Confession Intime Fétiche - BDSM Histoire erotique Histoires de Sexe Histoires taboues et histoires de sexe

Histoire de sexe de bondage : Plaisir et douleur sont au rendez-vous

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

J’ai libéré ses chevilles et les ai attachées à des poteaux derrière ses épaules, de sorte que sa chatte humide et béante et son cul serré et froncé étaient exposés. J’ai enfoncé trois doigts dans sa chatte chaude et humide et j’ai poussé continuellement tout en introduisant un doigt dans son cul serré. Lentement, ses muscles se sont détendus, ce qui a permis à mon doigt de s’enfoncer plus profondément dans son trou.
Ouvrant un œil après avoir enlevé un fin bandeau soyeux, ma femme, manifestement perplexe mais excitée, a observé son environnement.

Il était difficile de voir dans la pièce faiblement éclairée. Elle a commencé à distinguer les formes de différents appareils bizarres avec des cordes, des chaînes, des fouets, des palettes et d’autres objets – trop nombreux pour qu’elle puisse les saisir – suspendus aux murs.

Nous avions souvent parlé de ses fantasmes de domination et de l’excitation que cette idée lui procurait, mais nous n’avions jamais essayé jusqu’à présent. Après de nombreuses recherches, j’ai trouvé et loué un donjon pour la soirée.

Avant qu’elle n’ait eu le temps de parler, je me suis placé derrière elle et j’ai inséré un bâillon dans sa bouche, en l’attachant fermement avec les lanières de cuir. Je sentais son corps tendu et elle commençait à trembler nerveusement. J’ai commencé à lui enlever ses vêtements, caressant et chatouillant lentement son corps.

Histoire de sexe de bondage : Plaisir et douleur sont au rendez-vous
Déshabille n'importe qui grâce à l'intelligence artificielle

Elle se tenait nue, la sueur scintillant sur son corps – ses seins fermes et potelés se dressaient avec leurs mamelons durs et tendus.

Au-dessus d’elle pendait une barre à laquelle étaient attachées des menottes en cuir. J’ai soulevé ses bras et fixé ses mains au-dessus de son corps.

Elle était maintenant vulnérable à tout ce que j’avais en tête.

En la tournant face à moi, j’ai pincé un mamelon entre le pouce et l’index, serrant fort, ce qui l’a fait crier dans le bâillon.

J’ai alternativement léché et caressé ses mamelons, puis je les ai pressés et tripotés tout en glissant une main entre ses jambes et en effleurant légèrement sa chatte. En ouvrant plus grand ses jambes, j’ai commencé à frotter son trou béant déjà humide. Elle aimait visiblement cela.

J’ai introduit grossièrement deux doigts dans sa chatte chaude et humide et j’ai commencé à pomper fort et profondément tout en utilisant mon pouce sur son clito et en pinçant et mordant ses tétons durs. Elle se tordait de plaisir, descendant aussi bas qu’elle le pouvait sur mes doigts, essayant de me pousser plus profondément en elle.

Des cris étouffés sortaient de derrière le bâillon alors qu’elle approchait de l’orgasme.

À ce moment-là, je me suis arrêté, j’ai enlevé le bâillon et j’ai introduit mes doigts mouillés dans sa bouche pour qu’elle les nettoie. Elle a léché mon jus avec avidité. Elle était au bord de l’orgasme et incapable de se retenir de basculer.

J’ai lentement fait le tour de la pièce en examinant la panoplie de jouets et d’engins conçus pour satisfaire la douleur.

En examinant chacun d’entre eux, j’ai regardé ma femme comme pour lui demander son approbation. Elle semblait heureuse de les avoir tous, jusqu’à ce que j’atteigne un redoutable gode noir d’au moins 15 pouces de long et aussi épais que mon poignet.

Histoire de sexe de bondage : Plaisir et douleur sont au rendez-vous
Les dernières inscrites

Au moment où j’allais le saisir, un regard d’hésitation est apparu sur son visage. J’avais trouvé mon arme. En m’approchant d’elle avec ce gode massif dans les mains, elle m’a supplié de ne pas l’utiliser sur elle.

Je l’ai posé sur le sol entre ses jambes en lui disant qu’elle le prendrait avant la fin de la nuit.

Un chariot de service dans le coin a attiré mon attention. Il contenait une vaste collection d’instruments d’apparence macabre. Certains avaient l’air d’instruments chirurgicaux, tandis que d’autres semblaient faits maison. Sur les étagères inférieures se trouvaient des vibromasseurs, des godemichés et des pinces.

Ma femme m’a demandé ce qu’il y avait sur la table. Je lui ai brusquement dit de ne parler que si on le lui demandait et lui ai rappelé qu’elle était mon esclave pour la nuit. Elle a ouvert la bouche pour parler à nouveau, alors j’ai pris une pagaie sur le mur. Elle a gloussé. Son rire n’a pas duré longtemps car j’ai balancé la pagaie contre son beau cul.

Des cris et des excuses sont sortis de sa bouche tandis que je continuais à la fesser. Après 5 coups sur chaque joue, je l’ai caressée doucement pour atténuer la piqûre avant de donner 3 autres coups sur chaque joue.

Je commençais à m’y intéresser plus que je ne l’aurais cru.

Ma bite me faisait mal, car elle était coincée dans mon pantalon. Des images érotiques troublantes défilaient dans mon esprit – le pouvoir du contrôle total me semblait irrésistible et c’était peut-être ce qui nous manquait.

Les yeux de ma femme étaient enflammés par la passion, elle se tordait et luttait contre ses entraves, poussant son corps vers moi, voulant que je continue.

Histoire de sexe de bondage : Plaisir et douleur sont au rendez-vous
Génère des photos porno grâce à l'intelligence artificielle

J’ai attrapé ses cheveux, l’ai attirée vers moi et l’ai embrassée profondément. Elle a enroulé une jambe autour de moi, essayant de m’entraîner vers sa chatte humide et béante. Elle était en extase, frustrée et avait besoin de quelque chose en elle.

Je me suis arrêté brusquement, la laissant à nouveau sur le bord, je me suis déplacé derrière elle, j’ai levé la main et j’ai libéré ses entraves. Elle s’est mise à genoux et s’est empressée de retirer ma bite de mon pantalon. Elle lécha passionnément la tige, la mouillant de sa salive avant de refermer ses lèvres autour de la tête et de la faire pénétrer dans sa gorge.

Ma femme n’avait jamais pris ma bite aussi profondément. Je sentais sa langue lécher mes couilles. Ses yeux regardaient les miens tandis qu’elle aspirait ma bite profondément à chaque coup. J’étais sur le point de jouir, je me suis donc retiré et je l’ai conduite à un banc d’apparence primitive équipé de menottes et d’entraves.

Je l’ai allongée sur le dos et lui ai attaché les poignets et les chevilles, la laissant écartelée et ouverte à tout ce que je désirais.

J’ai pris le monstrueux gode noir et je l’ai placé sur ses seins en le pointant de manière menaçante vers son menton. Je lui ai demandé ce qu’elle ressentait à l’idée de prendre une si grosse bite. Elle m’a répondu qu’elle ne pouvait pas la supporter. Je lui ai rappelé qu’elle était mon esclave et qu’elle ferait ce que je voulais. Elle a acquiescé nerveusement.

Laissant le monstre noir sur son corps nu, je suis revenu au chariot de service et l’ai lentement fait rouler jusqu’à un endroit où elle pouvait voir les bizarreries proposées.

J’ai commencé par des pinces à mamelons.

J’ai choisi une paire de pinces ressemblant à des pinces crocodiles avec une chaîne entre elles. Je les ai passées sur ses seins et, pinçant un mamelon entre mes doigts, je l’ai tiré vers le haut, étirant le mamelon et attachant la première pince.

Une vive expression de douleur est apparue sur son visage, remplacée rapidement par un regard de passion et de feu. En attachant le deuxième mamelon, j’ai commencé à tirer doucement sur la chaîne qui les reliait. À chaque mouvement, ma femme se tordait de plaisir et de douleur.

J’ai enfoncé ma bite dans sa bouche et j’ai baisé son visage vigoureusement tout en tirant doucement sur les pinces à mamelons. Sentant l’envie de jouir dans sa gorge, je me suis retiré une fois de plus. Elle a léché le pré-cum sur ma bite douloureuse en me regardant avec envie.

Histoire de sexe de bondage : Plaisir et douleur sont au rendez-vous
Nouveaux profils

Je me suis tourné vers le chariot et j’ai pris un gode en acier inoxydable avec une poignée à l’extrémité. Je l’ai porté à ses lèvres en l’incitant à sucer l’acier froid et dur. Elle l’a léché et sucé comme une femme possédée, tout en poussant ses hanches vers le haut, désireuse de recevoir de l’attention en bas.

Le monstre noir étant toujours sur sa poitrine, j’ai commencé à introduire lentement la bite en acier inoxydable. La froideur l’a fait frissonner lorsqu’elle a franchi les lèvres chaudes et humides de sa chatte. Lentement, je l’ai introduite dans sa féminité. Une fois qu’elle a été enfoncée aussi loin que possible, j’ai commencé à l’enfoncer et à la retirer aussi vite et aussi fort que je le pouvais.

Elle a crié si fort que mes oreilles se sont mises à bourdonner.

J’ai continué à l’assaillir jusqu’à ce qu’elle n’en puisse plus et me demande grâce. J’ai donné une dernière impulsion et j’ai laissé la bite d’acier aussi profondément que possible en elle.

Ensuite, j’ai pris une chaîne et j’ai attaché une extrémité à la poignée du gode et l’autre à la chaîne entre ses mamelons. Tout mouvement du gode entraînait la traction de la chaîne sur ses mamelons.

J’ai pris une cravache et j’ai écarté les lèvres de sa chatte pour exposer son clitoris très gonflé. Je l’ai frotté doucement avec la cravache avant de le fesser doucement – chaque gifle provoquant des mouvements incontrôlables et des tiraillements sur les pinces à tétons.

Ma femme était au bord de l’orgasme. Un dernier coup de cravache et elle a joui. Ses convulsions ont délogé le monstre noir de sa poitrine et il est tombé sur le sol. Les pinces à mamelons ont continué à l’étirer et à l’amener d’orgasme en orgasme jusqu’à ce qu’elle s’effondre, épuisée.

J’ai libéré ses chevilles et les ai attachées à des poteaux derrière ses épaules, de sorte que sa chatte humide et béante et son cul serré et froncé étaient exposés. J’ai enfoncé trois doigts dans sa chatte chaude et humide et j’ai poussé continuellement tout en introduisant un doigt dans son cul serré. Lentement, ses muscles se sont détendus, ce qui a permis à mon doigt de s’enfoncer plus profondément dans son trou.

Son corps a commencé à se tordre et à se tortiller alors que sa passion commençait à monter une fois de plus. Mes doigts entraient et sortaient fébrilement des deux trous. Ma bite était prête à exploser.

Je me suis déplacé sur sa chatte retournée et j’ai enfoncé ma bite aussi profondément que possible dans sa chatte juteuse et béante et j’ai pilonné pour tout ce que je valais. La pression est montée jusqu’au point de non-retour.

J’ai vidé un flot de sperme chaud dans la chatte humide de ma femme, martelant profondément tandis qu’une charge après l’autre jaillissait de ma bite engorgée et s’écoulait sur son cul et sur le banc.

Soulagé mais pas encore rassasié, j’ai attrapé le monstre noir. Les yeux de ma femme roulaient d’excitation et d’anticipation.

Pourrait-elle le prendre ? Le prendrait-elle ?

J’ai approché la tête du monstre de ses lèvres gonflées. En exerçant une pression ferme mais douce, la tête a commencé à disparaître entre ses lèvres. Son corps s’est tendu tandis qu’elle se concentrait sur l’absorption de l’énorme outil.

Lentement mais sûrement, j’en ai fait pénétrer près de la moitié en elle, tandis qu’elle criait et se débattait, mais me pressait de l’enfoncer plus profondément. Une pression de plus en plus forte a permis d’enfouir les trois quarts du monstre en elle. Les lèvres de sa chatte étaient plus étirées que jamais et son clitoris se dressait fièrement. J’ai passé ma langue dessus jusqu’à ce que je voie les signes d’un orgasme imminent.

Ma bite était grosse et prête à recommencer. J’ai maintenu le monstre au fond de son trou étiré et j’ai commencé à enfoncer ma bite dans son cul. Elle a de nouveau crié, mais m’a poussé à la baiser à fond.

Je me suis enfoncé de plus en plus profondément dans son cul serré et j’ai commencé à pomper, lentement d’abord, puis de plus en plus vite et de plus en plus fort, jusqu’à ce que nous soyons tous les deux à la limite.

Elle m’a dit de jouir sur elle et je lui ai rappelé, d’un coup de poing sur le cul, que c’était moi qui commandais et que c’était moi qui prenais la décision.

Incapable de me contenir, j’ai enfoui ma bite profondément dans son cul et j’ai fait exploser une autre charge de sperme en elle. Elle a joui à plusieurs reprises, ses sucs musqués et mon sperme chaud se mélangeant dans une mare sur le banc.

Lentement, j’ai retiré ma bite et j’ai regardé mon sperme s’écouler de son cul. Le monstre noir était toujours profondément enfoncé en elle, couvert de jus de chatte.

J’ai retiré le monstre et j’ai levé les yeux pour voir la passion et la douleur sur son visage.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou