Bi - Gay - Lesbien Histoires taboues et histoires de sexe Inceste

Comment j’ai été transformée en épouse libertine Chapitre 63

Comment j’ai été transformée en épouse libertine Chapitre 63
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Marie-Claude libertine 63 lors du déménagement Marie-Claude découvre le voisin sous un nouveau jour

 Après les excès de notre patron (voir les récits : l’accident) Marie-Claude et moi avons démissionné.

En octobre après avoir envoyé nombre de CV Marie-Claude reçoit une proposition de travail en région Alsace notre région d’origine ou nous avons laissé notre fille Muriel chez sa Mamy pour qu’elle puisse poursuivre ses études.

Un entretien d’embauche et un essai de deux jours, sont prévus pour les 17 et 18 octobre. Nous nous y rendons Marie-Claude réussit largement son entretien d’embauche je lui donne mon accord pour qu’elle signe un contrat de huit mois à compter du 02 novembre.

Lorsque nous habitions dans une maison appartenant à la société qui m’employait, et comme mon épouse et moi avons donné nos démissions, nous sommes obligés de trouver un gîte dans la région Mulhousienne.

Nous sommes à la recherche d’une maison avec jardin dans la région de Mulhouse pas trop éloignée du lieu de travail de mon épouse.

Pendant ces deux mois nous avons loué un deux-pièces cuisine meublé dans le même village.

Mes séances de kiné sont terminées et je ne prends ma canne que pour les longues marches.

Nous prenons la décision de changer de région pour ce nouvel emploi et de vendre notre maison.

Dès notre retour à bordeaux le 20 octobre nous planifions notre déménagement afin de vendre notre maison.

Le vendredi Marie-Claude, fidèle à son habitude, est en minijupe sans culotte, elle commence à faire du tri à la maison pour savoir ce qu’il faut garder avec nous pour vivre deux mois dans le gîte.

En début de matinée je vais chez le garde-meubles pour louer un box afin d’y stocker nos affaires. Le temps de visiter d’effectuer les formalités je reviens vers dix heures en rentrant j’entends parler dans la cuisine.

Je m’avance dans le couloir et par la porte entrouverte je vois Marie-Claude couchée sur la table sans jupe et le corsage ouvert entre ses cuisses un homme d’une quarantaine d’années occupé à lui bourrer la chatte je recule sans être vu. Je joue les voyeurs. Je vois la bite coiffée d’un préservatif disparaître pour mieux ressortir, après quelques minutes j’entends Marie-Claude jouir en même temps que l’homme. Je retourne à la porte d’entrée et cette fois je claque la porte. Je vais dans le salon en appelant mon épouse qui me crie qu’elle est dans la cuisine. Je la rejoins et joue la surprise.

Moi : « Bonjour monsieur vous êtes »

Lui : « Bonjour je suis Patrick l‘agent immobilier je devais venir à 14h00 mais mon rendez-vous de 9 h 00 est annulé comme j’étais proche de chez vous je suis passé à tout hasard.

 »Moi : « Vous avez bien fait mon épouse vous avez fait visiter »

 Lui : « Oui tout à fait je vais faire quelques photos pour la mise en vente »

Il fait les photos nous discutons de son estimation et du prix de vente plancher que nous souhaitons nous signons le mandat de vente exclusif pour trois mois.

 L’après-midi je prépare les divers courriers de clôture des contrats de gaz et d’électricité etc.

Le vendredi soir nous recevons quatre couples de voisins pour un apéritif dînatoire. J’en profite pour demander à notre voisin le plus proche qui est au chômage depuis peu s’il peut nous aider le lundi et le mardi il accepte volontiers.

 Claire et Adrien, nos voisins depuis cinq ans, ont 26 ans et sont mariés depuis un an. Elle est esthéticienne lui fraiseur il a perdu son emploi il y a deux mois à cause d’une réduction d’effectif dans son entreprise. Nous avons souvent pris l’apéro ou partagé des dîners ensemble.

 Pendant le week-end Marie-Claude prépare les six valises que nous garderons avec nous pour les deux mois au gîte.

Le lundi matin ma petite femme porte une minirobe rouge sans sous-vêtement comme à son habitude et ce n’est pas la présence de Adrien qui va changer la chose. Avec le voisin nous allons dans une grande surface acheter des cartons ainsi que du papier bulle pour les choses fragiles. Dès notre retour nous attaquons la mise en carton du linge de maison, de nos vêtements et de la vaisselle cette étape étant terminée en fin d’après-midi.

 Adrien et moi attaquons la bibliothèque, mon bureau et les dossiers qui s’y trouvent.
Mon épouse m’appelle dans sa pièce couture pour que je démonte sa table de travail. Je laisse Adrien seul et vais aider Marie-Claude cela est rapide à mon retour je vois mon voisin ranger précipitamment quelque chose dans un carton. L’air de rien je prends quelques classeurs que je place près de son carton ce qui me permet de voir que c’est un de nos albums de photos intimes qu’il a rangé si vite. Sans rien dire je continue le rangement une heure plus tard le bureau est vide les cartons de livres et dossiers ont rejoint ceux de linge sur des palettes dans le garage.

Le mardi mon voisin démonte les meubles qui peuvent l’être et Marie-Claude emballe bibelots et cadres divers pendant que je transporte les cartons au box de stockage grâce au fourgon prêté par Henri un voisin marchand de meubles. Au garde-meubles un transpalette me permet de décharger rapidement le fourgon mais le rangement du box prend plus de temps.

Je fais trois voyages entre 10 heures et 16 heures avec une pause à midi pour déjeuner avec Marie-Claude et Adrien.

En fin d’après-midi avec le voisin nous chargeons au fur et à mesure les petits meubles et ceux démontés dans le fourgon pendant que Marie-Claude termine les cartons de choses fragiles.

A dix-neuf heures Claire vient nous chercher pour que nous allions dîner chez elle. Je verrouille le fourgon chargé. Nous dînons assez rapidement.

Claire et Adrien nous proposent quand notre maison sera vide mercredi soir de dormir chez eux plutôt qu’à l’hôtel ce que nous acceptons volontiers. Nous quittons nos voisins à vingt-deux heures.

Je propose à Marie-Claude de faire un voyage au box pour gagner du temps et avoir fini de vider la maison demain soir. Alors que je range nos affaires dans le box ma femme me dit j’ai quelque chose à te dire.

Marie-Claude raconte : – « ce matin pendant que tu es au box je décroche les tableaux du couloir je suis sur l’escabeau pour m’attaquer au lustre. Je sens une présence je baisse la tête et vois Adrien au pied de l’escabeau, je continue de décrocher le lustre. Il ne peut s’empêcher de regarder le spectacle qui s’offre à lui et pose la main sur mon mollet. Comme je suis sans réaction sa main remonte le long de ma jambe et me caresse l’intérieur des cuisses. Ses doigts glissent dans ma brèche humide. Je descends une marche avec le lustre à la main et me tourne vers lui il m’embrasse la chatte. Je descends de l’escabeau et pose le lustre sur le sol. Adrien me plaque contre le mur tout en m’embrassant. Il continue de me caresser et m’agenouille. Je défais sa ceinture et sors son sexe bandé, il est épais pas très long mais bien dur je le suce et le branle.

Lui : « J’ai vu ton album de photos sur lesquelles tu te fais baiser par plein de mecs différents je ne te savais pas aussi salope »

Adrien est si excité qu’il éjacule rapidement dans ma bouche, il me prend par le bras et m’entraîne chez lui :

« Comme ça si Xavier revient nous dirons que nous sommes allés boire un coup ».

 Dès que sa porte est fermée il me conduit dans sa chambre son lit est encore ouvert.

Lui : « C’est à mon tour de te baiser maintenant, dire que j’ai perdu cinq ans»

Moi : « Et si je refuse tu fais quoi ? »

Lui : « J’ai peut-être une bite moins grosse que certaines sur tes photos mais tu vas voir je sais m’en servir »

Il me met nue me pousse sur son lit, il me suce le clito, je mouille abondamment. Il se met nu puis attrape un préservatif dans sa table de chevet. Il me retourne sur le ventre :

« Sur les photos tu as l’air d’aimer la levrette alors lève ton cul »

Je me mets en position et d’un coup sec il me plante la totalité de son chibre capuchonné dans la chatte il me baise violemment. Je sens mon plaisir poindre et je vais au-devant de sa queue.

Lui : « Ça te plaît de te faire baiser, si j’avais su que tu étais une salope il y a longtemps que je t’aurais chopée »

Moi : « Tu sais il suffit parfois de tenter, pourquoi tu ne m’as pas draguée ? Oui baise-moi à fond je suis une salope »

 Lui : « Tu m’excitais, je te regardais mais vu notre différence d’âge je n’osais pas »

Moi : « Alors profite en jeudi il sera trop tard »

Adrien m’a baisé pendant une demi-heure j’ai joui trois fois et lui deux et cet après-midi il m’a baisée à nouveau et m’a enculé dans le garage c’est lui qui a demandé à Claire de nous inviter à dormir pour pouvoir me baiser dans la nuit. Je ne sais pas encore comment il compte s’y prendre.

Une fois le fourgon vide Marie-Claude et moi rentre à la maison. Avec la nuit dans les pièces quasi vides le moindre bruit résonne. Nous prenons une douche. Avant de me coucher je prends des antalgiques car mon dos me fait souffrir. Je me fais réprimander par ma chérie car elle trouve que j’en fais trop et que je devrais encore me ménager quatre mois après mon accident. À minuit nous sommes couchés.

Le mercredi matin à huit heures Adrien arrive avec deux autres voisins Régis et Henri ce dernier est accompagné d’un de ses employés je suis heureux de voir cette main-d’œuvre arriver. Henri a vite fait de charger mes meubles dont certains viennent de chez lui, trois voyages et à treize heures la maison est totalement vide.
Pour les remercier j’invite tout ce petit monde au restaurant du quartier dont nous sortons vers quinze heures.

 Marie-Claude, Adrien et moi allons faire le ménage je propose à Adrien de lui fournir une lettre de recommandation pour rentrer dans mon ancienne entreprise. Je téléphone à Boris et lui donne les éléments (qualification expérience et coordonnée de Adrien) pour qu’il fasse la lettre de recommandation.

Je fais un tour à la déchetterie pour jeter toutes les saloperies. À dix-sept heures tout est terminé les valises chargées dans notre voiture.

 Marie-Claude part avec Adrien m’attendre chez lui tandis que je regroupe toutes nos clés pour l’agent immobilier qui doit arriver. Ce dernier arrive une demi-heure plus tard nous faisons le tour de la maison. Il est certainement déçu que ce ne soit pas Marie-Claude qui soit là. Il prend quelques photos de la maison vide et m’annonce qu’il a déjà une visite programmée en fin de semaine.

Après le départ de l’agent immobilier, avant de rejoindre mon épouse, je vais dans ma voiture chercher une bouteille de ‘‘fine de Bordeaux’’ que j’ai mise de côté pour remercier Adrien. Je traverse la rue pour juste au moment où Claire rentre de son travail. J’attends donc ma voisine pour rentrer avec elle. Je la salue elle me demande où est Marie-Claude je lui réponds qu’elle est déjà avec Adrien. Je suis surpris de la voir sonner avant d’entrer. Nous entrons tous les deux et trouvons Marie-Claude et Adrien dans le salon.

Adrien : « Chérie pourquoi tu sonnes, c’est nouveau »

Claire avec un sourire malicieux:

« Il paraît que tu es avec une jolie femme je ne voulais pas vous déranger »

Adrien le visage rouge : « Très drôle ! Au fait Xavier me fait pistonner pour que je rentre dans son ancienne boite »

Moi : « Oui, Boris mon ami depuis plus de 30 ans est directeur technique au siège il va faire une lettre qu’Adrien donnera au nouveau chef de site. Boris fera intervenir le PDG directement pour l’embauche. »

Adrien : « En tout cas merci je ferai tout pour que ça marche »

 J’offre la bouteille de fine à mon hôte, Marie-Claude propose à Claire de l’aider pour le dîner. La sonnette de la porte retentit.

 Claire demande à son Mari d’aller ouvrir. Ce dernier ouvre la porte c’est le fleuriste du boulevard qui livre des fleurs. Adrien apporte le bouquet à sa femme qui ouvre la carte qui accompagne les fleurs.
Claire : « Ah non ! Marie-Claude et Xavier merci mais il ne fallait pas, c’est avec plaisir que nous vous recevons ».

 Elle nous embrasse et nous invite à passer à l’apéro.

Nous prenons tous les quatre un apéritif largement servi, puis les femmes préparent le repas et dressent la table Adrien ouvre deux bouteilles de vin un grave de Vayres et un clairet.

Nos épouses reviennent et nous prenons un deuxième apéro en passant à table. Claire apporte l’entrée et mon voisin sert le vin. Le repas traîne en longueur Adrien remplit généreusement mon verre et celui de sa femme mais lui et Marie-Claude ne boivent pas beaucoup. En fin de repas Claire demande à Marie-Claude de l’aider à débarrasser la table elles partent en cuisine, Marie-Claude revient seule au salon avec la cafetière et les tasses.

Marie-Claude : « Je crois qu’Claire est pompette »

Adrien : « Elle dormira mieux. »

Claire nous rejoint Marie-Claude sert le café, nous le buvons en discutant de nos projets.

Il est près de vingt-trois heures Adrien sortent quatre verres à cognac pour boire la fine il commence à servir.

Claire : « Pas pour moi chéri »

Adrien : « C’est du bon tu vas bien faire honneur à cette fin pour faire plaisir à Xavier »

Claire se laisse convaincre et nous dégustons tous les quatre notre eau-de-vie. Au bout d’un quart d’heure Claire se lève pour débarrasser les tasses mais elle titube et retombe sur son fauteuil.

Marie-Claude : « Laisse je m’en occupe, va te coucher »

Marie-Claude débarrasse aidée de Adrien qui propose de l’aider à faire la vaisselle.

 Claire se lève en titubant et avance péniblement je me lève et l’aide à gagner sa chambre je l’assois au pied du lit et lui retire ses escarpins. J’ouvre le lit pour la coucher quand je me retourne elle a retiré sa robe, elle est seins nus et retire son string couleur chair et le jette sur le côté elle est sacrément bien foutue. Je glisse mon bras sous les siens pour l’amener sur le côté afin de la coucher.

Claire la bouche pâteuse : « Tu es un amour occupe-toi de moi »

Accrochée à mon cou elle m’embrasse à pleine bouche puis pose sa tête sur mon épaule, dommage qu’elle ne m’ait pas fait ça à jeun. Je l’allonge dans son lit. Avant de rabattre la couette je prends le temps de la regarder. Je commence à rabattre la couette et j’effleure sa poitrine. Elle se redresse, les bras autour de mon cou elle me retient.

Claire le regard vitreux :

« Je t’ai toujours trouvé sympa et charmeur, fais-moi l’amour »

Moi : « non Claire tu dis n’importe quoi, tu ne sais pas ce que tu fais il faut que tu dormes»

Elle : « Caresse-moi au moins »

Elle retombe sur le lit, je pousse un peu la couette et de la main je lui prodigue la caresse demandée en passant de ses seins à son clito que je branle tous en lui doigtant la chatte elle jouit rapidement je l’embrasse sur le front et je rabats la couette j’éteins la lumière et quitte la chambre. Je vais rejoindre Adrien et Marie-Claude dans la cuisine la vaisselle est presque terminée.

Adrien : « comment va Claire ? »

Moi : « elle est partie se coucher et je vais faire comme elle, je suis crevé et avec l’alcool je vais bien dormir »

Marie-Claude : « va mon chéri j’ai bientôt terminé »

Je pars me coucher. Je n’enclenche pas la porte qui sépare le couloir et le salon ni celle de la chambre. Dans le couloir la chambre d’amis est en face de celle de nos voisins. Je me couche en restant à l’affût du moindre bruit. Une dizaine de minutes plus tard j’entends du bruit. Je tends l’oreille la porte de chambre grince à peine, j’entends le ronflement d’Claire puis Adrien dit (elle dort comme une marmotte). Un léger bruit de pas dans la chambre je devine que Marie-Claude s’approche du lit.

Marie-Claude chuchote : « chéri tu dors » sans réponse de ma part je l’entends reculer et sortir de la chambre.

J’attends un moment puis je me lève, aussi silencieusement que possible je quitte la chambre. Je vais à la porte du salon qui est juste poussée. J’entends Marie-Claude et Adrien parler. Marie-Claude met Adrien en garde sur les dérives sexuelles dans la société elle lui demande de tenir Claire à l’écart. Comme rien ne se passe je suis sur le point de partir quand j’entends Adrien gémir et un bruit de succion.

Adrien : « Oui tu suces bien, attends j’enlève mon pantalon »

J’entends le bruissement des vêtements que l’on retire, je pousse légèrement la porte. La porte entrebâillée de deux ou trois centimètres me permet de voir le salon. Marie-Claude est assise nue sur le canapé, Adrien est nu debout face à elle. Les lèvres de mon épouse vont et viennent sur la queue bandée du voisin. D’où je suis j’évalue les dimensions de la bite (environ Ø4cm, L16cm). Ma gourmande se délecte de son sucre d’orge et le coquin semble apprécier. La tête en arrière il a les yeux fermés, la mâchoire crispée, les dents serrées. Ses mains, caressant parfois la joue ma femme, accompagnent le mouvement de la tête suceuse. Il lui parle tout bas.

Adrien un peu plus fort :

« Attention je viens haaarr »

Marie-Claude serre ses lèvres autour du gourdin et l’absorbe le plus possible pour bien en tirer toute la sève. Elle observe le visage du jeune voisin qui jouit. Après les derniers soubresauts de la bite elle déglutit et libère le membre qui perd de sa rigidité.

Mon voisin s’assied près de ma moitié et lui caresse la poitrine, sa bouche embrasse les seins l’un après l’autre ses lèvres pincent les tétons. Marie-Claude elle caresse les bourses du jeunot et branle sa verge pour la revitaliser.

Lorsqu’elle juge la queue suffisamment raide ma libertine se lève, elle se met à genoux sur la banquette à cheval sur Adrien face à lui et se laisse descendre. Je ne vois pas bien mais elle s’empale sur le braquemart du voisin et lui dévore la bouche.

Adrien : « Si nos conjoints savaient qu’on baise pendant qu’ils dorment ça pourrait barder»

Marie-Claude : « Ne t’inquiète pas Xavier sait bien ce que nous faisons, s’il s’est couché c’est pour nous laisser le champ libre »

Lui : « tu crois qu’il nous a vus ou qu’il s’en doute ? »

Elle : « non c’est juste que je lui dis tout »

Au bout d’une demi-heure j’en ai assez vu aussi je vais me coucher et je m’endors en pensant à ma jeune et jolie voisine que j’aurais pu baiser. Au cours de la nuit je suis réveillé par Marie-Claude qui se blottit contre moi, je jette un œil sur ma montre il est plus de deux heures du matin.

Moi : « Alors c’était bon, il baise bien le petit ? »

Marie-Claude : « J’ignore s’il est toujours comme ça, il m’a baisé par tous les trous et m’a fait jouir pendant deux heures »

Elle prend ma main la pose sur sa chatte :

 « Regarde j’ai encore son sperme dans la chatte et le cul »

Elle se tourne et colle son cul sur mon bas-ventre et comme je bande je ne peux pas ignorer son invitation. Ma bite trouve vite sa place dans le conduit étroit où je vais me soulager tout en lui caressant le clito. Finalement nous nous endormons.

À six heures trente je suis réveillé par un bruit de porte, j’enfile mon pantalon et je me lève. Je me dirige vers la cuisine qui est éclairée, ma voisine en déshabillé rouge tient à la main un verre d’eau où se dissout un comprimé.

Je m’approche : « Bonjour Claire comment vas-tu ? »

Elle s’approche m’embrasse :

« J’ai un orchestre bavarois dans la tête, pas toi ? »

Moi : « Moi ça va j’ai l’habitude de boire un peu, as-tu passé une bonne nuit ? »

Elle : « Oui, mais je ne sais pas si je dois te remercier »

Moi : « Pourquoi ce n’est pas moi qui t’ai fait boire »

Elle : « Je sais, mais tu as été très correct peut-être trop quand tu m’as couchée hier soir »

Moi : « Pourquoi trop, je n’allais pas abuser de toi alors que tu étais ivre »

Elle : « Je te comprends mais quand je t’ai demandé j’en avais envie s’il y a une prochaine fois n’hésite pas »

Moi : « Désolé, j’ai raté l’occase excuse-moi. Tu travailles à quelle heure ce matin »

Elle : « A huit heures j’ai une mariée à préparer pour son grand jour »

Je déjeune avec Claire je suis récompensé lorsqu’elle s’assoit à côté de moi son déshabillé s’ouvre et m’offre une vue magnifique sur le mont de vénus. Elle va se préparer pour le travail et avant de partir elle s’empare de mes lèvres je rends son baiser à la mignonne et elle part.

À huit heures Marie-Claude et Adrien se lève pendant qu’ils déjeunent je vais prendre ma douche. Puis c’est au tour de Marie-Claude qui invite Adrien à lui frotter le dos ce qui rend la douche plus longue que la normale. Finalement nous partons de Bordeaux à dix heures soit une heure de retard sur l’horaire prévu et nous arrivons au gîte près de Mulhouse  vers vingt-deux heures…

À suivre !

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings