peau nue m’a mise dans un état indescriptible… Tandis qu’il m’observait comme un chat guette la souris qu’il s’apprête à dévorer !

– Je suis toujours à poil, même quand il reçoit, tu te rends compte .

– Hein ? Comment quand il reçoit ?

– Oui, il reçoit des amis et je dois être nue devant eux. Tiens justement, hier, son voisin, il est venue, il a été très surpris, il m’a bien regardé, puis il a souri ?

– Oh là là ?

– Et encore ce n’est pas tout … hier il a pris des photos de moi, nue et il les a mises sur Internet dans son site amateur de voyeur. Je ne sais plus l’adresse mais je vais lui demander et je te la donnerais. Ah oui …Je suis aussi sur Internet.

– Mais dit donc tu as aussi rasé ton minou ?

– Attend il faut que je te raconte ça.

Le lendemain de notre arrivée, Ange m’annonce que j’ai rendez-vous avec un esthéticienne le matin même. J’y suis conduite par Ange. Le salon semble bien propre et très professionnel. Ange va voir l’une des femmes et lui dit quelque chose. Elle me regarde et sourit à Ange. Elle vient me chercher et m’invite à entrer dans une salle à l’arrière du salon. Là, elle me demanda de retirer ma robe. Assez timide, je retire ma robe découvrant ma nudité imposée aux yeux de cette inconnue.

– Jolie lingerie, me dit-elle l’air rieur. Sur la table !

– Vous allez faire quoi ?

– Tu es là pour tes jambes, tes aisselles et ton sexe.

– Tu vas tout raser ?

– Tu n’as pas à me tutoyer !

Abasourdie, je me suis installée sur la table. La femme commence à faire ce quelle a à faire. Elle retire une bonne partie de ma pilosité puis elle me passe de la crème, en profitant au passage pour me caresser. Quelques longues minutes plus tard, elle m’annonce avoir fini. Je veut me relever mais elle me l’interdit. Elle me dit que Ange lui a demandée de me nettoyer  puis de me faire un examen sensoriel profond.

La jeune femme me demande alors de m’allonger de nouveau sur la table puis elle vient s’installer sur un tabouret entre mes cuisses ouvertes. Elle enfile un gant en latex. Elle crache sur ses doigts et elle commence à les faire glisser le long de mon sexe. La nouvelle sensibilité de mon sexe me trouble et celui-ci s’humidifie. Je sent ensuite un de ses doigts investir mon sexe… Puis un second… Puis un troisième qui force un peu l’entrée… Elle commence à faire aller et venir ses doigts dans mon sexe. Puis je sent une pression contre mon anus.

La jeune femme fait des cercles sur mon anus jusqu’à le détendre puis elle entre son doigt en moi. Les pénétrations digitales combinées de mon sexe et de mon anus commencent à me faire ressentir un vrai plaisir. Quelques minutes plus tard, lorsqu’elle rentre chacune de ses mains dans mes deux puits d’amour en même temps, je ne peux retenir un orgasme qui me submerge. A mon retour sur notre planète, j’aperçois qu’Ange est là. La jeune femme me donne ma robe puis me met dans les bras d’Ange qui m’amène à la voiture.

– EH ! Bien ma chérie, tu est très belle comme ça sans poil.

– Dimanche en fin d’après midi, nous rentrons Ange et moi de la plage. Nue sous ma robe, je suis Ange dans le salon où je découvre avec stupeur une femme.

– Salut !

– Salut Maria. Je ramène une friandise, un deal avec mon mauvais banquier.

– Ah ! Elle est là pour s’occuper de toi ? De nous ?

– Elle fait ce que j’ai envie… Et là, j’ai envie d’une petite pipe…

– Allez, au travail…Euh… Machine. Dit la femme.

– Alice..Elle s’appelle  Alice.

Ange s’installe sur le canapé et sort son sexe. Je m’approche de lui et je m’agenouille. J’ouvre la bouche et enfourne son sexe encore peu dur. Les mouvements de mes lèvres sur sa verge et de ma langue autour de son gland semblent lui plaire car son membre devient de plus en plus rigide. Autour de nous, j’entends la femme discuter avec Ange de sa journée comme si de rien n’était. Je tente de faire venir vite Ange mais il m’arrête voulant visiblement profiter de ma soumission. Au bout d’un moment, il appuie sur l’arrière de mon crane pour enfoncer sa verge au plus profond de ma bouche. Je le sent alors parcouru de spasmes et il se vide dans ma bouche. J’avale son sperme avec délectation, heureuse du devoir accompli, ensuite je lui nettoie le sexe avant de le ranger dans son pantalon.

– Alors tu es Alice ?

– Il vous a parlé de moi ?

– Évidement ! Il ne parle que de toi et de ta beauté. Je dois dire qu’il avait raison.

Elle se colle à moi et passe un bras autour de mes épaules. C’est une femme de mon age.

Elle porte une robe noire très transparente. Je peux distinguer un string et un porte-jarretelle. Ses longues jambes gainées de bas de soie à coutures et une paire d’escarpin vernis finissent de l’habiller.

– Tu es vraiment charmante. Tu me plais beaucoup, Alice.

Elle se rapproche de plus en plus. Je suis certaine qu’elle va essayée de m’embrasser. Je ne suis pas très à l’aise. Je n’ai jamais touché une femme. Je suis perdue mais je me sent contrainte de céder.

Elle me retourne, prends mon visage dans ses mains et elle m’embrasse à pleine bouche, fougueusement.

Elle, m’enlace et commence à me caresser.

Sa main glisse rapidement sous ma robe et ses longs doigts prennent rapidement d’assaut mon antre humide.

Je glisse la fermeture éclair dans son dos et fais glisser sa robe sur ses épaules. Je découvre ses seins magnifiques. Ses pointes sont déjà dressées, semblant attendre mes caresses.

Elle délaisse un instant mon minou, pour me débarrasser de ma robe. Je me retrouve nue la première.

Nos seins entrent en contact et je jouis une première fois.

– HUMMM ! Tu semble sensible ! J’aime çà !

Bizarrement, je n’en suis pas gênée, mais très excitée.

J’aide Maria à quitter sa robe à son tour, sans lâcher ses lèvres.

Doucement, elle m’allonge sur le canapé et se couche sur moi. Elle est d’une douceur extrême et d’une tendresse immense. Ses doigts courent dans ma chevelure, s’égarent sur mon visage, visitent ma bouche et réclament ma langue. Mes mains caressent son dos, ses fesses d’une extrême fermeté.

Je me sens bien.

Sa toison fournie caresse mon coquillage lisse et me provoque une multitude de mini jouissances. Les yeux fermés, je me concentre sur tout ce que je ressens. C’est le bonheur total.

Puis sa bouche quitte la mienne et commence un long périple qui commence par une glissade dans mon cou. Puis, elle s’attarde un long moment sur mes seins et plus particulièrement sur mes tétons, qu’elle fait rouler entre ses lèvres, avant de les aspirer et les titiller de sa langue.

La longue descente continu, jusqu’à mon ventre. Celui-ci se rétracte à chacun de ses baisers, me provoquant de longs frissons.

Puis enfin, après avoir franchi le mont de venus, sa bouche plonge entre mes cuisses.

C’est une explosion instantanée, un feu d’artifice, une expérience incomparable. Le contact de sa langue sur mon clito gonflé, me fait perdre tout mes moyens. Je jouis si fort que je me relâche totalement, expulsant un jet puissant sur son visage.

Je suis prise de honte et je dois être rouge coquelicot.

Mais elle ne semble pas gênée du tout et continue à fouiller ma chatte détrempée, de sa langue agile et experte. Lorsqu’elle revient titiller mon bouton rose et que je l’inonde de nouveau, j’ouvre les yeux, pour m’excuser.

Sophie, elle, semble aux anges. Elle exulte tout en me dévorant

– HUUMM ! OH ! OUIII ! Donne-moi tout ! Donne-moi ton jus ! MMMMM ! Tu es fantastique ! UMUMM ! ENCOREEE !

J’ignore encore ce qui m’arrive, c’est la première fois. Il me semble bien avoir lu un article sur les femmes fontaine, mais j’étais loin d’imaginer que je pouvais en être une. Ça me fait vraiment bizarre.

Il me semble perdre pied. Je suis sur un navire qui tangue, prêt à se retourner.

Entre deux fortes jouissances très arrosées, un bref instant, j’aperçois Ange, avec un verre à la main. Il me regarde.

Ce simple regard me fait jouir de nouveau.

Puis Maria s’écarte et m’embrasse comme une amoureuse, nos langues ce mélangent ainsi que nos salives.

Je passe le reste de la soirée à les servir, lui et la femme, qui est son épouse, comme une bonniche subissant les moqueries, allusions grivoises et mains baladeuses de Maria et d’Ange.

– Eh bin ? Je ne savais pas qu’il était marié.

– Euh ? Oui, mais ils ne vivent pas ensemble je crois, du moins je ne l’ai jamais vu chez lui par ici.

La suite demain soir même heure

Sam Botte

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Rencontres

Webcam Skype

telrosegol

Catégories

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Bons plans coquins

Visio Skype

skype tel rose amateur

Bons plans

Médias de la Communauté

Sexe à distance

téléphone rose pas cher

Remontons le temps