Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique Xstory

Histoire de cul J’ai enfin trouvé l’enseignant que j’ai toujours voulu

Histoire de cul J'ai enfin trouvé l'enseignant que j'ai toujours voulu
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire de cul *C’est ma toute première histoire. Je n’ai jamais rien posté auparavant mais j’ai décidé qu’il était temps que je le fasse. Je m’excuse par avance pour mes erreurs de grammaire et d’orthographe. Je me suis efforcée de les corriger, mais ce n’est pas ma langue maternelle. J’espère que vous apprécierez cette histoire. Elle est basée sur des événements réels. Bien entendu, les noms ont été changés pour protéger les coupables 🙂

Je suis un Canadien japonais de troisième génération. Je viens d’une famille plus ou moins typique. J’ai un frère aîné et une sœur cadette. Le fait d’être au milieu n’est en fait pas un gros problème pour moi. Mes parents sont de très bonnes personnes et m’ont inspiré dans bien des domaines. J’ai été élevée dans la religion catholique et j’ai donc fréquenté des écoles catholiques toute ma vie.

Une fois, j’ai eu le rêve fou d’aller à Notre Dame aux États-Unis, mais cela ne s’est pas produit. C’était trop loin pour ma famille et, pour être honnête, je ne voulais pas quitter le Canada. J’ai tout de même eu l’occasion de visiter le campus et je pense que cela m’aurait plu. Depuis, j’ai obtenu mon diplôme universitaire et je travaille maintenant dans le domaine médical.

Je mesure 5’3″, je pèse 105 kilos et j’ai de longs cheveux noirs. Je suis mince et je mesure 32b-22-30. J’ai les yeux bruns. Je n’ai pas de tatouages ni de piercings, à l’exception de mes oreilles. J’ai aimé nager toute ma vie. Je nage encore tous les jours.

J’ai étudié le violon tout au long de l’école primaire et de l’école secondaire. J’ai également fait de la gymnastique. À la consternation de ma mère, je n’ai pas vraiment aimé le patinage artistique, mais j’ai préféré jouer au hockey. J’étais toujours la plus petite fille de l’équipe et j’ai fini par me retrouver dans les buts. Je suis toujours bonne à ce poste, j’ai d’excellents réflexes et j’aime jouer. Aujourd’hui encore, je joue pour le plaisir. Mon père m’a inscrite aux arts martiaux à l’âge de cinq ans. À l’école, j’ai toujours fait de mon mieux et j’ai surtout apprécié le lycée.

L’un de mes professeurs préférés était M. Redman. Il a été mon professeur de sciences à trois reprises. Dès le premier jour, il a été mon professeur à domicile. Comme tout élève de 9e année, mon premier jour a été un véritable enfer. Je ne connaissais personne et tout le monde semblait pressé. L’endroit me paraissait immense et un peu froid. J’étais excité à l’idée d’y être, mais j’étais aussi nerveux, avec tous les doutes habituels.

Alors que l’école se dirigeait collectivement vers l’église pour la messe d’ouverture, j’ai regardé tous ces gens et je me suis sentie intimidée, concentrée sur mes doutes, lorsqu’une ombre m’a envahie. J’ai levé les yeux et M. Redman me regardait. Il m’a souri et m’a dit : “Les premiers jours, ça craint toujours”. J’ai ri. Il m’a dit : “Ne t’inquiète pas trop, c’est écrit sur ton visage. J’ai deux secrets pour toi. Premièrement, tous ces enfants sont aussi nerveux que toi et se posent probablement les mêmes questions que toi. Deuxièmement, même les professeurs sont nerveux le premier jour d’école.” J’ai souri et j’ai dit : “Vous n’avez pas l’air nerveux.” Il a souri et s’est éloigné pour aller s’occuper de quelques gars qui s’amusaient. Je l’ai regardé partir et c’est là que j’ai décidé que je l’aimais bien.

Pendant ce semestre dans sa classe, j’ai passé beaucoup de temps à l’observer. Il était drôle, très populaire auprès de nous tous et c’était un très bon professeur. Je pense que le fait d’être nouveau l’a rendu très enthousiaste et nous avons tous été pris au jeu. J’ai très bien réussi dans sa classe. Il avait également raison sur d’autres points. Je me suis fait des amis, je me suis amusé et j’ai participé à toutes sortes d’activités, comme le sport et certaines activités de club. Même à cet âge, j’ai remarqué qu’il n’était pas marié. Bien sûr, toutes les filles avaient le béguin pour lui. Il était intelligent, beau, drôle et sincère.

J’ai eu de la chance pour des questions d’emploi du temps et de volume des classes, et en dixième année, j’ai retrouvé M. Redman comme professeur au second semestre. Il n’avait pas changé du tout et j’étais si heureuse de l’avoir à nouveau comme professeur. C’était mon professeur préféré cette année-là et j’admets que j’avais un béguin idiot pour lui. Je ne sais pas s’il s’en est rendu compte ou non, mais rien de ce qu’il a fait ne l’indiquait. Bien sûr, il était amical et faisait un excellent travail en tant que professeur, mais rien de plus.

En 11e année, je ne l’ai pas eu comme professeur de sciences, mais j’ai toujours dit bonjour quand je le voyais et il s’arrêtait pour me demander comment ça allait quand il en avait le temps. Je l’aimais de plus en plus. J’ai choisi de suivre des cours d’été chaque été afin de m’assurer que j’avais toutes les chances d’améliorer mes notes et d’augmenter le nombre de mes crédits. J’étais sur le tableau d’honneur et j’admets que j’adorais l’école. J’avais des amis dans toutes les cliques de l’école et je semblais connaître tout le monde.

Pendant l’été, j’ai eu la chance d’avoir M. Redman comme professeur de biologie. Pendant l’été, nous ne portons pas d’uniforme et nous n’utilisons même pas notre école secondaire habituelle. Les étudiants venant de tous les coins du pays ne fréquentaient qu’un seul lycée, toujours situé au centre de la ville. J’étais une exception à bien des égards. Peu de gens y participaient volontairement, la plupart essayaient de rattraper un cours qui leur avait coûté cher. C’était amusant de voir combien de personnes de ma propre école venaient me demander de l’aide et j’aimais ça. Si je pouvais aider quelqu’un, je le faisais.

M. Redman l’a remarqué et a lancé une sorte de programme de tutorat par les pairs. Il a jumelé les élèves les plus forts avec ceux qui avaient des difficultés. Environ une semaine avant la fin des cours d’été, M. Redman m’a demandé de venir le voir après les cours. C’était bizarre parce qu’il m’a servi du thé et m’a posé des questions sur mes projets après l’obtention de mon diplôme. Il voulait surtout savoir si j’avais décidé de devenir enseignante. Je lui ai dit que j’espérais entrer dans le domaine médical et il en a été ravi. Nous avons parlé pendant environ une demi-heure. À aucun moment il n’a tenté quoi que ce soit, il était juste très agréable à discuter et n’a jamais fait quoi que ce soit qui me mette mal à l’aise. Il avait laissé la porte ouverte et semblait intéressé. Il m’a dit que j’étais une excellente élève et qu’il était fier de mon travail acharné. Je suis partie de là sur un petit nuage. J’avais toujours le béguin pour lui et il était fier de moi. J’étais tellement heureuse et distraite que j’ai fait le geste ultra cool de marcher dans un pilier. Je suis ravie que personne ne l’ait vu.

En douzième année, j’ai suivi deux cours de sciences avancées et j’ai eu la chance de le faire entrer au deuxième semestre en chimie. C’était mon dernier semestre au lycée. Pour être honnête, j’ai travaillé comme un fou. Je savais que j’avais une bonne chance d’entrer dans trois très bonnes universités et je ne voulais pas tout gâcher. J’ai reçu mes lettres d’acceptation et c’est à ce moment-là que j’ai compris que le lycée était pratiquement terminé pour moi. Je me souviens d’avoir regardé M. Redman pendant qu’il enseignait et d’avoir pensé que je ne le reverrais probablement jamais. Cela m’a bouleversée et blessée. À l’approche des examens finaux, je me suis concentrée sur ces derniers, mais à chaque fois que je voyais M. Redman, je ressentais une perte.

À l’approche du dernier jour de cours, j’ai décidé de lui dire quelque chose, n’importe quoi, pour lui faire savoir à quel point il comptait et combien j’étais reconnaissante de tout ce qu’il avait fait pour moi. Je savais qu’il aimait le thé et qu’il en prenait souvent une tasse en classe. Je suis donc allée lui acheter un service à thé que je pensais qu’il apprécierait et je l’ai soigneusement emballé. Je me suis dit que si je me dégonflais, je lui remettrais le cadeau et je partirais en courant. En fait, j’étais très nerveuse.

Le dernier jour, je suis entrée en classe et tout le monde était sur les nerfs. C’était le dernier jour avant les examens. Certains paniquaient, cherchant à savoir si son examen final pouvait les aider. Je paniquais pour mes propres raisons. Je n’avais jamais agi de la sorte. Je dois préciser que j’avais eu des rendez-vous galants, mais que je n’étais en aucun cas une sorte de séductrice secrètement douée. Je ne savais même pas ce que j’attendais de lui. J’avais des idées assez folles, comme lui donner ceci, qu’il avoue son amour, qu’il m’arrache à mes pieds et qu’il m’emporte dans le soleil couchant pour vivre heureux jusqu’à la fin de mes jours. Des choses plutôt ridicules.

À la fin du cours, je suis restée un peu en retrait et j’ai attendu. M. Redman a fait ses adieux à certains et a souhaité bonne chance à tout le monde. J’ai attendu que la salle se vide. M. Redman a souri lorsque je me suis approché de lui. Il m’a dit que ma présence en classe lui manquerait et m’a souhaité bonne chance à l’université. Je n’ai même pas pu le regarder en face. J’ai sorti le cadeau de mon sac et je l’ai tendu. J’étais tellement nerveuse que je me suis même inclinée légèrement en le lui donnant. Il a dit que le cadeau n’était pas nécessaire et a demandé s’il pouvait l’ouvrir. J’ai marmonné quelque chose d’éloquent comme “Euh, bien sûr” et il l’a déballé. J’ai dû lever la tête pour voir son visage et je l’ai fait lorsqu’il a vu ce que c’était. Il a eu un énorme sourire radieux et m’a demandé comment je savais qu’il collectionnait les services à thé. J’ai bredouillé qu’il buvait toujours du thé et que j’avais pensé que c’était une bonne idée de lui offrir un nouveau service. Il m’a souri et m’a dit que c’était adorable et extrêmement gentil de ma part. Nous nous sommes regardés et j’ai vu son sourcil bouger légèrement. C’était comme s’il venait de réaliser que je le fixais. J’ai parlé très vite en disant à quel point il était un grand professeur, combien je l’admirais et combien j’aimais l’avoir comme professeur, et à quel point il était le plus gentil des professeurs, et j’ai radoté comme si j’étais un commissaire-priseur sous l’emprise de la drogue. Lorsque je me suis finalement arrêté pour parler, j’ai regardé le sol. Je me criais intérieurement que j’étais un abruti, un crétin, un idiot, que j’avais l’air stupide.

C’est alors qu’il a posé sa main sur mon épaule. J’ai levé les yeux vers lui et il m’a dit en souriant : “Sachiko, tu mérites toutes les bonnes choses que ce monde peut t’offrir. Tu as été une joie d’enseigner et tu vas me manquer.” Il m’a serré dans ses bras, mais ce n’était qu’une étreinte amicale, comme une étreinte fraternelle. Je sais que j’ai pris une grande inspiration et que j’ai expiré. Il m’a laissé partir, toujours souriant, et m’a dit qu’il devait assister à une réunion du personnel au sujet des examens, qu’il était désolé de précipiter les choses, mais qu’il devait partir. J’ai réussi à sourire, j’ai pris mon sac et je me suis dirigée vers la porte. Je me suis retournée et il fixait le service à thé. Je lui ai dit : “Tu avais raison sur toute la ligne.” Il m’a regardée et a levé un sourcil. J’ai dit : “Le premier jour où nous nous sommes rencontrés, tu m’as dit de ne pas m’inquiéter. Tu avais raison. Ces quatre dernières années ont été extraordinaires.” J’ai tourné les talons et je suis partie.

J’ai eu l’impression que nous ne nous reverrions jamais. J’ai obtenu mon diplôme et M. Redman n’était pas là. Il était parti pour un an en Australie dans le cadre d’un échange d’enseignants. J’étais triste, mais je suis passée à autre chose. J’admets que j’ai souvent regardé en arrière et pensé à lui chaque fois que j’entrais dans un laboratoire. Il était en quelque sorte mon lieu de bonheur scientifique.

Deux ans plus tard, je suis sortie avec des amis. C’était un vendredi soir typique. Nous nous étions habillés pour tuer car nous avions prévu d’aller dans un bon club après avoir dîné dans un bon restaurant chinois. L’université se passait très bien et j’étais heureuse. J’étais célibataire à l’époque et j’espérais rencontrer quelqu’un. Je m’étais fait faire les cheveux et les ongles et je portais une robe de cocktail noire, des bas nylon et des talons. C’était agréable de sortir des jeans et des pantalons de sport pour changer.

Nous avons dîné et sommes allés dans un bar à vin très sympa avant de nous rendre dans un club. Nous sommes entrés et avons trouvé un coin salon très agréable. J’avais un vin à la main et j’ai décidé de faire un tour et de visiter l’endroit. C’était très joli. L’étage principal était entièrement en bois et très beau. L’éclairage et les différentes hauteurs de plafond rendaient les places assises si intimes et chaleureuses. Je suis allée au deuxième étage, où il y avait un pianiste et où l’éclairage et les autres thèmes de l’étage principal ont été conservés. Le bar, là-haut, n’était pas droit, mais avait l’air d’un mouvement de vague, car il s’incurvait joliment. Alors que je marchais lentement en regardant les œuvres d’art qu’ils avaient choisies, j’ai jeté un coup d’œil et mon cœur s’est arrêté net.

M. Redman était assis au bar et parlait au téléphone portable. Il avait l’air perplexe en parlant. Je voulais me précipiter, mais j’ai décidé d’attendre qu’il ait raccroché. Je suis resté là et j’ai vu qu’il buvait un vin rouge. Je me suis dirigé vers la partie la plus éloignée du bar et j’ai demandé au barman ce qu’il buvait. Le barman m’a répondu qu’il s’agissait d’un shiraz Yellow Label. Je lui ai demandé de m’en apporter deux, ce qu’il a fait.

J’ai attendu nerveusement et lorsque M. Redman a raccroché et rangé son téléphone portable dans la poche de son blazer, j’ai vu qu’il avait l’air triste, presque blessé. Je me suis dit “ok, tu n’es plus son élève, tu es assez grand pour être ici, va lui parler”. J’ai aussi remarqué qu’il était superbe dans son blazer et qu’il s’habillait vraiment bien.

Je me suis approché de lui et il ne semblait pas s’en rendre compte. J’ai tendu ma main droite et posé le vin devant lui. J’ai dit : “Quelqu’un a l’air de ne pas passer une bonne soirée”. Il ne m’a pas regardé mais a commencé à dire en se tournant lentement “C’est vraiment très gentil de votre part mais je…” et il s’est figé quand il m’a vu. Je me suis mise à rire et j’ai dit : “Eh bien, M. Redman, c’est bon de vous voir aussi. Je vais bien, comment allez-vous ?” Il a souri et s’est mis à rire. Nous nous sommes serrés dans les bras l’un de l’autre et il m’a posé une foule de questions sur l’université, sur ma vie à l’étranger, et il semblait tellement heureux de me voir que j’étais rayonnante. Je lui ai posé des questions sur l’Australie et il m’a raconté toutes ses expériences, y compris une méchante morsure d’araignée pour laquelle il a été hospitalisé. Il m’a regardée et m’a dit : “Wow, tu es superbe”. Je l’ai complimenté à mon tour et nous nous sommes regardés jusqu’à ce que nous riions tous les deux. Je lui ai dit : “Je voulais juste te dire bonjour et te parler. Si tu as quelqu’un qui vient, je peux y aller.” Il a eu l’air contrarié et m’a dit : “Eh bien, j’étais censé rencontrer quelqu’un, une dame du travail, mais elle a décidé d’attendre que je sois là pour m’appeler et me dire qu’elle ne viendrait pas”. J’ai demandé si elle avait dit pourquoi et il a répondu : “Apparemment, elle pense qu’il est trop tôt après sa rupture pour passer du temps avec moi.”

J’allais dire quelque chose quand une de mes amies s’est approchée et a dit : “Sachiko, où étais-tu ? Nous étions inquiètes.” Elle riait et regardait M. Redman en souriant. J’ai dit : “Oh, désolé, c’est…” et j’ai commencé à rire. “Je ne l’avais jamais appelé par son prénom, même si je le connaissais. Elle a compris que j’avais oublié son nom et m’a dit : “Elle est vraiment plus intelligente que ça d’habitude…”. Je suis Christine et vous êtes ?” en lui tendant la main. Il l’a serrée et a dit “Peter… Peter Redman.” Je les ai regardés se serrer la main et elle lui a souri, ainsi qu’à moi. “Alors, vous vous joignez à nous ce soir ?” J’ai souri à Peter et j’ai dit : “Pouvez-vous nous excuser un instant ?”

J’ai pris Christine à part et je lui ai dit : “Je reste ici avec lui.” Elle a commencé à protester et j’ai dit : “Je ne me suis jamais défilée pour un homme ou pour toute autre raison. J’ai besoin que tu me laisses faire. S’il te plaît, Christine, ne sois pas fâchée et ne me déteste pas pour ça.” Elle a souri et m’a dit : “Tu as raison, d’accord. Je le dirai aux autres. Tu connais ce type ?” J’ai souri et j’ai dit : “Je lui fais confiance depuis des années.” Elle m’a serré dans ses bras, m’a souhaité bonne chance et est partie. Pour être honnête, elle m’a aussi dit qu’il était canon, qu’il avait des yeux de tueur, qu’il était sexy et qu’il avait de belles mains.

J’ai pris une grande inspiration, je me suis retournée et j’ai commencé à revenir sur mes pas. Une femme lui parlait, riait et lui touchait le bras. Je me suis arrêtée une seconde, puis j’ai recommencé à marcher dans leur direction. Je me moquais de savoir qui elle était, je n’allais pas m’éloigner cette fois-ci. Quand je les ai rejoints, je jure que j’ai vu du soulagement dans ses yeux et il m’a dit “Tout va bien ?” en m’attirant et en mettant son bras autour de moi, debout à côté de moi. Je lui ai souri et j’ai dit “Ça ne pourrait pas aller mieux” et je me suis tournée vers elle et j’ai dit “Je ne pense pas que nous nous soyons déjà rencontrés. Je m’appelle Sachiko.” Elle m’a juste regardée avec “Salope” écrit sur son front, a fait ses adieux et s’est éloignée. J’ai levé les yeux vers lui et il s’est retourné pour faire face au bar avec moi. “Désolé, elle est venue dès que tu es parti et c’était si inconfortable. Je m’excuse.” J’ai ri et j’ai dit : “Je ne peux pas lui reprocher ses goûts en matière d’hommes.” Il m’a regardé en souriant et s’est mis à rire en me frottant le dos alors que nous étions assis sur nos tabourets.

Nous avons passé les deux heures suivantes à discuter. Nous avons appris beaucoup de choses l’un sur l’autre et plus j’en apprenais, plus je l’aimais. À ma suggestion, nous nous sommes installés dans un canapé plus intime, avec une belle vue sur l’extérieur. Nous nous sommes assis et avons continué à discuter.

C’était si facile, nous riions beaucoup et nous nous amusions vraiment. J’avais fait la transition en pensant à lui comme à Peter et il semblait très heureux. Il parlait d’un voyage qu’il avait fait dans le parc national de Banff. Cela semblait si beau et si romantique que j’ai pris sa main et me suis penchée vers lui. Je n’ai pas pu m’en empêcher, je me suis penchée vers lui et je l’ai vu. La panique soudaine du cerf dans les phares dans ses yeux. Je me suis arrêtée et j’ai dit : “Ça va ?” Il n’a pas bougé, il m’a juste regardé. Il s’est raclé la gorge et a regardé le canapé. Je ne voulais pas que ça s’arrête.

J’ai mis mon autre main sur le côté de son visage et je lui ai dit : “Peter, je te connais depuis longtemps, mais je ne suis plus ton élève. Je termine ma deuxième année et je sais ce que tu penses. S’il te plaît… J’ai toujours… toujours voulu t’embrasser… Je sais ce que je fais…” Il a levé les yeux vers moi et m’a regardé dans les yeux. J’ai dit “Je ne sais pas si tu veux m’embrasser mais je te jure…” et c’est tout ce que j’ai pu dire. Il a posé ses deux mains sur le côté de ma tête, m’a attirée et m’a embrassée.

C’était si doux, si tendre, si sucré et tout ce que j’avais imaginé et espéré. Rien, et je dis bien rien d’autre, n’existait pour moi à ce moment-là. Tout ce que je peux dire, c’est que j’ai eu l’impression de n’avoir jamais été embrassée auparavant. Le baiser est devenu progressivement plus passionné et bientôt nos langues ont commencé à danser. Je ne sentais que lui. Je sentais son eau de Cologne, je sentais sa peau et ses cheveux, je goûtais sa douce haleine et rien d’autre ne comptait. À la fin, je ne sais pas qui s’est retiré le premier. Je suis restée assise et j’ai lentement ouvert les yeux.

Il me regardait avec une véritable attention dans ses magnifiques yeux verts et tout ce que je pouvais penser, c’était “Parfait”. Je lui ai souri, j’ai caressé son visage et j’ai pris ses mains dans les miennes. Il a secoué la tête et a dit “Wow”, un sourire s’est dessiné sur son visage et il m’a serrée dans ses bras. Je me suis tournée vers son oreille, je l’ai embrassée, j’ai dit “Merci” et je l’ai serré contre moi. J’ai senti ses épaules trembler et il commençait à rire. Je me suis rassise en le regardant et il a dit “Merci ? Il souriait et me serrait les mains, puis il a continué : “Ce baiser… oh mon Dieu” et il m’a embrassée à nouveau. C’était tout aussi magique et j’ai senti mon cœur fondre.

J’étais si heureuse, si satisfaite, si conquise par lui. Nous nous sommes à nouveau éloignés l’un de l’autre, il a regardé autour de lui, puis il est revenu vers moi et a dit : “Tu es tout simplement incroyable, mais je ne veux pas…” et il s’est interrompu en me regardant. J’ai dit “Tu ne veux pas quoi ?”, sentant un nœud se former dans ma poitrine. “Je ne veux pas t’embrasser dans un bar. Je me suis détendue et j’ai réalisé que c’était logique et que ce n’était pas vraiment mon truc non plus.

Il a passé sa main dans mes cheveux et a dit : “Je ne changerais rien à ce premier baiser, mais je ne suis pas à l’aise ici pour faire ça avec toi”. J’ai souri et j’ai appuyé ma tête sur lui pendant un moment pour essayer de retrouver mon calme… J’avais une idée de la direction que cela prenait, mais je n’avais jamais osé l’espérer. “Où te sentirais-tu plus à l’aise ? Il a souri et a dit “Je suis nerveux et je ne veux pas que tu penses que je veux quelque chose de plus que ce que nous avons déjà fait, mais est-ce que tu envisagerais de venir chez moi avec moi ?”. J’ai souri et j’ai dit : “Je ne vois pas où j’ai le plus envie d’être”.

Nous avons quitté le bar en marchant main dans la main. J’ai appuyé ma tête contre son bras pendant que nous marchions. Nous n’avons pas dit grand-chose en marchant et nous sommes arrivés à sa voiture. Il a déverrouillé ma portière et me l’a ouverte. Je ne pouvais pas m’arrêter de sourire. J’ai embrassé légèrement ses lèvres et je suis montée dans la voiture. Il a fait le tour, mais j’ai remarqué qu’il s’était arrêté à l’arrière de la voiture. J’ai regardé derrière moi. Il était là, debout, en train de parler tout seul. J’ai souri parce que je me suis dit que je n’étais pas la seule à essayer de tenir le coup. Il s’est approché et est monté dans la voiture.

Il a démarré, m’a regardé et je lui ai souri. Je n’ai pas pu m’en empêcher et j’ai dit : “Pour un professeur de biologie, vous avez l’air vraiment nerveux”, avec un rire dans la voix. Il s’est mis à rire et a dit “Nerveux le premier jour” en riant avec moi. J’ai souri et j’ai dit “Les premiers jours, c’est nul, non ?” et il a failli s’étouffer. Il a failli s’étouffer. C’est sûrement la façon dont j’ai dit “craindre”. Il m’a regardé et m’a dit “Tu es mauvais” en riant. J’ai souri et j’ai serré sa main. Il a commencé à conduire et j’ai laissé ma main reposer sur sa cuisse. Nous nous sommes embrassés à chaque feu rouge. Je ne me souviens pas avoir jamais espéré un feu rouge auparavant.

Lorsque nous nous sommes arrêtés devant son immeuble, j’ai attrapé la poignée de la porte et il a souri en disant : “Tu peux attendre un moment ?”. Il est sorti, a contourné la voiture et m’a ouvert la porte. Il m’a aidée à sortir de sa voiture et a fermé la porte. En me tenant la main, nous avons traversé le parking jusqu’à l’ascenseur. Lorsque nous sommes entrés, il m’a tourné face à lui et m’a embrassé à nouveau. Nous avons continué à nous embrasser jusqu’à ce que la sonnerie de son étage retentisse. Il m’a pris la main et l’a accompagné jusqu’à sa porte, l’a déverrouillée et me l’a ouverte.

Tout ce que j’ai pu dire à ce moment-là, c’est “wow”. Son appartement était meublé avec goût et impeccable. Il est entré, m’a pris la main et m’a conduite jusqu’au canapé où il m’a installée. Il est ensuite allé nous chercher du vin et a mis la chaîne stéréo en marche. Je suis restée assise à regarder autour de moi en pensant à la beauté de son appartement. Ses meubles étaient tous en cuir marron foncé, de très belles pièces. Il était évident qu’il aimait l’influence de la Toscane dans sa décoration.

Lorsque Peter est revenu vers le canapé et m’a tendu mon vin, nous nous sommes assis et avons recommencé à discuter. Le sujet principal était la famille. Il aimait visiblement ses parents et sa sœur et parlait d’eux avec beaucoup d’affection et de respect. J’ai admiré les sentiments qu’il éprouvait pour eux.

Je lui ai parlé de ma famille et il a été fasciné par nos traditions et notre soutien mutuel. Il était bien conscient de la pression exercée par les parents sur les enfants japonais pour qu’ils réussissent à l’école et dans bien d’autres domaines. Nous sommes restés silencieux pendant un moment. À ce moment-là, j’avais recroquevillé mes pieds sous moi et il avait son bras autour de mon épaule tandis que je m’appuyais contre lui. Le silence ne me dérangeait pas. J’essayais de déterminer ce que j’attendais de cette soirée et de ce qui se passerait demain.

Comme s’il lisait dans mes pensées, il a dit “Sachiko… Je ne sais pas comment le dire… Je ne veux pas t’offenser ou te vexer de quelque manière que ce soit… serait-il possible que nous puissions sortir ensemble demain ?” Je me suis tournée vers lui en souriant et je me suis approchée pour embrasser ses lèvres et j’ai dit “Je ne peux pas imaginer quelque chose qui me ferait dire non”. Nous avons recommencé à nous embrasser et c’est devenu très passionné. Il m’a soulevée sur lui et m’a placée sur ses genoux.

Nous avons continué à nous embrasser et mes mains touchaient son visage, ses cheveux, ses bras, son torse, son dos… je l’enveloppais et je sentais cet homme pour qui j’avais craqué à l’école et dont j’étais folle aujourd’hui. Peter laissait ses mains se promener sur moi, mais jamais sur mes seins. Lorsqu’il a commencé à effleurer mon cou du bout des doigts, sous la racine de mes cheveux, c’était fini pour moi. C’est mon point faible.

Je me suis retournée sur lui, chevauchant ses jambes et lui faisant face tout en l’embrassant. Ma robe est remontée sur mes fesses et je ne l’ai même pas remarqué. J’ai continué à l’embrasser et je ne m’en suis rendu compte que lorsque j’ai senti sa main glisser le long de mon dos jusqu’à mes fesses. Ses doigts ont touché la chair nue, exposée par mon string, et il s’est figé. J’ai gémi dans sa bouche, ne voulant pas qu’il s’arrête. Il a laissé sa main glisser vers le bas et a touché mes fesses. En me pressant contre lui, je pouvais sentir son érection. Il m’a attirée contre lui et a abaissé sa bouche jusqu’à mon cou qu’il a légèrement mordu. J’ai maintenu sa tête et j’ai gémi à nouveau pendant qu’il embrassait et léchait mon cou, sa main serrant mes fesses et les caressant. Son autre main a glissé vers le bas et a commencé à caresser mes fesses également. Je me suis penchée en arrière et j’ai poussé mes lèvres contre les siennes. Tout mon corps était en feu et je l’embrassais avec autant d’ardeur qu’il m’en rendait. Il m’a caressé le cul fermement et, apparemment sans effort, il s’est levé et j’ai enroulé mes jambes autour de lui sans jamais rompre notre baiser.

Il s’est retourné et m’a allongée doucement sur le canapé, s’agenouillant entre mes jambes écartées, me plaçant près du bord. Il a rompu notre baiser et s’est retiré en me regardant. Il m’a caressé le visage et m’a dit : “Nous ne sommes pas obligés de faire ça”. Je l’ai attrapé par sa chemise et l’ai tiré vers moi jusqu’à ce que nous soyons les yeux dans les yeux et j’ai dit “Peter, je veux ça, plus que tout”. Il m’a de nouveau embrassée avec fougue et lorsqu’il a rompu le baiser, il m’a doucement repoussée pour que je repose mes épaules et ma tête contre le dossier du canapé.

Il a glissé ses mains le long de mon corps, a pris mes seins et a embrassé mon cou. Il a descendu le long de mon corps, embrassant et léchant mon décolleté tout en descendant, embrassant mon ventre à travers ma robe. Lorsqu’il a reculé un peu, il a levé les yeux vers moi. J’étais en feu et je voulais qu’il continue. J’ai écarté davantage mes jambes et les ai soulevées en plaçant un pied loin sur la gauche, l’autre jambe s’enroulant autour de son dos et le tirant vers le bas. Il a embrassé et caressé mes cuisses et a écarté mon string. Ses lèvres sont entrées en contact avec ma chatte en premier. Je jure que j’ai failli jouir sur place. Il a pris mes fesses dans ses mains et les a légèrement soulevées alors qu’il commençait à les lécher et à les sonder. Sa langue était une pure magie : il la faisait glisser le long de mes lèvres, l’enfonçait à l’intérieur, puis se retirait pour lécher mon clitoris. J’ai joui vite et fort, j’ai décollé mon dos du canapé et je suis tombée sur le côté en criant de plaisir. Il a continué à m’embrasser et à me lécher doucement, me faisant passer par trois orgasmes très rapides et très forts. Je suis restée allongée à le regarder, il a embrassé ma cuisse à nouveau et s’est redressé en me prenant dans ses bras. Je l’ai embrassé, je l’ai serré dans mes bras et j’ai failli pleurer. C’était plus que ce dont j’avais rêvé. Il m’a prise dans ses bras et m’a emmenée dans sa chambre. J’embrassais son cou pendant qu’il me portait et je n’avais jamais été aussi heureuse avec un homme. Je n’avais aucune idée de la façon dont les choses allaient encore s’améliorer.

Lorsque nous sommes entrés dans la chambre, il m’a doucement déposée sur le lit, m’a embrassée et m’a dit qu’il reviendrait tout de suite. C’est drôle, mais je me souviens avoir pensé que son matelas était génial. Je me suis assise, j’ai défait le fermoir de ma robe, je l’ai dégrafée et je l’ai enlevée. Je l’ai posée sur le fauteuil dans le coin et je me suis regardée dans le miroir. Je portais encore mon soutien-gorge, mon string et mes bas. J’espérais qu’il voudrait les enlever. J’ai sauté sur le lit et je me suis allongée. Je surveillais la porte lorsqu’il est revenu. Il portait le vin et nos verres, ainsi qu’un plateau de fruits et de fromage. J’ai souri et j’ai pensé qu’il était formidable. Une pensée désagréable m’est venue à l’esprit. Je me demande si la femme qu’il devait rencontrer était censée revenir ici ce soir. Il a posé le plateau et le vin et m’a servi un autre verre. Lorsqu’il me l’a tendu, il m’a regardé dans les yeux et s’est assis à côté de moi sur le lit.

Il a touché mes cheveux et m’a dit : “Qu’est-ce qui ne va pas ?” Je ne voulais pas mentir, mais je ne voulais pas non plus passer pour une femme stupide et paranoïaque. S’il avait espéré la ramener ici, c’était son affaire et c’était avant que je n’arrive. D’un autre côté, j’avais besoin de savoir… Je ne sais pas pourquoi. Je savais juste qu’en demandant, j’étais stupide et que je risquais de gâcher une belle soirée. Ce n’est pas comme si j’avais une prétention particulière ou même le droit de le questionner à ce sujet. Sérieusement, il avait une vie avant que je n’arrive. C’était vraiment idiot de ma part.

J’ai baissé les yeux et j’ai eu honte de poser la question. Il m’a fait tourner la tête vers lui en me tenant le menton : “Ai-je fait quelque chose de mal ? s’il vous plaît ? quoi que ce soit, dites-le-moi.” Je l’ai regardé et je sais que j’avais des larmes qui se formaient. Il a posé son vin et a dit “Woah woah woah, tu n’as pas à faire quoi que ce soit que tu ne veuilles pas faire. Oh mon Dieu, je suis vraiment désolé… Je pensais que c’était bon… J’aurais dû demander… s’il te plaît, ne pleure pas.” Je l’ai regardé dans les yeux et il avait l’air aussi bouleversé que moi. Il était sincèrement ébranlé par ce qu’il pensait être une mauvaise chose de sa part. J’ai dit “Je suis stupide… et je n’ai pas le droit de demander ça… mais cette dame du travail que tu devais rencontrer ce soir… est-ce qu’on lui aurait apporté ce vin et cette nourriture ici ce soir ?” Il a eu l’air choqué pendant une seconde et m’a dit : “À quoi tu penses ?” J’ai répondu : “Je suis stupide… Je suis désolée… tu viens de me croiser et je me comporte comme une salope à propos d’une femme que je ne connais pas et sur laquelle je n’ai aucun droit de poser des questions.” Il m’a regardé pendant un moment, s’est levé et s’est dirigé vers la fenêtre. Je me suis assise en pensant que j’avais vraiment tout gâché. Mais que pouvais-je dire ? J’avais déjà été un idiot. C’est un peu difficile de lui retirer ce pied alors qu’il n’avait été que gracieux, charmant et attentionné avec moi. Qu’est-ce que j’ai bien pu penser… qu’il me devait une bague ? Peter s’est retourné et m’a regardé. J’avais l’impression de mesurer environ 2 cm. Il a soupiré, s’est approché et s’est assis sur le bord du lit.

Il a pris ma main dans les deux siennes et a dit : “Sachiko, tout ce que je peux te dire, c’est que c’est de l’histoire ancienne. Oui, j’ai acheté tout cela pour me préparer au cas où les choses se passeraient bien avec elle et que nous reviendrions ici. Je n’aurais jamais imaginé, en un million d’années, que j’allais tomber sur toi ce soir. Je ne peux pas dire que je me sois préparée à ce que tu sois là. Je n’avais jamais imaginé auparavant que je t’aurais un jour, un jour, dans ma chambre. Tout ce que je peux dire, c’est que… Je suis si heureuse que tu sois là et que nous nous soyons rencontrés. Je ne sais pas pourquoi Dieu a choisi ce soir pour me sourire. Tu es tellement belle et douce et pour être honnête, tout ce que je peux désirer. Je ne t’en veux pas d’avoir demandé et je ne pense certainement pas que tu es stupide. Je peux seulement te dire que ce que je ressens pour toi maintenant est bien plus fort que je ne l’aurais jamais cru possible et que je suis désolé de t’avoir fait pleurer”. J’ai mis ma main sur la sienne et j’ai dit : “Je ne suis peut-être pas stupide, mais c’était immature. Ce n’est pas comme si tu me devais quelque chose, et je pense que je me suis fait pleurer pour être honnête.” Il s’est assis en me regardant et m’a dit : “Qu’est-ce que tu me trouves ?” J’ai eu un haut-le-cœur, je crois. Il a haussé les sourcils et m’a dit : “Il s’agit d’une conversation sur nous… toi et moi. J’aimerais savoir ce que tu penses.” J’ai répondu : “Vous allez penser que je délire ou que je suis un peu fou.” Il a ri et m’a dit : “La folie a parfois son charme.” J’ai alors expliqué que j’avais eu le béguin pour lui tout au long du lycée, qu’il avait eu une grande influence sur mes activités et sur mon amour de la science. J’avais voulu l’embrasser ou quelque chose comme ça le dernier jour, je l’avais retrouvé et je n’allais pas laisser tomber et m’en aller. Je lui ai dit que ce soir, à un moment donné, j’ai réalisé que le béguin avait changé pour toujours et que je pensais à lui avec une affection profonde et honnête et que je voulais savoir si cela pouvait être plus. Je lui ai dit beaucoup de choses. Je ne me souviens pas de tout, mais c’était l’essentiel.

Il m’a souri et m’a dit de venir ici. Il s’est levé et m’a tendu la main. Je me suis levé et il m’a conduit dans son bureau. Il m’a dit : “Qu’en pensez-vous ?” Je l’ai regardé fixement en me disant que cela n’avait rien à voir avec quoi que ce soit. J’ai regardé autour de moi et je l’ai vu. Le service à thé que je lui avais offert se trouvait là, bien en vue dans une armoire. La carte était soigneusement posée à côté. Je l’ai regardé, puis je me suis approché et j’ai regardé de plus près l’armoire. Tout ce qui s’y trouvait était lié à des trophées, rien ne provenait d’un élève ou de l’école. Je me suis retournée vers lui et lui ai dit : “Tu m’as déjà dit que tu collectionnais les services à thé”, a-t-il répondu : “Je les garde dans la cuisine. Celui-ci était spécial et m’a touché au cœur. Je le garde donc ici, où je le vois tous les jours.”

Je me suis tournée vers lui et je l’ai regardé fixement. Je me suis approchée et je l’ai serré fort dans mes bras. Je me suis accrochée à lui et tous les doutes que j’avais, toutes les idées stupides et idiotes se sont évanouis. J’ai levé les yeux vers Peter et il m’a serrée contre lui en me soulevant et en m’embrassant tendrement. Il m’a reposée et m’a dit : “Tu peux me demander n’importe quoi, et je te répondrai toujours honnêtement. Je veux continuer à te voir, Sachiko. Je sais, au fond de moi, que tu es une femme gentille et compatissante. C’est peut-être fou, mais c’est ainsi.”

Je lui ai pris la main et l’ai raccompagné jusqu’à la chambre. Je me suis tournée vers lui et l’ai déshabillé lentement. Pendant tout ce temps, il m’a souri et m’a caressé la tête. Bien sûr, il y avait quelque chose qui m’intriguait. Lorsque j’ai fait glisser son boxer et que j’ai vu sa bite en érection pour la première fois… disons que cela m’a frappé en plein front. Je me suis assis, je l’ai regardé, j’ai ri et il m’a dit : “Désolé, j’aurais dû te prévenir”. Je l’ai regardé à genoux, sa belle bite en érection si près de moi, et je me suis dit que je n’avais pas envie d’être ailleurs.

J’ai tendu la main et j’ai commencé à la caresser doucement tout en le regardant dans les yeux. Ils étaient pleins de chaleur et d’une passion grandissante. J’ai continué à le regarder tout en avançant lentement et en commençant à le lécher. J’ai léché le long de la tige, j’ai passé ma langue sur la tête et je l’ai soulevée pour pouvoir lécher ses couilles. Il a dit “Oh mon dieu, c’est irréel”. Je suis revenue au bout et je l’ai pris dans ma bouche. Ne riez pas, mais quand vous êtes une fille catholique, vous devez faire certaines choses pour plaire à un homme sans y renoncer. J’ai glissé le long de sa bite aussi loin que j’ai pu et je l’ai sentie toucher ma gorge. Il a haleté et je me suis dit que je voulais ça et que j’allais le faire. Je suis allée aussi loin que j’ai pu et je l’ai forcé à entrer dans ma gorge, mon nez a heurté son estomac et quand je me suis retirée en haletant, il a tremblé. Je lui ai souri et j’ai dit “Oh mon Dieu” et je suis retournée à sa queue. Je le voulais, j’avais tellement faim que j’avais du mal à penser. Je me suis perdue dans ce moment. Je l’ai pris dans ma gorge, encore et encore. Je l’ai entendu dire “Attention, je suis proche” et j’ai utilisé ma main pour taquiner ses couilles pendant que mon autre main agrippait sa cuisse. J’ai commencé à travailler plus fort et il a crié “Je vais jouir, s’il te plaît …..”. Je n’ai pas arrêté, j’ai regardé ses yeux et je l’ai senti. Sa belle et grosse bite s’est mise à palpiter et a commencé à couler dans ma bouche. J’ai continué et j’ai tout pris. J’ai senti ses cuisses trembler et j’ai relâché un peu la pression. Quand il a eu fini, j’ai avalé et je me suis retirée en le regardant.

Peter m’a regardée avec un tel regard d’émerveillement et de bonheur qu’il s’est penché sur moi, m’a prise dans ses bras et m’a emmenée sur le lit. Il m’a allongée et a plongé entre mes cuisses avec ardeur. J’étais étourdie de plaisir quand il a commencé à me dévorer comme un homme affamé, tirant chaque souffle de moi comme s’il s’agissait d’une pierre précieuse. Je l’ai entendu me dire à quel point j’étais fantastique, à quel point j’avais un goût sucré, et qu’il pourrait faire cela toute la nuit. Il m’a dévoré pendant trois merveilleux orgasmes que je ne peux que décrire comme étant complètement bouleversants. Alors qu’il se hissait lentement sur le lit au-dessus de moi, mes cuisses tremblaient, mon cœur s’emballait et mes seins se gonflaient sous l’effet de mes respirations profondes.

Il était entre mes jambes et se penchait sur moi. Il s’est penché doucement et a commencé à lécher mes mamelons et à les mordre doucement. J’ai arqué le dos pour lui faciliter l’accès et lui offrir mes mamelons. Mes mains se sont envolées vers sa tête et je l’ai maintenue doucement. L’une de ses mains s’est approchée de ma chatte humide et a commencé à me caresser doucement. En un rien de temps, j’ai atteint le sommet et j’ai eu un autre orgasme puissant. Je n’arrivais pas à y croire. Je ne voyais rien d’autre que ses yeux et le monde entier s’est évanoui. Il me tenait, m’embrassait et me caressait doucement. Il me souriait et j’ai finalement réussi à parler et j’ai dit : “Oh Peter… oh mon Dieu Peter… c’était tellement au-delà des mots, tellement incroyable”. Il m’a souri et m’a dit : “Alors ceci va vraiment bouleverser ton monde” et il s’est placé entre mes cuisses. Il était dur comme de la pierre. Je l’ai senti à la seconde où le bout de sa superbe bite a touché mes lèvres humides. Il a lentement glissé en moi, délibérément et sans s’arrêter. Chaque fois que je haletais en pensant qu’il avait fini, il me prouvait le contraire en m’enfonçant plus profondément que quiconque ne l’avait jamais fait. Lorsque sa bite était presque entièrement enfoncée, il a touché mon col de l’utérus. J’ai regardé fixement cet homme merveilleux et céleste et j’ai embrassé ses lèvres.

Il est resté là un moment, le temps que je m’adapte à sa pénétration profonde. Lorsqu’il a commencé à bouger en moi, j’ai fondu. J’ai enroulé mes jambes autour de lui et j’ai posé mes mains sur ses épaules. Je criais d’extase et il a progressivement augmenté la vitesse. Il touchait des endroits que je n’aurais jamais imaginés et je me tordais de plaisir. Mon orgasme a frappé comme un tsunami et il n’a jamais faibli. Il a continué à augmenter le rythme et à me marteler, puis c’est arrivé, la pénétration la plus profonde que j’aie jamais eue. Il a dépassé mon col de l’utérus et, tandis que je criais, il a continué à me pénétrer. J’étais tellement remplie de sa bite que ma tête tournait et la douleur s’est estompée, remplacée par rien d’autre que des sentiments de besoin animal pur et brut. Je l’ai regardé et j’ai vu le feu dans ses yeux. Alors que j’explosais dans un autre orgasme, il a continué encore quelques instants, puis s’est retiré. J’essayais encore de retrouver mes repères lorsqu’il m’a retournée et m’a mise à genoux. Il a glissé sa belle bite en moi et a recommencé à pousser. Une main autour de moi pour atteindre mon clito, l’autre sur ma hanche. Il m’a vraiment et profondément baisée cette nuit-là. Il a continué à me pilonner et je ne savais pas jusqu’où je pouvais aller. J’avais eu un orgasme tellement de fois qu’il me soutenait. Ses fortes poussées ne s’arrêtaient jamais, mon corps s’ouvrait totalement à lui.

Il m’a tirée en arrière et m’a collée contre lui. Il poussait comme un fou et je criais de plaisir ou de douleur. Je ne sais pas, les deux peut-être. J’ai senti sa main quitter ma hanche et entourer doucement ma gorge, me retenant fermement. Il a crié mon nom et il a joui, si profondément en moi et s’est enfoui au-delà de mon col de l’utérus. Il m’a maintenue ainsi pendant environ vingt secondes, puis il m’a doucement reposée sur le lit. J’étais allongée sur le ventre, face à lui, tandis qu’il s’allongeait à côté de moi. Il m’a enlevé les cheveux du visage et m’a dit : “Tu es absolument géniale”. Je l’ai regardé fixement et j’ai dit : “Mais c’est toi qui as fait tout le travail, c’est toi qui es extraordinaire.” Il a souri et m’a dit : “Tu m’inspires, mais si tu te sens coupable, je suis sûr que tu pourras te rattraper plus tard” et m’a embrassé sur les lèvres.

C’était vraiment l’une des meilleures nuits de ma vie.

C’était ma première tentative d’écriture. Je suis sûre que j’ai fait beaucoup d’erreurs. N’hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé. J’ai d’autres choses à partager. Merci beaucoup d’avoir pris le temps de lire ce texte alors que ce site est rempli de tant d’auteurs merveilleux. Et merci à Lucie 😉

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Suivez nous sur Twitter

Vanessa rejoint notre réseau de dials chauds !

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings