Vous êtes ici : Accueil > Confession intime d’un couple chaud
Confession Intime Histoires taboues

Confession intime d’un couple chaud

Couple candauliste invite un plan cul à l’hôtel pour baiser et prendre des photos

Confession intime et coquine d’un couple

Si tous deux à la retraite, mariés depuis bien des lustres et que ma femme et moi-même toujours bien ensemble, nous portant énorme de tendresse mais que sur le plan sexuel, nos ardeurs d’antan étaient bien sur un peu passées, même s’il nous arrive encore exceptionnellement à nous faire plaisir. Mais s’il n’en restait pas moins même avec nos soixante dix récents, pour ma part, toujours en bonne forme et physiquement comme on me le rappelle souvent, restant loin de mon âge, toujours à me branler ma petite queue, lorsque l’envie me prend et cela, de temps à autre, en me rendant sur quelques sites pornos et principalement des sites gays que j’adore toujours, ayant même fini par être attiré par les mecs et avoir encore aujourd’hui de temps à autre l’une ou l’autre petite aventure.
Alors, si pour garder cette forme, je m’occupe toujours de l’entretien de l’étang de mon tonton où ce lundi, après y avoir pas mal élagué et de plus en petit solitaire, j’en aurais eu marre, et décide alors de m’en retourner chez moi bien plus tôt qu’à l’habitude, où en arrivant, sans que ma moitié que je pensais comme à son habitude devant la télé et ne m’attendant pas sitôt, je décharge les quelques outils que j’avais emporté dans le garage, où si ensuite je me dirige vers l’escalier pour monter et informer ma moitié de mon retour. C’est alors que tout en montant l’escalier, j’entends venant du haut des petits gémissements et râles de « Ahhh…Ahhh.Oui…Oui.. ». Si je monte ensuite lentement pour jeter un petit œil par l’entrebâillement de la porte un peu ouverte, voyant comme souvent la télé bien sur allumée, à ma grande stupeur, n’en croyant pas mes yeux, je vois ma petite femme à genoux sur le canapé, laissant à ma vue sans bien sur le savoir, son joli cul se déhancher, les jambes un léger écartées, qui étaient tout simplement entrain de se masturber toute seule sa petite chatte me provocant aussitôt et sans pouvoir me retenir, une érection terrible.

Si je rentre ensuite me laissant juste à un « coucou c’est moi, c’est moi…., » cette dernière combien effrayée et surprise de ma présence et combien mal à l’aise se relève toutefois, presque tout à poil, où alors je me laisse juste lui dire, « Continue ma petite salope…continue, c’est trop cool et combien je trouve cela bandant de savoir que tu te branles encore…, alors STP..STP.., continues et fais comme si je n’étais pas là…. ». Et si la dernière tout en me souriant, devant à mon arrivée être à la limite de l’orgasme, elle laisse sans plus à se remette dans cette position perverse, laissant repartir sa main entre ses jambes et ses doigts à nouveau se glisser dans cette chatte, se mordillant les lèvres, si je me laisse au plaisir de la mater encore quelques minutes, n’y tenant plus, je viens vers elle, me saisis de cette dernière, qui relâchant sa petite chatte, se jette sur ma bouche, se dévorant tous deux avec démence, roulant avec fougue nos langues l’une dans l’autre, où , elle se lâche alors dans des « Oh Ouiiiiii … désolé mon chéri, mais si cela faisait bien du temps, comme tu le savais, que je n’avais plus envie de cela, ne comprenant ce qui m’aura prise aujourd’hui, de plus toute seule, me laissant à quelques fantasmes. Alors, donne-moi ta queue…. J’ai trop envie et besoin d’elle…., de la sentir dans ma chatte, mon trou de cul et partout où tu le voudras. Vas-y mon petit salaud, STP.., STP.., fais de moi ce que tu voudras…… »

Et si là, en quelques secondes de folie et de plus, avec son aide, mes habits seront tombés me retrouvant à mon tour à poil, se laissant sans plus, à des ébats les plus déments et pervers nous viennent et surtout à ma petite femme, qui si elle ne semblait plus avoir besoin de sexe, me fait tomber dans le canapé pour se jeter sans retenue sur ma queue, qu’elle engloutit et qu’elle me suce de longues minutes, laissant de plus sa main partir entre mes fesses où très vite je sens son index se glisser dans mon trou de cul, qu’elle me branle avec frénésie.
Et si ce plaisir torride me fait me mouvoir dans tous les sens possibles, toujours ma queue bien au fond de sa bouche, nous finissons à un moment à nous laisser partir sur le tapis au sol, où si ma petite salope, allongée alors sur le dos, les jambes écartées, je me laisse à mon tour à lui bouffer sa chatte, y entrer avec fougue ma langue jusqu’à sentir son clito, dur comme une queue, trempé de cyprine, laissant de plus le majeur de ma main, partir lui branler son trou de cul ce qui laisse cette fois encore, ma petite dévergondée à cris de plus en plus fort « Oh Ouiiiiii…, encore….., continues…., plus fort…., bouffes moi.., défonces moi.. ». Et continuant ce jeu combien pervers et bon, la relâchant un instant, pour alors me laisser glisser sur son torse, pour rejoindre ses deux jolis seins sur l’un desquels je viens alors m’asseoir avec douceur, laissant le petit téton de ce sein, lui aussi raide et dur, se glisser dans mon trou de cul, où de suite ma petite femme se met à gémir « comme c’est bon mon homme.. Ouiiiiii. Ouiiiiii…Continue…, » pour de plus, après encore quelques minutes de ce jeu, réussir à me saisir autour de la taille, me faisant glisser encore un léger sur son torse, lui permettant de reprendre ma queue et se remettre avec démence à s’en délecter avec une démence indescriptible. » Et si à cet instant, le plaisir était pour moi un moment démentiel, voulant encore bien plus profiter de ma petite salope et des moments combien pervers dont elle avait envie aujourd’hui, la faisant ensuite se relever, où si positionné derrière elle, je l’empoigne cette fois à mon tour me saisissant de ses deux petits globes bien gonflés que je lui masse, laissant encore cette dernière à des râles fous, l’entraînant ainsi dans notre chambre à coucher, où si je la fais basculer sur le lit avec devant mes yeux alors son joli petit cul, je me jette entre ses jambes pour tout en lui prodiguant mille caresses, je laisse ma langue se promener autour de ses fesses, puis le long de sa raie pour enfin laisser partir ma langue et me délecter de ce trou de cul, où si de plus, ma petite femme se met à se tortiller et faire bouger son cul, où n’y tenant plus, je réussis à la remettre dans cette position, dans laquelle je l’aurais trouvée en arrivant, à savoir sur les genoux, où alors bien positionné entre ses jambes écartées, la reprenant autour de la taille, je laisse ma queue se promener quelques instants autour de ses fesses, puis autour de son petit trou de cul, où si elle se laisse une fois encore à des « Ohhh.. Ouiiiiii. Vas-y mon salaud, encules moi… fais moi bien la sentir. » je laisse alors cette dernière lentement s’introduire dans ce trou, ne me retenant en rien, à des va et viens incessants, lui malaxant de plus ses deux petits globes, ne pouvant cette fois tous deux se retenir à des gémissements terribles, où si ce torride jeu dura encore quelques sublimes minutes, sentant ensuite ne plus pouvoir me retenir longtemps, je retire ma queue de ce trou de cul, faisant alors basculer ma petite salope sur le dos, où si très vite je lui positionne une tête d’oreiller sous ses reins et ses fesses, lui faisant alors relever sa croupe se retrouvant à présent dans une position perverse et combien jouissive.

Et sans plus, je reviens ensuite entre ses jambes écartées, où si je profite quelques instants, à dévorer et laisser entrer ma langue dans cette chatte, si ma petite perverse à la limite de s’évanouir, se laisse encore à des gémissements fous et démesurés, je laisse enfin ma queue lentement s’introduire dans cette chatte déjà imbibée de cyprine et cette fois encore dans des mouvements de va et viens sans limite, quelques sublimes secondes suffiront ensuite où dans une osmose réciproque et des râles partagés, ma petite salope lançant encore des « çà me viens mon homme, Oh Ouiiiiii..Ouiiiiii… continue. çà me viens…, » où là au même instant, l’explosion nous arrive à tous deux nous laissant dans une jouissance indescriptible ne se retenant plus à rien à laisser gicler et se mélanger nos spermes dans un moment de folies effrénées.

Et enfin tous deux combien apaisés de cette sublime partie de sexe, nous remerciant réciproquement, nous dévorons quelques instant encore nos bouches et nos langues pour enfin partir tous les deux se rincer sous une bonne douche.

Fin

Gégé

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bons plans coquins

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Catégories

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Visio Skype

skype tel rose amateur

Bons plans

Webcam Skype

telrosegol

Médias de la Communauté

Rencontres

Sexe à distance

téléphone rose pas cher

Remontons le temps