Confession Intime Fétiche - BDSM Histoires écrites par des femmes Histoires taboues et histoires de sexe

Histoire de sexe de Muriel : Cocu un jour Cocu toujours

Un mari découvre qu’il est cocu et que sa femme est gourmande de sexe Chapitre 3
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

« Je suis ton cocu »

« Mon cocu ? »

Nous avons usé beaucoup de salive à ce sujet. J’ai eu énormément de mal à comprendre le plaisir de Damien à être cocu. Je me demande même, si lui aussi a bien compris ce qui lui arrive. Mais, petit à petit, l’idée a fait son chemin et j’ai décidé de m’en servir et de prendre le pouvoir sur mon homme.

C’est ainsi que je lui ai interdit de me baiser, si je ne suis pas pleine de la souillure d’un autre mâle.

Une nouvelle complicité est née entre nous. Étrange et perverse. Il m’a donné une liberté sexuelle totale et j’ai bien l’intention de l’utiliser. À part ça, nous nous comportons comme un couple normal. Nous sortons, nous voyons nos amis, mais reste en permanence, mes envies sous-jacentes de sexe.

Depuis l’affaire de la société Cinecrea, je l’ai fait cocu deux fois. Dragué un jour dans la rue, j’ai suivi un type à l’hôtel. Ce jour-là, c’était plus pour tester Damien que pour autre chose. Je voulais rentrer souillée et voir sa réaction.

Comme la première fois, il m’a baisée en douceur, tandis que je lui racontais mon aventure dans le détail.

La seconde fois, je me suis tapée un de ses amis qui me courtisait depuis un moment. Je n’en avais jamais parlé à mon homme. L’occasion fait le larron. Il m’a baisée, mais je me suis débarrassée, Damien, l’ayant viré de son cercle d’amis.

Ce fut une épreuve pour Damien. Il a très mal digéré qu’un de ses potes se tape sa nana. Mais il a accusé le coup et est toujours aussi motivé à être cocu.

C’est le week-end et notre petite fille est chez mes parents. Damien m’a proposé un restaurant et un cinéma. Ça fait longtemps. Je suis ravie.

Je m’habille sexy, avec ma tenue fétiche, style uniforme d’écolière japonaise. Une chemise blanche largement déboutonnée sur ma poitrine, un gilet noir, bien serré pour dessiner ma taille, un petit kilt, de longues chaussettes noires qui montent au-dessus du genou et une paire d’escarpins vernis noirs. Pour finir, je noue un ruban blanc dans mes cheveux.

« Tu veux conquérir, toi ! »

« Je ne sais pas ! On verra ! »

Il me laisse le choix du restaurant. Je me montre très difficile. Pas tant sur les menus que sur les intérieurs des salles. Plus particulièrement sur les nappes. Je ne les veux pas longues.

Mon choix se porte sur un restaurant sympa qui propose des tables recouvertes de nappes en papier qui ne pendouillent pas sur les genoux. C’est parfait. Nous entrons et je choisis une table.

La chance est avec moi. Je m’installe sur une banquette et Damien s’assoit sur une chaise, face à moi. Dans ma diagonale, à quatre mètres, un homme mange une pizza, seul. Une quarantaine d’années, habillé classe, il me plaît beaucoup.

Ma tenue attire son regard et je le sens bien accroché. Je déboutonne mon gilet et je dégage bien mon décolleté, faisant sauter même un bouton de plus à ma chemise. Mon pioupiou s’en inquiète.

« Heu ! Muriel ! Ce n’est pas un peu trop là ? »

« Ça, mon chéri, c’est mon problème. Mange et surtout ne te retourne pas »

Le premier à se régaler, c’est le serveur. Le pauvre a bien du mal à prendre, en même temps, notre commande et lorgner mes seins à peine cachés. Je tiens la carte grande ouverte et j’approche mes doigts de sa braguette. Je parviens, l’air de rien à l’effleurer. C’en est trop pour le jeune homme qui, prit d’un frisson, recule un peu. Lorsqu’il s’en va, Damien me sermonne.

« Tu exagères ! Ne fais pas des trucs comme ça ! »

« Si mon petit cocu ne veut pas rentrer tout seul, il ferait bien de me foutre la paix et me laisser faire ce que je veux ! OK ? »

Je ne lui laisse pas le temps de réagir et je me lève. Je vais droit vers la table de l’homme seul. Je me penche exagérément, pour mettre en évidence mes seins dans l’entrebâillement de ma chemise.

« Excusez-moi ! Je peux vous emprunter la sauce pimentée ? »

« Oui, bien sûr Madame ! Faite donc ! »

Je lui fais mon sourire le plus provocateur.

« Merci ! J’aime bien pimenter ma vie ! »

Je lui fais un petit clin d’œil et je retourne m’asseoir en tortillant du cul.

« Quand tu t’es penchée, j’ai vu ton cul ! Fais attention quand même »

« Je ne t’avais pas interdit de te retourner ? »

« Oui, mais je me demandais ce que tu faisais. N’empêche que dans la salle des gens auraient pu voir que tu ne portes rien »

« Tiens, ça ne m’était pas venu à l’esprit ! Hihihi ! »

Nous prenons un apéritif. Je suis bras croisés sur la table. J’ai passé un pouce dans ma chemise et je caresse un téton. Il est dressé, dur, sensible. Je sens ma grotte s’humidifier.

« Putain ! Je mouille comme une salope ! »

« Normal ! C’est ce que tu es, non ? »

«! »

Les entrées nous sont servies. Je décroise les jambes, mais je ne peux résister à l’incroyable envie de les écarter, pour le plus grand plaisir de l’homme qui me dévisage. Il me fait un large sourire et passe ses mains sous la table. Il se touche.

Ce con m’excite et je m’écarte un peu plus pour lui rendre la pareille. Désormais , il doit voir ma chatte.

Lorsque le serveur nous apporte nos plats, il manque de les lâcher, lorsqu’il m’aperçoit largement ouverte. Il est rouge de honte.

Je mange d’une main et de l’autre, sous la table, je me caresse.

Mon nouvel ami semble apprécier. Plus vicieux que je ne pensais, il déboutonne son pantalon et sort sa queue discrètement. Je la vois bien bandée. Il se masturbe doucement.

« Ne te retourne pas Damien, mais le type derrière toi se branle en me matant »

« Ça te plaît bien, salope ! »

« Ben oui, plutôt ! Je fais pareil »

« Un futur amant ? »

« Faut voir ! Pourquoi pas ! »

Lorsque les desserts arrivent, j’ai deux doigts dans la chatte et je suis sur le point de jouir. Je me penche un peu en avant pour me cacher du serveur. Ce serait trop pour lui.

« Muriel, je ne veux pas t’interrompre, mais il faudrait qu’on accélère le mouvement, si on ne veut pas rater la séance ».

« OK ! Paye, je fais un saut aux toilettes »

Je me lève et en passant devant le type, je me suce le bout d’un doigt. C’est sûr, je vais laisser la porte des chiottes ouverte, il va m’y rejoindre. Mais rien, il a dû se dégonfler. Je retourne dans la salle et ma déception est grande. L’homme n’est plus là.

Lorsque nous arrivons au cinéma, la séance vient juste de commencer. Sur l’écran, les bandes-annonces se succèdent. J’aime être en hauteur. Nous sommes installés au dernier rang. Il n’y a pas grand monde, il faut dire que le film que nous avons choisi, est à l’affiche depuis plusieurs semaines.

Il s’agit d’un film d’horreur, très glauque, très sombre. J’aime ce genre de films, même s’ils me terrifient. Je m’accroche au bras de Damien et me cache à moitié derrière son épaule.

Soudain, je sursaute. Une main vient se poser sur mon genou. J’ai l’agréable surprise d’entrevoir le visage de l’homme du restaurant.

Humm ! Les affaires reprennent. Je me redresse doucement pour ne pas éveiller de soupçons chez Damien.

Devant mes jambes qui s’écartent, la main remonte sur ma cuisse et se pose sur ma fente. Mon bon monsieur ayant sorti son engin, je m’empresse de l’empoigner. Nous commençons alors à nous masturber doucement mutuellement.

Pioupiou, absorbé par le film, ne remarque rien. Je commence à avoir mal à cacher mon plaisir et n’y tenant plus, je me lève. Je fais un bisou à Damien.

« Je tiens plus ! Je vais aux toilettes, je reviens ! »

« OK ! Fais vite tu vas rater le meilleur »

Le type m’ayant entendu, me devance et est déjà sorti de la rangée. Je le rattrape facilement dans les escaliers des toilettes. Il n’y a personne. Excités, nous ne prenons pas la peine d’aller plus loin. Je lui saute au cou et il m’enlace avec force. Nous nous embrassons et laissons courir nos mains. Il soulève mon kilt et malaxe mon cul. Moi, je ressors sa queue que je glisse entre mes cuisses.

« Humm ! Salope ! Je vais te baiser ! »

« Ouiii ! Prends-moi vite ! »

Il ouvre rapidement mon chemisier et palpe mes seins. Il ne prendra pas le temps de me les sucer. Il me lève une jambe et me pénètre bien à fond.

« Ouiii ! Défonce-moi la chatte ! »

« Tu es une petite putain toi ! J’aime les femelles comme toi ! Tiens, prends ça morue ! »

Ces violents coups de reins me plongent dans un orgasme fantastique.

« Ouiii ! Jouis avec moiii ! Viteee ! Je veux ton jus ! Donne-moi ton foutre, viteee ! »

« Tiens ma belle ! Laisse-moi te remplir ! Hargggggg ! »

Nous restons un moment sans bouger, jusqu’à ce que sa queue me quitte naturellement. Gentiment il me tend un mouchoir.

« Non, merci ! C’est gentil, mais je garde tout »

« Humm ! Tu aimes te sentir sale, c’est ça ? J’adore les traînées dans ton genre. Téléphone-moi quand tu veux ! »

Il me tend une carte de visite, que je m’empresse de déchirer en petits bouts ; que je jette le tout en l’air.

«! »

« Dommage ! Adieu ma belle »

Je rejoins mon homme dans la salle obscure.

« Tu as été longue ! Tu as raté le meilleur. Si tu avais vu ce qu’a pris la gonzesse ! »

« Ben moi, si tu avais vu ce que j’ai pris! »

Je prends sa main et la plaque sur mon vagin.

«Quoi ? Hein ? Ho ! Tu es trop forte ! Qu’est-ce que je t’aime. Viens ! On rentre : »

« Pas question, cocu ! On regarde le film jusqu’au bout, et tu ne touches pas ! Hihi ! »

« Vicieuse sadique ! »

Il a bien du mal à se concentrer sur le film. Autant dire il zappe complètement la fin ; les yeux rivés sur mes cuisses et l’échancrure de ma chemise. Le film terminé, je tente de calmer ses ardeurs en l’entraînant dans un bar, puis un autre. Je le rends fou et j’adore ça.

Mais lorsque nous rentrons dans notre appartement…le fauve est lâché. Il me pousse à la renverse dans le canapé et saute à genoux entre mes jambes. Pour la première fois, il goûte mon antre poisseux et malodorant. C’est moi qui suis gênée.

« Viens ! Viens chéri ! Mon cocu à moi ! Viens vite me baiser comme une chienne ! »

« Pas tant que je n’ai pas bu tout ce que ce type t’a donné ! »

Je le sens aspirer, me lécher. Il me vide de se mélange de sperme et de cyprine. L’image m’excite et je jouis, rajoutant du jus à la dégustation de mon cocu.

Ce soir il me baise avec très peu de tendresse, presque violemment. Peut-être ai-je été trop loin. Ressent-il de la haine, de la rage, du délire ou de la passion ?

Quelques jours plus tard, lors d’un après-midi shopping pendant les soldes, je repère une adorable microjupe. Je fais le tour du magasin pour trouver un petit boléro qui pourrait être assorti. Ma jupe à la main, je fouille dans les bacs.

Il y a un monde fou et nous sommes collées les unes aux autres, nous bousculant, nous marchant même sur les pieds. De vraies folles, mais c’est un peu la tradition des soldes.

Pourtant au milieu de ce troupeau de femmes, il y a un intrus. Un homme d’une cinquantaine d’années, se penche pour essayer d’atteindre les vêtements. Mais à y regarder de plus près, un doute m’envahit. Je me fraye un chemin jusqu’à lui. C’est bien ce qu’il me semblait. Le bonhomme bande comme un cerf et se frotte au cul des nanas.

Les malheureuses, plongées dans leurs batailles, ne s’en rendent même pas compte. Je le regarde faire un bon moment. Il a bien du mal avec toutes ces femelles qui bougent trop.

L’idée me plaît. Je m’approche et me glisse entre lui et une de ses potentielles victimes. Je fais semblant de chercher et je bouge mon cul contre sa bosse, pas de trop, juste pour la caler entre mes fesses. J’applique quelques petits mouvements d’avant en arrière, l’air de rien. Ça semble lui plaire car il s’écrase de plus en plus contre moi.

Ses mouvements prennent un rythme régulier, tout comme celui d’un coït. Il est trop excité pour se contrôler.

Ce type va jouir dans son froc, si je ne le sors pas de là. Mais comment ? Ma microjupe dans une main, un caraco dans l’autre, je me retourne face à lui. Je lui fais un grand sourire.

« Ho ! Vous tombez bien ! Vous voulez bien m’aider ? »

Surprit, il rougit un peu, puis pensant que je n’ai rien remarqué, il se reprend.

« Hein ? Heu ! Oui, bien sûr ! »

« Ho ! C’est gentil, venez! »

Nous fendons péniblement la foule des femelles déchaînées. Je crois bien qu’il en profiter pour me passer une main sur les fesses.

« Ouf ! Quel monde ! Vous voulez bien m’accompagner à la cabine d’essayage ? J’aimerais avoir votre avis »

Évidemment, il accepta avec plaisir. J’entre dans la cabine, mais ne tire pas le rideau entièrement. Dans le miroir, je l’aperçois regarder discrètement. Humm ! J’adore !

Tout doucement, j’ôte mon t-shirt dévoilant mes seins nus. Je me régale de le voir m’épier. Je déboutonne mon minishort que je fais glisser au sol. Ne portant pas de culotte, je me retrouve entièrement nue dans la cabine. L’homme reste bloqué, bouche ouverte.

Je passe le caraco et la microjupe et j’ouvre le rideau. Je sors de la cabine et tourne devant lui. Je prends plaisir à jouer l’ingénue. La fille qui ne voit pas le mal.

« Voilà ! C’est pour faire une surprise à mon mari. Vous trouvez que les couleurs vont ensemble ? Ce n’est pas trop court ? Dites-moi, ça ne fait pas vulgaire ? »

Le pauvre n’arrive même plus à parler.

« Nan ! Ha nan, nan ! C’est…bien ! C’est… »

Je décide de passer à la vitesse supérieure. Je rentre de nouveau dans la cabine, mais laisse le rideau grand ouvert, au risque de me faire voir par les autres clients. Mais je m’en fous. Je retire les deux vêtements et je les tends au quinquagénaire. Je me présente à lui de face et entièrement nue.

« Je vous plais ? »

« Je…je. Je suis… Oui, bien sûr ! Vous êtes belles ! »

« Vous aimeriez… »

Je me suce un doigt. Il rougit et me sourit.

« Vous êtes cruelles ! Bien sûr que j’aimerais ! Mais que feriez-vous d’un vieux comme moi ? »

« Comme avec un jeune. Je m’offrirais ! Hihi ! »

Je referme le rideau et me rhabille. Moins intimité, il passe sa tête.

« Permettez-moi de vous offrir la jupe »

« OK ! Mais vous venez boire un café à la maison. J’habite à deux pas »

« Ho ! Je ne sais pas si… ! »

« Ben moi, je sais ! »

Je le prends par la main et l’entraîne vers les caisses.

Cinq minutes plus tard, nous sommes dans l’ascenseur qui conduit à mon appartement. Damien qui est de repos est étonné de mon retour.

« Déjà ? Ben tu as fait vite dis donc ! Ho ! Excusez-moi, je ne vous ai pas vu ! Bonjour, moi c’est Damien ! »

L’homme est surpris et très gêné  de se retrouver face à mon mari.

« Enchanté je suis René »

Je viens à la rescousse.

« J’ai invité René à prendre un café. Nous avons fait connaissance dans le magasin »

« Houla ! Les soldes ne vous font pas peur ? »

La tentation est trop forte. Je m’installe sur les genoux de mon nouvel ami et je passe mon bras autour de son cou.

« Ho non ! René n’y va pas pour les soldes ! Il y va pour les femmes. Il aime bien les culs des femmes ! »

Ma façon de mettre ce pauvre homme mal à l’aise, déplaît à Damien.

« Muriel ! Arrête ça ! »

« Heu ! Je suis désolé, je suis désolé, je dois y aller. Vraiment navré, je ne savais pas que vous étiez mariés. Il y a méprise »

Mais avec moi sur ses genoux, il ne peut se lever.

« Mariée ? Ahhhh Ouiii, mariée ! Oui, mais non ! Lui, c’est mon cocu ! Ne vous inquiété pas ! Il adore ça ! »

« Muriel ! »

« Quoi ? Ose dire que ce n’est pas vrai ! Hihi ! Nous, nous sommes venus pour baiser et nous allons baiser ! »

Sur ces mots, je retire mon t-shirt et je pose les mains de René sur mes seins.

Au début, gêné et réticent à me prendre devant Damien, il s’avère être un amant exceptionnel.

Damien, bien décidé, finalement, à vivre son délire jusqu’au bout, reste assis sur une chaise au pied du lit.

Épuisée, je laisse pioupiou raccompagner René à la porte. Puis il revient dans la chambre.

« Petite pute ! Tu as fait fort ce coup-ci! »

« Tais-toi et bois pendant que c’est chaud… Cocu ! »

À suivre !

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

1 commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

  • J’adorerais que ma chérie fasse la même chose…se taper des mecs devant moi.. qu’ils la démontent, lui défoncent le cul et lui remplissent de sperme chaud puis qu’elle me force à lecher ce qui coule de son cul jusqu’à avoir tout nettoyé ! J’adore l’idée qu’elle se fasse prendre par d’autres mecs…

Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings