Histoires taboues et histoires de sexe Témoignages

Christelle ne porte pas de culotte et aime la sodomie Historie de cul

Rouquine en couple partage ses photos sexe avec sodomie
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Ce matin, en me réveillant, j’étais d’humeur badine. Après une petite sucette à Philippe, je me suis levée pour aller faire le café. Un peu à la bourre, j’ai pris ma douche en vitesse et suis redescendu, toujours nue comme un ver, le boire avec lui. Comme j’étais pressée, on n’a pas pu continuer… Je me suis habillée, d’une jupe noire un peu évasée et assez courte, et d’un petit haut blanc sans manche. Il faisait soleil, et la journée s’annonçait belle. Je n’ai mis ni culotte, ni soutif. J’aime bien me sentir libre, presque nue sous mes vêtements. Pas de culotte, c’est agréable, mais si je rêve un peu trop, la mouille peu couler, faire des traces… Le soutif, c’est surtout pour cacher mes tétons qui se dressent facilement. Avec mes petits seins, je n’en ai pas vraiment besoin.
Et je suis partie au boulot. En marchant jusqu’au garage, je sentais l’air frais sur ma chatte… C’était bon.
Au garage, j’ai revêtu ma combinaison et j’ai démarré sur ma moto. Arrivée à mon cabinet, je peux l’enlever, ce qui me permet de m’habiller comme je veux..
La journée s’est déroulée normalement.
Je porte une blouse pour travailler, donc mes patients ne voient pas trop que j’ai les seins à l’air… Le dernier patient de la journée est un patient, à qui je dois faire une échographie. Je le fais allonger sur la table, torse nu, tourné sur le côté, et m’assieds derrière lui, au contact de sa cuisse. Ayant un peu chaud, j’ouvre le haut de ma blouse. Je m’assieds près de lui en écartant un peu les cuisses. Je commence l’examen, mais après un petit moment, je sens une main sur le bas de ma cuisse. Ce n’est pas désagréable. Je devrais l’arrêter. Ça ne se fait pas avec un patient. Mais je commence à fondre. J’ai toujours envie de sexe, mais là un peu plus. Alors je le laisse faire. J’attends de voir. Je le sens qui caresse ma cuisse. Pas très facile de se concentrer. En plus je n’ose pas trop bouger de peur de l’arrêter.
Ma secrétaire passe la tête par la porte.
–« Je m’en vais, bonne soirée, à demain !
– À demain, bonne soirée.
J’entends la porte se fermer. Il n’a pas bougé pendant cet échange, probablement prêt à battre en retraite, mais finalement, il remonte, remonte vers ma hanche. Il doit chercher la culotte, mais ne la trouve pas, et pour cause.
Pas de problème, il poursuit son exploration et descend maintenant vers mon pubis. De mon côté, la mécanique est lancée, ma chatte me démange, plus du tout envie de l’arrêter.
Je termine mon examen quand je sens ses doigts sur ma chatte. Il passe sur le mont de vénus, puis descend vers le sillon, effleure clito qui dépasse et s’attarde un peu sur la fente, qui laisse le passage aux doigts vers l’orifice vaginal déjà très humide…. Il me doigte doucement, un petit cri m’échappe, j’écarte les cuisses… J’adore avoir un doigt dans la chatte, j’aimerais que ça dure… Mais je termine l’examen, puis me lève doucement. Il se lève également et s’approche de moi, plante ses yeux dans les miens… Et ses lèvres sur les miennes, je suis envahie par cette langue qui s’impose, me pénètre, caresse la mienne. Comme c’est bon. Sans lâcher l’affaire, il me débarrasse de ma blouse puis dégrafe ma jupe, qui tombe à terre. Je me débarrasse de mes chaussures, il relève mon petit haut… S’écarte pour le passer au-dessus de ma tête, et reprend le baiser. Me voilà à poil et à sa disposition ; J’ai le temps d’aller verrouiller la porte à clé ; il me fait allonger sur la table d’examen, sur laquelle il était l’instant d’avant, écarte les cuisses et plonge dans mon entrejambe, tout en maintenant mes jambes. Je sens sa langue qui caresse délicatement la naissance des cuisses, glisse vers ma chatte, doucement sur le haut de la fente, descend délicatement, sans même toucher clito, qui doit pourtant bien dépasser, tendu qu’il est, glisse sur mon sillon, fouille un peu plus profond, touche les petites lèvres, s’insinue dans l’orifice vaginal que son doigt vient de délaisser, tourne un peu autour, se glisse à l’entrée. Je me laisse faire ce cunnilingus délicieux, en laissant simplement échapper de petits soupirs, qui le guident. Il s’écarte un peu pour mieux souffler le chaud, vient effleurer clito qui s’affole, revient sur le capuchon de celui-ci et insiste un peu, je gémis.. Sa langue fait des sortes de ronds ou d’arabesque dans ma fente, entraînant clito et petites lèvres dans sa danse, je ne sais plus où j’habite.
J’ai dû tomber sur le dieu du cunnilingus ! Et pourtant, ce n’est pas le premier.
Il prend entre ses lèvres toute ma fente, puis lèche clito qui n’en peut plus, je pousse des petits cris, je sens la jouissance monter, mais il arrête, le temps que la pression redescende, souffle doucement, reprend un petit léchouille délicat, puis insiste à nouveau, s’arrête. Mes cris accompagnent les mouvements de pression, forte dans la montée, plutôt gémissement quand il arrête.
Et finalement, il reprend un rythme plus rapide et soutenu, je monte, je monte…. Et du plus profond de moi, je sens la vague de l’orgasme qui déferle avec les spasmes dans mon ventre et l’impression de tomber du ciel… Au moment fatidique, sa langue s’est immobilisée, comme s’il savait que clito ne supporte plus d’être touché à ce moment-là.
Je reprends mes esprits lentement. Il se relève. À mon tour je me lève, déboutonne son pantalon, enlève ses chaussettes et le fais allonger sur le lit. Je monte à califourchon sur lui et passe mon visage sur son boxer, déformé par une bosse explicite.
À mon tour, je caresse avec mes lèvres et mes joues ladite bosse, puis délicatement, je passe mes doigts sous l’élastique, et libère la bite tendue en faisant descendre le boxer jusqu’aux chevilles. Nous voilà à égalité, nue comme des vers.
Je reviens vers la queue, bien gonflée, coiffée d’un joli gland violacé qui dépasse du prépuce, une petite goutte perle au méat. Je commence par lécher le long de la hampe, vers les petites boules imberbes, que je caresse de mes lèvres. Je remonte en glissant ma langue le long de la verge, puis dans le sillon, très délicatement. Ça a l’air d’aller, si j’en crois ses soupirs. Je continue des allées et venues, du gland à la base, en passant par les couilles, avec ma langue.
Puis je gobe le gland, et enfonce dans ma bouche cette queue qui va bientôt me prendre, jusqu’au fond de ma gorge, je fais des vas–et–viens en gorge profonde. Bientôt, je l’entends gémir à son tour doucement. Je continue les va et viens et la gorge profonde, tout en me déplaçant pour lui présenter ma croupe et notamment ma chatte palpitante. Il se met à lécher, laper, titiller clito, puis descend vers ma rondelle, la lèche, tente d’introduire la pointe de sa langue… Du coup j’ai du mal à me concentrer, mais je garde la situation en main, en léchant sa queue comme une glace, en serrant la base et en caressant la paire de couilles de l’autre main. Je le sens vibrer, il est moins pressant sur mon arrière-train, moins concentré peut-être ?. Je m’arrête avant d’atteindre le point de non-retour, j’ai trop envie qu’il me prenne.
Je me retourne, à califourchon sur lui, puis présente sa belle bite à ma chatte. Je m’assieds doucement, elle rentre progressivement, jusqu’au fond. Mmmhhh comme c’est bon. Je l’enserre en moi, puis commence à bouger. Je garde le contrôle de l’exquise pénétration, même s’il tente quelques mouvements. Je m’agite sur lui dans tous les sens.
Après un moment, il nous fait basculer, sans sortir de moi, et je me retrouve sur le dos, toujours embrochée. Il passe ses deux bras sous mes cuisses et les relève. Je me retrouve les genoux à la hauteur de la tête, la chatte bien ouverte. Il se met à pilonner façon marteau-piqueur, s’arrête, repart. Je n’ai plus aucun contrôle de rien. Me voilà dans mon bureau, à poil, besognée activement par un homme… Et j’aime ça !
Je ne peux plus bouger du tout, je ne peux que sentir sa queue qui me défonce, me saillie. De temps en temps, il s’arrête à l’entrée, avec juste le gland en moi, puis repart, tantôt très lentement, profondément, tantôt très vite. Je couine en mesure. J’aime être défoncée comme ça. J’ai l’impression que sa queue va me traverser comme une broche.
L’idée d’être baisée comme une salope dans mon bureau, d’être défoncée, démontée, saillie en couinant par un mâle puissant amplifie le plaisir.
Chaque fois que la jouissance s’annonce, il s’arrête. Je ne cesse de monter vers le plaisir, et de redescendre ; un spécialiste des montagnes russes ?
Et puis il s’arrête à nouveau, sort sa queue, recule, et me guide pour me faire mettre à 4 pattes. Il s’avance derrière moi. J’écarte un peu les cuisses, j’ai vraiment hâte qu’il me prenne à nouveau. Je sens son gland juste à l’entrée de ma petite grotte. Qu’est-ce qu’il attend ? Ses mains caressent mes hanches, mes seins, mon dos, ma bouche… Je souffle un : « viens, prends-moi » à son oreille. On a tout le temps me dit-il. Je suis folle de désir. Il poursuit ses caresses. Ses doigts viennent caresser doucement clito, qui doit être tout dur. Je n’en peux plus, alors je recule d’un coup sec, et sa queue revient en moi, je pousse un cri, il se met en mouvement, et me pilonne un moment en me tenant par les hanches, je perds pied, puis il ralentit, mais sous mes cris, continue à me baiser, tout en caressant clito. Ça ne rate pas : je sens à nouveau la vague orgasmique qui s’abat, je crie, fort… Et je le sens qui vibre également et décharge sa semence en moi.
Je suis sonnée par cette jouissance. Nous restons quelques minutes dans cette position, puis il se dégage lentement, retire la capote pleine de sperme, puis me serre contre lui. Collés l’un contre l’autre tendrement, nous discutons un moment. Il me confie qu’il avait envie de me faire l’amour depuis longtemps, mais qu’il n’osait pas, et c’est de voir ma poitrine en liberté sous ma blouse qui l’a déclenché.
De mon coté, je lui ai dit que j’avais adoré sa façon de faire et que rarement je n’avais été si bien baisée. Nous avons convenu de recommencer, de façon impromptue comme là ou plus formelle, éventuellement avec les conjoints… sa femme et lui sont bi. Nous pas, lui dis-je, mais pourquoi pas ?
En rentrant le soir directement enfilé ma combinaison de moto sur mon corps nu. Arrivée à la maison j’ai pris une douche, puis me suis habillée d’un pantalon d’intérieur et d’un petit haut. Quand il est rentré, j’ai bien entendu tout raconté à Philippe. Il a été très intéressé, et content que je l’ai fait, mais il m’a quand même dit : « ne saute pas tous tes patients quand même ! »Il était un peu jaloux qu’il m’ait fait jouir comme ça, mais je lui ais dit que ça n’était pas aussi bien qu’avec lui.
Il a commencé à me déshabiller doucement, puis a me caresser. J’ai ouvert sa braguette, et repris la sucette du matin. Il m’a fait mettre en levrette, ma tartiné la rosette de gel, m’a doigté, puis prise par derrière. J’adore qu’il me sodomise.
Nous avons violemment joui ensemble.
Véronique

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings