Bi - Gay - Lesbien Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe Inceste

Comment j’ai été transformée en épouse libertine Chapitre 51

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Marie-Claude libertine 51 – passage de relais 4/4 transformation de la directrice

Moi Xavier je passe le flambeau à Carole La nouvelle directrice régionale mon épouse et moi étant logés chez elle dans sa villa de fonction.

Ce qui devait arriver s’est produit Marie-Claude mon épouse et Bilal, le mari de Carole se sont beaucoup rapprochés pendant notre absence ce dont je me doutais avec ma libertine qui a décidé de les décoincer un peu. (Voir les parties 1 à 3)

Depuis lundi Bilal baise Marie-Claude plusieurs fois par jour. De mon côté je flatte Carole lui parle de Boris de son rapport avec Marie-Claude et moi, de nos pratiques sexuelles.

Comment j’ai été transformée en épouse libertine Chapitre 51
Déshabille n'importe qui grâce à l'intelligence artificielle

 Peu à peu je la sens plus à l’écoute et moins distante Je sous-entends qu’il se passe quelque chose entre Marie-Claude et Bilal . Elle ne répond pas.

Nous fermons de plus en plus la porte communiquant avec le secrétariat. Carole et moi nous nous frôlons souvent et devenons plus tactiles. Le mercredi au bureau lorsqu’elle ouvre la veste de son tailleur je constate l’absence de soutien-gorge je lui en fais la remarque elle rougit.

« Depuis lundi, en ta compagnie, j’apprends beaucoup sur moi. Je découvre des sensations nouvelles et veux libérer mon corps».

Je la laisse mijoter. Le mercredi soir à la villa elle ose une jupe courte et un pull moulant sur ses seins nus. Je ne sais pas si Bilal a vu le changement de Carole mais Marie-Claude l’a remarqué.

C’est le jeudi après-midi, alors qu’elle lit un dossier je me penche sur son épaule profitant au passage d’une vue agréable sur sa poitrine libre d’entrave, elle se décide à m’embrasser au coin des lèvres. Je réponds à son baiser faisant pivoter son siège je lui caresse les seins, elle bloque ma main et me regarde.

« Non pas maintenant Nadia peut entrer attendons qu’elle parte. »

Il me faut donc attendre dix-sept heures le départ de la secrétaire. Je verrouille la porte et m’approche de Carole, je fais pivoter son siège elle s’accroche à mes hanches pose son visage sur ma braguette j’incline son siège vers l’arrière à genoux je remonte sa jupe cloche et descends sa culotte en coton ma bouche plonge entre ses cuisses pour goûter sa chatte très poilue. Dans la forêt de poils je suçote le petit bouton bandé tout en glissant deux doigts entre les lèvres baignées de cyprine. La nouvelle directrice est tellement excitée qu’elle connaît l’orgasme en moins de deux minutes. Je me redresse en retirant les poils restés sur ma langue puis je l’embrasse.

Elle : « Merci pour cette caresse que mon homme ne fait jamais. Nous ne pratiquons pas les caresses buccales »

 Moi : « c’est avec plaisir, n’aie pas peur de le demander à ton homme et suce-le toi aussi.

 « Si tu veux ce soir je demande à Marie-Claude de t’aider pour débroussailler ton petit paradis. »

Comment j’ai été transformée en épouse libertine Chapitre 51
Les dernières inscrites

Elle : « tu es fou elle va savoir pour nous deux ! »

Moi : « ne t’inquiète pas cela lui fera plaisir, en plus elle fera admettre à Bilal qu’il aime ce petit toilettage ».

Elle : « si tu veux me faire l’amour je suis prête à te donner du plaisir »

Je retire ma chemise, mon pantalon tombe sur le sol je m’allonge sur la moquette et l’invite à s’asseoir sur ma bite. Elle se met à genoux au-dessus de moi, se laisse descendre sur ma queue tour en retirant son chemisier puis elle se penche pour m’embrasser. Je caresse sa poitrine puis pose mes mains sur ses hanches et la baise tout en faisant avancer son bassin pour que son clito frotte sur mon pubis au bout de quelques minutes je sens venir la jouissance.

Moi : « Carole je vais jouir tu veux te retirer »

Elle : « non je prends la pilule éjacule en moi j’en ai envie »

Je me tends et j’éjacule au fond de son antre d’amour, en me sentant libérer ma semence elle me suit dans le plaisir et s’écoule sur ma poitrine.

Elle : « tu m’as procuré un orgasme avec une queue plus petite que Bilal, c’est si bon ça fait deux coup sur coup »

Comment j’ai été transformée en épouse libertine Chapitre 51
Génère des photos porno grâce à l'intelligence artificielle

Nous nous rhabillons et après un passage rapide aux toilettes nous rentrons détendus à la villa. À notre arrivée après avoir salué nos conjoints Carole monte rapidement pour se changer j’attire Marie-Claude dans la cuisine et lui demande d’aller aider Carole pendant que je bois un verre avec Bilal. Je parle longuement avec Bilal de notre travail au bureau et je l’interroge.

Moi : « alors cette journée à la maison pas trop longue »

Lui : « Non ça va j’ai de quoi faire à l’extérieur en bricolage et jardinage »

Moi taquin: « et à l’intérieur il y en a aussi du jardinage, avec Marie-Claude cela se passe bien ? »

Je dis cela d’une traite sans ponctuation pour entretenir le quiproquo. Je vois Bilal rougir il bafouille et plonge le nez dans son verre puis j’enchaîne.

« Enfin tu sais cela ne me pose pas de problème »

Sauvé par l’arrivée de nos épouses Bilal préfère se tourner vers elles. Il découvre deux bombes :

Marie-Claude en minijupe et petit boléro sans dessous comme d’habitude, Carole une robe blanche moulante en haut et évasée en bas, courte sans être trop mini. L’absence de soutien-gorge permet aux seins arrogants de Carole d’être dessinés par le tissu.

Marie-Claude : « on a perdu sa langue les garçons ?

 D’un seul coup on n’a plus rien à dire ! »

Comment j’ai été transformée en épouse libertine Chapitre 51
Nouveaux profils

Moi : « Non, non je vous trouve magnifiques tous les deux je ne sais plus laquelle regarder »

Carole : « Bilal comment tu trouves ce n’est pas trop ? J’ai peur de choquer.»

Bilal : «non j’aime, je te trouve très belle, je suppose que tout ça c’est grâce à Marie-Claude, il faut que tu oses plus souvent. »

Ma chérie entraîne Carole auprès de son mari. Marie-Claude se penche et murmure à l’oreille de Bilal étonné. Il regarde sa femme et glisse sa main sous le bas de la robe, il semble surpris ses yeux s’écarquillent sa main traîne un peu.

Marie-Claude : « alors la surprise ne te plaît pas »

Bilal : « si mais il faut que je voie de plus près »

Il se lève entraîne son épouse vers la cuisine, je crains le pire je suis en alerte Marie-Claude me rassure :

« Je suis sûre que ça lui plaît, ces deux-là ont un problème ils ne se parlent pas de leurs désirs et loupent plein de bonnes choses. »

À leur retour ils affichent tous deux un large sourire Carole :

 « Il aime mais n’osait pas me le demander »

Marie-Claude : « vous voyez j’en étais sûre ! Parlez-vous, n’hésitez pas même un refus ou désaccord sera moins pénible qu’un non-dit et vous pourrez partager beaucoup plus de choses, parler de plaisirs, de vos fantasmes».

Assez de nouveauté pour la soirée, nous dînons tranquillement l’ambiance est guillerette Carole et Bilal se dévorent des yeux et n’ont qu’une hâte se retrouver dans leur chambre aussi après le café ils ne tardent pas à monter.

Lorsque nous sommes seuls je demande à Marie-Claude comment cela s’est passé avec Carole.

Marie-Claude : « Quand j’entre dans sa chambre elle est surprise je lui dis Xavier m’envoie pour t’aider. Elle demande

« Il t’a dit pour nous ? Toi et Bilal ça s’est passé ? »

Je la rassure « tu as aimé je pense que lui aussi alors tout va bien, pour Bilal s’il s’est passé quelque chose c’est à lui de te le dire ».

 Je lui demande si elle a ce qu’il faut pour tailler ses poils elle n’a rien je file dans la chambre chercher mon matos à mon retour elle est déshabillée mais a enfilé un peignoir.

Je lui dis « ce sera plus facile si tu es nue en plus tu es belle ne te cache pas. »

 Nous passons dans la salle d’eau pour tailler le plus gros pour les finitions nous posons une serviette sur son lit je l’installe et commence à délimiter son petit triangle j’élimine les poils disgracieux sur ses grandes lèvres puis fais la finition au rasoir avant de lui passer la crème apaisante parfumée.

Je dois te dire que ce moment est magique ma main se fait caressante je la vois s’abandonner son bouton durcit elle mouille je finis de la masturber elle appuie sur ma main lorsqu’elle jouit je l’embrasse, elle passe sous la douche je l’aide à choisir parmi ses vêtements sexy une robe pas trop osée pour cette première elle m’avoue ne jamais les mettre de peur de faire pute.

Elle met ses sous-vêtements et sa robe cela gâche la magie je lui fais retirer sa lingerie puis remettre la robe. Je la pousse vers ma chambre pour me changer je mets ma mini et mon boléro et lui demande.

« J’ai l’air d’une pute ? »

Elle me répond « non, mais toi ça te va ! »

 Je lui confirme qu’a elle aussi ça va bien, qu’elle est splendide et je l’entraîne dans l’escalier je la tire un peu pour qu’elle ne renonce pas.
Marie-Claude : « Voilà tu sais tout, et toi c’était bon cet après-midi ? »

« Pas mal la petite se découvre c’est plaisant mais je ne sais pas s’ils vont s’avouer leurs écarts. Attendons demain»

Nous sommes montés pour la nuit. Au petit matin Carole est la première à descendre je la rejoins en cuisine elle est vêtue d’un ensemble peignoir et petite nuisette en voile rose ce qui ne l’habille pas beaucoup en l’embrassant je lui en fais la remarque et pendue à mon cou elle me confie que Bilal l’a incité à oser. Je lui dis il a raison cela te va à ravir.

Nous déjeunons avant de remonter pour nous préparer. Devant la porte de sa chambre elle me dit

« Attends-moi je vais prendre ma douche avec toi pour ne pas réveiller mon guerrier il a beaucoup donné cette nuit. Elle entre sur la pointe des pieds et ressort avec ses vêtements sur le bras et va les déposer dans la chambre vide puis m’entraîne vers la salle d’eau dans le couloir une fois nu nous entrons tous deux sous la douche. Nous nous savonnons mutuellement ou plutôt nous nous caressons. Je lui caresse le clito jusqu’à l’orgasme. J’incite Carole à me sucer jusqu’au bout elle recrache mon sperme elle s’excuse mais c’est la seconde fois après Bilal hier soir qu’elle va jusqu’au bout. Je la félicite et la rassure que cela viendra avec le temps. Nous sortons nus de la salle d’eau elle va s’habiller dans l’autre chambre moi dans la mienne. J’embrasse Marie-Claude et lui souhaite une bonne journée puis je descends rejoindre Carole. Je retrouve une autre femme finie le tailleur strict du début de semaine ce matin elle porte un ensemble jupe courte et blouson de cuir marron sur un pull de laine blanche au décolleté plongeant. Nous partons, dans la voiture je lui demande :

«  As-tu parlé de nous à ton mari ? Bilal t’a-t-il parlé de Marie-Claude»

Elle : « heu, je lui ai dit que nous étions embrassés et caressée, lui m’a avoué avoir baisé Marie-Claude un après-midi »

Moi : « c’est un bon début mais il va falloir être totalement honnêtes pour garder votre confiance. »

Arrivés au bureau Nadia complimente Carole pour son ensemble, nous attaquons cette dernière journée avec entrain. La matinée suffit largement pour terminer le travail qui était le mien. Vers onze heures Carole appelle le PDG Gérard Moreau et l’informe que nous avons terminé le travail de transition. Nous prévenons Nadia que nous ne travaillons pas cet après-midi.

Nous décidons d’inviter nos conjoints à la brasserie Georges pour fêter l’évènement le rendez-vous est fixé à midi trente. Avant de partir je dis au revoir à Nadia.

Dans le bureau je demande à Carole de retirer sa petite culotte que je mets dans ma poche puis nous partons pour retrouver Marie-Claude et Bilal.

Dans la voiture je glisse les doigts entre les cuisses de Carole je touche le clito et mon majeur glisse entre les lèvres déjà humide de son sexe.

Nous arrivons au resto, depuis l’entrée nous voyons nos conjoints déjà installés. Bilal embrasse Marie-Claude sur la bouche sa main lui caresse la joue. Je passe mon bras dans le dos de Carole, je la serre contre moi en posant ma main sur ses fesses. Nous arrivons près de la table j’embrasse Marie-Claude sur la bouche Carole embrasse aussi son mari. Le serveur qui s’est approché est un peu dubitatif.

Au cours du repas Marie-Claude et moi amène nos amis à se dire toute la vérité sur les rapports qu’ils ont eus cette semaine, cela se fait sans problème. Évidemment l’ambiance est érotique les mains caressantes, le repas est vite englouti nous sommes tous quatre impatients d’aller plus loin. Aussitôt le repas terminé nous rentrons comme nous sommes venus chacun avec la femme de l’autre.

Une fois à la villa Carole nous, conduit directement dans la suite parentale et demande à Bilal de monter du champagne.

 Aujourd’hui la nouvelle directrice prend les choses en main, elle déshabille Marie-Claude, se met nue également et entraîne Marie-Claude sur le lit décidé à s’adonner aux plaisirs lesbiens. Lorsque Bilal entre dans la chambre le spectacle, des deux femmes nues tête bêchent se broutant le minou, le laissent pantois.

Moi : « remets-toi Bilal ta femme découvrent de nouveaux plaisirs qui ne vont certainement pas te laisser de marbre »

Bilal vient t’asseoir près de moi et nous assistons ensemble à la jouissance successive de nos épouses. L’un comme l’autre nous avons le sexe bandé bien à l’étroit dans nos pantalons.

Nos deux coquines s’intéressent enfin à nous et nous demandent de virer nos fringues, ce que nous faisons avec plaisir avant de nous approcher du lit. Carole me prend en bouche et regarde Bilal mettre sa bite dans la bouche de Marie-Claude. Les suceuses diaboliques font durer le plaisir en stoppant régulièrement leur sucions sur nos sexes tendus.

Quand enfin elles nous invitent à les pénétrer, c’est chacun sa régulière. C’est donc en cote à côté que nos couples reconstitués copulent. Cet après-midi est très intense pour nous quatre et nous fêtons ce plaisir partagé en buvant un peu de champagne.

Bilal : « merci à vous deux d’avoir appuyé sur nos tabous moraux ou religieux trop rigoristes pour permettre la renaissance de notre couple, grâce à vous nous avons pu échanger sur nos désirs et nos peurs »

Carole : « merci pour votre patience et votre encouragement à trouver le plaisir en plus de l’amour »

Marie-Claude : « je sais que Bilal ne sera pas aussi candauliste que Xavier mais il a compris que le sexe uniquement pour le plaisir peut se pratiquer avec d’autres partenaires sans nuire à votre amour à condition d’être francs et honnêtes entre vous. »

Moi : « j’ai confiance en vous, vous allez mener cette nouvelle étape de votre vie avec succès si vous êtes attentifs à l’autre et à ses désirs »

Nous nous embrassons tous les quatre et nous retournons sur le lit Marie-Claude me suce je ne traîne pas pour être en érection pendant que Carole suce son mari pour le rendre opérationnel et lui aussi bande très rapidement. Alors qu’il s’apprête à embrocher Carole, celle-ci esquive et se déplace vers moi elle pousse Marie-Claude vers son homme.

 Carole : « chéri baise Marie-Claude devant moi je veux te voir la faire jouir comme tu l’as fait toute cette semaine et toi tu vas me regarder jouir avec Xavier »

Bilal : « tu n’as pas peur que nous ressentions de la jalousie »

Carole : « si c’est le cas on se sera trompé sur nos désirs et nos fantasmes »

Marie-Claude : « à votre réaction quand vous avez avoué vos écarts cette semaine devant nous à midi, je ne crois pas»

 Je couche Carole sur le dos et lui lèche le berlingot bien toiletté par Marie-Claude, les grandes lèvres son déjà baignées de cyprine le clito dégagé de son capuchon est bandé comme une petite bite. Ma langue virevolte autour du bouton le taquine, s’insinue entre les petites lèvres pour pénétrer le trou d’amour puis revient solliciter le bouton gorgé de sang.

À côté de nous Bilal a mis Marie-Claude à quatre pattes et après lui avoir sucé brièvement la fente il lui plante son gros chibre dans l’atelier de vénus. Ma chérie se fait piner avec bonheur, avec Carole nous constatons l’énergie de la saillie.

Surexcitée par le spectacle Carole part la première et ose à peine exprimer son plaisir mais la giclée que j’ai reçue sur le visage en témoigne, elle-même est surprise de cette nouveauté c’est la première fois qu’elle mouille autant comme elle dit.

Moi : « ce n’est pas rare, tu découvres probablement parce que tu ne te laissais pas aller suffisamment dans ta jouissance »

Bilal met beaucoup d’ardeur à marteler la matrice de ma femme il est accroché à ses hanches et avec régularité il donne de violents coups de reins. Contrairement à Carole ma légitime ne se prive pas d’exprimer son bonheur.

Marie-Claude : « Bilal ta queue me remplit c’est bon baise moi bien mon salop fait moi jouir crache ton jus, regarde ta femme comme elle a joui cette salope »

Ces quelques mots suffisent à déchaîner le queutard, qui accélère la cadence de ses coups de reins et s’approche de la fin du round. Marie-Claude se manifeste un peu plus elle geint ses murmures bien qu’incompréhensibles soit clairement l’expression de sa jouissance.
Carole se redresse, vient embrasser Marie-Claude et lui dit :

« Vas-y jouis bien de la grosse bite de mon homme tu aimes »

Marie-Claude : « j’adore sa grosse queue dit lui de continuer à me défoncer la chatte et je vais jouir encore »

Carole : « chéri tu as entendu retiens, toi, encore, fais la jouir une autre fois et remplis la de ton sperme pendant que Xavier me fourre sa bite dans la chatte »

Bilal : « je vais lui gicler au fond de la cramouille et Xavier va t’en faire autant »

J’enfile ma queue dans la moule de la mignonne et la baise nous sommes très excités et cette fois Carole joui bruyamment avant moi ce qui déclenche ma jouissance et celle de Bilal et de Marie-Claude.

Les deux femmes se lancent un regard complice s’allongent sur le lit et s’embrassent. Bilal semble satisfait il me tend la main pour sceller cette complicité.

Lorsque nous regardons nos épouses elles sont de nouveau tête bêche et se lèchent la moule.

Marie-Claude : « va ma chérie récupère le jus de ton homme mélangé à ma cyprine tu vas apprendre à aimer le sperme »

Carole : « je ne sais pas si j’aime mais ça ne me repousse pas »

Bilal : « bravo Marie-Claude je vois que la formation continue, applique-toi Carole je suis fier de toi »

Voir nos femmes ainsi nous redonne la forme ce qui nous permet d’inviter ces dames à venir à la source.

Marie-Claude : « les garçons branlez-vous Carole va goûter à vos deux semences »

Carole : « je ne pourrai jamais ça fait trop »

Marie-Claude : « si tu vas y arriver commence par Xavier il va juter le premier ensuite tu vas rendre Bilal heureux et fier de toi »

Lorsque je sens monter la pression je préviens, Marie-Claude guide Carole vers ma queue lui fait ouvrir la bouche j’y plonge mon gland et lâche la première giclée.

Marie-Claude : « ferme la bouche ma belle et avale, tu peux le faire »

Carole ferme la bouche je vois qu’elle a du mal à avaler de ma main libre je lui caresse la joue, elle me regarde dans les yeux et avale au moment où j’envoie une deuxième dose cette fois l’apprentie ferme les yeux et aspire mon sexe Bilal et Marie-Claude constatent la réussite et la félicitent. Je redresse Carole l’embrasse sur la bouche et je la félicite du progrès réalisé depuis le début de la semaine.

Carole prend à présent la bite de Bilal en bouche et lorsqu’il éjacule elle avale la semence mais le sperme est abondant une partie coule sur le côté de sa bouche, Marie-Claude s’empresse de récupérer le trop-plein à son profit.

 Ce soir pas de dîner nous partageons du plaisir tous les quatre. Avant de nous retirer dans nos chambres respectives vers une heure du matin.

Au réveil à 8h00 Marie-Claude et moi prends notre douche ensuite nous bouclons nos valises. Nous descendons charger nos valises dans la voiture car nous avons prévu de partir en début de matinée. Nous préparons le petit-déjeuner Marie-Claude monte frapper à la porte de la chambre de nos hôtes et annonce que le petit-déjeuner est prêt.

Bilal et Carole descendent en tenue de nuit et nous rejoignent en cuisine pour prendre le petit-déjeuner. Comme bonjour Marie-Claude embrasse Bilal sur la bouche Carole fait de même avec moi. Après le petit-déjeuner nous sommes prêts pour le départ, nos hôtes insistent pour que l’on reste une journée de plus nous déclinons je veux une journée de repos avant de reprendre le travail.

Carole : « c’est dommage, mais vous serez toujours les bienvenus chez nous, merci pour tout»

Moi : « Carole je suis heureux de voir quelle femme est devenue la directrice régionale, Bilal prend bien soin de ton trésor et tous les deux n’oubliez pas franchise, compréhension et plaisir

Marie-Claude : « prenez soin de vous mes chéris on reste en contact »

Bilal : « merci à vous deux pour avoir réveillé notre amour et notre sexualité Retour en région bordelaise en attente de nouvelles rencontres !

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou