Fétiche - BDSM Histoires taboues et histoires de sexe

Histoire de sexe cette gamine n’a que ce qu’elle mérite malgré le temps

Histoire de sexe cette gamine n'a que ce qu'elle mérite malgré le temps
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Notes de l’auteur

“Le chef du village retrouve son amour après six longs mois. »

Histoire de sexe La terre. Cela fait six mois que moi et mes hommes sommes partis sur notre long bateau pour faire du viking, pour faire du commerce et du pillage avec les Saxons de l’East Anglia. Six mois que je ne suis pas rentré chez moi. Six mois que je n’ai pas revu mon peuple. Six mois se sont écoulés depuis que je l’ai vue.

L’air de la fin de l’automne souffle dans mes longs cheveux et ma barbe, rendant plus rude la façade déjà désordonnée que je porte. Mes yeux fatigués se posent sur les chênes et les bouleaux orangés qui entourent notre village. Sur l’embarcadère, des gens attendent notre arrivée. Des agriculteurs, des pêcheurs. Elle.

Au sommet de la jetée. Elle se tient là, sautant de joie lorsque nous atteignons le rivage. Mon amour, Freya, avait une vingtaine d’années, de longs cheveux bruns, des yeux bleus et un corps ferme dû à un travail actif dans le village.

Elle m’a sauté dessus alors que je marchais sur la jetée, me tuant de ses baisers et de ses étreintes étouffantes. Les larmes coulent sur son visage, et je la serre aussi fort dans mes bras, embrassant l’amour de ma vie. Aucun mot n’est échangé et nous restons là, à nous embrasser. Les gens s’en vont, retrouvant leur famille, aspirant à la chaleur de leur foyer, pour raconter des histoires de conquêtes et de merveilles.

Nous finissons par nous détacher l’un de l’autre, nos regards se croisent. Nous nous penchons l’un vers l’autre pour un dernier baiser chaste avant de nous rendre à la maison longue pour festoyer.

“Tu m’as manqué, cher Sigurd. Cela fait de longues nuits que nous ne nous sommes pas aimés. Beaucoup de longues nuits depuis que tu es parti sur ce bateau.” Ses yeux bleus brillants s’attardent sur moi, tandis que sa main caresse doucement mon bras endolori. La flamme ombrage son visage, augmentant le contraste de ses traits doux, de son petit nez, de ses joues douces et rougissantes, et de ses cheveux bruns qui descendent dans son dos.

Je prends son menton dans mes mains robustes, je la caresse doucement et j’attrape le collier qu’elle m’a confié. “Mon amour, ma Freya, ma belle âme. Tu m’as tellement manqué. Sentir les battements de ton cœur contre ma poitrine, tes baisers le long de ma barbe. Tu m’as manqué de t’aimer”. Ses yeux rencontrent les miens, tandis que je soulève lentement son menton, faisant de la place pour le lien qui la maintient ensemble, son collier. Une chaîne en argent, avec des pierres précieuses bleues translucides, lissées par des années passées dans des rivières. Sa promesse de m’appartenir, et ma promesse de la prendre, de la posséder et de l’aimer.

Elle soupire lorsque je lui mets le collier, ses yeux s’emplissent de soulagement. Une fois de plus, elle est à sa place, dans le confort de notre maison, notre lieu sûr, où personne d’autre que nous n’existe. Cet endroit où elle peut exprimer sa méchanceté sans être jugée. Je me penche au-dessus d’elle, en prenant appui sur sa petite carcasse, pour embrasser ses lèvres douces. Doucement, nous nous explorons mutuellement, nos bouches se sondent, se goûtent. Ses mains agrippent mon dos musclé, me tirant vers elle, la plaquant contre le mur de bois chaud.

Mes mains suivent le mouvement, l’enserrant tandis qu’elle supplie silencieusement mon attention, mon amour de lui donner de la chaleur. Je détache sa ceinture, laissant sa robe tomber sur ses épaules, révélant ses seins, deux belles poignées, légèrement affaissées, avec de grandes aréoles et des mamelons qui se raidissent. Elle gémit dans ma bouche tandis que je suce doucement sa langue et que je pince ses mamelons. Le peignoir tombe encore plus bas, révélant ses hanches douces, ses jolies fesses et son mamelon taillé.

Un gémissement silencieux s’échappe de ses lèvres lorsque je me détache de notre baiser. Je l’aime, tellement, plus que je ne peux l’imaginer. Elle me regarde avec impatience, avec autant d’amour dans ses yeux que dans les miens. Je tire sur son collier, la conduisant vers le lit, où j’ai préparé des cordes pour l’attacher en vue de l’aventure de ce soir. Consciencieusement, elle s’allonge et me laisse attacher ses membres au cadre du lit, ouvrant ainsi ses parties intimes à mon plaisir.

Je descends jusqu’à ses pieds délicats et m’agenouille devant elle. En me penchant vers elle, je saisis son pied droit et lui masse doucement la plante avec mes pouces. Elle roucoule pendant que j’adore ses pieds, se perdant dans l’instant. Je continue à me pencher vers ses pieds et je commence à les embrasser, en suçant doucement chaque orteil individuellement et en la chatouillant avec ma langue. Je passe à son autre pied, lui accordant la même attention, pour le plus grand plaisir de Freya. Ma bouche commence à remonter le long de ses jambes, de ses longues jambes musclées, jusqu’à l’intérieur de ses cuisses douces. Je lèche et embrasse négligemment toute la surface, savourant sa sueur salée.

Elle commence à se tortiller, l’anticipation de ce que je vais faire la tue, elle veut tellement que ma bouche aille un peu plus loin, jusqu’à sa chatte trempée. Je laisse ma bouche remonter vers le nord, le long de son monticule trempé, au-dessus, puis de l’autre côté. Mes baisers et mes coups de langue continuent à descendre vers le sud, le long de sa cuisse, à son grand désarroi.

“Cessez de me taquiner, monsieur, ou vous aurez des ennuis. Je n’ai pas attendu six mois pour que tu… Aargh !” Son cri transperce l’air froid tandis que je mords doucement sa cuisse. “Chère maîtresse de maison, ma petite esclave bien-aimée. Pour l’instant, c’est moi qui commande et je te taquine autant que je veux. D’ailleurs, j’ai entendu dire que tu avais été vilaine. Tu t’es touchée sans permission”. J’embrasse l’endroit que je viens de mordre, et je suis récompensé par ses doux gémissements. “Tu m’as peut-être attendu pendant six mois, mais tu n’as pas attendu un seul jour pour le plaisir que je t’ai promis si tu avais attendu, bien sûr. Je lève la tête pour regarder son visage rougissant, elle sait qu’elle a été prise, et il n’y a aucun moyen qu’elle puisse nier ma déclaration.

“Putain, s’il te plaît Sigurd. Je serai ta bonne fille, je ferai tout ce que tu me demanderas, s’il te plaît, mange-moi, laisse-moi ressentir le plaisir pendant que tu me dévores.” Sa poitrine est excitée, d’un rouge flamboyant, se soulevant puis s’abaissant au fur et à mesure qu’elle respire bruyamment. “Eh bien, j’adorerais te dévorer”. Je remonte le long de sa cuisse et laisse mon visage planer sur sa chatte trempée. Je souffle doucement dessus, la voyant palpiter et avoir besoin de ce contact physique dont elle a envie. “C’est juste que j’aime te faire supplier. J’aime te voir te tortiller pendant que je joue avec ton corps excité. J’aime que tu te sentes en manque. Je t’aime.” Ma bouche se pose délicatement au-dessus de son monticule et je commence mon voyage humide et détrempé vers le haut. Lorsque j’atteins ses deux jolies poignées, j’embrasse la vallée qui les sépare, en prenant soin de ne pas faire plus que de chatouiller ses mamelons raidis avec ma barbe, alors qu’elle la caresse.

“Tu es si belle, mon amour”, lui dis-je en remontant le long de son cou jusqu’à son visage et en déposant un doux baiser sur ses lèvres. “S’il te plaît, j’en ai besoin. Elle croise mon regard avec supplication, sachant que j’ai un faible pour ses supplications. Mais je ne suis pas encore prêt à lui donner satisfaction.

“Tu es adorable quand tu supplie, tu le sais, n’est-ce pas ? Je dépose un baiser sur son front, me lève et me déshabille, laissant mon corps affronter les morsures de l’air froid de l’automne. Son regard se pose sur ma bite, la regardant durcir pour elle. Je souris en chevauchant sa poitrine, laissant ma bite dessiner des contours sur ses lèvres, la sondant pour la faire entrer.

Elle tourne la tête sur le côté, évitant que je peigne son visage. “Je ne prendrai pas ta bite dans ma bouche, monsieur, à moins que tu ne me donnes un orgasme. Elle sourit, se croyant très intelligente. “Ahh, la voilà, la petite chipie que je cherche à punir”. De la main gauche, je lui pince le nez et de la main droite, je lui renverse la tête pour qu’elle soit face à ma bite. Elle se bat vaillamment pendant trente secondes avant de décider que le combat n’en vaut pas la peine et de s’ouvrir. J’introduis instantanément ma bite dans sa bouche chaude et humide et je la laisse s’y sentir à l’aise. Ce n’est pas une pipe douce qu’elle me fait, c’est plutôt une baise de visage débauchée que je lui fais.

Je sors ma bite en la frappant au visage. “Ce n’est pas une façon équitable de lutter contre mon caractère insolent, monsieur”. Elle me sourit, aimant manifestement l’attention que je lui porte. “Qui a dit que je me battrais à la loyale ? Tu es allongée là, toute ouverte pour que je la prenne”. J’enfonce à nouveau ma bite dans sa bouche, la baisant comme une chatte. Elle n’aurait peut-être pas attendu six mois que je revienne, mais en tant que capitaine du navire, je n’ai pas beaucoup de temps ou d’espace en privé, alors j’ai attendu trois mois pour la baiser. C’est pourquoi j’étais vraiment incapable de rester longtemps dans sa bouche brûlante, à cracher ma semence dans sa gorge.

“Ça fait du bien”. Je lui souris alors qu’elle se délecte de mon sperme, comme s’il s’agissait de l’essence même de sa vie. “J’ai été une bonne fille, n’est-ce pas monsieur ? S’il vous plaît, touchez-moi, j’ai tellement besoin de vous !” Elle se tortille autant qu’elle le peut sous mon poids, essayant d’attirer l’attention sur ses parties intimes qui ont grand besoin d’être touchées.

“Tu as été une très bonne fille, mais je pense qu’il est nécessaire de te punir pour t’être touchée toi-même, malgré notre accord. Je roule sur elle et laisse mon doigt tracer le centre de son corps, depuis son nez, sur ses lèvres, le long de son cou. Entre ses seins, le long de son ventre, je m’arrête juste avant d’atteindre son clitoris. Tu peux choisir d’obtenir le plaisir que je t’ai promis, mais en échange, j’enfermerai ton sexe en manque pendant six mois. Ou bien, je priverai ta chatte en manque d’un véritable orgasme. Maintenant, je suis assez cruelle et je vais te donner quelques orgasmes gâchés à la place. De cette façon, tu seras à nouveau ma gentille fille demain. Tu as un choix à faire, mon amour. Je te suggère de choisir sagement”.

Je relâche mon assaut d’amour sur son corps en la laissant faire son choix. Être privée pendant six mois, une tâche qu’elle a déjà échouée, ou obtenir de multiples orgasmes gâchés.

“Pourquoi êtes-vous si cruel, monsieur ? s’écrie-t-elle en me lançant un regard méchant, mais très mignon.

“Tu ne voudrais pas que je sois autrement, tu te souviens de nos vœux ? Tu m’as demandé d’être cruel avec toi”.

Elle se mord la lèvre. “Mhm, je l’ai fait, n’est-ce pas ?” Nous nous regardons dans les yeux pendant qu’elle prend sa décision. “Très bien ! Ruine mes orgasmes. Je ne supporterai pas six mois de plus sans ton contact.”

“Quel bon choix tu as fait, ma petite salope”. Je me penche sur son corps en manque et je commence à lui donner des baisers humides, du lobe de l’oreille jusqu’à la glande. Son clito palpite lorsque je souffle doucement dessus, sa mouille donnant un éclat poli à ses lèvres engorgées. “N’oublie pas que chaque orgasme que tu auras ce soir sera gâché. Je croise son regard en manque et j’abaisse ma bouche sur sa chatte trempée, et je commence à la dévorer.

Son nectar amoureusement sucré remplit ma bouche tandis que je lapide doucement ses lèvres. Je les grignote, je les ouvre en les taquinant, révélant son adorable ouverture rose. Je bois son miel directement à la source. Elle gémit et frémit lorsque je passe ma langue sur son sexe palpitant. Je sors ma langue et commence à battre son clito, d’avant en arrière, avec insistance, la rendant folle avec la fausse promesse du plaisir. Ses jambes commencent à trembler, sa respiration est de plus en plus rapide et superficielle. J’accélère, la poussant vers le bord. Je la pousse vers le bord où elle ne veut pas être poussée. Pourtant, je la pousse. Une pichenette, deux, trois, et la voilà qui entre en éruption. Je gifle sa chatte humide, ruinant son orgasme. Sa chatte se contracte, palpite alors que son plaisir est bafoué. “Uugh, FUCK !” Elle me regarde, suppliante. Je remonte, mettant mon visage au-dessus du sien.

“Je souris en laissant ma main descendre jusqu’à son sexe.

“Oh, s’il te plaît, non, je ne suis pas sûr de pouvoir en supporter davantage”.

“Tu ne me dis pas que tu es déjà satisfaite ?” Je la taquine, mes doigts faisant doucement circuler son clito en érection. “S’il te plaît”, gémit-elle. Mes doigts frottent son clito, d’avant en arrière, faisant monter la chaleur dans son cœur. Elle se tortille, essayant d’écarter mes doigts de son clito, mais je reste sur ma cible, frottant d’avant en arrière.

Ses orgasmes approchent rapidement, ses besoins débordent. Il monte, grandit et s’amplifie jusqu’à ce qu’il ne tienne plus qu’à un fil avant de s’effondrer. Au moment où elle commence à tomber, je m’arrête. Un deuxième orgasme, gâché. “Ça fait deux”. Je la taquine, enfonçant mes doigts dans sa chatte alors que son orgasme gâché se calme. Je porte mes doigts trempés à sa bouche. Elle me sourit et aspire son nectar d’amour sur mon doigt, en se frottant les lèvres.

Je grimpe sur elle. Ma bite est à nouveau dure. Nos regards se croisent tandis que j’enfonce doucement ma bite en elle, remplissant son sexe. “Putain, s’il te plaît, sois gentil. Je suis très sensible.” Elle se tortille et frémit tandis que je m’enfonce dans son trou chaud et confortable.

Je ne sais pas si j’ai encore envie d’être doux, peut-être que j’ai envie de te baiser jusqu’à ce que je remplisse ton trou d’amour de mon sperme. Elle gémit tandis que je commence à accélérer ma poussée, enfonçant ma bite dans son sexe. Je me suis peut-être vidé tout à l’heure, mais son étanchéité et l’absence de contact avec le mien pendant trois mois me privent de toute forme de puissance durable.

“Regarde-moi dans les yeux, salope. J’accélère ma poussée alors que j’approche du point culminant.

“S’il vous plaît, monsieur, laissez-moi faire”, supplie-t-elle tandis que je pousse de plus en plus fort.

“J’ai dit regarde-moi dans les yeux, salope.” Ses yeux s’ouvrent et rencontrent les miens, me suppliant de les relâcher. Je me penche et place ma bouche juste à côté de son oreille. Joue pour moi, jouis correctement pour tout ce que tu vaux.” Sa chatte se resserre autour de ma bite comme je le lui ordonne, ses hanches se déhanchent sauvagement, son corps tremble alors qu’elle s’effondre dans un puissant orgasme. Son plaisir me pousse à bout, et je remplis sa chatte de ma semence, la fécondant.

Je tombe sur elle, épuisé par cette belle baise. Mes mains atteignent ses menottes et je la libère de ses restrictions. Elle rampe jusqu’à moi, devenant une petite cuillère, et nous nous câlinons pour dormir. Mes doigts se faufilent dans ses cheveux frénétiques et j’embrasse ses joues. “Je t’aime tellement”, murmure-je alors que nous nous endormons.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings