Fétiche - BDSM Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique

Histoire de sexe Aline 18 ans va vivre un amour trop passionnel Chapitre 2

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Attention Cette histoire se termine mal et peut choquer certaines personnes. A lire par un public averti.

La condition du secoure

Une fois bien vêtu, ils vont chez Madame Du-chnoque.

– Michel ? Que veux tu ? Tu as fini tes livraisons aujourd’hui ? – Je dois voir rapidement l’exportateur, lui seul peut m’aider ? – Vous êtes livides tous les deux ? Qu’est-ce que vous avez fait comme bêtise ? Le moment est venu pour Michel d’avouer son crime. – J’ai tué son oncle qui commençait à la violait. – Oh ! Le salaud ! Bon, monté dans mon appartement, je préviens l’exportateur.

tel rose pas cher

En attendant le retour de l’exportateur, il offre à sa dulcinée un scotch qui l’aide à reprendre espoir. L’exportateur est vite arrivé. Bien sûr, il engueule Michel et se retient de pas lui mettre une claque. – Tu n’es qu’un con ? Il fallait appeler les flics après avoir retiré les paquets, que tu n’as pas livré, de ta chambre. – Je n’y ai pas pensé ? – Je devrais te laisser te débrouiller ? Si je t’aide, je deviens ton complice et je risque autant que toi. Aline se met à chouiner. – Vous refusez de nous aider ? – Je n’ai pas dit ça ! Si j’accepte de vous aider, tu me devras une compensation ? Dit l’exportateur à Aline en reluquant sa poitrine.

A ses mots, l’espoir revient pour Aline. Michel a raison, l’exportateur est un homme régulier. Les deux amoureux répondent en chœur.

– Tout ce que vous voudrez, monsieur !

– En fait ? C’est tout les deux qui me devrez une compensation. Aline frissonne, que va t-il exiger des deux amoureux ? L’exportateur se rapproche d’Aline, il lui prend ses deux seins dans ses mains. Il la regarde dans les yeux et proclame : – Si je ne fais rein, les infos diront « les amants diaboliques » La fille passera pour une petite salope qui allumait le vieux ? Et toi Michel ? Tu seras le petit mec qui trouvait que ça ne lui rapportait pas assez ? En bref, vous êtes cuits !

– Si je te dédouane, je dois employer des gars à moi pour faire disparaître le macchabée rapidement. Il faut compter dans les cent mille Euros, une belle somme que tu n’as pas ? Mais je peux vous faire gagner cette somme ? – Heu ? Comment ? Demande Michel. – En participant à une soirée que ta logeuse organise cette nuit en banlieue. Ses invités seront sûrement prêts à donner une telle somme. Mais ce n’est pas pour enfiler des perles ? S’exclame l’exportateur en passant une main sous la mini jupe d’Aline qui fait les gros yeux.

Il continue à parler. – Ce sont des partouzards qui exigent beaucoup. Il ne s’agit pas de rechigner sur les boulots ? Vous voyez ce que je veux dire ? Dit l’exportateur en passant derrière Aline. Il passe ses mains sous son haut et empoigne ses seins en l’a plaquant contre son ventre. Dans la précipitation de s’enfuir, elle n’avait pas mis de soutien gorge. La proposition de l’exportateur lui fait peur, mais pour sauver son Michel, elle doit accepter.

– Je suis d’accord monsieur ! Elle devrait protester, mais elle ne dit rein, c’est un cauchemar qui commence, elle en est consciente. Le scotch qu’elle a bu la rend euphorique. Elle s’imagine que l’on lui a mis quelque chose dedans. Tant mieux si cela doit l’aider à mieux supporter la nuit qui s’annonce.

Michel part avec l’exportateur et Madame Du-chnoque revient dans la pièce. Elle s’approche d’Aline

,elle l’enserre dans ses bras et ses lèvres sur les siennes.

Elle ouvre la bouche quand la langue de Madame veut y pénétrer.
Timidement, mais pas immédiatement, elle mêle sa langue à celle qui s’agite dans sa bouche.
Insatisfaites Madame cesse d’embrasser Aline et se recule un peu.
– Mets plus de fougue dans les baisers, la personne qui te veut doit comprendre que tu la désires et que tu es chaude !
– Oui, Madame.
– Allez Aline ? On recommence.

tel rose marie lou

Obéissante, Aline met plus de conviction dans les baisers que Madame fait durer et s’applique pendant que les deux langues se mêlent de nouveau.

Le baiser enflamme Aline. Leur bouche se décolle. – A quoi tu penses ? Tu dois penser à ce qui t’attend cette nuit ? – Oui, un peu Madame. – On n’en meurt pas, et toi, tu n’auras pas besoin de jouer la comédie, ta répulsion sera un piment supplémentaire pour mes amis.

Madame s’assoit sur le divan et ordonne : – Allez, déshabille toi là ? Aline, résignée obéit, elle se déshabille devant Madame. – Il faut que je me rende compte ? Que je t’essaye un peu, les jolies filles, j’adore ça, aller viens. Dit elle en tendant les bras. Aline avance vers le divan le cœur battant, elle a peur. Lorsque Madame la presse contre elle. La main droite de Madame glisse le long de sa cuisse d’Aline, elle atteint sa vulve qu’elle fouille d’un doigt impérieux ?

– Mais ? Tu es vierge ?

– Oui ! Madame. La main de Madame remonte jusqu’aux seins d’Aline, qu’elle soupèse. – C’est magnifique ça !

Les lèvres de Madame saisissent le mamelon gauche d’Aline et sa langue commence à le titiller. Sous la caresse, il se raidit de plaisir. Ensuite, c’est le pubis que Madame embrasse avant de coucher Aline sur le divan ?

– Tu es belle comme l’aurore ! Madame se déshabille à son tour. Ses seins sont deux fois plus gros que ceux d’Aline, avec des pointes brunes érigées. En quittant son string, elle dégage une épaisse toison noire dont la densité surprend Aline.

Elle ne quitte pas des yeux cette toison.

tel rose gratuit

– Tu me fais un effet terrible ? Je crois que je pourrai jouir rien qu’en te regardant ? Mais, je préfère que ce soit ta langue qui me donne du plaisir ? Lui dit elle en posant une main dans les cheveux d’Aline et en lui tirant la tête vers son pubis. – Tu as déjà embrassé une femme ? Demande Madame. – Non ! Jamais Madame.

Elle pousse Aline qui se couche sur le divan. Elle s’agenouille près d’Aline, sa tête rapprochée de son ventre.

– Quand je dis embrassé, tu vas voir à quoi je pense ? Le souffle chaud de Madame dans les poils pubien d’Aline, la fait frémir. Sa langue s’empare de son clitoris. Madame a une langue diaboliquement habile qui trouble Aline immédiatement. Malgré elle, sa grotte mouille rapidement.

Soudain, Madame se retourne pour se mettre en position dite de soixante neuf. Le sexe de Madame

avec ses poils touffus et odorant se retrouve sur le visage d’Aline ? Lui aussi est tout humide. Elle s’offre le sexe ouvert, alors que sa langue ouvre les lèvres de la moule d’Aline.

Aline introduit sa langue dans la moule de Madame. L’odeur la grise, elle n’a plus honte, elle est même heureuse. La langue de Madame abandonne la moule d’Aline pour son anus. Tandis que son ventre descend lui même à la recherche de la bouche d’Aline.

Elle sent la peau douce et chaude de Madame dans son entre cuisse, un spasme de plaisir la secoue.

La langue de Madame vient d’abandonner son anus pour sa vulve. Oh que c’est bon ! Ou souffle d’Aline se fait plus court, le nouveau plaisir mont en elle.

– OUIII ! AAARRFF !

D’extase, elle enfonce son visage entre les cuisses de Madame, sa langue lape le plaisir de Madame et sa bouche l’aspire entre ses AH, de jouissance. Elle avale tout ce qui sort de la vulve de Madame qui se libère dans un long râle rauque. Aline aussi, jouit follement avec des petits râles étouffés par les cuisses de Madame qui emprisonnent son visage.

telrose première fois

Enfin, elle laisse respire Aline sans pour autant abandonner sa position.

– Tu as bien joui, je l’ai bien senti aussi. Je n’ai pas envie d’en rester là ? J’en veux encore, recommence à me lécher ? Remonte entre mes fesses. Il faut que tu t’y habitues, on t’obligera certainement à faire pire cette nuit ? Voilà ! Remonte ta langue dans mon petit trou de balle. HUMM ! C’est bon, enfonce bien ta langue à l’intérieur. Madame, à présent ramène ses mains en arrière et ouvre le plus largement possible ses fesses. – Tu me fais du bien ! De ta main branle moi mon bouton d’amour ? Raidi bien ta langue !

D’une main, elle crochète les cheveux d’Aline et lui impose un va et vient de sa tête pour que sa langue lui sodomise l’anus.

– Tu me baises bien, tu sens mon jus couler dans ta bouche ? Voilà près d’une demi heure qu’Aline s’occupe de Madame, elle aussi sent un plaisir étrange et dévastateur monter en elle.

Soudain, le corps de Madame se raidi, elle pousse un cri de jouissance : OOORRAAARR !

– C’était bien bon petite, tu apprends vite ? Elle se retourne et enlace Aline. Elle l’embrasse à pleine bouche. Son baiser fait un effet fou à Aline qui le désire aussi.

– Madame ? J’ai envie de ? – Non ! Pas toi, il faut te réserver pour ce soir ? Mes invités aimeront te voir jouir, réserve toi. Tu as été formidable ! Elle embrasse Aline qui trouve que son baiser à un goût étrange ? Sûrement celui de leurs deux plaisirs. La pensée de ce qu’il l’attend cette nuit. La fait frémir, tandis que leurs langues s’épousent.

 

Aline est nue sur le divan de Madame, elle sirote le scotch que Madame lui a offert. Elle sait à présent qu’il n’est plus question de faire marche arrière. Madame fouille dans un tiroir de son bureau. Elle en sort un paquet de photos ? – Tu es déjà un peu rodée. Je vais te montrer ce qui t’attend cette nuit ? Les photos représentent des couples dans des positions qui font frémir Aline.

– Regarde de bien, ce soir tu devras faire comme eux.

Sur une photo, une femme suce la bite de deux hommes pendant qu’un troisième la baise. Sur une autre, la femme la bouche grande ouverte reçoit le sperme d’un homme au fond de sa gorge et il y en a un autre qui la baise. Et ainsi de suite.

– Il faudra que je fasse ça ?

– Oui ma chérie ! Lui susurre Madame dans l’oreille tout en lui pelotant les seins.

– Il faudra le faire à plusieurs hommes. Il faudra surtout que tu les fasses jouir dans ta bouche et que tu avales leur plaisir jusqu’au bout. – Jamais, je ne pourrai faire ça. Vous le feriez vous ? – Il faudra bien que tu le fasses. Moi j’ai déjà fait pire que ça. Cette nuit, on exigera sans doute bien plus que cela ? Madame lui montre une photo où une femme se fait sodomiser debout, le corps penché en avant. La bite dans l’anus de la femme se voit bien. – Tu vois ici la fille se fait sodomisée par l’homme.

 

Madame lève Aline du divan où elle la caressait. Elle lui fait courber le dos et afin de lui faire mieux comprendre. Elle glisse une main entre ses fesses pour lui pénétrer l’anus avec son majeur humidifié. Elle commence un va et vient dans l’anus d’Aline avec son doigt. La moule d’Aline mouille immédiatement, très vite, elle donne des coups de rein à l’encontre du doigt qui lui donne un plaisir inconnu.

Aline, les deux mains posées sur le divan, tend ses fesses à Madame qui, à présent, la sodomise avec trois doigts, il y en a autant qui branle sa moule baveuse. Au bout de dix minutes d’instances branlages un orgasme éclate dans le corps d’Aline. Madame retire ses doigts des puits d’Aline en riant.

– Tu as de bonnes dispositions, avec ton tempérament tout se passera bien ce soir. Tu seras vite vicieuse, à ton âge, j’étais comme toi

Soudain, Aline a une envie de Madame, elle a envie, envie d’elle ?

BROUM ! VLAN !

Aline se lève vite du divan, elle prend sa jupe pour couvrir ses parties intimes.

– Ne t’inquiète pas ? C’est Ange ? Celui que vous appelez l’exportateur. J’ai reconnu sa façon de claquer la porte. – Et Michel ? – Il doit être avec lui !

– Reste comme tu es. Il faut que tu t’habitues à rester nue et à te montrer ainsi même à des inconnus.

Aline a toujours sa jupe à la main, elle hésite sur la conduite à suivre. – Mais ? – Il n’y a pas de mais qui tienne, tu dois m’obéir ?

La porte du salon s’ouvre et Mr Ange entre le premier, il regarde Aline nue avec insistance. En entrant, Michel a un sursaut en découvrant les deux femmes nues. Madame ose une main sur la joue d’Aline, elle la regarde droit dans les yeux.

– Ne fais pas cette tête là ? Ton Michel savait bien que tu ne restais pas avec moi pour enfiler des perles.

Madame prend dans ses bras Aline, comme on rassure un enfant.

– Il sait bien que cette nuit, tu vas plutôt servir et lui aussi. Elle prend le visage d’Aline dans une main et le tourne face à Mr Ange.

– Elle est neuve de partout, ça c’est une sacrée chance pour eux ? Mais je ne voudrais pas qu’elle fasse trop de chichis quand on lui prendra la bouche ? Tu devrais un peu la préparer ? Dit elle à Ange

– Je ne demande pas mieux. Viens ici ma petite !

Dit il en prenant Aline derrière la nuque.

Michel pâlit, mais il ne proteste pas devant Mr Ange. Il est comme un enfant pris en faute. Madame s’approche de lui, une de ses mains lui caresse la nuque et attire sa bouche contre la sienne. Leurs lèvres s’unissent, il ouvre la bouche et leur langue se mélangent.

Aline regarde son Michel s’abandonner au baiser de Madame. Mr Ange attire la tête d’Aline vers la sienne.

– Tu vas aussi avoir ta part du festin. Tu es tellement appétissante que tu me donnes envie.

Leur bouche, aussi s’unissent. Aline ouvre la bouche pour recevoir la langue de Mr Ange. Elle s’abandonne à la langue d’Ange qui vient chercher la sienne.

– Tu sens la femme ? Je parie que vous ne vous êtes pas embêtés Léa et toi ? Aline découvre que Madame se prénomme Léa et que l’exportateur se prénomme Ange.

Tout en lui roulant une pelle, Ange descend une main et emprisonne la moule d’Aline. Elle ouvre les cuisses d’elle même. Il glisse son majeur à l’intérieur.

– C’est vrai qu’elle est vierge ?

– Oui ! Ça tu n’y touches pas de l’autre côté non plus. Pour ça ? Mes invités donneront une belle prime. Contente toi de sa bouche, elle aussi est neuve.

Proclame Madame Léa en déshabillant Michel qui l’aide bien.

– Avec une aussi jolie vierge, ce sera un régal pour moi.

Ange s’installe assit sur le divan jambes écartées. Alors que Michel est pratiquement nu. En baissant son slip, Léa découvre sa queue déjà tendue.

Ange, attrape Aline par le bras et l’attire à lui.

– Viens ici toi ?

Aline avait décidé à se donner à Michel et ça va se passer avec un autre qui ne l’attire pas du tout.

Elle se retrouve à genou entre les jambes d’Ange.

– Déboutonne moi ma belle. Déboucle ma ceinture, ouvre ma braguette et descend, ensuite fais glisser le tous en bas de mes jambes.

Elle fait ce qu’il demande. Lorsqu’elle descend le slip d’Ange et comme il décolle ses fesses du divan pour lui facilité la tâche. Sa verge vient se coller contre la joue d’Aline.

Prend la dans ta bouche et suce la comme tu le ferais avec un sucre d’orge ?

Aline prend dans sa main la bite d’Ange. Elle descend sa bouche dessus. Elle a peur d’être prise de nausée. Elle avance le bout de sa langue sur le gland. Elle le lèche trois, quatre fois. C’est doux, c’est chaud, ce n’est pas si mauvais qu’elle le croyait.

– Arrête de la lécher ? Met la dans ta bouche et suce.

Aline se met à sucer la bite d’Ange en l’aspirant dans sa gorge. Tout en suçant la verge, elle peut voir Michel et Léa. Il la regarde faire, elle a un peu honte. Malgré ça, le désire monte en elle.

– Si tu t’occupais un peu de moi ? Lui demande Léa.

Aline suce de mieux en mieux la bite d’Ange. Elle devient de plus en plus dure. Elle se prend au jeu de la maîtresse de cérémonie. C’est grâce à elle que sa queue durcie, c’est elle qui la fait bander luisante de sa salive. Alors, elle l’avale au fond de sa gorge le plus possible. Elle est heureuse de la sentir palpiter dans sa gorge. Il donne des petits coups de reins pour s’enfoncer un peu plus dans sa bouche. Elle en est satisfait.

Il empoigne sa tête entre ses deux mains ? Il la pousse sur sa queue, elle l’engloutit presque entièrement.

Soudain un jet chaud de son plaisir lui fouette le palais. Sa bouche est pleine ? Les mains d’Ange lui maintiennent la tête en place, alors qu’un second, ensuite, un troisième lui emplit la gorge.

– Avale ? Oui ! Avale tout ?

Le nez dans ses poils pubien, elle est contrainte d’avaler pour ne pas étouffer.

Elle avale son sperme chaud au goût salé et légèrement amer.

– Suce ma belle ? Tète moi la queue jusqu’à la dernière goutte.

Aline, tète cette queue, en aspirant le plus possible le restant du plaisir d’Ange. Elle regarde en coin Madame Léa chevaucher son Michel qui y prend bien du plaisir. Alors, comme pour le défier, elle replonge sa bouche sur la queue de Mr Ange qui ne demande pas mieux.

Du côté de Léa et Michel.

– Tu aimes mon lapin ?

– OH ! OH ! Oui, c’est bon.

– C’était bon avec ta copine, mais rien ne vaut la queue d’un jeune homme comme toi !

Aline suce et aspire la queue d’Ange qui reprend de la dureté. Elle jette un regard vers Michel. Elle voit qu’ils ont changé de position. Michel est assis et Léa est toujours emmanché dos à lui, il lui pelote les seins de ses mains.

C’est Léa qui se baise elle même sur le manche de Michel, qui pousse un râle de jouissance.

– Oui ! Mon chou donne moi tout ton sperme.

La pensée de Michel se vidant dans le ventre de Léa, la fait jouir tandis qu’elle aspire le plus possible la queue de Mr Ange.

– Elle est formidable cette fille, elle me refait bander. Elle a pris goût à mon jus.

– Ah ! Non ! Tu vas venir sur moi et elle te léchera les fesses. Réplique Léa qui s’allonge sur la moquette les jambes écartées. Michel se repose sur le divan.

– Elle est plus grosse que celle du jeune, j’aime que tu me remplisses entièrement.

Aline s’approche de son Michel. Ange l’interpelle.

– Aline viens me lécher les fesses ? Tu m’ouvres bien les fesses avec tes deux pouces et tu vrilles ta langue dans ma cible ?

Il faut qu’elle s’y soumette une nouvelle fois. Une indicible répulsion s’empare d’Aline. Elle s’approche des fesses de Mr Ange qui a bien écarté ses cuisses ainsi que celle de Léa. Elle tourne la tête et voit Michel qui la regarde. Elle commence honteusement à posé le bout de sa langue sur l’anus d’Ange.

Ce qui embête le plus Aline, c’est que Michel la regarde s’avilir ainsi. Elle enfonce légèrement le bout de sa langue dans l’anus. Elle colle sa bouche dessus l’anus d’Ange et fait un va et vient avec sa langue dans son trou du cul.

– OORR ! Continu ? Je viens ! Râle Léa. Aux contractions de son anus, Aline sent qu’Ange est entrain de jouir. Après que les deux amants ont bien joui, Ange remercie Aline qui boit un scotch pour effacer le goût de ?

C’est autour de Michel de s’avilir encore un peu plus. Léa toujours allongée, lui tend les bras. – Viens vite me sucer la moule, viens me la nettoyer du jus de Mr Ange ?

Michel, jette un regard de chien battu à Aline. Il se met à genoux entre les cuisses de Léa et lui bouffe la moule et aspire le jus qui s’y trouve.

– Oui ! Continu, je vais encore jouir ?

Ange attrape Aline par les cheveux et l’amène aux côtés de Michel.

– Aide le toi aussi ?

Ainsi placée, elle entend bien la bouche de Michel qui aspire la moule de Léa. Il lui fait une petite place et les deux langues pénètrent de concert la vulve de Léa.

– Oh ! Oui ! Encore, vous me rendez folle, tout les deux avec vos langues ?

Michel glisse une main entre les cuisses d’Aline et lui branle le clitoris. Aline jouit divinement en râlant les lèvres collées a la moule de Léa qui jouit aussi. Ils s’écroulent tous les trois sur la moquette.

Après, quelque minutes de flottement, Ange leur donne un scotch. Il s’adresse à Aline.

– Tu es vraiment une bonne fille, nos clients ce soir ont de la chance. Dommage que je peux ne pas la prendre dans mon écurie ?

– Je la sens bien pour ce soir pour aller d’un couple à l’autre. Dans les partouzes, il faut toujours quelqu’un qui donne des coups de langue tous s’azimute. Proclame Léa.

– Et Michel ? Demande Aline en le désignant de la main.

– Nous en tirerons le maximum, mais les virilités ne sont pas de fer, c’est bien dommage.

Léa donne une tape sur une fesse d’Aline.

– Va nous faire couler un bain, nous en avons besoin.

Ange les regarde tous les trois entrer dans la salle de bain.

– Faites vite ? Il sera bientôt l’heure de partir.

Michel entre dans la baignoire à moitié remplit d’eau.

Léa entreprend de lui laver ses parties génitales. Il bande encore un peu. Elle dirige le jet d’eau froide de la douchette sur sa queue.

– Regarde ? L’eau froide le fait débander ?

Elle enlace Aline de l’autre bras et l’embrasse tendrement. Ça ne lui déplaît pas, mais la présence de Michel la gêne un peu et Léa s’en rend compte. Elle pousse Michel hors de la salle de bain.

– Va rejoindre Ange et laisse nous un moment.

Elle referme la porte derrière elle.

– A nous deux ma jolie.

Léa rentre dans l’eau tiède dans la baignoire.

– Je dois rentrer dans la baignoire avec vous ?

– Tu n’aimes pas ?

– C’est que je ne l’ai jamais fait ?

Léa attire Aline vers elle en la tirant par les seins.

– Tu verras, c’est très bon ? Je ne veux plus jouir, mais je désire encore être excitée, viens ?

La baignoire est grande et large. Léa demande à Aline de s’agenouiller devant elle entre ses jambes écartées. Elle lui passe les mains derrière ses épaules.

– Viens plus près de moi ? Oui, comme ça.

Elle sont sein contre leur sein. Leur bouche se colle dans un baiser torride. Aline fond une nouvelle fois.

Une main de Léa descend entre les cuisses d’Aline. Elle lui branle le clitoris. Aline intensifie son baiser en agitant encore plus sa langue dans la bouche de Léa. Elle frotte ses seins contre les seins de Léa, qui interrompe le baiser pour que leurs seins se frottent avec les pointes.

– Dommages ma belle, nous devons être sages.

Toutes les deux assissent dans le bain. Leur bouche unie, cette fois c’est la langue d’Aline qui part à l’assaut de la langue de Léa. Les femmes, ça lui plaît à présent, pas autant que son Michel, mais ça lui plaît. Ce qui l’effraye le plus dans ce qui va se passer cette nuit, ce sont les hommes ?

– Viens ma chérie, il est temps de nous préparer ?

– Où, allons nous ? – Dans une grande demeure bien isolée où personne viendra nous déranger.

Sam Botte

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou