Vous êtes ici : Accueil > Beaucoup de premières fois pour Sissy
Bi - Gay - Lesbien Histoires taboues

Beaucoup de premières fois pour Sissy

Beaucoup de premières fois pour Sissy

J’ai kiffé cette histoire. Je change le genre des histoires ou le complète avec un récit de trans XD ! Franck

J’ai toujours eu le désir de m’habiller en femme et d’avoir des pensées soumises depuis que je me souviens. J’ai commencé comme beaucoup d’autres gourous en essayant la lingerie de ma mère et en l’adorant. Les choses ont progressivement évolué vers le rasage (heureusement, je suis blonde et pas très poilue naturellement), l’expérimentation du maquillage et, inévitablement, la succion de la bite au parc vers la fin de mes études. J’étais sur le point de devenir une vraie poule mouillée, maintenant que j’y réfléchis. Tout ce que je faisais était inconsciemment orienté vers une apparence et un sentiment plus efféminés, comme garder mon corps en forme, bronzé et lisse ; acheter et cacher ma lingerie sexy ; me réserver du temps pour me faufiler en privé et sucer des hommes au hasard dans le parc. Mais il semble que chaque poule mouillée ait un moment de réflexion, et cette très, très petite histoire inventée est la mienne…

Appelez ça de la vanité ou autre, mais j’ai toujours été attirée par l’idée d’être observée ou de me faire photographier habillée sexy et avec un mec canon. Il y avait juste quelque chose de tellement tabou et risqué qui en faisait un fantasme de premier ordre. Alors quand je suis tombée sur une annonce en ligne d’un homme mûr qui voulait filmer un jeune homme en train de sucer sa bite dans mon quartier, j’ai été fascinée. J’ai dû lire l’annonce une douzaine de fois avant de répondre. J’ai expliqué que j’étais travesti et il m’a immédiatement répondu que l’idée d’être avec un CD serait plus que bienvenue. Il m’a également dit qu’il avait la cinquantaine. Cela m’a fait hésiter, car j’avais la vingtaine, je n’étais pas vraiment intéressé par un contact sexuel avec un type plus âgé. Il m’a dit qu’il n’y avait pas besoin de contact sexuel, il voulait juste me filmer. Même à ma grande surprise, j’ai accepté.

Alors quand le jour est venu, je me suis douchée et je me suis rasée en douceur. Normalement, je ne me maquille pas beaucoup, mais aujourd’hui, j’ai voulu m’en servir pour dissimuler un peu mon identité, alors j’ai pris un maquillage plus lourd pour les yeux. Avec ma petite coupe de cheveux soulignée Justin Bieber, qui était longue pour un garçon, mais courte pour une fille, il était difficile de dire quel sexe j’étais. J’ai choisi une couleur crème assortie avec un soutien-gorge et un ensemble culotte à motifs floraux. Mes bijoux se composaient d’un collier, d’une bague d’orteil et d’un bracelet de cheville. J’ai enfilé un short, un t-shirt et des tongs et je me suis rendue dans le parc très boisé pour être filmée comme une mauviette. C’était tellement angoissant, mais incroyablement excitant.

Je suis arrivé un peu en avance, j’ai pris ma couverture que j’avais apportée et j’ai commencé à descendre le chemin dans les bois, en suivant soigneusement ses indications prédéterminées. Mon inquiétude de faire cela dehors et de me faire prendre a vite été apaisée, car c’était si éloigné et caché. J’ai traversé le pont en bois et je me suis dirigé vers un chemin moins fréquenté, en passant par quelques petites collines, et j’ai vu l’endroit parfait pour étendre ma couverture. Je me suis déshabillée pour mettre un soutien-gorge et une culotte et je me suis couchée pour attendre. C’était l’été et il faisait très humide, même s’il n’était pas encore midi, mais heureusement, j’étais à l’ombre des arbres.

Pendant que j’attendais, un million de pensées nerveuses me traversaient la tête. En plus, je ne savais même pas s’il allait se montrer. Avec tant d’incertitude, j’ai failli partir, mais en regardant vers le haut, j’ai vu quelqu’un descendre le chemin. Je me suis figée. Il est venu par-dessus les deux collines et s’est rapproché. Je pouvais voir qu’il portait une petite caméra à main (c’était avant que le téléphone portable ne soit capable de filmer). Et j’ai aussi immédiatement remarqué qu’il n’était pas très séduisant. Il m’a semblé avoir au moins 60 ans. Il était vêtu d’un débardeur blanc et d’un short avec des sandales. Et il était super poilu. Je veux dire des bras poilus qui allaient jusqu’à ses épaules et des cheveux qui sortaient de son débardeur sur sa poitrine. De plus, il avait un ventre de bonne taille. À ce moment-là, j’étais tellement contente qu’il ait accepté qu’il n’y ait pas de contact sexuel entre nous.

Il ne pouvait pas me voir lorsqu’il s’approchait parce qu’il était tellement isolé qu’il a fait notre signe préétabli qui consistait à applaudir deux fois. Dans ma tête, je pensais que c’était ça. Maintenant ou jamais. Je tremblais d’excitation nerveuse. Mais je savais que je le regretterais si je ne réalisais pas mon fantasme. J’ai applaudi deux fois en retour et il a tourné ma direction. See m’a vu et a immédiatement levé sa caméra pour commencer à me filmer. Pas de salutation, pas de paroles, juste de l’action parce que la caméra tournait. C’était la première fois que j’étais filmée.

J’ai immédiatement commencé à poser, à me toucher et à me frotter pour faire un petit spectacle sexy. Pourquoi pas parce que j’avais été officiellement enregistrée en lingerie et en maquillage de poule mouillée pour que tout le monde puisse voir. Sa réaction à mon égard et à mon apparence m’a encore plus excitée. Il commentait mon apparence sexy et il a commencé à jouer avec lui-même. Une main sur la caméra et l’autre caressant sa bite à travers son short. Il a fini par lâcher son short et son caleçon pour jouer avec sa bite nue désormais bien dure. Pendant tout ce temps, je me roulais, je l’écartais et je le taquinais. Inutile de dire que j’aimais frimer autant qu’il aimait me filmer.

De temps en temps, il m’ordonnait de prendre des poses sexy et de réaliser certains actes. Il s’est enhardi, a mis la main dans la poche de son short, a sorti un tube de lubrifiant et me l’a jeté. Je me suis dit qu’il voulait que je me branle avec, alors j’ai retiré ma culotte de mon clito et j’ai commencé à le lubrifier. Il m’a corrigé et m’a dit qu’il voulait que je me baise avec les doigts. Bon, d’accord, j’ai déjà fait ça plusieurs fois, alors j’ai retiré la lanière de mon cul de chatte et lentement, de manière séduisante, j’ai commencé à insérer un doigt dans ma petite chatte serrée de boy. Ça m’a fait du bien. Vraiment bien, car j’ai commencé à me baiser librement en tirant de petits gémissements et des roucoulements de moi. Il commençait à être excité en regardant cette émission et il avait probablement hâte de rentrer à la maison pour la rejouer et s’y mettre.

Mais ensuite, il m’a dit de le faire en levrette. Je me suis dit : tout pour le réalisateur et pour le bien d’un film chaud. Mais je ne sais pas si vous avez déjà essayé de vous doigter en levrette, mais c’est vraiment dur et vous ne pouvez pas obtenir une grande pénétration. Il a vu cette lutte et m’a demandé si je voulais de l’aide. J’ai fait une pause, mais que ce soit par pure corne d’abondance ou peut-être en commençant à établir une relation de confiance avec lui, j’ai dit d’accord. Il a posé la caméra sur le bord de la couverture, mais s’est assuré que c’était le bon angle pour continuer à me filmer. Il a enlevé son débardeur. Puis il a fait gicler une grosse boule de lubrifiant sur mon cul de chatte et m’a enfoncé un doigt profondément dans le corps. Cette soudaineté m’a un peu choqué. Il m’a fait un doigt grossier qui contrastait directement avec mon doigté séduisant. Bientôt, il a ajouté un deuxième doigt. J’ai gémi à cause de l’inconfort, mais j’ai accepté ses manipulations.

Je sentais sa bite dure toucher ma jambe gauche alors qu’il m’ouvrait la chatte. Je me sentais bien, mais je me demandais quand cela allait se terminer. Ma réponse est venue assez vite quand il a sorti ses doigts et fendu mes jambes et qu’il a grimpé entre les deux. J’ai pensé : « Oh mon Dieu, il va essayer de me baiser ». Immédiatement, j’ai dit non. J’ai toujours su que je finirais par me faire baiser, mais j’imaginais que ma première fois serait avec un mec canon dans un bel hôtel ou quelque chose comme ça ; pas ici dans les bois et certainement pas avec ce mec. Même si je disais non, il a continué à essayer de se glisser en moi. Finalement, il a abandonné et il m’a dit que j’avais besoin de me détendre un peu. Il m’a dit de rester là où j’étais pendant qu’il se replongeait dans sa poche. Cette fois, il a sorti une petite bouteille marron. Je n’avais aucune idée de ce que c’était. Il s’est approché et s’est agenouillé devant moi. Il a ouvert le bouchon de la bouteille et l’a reniflée deux fois profondément. Quoi que ce soit, cela semblait lui plaire. Il me l’a offerte et je l’ai rejetée parce que je n’étais pas sûre de son contenu. Il m’a expliqué qu’il s’agissait de poppers et que cela m’aiderait à me détendre. J’étais sceptique, alors j’en ai pris un petit coup de nez quand il me l’a mis sous le nez. L’odeur était très chimique et puissante. Il m’a de nouveau corrigé et m’a dit d’expirer tout mon air, puis de le respirer et de le retenir. Nerveusement, j’ai exhalé alors qu’il me bouchait une de mes narines et je l’ai inspirée et retenue. Il m’a dit de le laisser partir. Quand je l’ai fait, oh mon Dieu. Mes tempes palpitaient. Une vague de chaleur et d’euphorie s’est abattue sur moi. J’étais étourdie. Et surtout, super excité. Plus excité que jamais. Je me souviens aussi que tout ce que je voulais, c’était le toucher. Que ce soit lui qui me touche ou moi qui le touche. Le contact corporel était maintenant si érotique.

En perdant un peu l’équilibre, je suis tombée en avant, alors ma tête était sur son gros ventre. J’ai enroulé mon bras droit autour de sa jambe pour garder l’équilibre et pour le toucher. Il me disait que c’était agréable et que j’étais une bonne petite salope. Tout en poussant ma tête lentement le long de son ventre poilu. Finalement, ma joue droite a frôlé sa bite dure et rageuse. Je ne sais pas ce qui m’a pris, mais j’ai automatiquement tourné la tête et accepté sa bite dans ma bouche. J’ai commencé à sucer désespérément, comme si c’était la dernière bite que j’allais sucer. Il gémissait de reconnaissance et gardait une main à l’arrière de ma tête. Mais je n’allais nulle part.

Avec sa bite toujours dans ma bouche, il m’a remis le poppers sous le nez et m’a dit d’inhaler. Je l’ai fait et ça a recommencé le cycle d’essorage. Mais cette fois, il m’a soudainement retiré sa bite, à ma grande déception. Il a gardé une main sur moi et m’a dit de rester là pendant qu’il manœuvrait à nouveau derrière moi. Il m’a de nouveau fendu les jambes et a tiré la lanière du string sur le côté. Il m’a ouvert le cul de la chatte et a commencé à faire glisser sa bite de haut en bas dans ma fente. Cette fois, je m’en fichais tant qu’on me touchait. Puis je l’ai senti s’ajuster légèrement vers le bas et j’ai senti la pression de sa bite grasse sur ma chatte vierge. Il m’a demandé si j’étais prêt, mais il n’avait pas vraiment l’intention d’attendre une réponse. Sa viande a commencé à m’ouvrir à nouveau et je n’ai pas pu l’arrêter ni voulu le faire parce que c’était le toucher ultime. Il s’est glissé à mi-chemin et a verrouillé ses mains sur mes hanches en me donnant des petites bosses pour que je m’habitue à sa bite envahissante. Il m’a demandé si j’aimais ça et je me suis retournée sur mon épaule et j’ai dit : « Baise-moi ! » Avec ça, il s’est enterré en moi, faisant de moi sa chienne.

Je pensais qu’avoir ma première bite me ferait mal, mais que ce soit à cause des coups de doigts, de la quantité de lubrifiant ou des poppers qui me détendent, ça n’a pas fait mal. Je me sentais juste plein. Juste délicieusement plein. Il a continué à me baiser et j’ai découvert que je ne suis pas une baise tranquille. Je n’ai pas pu m’empêcher de gémir et de l’encourager pour que ce sentiment exquis ne s’arrête pas. Il m’a tendu la main et j’ai senti sa poitrine poilue, maintenant en sueur, sur mon dos et il m’a fait respirer à nouveau dans les poppers. Cette fois-ci, deux coups. J’étais euphorique. Mais après avoir fait cela, il s’est enterré profondément en moi et a commencé à me faire pivoter progressivement autour de 180 degrés. Je ne savais pas pourquoi ; je l’ai juste suivi tant que cette bite est restée en moi. Puis j’ai vu la caméra sur le bord de la couverture et j’ai réalisé que non seulement j’avais été filmé comme une mauviette, mais que j’avais sucé une bite et que c’était la première fois que je me faisais enregistrer. Que pouvais-je faire ? Je n’allais pas m’arrêter, alors j’ai juste laissé mon humiliation de salope être documentée.

Peu après s’être assuré de filmer mon visage en train de se faire labourer, il s’est à nouveau retiré brusquement. Il m’a donné une claque et m’a dit de m’asseoir. Je me suis tournée vers lui et je me suis appuyée sur mes mains. Il m’a dit qu’il avait besoin d’une pause et je pouvais voir pourquoi, parce qu’il me faisait travailler dur et qu’il faisait chaud dehors. Il brillait de sueur. Il a profité de l’occasion pour verser beaucoup de lubrifiant sur sa bite, qui était toute mouillée. Je suis resté assis là à l’admirer. Toujours défoncé et voulant le toucher, j’ai commencé à lui frotter les bras et les épaules poilus et j’ai fini par me frayer un chemin jusqu’aux poils épais et moites de sa poitrine. J’ai été étonné de voir que ce qui me dégoûtait il y a 20 minutes à peine était devenu une attraction aussi énorme. Je me suis dit que c’est à cela que ressemble un homme d’équipe.Beaucoup de premières fois pour Sissy

Après une minute de pause, il m’a dit de lui donner les poppers. Je l’ai fait et il a ouvert et inhalé profondément deux fois. Il m’a donné une seconde puis l’a fait deux fois de plus. Il avait ce regard sauvage et glacé dans les yeux. Il me les a offerts, alors je me suis penché en avant et j’ai inhalé deux fois de façon experte. Si haut. Si excitée. Si parfaite. Puis il m’a dit de le frapper à nouveau. Je n’avais pas besoin de plus, mais je n’allais pas désobéir, alors j’ai rechargé. Je me suis appuyé sur mes mains et j’ai levé les yeux. Les arbres tournaient, alors j’ai dû fermer les yeux. Quand je l’ai fait, il s’est glissé sous mes jambes, indiquant qu’il voulait que je m’allonge à plat. Je suis descendue vers la couverture et j’ai eu l’impression d’être sur un nuage. J’ai juste étendu les bras au-dessus de la tête et j’ai fait un mouvement de jambes comme une fille, au cas où il me monterait. Instinctivement, j’ai levé les genoux et je me suis ouverte pour qu’il puisse avoir facilement accès à mon sexe. Il a guidé sa tête à l’intérieur et j’ai gémi presque en soulagement lorsque le reste de lui est entré en moi. Il s’est approché pour monter complètement sa chienne. Avec ses bras sous les miens et ce torse que j’aimais maintenant fermement posé sur mon téton recouvert de soutien-gorge, j’ai enroulé mes bras autour de son cou et de son dos pour accepter sa bite qui plongeait en moi et sortait de moi.

Lorsque j’ai enfin ouvert les yeux, j’ai réalisé que sa bouche était à quelques centimètres de moi. Il n’avait pas encore essayé de m’embrasser, mais j’avais tellement envie qu’il le fasse. J’ai décidé de tenter ma chance et je l’ai embrassé. Cela l’a peut-être un peu surpris, mais il a réagi en enfouissant sa bouche dans la mienne. Comme tout ce qu’il a fait, il était rude et agressif. Sa langue a pénétré profondément dans ma bouche. Je n’arrêtais pas de gémir autour de sa langue alors que sa bite prenait possession de mon corps. Il a rompu le baiser et m’a demandé si je voulais qu’il jouisse dans ma bouche ou dans mon cul. Je n’ai rien dit. Ce que je voulais, c’était qu’il continue à me baiser, alors j’ai enroulé mes jambes autour de lui et j’ai accroché mes chevilles ensemble. Il a pris ça comme le feu vert pour me faire créper. Immédiatement, il a commencé à respirer fort et presque à grogner en me jetant ses graines. Je ne savais pas quoi faire. Ce que je sais, c’est que je ne lui ai pas dit d’arrêter. Je n’ai pas non plus décroché mes chevilles ou essayé de le repousser. Je l’ai juste laissé me reproduire comme une chienne à l’engrais. Quand il a eu fini, il s’est effondré sur moi et je l’ai juste tenu là, en lui frottant le dos. Toute la lingerie et le maquillage du monde n’auraient pas pu me faire sentir plus femme qu’il ne l’a fait à ce moment-là.

Après seulement dix secondes en position post-nuptiale, il est descendu et s’est retiré de ma chatte épuisée. Il s’est simplement approché pour éteindre la caméra, puis s’est habillé. Il m’a donné les poppers comme « récompense » et m’a simplement remercié et est parti. La brusquerie de son départ était probablement un indicateur de la façon dont les mecs ont tendance à traiter les salopes et je devrais probablement m’y habituer. Pour ce qui est de la vidéo, chaque fois que je cherche du porno de gonzesses, j’attends de voir mon visage dans les bois, exposé comme une vraie salope. Ce n’est pas encore arrivé, mais je sais que c’est là.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

recap

1 commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Catégories

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Bons plans coquins

Visio Skype

skype tel rose amateur

Bons plans

Médias de la Communauté

Sexe à distance

téléphone rose pas cher

Remontons le temps

error: Alerte: Notre contenu est protégé ;)