Claire monte dans un bus scolaire et sa sexualité explose Cha 10 Final

Claire était prête à parler de beaucoup de problèmes auxquels elle était associée à la banque. Il ne lui était jamais venu à l’esprit que le sujet de Chuck pourrait être abordé.

« Oui », dit-elle brièvement.

« Je crois que tu sors avec le Coach Bondurant. C’est exact ? » a-t-il demandé.

Claire a senti une chaleur qui commençait à se faire sentir dans sa poitrine. « Oui monsieur, bien que je ne puisse pas imaginer pourquoi cela vous préoccupe », a-t-elle dit. Elle a immédiatement souhaité que la chaleur dans sa poitrine n’ait pas été si évidente dans sa voix.

« Vous savez que Paul Stevenson est membre du conseil d’administration de cette banque », a déclaré M. Phinneas. « Il craint que le public ait l’impression que votre association avec l’entraîneur ne donne pas une bonne image de la banque. Il s’est assis et a regardé pour voir ce que Claire ferait.

« C’est ridicule », a déclaré Claire. « Et tu le sais. »

Phinneas a fait un petit sourire serré. « Monsieur Stevenson a suggéré que, si vous deviez juger bon d’identifier les enfants dont le comportement a ruiné les chances de notre école d’avoir un championnat d’État, il serait assuré de votre loyauté, et n’aurait aucun sentiment de culpabilité à recommander que nous vous maintenions dans votre poste actuel… sensible. »

Claire voulait se mettre en colère contre cet homme. Mais elle a pris une respiration. « Monsieur Phinneas, je suis dans cette banque depuis dix ans. Personne ne s’est jamais plaint de mes performances. Vous, vous-même, m’avez donné les meilleures notes lors des évaluations annuelles. M. Stevenson est en colère parce qu’il n’a pas pu forcer Chuck à divulguer les noms de ces enfants. Et maintenant, il essaie de vous intimider vous aussi, Monsieur Phinneas. Eh bien, il ne m’intimidera pas. Vous avez ma promesse. »

« Et, s’il s’agit de têtes de bétail – je ne dis pas que ce sera le cas, vous comprenez – mais si c’est le cas, que choisiriez-vous de faire ? » a-t-il demandé.

Claire était un peu confuse. C’était presque comme si l’homme lui donnait un choix. C’est peut-être seulement le choix d’être licencié ou d’être autorisé à démissionner, mais pourquoi s’en soucierait-il ?

« Comme je l’ai dit, Monsieur, je connais mon travail et je le fais bien. Mon pourcentage de prêts en défaut de paiement est de deux pour cent, Monsieur Phinneas. Vous le savez bien. N’importe quelle banque de l’État serait heureuse de m’avoir. » Elle a commencé à se lever. Elle était prête à partir et à ne jamais regarder en arrière. Mais c’était le résultat de sa colère, et non d’une pensée rationnelle.

« Claire, s’il te plaît… assieds-toi », dit Phinneas.

Claire ne pourrait jamais dire à qui que ce soit pourquoi elle a décidé de rester. Elle voulait remuer le cul de l’homme en partant, une sorte de langage corporel du type « dis adieu à ça, connard, parce que tu ne mettras jamais la main dessus pour de bon ». Mais elle s’est rabattue sur la chaise et a attendu.

Phinneas s’est assis droit, comme un homme d’affaires, et a mélangé quelques papiers sur son bureau. « Vous avez tout à fait raison, bien sûr. Vous êtes l’un des meilleurs agents de crédit que j’ai vus dans ma vie. Vous êtes perdu ici dans cette ville à un cheval. Vous devez être au siège de notre entreprise. Je crois que vous savez où se trouve le siège social ? »

Claire savait exactement où se trouvait le quartier général. C’était à Carrolton… à cent cinquante miles de là.

Phinneas a continué. « J’ai reçu un appel de Rod Brown. Comme vous le savez, il supervise tous les agents de crédit du quartier général. Il me dit qu’il pourrait utiliser un bras droit… ou une femme… pour prendre en charge la formation des agents de crédit de tout l’État sur la manière d’atteindre des taux de défaut de paiement des prêts inférieurs à dix pour cent. Cela vous intéresse-t-il ? »

Claire fixa l’homme qui, soudain, eut ce qui ressemblait étrangement à un scintillement dans les yeux.

« Vous devriez déménager votre famille à Carrolton, bien sûr, mais le déménagement serait couvert par vos prestations. Et votre salaire sera à peu près doublé. Vos enfants ne sont-ils pas prêts à entrer à l’université ? Je n’y avais pas pensé. Ce serait pratique, n’est-ce pas ? Et je crois qu’ils ont un bon programme sportif à l’université là-bas… pour votre fils… bien sûr. »

Il souriait maintenant.

Claire se sentait faible. Mais elle s’est quand même assise et a cloué Phinneas du regard. « Vous êtes au courant de l’offre d’emploi, n’est-ce pas ? » dit-elle.

Il a souri. « Bien sûr, ma chère, je viens de te le donner. »

Claire a secoué la tête. « L’AUTRE offre d’emploi. Vous le saviez avant que je vienne ici ! »

« Rod est un vieux pote à moi », confie Clyde. « Et un fanatique de football. Quand il a entendu des rumeurs selon lesquelles Southeast State avait offert le poste d’entraîneur à un jeune homme de notre ville, il m’a appelé pour savoir quel genre d’entraîneur il était. On a juste discuté et… eh bien, vous connaissez la suite. »

Claire était aussi stupéfaite que si elle avait vu une soucoupe volante. Jusqu’à ce moment, Clyde Phinneas était l’homme le plus froid qu’elle ait jamais rencontré. Il ne souriait que rarement, ne bavardait jamais et ne semblait pas avoir de coeur du tout, encore moins un coeur d’or.

« Et Monsieur Stevenson ? » a-t-elle demandé.

« C’est un connard », a dit Clyde, comme s’il parlait comme ça tous les jours. « Tout ce qu’il va voir, c’est ta maison qui est emballée et tu quittes la ville. Je lui dirai que c’est ce qui résulte de la pression exercée sur les gens. Il me devra beaucoup. Au fait, je veux que vous choisissiez votre remplaçant et je veux que vous le formiez d’abord quand vous arriverez au grand moment. Ça fait partie du marché, OK ? »

Claire s’est levée. Elle se sentait tremblante. Elle a fait le tour de son bureau et l’a tiré vers ses pieds par les mains.

« J’ai besoin d’un câlin, Monsieur Phinneas », dit-elle. Ses yeux avaient l’air choqués. Elle a pressé son corps luxuriant contre le sien et lui a murmuré à l’oreille. « Monsieur Phinneas… une fois… juste cette fois… j’aimerais que vous me serriez les fesses. »

Elle a senti ses mains glisser très timidement jusqu’à son fond rond, après quoi elles ont donné une petite pression convulsive et minuscule. Elle l’a repoussé et a souri. « Merci monsieur… pour tout. Je vous ai mal jugé, et je suis désolé. Je vais essayer de ne pas refaire cette erreur. »

Il a regardé en arrière avec des yeux légèrement vitreux. « Pourrais-je avoir une autre petite pression ? » chuchota-t-il.

« Non », dit-elle sévèrement. Mais, avant de partir, elle s’est approchée et l’a caressé solidement sur les lèvres.

Quand elle est partie, il a crié : « Je vais demander aux déménageurs de vous contacter. »

Le fait qu’elle ait d’abord parlé avec ses enfants témoigne de ses sentiments de mère. Il y a eu la résistance initiale à quitter le seul endroit qu’ils avaient jamais appelé maison. Elle s’y attendait, et elle les a laissés se défouler. Puis elle a mentionné que, puisqu’ils voulaient rester pour finir l’année scolaire, et puisque qui savait combien de temps il faudrait pour vendre la maison, on pouvait peut-être leur faire confiance pour y vivre avec un minimum de supervision, comme des visites occasionnelles de Chuck, tandis qu’elle allait de l’avant et trouvait un endroit à Carrolton où ils pourraient tous vivre.

« Bien sûr, comme vous êtes sur le point d’aller à l’université et de me laisser tout seul, je pourrais chercher quelque chose avec seulement deux chambres. Je sais que cela signifie que vous devrez partager une chambre jusqu’à ce que Bobby déménage. Et puis, quand tu iras à l’université, Lori, je pourrais en faire un bureau à domicile ou quelque chose comme ça ». Elle a vu ce que cela signifiait s’enfoncer dans leur cerveau d’adolescent.

« Il faudrait…partager ? » demande Lori, en regardant de côté son frère.

« Oui, je sais combien cela doit vous décevoir », a déclaré Claire. « Et avec des lits si chers et tout ça, je vais peut-être en acheter un grand au lieu de deux petits. Et ce ne serait que jusqu’à ce que vous alliez tous les deux à l’université. Je sais que vous pourriez vivre là-bas et aller dans le Southeast State, mais je suis sûr que vous ne voudriez pas vivre ensemble dans cette petite chambre pendant toute la durée de l’université ou autre chose. Mais n’oubliez pas que je peux toujours refuser ce travail. Si rester ici une année de plus signifie autant pour toi… »

Claire a failli rire lorsque Lori a couiné, « NON ! Maman…vraiment…c’est important pour toi ! Je veux dire que c’est une grosse promotion, n’est-ce pas ? »

« Deux fois plus d’argent », a déclaré Claire.

« Vous avez tant sacrifié pour nous au fil des ans », a noté Lori. « Il est normal que nous sacrifiions un peu pour vous. N’es-tu pas d’accord, Bobby ? »

Bobby a juste souri et a embrassé sa soeur, l’embrassant à fond. Puis il l’a laissée partir et a serré sa mère très fort dans ses bras.

« Merci maman », lui chuchota-t-il dans le cou. Elle frissonnait en sentant son corps dur se presser contre le sien. Sur un coup de tête, elle l’embrassa sur les lèvres… pas trop longtemps… mais chaleureusement.

« De rien, ma chérie », a-t-elle dit en se retirant.

« Hé ! » a aboyé Lori. « Bas les pattes ! Tu as ton propre homme. » Elle a gloussé. « A moins que tu ne veuilles partager. Je pourrais être convaincu d’en partager. » Elle a ri gaiement et a éloigné Bobby de sa mère. « Allez », elle a crié. « Allons planifier. »

Alors qu’ils disparaissaient vers les chambres, Claire se demandait combien de planification ils feraient et combien… d’autres ils feraient. Elle a décidé d’aller trouver Chuck et de lui parler ensuite.

 

« Cette réunion s’est bien passée ! » Claire soupira alors qu’elle était allongée, en sueur et trempée de sperme dans le lit de Chuck.

Il s’était mis en tête de se réunir pour faire monter la fièvre. Il l’avait demandée en mariage avec sa bite enfoncée presque dans l’utérus et elle avait accepté, car son sperme s’était précipité dans son ventre non protégé. Elle lui a raconté la conversation avec les enfants, en riant et en se tortillant alors qu’il tétait ses tétons engorgés. Puis, lorsqu’elle lui a dit que Lori avait suggéré de partager des hommes, il s’est retourné sur elle et a déposé une autre charge de pâte à bébé dans son utérus accueillant.

Alors qu’ils se reposaient après cette deuxième chevauchée sauvage, il tourna la tête vers elle. « Tu ne peux pas me laisser les superviser pendant ton absence. Si Lori me fait des avances, je ne pourrai pas résister. »

Claire était allongée là, fixant le plafond. Tant de choses avaient changé dans sa vie. Ces changements lui donnaient l’impression de dormir, de rêver d’une existence terne et ennuyeuse, et de s’être enfin réveillée dans un monde plein de couleurs, de passion et d’amour. Elle ne voulait plus jamais rêver. Sa propre vie réelle était bien meilleure.

Une partie de ces changements massifs concernait ses enfants. Elle ne savait pas qui ils étaient vraiment avant ce week-end fatidique au tournoi de football. Et elle avait résisté à l’envie de les laisser être qui ils étaient, parce que c’était étrange et différent. Elle pensait à Clyde Phinneas, et à quel point elle s’était trompée sur lui. Quelque part, elle avait décidé que ce que ses enfants partageaient était quelque chose de précieux et que, même si cela ne pouvait pas être honoré publiquement, parce que le public ne le comprendrait pas, elle pouvait l’honorer elle-même.

Ce partage était basé sur la luxure, autant que sur l’amour, selon Claire, et ils pourraient se séparer au fil des ans et trouver des partenaires plus conventionnels. Ce serait probablement mieux à long terme, mais elle ne pouvait pas leur refuser l’amour qu’ils partageaient maintenant.

Et elle ne craignait absolument pas de perdre son amant et son futur mari au profit de sa fille. Elle se sentait plus en sécurité avec Chuck que jamais avec Denny, et elle le connaissait depuis bien moins longtemps. Si quelque chose se passait entre eux, ce serait la luxure seule, plus que probablement.

Cela l’a amenée à penser que si Chuck montait sur Lori pour assouvir ce désir, elle et Bobby se retrouveraient probablement nus et en sueur au lit aussi.

Elle a regardé cette pensée de plusieurs endroits différents dans son esprit, en essayant d’en trouver une qui la contredisait. Il y avait eu un cri dans son esprit à un moment donné… mais maintenant elle ne semblait pas pouvoir le trouver. Si elle s’associait à son fils, ce serait aussi de la simple luxure, même s’ils s’aimaient. Mais elle a été surprise de constater que son esprit ne reculait plus à la perspective de sentir son fils monter entre ses cuisses.

« Claire ? » a incité Chuck. Elle avait été silencieuse pendant longtemps.

Elle a tourné la tête. « Pense à toi… avec Lori… et à moi… avec Bobby. » Elle a laissé couler. « Qu’est-ce que tu ressens ? »

Il a eu le mérite d’y réfléchir un moment. « Je ne sais pas », a-t-il finalement dit.

« Y a-t-il quelque chose dans votre esprit qui crie qu’il ne devrait pas l’être ? » a-t-elle demandé.

« Non… il y a quelques doutes, mais rien de criant. Est-ce que ça fait de moi un pervers ? » a-t-il demandé.

« Je ne pense pas », dit-elle. « Je pense que cela vous rend humain. La société a créé toutes ces règles sur ce genre de choses, mais avant les règles, nous étions juste… humains. » Sa main s’est approchée de son bras et elle l’a caressé. « Rien ne me crie non plus », dit-elle.

« Wow », a dit Chuck.

« Ouais…wow », répétait Claire.

« Pourquoi ne pas jouer à l’oreille », a suggéré Chuck.

« Je ne pense pas que ce soit avec son oreille que tu veuilles jouer », dit Claire, en lui tapant légèrement sur le bras.

Il s’est retourné. « Je t’aime », dit-il. « Et c’est avec TOI que je veux être. » Il l’a embrassée et elle a su qu’il le pensait.

« Je vous crois », dit-elle simplement. « Encore une fois ? »

« Vous m’avez bien arraché, madame », dit-il en souriant faiblement. « Je crois que j’ai fini. »

« Nous allons voir cela », a déclaré Claire. Elle s’est assise et a plongé sur son pénis flasque, l’aspirant dans sa bouche et fredonnant.

Cela a pris un certain temps, mais elle a eu sa troisième chatte avant de s’arrêter.

Si Claire avait pensé que les enfants seraient surpris et étonnés que Chuck lui ait demandé de l’épouser, ou qu’elle ait accepté, elle se trompait lourdement. Ils étaient ravis.

Ils se sont réunis en famille, en incluant Chuck dans les plans, en donnant tout son poids à ses opinions. Non pas qu’il y ait eu des disputes sur ce qui devait être fait, vraiment. Lori a flirté avec Chuck de façon scandaleuse, et a été appelée à maintes reprises, par Bobby ou sa mère.

Chuck n’a jamais dit un mot. Mais il n’a pas flirté en retour. C’était comme si ses commentaires taquins rebondissaient sur un solide mur de briques.

Claire, en revanche, était beaucoup plus proche de Bobby qu’elle ne l’avait été dans le passé. Elle avait cessé de le serrer dans ses bras et de lui embrasser la joue quand il est entré dans la puberté, pensant qu’il ne voudrait pas ce genre d’attention de la part de sa mère maintenant qu’il était « un homme ».

Mais elle a trouvé que le toucher lui faisait fondre le cœur, alors elle le faisait souvent ces jours-ci. Ce n’était pas des attouchements sexuels. Saisir son avant-bras en lui parlant, ou lui frotter les épaules pendant qu’il est assis et qu’il étudie, s’appuyer contre lui, épaule contre épaule pendant qu’ils font la vaisselle ensemble… des petits contacts. Et elle lui a donné, ainsi qu’à Lori, des coups de bec sur les lèvres lorsqu’ils quittaient la maison ou rentraient. Il y avait moins de disputes, même si les règles de Claire en tant que mère n’ont pas changé, à l’exception du fait que Claire ne faisait pas très attention à ce que Lori et Bobby dorment dans leur propre chambre.

Elle a cependant obtenu une ordonnance pour la pilule de Lori. Lori n’avait pas eu ses règles depuis que Claire avait découvert qu’elle et Bobby avaient des relations sexuelles non protégées, mais elle ne devait pas les avoir avant une semaine, donc ils ne pouvaient pas en être sûrs avant cela. Il est peut-être beaucoup trop tard pour fermer la porte de cette grange en particulier. D’un autre côté, s’il n’était pas déjà trop tard, il était inutile de prendre d’autres risques.

 

Les taquineries de Lori ont atteint leur paroxysme la veille du jour où Claire devait partir à Carrolton pour commencer son nouveau travail. Cette première fois, elle ne serait partie qu’une semaine, car les vacances approchaient et elle aurait le temps de rentrer à la maison ou d’en chercher une autre, selon ses besoins.

Le dîner était terminé, et un film avait été loué. Chuck était assis sur le canapé pendant que Bobby mettait la cassette dans le lecteur. Claire et Lori finissaient la vaisselle ; Lori faisait la lessive et Claire le séchage. C’est pour cette raison que Lori a fini la première, s’est séché les mains et est allée directement s’asseoir sur les genoux de son futur beau-père. Elle ricanait en descendant.

« Je ne me souviens pas m’être assis sur les genoux de mon père. C’est plutôt sympa », gloussait-elle en se tortillant.

Chuck avait eu tout ce qu’il pouvait supporter. Il a levé sa main droite et lui a passé la poitrine sans poitrine à travers son T-shirt, serrant son mamelon.

« Je parie que vous ne vous souvenez pas non plus qu’il ait fait cela », a-t-il dit sérieusement.

Claire est entrée pour voir la surprise de Lori, choquée d’avoir été tripotée. Les laissant seuls pour régler le problème, elle est montée derrière Bobby et a glissé ses mains autour de sa taille pour se reposer sur son ventre dur. Il était trop grand pour mettre son menton sur son épaule, alors elle s’est penchée autour de son bras, traînant ses seins sur son dos.

« Qu’est-ce qu’on regarde ? » a-t-elle demandé.

« L’été 41 », dit-il, en se penchant sur elle. « Ou ma soeur qui essaie de séduire votre fiancé ? » a-t-il ajouté.

Ils se sont tous les deux tournés vers Chuck, qui caressait toujours les seins de Lori, mais cette fois avec sa main sous sa chemise, pendant qu’elle l’embrassait.

« Devraient-ils faire cela ? » demande Bobby, un soupçon de jalousie dans la voix.

« Devrions-nous faire cela ? » demande Claire, qui lève les lèvres vers son fils.

La réponse de Bobby a été presque animale. Il lui a embrassé le dos avec avidité, sa langue sortant de sa bouche et ses mains tombant sur les mêmes fesses qu’elle avait laissé Clyde Phinneas presser il y a seulement quelques semaines. Il l’a tirée contre son pénis visiblement dur.

Puis il s’est détaché et s’est penché aussi loin qu’il a pu, sa mère le tenant fermement.

« Ne commence pas quelque chose que tu ne peux pas finir, maman », a-t-il prévenu.

Lori a poussé un petit cri lorsque Chuck l’a tirée vers le bas et s’est roulé sur elle sur le canapé. Son T-shirt s’était en quelque sorte empilé sur le sol. Elle l’a laissé s’installer entre ses jambes. Même si elle portait un jean et qu’il était entièrement vêtu, ils avaient l’air complètement sexuels dans ce qu’ils faisaient. La bouche de Chuck a cherché les tétons de la pom-pom girl en poussant un petit cri de plus.

« Ils utilisent le canapé. Il ne reste plus que le lit pour nous », dit Claire, la voix grave et sensible.

Bobby l’a ramassée, la portant comme si elle était une petite fille. Elle s’est appuyée contre sa poitrine lorsqu’il l’a prise et l’a déposée doucement sur le lit de sa chambre. Elle ne savait pas si c’était une affirmation de sa part qu’il la prenait dans son propre lit, ou si quelque chose au fond de lui ne voulait pas utiliser le lit sur lequel il avait baisé sa soeur. Et elle ne s’en souciait pas beaucoup pour le moment. Elle s’est sentie libérée, elle a eu honte, elle a ressenti de l’excitation et de la peur en même temps que son fils commençait à se déshabiller. Quand son pénis a été exposé, long et droit, c’était comme si elle ne l’avait jamais vu avant.

Il se tenait debout, figé, alors que Claire déboutonnait lentement son chemisier, exposant son soutien-gorge en dentelle.

« Est-ce que c’est ce dont vous avez rêvé ? » a-t-elle demandé. Ses doigts sont allés vers le loquet avant et elle l’a défait, mais n’a laissé le soutien-gorge se défaire que de quelques centimètres.

« Tu le fais », chuchota-t-elle.

Ses mains sont sorties et, si doucement qu’elle ne pouvait le dire qu’à l’air frais sur ses tétons, il a soulevé le tissu et l’a déplacé sur le côté.

« Tu es si belle », chuchota-t-il.

« Vous les soigniez », dit Claire, sentant un coup de couteau dans ses reins alors qu’elle s’attendait à le sentir sucer à nouveau.

Il s’est penché et a léché un mamelon avec le bout de la langue, puis a laissé tomber son visage dans son sein et a sucé, en faisant de petits bruits, comme il l’avait fait quand il était bébé.

Claire a baissé son pantalon pendant qu’il tétait, en alternant d’un sein à l’autre, mais elle n’a pu le passer que juste après les fesses sans le déloger.

« Mon pantalon », elle halète, sa chatte est maintenant mouillée.

Il lui a laissé les seins à contrecœur, léchant puis suçant à nouveau et enfin léchant un mamelon avant de se lever. Ses poils pubiens étaient exposés et la façon dont il les regardait lui donnait envie de se couvrir. Au lieu de cela, elle a levé une jambe pour qu’il puisse enlever cette jambe de pantalon. Il a tiré les deux à la fois et elle s’est allongée tranquillement, jambes jointes, bras sur le côté.

« Laissez-moi voir », a-t-il dit.

« Je ne peux pas », gémit-elle. « Je veux, mais je ne peux pas. »

Ses mains se sont déplacées vers ses genoux et sous sa pression, elle a laissé ses genoux commencer à s’écarter. Ses genoux se sont levés du lit naturellement, rapprochant ses talons de ses fesses alors qu’elle fabriquait la selle sur laquelle il la montait.

« Magnifique », chuchota-t-il.

Puis, presque trop vite pour qu’elle réagisse, il est monté sur le lit et entre ses cuisses, s’est allongé sur son corps mou et a embrassé sa bouche. Sa langue s’est à nouveau mêlée à la sienne, tandis qu’il plaçait son aine contre la sienne. Il semblait avoir l’intention de l’embrasser pour toujours, mais maintenant qu’elle avait décidé de le faire, elle voulait le sentir en elle. Elle s’est tendue entre eux, lui donnant un coup de poing qui lui a causé suffisamment d’inconfort pour qu’il se lève et, quand il l’a fait, elle a trouvé sa bite et l’a dirigée vers sa chatte trempée. Tout en l’embrassant, il s’est précipité vers elle instantanément, puis s’est arrêté, enterré profondément alors qu’il gémissait dans sa bouche.

Elle l’a serré avec des muscles qu’elle avait remis en pleine forme en les utilisant sur Chuck et il s’est précipité contre elle, lui écrasant le clitoris.

Il a rompu le baiser et a gémi.

« Maman, je ne peux pas le contrôler. Oh Mommmmmmmm », soupira-t-il en sentant sa bite bouger et gicler. Il n’était pas aussi gros que Chuck, bien qu’il soit plus long, à tel point qu’elle sentit sa bite creuser son col de l’utérus et propulser sa semence en elle encore et encore.

« C’est bon, bébé », dit-elle d’un ton apaisant. « Maman veut ton sperme. » Elle ne pouvait pas dire pourquoi elle utilisait le langage des petits garçons avec lui. Il ne se sentait certainement pas comme un petit garçon, et le liquide dont il lui remplissait le ventre n’était que peu enfantin, dans la mesure où il pouvait faire un petit garçon dans son ventre. « Maman aime ton sperme chaud dans son ventre », gémissait-elle.

Bobby grogna et ses poussées devinrent des coups courts, qui devinrent des coups plus longs lorsqu’il réalisa qu’il était encore dur. Maintenant, il faisait enfin ce dont il rêvait depuis que ses couilles avaient commencé à fabriquer les trucs dont il venait de tremper la chatte de sa mère. Ses propres besoins étant satisfaits pour le moment, il commença à prêter attention aux mouvements et aux sons que sa mère faisait. Ils étaient différents de ce que Lori faisait, mais similaires aussi, et il était capable de lire cette langue légèrement différente.

Il a découvert que sa mère aimait les angles d’attaque abrupts et qu’elle aimait qu’il la pousse si fort que ses seins en tremblaient. Il pensait que son nez s’était mis à couler ou quelque chose comme ça, d’après les reniflements qu’elle avait soudainement développés, sa tête remontant du lit et rebondissant ensuite vers le bas. Puis il s’est rendu compte qu’elle avait un orgasme, mais qu’elle essayait de l’avoir tranquillement, en respirant par le nez et en gardant ses lèvres bien fermées.

Il y a eu un gémissement lointain, depuis la direction du salon, où il était évident qu’une adolescente avait aussi un orgasme.

« Laisse-toi aller, maman », chuchote-t-il, en se penchant pour lécher un téton.

Les yeux de Claire se sont ouverts et sa bouche a suivi. Le son qu’elle a produit rappelait celui d’une chanteuse qui essaie de tenir une note le plus longtemps possible à la fin d’une chanson, bien que la hauteur du son ait changé, commençant à basse altitude et augmentant de plus en plus jusqu’à ce que ce soit un gémissement de plaisir dans les aigus. Sa chatte aurait pu jouer cette voix, en se basant sur les ondulations qui semblaient être les doigts d’un guitariste flamenco sur les frettes fumantes d’une guitare.

Alors que Bobby la frappait plus fort, ce long gémissement se transformait en une inspiration rapide, suivie d’une expiration explosive qui alimentait ses cordes vocales d’une manière qui semblait vaguement extraterrestre. Sa tête s’effilochait, ses cheveux volaient dans tous les sens. Ses mains alternaient entre la saisie du couvre-lit avec des poings blancs, et la saisie de sa taille pour le tirer plus fort en elle.

Bobby, était habitué à une adolescente qui savait ce qu’était un orgasme, et appréciait énormément le sien, mais n’avait pas de cadre de référence pour améliorer cet orgasme sur le plan émotionnel. Sa mère, entrant dans cette relation taboue, a apporté toute sa passion à leur accouplement et l’a dépensée comme un mitrailleur qui savait qu’il avait des munitions sans fin.

Bobby a été choqué par la sexualité brute dont sa mère a fait preuve alors qu’elle appréciait sa bite.

Il était encore trop tôt pour jouir à nouveau, et il s’amusait beaucoup à titiller et à pousser sa mère, alors il a continué.

====

De retour dans le salon, les baisers et les pelotages de Chuck l’avaient amené à allonger Lori sur le canapé, toujours vêtue de son pantalon. Il a attaqué ses seins sensibles d’adolescente, avec leurs tétons sensibles d’adolescente, en utilisant une expérience que Bobby n’avait pas eu le temps d’acquérir. Chuck savait à quel point il était difficile de les mordre et de les sucer. Il savait à quel point il était difficile de les serrer et de les arracher de sa poitrine, sans lui faire ressentir la douleur qu’elle ressentait. Et il savait comment la frotter, même à travers son jean, d’une manière qui la rendait folle.

Lorsqu’elle se tordait sous son attention, qu’elle arquait son dos et lui poussait les hanches, il se levait et, en quelques secondes, se mettait à nu. Son épaisse perche lui faisait saillie, comme le canon d’un fusil de chasse.

« C’est ce que tu veux, petite fille ? » demanda-t-il de façon menaçante. « Tu veux que je t’empaille comme j’empaille ta mère ? »

Lori était hors d’elle. Elle avait vu le pénis de sa mère au travail, mais elle était à deux mètres ou trois mètres de là. De près, il ressemblait à une batte de baseball pour elle. Elle avait donc peur qu’il l’ait fendue. Mais, dans un autre sens, elle avait… vu ce pénis à l’œuvre chez sa mère… qui l’avait beaucoup apprécié. Elle était donc impatiente de sentir une étrange piqûre dans sa chatte.

Tout cela se traduit par « Oh s’il vous plaît…s’il vous plaît…oh s’il vous plaît. »

Chuck s’est penché et a défait son jean, le déchirant avec une telle force que la fermeture éclair a chanté en s’écartant. Elle a à peine eu le temps de lever ses hanches qu’il les tire vers le bas, sa culotte avec. Contrairement à sa mère, quelque chose en elle voulait se montrer à cet homme et, dès qu’elle a pu, elle a jeté une jambe sur le dos du canapé et a posé l’autre pied sur le sol, s’étalant largement, ouvrant sa chatte sans défense pour être pillée.

Chuck l’a d’abord pillé avec sa langue.

Lori n’était pas préparée à cela. Elle et Bobby avaient parlé de sexe oral, mais la crainte que ce ne soit pas tout ce qu’ils avaient craqué les avait empêchés d’essayer quelque chose qui pourrait se révéler être quelque chose qu’ils auraient souhaité ne jamais faire. Ainsi, alors que Lori avait réfléchi à ce que cela pourrait être, elle n’avait aucun cadre de référence pour gérer les sentiments d’avoir ses lèvres de chatte, ainsi que son clitoris, aspirés dans sa bouche et… mâchés… faute d’une meilleure description.

Ses hanches se sont secouées de façon convulsive et elle a gémi de façon presque effrayante au moment où il s’est glissé entre ses lèvres de chatte pour trouver son clitoris et l’a aspirée. Il savait exactement à quel point il était difficile de la pincer et de la sucer, et Lori s’est sentie emportée par un raz-de-marée de sentiments alors qu’elle avait un « orgasme d’urgence ». Elle s’est mise à grogner et à pousser au point qu’il était évident qu’elle était en proie à la passion.

C’est alors que Chuck a décidé que c’était peut-être le moment de se dégourdir un peu la chatte. Comme un serpent qu’il a frappé alors qu’elle était encore sur un nuage. Il lui a donné un coup de poing et lui a mis le nez entre les lèvres de sa chatte et, avec une pression bien contrôlée, il a commencé à l’enfoncer dans ses profondeurs de beurre.

L’orgasme de Lori s’est transformé en quelque chose qui était à moitié une douleur due à l’étirement presque cruel de son pénis, et à moitié un choc électrique dû au fait que le pénis l’étirait en frottant sur son clitoris comme s’il essayait de le faire partir de son corps. Elle aurait pu crier, en partie à cause de la douleur et en partie juste pour relâcher la tension, sauf qu’elle n’avait pas d’air pour crier. Et, le temps qu’elle puisse faire entrer de l’air dans ses jeunes poumons, Chuck avait sorti son épée d’amour d’elle et s’était mis à la transpercer à nouveau. Et, au moment où elle décidait des bruits à faire avec l’air qu’elle avait maintenant dans ses poumons, il avait déjà établi un rythme et la baisait avec des coups qui sortaient lentement puis se heurtaient à elle avec suffisamment de force pour que ses seins fermes d’adolescente sautent en bas puis en haut une fois.

Le son que son esprit avait prévu de faire se changea soudain en « Ohhhh fuck », alors qu’il jaillissait entre ses lèvres soudainement sèches.

« C’est ce que tu voulais ? » lui chuchota-t-il à l’oreille, son corps planant au-dessus d’elle de sorte que le seul contact qu’ils avaient était sa bite dans la chatte.

« Ohhhhhhhhhh putain », était tout ce qu’elle pouvait répondre.

Soudain, Chuck s’est approché et l’a tenu, faisant tourner ses hanches en petits cercles comme s’il essayait de presser son clitoris à plat, ou peut-être de le dévisser de son corps ou quelque chose comme ça.

« Jouis pour moi, Lori », grogna-t-il. « Fais que ma bite soit toute mouillée. »

Lori avait encore perdu son souffle à la sauvage stimulation clitoridienne, alors quand elle lui a fait jouir, et autour de lui, elle ne pouvait pas lui dire qu’elle le faisait. Cela n’avait pas d’importance, car sa chatte lui disait pour elle alors qu’elle se fléchissait, se relâchait puis se resserrait pour le saisir comme un Rottweiler saisit un intrus.

« Ouais, c’est ça bébé », roucoula-t-il. « Du sperme sur ma queue. Tu veux un petit cadeau de ma bite, Lori ? Tu veux me sentir gicler là-dedans ? »

Lori a hoché la tête frénétiquement et a finalement pu respirer. Elle a utilisé celle-ci dans un gémissement sans voix qui a été entendu à l’étage par sa mère et son frère et ses hanches se sont finalement réveillées suffisamment pour commencer à se jeter sur l’homme. Ses efforts l’ont presque délogé et il a habilement fait tomber son poids sur elle, l’épinglant au canapé avec sa bite, sa poitrine pressant ses seins presque à plat. Puis il lui a donné des coups de lapin qui l’ont fait basculer et lui a injecté son sperme dans la chatte par des jets en staccato qui ont fait des lèvres cervicales un véritable gâchis lorsqu’elles ont plongé et se sont ouvertes avec son orgasme, aspirant son offrande dans son jeune ventre. Son sperme s’est précipité à travers eux et dans son centre où, si elle avait pris sa nouvelle ordonnance de pilule contraceptive assez longtemps, il n’y aurait pas d’œuf en attente.

=====

Dans la chambre, Claire venait de terminer son quatrième orgasme depuis qu’elle avait écarté les jambes pour son fils. Il était encore heureux de la pénétrer, le sourire aux lèvres, ses jeunes bras encore assez forts pour le tenir en l’air afin que sa mère puisse faire entrer l’air dans ses poumons et rester consciente pour un autre orgasme.

Finalement, elle a poussé sur sa poitrine.

« Tu peux encore jouir, bébé ? » demande-t-elle à bout de souffle.

« Je ne pense pas », a-t-il répondu calmement. « Ça fait vraiment du bien, mais je n’ai pas ce sentiment… »

« Alors vous feriez mieux d’arrêter ou je ne pourrai pas sortir du lit », a-t-elle dit un peu tristement.

Il a commencé à se retirer et ses mains ont tapé sur son cul, l’arrêtant.

« J’ai adoré ça, ma chérie, mais tu sais qu’on ne peut pas faire ça souvent… n’est-ce pas ? »

Il s’est calmé et lui a embrassé le menton. « Je sais », dit-il. « Je me sens chanceux pour cette seule fois. »

« Ce n’est pas que je n’aime pas ça », dit-elle, en lui serrant la bite avec les muscles de sa chatte une fois de plus. « Je ne prends aucun contraceptif et je pense que Chuck et moi allons essayer de me mettre enceinte tout de suite après notre mariage. Alors on ne veut pas que VOUS fassiez de moi un petit frère ou une petite soeur… »

Les yeux de Bobby se sont déconcentrés et il s’est à nouveau jeté sur sa mère.

« Je suis venu chez vous ce soir », a-t-il dit inutilement.

« Je sais, bébé. Je voulais que tu le fasses. Juste pour cette fois », lui dit-elle en roucoulant.

« Vous voulez savoir quelque chose de drôle ? » demande-t-il, sa poussée devenant de plus en plus dure.

« Quoi chéri ? » demande sa mère.

« Je pense que je pourrais jouir à nouveau maintenant. » Il la regarda, ses yeux brillaient.

« OK bébé », soupire-t-elle, le tirant vers le bas pour un baiser.

Pendant ce baiser, il a envoyé des renforts à son premier chargement de soldats du sperme, qui cherchaient activement l’ovule qu’ils avaient été envoyés pour trouver et fertiliser. S’ils avaient échoué, ses nageurs de renfort étaient déterminés à ne pas le faire.

===========================

De retour dans le salon, Chuck avait roulé hors du canapé, tirant Lori avec lui, de sorte qu’elle était drapée sur lui comme une couverture de chair, ses bras et ses jambes pendaient mollement, son oreille tournée vers sa poitrine. Elle pouvait entendre les battements de son coeur qui battait sous son oreille.

« Je ne te taquinerai plus jamais », soupire-t-elle. « Je ne peux pas supporter quand je te taquine. »

« Tu t’es bien débrouillée, princesse », a déclaré son futur beau-père. « Mais je ne pense pas que tu devrais me taquiner non plus. Ce n’est pas digne d’une dame. Et je pense que ça dérange Bobby. »

« J’aime Bobby », a-t-elle dit.

« Je sais que vous le faites. Et l’aimer signifie se discipliner. »

« Il est en haut en train de baiser maman », a-t-elle déclaré.

« Et comment vous sentez-vous à ce sujet ? » a-t-il demandé.

« Son sperme est pour moi », dit-elle fermement.

« Voilà. J’imagine que l’idée que mon sperme trempe ta douce petite chatte n’est pas non plus très réjouissante pour lui. »

« Mais j’ai aimé faire ça avec toi », se lamentait-elle.

« On peut le faire de temps en temps, quand ils sont excités l’un pour l’autre, comme ce soir. Mais le reste du temps, nous devons nous comporter comme il se doit. Marché conclu ? »

« Marché conclu », soupire-t-elle.

============================

Epilogue

La secrétaire de Rod avait déjà engagé un agent immobilier pour aider Claire dans sa recherche de maison, et une maison convenable a été trouvée en trois jours. Avec l’augmentation que Chuck allait recevoir, et l’augmentation substantielle dont Claire bénéficiait déjà, la nouvelle maison, bien que beaucoup plus haut de gamme que ce à quoi elle était habituée, était facilement abordable. Elle comportait quatre chambres et trois salles de bain, avec une salle à manger formelle et une immense cuisine.

Chuck, étant beaucoup plus jeune que l’ancien entraîneur, a pu établir des relations avec ses nouveaux joueurs à un niveau qui les a stimulés. Il leur a permis d’apprendre de leurs erreurs et ils ont vite découvert que sa tactique les amenait à marquer des buts, ce qui leur plaisait beaucoup. Il était plus dur que l’ancien entraîneur pour accepter des cadeaux et rendait presque impossible de passer à travers une classe, mais cela ne faisait que rendre plus heureux la majorité des joueurs qui n’auraient jamais reçu de cadeaux et qui étudiaient quand même leur cul parce qu’ils savaient qu’il n’y aurait pas de contrat NFL pour eux… Maintenant, le terrain de jeu avait été nivelé. Et l’entraîneur Bondurant avait l’habitude de faire jouer des joueurs de seconde zone à l’improviste, et de faire des jeux bizarres, ce qui donnait à la défense adverse des coudées franches. Le mot s’est répandu et les gens ont commencé à vouloir jouer pour lui.

La nouvelle mariée de l’entraîneur était déjà enceinte de deux mois lorsqu’elle a descendu l’allée pour lui passer la bague au doigt. Il était aussi fier qu’il pouvait l’être et elle souriait si largement que son visage lui faisait mal. Ce bébé, à sa naissance, ressemblait étrangement aux photos de bébé de son fils. Mais il ressemblait aussi beaucoup aux photos de bébé de Chuck.

Les nouvelles pilules de Lori ont mieux fonctionné qu’elle ne le méritait. Elle et Bobby ont mis en place un service de ménage dans l’une des quatre chambres et elle a pris ses pilules assez longtemps pour passer sa première année d’université. Elle a cessé de les prendre pour offrir son diplôme à son frère.

Quand il l’a découvert, il était insatiable, à tel point que, alors qu’il utilisait son diplôme d’ingénieur pour obtenir un emploi chez un entrepreneur de la défense, Lori a pratiquement cessé d’avoir des règles pendant quelques années. Lorsque les deux chambres supplémentaires ont été remplies à pleine capacité de bébés, ils ont finalement commencé à chercher leur propre logement.

Le même agent immobilier leur a trouvé une maison à seulement trois portes de celle de Claire.

Maintenant, il y a une foule d’enfants de quatre, cinq et six ans qui courent entre les maisons, des cousins qui jouent tout le temps ensemble. Oncle Chuck vient rendre visite à Lori de temps en temps, et Oncle Bobby vient de temps en temps pour réparer quelque chose, généralement dans la chambre de Claire.

C’est une famille heureuse, dans l’ensemble, le blues qu’ils ont connu autrefois est maintenant loin dans le passé. C’est un bon endroit pour le blues.

La fin

 

 

 

Plans chauds respectant le protocole sanitaire (Covid Négatif)

histoires taboues
telephone rose amateur

Tél rose avec webcam

bantelskype

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Nous utilisons des cookies pour nous permettre de mieux comprendre comment le site est utilisé. En continuant à utiliser ce site, vous acceptez cette politique.
Deviens un membre privilégié !
Rejoins nous ;)
GRATUIT !!!
100%
XFR
Rejoins la communauté
100% GRATUIT
Tu ne seras pas déçu ;)
Merci !
XFR
Tu ne seras pas déçu ;)
MERCI !!!
Retour haut de page