Fétiche - BDSM Histoires de Sexe Histoires taboues et histoires de sexe

Histoire de cul SM hardcore avec une esclave consentante

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire de cul Nous avions conclu un accord par chat. Nous sommes quatre hommes confirmés, tous dominants, âgés entre la trentaine et la cinquantaine. Notre partenaire était une femme d’une quarantaine d’années qui avait besoin d’être dure et intransigeante. Le deal était le suivant : nous l’interceptions dans un laps de temps de quatre semaines, sans préciser de date, à l’adresse de son domicile privé que nous connaissions, et nous l’enlevions pour trois jours. Pendant ces jours, elle devait se mettre à notre disposition sans aucune restriction pour des services sexuels de tout genre et du SM hard.

Tout était prêt et je me suis donc rendu chez elle, Catherine, à la demande de mes collègues. C’était un vendredi après-midi vers 17 heures, Catherina rentrait du travail, ouvrait l’appartement et disparaissait à l’intérieur. Je lui ai laissé dix minutes, puis j’ai sonné. Elle a actionné la poignée de la porte et je suis monté au premier étage jusqu’à la porte de son appartement. Et en effet, elle m’a laissé entrer. Elle n’avait pas de photo de moi/de nous, alors elle m’a d’abord examiné.

Mais je ne lui en ai pas laissé le temps, je l’ai poussée dans l’appartement, je lui ai mis un sac en tissu noir sur la tête, je lui ai mis un chiffon dans la bouche et je l’ai poussée sur le sol où je lui ai attaché les mains dans le dos. “Voilà, espèce d’excitée, tu vas rester allongée ici pour le moment. Je vais rassembler quelques affaires et tu vas passer un week-end difficile”, lui ai-je dit. Je lui ai ensuite retiré son jean et arraché son slip.

J’ai fait glisser son pull vers le haut et j’ai arraché son soutien-gorge. Maintenant, la garce était nue devant moi et tirait sur ses liens. Mais peu importe. Elle devait se soumettre! Un petit sac de voyage fut vite trouvé, quelques affaires de sa garde-robe et de son armoire à linge y furent rapidement rangées. Tout comme quelques produits de beauté et de bain et une poignée de l’armoire à pharmacie. Je suis ensuite retournée vers elle et l’ai redressée. “Je vais défaire tes liens pour un moment.

Si tu fais des bêtises, je te battrai. Alors ne bouge pas. Si tu as compris, fais simplement un signe de tête”, ai-je annoncé. Elle a hoché la tête. Après avoir défait ses liens, je lui ai retiré le reste de ses vêtements, de sorte qu’elle était maintenant complètement nue. Elle est belle à voir, cette salope ! Puis je lui ai mis un manteau léger que j’avais trouvé dans l’armoire. Juste après, je lui ai attaché les bras. “Je vais t’enlever le sac de la tête et le bâillon pour que tu puisses traverser le couloir.

Je te conseille vivement de ne pas crier ou d’attirer l’attention sur toi d’une quelconque manière. Nous irons ensuite à ma voiture, où tu t’assoiras sagement à côté de moi. Tu as compris ?” Elle n’a pas réfléchi un seul instant et a immédiatement répondu “Oui, monsieur”. J’ai donc fait ce que j’avais dit, je l’ai conduite à travers le couloir jusqu’à la voiture que j’avais garée à quelques mètres de là. “Assieds-toi et ferme-la”, ai-je ordonné sèchement. Peu après, nous sommes partis, la nuit était tombée et après deux kilomètres, je me suis arrêté sur un parking pour la laisser descendre.

Là, j’ai ouvert son manteau et l’ai fait glisser sur ses épaules, de sorte qu’elle était à nouveau nue pour moi. Allongé à plat ventre sur le capot, j’ai remonté son manteau et retiré la ceinture de mon pantalon. “Pour que tu saches tout de suite ce qui t’attend”, lui ai-je soufflé à l’oreille. Ensuite, j’ai commencé par lui donner quelques coups de ceinture sur son cul nu. La garce les encaissa étonnamment bien ! Je l’ai retournée et j’ai fait danser ma ceinture de cuir sur ses magnifiques seins.

Elle accepta cela aussi sans hurler. “Bien jusqu’ici. Ça laisse présager un week-end d’enfer ! Maintenant, remonte en voiture ! “J’ai maintenant changé les liens, je n’ai fixé qu’une main à la poignée, l’autre est restée libre. Elle était à nouveau assise à côté de moi, le manteau largement remonté sur les épaules, lorsque nous avons repris la route. Sur l’autoroute, je l’ai invitée à se masturber à côté de moi. “Mais tu ne viendras que lorsque je t’y autoriserai, compris ? Un manquement à cette règle aura inévitablement pour conséquence que je te châtierai sur le prochain parking.

Qu’il y ait des gens ou non !” Elle a certes dégluti, mais a immédiatement commencé à lui frotter les fesses en gémissant puissamment. Au bout de quelques minutes, c’était vraiment violent et elle se balançait d’avant en arrière sur le siège. “D..d..puis-je jouir, monsieur ?” demanda-t-elle d’une voix tremblante. “Non ! Pas encore ! Continue !”, ai-je fulminé en retour. Moins d’une minute plus tard, elle ne pouvait plus s’arrêter et croassait violemment son désir. Cinq kilomètres plus tard, j’ai trouvé une place de parking.

Je suis descendu, me suis dirigé vers la portière du passager, l’ai ouverte et ai desserré l’étau. “Sors de là, enlève ton manteau, mets-toi les jambes écartées, les mains sur la nuque”, ai-je exigé sèchement. Juste à côté de ma voiture, sans que je regarde vraiment autour de moi, je l’ai travaillée avec la ceinture. Encore plus fort qu’avant. Beaucoup plus dur ! On voyait maintenant clairement des stries. Et ses gémissements initiaux ont vite fait place à des sons plus douloureux. J’ai dû lui donner une cinquantaine de coups ! Sa capacité d’absorption était bonne !”Voilà, c’est parti.

En voiture ! Et tu restes complètement nu. Les mains derrière le dos, mais tu n’es pas attaché. Et écarte les jambes, s’il te plaît”. Nous avons ainsi parcouru une bonne cinquantaine de kilomètres sur l’autoroute en début de soirée. Nous avons croisé des centaines de voitures et un grand nombre de camions. J’ai repéré l’un d’entre eux. J’ai roulé à sa gauche, à hauteur de la cabine. “Assieds-toi bien droit et tourne-toi vers lui. Ensuite, tu pétris tes seins”, lui dis-je.

Elle a obéi. Le chauffeur du camion m’a fait un signe de la main pour me faire comprendre que nous devions nous rendre sur le parking le plus proche, ce que j’ai fait. Il est descendu, est venu du côté passager et a ouvert la porte. “Tu as une belle voiture…” m’a-t-il dit en rayonnant. “C’est vrai… qu’est-ce qu’il y a ? Ça te dit de la baiser ? Ici et maintenant ?” ai-je demandé. La réponse fut immédiate : “Et comment !”. Puis il l’a tirée hors de la voiture, l’a posée à l’envers sur le capot de ma voiture, a enfilé un préservatif et a bien baisé cette femme nue ! Il enfonça encore et encore son bâton dans la chatte grande ouverte.

Lorsque le jus monta en lui, il arracha le caoutchouc et tira la baiseuse à genoux. Peu après, il lui en envoya une pleine charge dans le visage et la gorge. Haletant mais heureux, il s’est ensuite rhabillé, est monté dans son camion et a continué sa route. Tout comme nous. J’ai pris beaucoup de plaisir à regarder cette femme nue, visiblement consentante, à côté de moi, et à lui toucher la chatte ou à lui pétrir les seins de temps en temps.

Lors d’un arrêt peu avant notre destination, il fallait bien que je m’occupe moi-même de cette garce. Je me suis de nouveau rendu sur un parking et l’ai laissée descendre. Elle frissonnait, car il était 21 heures et la température avait bien baissé. Je l’ai donc laissée s’appuyer sur le capot de la voiture et je l’ai bien enculée sans caoutchouc. Oh là là… elle aimait vraiment ça ! En tout cas, elle gémissait sous mes coups. Peu de temps après, elle a reçu ma charge dans sa bouche grande ouverte.

Elle a léché chaque goutte et a bien nettoyé ma latte. Nous avons ensuite effectué la dernière partie du voyage. Arrivés à destination, il fallait descendre, mettre le manteau et entrer dans la maison, monter au premier étage où les trois autres garçons nous attendaient avec impatience. “Nous allons à la salle de bains, nous prenons une douche, nous nous rafraîchissons et nous nous mettons à quatre pattes dans le studio. C’est là que commence un week-end que tu n’oublieras pas de sitôt.

Et maintenant, allons-y”. Sur ces mots, je l’ai poussée dans la salle de bain, avant de lui ôter son manteau et devant son corps d’esclave nue, mes collègues se sont mis à hurler ! “Dépêche-toi, salope”, lui crient-ils avant que nous allions prendre un café et une cigarette au studio. Au bout de dix bonnes minutes, elle est arrivée à quatre pattes. Ses seins se balançaient librement, ce qui nous a particulièrement plu. Et la vue de son dos a également fait claquer les langues.

Il était temps de lui montrer ce qui l’attendait chez nous ! L’un d’entre eux a donc soulevé la femme nue, l’a giflée, lui a appuyé la tête sur le lit et lui a écarté les jambes. “Sur la pointe des pieds, esclave !” lui ordonna-t-il. Chacun de nous s’empara soit d’un fouet, soit d’une canne et salua d’abord correctement l’esclave qui se débattait ensuite ! Pendant les dix minutes qui ont suivi, elle a dû recevoir des centaines de coups de fouet sur son cul nu.

Sans un mot, un autre homme l’a ensuite soulevée pour la faire s’agenouiller devant lui. Pendant qu’elle se faisait enfoncer la queue dans la bouche l’une après l’autre, parfois deux à la fois, d’autres lui donnaient des coups de fouet sur le dos et le cul. Heureusement qu’elle n’a pas mordu ! “Cette garce supporte vraiment bien les coups”, a dit l’un d’eux. “On verra combien de temps ça durera”, dit un autre. “C’est l’heure de la baise”, m’écriai-je. Pour cela, nous l’avons allongée sur le dos sur le grand et large lit et avons attaché ses bras et ses jambes avec des cordes largement écartées aux anneaux du cadre du lit.

L’un après l’autre, ils ont mis un élastique sur leur queue, se sont agenouillés entre leurs jambes et ont commencé à se masturber. Ceux qui n’étaient pas sur la chatte se laissaient gâter oralement par notre esclave. A un moment donné, j’ai défait ses chevilles, soulevé son corps nu et tremblant et me suis allongé sous lui. Le but de cette action était de lui enfoncer ma trique dans le trou du cul, ce qui a été fait sans problème. Cette salope adorait ça ! Ses gémissements ont redoublé d’intensité lorsque l’un des autres a recommencé à la monter.

Une queue dans le cul, une dans la chatte, une dans la bouche, nous avons bien grignoté la femme nue. Le quatrième a pris des photos de toute l’action et nous a filmés. L’enculé a pris ma place, le photographe a pris une autre position à deux étages, l’enculeur de chattes lui a fourré la bouche pendant que je me chargeais du reportage photo. Et ainsi, nous changions régulièrement de position, de sorte que chacun trouvait plusieurs occasions de s’emparer de notre chienne de baise. “Et puis merde… les gars… on enlève les capotes ! A partir de maintenant, on va baiser à blanc” s’exclame quelqu’un entre-temps et les élastiques disparaissent de nos queues palpitantes.

“Ohhh…oui… baisez-moi ! A blanc ! Et n’hésitez pas à gicler dans mes trous. Il ne peut rien arriver. Et nous sommes tous en bonne santé… oui, oui, oui… hmmmmmmm…. Plus…. Baise-moi fort !!!” était son commentaire. Au bout d’une demi-heure, aucun de nous n’avait plus de crème de maître dans son sexe. Nous avions été baisés à vide et avions besoin d’une pause. Mais l’excitée que nous étions n’en avait pas assez ! Nous avons donc fixé un gode électrique dans son trou de balle et un autre dans son trou de balle, et avons laissé la technique faire en sorte que le godemiché ait un orgasme après l’autre.

Pendant ce temps, elle tirait violemment sur ses menottes, dont une s’est détachée. Elle utilisa la main désormais libre pour se masser les seins et se pincer les tétons à tour de rôle. Des gémissements de plaisir purs et authentiques ainsi qu’un spectacle grandiose de chair d’esclave nue en train de tressaillir ont bientôt permis à nos abdominaux de reprendre des forces. Nous avons enlevé tous les liens, placé Catherina devant le lit, les jambes écartées, et nous l’avons à nouveau prise, cette fois-ci toujours à tour de rôle, et nous avons à nouveau baisé la fente glissante.

Lorsque le jus montait à nouveau, nous lui enfoncions nos lances dans la bouche et l’aspergions dans son gosier qui en redemandait. Elle s’est efforcée de ne rien gaspiller de cette nourriture nourrissante et a avalé chaque goutte ! Comme nous étions à nouveau à sec, notre chienne n’avait plus de condition physique. Elle s’est affaissée sur les genoux et s’est laissée tomber sur le lit. Elle resta ainsi de longues minutes en respirant, transpirant et gémissant.

Quel spectacle excitant ! Une esclave qui venait d’être baisée durement, souillée par notre sperme qui coulait de sa chatte le long de ses jambes… grandiose!L’un d’eux a mis fin à cette pause en tirant la femme nue par les cheveux derrière lui et en la faisant s’agenouiller dans la douche. “J’ai envie de pisser… vous aussi ?” a-t-il demandé à la ronde. Et oui, nous avions aussi besoin ! Nous sommes donc entrés avec lui dans la douche spacieuse et avons pissé sur le corps, le visage et la bouche de notre baiseuse ! “Et avale bien, sale cochonne”, ai-je encore dit.

Mais Catherina le faisait de toute façon volontairement. “Oui, oui… donnez-moi votre jus ! J’adore me faire pisser dessus et boire de l’urine fraîche directement à la source”, dit-elle entre les phases de déglutition en ouvrant sa bouche de temps en temps. Mais cette action a dû prendre fin par manque de liquidités. “Allez, douche-toi et brosse-toi les dents et tes trous soigneusement”, lui a ordonné l’un d’eux. Pendant ce temps, nous, les hommes, sommes entrés dans le studio, avons aéré la pièce pendant que nous nous offrions un café et une cigarette.

Et comme si elle lisait dans nos pensées, notre baiseuse est revenue vers nous à quatre pattes, complètement mouillée et sans s’essuyer. “Me revoilà. Je suis à vous. Faites de moi ce que vous voulez” furent les mots qu’elle lança à la ronde en baissant les yeux. Nous avons décidé de la fouetter… à sec ! Pour ce faire, nous avons suspendu la femme nue au plafond, les bras liés, et l’avons tirée vers le haut de sorte que ses pieds perdent le contact avec le sol.

Elle se balançait ainsi en l’air, libre et sans défense. En même temps, deux par devant, deux par derrière, nous avons fouetté l’esclave avec d’innombrables coups de fouet, parfois très durs. Chaque partie de son corps nu devait brûler comme l’enfer, car notre avidité était incommensurable. L’envie de fouetter notre esclave jusqu’à ses limites. Mais cette femme n’avait pas de limites ! Nous avions beau la frapper, produire d’innombrables stries sur son corps, jamais un appel à la clémence ne franchissait ses lèvres.

Au contraire… cette femme prenait un plaisir audible à se faire fouetter aussi fort que possible par nous ! Au bout d’un quart d’heure, nous avons laissé le corps maltraité pendre quelques minutes. Les gémissements n’ont diminué que cinq minutes après le dernier coup et la tension corporelle s’est lentement relâchée. “Merci messieurs ! Merci beaucoup ! Cela faisait longtemps que je n’avais pas été fouettée aussi intensément ! J’ai vraiment apprécié”, haletait-elle à un moment donné. Nous lui avons ensuite accordé une demi-heure de détente, nous l’avons laissée allongée sur le lit sans être attachée, tout en caressant doucement sa peau douce qui regorgeait de stries.

Elle a également beaucoup apprécié cette action, ronronnant comme un chaton. Je n’ai pas pu résister et j’ai commencé à bien travailler sa chatte avec ma langue. Oh là là… ce morceau excité est immédiatement remonté à 100%. Pendant que ma langue parcourait sa chatte et la pénétrait, notre baiseuse s’emparait comme par magie de nos queues, les frottait doucement, grattait nos couilles et gémissait d’un point culminant à l’autre. Entre-temps, la nuit était tombée et nous avions envie d’un peu d’air frais.

Nous nous sommes donc habillés, l’avons enveloppée dans son manteau, lui avons mis son collier et sa chaîne de guide et l’avons emmenée faire une petite promenade dans le petit parc voisin. A peine arrivés, nous lui avons retiré son manteau et l’avons tenue en laisse à tour de rôle. Il commençait à faire froid, mais elle n’avait pas froid, étant donné son état d’échauffement. Ce n’est que lorsque nous l’avons allongée sur le banc métallique glacé au bord du chemin pour une petite partie de jambes en l’air qu’elle a sursauté.

Mais peu importe. Deux d’entre nous avaient déjà assez de force dans leur queue pour la baiser en public sous nos yeux. Tour à tour dans la chatte et dans le cul. Et bien que nous devions ensuite traverser un quartier résidentiel pour rentrer chez nous, nous avons renoncé à lui remettre son manteau à trois heures du matin. Nous l’avons donc ramenée nue comme un ver dans l’appartement, où nous lui avons donné l’occasion de prendre une douche chaude. Ensuite, nous nous sommes tous accordés une bonne nuit de sommeil.

Catherina était bien sûr attachée au lit, les jambes écartées. Chaque fois que je me réveillais la nuit, je ne pouvais m’empêcher de regarder la femme nue endormie. Heureuse, satisfaite mais totalement épuisée, elle dormait profondément!Un des garçons s’est réveillé vers 4 heures du matin, a vu notre victime endormie, lui a arraché la couverture et l’a réveillée avec quelques coups de fouet vigoureux sur ses seins fermes. Nous avons tous été immédiatement réveillés, car Catherina s’est immédiatement mise à gémir, comme les premiers coups maltraitaient sa chair mammaire douce et encore marquée par la veille.

C’était la première fois qu’on entendait quelque chose de l’ordre de la grâce ! Mais nous n’en avions pas envie ! Au contraire ! Chacun s’est emparé d’un instrument de percussion différent et a couvert le corps nu et sans défense de centaines de coups durement menés. Ce n’est qu’au bout d’un petit quart d’heure que nous l’avons lâchée, que nous nous sommes recouchés et que nous avons repris une bonne nuit de sommeil jusqu’à 7 heures. Peu après 7 heures, j’ai eu envie de réveiller notre victime avec une nouvelle baise matinale.

Pour cela, j’ai défait ses liens, je l’ai mise à genoux et j’ai poussé son torse vers le bas pour qu’elle me tende son cul. Ma lance était de nouveau en pleine forme ! Sans grande préparation, j’ai enfoncé ma queue palpitante dans sa chatte étonnamment déjà humide. Quelques coups puissants et ses gémissements ont fait en sorte que mes garçons se mettent eux aussi à l’œuvre. Tandis que l’un d’entre eux lui enfonçait sa verge dans la bouche, les deux autres se faisaient remettre leurs lattes matinales en forme par leurs mains.

L’un d’eux s’est couché sur le dos, a retourné l’esclave et l’a installée sur son tuyau. Une occasion bienvenue pour le troisième de notre groupe de lui enfoncer son distributeur de plaisir profondément dans l’entrée arrière. Un brouhaha sauvage accompagné d’agréables bruits de plaisir s’est mis en place. Contrairement à hier, nous avons renoncé à lui injecter notre charge concentrée dans la bouche. Quel que soit l’endroit où se trouvait notre queue, nous nous déchargeâmes immédiatement dans son trou.

Bien entendu, notre baiseuse a ensuite été bien occupée à lécher nos lattes, ce qu’elle a fait avec ferveur. Nous nous sommes tous écroulés en soufflant et nous nous sommes reposés une demi-heure sur le lit, les uns sur les autres. “C’est l’heure du petit-déjeuner”, dit l’un d’eux vers huit heures moins le quart. “Salope, enfile un manteau, à poil en dessous bien sûr, et va chercher des petits pains. De l’argent… il n’y en a pas. Débrouille-toi comme tu veux.

Je t’accompagnerai avec un peu de distance. Je suis curieux de voir comment tu t’en sortiras ! Et maintenant, allons-y, nous avons faim !” dit-il en jetant son manteau sur le lit. Peu après, ils disparurent tous les deux. Pendant ce temps, nous autres préparions du café et du thé et mettions la table. Vingt bonnes minutes plus tard, les deux hommes sont revenus. “Vous auriez dû voir ça”, lance-t-il. “Pas un seul homme dans toute la boulangerie. Que des femmes. Des femmes en chaleur ! Quand ils ont vu que Catherina n’avait pas d’argent, ils ont d’abord été étonnés.

Mais lorsque son manteau s’est ouvert et qu’ils ont vu qu’elle était nue en dessous, l’une des vendeuses, une jolie apprentie d’à peine 20 ans, l’a entraînée dans la boulangerie. Je me suis placé de manière à voir ce qui se passait à travers l’entrebâillement de la porte. L’excitée a retiré sa blouse et s’est débarrassée de ses sous-vêtements ! Peu de temps après, elles étaient toutes les deux allongées sur la table de cuisson recouverte d’un léger film de farine et se gâtaient mutuellement leurs chattes humides de manière audible et visible.

Une fois que la jeune fille a joui, elle a mis sa blouse par-dessus, la culotte et le soutien-gorge ont été laissés de côté. “C’est à vous”, haletait-elle en direction des deux autres vendeuses, qui se rendirent aussitôt au fournil. A la porte, leurs blouses et tout le reste volèrent dans le coin. Pendant que la plus âgée des deux, peut-être dans la trentaine, s’asseyait sur la bouche de Cathy et se faisait lécher la chatte, l’autre, peut-être vers la fin de la vingtaine, se penchait entre les cuisses grandes ouvertes de notre chienne pour la doigter et lui lécher la fente.

Oh là là… j’aurais volontiers enfoncé mon “agitateur” dans le cul de cette jument en chaleur ! Mais cela ne faisait pas partie de l’action. Notre esclave devait seulement “aller chercher des petits pains”. S’en est suivi un copieux petit déjeuner à quatre. L’esclave devait bien sûr s’agenouiller à côté de la table et ne pouvait manger son petit pain qu’à cet endroit et nous servir du café entre-temps. Nous avons pris notre temps pendant trois quarts d’heure. “Qu’est-ce qu’on fait maintenant ?” ai-je demandé à la ronde ? “Le dé SM”, a souri un autre.

Bon, jouons ! Nous avons rapidement trouvé un gobelet à dés. Un dé à l’intérieur et c’est parti. Les règles : Premier lancer : 1 maulfuck, 2 Arschfick, 3 Fotzenfick, 4 coups avec la queue de cochon, 5 coups avec la cravache, 6 coups avec la canne. A 4, 5 et 6, on introduit 5 dés supplémentaires et l’addition des yeux tombés correspond au nombre de coups à supporter. Chaque lancer est effectué par l’esclave. Ensuite, un nouveau jet de dé est effectué.

Les trois maîtres se voient attribuer les chiffres 1 à 3. Maintenant, l’esclave “choisit” son bourreau au prochain lancer. Si aucun des chiffres 1 à 3 ne tombe, la règle suivante s’applique : 4 pour les actions 1 à 3, 2 maîtres deviennent actifs, pour un 5, tous les trois, pour un 6, chacun des maîtres peut choisir deux actions parmi 1 à 3. Pour les tâches de frappe, c’est-à-dire 4 à 6, la règle suivante s’applique : 4 le nombre de coups est doublé, 5 correspond à un triplement, 6 à un quadruplement du nombre de coups à supporter, déterminé auparavant avec 6 dés.

L’esclave commence à lancer le dé. Un 4. En lançant le dé de la personne, elle obtient d’abord un 5, ce qui signifie le triplement des coups. Au deuxième essai, un 3… c’est moi ! Il ne reste plus qu’à déterminer le nombre, ce qui, avec 6 dés, donne un nombre d’yeux de 15. Avec un multiplicateur de 3, cela fait 45 coups de fouet avec la neuf-queues ! J’ai laissé les deux autres garçons redresser l’esclave et la tenir en la tirant par les mains/bras. Je lui ai donné les 5 premiers coups très fort sur ses seins.

L’esclave tressaillit à chaque fois, mais pas un cri ! Dix coups encore plus violents sur le cul l’ont presque fait s’effondrer. Les 25 suivantes, je les ai réparties sur tout son corps en serrant légèrement le frein à main. Pour les 5 derniers, j’ai fait faire à l’esclave objet un poirier et j’ai fait écarter les jambes des garçons à l’extrême. Dès le deuxième coup dur sur sa chatte nue, elle s’est effondrée. “Redressez-la, il lui en reste trois…”, dis-je à la ronde.

Elle est donc remise en place et subit en hurlant chacun des trois derniers coups avant de s’effondrer définitivement. Une tasse d’eau froide versée sur son visage la réveille. Elle baragouine quelque chose à propos de la grâce… que nous n’entendons évidemment pas ! Au tour de dé suivant, c’est d’abord un 2 qui tombe, donc de l’enculage. Puis un autre 2, donc l’un des deux garçons. Puis un 4, ce qui signifie que deux d’entre nous s’occuperaient de l’entrée arrière de la baiseuse.

Je laisse la priorité aux deux autres et profite du spectacle. On les laisse s’agenouiller et lever le cul. Un peu de lubrifiant aide à prendre la première des queues par voie anale. A peine s’y est-elle habituée que la deuxième queue tente sa chance. Avec beaucoup de lubrifiant et un bon concert de jérémiades, elle y parvint aussi ! Les deux hommes enfoncèrent leurs lances encore et encore dans le trou du cul de l’esclave, désormais extrêmement dilaté. La charge complète des deux a suivi quelques minutes plus tard, au plus profond de son entrée arrière.

Troisième et dernier round. Un 6 = canne. Puis un 1, c’est-à-dire moi. Ensuite… un 6, donc quadruple ! Les six dés pour le nombre de coups donnent : 20. 80 coups de canne sont donc au programme comme si je les avais donnés ! J’ai fait attacher l’esclave geignante sur le chevalet de punition, bien serré. “Tu comptes chaque coup, salope, tu comprends ?”, lui dis-je durement. “Oui, mon maître”, bégaya-t-elle en retour. Les dix premiers coups sur le cul se passent très bien.

Mais la 11ème fois, l’esclave l’a appelée la 12ème… “Eh bien, c’est faux ! C’était seulement le 11ème ! Ça fait donc 11 coups de plus !” En disant cela, j’ai eu un sourire complice et j’ai passé ma main sur ses fesses. Au plus tard après le 30e coup, la peau menaçait d’éclater. “Rafraîchissez-la un peu avec des serviettes mouillées, les gars”, ai-je demandé à mes compagnons de torture. “On continue à 31, compris ?”, ai-je demandé. “Oui, monsieur”, me répondit-il aussitôt.

De 31 à 60, tout s’est passé en douceur. Seuls les cris devenaient plus forts ! J’avais besoin d’une pause. J’ai donc passé la canne à l’un des deux garçons. “10 pour toi, puis 10 pour le troisième, et nous en serons à 80. Les 11 derniers, ceux de la punition, je m’en charge à nouveau, d’accord ?”. “Super idée”, répondirent rapidement les deux hommes. 77, 78, 79, 80… c’est fait ! Plus d’erreur de comptage. “Bien, reportons les coups supplémentaires… tu as besoin d’une pause, je crois”, lui soufflais-je à l’oreille.

L’esclave prit une grande inspiration et me remercia de l’avoir interrompue. “Merci, mon maître. Je me rattraperai, c’est promis”, me souffla-t-elle à l’oreille après s’être remise sur ses pieds chancelants. “Qu’est-ce que vous en dites, les gars, il fait si beau dehors, on va faire une petite promenade ?” suggère un des messieurs. Nous étions d’accord, une petite pause et quelques pas nous feraient certainement du bien à tous. Pour notre objet de baise, cela signifiait : mettre des chaussures et un porte-jarretelles, un manteau par-dessus et nous voilà partis pour une zone de loisirs proche, où il n’y avait pas vraiment beaucoup de monde en cette fin de matinée.

Quelques piétons et cyclistes ainsi qu’un petit groupe de patineurs en ligne. Et c’est justement ces derniers que nous visions ! Ils étaient encore loin, mais semblaient tout à fait probes. “Fouille dans la poche de ton manteau, salope. Qu’est-ce que tu y trouves ?” lui demandai-je. Elle y plongea la main et en sortit une poignée de préservatifs. “Des préservatifs, monsieur. Qu’est-ce qu’on en fait ?” demanda-t-elle, même si l’utilisation était en fait claire. “Enlève ton manteau et agenouille-toi sur ce banc, sors tes fesses, pose les sachets de lubrifiant sur ton magnifique cul.

Et comme j’avais “par hasard” un marqueur dans ma poche, je lui ai écrit sur les deux fesses “BOUE-MOI”!Entre-temps, le groupe de skaters, qui était d’ailleurs composé de trois jeunes hommes bien bâtis et costauds, avait atteint le banc. “Hé, regardez là-bas, sur le cul nu, c’est écrit BOUEZ-MOI ! Qu’est-ce que vous en pensez ? On fait une petite pause pour courir ?” s’esclaffe l’un d’eux. “Pourquoi pas ! Il y a des capotes, elle a l’air excitée, elle vient sûrement d’être fouettée.

Elle a de belles stries !” dit un autre. Sans plus attendre, ils ont enlevé leurs patins, se sont débarrassés de leurs pantalons et, avec des sacs de baise bien ajustés sur leurs lances, ils ont fait jouir notre esclave l’un après l’autre. Ce faisant, nous leur avons demandé de ne pas jouir en elle, mais de lui envoyer la charge sur le cul et le dos. C’est exactement ce qu’ils ont fait ! C’est ainsi qu’une bonne quantité de crème de maître s’est accumulée dans le creux de son dos. À peine le dernier avait-il terminé que nous avons laissé l’esclave prélever toute la splendeur avec ses doigts et la lécher elle-même à fond dans sa bouche de baise.

Elle avala sagement tout ce qu’elle pouvait. Pour finir, je lui ai tendu une serviette pour les résidus restants avant qu’elle ne puisse remettre son manteau. “Merci les gars… c’était vraiment génial”, nous a dit l’un des trois patineurs, puis ils ont continué leur chemin. De retour à l’appartement, nous avons laissé un quart d’heure à Catherina pour se doucher et se brosser les dents dans la salle de bain. Pendant ce temps, nous nous sommes offert une cigarette. A un moment donné, elle est revenue au studio.

“Je peux dire quelque chose ?” a-t-elle demandé à la ronde. “D’accord, qu’y a-t-il ?” ai-je voulu savoir. “Je ne sais pas non plus pourquoi ni comment, mais ce qui se passe dehors vient de m’exciter tellement que je me suis fait l’amour moi-même sous la douche. Mais je n’en ai toujours pas assez. S’il vous plaît, s’il vous plaît, attachez-moi au lit et baisez-moi sans pitié. J’en ai besoin maintenant”. En disant cela, sa voix tremblait un peu et son cœur battait presque à tout rompre.

Sans un mot, deux d’entre nous ont attrapé la partie nue et ont bien serré les cordes autour de ses poignets et de ses chevilles. Elle était là, respirant difficilement, nue comme un ver, ligotée, excitée au plus haut point, et attendait ce qu’elle venait d’évoquer elle-même. Et elle ne devait pas être déçue ! Nous avons cloué sa chatte glissante, sans caoutchouc bien sûr, la garce n’en avait jamais assez ! “Oui, oui, plus… s’il vous plaît, baisez-moi… uhhhh ouiaaaaa”, s’exclamait-elle.

Nous avons vraiment tout donné ! En une demi-heure, chacun a dû décharger deux fois dans sa chatte mouillée ! Ce n’est que maintenant, petit à petit, que notre matelas de baise en a eu assez ! Elle était complètement essoufflée, gémissait et haletait. “Merci, messieurs. Merci beaucoup ! J’en avais bien besoin maintenant. Puis-je boire quelque chose, s’il vous plaît ?” balbutia-t-elle en se léchant les lèvres sèches. “Bien sûr… j’ai envie de pisser de toute façon”, dit l’un de nous.

Puis il défit les liens, tira l’esclave maintenant geignante dans la douche et l’y fit s’agenouiller. Puis il sortit sa queue de son pantalon, se plaça devant elle et la fit couler. “Vas-y, sale excitée ! Bois-le, tout !” Le jet abondant exigeait vraiment notre petit gobeur ! Mais elle a été sage comme une image et a avalé la plus grande partie. Nous, les deux autres messieurs, lui avons ensuite administré deux autres saveurs… qui ont également été avalées avec avidité ! “Douche et viens par ici !

Mouillé !!!” lui ai-je demandé alors que nous retournions au studio. Elle est revenue en rampant peu de temps après, trempée par la douche. Je lui ai mis les mains dans des cordes et l’ai tirée vers le haut par le crochet du plafond jusqu’à ce qu’elle perde le contact avec le sol. Elle était maintenant suspendue au milieu de la pièce, complètement étirée. Chacun de nous trois a pris un des floggers et nous nous sommes placés autour de l’esclave nue suspendue. “Séchez-vous !” criai-je alors à la ronde.

Nous nous sommes alors tous mis à frapper le corps qui se débattait. Nous avons répété cette procédure plus de 100 fois au cours des 15 minutes suivantes ! Chaque centimètre de la femme nue, qui se débattait de plus en plus, a été couvert d’innombrables coups. Lorsque les gouttes d’eau ont disparu, le corps de la femme, pourtant si beau, s’est couvert d’innombrables stries. Pendant toute l’opération, l’esclave poussait de temps en temps un profond soupir, mais pas une seule fois elle ne demandait grâce.

Cela semblait vraiment lui plaire de se faire fouetter par trois hommes confirmés ! Eh bien, nous aussi, nous avons aimé ça. Ensuite, nous l’avons enlevée de la couverture, nous l’avons ficelée avec les jambes repliées sur le dos pour former un paquet que nous avons ensuite laissé sur le sol. Avant de la laisser se reposer, nous lui avons enfoncé un godemiché dans le cul et un autre, vibrant, dans la chatte.

Ainsi, la pièce excitée n’était pas tout à fait au repos, mais elle ne devait pas l’être du tout ! Elle devait encore augmenter son excitation. Car ce qui était prévu pour la fin de l’après-midi exigeait une jument d’une excitation sans limite ! Mais avant que cela ne commence, il fallait d’abord manger une pizza. Logiquement, la truie, à nouveau déchaînée, a accueilli le livreur de pizza à poil à la porte ! Cette fois-ci, nous avons été cléments et lui avons donné de l’argent.

Ce qui n’a pas empêché le jeune homme de lui passer la main dans le canal de la chatte et de lui enfoncer trois doigts ! Comme notre garce était excitée par l’occupation permanente du godemiché, elle a très vite atteint l’un de ses innombrables orgasmes depuis le début de son séjour chez nous ! Heureusement que la pizza était assez chaude pour tenir deux minutes. Nous nous sommes tous accordés une bonne heure de déjeuner. Après un dernier café, je dévoilai le secret de la suite des événements.

“Les gars, esclave, j’ai invité quelques messieurs costauds pour tout à l’heure, à partir de 16 heures. Ils ont accepté… 25 ! Je ne sais pas s’ils viendront tous. Mais ceux qui viendront ont promis de baiser la baiseuse pendant deux heures sans fin. Il faut baiser avec du caoutchouc, éjaculer sur le corps et dans la bouche. L’esclave ne sera pas attachée pendant ce temps, elle pourra donc être bousculée. Cependant, elle aura les yeux bandés et ne verra pas ses baiseurs.

Et maintenant, baiseuse, retourne à la salle de bain, fais-toi une toilette et mets un peu de parfum. Ensuite, je vais te bander les yeux et t’attacher au milieu de la pièce pour que ces messieurs puissent te prendre. Je prendrai des photos et une vidéo de toute l’opération et je les mettrai en ligne pour que tout le monde puisse en profiter”. Uff…. Personne ne s’attendait à cela ! Mais peu importe. Quelques minutes plus tard, notre nudiste se tenait dans la pièce, les yeux bandés.

Les messieurs arrivaient peu à peu, chacun me remettait comme convenu une petite obole de 20 euros, puis les vêtements tombaient et on s’attaquait à notre esclave. Les coups étaient interdits, à l’exception d’une tape sur les fesses et les seins, il s’agissait uniquement de l’utiliser jusqu’à l’épuisement (ou au-delà). Vers 18h30, le dernier est parti. En fait, une trentaine de bites s’étaient présentées, toutes épuisées, pour s’attaquer à notre matelas de baise et le pilonner en permanence.

30 personnes, ça fait 600 euros de recette. “Sur les 600 euros que j’ai encaissés, la moitié t’appartient, esclave. C’est un petit dédommagement pour les frais. Le reste est destiné à la location du studio et à la nourriture pour nous tous. N’oublie pas que je te les remettrai demain en rentrant chez toi, esclave. D’accord ?” “C’est très gentil de votre part ! Je ne m’attendais vraiment pas à ça !” souffla-t-elle après un bref instant, alors qu’elle commençait à reprendre le contrôle de ses sens.

Comme en transe, elle s’était donnée à tous ceux qui voulaient l’utiliser. “C’était très très excitant ! Je vous remercie pour cette expérience”, ajouta-t-elle. “Tu as jusqu’à 21 heures, petite salope. Profite de ce temps pour prendre soin de ton corps et te reposer. Nous te laissons entièrement satisfaite jusqu’à ce moment-là. Promis”, ai-je fait savoir à l’esclave en la prenant fermement dans mes bras et en l’embrassant, pour la première fois d’ailleurs, profondément et tendrement.

Catherina répondit volontiers et intensément à cette tendresse, se blottit contre moi pendant que les deux autres lui caressaient ses fesses fermes. Pendant que notre esclave se reposait un peu, nous, les messieurs, nous nous sommes offert une bonne bière et un cigare. Ce faisant, nous avons décidé de la manière dont la suite de la soirée/nuit allait se dérouler. Le fait est que nous nous étions inscrits ensemble à une fête torride où, logiquement, notre baiseuse devait jouer un rôle important.

Peu avant 21 heures, je l’ai réveillée, l’ai laissée se rafraîchir et enfiler une mini-jupe extrêmement courte et un chemisier semi-transparent, tous deux rouges, avec des bas noirs dont le bord se trouvait juste en dessous de l’ourlet de la jupe, parmi les vêtements que j’avais ramassés chez elle. “Chaudasse”, a dit l’un d’entre nous, une petite tape sur les fesses, et c’est parti. Vers 22 heures, nous étions sur place.

Avant de descendre, j’ai mis à Cathi un collier avec une chaîne de guidage et je lui ai bandé les yeux avec un foulard en soie. “Tu ne pourras rien voir ce soir. Fais-nous confiance, tu vas adorer !” Sur ces mots, je l’ai mise en laisse et nous nous sommes dirigés vers l’entrée du lieu. Un club bien établi du centre-ville, c’est là que devait avoir lieu ce soir la “Nuit de l’O”. Avec une autorisation spéciale, nous étions trois messieurs avec une seule esclave, sinon tous les autres étaient des couples.

Et ce, de tout âge et de toute taille ! De 18-20 ans à une bonne soixantaine et de S à XXL, tout était représenté chez les dames. Et si elles n’étaient pas nues, accroupies auprès de leurs maîtres, elles portaient de la lingerie ou des vêtements chauds, comme notre Cathi. On nous a tendu un prosecco et on nous a fait entrer dans la salle. Il y avait là une longue table où prenaient place les quelque 50 personnes. Les esclaves ou les O’s étaient assis à côté de leurs maîtres ou à leurs pieds.

à leurs pieds, agenouillés sur le côté. Le maître de cérémonie a expliqué le déroulement de la soirée. Toutes les esclaves devaient porter à tout moment les bracelets choisis par leurs maîtres (jaune, vert, rouge), les montrer sur demande et les mettre à la disposition de chaque maître en fonction de la disponibilité découlant de la couleur du bracelet. Seul le maître de l’esclave pouvait opposer son veto. Logiquement, notre baiseuse se voyait attribuer la couleur rouge, ce qui levait tout tabou quant à sa disponibilité, elle était du gibier pour n’importe qui et pour tout ce qu’on voulait faire avec elle.

La plupart des esclaves portaient d’ailleurs du rouge, seules quelques-unes portaient du vert (seuls les actes SM étaient autorisés), et peut-être cinq portaient du jaune, ce qui signifie qu’elles n’étaient disponibles que pour des services sexuels. Nous avons laissé notre esclave s’agenouiller entre moi et un membre de notre groupe. Alors que la soupe venait d’être servie par de ravissantes esclaves de service, toutes nues comme des vers, Cathi a été appelée par le maître assis en face de moi. “Déshabille-toi, je veux te voir nue”, lui demanda-t-il sèchement.

Elle a obéi, enlevant d’abord son chemisier, puis sa jupe. “Tonnerre de Dieu ! Tes maîtres se sont donné beaucoup de mal avec toi”, sourit-il en voyant le corps de notre esclave encore couvert d’innombrables balafres. “Merci, mon maître. Je porte chacune de ces marques avec une grande fierté”, répondit-elle. “Bien, bien. Et maintenant, va sous la table, tu vas me faire une fellation pendant que je mange ma soupe. “Peu de temps après, notre esclave disparaissait sous la table et offrait à notre vis-à-vis une fellation grandiose.

La soupe était terminée… lui aussi d’ailleurs… et Cathi sortit à nouveau en rampant, léchant ses mégots et rajoutant du sperme à côté avec deux doigts. Un valet la ramena vers nous, elle ne pouvait rien voir. De nouveau agenouillée à mes côtés, elle me demanda : “C’était bien, monsieur ? Êtes-vous satisfait ?” “Tout va bien, ma belle. Lève-toi, longe les chaises jusqu’à la quatrième esclave à gauche. Celle-ci, tu lui demanderas de te suivre et tu me l’amèneras.

Ensuite, la 5e et la 6e à partir de la droite vers tes deux autres maîtres. Ils doivent s’asseoir devant nous sur le bord de la table et se laisser lentement tomber en arrière, les jambes largement écartées. Nous avons envie de lécher les chattes bien rasées de ces juments en chaleur”. Ouf, cela l’avait tout de même étonnée. Et d’une manière ou d’une autre, légèrement mécontente, elle a poussé, m’a apporté la 4ème de gauche et ensuite les 5ème et 6ème de droite aux deux autres.

de la droite. Toutes les trois sont venues sagement et se sont placées sans gêne, comme nous le voulions. Nous avons écarté les lobes de leurs chattes, les avons doigtées une fois brièvement, puis avons laissé nos langues faire leur travail d’excitation. Et les trois juments de pointe, toutes nettement en dessous de la trentaine, s’en donnaient à cœur joie. En tout cas, elles rivalisaient presque de gémissements et atteignaient chacune un orgasme bruyant à intervalles rapprochés ! Ensuite, elles sont descendues de la table, ont remercié et sont retournées auprès de leurs maîtres.

Pendant le menu principal, de nombreuses personnes présentes ont fait la même chose ou des choses similaires avec d’autres esclaves que les leurs. Cathi a pu se faire enculer par l’un des maîtres pendant qu’elle travaillait son esclave avec sa langue, allongée sur la table devant elle. Il était temps de passer au dessert. Pour cela, le maître de cérémonie appela les esclaves, chacune reçut un petit papier dans la main avec un chiffre dessus, un deuxième avec le même chiffre fut placé dans un chapeau prêt à être utilisé.

Se détournant lui-même, il sortit cinq papiers du chapeau et fit asseoir les esclaves avec les chiffres correspondants sur le côté. “Les autres, retournez à vos maîtres. Vous, mesdames, veuillez me suivre”. Puis il les a emmenées vers la cuisine. Cathi n’était pas là. Vingt minutes plus tard, un gong retentit. La porte de la cuisine s’est ouverte et cinq chariots de service ont été poussés dans la pièce. Sur chacun de ces chariots se trouvait l’une des cinq esclaves choisies, entièrement nue.

Sur leur corps, les maîtres de cuisine avaient disposé une sélection de fruits magnifiquement décorés en petites bouchées, trois bananes étaient plantées dans la chatte de chacune des esclaves ! A peine celles-ci étaient-elles déposées que cinq autres chariots suivaient, sur lesquels étaient allongés cinq hommes bien bâtis. Egalement nus comme des vers et visiblement excités ! Leurs bites étaient dressées comme des flèches. Autour des lances, quelques tranches d’ananas, sinon des fruits sur les corps, pour autant que l’on puisse voir !”Mesdames… Messieurs. Le dessert est servi. Servez-vous, s’il vous plaît.

Mais n’oubliez pas : les mains et les couverts sont interdits ! Ce que vous voulez manger, vous devez le prendre avec les dents et les lèvres ! Et maintenant : L O S ! !! Ah oui, si vous “déshabillez” les délicieuses filles ou si vous vous régalez avec les messieurs, je vous laisse bien sûr le soin de le faire !” En disant cela, il sourit de tout son visage et se retira. Et c’est parti pour la “grande bouffe” : les maîtres s’attaquaient aux “buffets” féminins, les esclaves féminines aux “buffets” masculins.

D’ailleurs, il n’est pas si facile de manger une banane dans la chatte d’une esclave sans les mains / les doigts ! Mais d’une manière ou d’une autre, les personnes présentes ont finalement réussi à piller entièrement les buffets vivants en l’espace de 15 minutes, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que la chair nue et les queues étonnamment résistantes des parties mâles. Bien sûr, nos activités n’ont pas été sans laisser de traces, et toute la troupe, y compris les victimes léchées du buffet, s’est ensuite rendue dans la grande douche commune, où nous nous sommes douchés les uns les autres avec le plus grand soin et où nous avons savonné à fond.

C’était vraiment quelque chose d’excitant de voir et de sentir d’innombrables mains sur les corps maculés ! Les esclaves sont ensuite restées nues, les hommes ont reçu chacun un peignoir. Nous avons donc ensuite pris un expresso dans le grand salon et nous sommes accordés un peu de repos. Il devait être environ une heure du matin lorsque le maître de cérémonie nous a incités à une nouvelle action commune. Personne ne s’est exclu de cette action. Les esclaves présentes, y compris les serveuses, se sont allongées tête contre tête sur le sol en un grand cercle.

Les maîtres se plaçaient chacun entre les cuisses écartées d’une esclave de leur choix, sans attribution particulière. Les esclaves surnuméraires, c’est-à-dire celles qui n’avaient pas de maître propre, étaient chargées de mettre en forme les queues des maîtres par des activités orales. Elles enjambaient ainsi les esclaves couchées au sol pour rejoindre les maîtres et veillaient intensément à ce que chacun soit en pleine forme pour l’action suivante. Ils y sont d’ailleurs parvenus à merveille, et de nombreuses queues dures étaient prêtes à être remuées.

Le maître de cérémonie sortit alors un papier d’un chapeau. Cela signifiait pour les maîtres qu’ils devaient se tourner vers la gauche et s’arrêter à la septième esclave du cercle, couchée sur le sol. Un dessin fut alors tiré d’un autre chapeau, montrant un temps de trois minutes et un couple en train de se lécher la chatte. “Trois minutes, messieurs. Pendant trois minutes, vous allez lécher les chattes certainement déjà humides des esclaves qui se trouvent devant vous.

Si vous parvenez à donner un orgasme audible au corps qui tressaille certainement devant vous, vous recevrez un point bonus. Je réserve une surprise à celui d’entre vous qui aura réuni le plus de points bonus à la fin des trois manches. Seul l’usage de la langue est autorisé, pas les mains ! Et maintenant, c’est parti ! A vos chattes… Immédiatement, nous nous sommes mis en position devant les chattes que nous avions tirées au sort et nous avons commencé à lécher les esclaves déjà en éruption. J’étais tombé sur une vraie bombe ! Une vingtaine d’années, des seins fermes et croustillants qui tenaient encore en place même en position couchée.

Et en plus, une chatte aux formes absolument parfaites, rasée de près, et qui avait vraiment bon goût ! Et en plus, cette femme était déjà tellement excitée qu’il ne lui a pas fallu deux minutes pour serrer ses cuisses en gémissant bruyamment et pour appuyer fermement ma tête sur sa fente de baise. Tout son corps tremblait et tressaillait. J’avais réussi ! Ma récompense fut un tampon sur le dos de ma main. Sept autres hommes ont réussi à faire de même avant la fin du temps imparti.

Les esclaves libres nous ont tendu des serviettes en papier pour sécher nos visages, elles ont passé un linge humide sur les lèvres des esclaves qui venaient d’être léchées, afin qu’elles soient à nouveau propres pour le prochain tour. Un chiffre est à nouveau sorti du chapeau. Un 5 cette fois. Nous nous sommes donc rendus à la cinquième esclave à gauche. Le papier suivant montrait un couple en train de se faire sodomiser et un 30. 30 ? J’avais compris que nous devions maintenant enculer les tisserands.

Mais 30 minutes ? Personne ne peut le supporter ! “Non, non, messieurs, ne vous inquiétez pas”, a souri le maître de cérémonie. Pas 30 minutes ! Vous allez donner trente coups de fouet à vos victimes. Mesdames : s’il vous plaît, mettez-vous à genoux et tendez vos fesses vers ces messieurs. Profitez du temps qui passe ! Attention… prêt… partez !”Parmi les esclaves libres, chacune était maintenant occupée à répandre suffisamment de lubrifiant sur les pores des esclaves qui attendaient, afin de faciliter la pénétration pour nous, messieurs.

Avec ma partenaire d’action, c’était super facile. Et ce, bien que je sois tombé sur la plus jeune et donc la plus étroite de toutes ! Mais son maître l’avait habituée à ce genre d’action et son entrée arrière s’est dilatée d’elle-même au bout de deux ou trois coups et nous avons tous les deux pris un plaisir audible à la chose. Pour les tampons à gagner, le maître de cérémonie a opté pour les esclaves les plus bruyantes, c’est-à-dire celles qui n’étaient probablement pas encore dilatées et qui devaient donc subir l’action dans la douleur.

Eh bien, cette fois-ci, je n’étais pas de la partie, la mienne appréciait trop de se faire enculer par moi. Aucun des messieurs précédemment marqués n’était présent, quatre autres avaient maintenant une marque sur la main. “Il nous reste deux tours, messieurs. La prochaine étape consiste à donner 50 coups de fouet sur le dos, le cul et les seins de l’esclave qui vous a été attribuée. Et ce, de manière à ce qu’un maximum de stries soient visibles ensuite. Les plus beaux résultats seront ensuite à nouveau récompensés”.

Puis il a tiré un 8. Et nous, messieurs, nous nous sommes mis en route vers nos victimes. La mienne portait cependant un bracelet qui ne la libérait que pour une utilisation sexuelle, mais pas pour des actions SM. Le maître de cérémonie m’a alors désigné l’une des esclaves libres. Le choix s’est porté sur la femme la plus sexy de ce groupe. La trentaine, des seins grandioses et un corps sans défaut ! Je remarquai qu’elle s’avançait vers moi, plutôt craintive. “S’il vous plaît, monsieur, pas trop fort.

Croyez-le ou non… je n’ai jamais été fouettée auparavant ! Je n’ai jamais ressenti que la canne. Mais je veux bien me soumettre à vous”, me souffla-t-elle. “Ça ira, douce esclave. Je vais bien t’attacher. Cela te facilitera la tâche. Crois-moi”, ai-je tenté de la rassurer. Eh bien, je n’y suis pas vraiment parvenu. Mais peu importe, elle devait se résigner à son sort!L’avantage pour moi était que sa peau n’était pas habituée au fouet.

J’ai donc pu répondre à son désir de ne pas la fouetter trop fort, mais le résultat des minutes qui ont suivi a été, outre les nombreuses larmes sur le visage de l’esclave, un corps parfaitement étrillé ! Le flogger que j’avais utilisé pour cela avait rougi sa peau douce au-delà de toute mesure et laissé des traces bien visibles sur lui. J’étais sûr d’obtenir le tampon après ça ! Le monsieur qui avait le droit de fouetter Catherina en a également reçu un. Mais il a dû faire beaucoup plus d’efforts que moi, car nous avions déjà bien fouetté notre esclave auparavant et elle devenait de plus en plus excitée sous les coups et poussait ainsi son bourreau à bout !

Il s’agissait de donner un orgasme à l’esclave tirée au sort en lui donnant le moins de coups possible sur sa chatte nue et non protégée avec l’instrument de notre choix. Le chiffre 3 nous a désigné notre victime. J’ai attrapé un vrai “gros morceau”, une femme très stable avec de grandes lèvres. “Ça va être dur”, me suis-je dit. Mais personne n’avait dit auparavant que les esclaves ne pouvaient pas se toucher elles-mêmes ! Je l’ai donc incitée à écarter les lobes de sa chatte avec ses deux mains et à me présenter ainsi sa perle de plaisir en libre accès.

Un avantage inestimable ! Car il me fallut à peine 15 coups avec le flogger choisi pour que ma victime s’abandonne en criant à tue-tête aux vagues d’un orgasme grandiose. “Je vous remercie du fond du cœur, monsieur ! Je n’ai jamais joui aussi vite ! Merci !” Ces mots étaient une bonne récompense pour mon action… et j’ai reçu un tampon par-dessus le marché. J’en avais donc deux, comme cinq autres messieurs. Après ce tour, nous, les six messieurs, avons été invités par le maître de cérémonie dans la pièce voisine, tandis que les autres s’occupaient de leurs esclaves respectives.

“Messieurs, je vous remercie pour votre engagement justement lors de ce tour de jeu. Vous avez donc obtenu le plus de points bonus. Je vous en félicite. Maintenant, votre récompense est de soumettre chacune des esclaves présentes, si la couleur de leur bracelet le permet, à une séance de flagellation sous les yeux des autres maîtres et esclaves, dans le cadre d’une action commune. Chacun d’entre vous saisira tout de suite sans mot dire deux esclaves, les fixera debout sur les chaînes qui seront tout de suite visibles pour vous et les châtiera sans pitié et durement avec un flogger et un bull.

Prenez 5 minutes pour les deux esclaves, puis faites-les descendre par les serviteurs et prenez les deux suivantes. Pour celles-ci, veuillez utiliser une cravache et une canne. Si j’ai bien calculé, après le deuxième tour de 5 minutes, il reste encore 3 esclaves. Les serviteurs vous les amèneront une par une et les châtieront TOUTES ENSEMBLE pendant 3 minutes, avec tout ce qu’ils pourront trouver.

Ensuite, la deuxième, puis la troisième. C’est donc à vous de décider à quelle esclave vous voulez faire subir cette procédure extrêmement dure à la fin de l’événement… de brefs accords entre vous sont autorisés. Trinquons brièvement avec une petite bière, puis je vous laisserai à votre tour. “On nous a servi une bière blonde bien tirée, que nous avons bue avec plaisir. Nous nous sommes ensuite rendus dans le grand salon. Entre-temps, des assistants assidus y avaient fait quelques aménagements. Les hommes étaient assis sur des chaises confortables, comme dans une salle de séminaire, en rang par trois, et les esclaves étaient toutes attachées à des poteaux spécialement installés à cet effet.

Au total, 6 paires de deux chaînes avec des manchettes en fer pour les mains pendaient du plafond. Le maître de cérémonie informa les personnes présentes de ce qui allait se passer. Alors que les maîtres applaudissaient et murmuraient, le doute et la peur s’installaient sur les visages des esclaves. Mais leurs maîtres avaient donné leur accord explicite lors d’un bref entretien avec l’organisateur, spécialement pour cette ronde ! Chacun de nous six a pris au hasard l’abondante sélection d’esclaves nues, dont certaines se défendaient, et les a tirées par les cheveux vers les chaînes de fixation.

Deux par deux, les unes à côté des autres, les deux suivantes à une certaine distance. Il en résultait finalement un grand cercle d’esclaves autorisées à être fouettées et châtiées. Il était temps de montrer aux femmes à traiter à quoi elles servaient pour leurs maîtres. Pour elles, et pour tous les autres, elles allaient devoir endurer cinq minutes difficiles. A peine avions-nous commencé à châtier durement les corps nus, en desserrant de plus en plus le frein à main, qu’elles et les délinquantes qui attendaient encore demandaient grâce.

Mais ce mot ne devait pas être pris en compte pour ce tour. Nous avons frappé fort, parfois très fort, et avons couvert d’innombrables stries d’un rouge profond les corps qui se convulsaient et tiraient sur les liens. Jusqu’à ce que le maître s’arrête et que les serviteurs libèrent les corps malmenés de leurs chaînes et qu’après une gorgée d’eau, nous nous emparions des femmes suivantes. La résistance était maintenant nettement plus forte qu’au premier tour, car elles se doutaient de ce qui allait leur arriver.

Rapidement et bien attachées, elles attendaient maintenant leur part de châtiment. Les cravaches et les cannes utilisées étaient en effet des outils du diable ! Et nous, messieurs, nous nous sommes mis en route. Les fesses, les cuisses et les seins des femmes nues qui s’agitaient frénétiquement recevaient ainsi une touche très particulière, visible certainement pendant des jours ! Pour le plus grand plaisir des messieurs qui les accompagnaient ! L’un des miens m’a ensuite pris à part et m’a expressément remercié d’avoir été déchargé de la charge de châtier son esclave aussi durement qu’elle n’avait jamais pu et dû le faire auparavant !

Et à ma plus grande joie, notre Catherina en faisait partie ! La première d’entre elles a été placée au milieu de la pièce, les bras levés, de sorte qu’il n’y ait de contact avec le sol que sur la pointe des pieds. J’ai entendu le maître de cérémonie crier : “Bandez-lui les yeux”, ce qu’un des serviteurs s’est empressé de faire. “Messieurs… voilà, commencez votre travail”. Celui qui n’a jamais vécu une telle expérience n’a aucune idée de ce qu’une telle discipline de masse implique pour le corps nu et sans défense de l’esclave ! Déjà à la moitié du temps, c’est-à-dire au bout d’une minute ½, sa fermeté était terminée.

Elle s’est effondrée, inconsciente, après quoi nous avons interrompu à l’unisson. Les serviteurs la réveillèrent à nouveau avec un seau d’eau froide et la transportèrent hors de la pièce, où ses traces furent refroidies et traitées. La deuxième, qui n’était toujours pas notre Cathi… n’a pas tenu plus longtemps non plus. Puis il ne restait plus que CATHI, son corps tremblant. “Remontez-la tout à fait, qu’elle pende librement. Et que deux des serviteurs écartent et tiennent ses jambes” ordonnai-je en tant que maître de la dernière esclave.

Cathi me regarda, fit un bref signe de tête, puis se laissa attacher et hisser comme ordonné, sans rouspéter. Je savais bien que c’était ce que cette femme avide espérait ! Et elle, nous et les autres invités ne devaient pas être déçus. Pendant trois minutes, Cathi a “profité” de notre traitement spécial. Presque chaque centimètre de sa peau est devenu de plus en plus rouge, des stries d’un rouge profond et indénombrable sont apparues devant les spectateurs ébahis. Après le dernier coup, un bref moment de silence jusqu’à ce que l’esclave châtiée signale son bien-être, puis les applaudissements fusaient.

L’un ou l’autre des maîtres se contentait de dire à son esclave : “Tu vois, salope ? C’est comme ça qu’il faut faire ! Je vais faire en sorte que tu puisses supporter cela très bientôt ! Après une demi-heure de soins généraux aux esclaves et de traitement des plaies, le maître de cérémonie remercia les invités d’être venus, les maîtres d’avoir donné leurs esclaves et les esclaves elles-mêmes pour leur bravoure. “A la sortie, il y aura un petit cadeau de remerciement pour les esclaves. Je serais heureux de les accueillir à nouveau.

Rentrez bien chez vous”. C’est ainsi que s’est terminée cette soirée, cette nuit de l’O qui méritait vraiment ce nom. Après que Cathi eut elle aussi reçu son cadeau, nous l’avons laissée se déshabiller nue et mettre cette magnifique cape rouge sur ses épaules. Elle était ainsi couverte sur le devant du dos, mais la cape ample laissait entrevoir ses magnifiques seins, son ventre et sa chatte enflammée. Un spectacle dont se délectaient également certains passants qui rentraient de soirées.

Et Catherina ? Elle s’est laissée tirer en laisse à travers la ville, le regard fier. Les 6-7 degrés qu’il faisait entre-temps ne la dérangeaient absolument pas, sa chaleur intérieure l’empêchait d’avoir froid. De retour au studio, elle n’avait qu’une demande : “S’il vous plaît, baisez-moi encore une fois, puis nous irons nous reposer”. Qui peut refuser un tel souhait à une femme aussi excitée, consentante et sexy ? Pas nous en tout cas ! Seulement, contrairement à avant, nous nous sommes efforcés d’être plus tendres avec elle, nous ne l’avons donc pas attachée, nous l’avons laissée faire librement, nous l’avons massée, nous lui avons léché la chatte, nous lui avons enfoncé des doigts dans l’entrée arrière, nous avons laissé sa queue nous gâter tendrement, nous l’avons embrassée longuement et intensément.

Et notre chaton ronronnait !!! A un moment donné, nous nous sommes endormis dans une folle confusion / superposition / imbrication. Lorsque je me suis réveillée vers 10 heures le dimanche matin, nous étions toujours allongés ainsi. Et j’ai remarqué que mon ALLMOPRALA (tous les matins) était déjà, ou était toujours, en position de cuillère devant son petit cul. Comme un automatisme, j’ai appuyé et je l’ai fait glisser dans la fente humide qui s’ouvrait déjà de nouveau. Mes mouvements lents et rythmés ont été suivis et, alors que les deux autres garçons dormaient encore, nous avons toutes les deux profité de cette situation inhabituelle et avons eu un orgasme merveilleux.

Comme d’habitude, j’ai éjaculé tout mon jus directement et sans protection dans la chatte dégoulinante de Cathi. Ce n’est qu’après qu’elle ait délicatement léché ma queue que les deux autres garçons se sont réveillés. Ils ne s’étonnaient pas vraiment que Cathi soit blottie contre moi, ils avaient déjà remarqué que j’aimais bien cette femme en chaleur. Comme ils avaient raison ! Mais malgré tout… ils ne voulaient pas non plus se priver du plaisir d’une baise matinale et se servaient d’elle sans gêne.

Après le petit déjeuner, que j’avais préparé entre-temps, les deux garçons ont dû prendre congé. J’avais encore un bon bout de chemin à faire en voiture pour ramener notre esclave à la maison. Des bisous par-ci, des claques populaires par-là… puis les deux se sont éloignés. Je n’étais qu’avec Cathi. Bien sûr, je voulais savoir comment elle avait vécu ses journées chez nous et si cela s’était déroulé à peu près comme elle l’avait souhaité dans son annonce.

Sa réponse fut claire : “Oh oui, Monsieur ! J’avais écrit que je voulais me remettre entièrement, ainsi que mon corps, entre les mains de quelques bêtes en chaleur qui pourraient ensuite se jeter sur moi sans aucune restriction. Et que dire… c’était tout simplement super génial, parfait ! J’ai tellement apprécié d’être utilisée par vous ! Et c’est avec une grande fierté que je porterai encore quelques jours les traces visibles de ce temps passé ici avec vous ! Et… puis-je vous poser une question ? J’aimerais beaucoup revivre une telle expérience.

Puis-je revenir pour cela ? Chez toi ? Je suis en vacances dans trois semaines, pendant deux semaines. Et si je peux, j’aimerais passer ce temps avec toi. T’appartenir, avec ma peau et mes cheveux. Cela me fait tellement de bien !” Puis elle m’a embrassé très intensément et très longuement, me caressant la tête. Reprenant mon souffle, je lui répondis : “J’aimerais beaucoup, ma pièce en chaleur. A une condition : Tu viendras chez moi en train, nous écrirons les détails plus tard.

Et… tu porteras ton gode préféré dans ta chatte pendant tout le trajet en train, activé ! Pour qu’il tienne mieux, tu as le droit de porter un string. Jupe courte, cela va de soi. Un chemisier transparent. Je veux que les gens voient à quel point tu es une excitée… Et chez moi… je te considère comme ma propriété, avec laquelle je peux faire ce que je veux et où je veux. Il n’y aura aucun tabou ni aucune restriction. Absolument rien. En es-tu conscient ? Réfléchis bien, ta réponse sera définitive !”Cela a duré exactement… deux secondes ! Puis vint un “OUI Seigneur, JE T’APPARTIENS”.

Et sans que j’aie à le dire, elle s’est mise à genoux, a baissé le torse et a embrassé mes chaussures. “Allez, on rentre à la maison. Tu n’as pas besoin de t’habiller. Tu resteras nue jusqu’à ce que tu rentres chez toi. Pas de chaussures non plus. Je te veux absolument pur. “Très volontiers, Monsieur, comme vous l’ordonnez”. Elle a donc passé les 4 heures de trajet en voiture sur une autoroute dégagée, comme j’aime le plus ma Cathi, à mes côtés.

Nue comme un ver ! Et j’ai beaucoup apprécié le fait qu’elle se soit masturbée 5 fois pendant le trajet. Une fois même sur un parking bien fréquenté, avec la portière du passager ouverte. Elle ne s’est pas souciée de savoir qui la regardait. Elle était simplement si excitée et si heureuse d’avoir trouvé en moi un homme qui avait reconnu son vrai MOI et qui en profitait sans vergogne pour son plaisir. Arrivé chez elle, je l’ai prise par derrière devant la porte de l’appartement, dans le couloir.

La retenue dans les jeux amoureux n’était pas son truc. C’est ainsi que sa passion pure et débridée a résonné dans la cage d’escalier. Nous sommes ensuite entrés, avons pris tranquillement un café et j’ai dû la châtier une nouvelle fois avec ma ceinture. Cette fois, elle a même insisté pour que je m’occupe de ses seins et de sa fente. Cette femme en chaleur est tout simplement insatiable. A un moment donné, j’ai pris le chemin du retour. A peine une demi-heure après mon départ, j’ai reçu un message sur WhattsApp de sa part.

Il contenait un selfie, nue devant le miroir avec un autre miroir dans le dos. Je pouvais ainsi regarder encore et encore son corps magnifique, mais marqué par des stries d’un rouge profond. Et en dessous, il était écrit : “Tout ceci est à TOI, mon seigneur. Je te promets que jusqu’à ce que nous nous revoyions, je ne porterai plus de sous-vêtements, que je me les procurerai moi-même au moins trois fois par jour en pensant à toi. Et que personne d’autre ne me touchera d’ici là.

Je veux que tu viennes me chercher à la gare, intacte et excitée. Le godemiché… je le colle avec du ruban adhésif. Pas de slip. C’est promis. Et… JE T’AIME, monsieur”. Complété par une multitude de petits cœurs et de baisers stylisés. Les trois semaines qui ont précédé sa nouvelle visite chez moi sont passées très vite. Chaque jour, il y avait au moins une photo pour que je puisse voir comment les traces qu’elle portait de notre week-end pâlissaient peu à peu et finissaient par disparaître complètement.

Puis c’était à nouveau le beau corps intact que j’avais trouvé lors de son enlèvement. Un vrai rêve d’homme ! Oh, comme j’attendais avec impatience le jour de son arrivée ! Et puis… le moment était enfin venu ! Mais ce sera pour une prochaine fois !

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

20€ offerts chez Octopus électricité

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou