Fétiche - BDSM Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique

Histoire de sexe Aline 18 ans va vivre un amour trop passionnel Chapitre 1

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Attention Cette histoire se termine mal et peut choquer certaines personnes. A lire par un public averti.

Le drame.

Aline, jeune femme de dix huit ans est seule sur le lit dans sa chambre. Elle attend son amoureux Michel. Elle est seins nus sous une robe déboutonnée et avec une petite culotte. Elle pense qu’il va sonner d’une minute à l’autre ? Elle se dit que bientôt, elle ne sera plus vierge. Elle a peur, tout ceci est fou, mais elle l’aime.

Dring ! Dring !

Histoire de sexe Aline 18 ans va vivre un amour trop passionnel Chapitre 1
Déshabille n'importe qui grâce à l'intelligence artificielle

Elle se lève précipitamment, elle ouvre la porte et il se jette sur elle. Il est là, contre elle. Ses mains impatientes remontent le long de son corps. Sa moule mouille déjà lorsque leurs lèvres se rejoignent. Quand leurs langues se rencontrent, ses jambes n’arrivent plus à la soutenir.

Il la porte sur le lit et s’allonge à côté d’elle. Son bras gauche passé derrière son cou, la main descend et empoigne le sein d’Aline pendant que son autre main descend sur son entre cuisse.

– Tu es mon premier amoureux et nous nous connaissons seulement depuis deux mois.

– Je te veux Aline ? Je t’aime trop pour ne pas te désirer.

Il lui embrasse les tétons et les lèche en les pelotant.

– Moi aussi, je t’aime et j’ai très envie de me donner à toi ? – Alors, tout devrait se passer facilement ? – bien sûr ? Mais j’ai été élevée sévèrement par une tante acariâtre. Cette vie est nouvelle pour moi. Il se met entre ses cuisses ouvertes, ses deux mains empoignent les seins d’Aline.

– Tes seins sont bien formés, ton corps est souple et galbé. Tu es la plus belle fille que j’ai jamais vue.

Au contact de son corps qui se presse sur le sien avec la caresse de ses mains sur ses seins, ses tétons se dressent fièrement excités.

– A combien de filles as-tu déjà dites cela ? – A personne, tu as ma parole. Je t’aime et je bande pour toi. Lui dit-il entre deux sucions sur ses seins. Le contact de la bouche de Michel sur les pointes de ses seins la brûle comme un fer chauffé à blanc.

Aline est allongée sur le lit, sa robe grande ouverte sur son corps nu. Michel l’embrasse pendant que sa main droite descend dans la culotte d’Aline. Sa main est à présent perdu dans les poils de son pubis. Aline se crispe sous la caresse de plus en plus précise de Michel. Elle se lève du lit, laissant Michel décontenancé. – NON ! Pas encore ? Attend ? Lui dit elle en retirant sa robe. – Tu as déjà fait l’amour avec beaucoup de filles ?

Histoire de sexe Aline 18 ans va vivre un amour trop passionnel Chapitre 1
Les dernières inscrites

Michel se jette à genoux devant Aline et lui embrasse le dessus de son pubis.

– Ça ne compte pas ! – Je te demande combien ?

– Une seule.

Soudain, une jalousie s’empare d’Aline, elle veut tout savoir du passé de son amoureux.

– Je ne te crois pas ? Tu dis ça pour me rassurer ? Ils sont assis sur le lit, lui est derrière elle et lui pelote les seins, elle a toujours sa petite culotte.

– C’est pourtant vrai. C’était ma voisine lorsque j’habitais à Dugny ! – Elle était plus jolie que moi ? Raconte, je veux tout savoir ?

Tout en caressant d’une main ses seins et de l’autre son pubis. Entre deux baisers dans le cou, Michel narre son passé.

– Non ! D’abord, elle avait au moins trente ans et elle était plus ronde que toi. Elle m’avait demandé de lui acheter des cigarettes, lorsque je suis revenu, elle m’attendait nue sur le canapé ? C’était la première fois que je voyais une femme ainsi offerte ? Elle m’a dit ; Viens, tu es puceau n’est-ce pas ? Je lui répondis par l’affirmation, pendant qu’elle descendait mon pantalon avec mon slip sur mes genoux.

Histoire de sexe Aline 18 ans va vivre un amour trop passionnel Chapitre 1
Génère des photos porno grâce à l'intelligence artificielle

– Oh ? Dit donc tu as une belle queue et je te fais de l’effet ? Me dit elle en me poussant sur le canapé où je me suis retrouvé au dessous d’elle. Elle s’est mise à cheval sur moi. Elle a commencé à me branler doucement.

Ensuite, elle m’a chevauché et a dirigé ma queue sur l’entrée de sa chatte.

– Et tu t’es laissé faire Michel ? – Bien ? Oui, j’étais intimidé par cette situation inconnue pour moi. Mes yeux étaient fixés sur ma bite qui entrait et sortait de sa chatte poilue, au rythme de ses mouvements. Hélas, j’ai joui trop vite avant qu’elle prenne son plaisir. J’avais l’air un peu honteux, elle en a ri et m’a rendu de nouveau dur en me prenant la queue dans sa bouche. Elle s’est alors couchée et c’est moi qui l’ai prise. Elle s’est mise à râler en me disant : OUII ! C’est trop bon ! Tu seras un sacré baiseur toi ?

 

Le récit de Michel a excité encore plus Aline, qui désir le sentir en elle. – Tu voudrais que me mette sur toi mon chéri ? – Non ! Ma belle, pas pour la première fois ? Il existe beaucoup de positions pour faire l’amour. Alors, un sentiment qui ressemble fort à de la jalousie s’empare d’Aline. – C’est seulement cette femme qui t’a appris cela ? – Oui ! Je n’ai connu que celle là. Cependant, si je ne t’avais pas rencontrée, il y en aurait sûrement une autre ?

Une autre femme ? Le doute s’empare une nouvelle fois d’Aline. – QUI ?

– Madame Du-chnoque, la femme chez qui je loue une chambre depuis la mort de mes parents. – Elle voudrait bien ? Elle te l’a dit ?

– Elle a une façon de se frotter contre moi en des tenues légères, qui me fait penser que je l’excite.

A présent, Aline chevauche Michel.

– C’est une belle femme cette madame Du-chnoque ? – Pour moi ça ne change rien, c’est toi j’aime et que je désire ?

Histoire de sexe Aline 18 ans va vivre un amour trop passionnel Chapitre 1
Nouveaux profils

– Comment tu l’as rencontré ? – C’est l’exportateur pour qui je livre des paquets qui m’a dit qu’elle avait une chambre à louer. – Et ? Il y a quoi dans ses paquets que tu livres ? – On ne me le dit pas, mais je pense que c’est de la drogue ? Je le quitterai dès que je trouve un autre travail.

 

Avec ses seins nus devant Michel, Aline hésite, mais elle a promis de lui appartenir aujourd’hui. Elle pense qu’elle doit tenir sa promesse par amour et aussi faire fi des sales manières de son oncle. Il y a un bon mois, lors du repas de midi, alors que sa tante n’était pas là, il a commencé à être ignoble. En lui servant le café, Aline a senti brusquement sa main remonter sous sa jupe pour lui caresser les fesses ?

Le lendemain, lorsqu’elle potassait ses leçons. Il s’est approché silencieusement par derrière et a glissé ses deux mains dans son corsage. Elle ne portait pas de soutien gorge. Il a commencé à lui pétrir les seins dont il agaçait les pointes. Il a abandonné lorsqu’elle a crié d’effroi.

Dernièrement, un matin, il est rentré dans sa chambre en queue de chemise sans rien en dessous, alors que la tante était partie au marché. Lors qu’Aline a ouvert les yeux, il était penché sur elle. Il lui a pris la main pour la plaquer contre ventre ? Elle a vu sa virilité tendue et avec sa main, il l’a frotté dessus en lui ordonnant de l’empoigner. Elle a senti ses poils et ses couilles. En même temps, il arrachait son fin vêtement de nuit, afin de la mettre nue. Aline a senti qu’elle ne pourrait pas lui résister. Alors, elle a pris ses ciseaux qui se trouvaient là sur sa table de nuit. Il a pris peur et l’a laissé tranquille, c’est à ce moment là, qu’elle a décidé d’appartenir à Michel.

Revenons dans la chambre d’Aline :

Tandis que Michel lui prend, la pointe d’un sein entre le pouce et l’index, elle voit la bosse que sa queue fait dans son slip. Elle a envie de la toucher comme pour effacer la scène de l’autre matin. – Chérie ? Je peux ? Lui demande t-il en tenant le bord de sa petite culotte. – Oui ! Chéri, vite ! En lui retirant sa petite culotte, il voit que c’est une vraie blonde. Alors, qu’il lui embrasse le sexe.

Elle a peur qu’il sente la moiteur de son ventre.

– A toi, maintenant ?

– Tu veux que j’enlève le mien ? – Ce serait mieux pour faire l’amour ? Tu ne crois pas ? Alors, qu’il commence à baisser son slip, une porte claque dans la maison ? – Ça ne peut être que mon oncle ? Ils s’habillent rapidement. Elle s’habille de sa robe de chambre sur son corps nu. – ALINE ? Tu es là ? Aline ? – Ne bouge pas Michel ? Je descends voir ce qu’il veut.

Jamais son oncle ne rentre si tôt, il a dû le faire exprès pour être seul avec Aline ? Michel espère que l’oncle ne leur fera pas d’ennui. Il entend en bas Aline crier ?

– NON ! NON ! Laisse moi ?

Aline, tient une chaise entre elle et son oncle pour qu’il ne la touche pas. – Tout ce que je te demande, c’est de pouvoir te toucher ? Dit il en attrapant la chaise rempart. Dans le mouvement du tirage de chaise à toi à moi. La robe de chambre d’Aline s’ouvre laissant apparaître ses deux seins. – Mais ? Tu es à poil là-dessous ? Cri son oncle. Dans la surprise, Aline a relâché son emprise sur la chaise, que son oncle n’a pas eu de mal à lui retirer.

En l’absence de rempart, il se rapproche d’Aline. – Ouvre ta robe de chambre ? Je veux tout voir ? Ouvre ? Qu’est-ce que ça peut te faire ? J’en rêve la nuit de ton corps. J’en rêve alors que je fais l’amour avec ta tante. Michel, écoute en haut de l’escalier, mais il ne peut rien voir, juste entendre.

– De toute façon, ta mère était une vraie salope et tu dois avoir hérité de son tempérament ? Elle aimait me sucer et avalait la fumée. Ouvre vite ça ? Où je vais me fâcher ! Aline étant coincé, son regard va de l’oncle à l’escalier. Afin d’éviter le pire, elle cède au désir de l’oncle.

Elle ouvre et laisse tomber à terre sa robe de chambre.

– Dieu que tu es belle ? S’esclaffe l’oncle en ouvrant son pantalon. En un clin d’œil, il est nu de la taille au pied. Il se rapproche d’Aline, la bite à la main. – Je t’ai dit que je ne toucherais pas. Viens plus près, plus près, là ?

Elle s’approche de son oncle. Alors, qu’il empoigne sa queue juste au dessus du gland. Sa main remonte et descend de plus en plus vite.

– Ouvre un peu tes cuisses ? Fais comme moi ? Ce serait magnifique de jouir en même temps ? Ça t’excite de me regarder, les pointes de tes seins sont dressés.

 

Michel, c’est agenouillait en haut de l’escalier, mais il ne peut voir et entendre leur ombre. Lui aussi a son sexe tendu à entendre et imaginer la scène.

– RROO ! Que c’est bon ! Râle l’oncle en éjaculant sur le bas vente d’Aline. Elle essaye de s’enfuir de la pièce. Il est comme fou, il la poursuit la bite pendante. Elle se retrouve acculée par la table du salon.

– Tu m’avais promis ?

– Mais, je ne suis plus une menace ? Regarde je ne bande même plus. Laisse moi faire sinon je vais me fâcher ? Mets toi assise sur la table ?

Aline, obéit afin d’éviter que Michel ne soit pas découvert si elle remontait dans sa chambre. – Allé, écarte les cuisses ? Tout ce que je veux, c’est t’embrasser ta petite chatte ? J’ai une langue agile. On ne t’a jamais léché la chatte ? Pourtant, ta tante adore ça, elle pourrait te le dire. Il retire sa chemise et s’accroupit entre les genoux d’Alice. – Là, comme ça, renverse toi bien en arrière et ouvre bien tes cuisses ? Lorsque sa langue mouillée remonte le long de sa moule jusqu’à son clitoris. Elle ne peut retenir un râle de plaisir sous cette caresse inconnue.

Aline, les coudes en arrière sur la table, écarte un peu plus ses cuisses. Elle ferme les yeux tout en râlant de plaisir sous le léchage de sa moule par son oncle. – Petite salope ! Tu es déjà toute trempée. Je savais bien que tu étais comme ta mère. Toujours prête à jouir. Tu as beau chouiner pour me faire croire que ? – Atchoum ! Michel vient d’éternuer, ses mains étaient occupées dans son slip. L’oncle tourne la tête interrogateur.

Mon dieu ? Ce dit Aline, il a entendu Michel éternuer, nous sommes perdus ?

– Espèce de salope, tu n’étais pas seule. Qui est dans ta chambre ? Aline panique un instant, les yeux exorbités, elle se reprend immédiatement pour sauver la situation. – Il n’y a personne ! Continue ce que tu me faisais, j’aime bien. L’oncle avec le regard interrogateur, l’observe sans bouger. Il lui empoigne les seins. – Ton petit copain nous observe ? Je pourrais te violer qu’il ne bougerait pas ? Je parie ? Il glisse une main sur la moule d’Aline, lui écarte les lèvres humides de cyprine et pousse trois doigts à l’entrée vierge de toute intrusion.

– OH ! Tu m’avais promis que ? – Hé ? Les choses ont changées à présent que je sais que tu étais prête à t’envoyer en l’air. Je veux bien oublier ton minet à condition que tu sois très gentille avec moi ? Aline a peur pour son amoureux. Alors, elle capitule, s’offre à son oncle.

– Je ferai tout ce que tu voudras ? Dit elle en baissant les yeux. – Tu l’aimes donc tant que ça ? Si tu veux lui éviter une bonne dérouillée, il va falloir y mettre du tien ma belle ? – Que veux tu que je fasse ? – Que tu me fasses tout ce que vous vous faites ? Réplique son oncle avec une belle érection, qui ne demande qu’à servir.

 

– Il m’a encore rien fait. Il me pelotait juste les seins lorsque tu es arrivé. – Et toi, tu l’as toucher ? – Non ! Jamais ! Il est tout près d’Aline, elle sent sa bite contre son bas ventre. – Prend la dans ta main, et caresse la. Oui, voilà plus vite ? Aline s’est saisie de la bite de son oncle et fait aller et venir sa main sur la tige. – Oh ! Oui, c’est mieux comme ça ! Continu ?

Aline découvre le sexe de l’homme. Elle le trouve doux, il palpite entre sa paume et ses doigts. Ils sont face à l’escalier. Elle pense que de là haut, Michel doit tout voir à présent. – HUMM ! C’est bon, tu as la bonne cadence. On dirait que tu as fait ça toute ta vie. Allé, frotte moi dans les poils de ta chatte.

Il retourne Aline dos à lui et la pousse dans le dos pour qu’elle ait les seins sur la table et le fessier offert à son oncle. Il passe sa queue entre les lèvres de sa moule. Il entame un va et vient qui fait râler de plaisir Aline. – Je pousserais ta tante pour que l’on fasse une des parties à trois. Je te vois entrain de lécher la chatte de ta tante revêche. Rien que dit pensé, j’ai envie de ?

Et il pointe son gland à l’entrée de la grotte vierge d’Aline.

– NON ! NON ? Pas ça !

 

Aline se redresse et se débat pour empêcher la pénétration de la bite de son oncle dans son puits fait pour l’amour.

– Michel ! Au secours Michel !

Michel descend quatre à quatre les marches de l’escalier et surgit devant le couple avec un cran d’arrêt à la main.

– Tu aurais mieux fait de rester là haut, je vais te corriger moi, petit con ! Les deux hommes s’affrontent, Michel encaisse un coup de poing à la mâchoire. Il recule un peu, donne un coup de genou dans les couilles de l’oncle qui hurle de surprise et de douleur.

 

L’oncle lance son point en direction de Michel qui esquive en se baissant légèrement. Il donne un coup de couteau dans le ventre de l’oncle. – Petit salaud ? Tu m’as bien eu, te voilà bien avancé maintenant. L’oncle tend sa main pleine de sang. Il vacille contre le mur avec le ventre dégoulinant de sang. – Je ne voulais pas moi ? C’était pour défendre la virginité d’Aline. Elle se colle dans le dos de son amoureux et l’enserre de ses bras.

L’oncle s’écroule en grognant une dernière fois. Michel s’approche et le secoue par l’épaule. – Hé ? Monsieur ? On appelle les pompiers ? L’oncle ne réagit plus. – Aline ! Il est mort ton oncle ! Je suis perdu ? – C’est de ma faute ! Mais, lorsque j’ai crié, il commençait à entrer en moi. – Laisse ça, pour que la police nous croit, il faut la prévenir tout de suite. Mais si on fait ça ? Ils iront fouiller dans ma chambre et ils trouveront les paquets de l’importateur que je n’ai pas encore livré ?

Je vais le prévenir et lui demander ce que je dois faire ? Il me dira ce qu’il faut faire, c’est un ancien de la légion étranger, je crois que c’est un truand.

Aline est toujours nue et ça n’a pas l’air de la déranger, prend le couteau des mains de Michel et va le nettoyer du sang de son oncle.

– Va donc nettoyer le sperme qu’il t’a laissé sur le ventre.

Toujours nue devant, elle regarde Michel qui espère que l’exportateur va les aider. – Je ne t’en veux pas mon chéri de l’avoir frappé. C’était un porc, mais pour toi, j’ai peur ? Les deux amoureux s’enlacent. Ils se serrent fortement l’un contre l’autre. – L’exportateur n’est pas un homme à laisser tomber son livreur. Madame Du-chnoque, nous dira où le contacter en ce moment.

Sam Botte

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou