Histoires taboues et histoires de sexe Inceste Vieux - Jeunes

Histoire de sexe avec ma belle-mère très incestueuse

Jai une relation incestueuse avec mon fils depuis 4 ans

Je n’ai pas revu maman avant l’heure du dîner. Elle était silencieuse, un peu préoccupée je suppose ; assez pour que papa lui demande si tout allait bien. « Ouais, bien. » Elle lui dit en déplaçant la nourriture dans son assiette avec sa fourchette. « J’ai un rapport que je dois terminer pour lundi, c’est tout. Je n’arrive pas à me le sortir de la tête. » Elle a jeté un regard rapide dans ma direction. Un regard morveux. On s’est assis et on a mangé, mon père posant les questions habituelles. « Comment était l’école ? » « Comment va le foot ? » Bla — Bla — Bla — Bla… De temps en temps, je surprenais maman en train de me regarder. Elle était difficile à lire. Une fois, elle avait l’air en colère, la fois suivante, non. Je commençais à m’inquiéter des répercussions que cela pouvait avoir sur moi.

Le reste de la nuit s’est déroulé relativement normalement. Après le dîner, la vaisselle a été débarrassée, papa s’est assis devant la télévision pour regarder du foot et maman s’est assise à la table de la salle à manger pour fouiller dans sa mallette. La seule chose différente était le fait que je me surprenais à regarder souvent ma mère. Pendant une seconde, je me suis demandé comment mon père avait fait pour avoir une femme aussi belle que ma mère et quelle chance il avait eue. Puis, après quelques minutes de réflexion, j’ai réalisé qu’avec les râleries et les sautes d’humeur de ma mère, je me suis dit que mon père n’était peut-être pas dans son assiette. Mais elle était vraiment sexy.

Ses cheveux étaient attachés en queue de cheval, la queue dépassant largement ses épaules. Elle portait une longue robe de soleil blanc cassé, avec une sorte d’imprimé floral jaune et rose sur une épaule et sur l’autre côté. Elle semblait flotter en marchant. Elle était pieds nus, ce qu’elle ne faisait pas souvent. Je l’ai trouvée très « fille d’à côté », bien qu’elle soit bien plus belle que n’importe quelle fille qui ait jamais vécu à côté, ou dans toute la rue.

Son maquillage était léger, ses lèvres étaient d’un joli rose. Son maquillage semblait frais, comme si elle s’était rafraîchie un peu avant le dîner. C’était quelque chose qu’elle ne faisait pas normalement. Elle paraissait beaucoup plus jeune que quarante-trois ans. Elle avait l’air… …Eh bien, comme si elle devait faire la couverture d’un magazine.

Je regardais tellement ma mère que je commençais à me sentir gênée. Je leur ai dit que j’avais un compte rendu de lecture et je suis allé dans ma chambre « pour lire ». « C’est mon garçon », s’est vanté mon vieux père. « C’est quelqu’un, n’est-ce pas, Kat ? » {Kathy} Papa a demandé, sans quitter la télé des yeux. « Oh oui, c’est quelque chose, c’est vrai. » Maman a acquiescé en détournant les yeux de sa paperasse, mais j’étais de nouveau en train de la fixer. J’étais assez près pour voir d’abord ses joues se colorer et peut-être un soupçon d’embarras dans ses yeux, puis, la seconde suivante, ses lèvres se sont serrées et ses yeux se sont rétrécis. Elle s’est rapidement remise à son travail. En parlant de difficulté de lecture, putain de merde. C’était comme vivre avec Mme Jeckle et Mme Hide.

Je suis monté et j’ai lu pour un rapport de lecture qui n’était pas à rendre avant trois semaines. J’ai rangé ma chambre et j’ai déconné sur mon ordinateur. J’ai fait n’importe quoi pour essayer d’arrêter de penser à ce que maman avait fait cet après-midi. Mais je me suis retrouvé sur un site pornographique consacré aux « femmes mûres ».

Je parcourais les photos et les clips vidéo, m’arrêtant sur ceux qui me rappelaient ma mère. Il y en avait beaucoup : des « mamans » qui s’excitaient, seules à la maison, dans la voiture, et même dans les cabines d’essayage des magasins. C’était sauvage. J’ai vu des « mamans » se faire les meilleurs amis de leurs « fils » et même les petites amies de leurs fils. Et j’ai regardé des vidéos de « mamans » se faisant plus d’un jeune garçon à la fois. C’était plutôt chaud. Je n’ai vu aucune mère se faire l’animal de compagnie de la famille, mais je suis sûre que, si j’en avais eu le temps, j’aurais fini par m’y retrouver.

J’étais absorbée par l’ordinateur et j’ai été choquée quand j’ai vu l’heure. Il était minuit vingt. Normalement, mes parents se disaient bonne nuit avant d’aller se coucher. Je me suis dit que papa s’était encore endormi devant la télé et que maman était probablement énervée ou trop gênée pour s’en préoccuper.

Je me suis levé de la chaise et j’ai regardé la bosse dans mon pantalon. Je l’ai frottée un peu et j’ai souri en imaginant ma mère à genoux devant moi. Je n’arrivais toujours pas à y croire. J’ai attrapé la bosse et j’ai commencé à me pavaner dans la pièce comme si j’étais sur un cheval de bois. De toute évidence, j’étais d’une humeur exceptionnellement bonne.

« Je suppose que je vais devoir m’occuper de toi avant de pouvoir m’endormir, hein partenaire ? ». J’ai dit à l’avant de mon pantalon. « Mais tu devras attendre quelques minutes. »

Je me suis dit que j’allais me préparer pour aller au lit, {je dors dans mon vieux short de sport.} puis je me suis glissé à la cuisine très vite et j’ai pris un verre avant de remonter pour m’occuper de cette érection que j’avais. Je me suis glissé dans mon short de sport, j’ai ajusté ma queue dure et je me suis dirigé vers la cuisine.

J’ai descendu les marches sans bruit. Bien sûr, il y avait papa qui dormait sur le canapé en ronflant. Je me suis glissée dans la cuisine et j’ai touché l’interrupteur. J’ai vu ma mère, dos à moi, toujours assise à la table de la salle à manger devant le travail qu’elle avait ramené à la maison. Elle s’était changée pour aller se coucher. Elle portait une jolie robe de nuit noire, courte, à fines bretelles, qui laissait voir beaucoup de jambes. C’était chaud !

Elle était penchée en arrière sur la chaise, la tête bien en arrière et elle tirait sur le chouchou qui retenait ses cheveux en queue de cheval. Je l’ai regardée cambrer son dos en s’étirant. Elle était fatiguée. Je n’ai pas pu m’empêcher de la regarder quand elle a libéré ses longs cheveux, les a passés dans ses doigts, puis les a secoués avec un gémissement tranquille et un balancement lent et sexy de la tête.

Elle me rappelait une de ces filles sexy dans les pubs pour le shampoing. « Plus de brillance — Meilleur corps »

J’ai regardé en silence, papa ronflant en arrière-plan, alors qu’elle étirait ses bras au-dessus de sa tête et qu’elle remuait ses doigts pour les détendre. Un lent cri de fatigue s’est échappé d’elle alors qu’elle laissait tomber ses mains et se frottait le cou et les épaules. J’étais hypnotisé. Je pouvais sentir mon short devenir encore plus serré. J’ai instinctivement tendu la main vers le bas et ajusté ma bite à nouveau.

« Jésus. » J’ai entendu ma mère chuchoter. « Je ne peux pas le croire. » Elle a gémi doucement pour elle-même. J’étais presque sûr de savoir à quoi elle pensait. Dans l’ombre de la cuisine, j’ai vu maman se masser la nuque. « Tu dois arrêter d’y penser. » Elle s’est conseillée dans son souffle avant de poser ses coudes sur la table et d’enfouir son visage dans ses mains. Elle secoua lentement la tête avec regret et poussa un long et lent soupir.

C’est à ce moment-là, en me rappelant l’attitude de ma mère lorsqu’elle m’a surpris cet après-midi, que j’ai eu une idée…

Je me suis approché discrètement de ma mère. J’ai tendu la main et l’ai posée sur son épaule. Elle s’est retournée et a vu que c’était moi. « Tu m’as fait une peur bleue. » Elle a aboyé doucement. Ses yeux ont immédiatement remarqué la grosse bosse dans mon short de sport alors que je me tenais près d’elle.

« Je pensais justement à toi, maman. » Cette fois, c’était moi qui lançais le sarcasme.

« J’ai un peu de mal à finir ce rapport, alors si ça ne te dérange pas… . . » Ses yeux font des allers-retours entre mes yeux et mon short, nerveusement. Elle s’est penchée un peu sur le côté pour apercevoir le canapé. Papa dormait encore. Je suis resté là.

« Que veux-tu, Robert ? »

« Je suis juste descendu pour prendre un verre et je t’ai vu ici. Tu as l’air un peu… …stressé. »

« J’ai beaucoup de choses en tête. »

« Je parie que oui », ai-je répondu.

Maman penche un peu la tête, essayant de comprendre ce que je fais. Elle a de nouveau regardé l’érection que j’arborais. « Je pense que tu ne devrais pas te promener comme ça ». Elle dit en hochant la tête vers l’avant de mon short avec un regard dégoûté sur son visage. Elle a jeté un autre regard vers le canapé. Je baissai les yeux sur la bosse. « Ce n’était pas comme ça quand j’ai descendu les marches. » J’ai menti.

« C’est vrai ? »

« Ouais, je l’ai eu en te voyant faire le truc des cheveux et tout. » Je lui ai dit froidement.

Elle a eu l’air un peu surprise de ma franchise et un peu mal à l’aise aussi. J’étais heureux de mettre la chaussure sur l’autre pied. « Robert, qu’est-ce que tu veux ? » Elle a demandé sévèrement.

« Je ne suis pas vraiment sûr. »

« Quelque chose d’autre à tenir au-dessus de ma tête sans doute. » Elle a sifflé avec un murmure morveux.

Elle se tourna vers sa paperasse pendant quelques secondes, le temps d’évaluer la situation. Elle se mordit un peu la lèvre et se gratta doucement le visage avec ses longs ongles. Elle s’est tournée un peu plus dans sa chaise pour mieux voir le canapé et me parler en même temps. Elle avait l’air inquiet.

« Cela n’aurait jamais dû arriver, Robert. . . » Elle a commencé. « … mais c’est arrivé et on ne peut pas changer ça. » Elle dit. « Je pense que le mieux serait d’oublier ce qui s’est passé aujourd’hui. »

« Le mieux pour qui ? » J’ai répondu, heureux d’avoir de bonnes cartes en main.

« Alors qu’est-ce que tu vas faire… me faire chanter ? » Elle dit, choquée que je puisse même envisager une telle chose. Le chantage ne m’avait pas vraiment effleuré l’esprit jusque là.

« J’ai une idée. » Je lui ai dit.

« C’est vrai ? »

« Ouais… » Je me suis penché plus près, « Que diriez-vous… …d’une autre pipe ? » J’ai demandé avec une boule dans la gorge. J’espérais vraiment que je n’avais pas l’air aussi effrayé que je l’étais vraiment. Je jouais avec le feu ici.

Elle a secoué sa tête en arrière sur son cou. « Robert ! » Elle a jeté un regard vers le canapé. « … Tu dois te taire. Et si ton père se réveille et t’entend ? » Elle demande d’une voix calme mais sévère.

« Eh bien… …ce ne serait pas très bon. » J’ai dit avec sarcasme. Elle m’a regardé fixement pendant quelques secondes.

« Bobby ? » {J’étais encore « Bobby ».} Elle avait l’air plutôt tendue. « Nous pouvons parler de ça demain matin après que ton père soit parti jouer au golf. »

Elle avait un regard plein d’espoir. Mais elle ne m’avait pas lâché aussi facilement cet après-midi. « Nous pouvons le faire. » Je lui ai dit.

Elle avait l’air un peu soulagée. Mais avant qu’elle n’ait eu le temps de dire quoi que ce soit ou de se mettre à l’aise, je lui ai dit : « Mais pour l’instant… » Elle m’a regardé attentivement. « Je pense que tu devrais peut-être t’occuper de ça. »

J’ai avalé de travers. Je n’étais pas sûr de ce qui allait se passer, mais je l’ai fait quand même. J’ai baissé le devant de mon short. Un mouvement audacieux pour sûr. Couler ou nager ici. « Bobby ! » Elle a haleté et a fait reculer sa chaise très vite. Elle a regardé mon érection et a de nouveau tourné la tête vers le canapé pour s’assurer que mon père n’était pas assis là à regarder tout ça. Il ronflait légèrement, dos à nous.

« Robert ! Range ce truc avant que ton père ne se réveille. »

Je me suis penché un peu vers elle et j’ai murmuré : « Je suppose que nous aurions des explications à donner, n’est-ce pas maman ? ».

« Tu n’es pas sérieuse… » Elle a sifflé. « Tu veux que je fasse ça… Ici ?… Maintenant ? »

Je restais sur mes positions. Crois-moi, l’idée que mon père se réveille et me surprenne en train de m’exposer à maman, me foutait les jetons. Mais la pensée de ce que ma mère avait fait plus tôt dans la journée, la photo d’elle avec ses lèvres autour de ma bite, eh bien, c’était comme un rêve. J’en voulais vraiment plus.

Ses yeux allaient et venaient de mon père à la bite dure devant elle, tandis qu’elle se déplaçait nerveusement sur sa chaise. Elle avait l’air en conflit. Elle avait l’air de ce que j’avais probablement l’air quand elle s’est tenue devant moi dans le salon cet après-midi pour me dire que je n’avais pas beaucoup de temps pour me plier à ses exigences.

Elle a gémi doucement en examinant sa situation difficile. Elle aurait pu se lever et monter les escaliers en courant, mais elle ne l’a pas fait. Le temps lui manquait vraiment. Papa pouvait se réveiller à tout moment et nous voir et elle le savait.

Je n’ai pas répondu. Je suis resté là, la queue à l’air, à attendre. Je me sentais un peu comme l’animal de la famille qui a chié sur le nouveau tapis. Je n’étais pas vraiment sûr de ce qui allait se passer, mais je savais que ça allait arriver.

« Je ne peux pas faire ça… …Je ne ferai pas ça » Elle a sifflé dans son souffle. Elle a pris une grande inspiration, a regardé nerveusement papa, puis a jeté un coup d’oeil rapide à la cuisine. « …pas ici. » elle a chuchoté anxieusement.

« Dans ma chambre ? » J’ai suggéré, plus que surpris par sa réponse.

« Non, pas dans ta chambre, Robert. » Elle a roulé ses beaux yeux. « Si ton père se réveille. . . » Elle lui a lancé un regard noir, « … et voit que je ne suis pas dans notre lit, il viendra me chercher. »

« Pourquoi pas le garage alors ? » J’ai demandé avec un sourire en coin. {comme le film qu’elle m’a surpris en train de regarder} Elle a expiré bruyamment et a encore roulé des yeux. « Je n’arrive pas à y croire. » Elle a gémi.

Elle a regardé le canapé une dernière fois, puis s’est retournée vers moi. Elle s’est levée lentement, « Viens… »

Je me suis bordé et j’ai suivi ma mère. « Elle va vraiment le faire ». J’ai pensé. « Putain de merde ! »

Je me sentais comme un petit enfant qui vient de voler la luge du Père Noël.

Maman a ouvert la voie vers le garage. Elle a ouvert la porte, jeté un dernier coup d’oeil dans la cuisine avant de descendre les cinq marches du garage. Elle s’est dirigée directement vers l’avant de la MG cerise de mon père, l’endroit le plus éloigné de la porte de la cuisine, et s’est tournée vers moi, les mains sur les hanches.

« Tu as fermé la porte ? », a-t-elle sifflé.

« Ouais. »

« Tu es sûr, Robert ? »

« J’ai fermé la porte maman ! »

« Baisse la voix. Je n’aime pas avoir à faire ça, Robert. » Elle a menti.

Elle avait encore l’air énervée. Mais je m’en fichais. Tout ce sur quoi je pouvais me concentrer, c’était que j’allais regarder ma belle mère me faire une autre pipe. Il faisait sombre dans le garage. J’ai allumé la petite lampe au-dessus de l’établi.

« Éteins cette lumière. »

« Non. »

« Qu’est-ce que tu veux dire par “non” ? Si ton père ouvre cette porte, il va nous voir. »

« On peut se cacher derrière la voiture. Je veux te regarder. »

« Quoi ? Te regarder ? Pourquoi ? »

« Parce que tu es si sexy. » Je lui ai dit honnêtement.

Elle m’a regardé fixement pendant quelques longues secondes mais n’a rien dit. Elle a frotté ses lèvres l’une contre l’autre. J’ai cru qu’elle allait changer d’avis, puis elle s’est lentement, et apparemment à contrecœur, accroupie.

« Viens ici », dit-elle en tendant la main vers le haut de mon short avec une certaine dose de dégoût sur le visage. Je me suis approché d’elle et elle a tiré mon short jusqu’aux genoux.

« Nous devons nous dépêcher. » Elle a chuchoté.

« Je sais… …Avant que quelqu’un nous attrape. » J’ai cité le film.

« Je savais juste que c’était le genre de merde qui te faisait jouir. » Elle a murmuré sous son souffle et a secoué lentement la tête alors qu’elle commençait à faire courir ses longs doigts sur ma bite dure ; l’examinant. Son ton était dur, mais ses yeux étaient doux et désireux.

Elle a levé les yeux vers moi, « inceste… » Elle a chuchoté. « C’est si mal de me faire faire ça, tu le sais, n’est-ce pas ? » Elle a ajouté en reportant son attention sur la bite dure en face d’elle. Elle a arraché un minuscule morceau de peluche du bout de ma bite avec ses longs ongles et l’a fait tomber sur le sol. Elle a repris son examen minutieux en déplaçant ma bite dure d’un côté à l’autre ; elle l’inspectait, apparemment indifférente, comme si c’était un travail qu’elle faisait depuis toujours.

Elle pouvait prendre toute la nuit en ce qui me concerne. Elle était incroyablement sexy en bas.

« Depuis combien de temps penses-tu à moi comme ça, Robert ? » Elle m’a demandé en passant le bout de ses doigts sur moi. Ça devenait un peu difficile de se concentrer sur la conversation pendant que je la regardais.

« Je ne sais pas, depuis un moment je suppose. »

« Je ne vois pas pourquoi tu voudrais que je te fasse quelque chose comme ça ». Elle dit. La question avait l’air sincère.

« Tu veux dire à part le fait que tu es magnifique ? » Un autre élan d’honnêteté.

Elle a levé les yeux vers moi alors qu’elle était accroupie. Elle avait l’air d’apprécier le compliment.

Elle nous a tournés tous les deux un peu pour que la lumière de l’établi montre plus clairement son joli visage. Elle a attrapé les longues mèches de cheveux qui pendaient dans son visage avec l’ongle de son petit doigt et les a accrochées derrière ses oreilles ; d’un côté puis de l’autre.

« C’est mieux ? » Elle dit en levant les yeux vers moi. Il ne semble y avoir aucun signe de ressentiment dans ses yeux.

Elle a ouvert grand la bouche et j’ai regardé ma bite disparaître lentement.

J’ai haleté, « Je jouis ! » Quand elle l’a eu entièrement dans sa bouche, elle a enroulé doucement ses jolies lèvres roses autour et a sucé.

Elle m’a regardé dans les yeux en tirant lentement, très lentement, la tête en arrière jusqu’à ce qu’il ne reste que le bout rouge entre ses lèvres. Elle se donnait en spectacle. Elle me taquinait. Elle me montrait à quel point elle pouvait être sensuelle. « Jesus! » J’ai gémi et j’ai posé une main sur l’avant de la voiture pour me stabiliser pendant que je la regardais faire à nouveau. « Tu es si… si… incroyable… en faisant ça. » Je lui ai dit.

Sa langue pointue tournait lentement autour de la tête de ma bite tandis que sa main glissait jusqu’à la base. Elle n’avait pas l’air de quelqu’un qu’on fait chanter. J’ai senti son petit doigt toucher mes couilles. Elle m’a tenu fermement et a commencé à balancer sa tête d’avant en arrière sur moi, prenant toute ma bite dure dans sa bouche jusqu’à ce que ses lèvres touchent ses doigts.

Elle ne plaisantait pas. Elle voulait me faire jouir aussi vite qu’elle le pouvait et elle savait comment y parvenir.

Elle l’a retiré de sa bouche et a commencé à me branler très vite en regardant la porte du garage. Elle a fermé les yeux et a laissé sa langue tourner autour de la tête un peu plus. La tête de ma bite a frappé ses lèvres à plusieurs reprises, maculant son rouge à lèvres rose et couvrant ses lèvres de mon pré-cum.

« C’est dégoûtant. . . » Elle a chuchoté.

J’ai perdu mon souffle quand maman s’est léchée les lèvres et a rempli sa bouche de nouveau. Je l’ai sentie gémir en le suçant.

J’ai glissé mes mains derrière sa tête et tiré ses beaux cheveux longs en queue de cheval pour mieux voir son visage. Elle s’est arrêtée et a levé les yeux vers moi avec juste la tête de ma bite dans sa bouche. Je tenais sa tête immobile, je l’ai sentie glisser ses mains vers mes hanches nues. J’ai lentement poussé vers l’avant. Elle m’a laissé commencer à baiser lentement sa bouche. Elle n’avait pas l’air si folle maintenant.

Je ne peux pas décrire comment elle était. Tout ce que je peux dire, c’est qu’elle était plus chaude et plus sexy que toutes les salopes que j’avais vues dans les magazines pornographiques ou dans les films. Je pouvais l’entendre, « Ummm- Ummm- Ummm- Ummm… » chaque fois que je le poussais dans sa bouche. Je pouvais sentir le bout de ma bite frapper le fond de sa gorge à chaque coup.

Après quelques minutes, elle s’est retirée, laissant ma bite tomber de sa bouche. Elle était vraiment humide maintenant. Elle a répandu sa salive dessus tout en la caressant rapidement. Le bruit de l’écrasement a rempli le garage.

Puis maman a fixé ma queue et a pris un air dégoûté et a dit quelque chose à laquelle je ne m’attendais pas : « Je parie que tu penses à me baiser aussi, n’est-ce pas ? ». Elle a sifflé en me caressant. J’ai été un peu surpris par l’acuité de son ton. Le spectacle qu’elle montait m’a fait oublier temporairement qu’elle « ne voulait pas faire ça ».

Elle a regardé ma bite pendant qu’elle la pompait et a parlé. « Tu veux probablement me faire me pencher sur la voiture de ton père, je parie, pour que tu puisses enfoncer ce truc en moi et me baiser avec tout de suite, n’est-ce pas ? ». Elle a râlé.

J’ai pensé que les questions pouvaient être rhétoriques.

Elle a levé les yeux au ciel, « C’est ce que tu vas me faire faire Robert ? Tu vas me dire que tu vas dire à ton père ce que nous avons fait.… ce que je fais maintenant. » Elle m’a caressé plus agressivement. « C’est ce que tu vas me dire pour que je n’aie pas d’autre choix que de te laisser me faire ça ?

Elle bougeait sa main plus rapidement maintenant. “Tu vas faire chanter ta propre mère… …N’est-ce pas ? Pour que tu puisses la baiser ? N’est-ce pas Robert ?”

J’étais à nouveau “Robert”. Elle avait l’air un peu folle, à genoux devant moi, alors qu’elle aspirait ma bite dans sa bouche. Je pensais que derrière la fausse colère, je pouvais voir la supplication. Je lui ai dit d’un souffle rapide ce qu’elle voulait entendre, “Oui !”.

Elle a regardé une dernière fois la porte qui menait à mon père. Je jure que j’ai vu ses yeux se retourner quand elle a aspiré ma bite entre ses lèvres.

Elle l’a sucé et léché pendant une minute ou deux, comme si elle en aimait le goût, comme si c’était un gros Pop-cycle et qu’elle ne pouvait pas s’en passer. Elle l’a plaqué contre mon ventre avec ses lèvres et a embrassé le ventre de celui-ci, jusqu’à mes couilles. C’était incroyable. C’était tout ce que je pouvais faire pour ne pas jouir.

Je dois admettre que je ne pensais pas vraiment à ce que mon père nous surprenne à ce moment-là. Je ne pense pas que j’aurais pu m’en soucier moins à ce moment-là. J’étais bien trop absorbé par ma mère. Il est devenu évident que maman ne pensait pas non plus à papa quand elle s’est levée et s’est tournée vers la voiture. Elle a remonté sa chemise de nuit autour de sa taille et s’est penchée sur le capot de la petite voiture.

Son cul était magnifique. Une fine ficelle noire de son string séparait les carreaux de son cul ferme. Le mince morceau de tissu transparent qui couvrait sa chatte semblait humide. Il était imbibé de son jus. Le jus que je lui ai, sans aucun doute, fait sécréter.

Elle a regardé en arrière par-dessus son épaule, presque malicieusement, “Ici ! C’est ce que tu veux vraiment Robert ?” Elle a sifflé en se retournant et en attrapant la corde de son string avec un long ongle pour le tirer sur le côté.

J’ai hésité. Je n’étais pas sûr de savoir qui avait le contrôle ici, mais j’ai rapidement décidé que je m’en fichais.

“Je savais que c’était ce que tu voulais quand je t’ai surpris en train de te branler devant ce film… …Tu voulais me baiser, n’est-ce pas ? Allez, alors… Baise-moi !” Elle a exigé en serrant les dents.

Je me suis glissé derrière elle. Ma bite dure a glissé facilement dans sa chatte humide. J’ai senti que maman poussait fort pour s’assurer qu’elle avait tout. Elle faisait des petits cercles avec son cul en poussant. Elle a relâché son string, posé ses deux mains sur la voiture et posé sa joue sur le capot rouge et froid de la petite MG.

“Allez !” Elle s’est renfrognée.

J’ai repêché son string dans la fente de son cul. Il était trempé aussi maintenant. D’une main, je l’ai pressé contre la joue de son joli cul rond et de l’autre, j’ai écarté sa robe de nuit en dentelle pour mieux voir. J’ai commencé à la baiser. Lentement au début, en le regardant entrer et sortir de la chatte rose et glissante de maman. “Ça correspond à ses lèvres…” J’ai pensé. J’ai commencé à la baiser plus vite et plus fort.

En quelques minutes, maman a levé un pied nu et l’a appuyé sur le pare-chocs avant. Elle s’est positionnée plus solidement à l’avant de la voiture, puis a fait de même avec son autre pied, en les écartant beaucoup et en s’accroupissant pour garder son cul assez bas, ce qui m’a donné une meilleure vue et un meilleur accès. Elle a poussé sur moi en utilisant le pare-chocs et le pare-brise comme levier. Elle se sentait plus serrée et j’avais l’impression d’être encore plus profond.

Je l’ai maintenue en place et j’ai poussé vers l’avant alors qu’elle poussait vers l’arrière. C’était incroyable et la vue était incroyable.

Ma mère a grogné chaque fois que mes couilles ont frappé son clito. Chaque grognement semblait devenir un peu plus fort lorsque mes cuisses se heurtaient aux siennes.

“Umh- Umh- Umh- Umh- Umh- Umh- Umh-” Je ne sais pas comment j’ai tenu aussi longtemps.

“Je vais jouir ! !!” J’ai gémi à travers mes lèvres serrées.

Ma mère n’a pas ralenti d’un poil. Au contraire, elle a bougé son cul plus rapidement en réponse.

J’ai lâché son string et j’ai rempli mes mains de la rondeur de chaque joue de cul. J’ai écarté mes doigts et j’ai creusé dans son cul pendant que je la pénétrais.

“Je ne peux pas croire que tu me fasses faire ça…” Elle grogne. Je l’entends gémir à travers sa respiration laborieuse. “Tu me fais jouir ! Je jouis ! J’éjacule aussi, Bobby !!” {Je suis “Bobby” à nouveau}

Le moment n’aurait pas pu être mieux choisi. J’ai commencé à envoyer une énorme charge de sperme dans la douce chatte de ma mère, qui s’est mise sur ses mains et a balancé son cul de haut en bas et d’un côté à l’autre. Elle a bougé son cul en petits cercles en poussant sur le pare-brise de la voiture.

“Oh mon Dieu Bobby ! !! FUCK !!!” Je pouvais sentir son cul frémir.

“Oh Dieu !” Elle dit et enfouit sa bouche dans son avant-bras et mordit pour tenter d’étouffer ses gémissements. “UMMMMMMMMMMMMM” elle a gémi.

On a tous les deux joui et joui fort. Je pouvais sentir la substance se déverser de sa chatte à chaque confiance, couler sur mes couilles et sur mes cuisses. Je pouvais le sentir éclabousser mes jambes quand mes couilles frappaient sa chatte.

Maman s’est effondrée sur le devant de la MG en essayant de reprendre son souffle ; sa respiration lourde couvrait ce qu’elle essayait de dire. J’ai laissé mes mains glisser sur ses fesses fermes, passant mes deux pouces le long de la fente de son cul, m’émerveillant de sa forme. Je l’ai entendue gémir doucement quand mon pouce est passé sur son trou du cul. Je me suis retiré et j’ai glissé mes doigts jusqu’à sa chatte trempée.

J’ai pris quelques secondes pour sentir combien les lèvres de sa chatte étaient humides et gonflées. Elles étaient douces et glissantes. J’ai touché son clito. Il était dur et gonflé. Elle a remué son cul en réponse à chaque fois que le bout de mes doigts l’a effleuré. Je pouvais sentir que la chatte de maman était lisse, rasée, et j’ai étalé un peu d’humidité sur sa douceur.

Je ne sais pas combien de temps nous sommes restés comme ça, mais je n’étais pas pressé de quitter le garage. À ce stade, je doute que j’aurais même pu retrouver le chemin de ma chambre.

Elle a encore marmonné quelque chose, mais je ne comprenais toujours pas ce qu’elle disait avec son visage enfoui dans son bras. J’ai fait un pas vers l’aile avant, “Quoi ?” J’ai chuchoté. “Je ne t’entends pas.”

Elle a relevé la tête et m’a regardé. Elle a pris une grande inspiration et l’a relâchée. “Je suppose que tu vas en parler à ton père si je ne te laisse pas me baiser demain aussi.” Elle a mordillé en posant sa tête sur la voiture et en se concentrant sur sa respiration.

Je ne pouvais pas croire qu’après tout ça, la “garce” était revenue en force. J’ai souri et rentré ma bite humide dans mon short. Rien de ce qu’elle pourrait dire maintenant ne pourrait ruiner mon humeur.

Puis maman a fait quelque chose d’autre qui m’a choqué. Elle a glissé du capot de la voiture et s’est mise à genoux devant moi. Elle m’a tiré vers elle par le devant de mon short.

“Tu auras probablement envie de me faire d’autres conneries après le départ de ton père pour le terrain de golf demain, n’est-ce pas ?”

Elle a serré la main en exposant ma bite fatiguée et humide. Elle a fait glisser le bout d’un doigt sur sa longueur gluante, alors qu’elle pendait à moitié molle devant elle. Elle a fait tourner son doigt autour du gland plusieurs fois, puis a frotté son pouce et son doigt l’un contre l’autre. Elle avait l’air de réfléchir profondément en regardant ses doigts glisser l’un vers l’autre.

“Tu voudras faire quelque chose de dépravé… Comme me baiser sur la table de la cuisine ou jouir sur mon visage, je parie. . .” Elle a sifflé, fixant ma bite tout le temps où elle a râlé.

Elle a enroulé ses doigts autour de ma bite humide, à moitié dure, et a tiré dessus brutalement, rageusement, en l’étirant. Ça ne faisait pas vraiment mal, mais son attitude m’a pris par surprise.

“C’est de l’inceste…”, m’a-t-elle rappelé. “Tu es malade…” Elle a grogné en me prenant à nouveau dans sa bouche. Je me suis appuyé sur le capot de la voiture de papa pendant qu’elle me suçait la queue.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

postrecap

1 commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Femmes chaudes

Sexe Gratuit

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Supprimer la publicité en devenant Premium

En devenant Membre Premium, vous nous soutenez et pour vous remercier, nous supprimons toute la publicité. En prime, vous avez accès à des histoires de sexe et du contenu exclusif rien que pour vous !

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Visio Skype

skype tel rose amateur

Webcam Skype

telrosegol

Médias de la Communauté

Rencontres

Sexe à distance

téléphone rose pas cher
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings