Histoire de sexe chaude et érotique un homme déraisonnable Chapitre 7

Sheree n’était certainement pas ravie que Delaney se soit rangé, et sa déception était bien plus dévastatrice pour Delaney que tout ce que j’aurais pu faire. Delaney était déprimée pour le reste du voyage, malgré l’idée du Texas.

Lorsque nous sommes arrivés, Sheree est sortie de l’ombre sur le côté de la maison, son fusil de chasse à la main.

« Je devais m’assurer que c’était bien vous. » Elle a froncé un peu les sourcils. « Delaney, tu vas devoir fixer cet écran à ta chambre. Et si tu es comme Shelley, on va devoir mettre des barreaux là-haut. »

J’ai pointé sans mot le siège arrière où les trois femmes semblaient réticentes à sortir. « Elles ont besoin d’aide. »

Sheree m’a mis le fusil dans la main et a commencé à aider Delaney avec eux. « Doux Jésus. Qu’est-ce qui s’est passé, bon sang ? »

« Delaney les a trouvés. »

J’ai laissé Delaney raconter son histoire, pimentée de profuses excuses à Sheree pour sa cascade. Quand elle a eu fini, il était clair que Sheree lui avait donné un laissez-passer unique pour ses pitreries.

Les femmes étaient encore méfiantes, mais Sheree et Delaney ont réussi à les convaincre de nos bonnes intentions, ou du moins des leurs. Elles étaient encore, de toute évidence, terrifiées par moi.

Sheree leur a donné certains de ses t-shirts de nuit tandis que Delaney s’en est occupé d’une manière remarquablement efficace à l’âge de treize ans. Elle a fait des tasses de chocolat chaud et a sorti des boîtes de biscuits.

Rien de ce que je pouvais faire n’allait être aussi efficace pour les convaincre de leurs bonnes intentions que le chocolat chaud et les biscuits.

Sheree les a regardés tous les trois pendant une seconde. « Ils sont en mauvais état, ils ont besoin d’un médecin pour les examiner. »

J’ai secoué la tête. « Je ne pense pas qu’ils iraient bien si j’essayais de les examiner maintenant. »

Delaney s’est arrêté et a pris le portable de Sheree. « Tiffany pourrait aider. »

« Vous avez son numéro ? »

Elle a fait un signe de tête et a composé le numéro. « Tiffany ? Tu as dit que tu voulais arranger les choses ? »

Après quelques minutes de discussion, elle a proposé le téléphone à Sheree. « Pouvez-vous lui indiquer le chemin ? »

Sheree a fait un sourire à Delaney puis a pris le téléphone. Elle a soigneusement établi les instructions. Après avoir raccroché, elle nous a regardés. « Tiffany sera là dans environ une demi-heure si elle ne se perd pas en chemin. »

Il a fallu près de 45 minutes avant qu’un petit 4×4 ne s’engage dans la voie et que deux chiffres pas tout à fait identiques n’en ressortent.

J’ai ouvert la porte à Tiffany et Tara qui se tenaient l’une à côté de l’autre. Tiffany a déplacé son sac médical et a pris une profonde respiration. « Delaney a dit que c’était important, et comme Tara est aussi sa soeur, je me suis dit que je devrais peut-être l’amener. »

La gêne qui semblait être présente à chaque fois que nous parlions était évidemment toujours là. Même s’ils savaient que je n’avais pas fait les conneries dont Charlotte m’avait accusé, une décennie et plus de croyance constante est sacrément difficile à dépasser. Je n’aimais vraiment pas ça, mais ils faisaient de gros efforts et c’était tout ce qu’on pouvait demander. Je les ai fait entrer. « Nous avons trouvé trois victimes d’enlèvement et elles ont été assez maltraitées. Rien de grave à ce que je vois, mais elles doivent être examinées. »

Tiffany leur a tout de suite tiré dessus ; d’un seul coup, elle était le médecin des urgences que ma petite marionnette porteuse d’un stéthoscope jouet était devenue. Les femmes se replièrent vers Sheree.

Tiffany s’est arrêtée sous le choc. Je lui ai tendu la main et lui ai touché l’épaule. « Attends, Tiffany. Mets ton stéthoscope, comme ça ils sauront ce qui se passe. Ils sauront que tu es médecin. »

Elle a fait une pause et a sorti son stéthoscope de son sac. La tension s’est évacuée et ils l’ont suivie dans la chambre. Tara m’a regardé et j’ai haussé les épaules. « Fais quelques centaines de MEDCAPS, tu apprends quelques trucs. »

« MEDCAPS » ? Delaney secoua la tête dans la confusion.

« Programmes d’action civile médicale ». Une sorte de clinique gratuite dans les zones instables pour gagner la confiance des habitants ; programme standard des forces spéciales ».

Tara fixa la porte de la chambre où Tiffany examinait les femmes. « D’où venaient-elles ? »

« Je dirais l’Amérique du Sud ou peut-être l’Amérique centrale. Aucun d’entre eux ne parle anglais et nous n’avons pas vraiment eu l’occasion d’avoir une discussion avec les connards qui ont fait ça ».

Tiffany est sortie de la chambre, la fureur s’est gravée sur son visage. « Si on a l’occasion de leur parler, je veux en être. J’ai passé beaucoup de temps et fait beaucoup d’efforts pour apprendre à connaître le système nerveux humain et j’aimerais voir combien de ces informations peuvent être trouvées sur un de ces… animaux ».

J’ai secoué la tête. « Ce n’est pas une option. »

« Ils se sont échappés ? »

« Ils n’iront nulle part. »

Tiffany m’a regardé avec un soupçon naissant. « Qu’est-ce que tu as fait ? »

J’ai haussé les épaules. « Je n’allais pas les laisser faire ça encore une fois. »

Delaney se leva et ferma les yeux avec sa demi-sœur. « Ils allaient me faire ça. Quand je me suis enfuie et que maman n’a pas voulu appeler la police, ces enfoirés m’ont eue. » Ses yeux se sont fermés. « Ça aurait été moi. Sauf lui. Ils ont mérité tout ce qu’ils ont eu, putain. »

Tiffany la regarda avec incrédulité, mais je vis Tara hocher lentement la tête et elle se tourna vers moi. « Comment ? »

« Il y a eu un très gros incendie incontrôlé provoqué par un mauvais stockage de matériel. »

Tiffany avait encore du mal à l’obtenir. « As-tu tué quelqu’un ? »

Je n’ai pas répondu. Delaney s’est approché et a saisi mon bras, en les regardant silencieusement tous les deux.

Tara a parlé doucement. « Combien ? »

« Quatorze. Cette fois-ci. »

« Cette fois-ci ? »

Delaney s’est avancé vers elle, le menton sorti. « Tu crois qu’ils l’ont laissé me prendre tranquillement quand il m’a éloignée d’eux ? Qu’ils aillent se faire foutre. »

J’ai soupiré. « Encore huit, cette fois. » Sheree est venue de l’autre côté et a glissé sa main dans la mienne, les mettant presque au défi de dire quelque chose.

Tiffany fixait ses orteils. « Jésus ».

« On ne peut certainement pas mêler la police à ça. » Tara était en train de passer en mode avocat. « Des témoins ? »

« Juste les filles là-bas. »

Tara a jeté un coup d’œil à la porte de l’autre pièce. « Nous devons en savoir plus sur eux. » Elle s’est levée et est entrée dans la chambre.Histoire de sexe chaude et érotique un homme déraisonnable Chapitre 7

Tiffany m’a étudié comme si elle avait soudain trouvé un serpent à sonnette devant elle. « Vingt-deux personnes. Jésus. » Elle a soudain fait une fixation. « Pourquoi n’as-tu pas appelé la police au lieu de… faire ça ? »

« Ta… mère ne m’a pas laissé impliquer la police la première fois. Si j’appelais cette fois-ci, ils feraient le lien avec la première fois, et cette fois-ci c’est différent. On n’est pas tombé là-dessus par hasard lors d’un pique-nique. Ils sont venus chercher Delaney. »

Elle s’est assise lourdement sur le canapé. « Pourtant… Je suis devenu médecin grâce à ce que tu m’as appris. Tous les gens que tu as aidés »

« Je ne suis pas comme toi, Tiffany. Vous y croyez, vous croyez au « primum non nocere ». C’est ce que tu es, je peux le dire. Mais ce n’est pas moi. »

Elle a regardé la chambre, se battant pour la contourner. « D’abord, ne pas nuire. Mais… quelqu’un devait faire quelque chose, non ? »

J’ai essayé de trouver quelque chose à dire. Elle essayait, elle essayait vraiment.

Sheree s’est approchée d’elle et s’est assise à côté d’elle, lui prenant doucement la main. « Parfois, les gens doivent faire des choses difficiles parce que ne rien faire est pire. C’est pour des gens comme Les. Tout ce que vous avez à faire, c’est aider ces filles. Personne ne vous demande de faire autre chose. »

Tiffany a eu l’air d’avoir neuf ans pendant un moment, confuse et un peu effrayée. « Je sais, je veux dire que je comprends, mais… » Sa voix s’est éteinte et elle a laissé sa tête pendre dans la misère.

« Vous essayez de trouver votre chemin. On vous a appris que vous pouvez parler aux gens, résoudre les problèmes de cette façon. » Sheree secoua la tête lentement. « Mais certaines personnes, vous ne pouvez pas faire ça avec elles. Certaines personnes, tu les vois, tu dois juste prendre une grosse pierre. C’est à Les de le faire. Tu le laisses faire ça, tu fais ce que tu peux faire. »

histoires taboues
bantelskype

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page
XFR

GRATUIT
VOIR