Confession Intime Histoire erotique Histoires écrites par des femmes Histoires taboues et histoires de sexe

Histoire de sexe de Muriel : Étrange annonce

Mari cocufié par un gros black qui encule sa femme devant lui
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Jade est née voilà quatre mois. Nous avons déménagé et habitons un bel et grand appartement, dans un quartier très sympa.

Tout va bien. Une nouvelle vie commence.

Bien sûr, j’ai plus de travail à la maison, mais ce n’est pas bien grave. Je suis très heureuse d’avoir mon bébé, mais j’apprécie quand même le moment ou il s’endort, l’après-midi.

Un moment de calme et de répit que je consacre, la plupart du temps, à l’ordinateur ou à la masturbation quotidienne.

Mon appétit sexuel s’est calmé depuis mon accouchement. Pourtant, depuis deux jours je surfe sur des sites pornos et je dois dire que ça me plaît beaucoup.

Sans arrière-pensées, je relis aussi toutes les réponses reçues à la suite de mon annonce. Ça fini par m’exciter et je me touche en les relisant.

— Je suis un homme mûr de 62 a, bon niveau, bien physiquement (1,78 / 65 kg), viril, très bien membré. Je suis disponible pour une rencontre très hot avec un couple amateur de jeux coquins. J’aime regarder, caresser, lécher et sucer longuement de belles fesses et une petite chatte avec gourmandise et délectation, offrir ma belle queue à vos jeux. Sans tabou, je saurai répondre à tous ses désirs. Je reçois, en journée ou soirée, en toute discrétion, dans un appartement agréable et confortable. Hygiène, savoir vivre et bonne humeur de rigueur !

— Homme 45 ans. Très bonne situation. Élégant, correct, respectueux, cherche relation avec femme ou jeune femme douce, jolie, très coquine mais bonne éducation. Bienvenue à couple coquin.

— Je cherche aventure gratuite sans lendemain uniquement pour sexe soft avec femme de 18 à 45 ans en manque de caresses. Je suis libre en journée. Envoi photos sur demande sérieuse. À bientôt.

— Tu veux jouer ? Réponds-moi vite. Je propose scénario sur mon lieu de travail. 42 ans ; 1,82, 80 kg. Tu ne le regretteras pas.

Lire toutes ces réponses me fait tourner la tête et me fait mouiller comme une salope.

Scénario sur mon lieu de travail. Qu’est-ce qu’il entend par scénario ? La curiosité me pique. Les annonces sont accompagnées de numéro de téléphone ou d’adresse émail. Pour celle-ci, il y a les deux. Je ne risque pas grand-chose à téléphoner, surtout en mode privé. Tremblante, je compose le numéro ; espérant presque qu’il ne soit pas bon.

« Société Cinecrea, Régis Caron, j’écoute ? »

« Heu ! Bonjour. Je ne sais pas si je m’adresse à la bonne personne. J’appelle au sujet d’une annonce »

« Une annonce ? »

« Oui, enfin, non ! C’est au sujet d’une réponse faite à une annonce que j’avais déposé il y a cinq mois. Vous comprenez ? »

« Cinq mois ? Soyez plus clair, je réponds à beaucoup d’annonces, vous savez »

« C’est.. . Au sujet d’un scénario. Mais j’ai dû me tromper. Excusez-moi »

« Ne raccrochez pas ! C’est bien moi qui vous ai répondu. Je ne veux rien savoir de vous, juste quand vous êtes disponibles. Un après-midi de préférence. Ensuite je vous parlerais du scénario »

« Heu ! Demain, je ne sais pas ! Disons qu’après-demain, je devrais pouvoir mr libérer »

« Très bien ! J’ai peu de temps à vous accorder, là. Donnez-moi votre émail et je vous envoie un courrier dès ce soir. Ça vous va ? »

Je lui donne l’adresse de ma messagerie personnelle et il raccroche. Ouf ! J’ai eu peur, mais c’était terriblement excitant.

La journée passe et Damien rentre enfin. Nous nous occupons de Jade, un film et au lit. Il ne faudrait pas que l’arrivée d’un enfant dans notre vie, nous plonge dans une monotonie triste à mourir. J’en parle à mon pioupiou.

« Non, bien sûr ! Tu as entièrement raison. Il ne faut pas que ça nous empêche de sortir ou de voir nos amis. Avec les grands-parents, il y aura toujours un moyen de s’arranger »

« Et puis pourquoi pas…nous pourrions refaire une expérience ! Non ? »

« Une expérience ? »

« Heu, oui ! Avec un couple, tu vois ? »

« Hahaha ! Ça te reprend ma chérie ? Tu sais si c’est pour me retaper la honte, je n’aime autant pas ! »

« Mais nonnn, pioupiou ! C’était juste une panne ! Rien de grave. Je te trouverais une belle blondinette. Tu veux ? »

« Bon ! Nous verrons. En attendant vient là que je m’occupe de ton cas »

Nous faisons l’amour, mais mon esprit est ailleurs. Je ne peux m’empêcher de repenser à la petite conversation que j’ai eu avec cet inconnu, cet après-midi.

Le mot « scenario » tourne et retourne dans la tête.

Damien est enfin parti au travail. Je n’aurais jamais cru qu’un jour, je puisse être pressée de le voir partir. Je m’occupe du bébé, puis nous nous installons à l’ordi.

« Voyons voir ce que nous dit ce monsieur, tu veux ? »

Fiévreusement, j’ouvre ma messagerie ? J’ai encore quelques messages en réponse à mon annonce. Incroyable, après autant de temps.

Puis j’ouvre celui qui indique « Mon scénario »

— Bonjour.

Si tu te sens toujours prête pour un scénario, voilà les instructions à suivre à la lettre.

Rends-toi jeudi à 16 heures au 21 rue du chantier, au siège de Cinecrea.

Présente-toi à l’accueil et demande le bureau de Monsieur Régis Caron.

L’hôtesse te demandera de la part de qui. Répond lui que tu représente la société ‘’Le fanion Vert’’

Je saurais ainsi que c’est toi. Après m’avoir prévenu, l’hôtesse t’indiquera le cheminement jusqu’à mon bureau. N’en tiens pas compte.

Voilà ton parcours :

— Après les portillons de sécurité, prends l’ascenseur de gauche et tu montes au dix-huitième étage.

— Prends le couloir de gauche et va tout au bout. Ouvre la porte du fond et entre dans le petit amphithéâtre qui sert de salle de réunion.

— Ne t’occupe pas des gens qui s’y trouveront sûrement. Personne ne fera attention à toi.

— Traverse l’amphi par le haut et rends-toi aux toilettes pour hommes.

— Rentre dans la troisième cabine et déshabille-toi entièrement, chaussures comprises et dépose le tout sur le réservoir. Si tu as les cheveux longs, je les veux défait.

— Ha ! J’oubliais ! Emporte une cravate et bande-toi les yeux.

— Lorsque tu seras entièrement nue, yeux bandés, tourne-toi vers le mur et penche-toi au-dessus de la cuvette des chiottes. Tu peux te retenir au réservoir. Écarte les jambes et attends.

— Bien sûr, laisse le loquet de la porte ouvert.

— Entre le moment ou tu rentreras dans l’amphi et le moment ou tu devras être prête, tu auras cinq minutes, pas plus. Sinon, je te balance à poil dans l’amphi. Il te sera très dur de donner une explication valable.

— Je te conseille d’imprimer mes instructions pour ne pas te tromper.

À jeudi —

« Houla, mon bébé ! Tu crois que ta maman est capable de ça ? »

Ma toute petite gazouille.

« Ça veut dire oui, ça ? Hum ! Je te soupçonne de vouloir voir papi et mamie, toi ! »

La journée se passe normalement, excepté les pauses fréquentes que je m’accorde, pour relire le message.

Lorsque Damien rentre, je suis excitée comme une puce, et je lui fais savoir. Mais bien sûr, j’en garde la cause pour moi. Ceci dit, il est ravi. Il préfère une femme qui baise à une femme qui matte la télé, c’est sûr.

Jeudi.

J’ai conduit ma petite Jade chez les parents de Damien. Je leur ai raconté un blabla, que j’allais traîner les magasins avec Virginie ma meilleure amie. C’est grâce à elle que j’ai rencontré Damien. Ils sont amis et c’est la secrétaire de mon cher beau-papa.

Je me suis habillée de façon fonctionnelle afin de faire vite dans les toilettes. Une robe d’été, string, pas de soutien-gorge et un manteau.

Les bureaux se trouvent de l’autre côté de la ville, dans un quartier d’affaires. Je m’y rends en tramway pour ne pas perdre de temps. C’est en montant dans la rame, que je réalise que je ne me suis jamais posé la question, de savoir si j’irais. Pour moi, ça a été évident dès le moment ou j’ai lu les consignes à suivre.

Je pénètre enfin dans le grand hall de l’immeuble. Au centre, un comptoir ou trois magnifiques hôtesses se partagent le travail. L’accueil.

De chaque côté du comptoir, des tourniquets comme dans le métro. Pour entrer, il faut se présenter.

Mon cœur commence à battre fort.

« Bonjour ! Je voudrais voir Monsieur Régis Caron »

« Oui ! De la part de qui, s’il vous plaît ?»

Et là…le trou noir ? Je feins de chercher une carte de visite dans mon sac. Il faut que ça me revienne, que je gagne du temps.

« Votre nom ou celui de la société suffira »

Je panique.

« Heu ! Muriel…Muriel du drapeau vert ! »

Je ne suis pas loin de me sauver en courant.

« Monsieur Caron ? Madame Muriel de drapeau vert désire vous voir. Oui, c’est ça le drapeau vert »

Mes jambes flageolent. Dans quelle galère ai-je été me fourrer.

« Désolée, Madame. Monsieur Caron ne connaît pas le nom de votre société »

Il faut que je me sorte de là.

« Ha bon ? Il ne connaît pas le fanion vert ? Bon…tant pis, je lui téléphonerais »

« Oups ! Attendez madame ! Vous m’aviez dit drapeau, pas fanion!Hihihi ! Je le rappelle »

Merde ! Ça m’est revenu sans que je m’en rende compte. Ce coup-là, je suis bonne pour aller jusqu’au bout. L’hôtesse me dit que j’ai beaucoup amusé Monsieur Caron, et m’indique comment me rendre à son bureau et m’invite à passer le portillon.

Me voilà dans la place. Je sors de ma poche le papier que j’ai imprimé. Mince ! Je tremble comme une feuille.

Ascenseur de gauche ? Un homme monte avec moi.

« Combien, Madame ? »

« Heu ! Dix-huit »

« Je ne demande pas votre âge, mais l’étage ! Hahaha ! »

« Heu ! C’est bien l’étage que je vous indique »

Le con ! Il me fait rougir.

« Tout comme moi. C’est parti ! Excusez-moi, je voulais plaisanter »

Pendant l’ascension, j’observe l’homme. Et si c’était lui ?

Lorsque la porte s’ouvre, il me salue et part sur la droite. Je suis tétanisée et je manque de repartir avec l’ascenseur. J’en sors juste à temps. Couloir de gauche. Dieu qu’il est long.

Je croise beaucoup d’employés. Je suis tellement mal à l’aise, que j’ai l’impression de ne pas marcher droit et que tout le monde me regarde. Je parviens enfin à la porte du fond. Elle est doublée de cuir pourpre, avec des clous dorés tout autour. Je la pousse. Je me retrouve dans une espèce de petit vestibule, avec une seconde porte. Je la pousse également.

Je pénètre dans l’amphithéâtre par le bas, et en pleine réunion. Tous les yeux se tournent vers moi. J’ai honte de ma vie. Je lâche un timide « Excusez-moi » et je monte le long des rangées. Si j’en crois le message, il me reste cinq minutes.

Dans le haut de la salle, il y a une porte de chaque côté.

À droite ‘Toilettes femmes’

À gauche ‘Toilettes hommes’

Je me glisse discrètement vers la porte de gauche. Mais un homme en sort. Je m’arrête net et fais semblant de fouiller dans mon sac. S’il y a d’autres hommes à l’intérieur, comment vais-je m’y prendre ?

Assez réfléchie ! Je fonce et pousse la porte. Il y a huit cabines à gauche et autant d’urinoirs à droite et un petit lavabo.

Un, deux, trois. J’ouvre la porte et entre.

De la poche de mon manteau, je sors une cravate noire que j’ai piquée à Damien. D’ailleurs, c’est la seule qu’il ait.

J’enlève mon manteau et le pose sur le réservoir. Je quitte ma robe, mon string et les pose aussi. Tremblante, j’enlève mes chaussures, lorsque j’entends la porte d’entrée des toilettes s’ouvrir. Restant pétrifiée, mes chaussures à la main, ça ne fait pas cinq minutes, s’il ne triche pas, ça ne peut pas être lui.

Je suis glacée. J’entends des pas, puis un zip de fermeture éclair. Le type sifflote en pissant. Ça dure longtemps. Il a dû boire des litres. Et le temps qui tourne ? Il ne doit même pas me rester une minute.

Doucement, sans faire de bruit, je pose mes chaussures. De nouveau un zip, puis la chasse d’eau. Un robinet coule. Il doit se laver les mains.

Mais soudain !

« Salut Régis ! Ça va toi ? »

« Oui, j’ai réglé le problème de Bordeaux ! »

Mince c’est lui et je ne suis pas prête. Je défais à ola hâte la broche qui retient mes cheveux. Parle ! Parle encore !

« C’est cool ! Tu vas prendre du galon »

La poignée de la porte bouge. Il va entrer. Je passe la cravate sur mes yeux, fais un nœud et je me penche, jambes écartées.

« J’espère bien ! Allez salut ! »

La porte dans mon dos s’ouvre, se referme, et j’entends le bruit du loquet qui se ferme. Je suis morte de trouille et contrôle à peine mes tremblements. Je sursaute lorsque deux mains se posent sur mes hanches et je suis prise de chair de poule.

« Reste muet ! Je ne veux pas entendre le son de ta voix ! »

Les mains caressent doucement mon dos, puis glissent vers mes seins.

« Alors là ! . Tu dois être chaude bouillante ! Tu es la première pute à venir, en cinq ans que je fais tourner l’annonce sur internet ».

Il malaxe mes seins grossièrement et tire sur mes tétons, à m’en faire presque mal. Le con ! Je sens un gros paquet toucher mon cul , au travers de son pantalon.

«! Tu me fais bander, pouffiasse ! Quel beau cul ! »

Il glisse une main sous mon ventre et caresse ma chatte.

« Putain ! Tu mouilles comme une truie ! Tu vas me bouffer la queue, avant que je t’enfile ! Tourne-toi et assieds-toi ! »

Je m’exécute et il découvre mon visage.

« Merde ! Tu es une môme ! Tu es toute jeune, toi ! Humm, petite salope ! Tu promets toi ! »

Un gros gland humide vient heurter ma bouche ? C’est énorme ! Je ne peux m’empêcher de le toucher et je comprends ce que Pierre Perret veut dire lorsqu’il chante : Le zizi musclé chez le routier, ô gué, ô gué, se reconnaît à son col roulé.

Je souris et je ne peux m’empêcher de chantonner dans ma tête.

Il me prend par les cheveux et enfonce son gros boudin entre mes lèvres.

« Ho ! Salope, tu suces bien ! »

Mon front cogne sur son ventre. Prise d’un doute, je pose mes mains sur ses cuisses. C’est bien ce que je pensais ! Ce type est gras comme un cochon. Effectivement, il vaut peut-être mieux que je ne le voie pas.

« Muriel… Muriel ! C’est un prénom de vide couille ! Humm ! Lève-toi sac à foutre ! »

Je recrache son morceau de bidoche et je me lève. Il plaque ses paluches sur mon cul et me colle à lui. Le salaud me lèche le cou et le visage, puis il plante sa langue entre mes lèvres. Il m’embrasse de façon répugnante, salivant, crachant dans ma bouche. Il me broie le cul et essaie de m’enfoncer un doigt.

« Je vais te faire jouir, ma putain ! Tu ne regretteras pas le voyage, sale pute ! »

Mes seins sont écrasés contre lui et son ventre épouse le creux du mien. Nous tournons et il m’adosse à la porte. Il lève mes bras et je sens un portemanteau.

« Tiens le et ne le lâche pas ! »

Il me caresse sans tendresse ni douceur, appuyant sur la moindre parcelle de ma peau. Puis il commence à embrasser mon corps. Il me crache dessus et lèche ensuite, encore et encore. Il est répugnant, mais il m’excite comme une folle. Je commence à gémir et je respire fort.

«! »

Soudain, nous entendons le grincement de la porte d’entrée.

« Chuttt ! Arrête de couiner ou on va être repéré! »

Deux types viennent d’entrer. Nous les entendons discuter tout en pissant. Comme un défi, mon gros porc s’est accroupi et me bouffe la chatte, tout en branlant mon clito gonflé. Je me mords les lèvres pour ne pas crier de plaisir. Jouir en silence n’est pas facile. Et ces types qui traînent à partir. Je n’en peux plus.

« Hummmm ! Rrrraahhhh ! »

Par chance, je craque pendant le grincement de la porte.

« Idiote ! Tu veux me faire perdre ma place ? Penche-toi raclure ! »

Je m’accroche au siège de la cuvette et j’écarte les jambes, reins bien cambrés.

« Humm ! J’adore quand les gobeuses de couilles comme toi s’offrent comme tu le fais ! »

Ses mains écartent mon cul et il se plante dans ma chatte sans préliminaires. Je me sens pleine d’un coup. S’il n’est pas très long, ce type est super large et la sensation est terrible. Il me bourre sans complaisance et je jouis très vite et très fort.

« Ho ouiiii ! C’est bonnnn ! »

Je reçois une énorme claque sur le cul.

« Je t’avais interdit de parler, salope ! Les voix de putains me font jouir ! Hachhhh ! »

Je me fais remplir de foutre chaud comme une bouteille à un robinet. Ce type a une réserve incroyable. Sensation extraordinaire qui me fait jouir à nouveau. Je ne peux pas tout contenir. Il est encore en moi que du jus déborde de mon vagin.

« Hummmm ! C’est trop bonnnn ! »

« Connasse ! Tu n’as rien compris ! Tu es trop conne ! Tu ne sais pas fermer ta gueule ! Tu ne bouges pas pendant cinq minutes, après tu peux aller te faire foutre ailleurs ! »

J’entends le loquet de la porte, le grincement de la porte d’entrée…et plus rien. Je reste un moment courbée sur la cuvette des chiottes. Je sens ma chatte se vider et j’entends la semence froide qui me quitte, tomber et éclabousser le sol.

Je me demande s’il est vraiment parti. N’entendant rien d’autre qu’une chasse d’eau qui fuit, je défais mon bandeau.

Je suis nue, chatte dégoulinante, dans une cabine de chiotte dont la porte est ouverte, donnant sur les urinoirs. Je penche la tête hors de la cabine pour vérifier que je suis bien seule.

J’imagine si quelqu’un entrait subitement. Et…c’est ce qui se passe. Un homme rentre précipitamment, la main déjà en train de descendre sa braguette. Je suis désorientée et surprise. Je n’ai pas le temps de refermer la porte avant qu’il ne m’aperçoive. Je referme le loquet et me plaque à la porte, le souffle coupé.

« Y a quelqu’un ? Qui êtes-vous ? Qu’est-ce que vous foutez à poil dans les chiottes ? »

J’attrape ma robe et je la passe sans prendre le temps de la reboutonner, puis je mets mes chaussures.

« Madame ? Je peux vous aider ? »

« Heu ! Non ! Tout va bien ! Je me suis trompée de toilettes. Je suis désolée »

J’enfile mon manteau et je sors, rouge de honte. Le type est en train de pisser. Il tourne la tête vers moi. Lorsque j’ouvre la porte, mon manteau et ma robe s’ouvrent et il me revoit nue. Je ne lui laisse pas le temps de réagir et je file dans l’amphi en courant. Il est vide. Je fais appel à l’ascenseur, et profite du temps d’attente pour reboutonner ma robe.

Lorsque j’arrive dans le hall, j’ai retrouvé un rythme cardiaque à peu près normal. C’est la sortie des bureaux et il y a beaucoup de monde. Et si Régis Caron était là. Je guette les hommes emprunt d’embonpoint qui pourraient me regarder étrangement.

J’en vois. J’en vois même beaucoup, mais, rien ne me laisse penser que le foutre qui est encore en moi, appartient à un de ceux-là.

C’est dans le tramway qui me ramène, que je réagis que le Régis Caron m’a piqué mon string et ma broche à cheveux.

Je fais un saut chez mes beaux-parents pour récupérer mon bébé, mais ils ont décidé de le garder un peu.

C’est donc seul que je rentre à la maison. Une surprise de taille m’y attend.

« Pioupiou ? Tu es déjà rentré ? »

Il est dans le canapé, une main bandée.

« Ho ! Qu’est-ce qui t’es arrivé ? »

« Rien de grave ? Il n’y a pas de casse. J’ai pris un poids sur la main. Mais ça va aller. J’ai huit jours d’arrêt de travail. Et toi, tu étais ou ? Ou est Jade ? »

« Chez tes parents. Je suis allée faire les magasins avec Virginie »

« Virginie ? Ah bon ? Je te cherchais, je viens de l’appeler, elle ne t’a pas vu. Tu étais ou ? »

Aille ça pue pour moi. Je penche la tête. Je ne sais plus quoi dire.

« Ne t’enfonce pas dans des mensonges ? Dis-moi la vérité il vaut mieux ! »

Je prends mon courage à deux mains ? Je ne dois pas lui mentir, il a raison. J’allume l’ordi et cherche l’annonce.

— Tu veux jouer ? Réponds-moi vite. Je propose scénario sur mon lieu de travail. 42 ans , 1m82,90 kg. Tu ne le regretteras pas. —

« Voilà ! J’ai répondu à cette annonce. Je suis désolée Damien. Je t’ai fait cocu. Je n’ai pas d’excuse. J’ai tellement honte. Pardonne-moi, je t’en supplie ! »

Je me prépare à une scène, mais une autre surprise m’attend.

« Viens avec moi »

Il me prend par la main et m’entraîne dans la chambre.

« Déshabille-toi ! »

« Non Damien ! Ce n’est pas… »

Je n’ai pas eu le temps de finir ma phrase, qu’il tire sur ma robe et tous les boutons sautent.

« Tu ne portes rien en dessous ? »

« Si, mais…il me les a volés »

« Enlève ça et allonge-toi ! »

Par peur de le contrarier davantage, je lui obéis. Il se déshabille aussi et se couche sur moi.

«Tu es encore pleine de ce mec ? »

« Oui, enfin non ! Je suis…oui, je suis souillée. Je suis sale »

Il me maintient les mains au-dessus de la tête et me pénètre lentement.

« Dis-moi tout ! Comment ça s’est passé ? »

« Eh bien, il m’a dit d’aller dans les toilettes et… »

« Non, non Muriel ! Raconte-moi tout dans le moindre détail »

Il a une étrange lueur dans les yeux.

« Eh bien, quand j’ai vu l’annonce, je lui ai téléphoné…. …. C’est dans le tramway que j’ai réagi que Régis Caron m’avait piqué mon string et ma broche à cheveux ».

Durant mes aveux détaillés, Damien m’a pénétré doucement, lentement.

Puis.

« Hooo, ma Muriel ! Je t’aime tant ! Je mélange mon foutre au sien, en toi, et je veux qu’il en soit ainsi à chaque fois. Je suis ton cocu mon amour. »

« Mon cocu ? »

À suivre !

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

2 Commentaires

Cliquez ici pour poster un commentaire

Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings