Confession Intime Enceintes Histoires écrites par des femmes Histoires taboues et histoires de sexe

Histoire de sexe de Muriel : Juste avant l’enfant

Histoire de sexe de Muriel : Juste avant l’enfant
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

J’entame mon dernier mois de grossesse. Mon appétit sexuel ne s’en est pas calmé pour autant . Bien au contraire. J’ai envie de faire l’amour du matin au coucher.

Damien, fatigué par son boulot, essai de me contenter au mieux. Pauvre chéri. C’est loin d’être suffisant.

Depuis quelques jours, j’ai très envie de retenter une expérience sexuelle avec mon pioupiou. L’idée de le faire avec un couple a fait son chemin et j’aimerais bien en trouver un.

C’est pourquoi je passe des heures sur le Net, à la recherche d’un bon site de petites annonces coquines. Je ne suis pas très douée en informatique, pourtant j’ai déniché ce que je cherchais.

Je ne pensais pas en trouver autant. Il semble que la France entière soit coquine et à la recherche de partenaires sexuels. Je lis des dizaines, voire des centaines d’annonces, toutes aussi alléchantes, qu’excitantes.

Je ne peux pas m’empêcher de me masturber en les épluchant et je multiplie les jouissances solitaires depuis plus de deux jours.

N’y tenant plus, je rédige moi aussi une annonce. J’hésite à l’envoyer sans en faire part avant à Damien.

Le soir venu.

« Pioupiou, viens voir. J’ai envie de déposer une annonce. Je l’ai déjà rédigée »

« Putain tu es en chaleur toi ! Tu ne penses vraiment qu’à ça. Allez, fait moi lire »

— Jeune couple (futur parent) débutant, cherche couple compréhensif pour première expérience échangiste —

« BOF ! Tu peux toujours essayer, si tu crois que ça peut le faire. Moi je n’y crois pas trop »

J’appuie sur la touche ENTER.

« C’est parti ! »

« Tu es folle, ma petite pouffe à moi ! Viens là que je calme ta petite chatte en chaleur »

«Hiiiiiiiiiiiii ! »

Le lendemain, j’ouvre fébrilement ma boîte E-mail. Rien.

Ma déception est grande. Je la laisserais ouverte toute la journée, à l’affût du moindre message.

Lorsque Damien rentre du travail, j’éteins l’ordi. Pas question de lui montrer que je guette une réponse. Mais juste au moment ou j’appuie sur le bouton, je vois un intitulé de message : « Suite à votre annonce » Trop tard l’écran devient noir.

La nuit est longue, interminable. Pour la première fois, j’ai hâte de voir partir mon homme.

Dès que la porte se referme sur lui, je saute sur l’ordinateur. Et là, quelle n’est pas ma surprise de voir s’afficher des dizaines de « Suite à votre annonce ». Je n’en crois pas mes yeux. Cinquante-six réponses. Je commence ma lecture. Et je découvre, bien que j’ai demandé un couple, que la plupart des réponses sont rédigées par des hommes. Certaines sont sympas, d’autres vulgaires ou très douteuses.

Trois quarts d’heure plus tard, seule une réponse correspond à ma recherche.

— Bonjour. Nous sommes un couple marié, un enfant. Nous pratiquons l’échangisme depuis plusieurs années déjà. Votre annonce nous a séduites. Nous supposons, que le fait d’indiquer « futur parent », cherche à signaler que madame est enceinte. Si c’est le cas, soyez sans crainte, monsieur est doux, tendre, attentionné et adore les futures mamans. D’après votre profil, nous ne pensons pas être très éloignés de chez vous et ce serait une grande joie de vous recevoir dans un cadre agréable et chaleureux. Nous savons combien il est dur de franchir le pas, aussi, si ce soir-là vous décidiez de ne rien faire, nous respecterons votre volonté, et nous passerons quand même une excellente soirée. Nous pourrions vous joindre des photos, mais nous trouvons que cela retire du charme à la découverte de l’autre. Nous espérons avoir une réponse de votre part. En attendant, permettez-nous de vous embrasser très tendrement. Véronique et Loïc.

Notre téléphone : xxxxxxxxxx —

Ça va être long d’attendre le retour de mon chéri pour lui montrer ça. Je tourne en rond, relis le message, fais du ménage, relis encore et encore. Je n’y tiens plus. Tremblante, je compose le numéro. Deux sonneries, puis, une voix de femme me répond.

« Allo »

« Allo, Véronique ? Bonjour. Excusez-moi de vous déranger, vous avez répondu à notre annonce. Vous savez ? Le couple futur parent. »

Je me sens idiote. Je bafouille et n’ai plus la moindre goutte de salive. Elle doit le sentir et s’en amuse.

« Hihi ! Oui, je vois très bien, mais détendez-vous, il n’y a rien de grave. Nous sommes entre amies. D’accord ? »

« Oui, excusez-moi, je suis intimidée »

«C’est mignon comme tout ? Comment vous appelez-vous ? »

« Muriel et mon mari Damien »

« Et bien, Muriel et Damien, accepteriez-vous de venir à la maison, disons… Samedi soir vers vingt et une heures ? Nous ferions connaissance et si nous nous sentons bien ensemble, nous vous aiderons à aller plus loin. Ça vous va ? Rassurez-vous, rien n’est obligé. C’est une règle »

« Il faut que j’en parle à Damien, mais je pense qu’il sera d’accord »

« Très bien ! Tutoyons-nous si tu le veux bien. Je te laisse notre adresse en message et tu me répondras pour me dire si ça marche ou non. OK ? »

« D’accord Véronique, je te réponds ce soir. Bisous »

Bisous ? Je lui ai dit bisous ? La honte. Elle va me prendre pour quoi ? Une fille facile ? Une lesbienne ?

Je suis stupide, elle ne va rien penser du tout. Il faudrait bien que je me calme, moi.

C’est le samedi le plus long de toute ma vie. Les heures ne tournent pas. Damien aussi il tourne en rond. Il est nerveux.

Je l’ai habillé d’un magnifique jeans, très classe et d’un pull fin qui dessine bien son corps de champion. Moi, j’ai passé une jupe gitane, très colorée, et un débardeur très ample, tenu par de fines bretelles avec un décolleté très large qui met ma poitrine en valeur. Bien que je ne supporte plus les élastiques, j’ai tout de même passé des dessous en dentelle et un porte-jarretelles spécialement étudié pour les femmes enceintes, et une paire de bas.

Vingt et une heures. Nous nous présentons à l’adresse indiquée. C’est une belle maison, tout en longueur, située au fond d’une cour, entre deux immeubles. Je n’aurais jamais imaginé qu’il puisse y avoir telle chose dans ce quartier.

Damien cramponne une bouteille de champagne que nous avons payé une fortune. Pas question de faire mauvaise impression.

« Tu es prête ? »

« Heu ! Je ne sais pas ! »

Il approche son doigt de la sonnette et appuie. Nous attendons quelques secondes et la porte s’ouvre. Elle s’ouvre sur un homme d’au moins un mètre quatre-vingt-cinq. Un géant à côté de moi et de mon mètre soixante-deux. Une fois de plus, il est beaucoup plus vieux que moi. Il doit avoir au moins soixante ans. Je dois être abonnée.

Ceci dit, ça reste un bel homme. Il est très souriant et dès ses premiers mots, je décèle un accent venu, je pense des pays de l’est. La Hongrie peut être.

« Haa ! Voilà la belle Muriel et… Fabien ? C’est bien ça ? »

Il se penche et me fait la bise.

« Heu ! Non, moi c’est Damien »

Il lui donne une poignée de mains énergique.

« Ho ! Je suis désolé. Entrez, que je vous présente le reste de la famille »

Damien profite de ce qu’il détourne le regard pour me chuchoter quelques mots.

« Il est vieux ! Je n’ai pas envie de me taper une vieille, moi ! »

« Damien ! Chut ! Il pourrait t’entendre ! »

Nous pénétrons dans une grande salle à manger très rustique, avec des poutres au plafond. C’est très chaud, très beau, décoré avec beaucoup de goût.

« Véronique, vient chérie ! Ils sont arrivés ! »

Le visage de Damien se décrispe d’un coup, lorsque d’une porte au fond de la salle apparaît une magnifique femme brune, d’une quarantaine d’années seulement. Elle est tout simplement sublime. Son sourire est radieux et elle semble d’une douceur incomparable.

«Houu ! Comme vous êtes beaux tous les deux ! Bienvenue ! Je suis ravie que vous soyez là »

Elle fait la bise à mon homme ravit, elle fait de même avec moi et pose sa main sur mon ventre tout en me serrant contre elle.

« Magnifique ! Tu me rappelles de bons souvenirs, tu sais ? Ho, je suis jalouse de toi, ma chérie ! Hihi ! »

« Maman ! Je suis prête ! »

Une petite puce dévale un escalier et se jette dans les jupons de sa mère.

« C’est ma fille Emma. Je vous laisse deux minutes ? Je l’emmène chez une amie juste à côté. Loïc, met nos invités à l’aise, veux-tu ? »

« Bah oui, bien sûr ! Suivez-moi, passons au salon. »

Nous entrons dans une grande pièce. Une cheminée crépite et jette des reflets de lumière en mouvement sur les murs. Lumières tamisées et indirectes, plantes grasses un peu partout et sol couvert de fourrure, font de ce salon un endroit où il fait bon vivre. D’instinct, nous retirons nos chaussures.

« Que diriez-vous de nous asseoir par terre devant la cheminée ? Muriel, je te donne un siège si tu le désires »

« Ho non ! Cette fourrure m’a l’air trop douillette »

Véronique nous rejoint et se pose près de moi, face à Loïc et Damien.

« Voilà nous sommes tranquilles. Vous verrez il faut savoir s’organiser avec un enfant, mais c’est génial. Allez, champagne ! »

Doucement, nous nous détendons ? Ils sont super gentils et nous mettent à l’aise. Nous parlons de choses et d’autres, comme leur différence d’âge.

« Loïc est entré par hasard dans ma vie et au bon moment. Je ne me suis pas posé la question de savoir quel âge il avait. C’était lui, c’est tout. Celui avec qui je voulais un enfant. Et voilà. Et puis il m’a appris tant de choses »

« Ha oui ? Comme quoi par exemple ? »

Je viens de perdre une occasion de me taire.

« Comme l’amour, le sexe, la pluralité, les hommes bien sûr, mais aussi les femmes »

Elle se rapproche de moi et son épaule touche la mienne.

Les flammes se reflètent dans son regard troublant. Ses lèvres, légèrement entrouvertes, se rapprochent des miennes et s’y déposent avec tendresse. C’est sans contexte, le plus doux de tous les baisers qui m’ont été donnés.

J’aperçois Damien. Il fait des yeux tout ronds et ne se rend pas compte qu’il a la bouche ouverte.

Loïc sort de sa rêverie.

« Bon ! Les enfants ! Vous ne trouvez pas qu’il fait très chaud ici ? Que diriez-vous de nous mettre à l’aise »

Je me sens rougir d’un coup et mon cœur se met à battre la chamade.

Les deux hommes se lèvent et commencent à se déshabiller. Devant mon hésitation ; Véronique vient à mon secours.

« Ma petite Muriel a peur ? Ce n’est pas grave. Reste habillé. Rappelle-toi, rien n’est jamais obligé. Mais aides moi à descendre la fermeture de ma robe. Tu veux ? »

Nous sommes à genoux. Elle se tourne et je fais glisser la fermeture éclair jusque dans le creux des reins. Ma main s’égare un instant sur son dos ? Je le caresse doucement . Sa peau est si douce. Lentement, je fais glisser sa robe sur ses épaules, puis elle tombe sur la fourrure.

Véronique se retourne et se dévoile entièrement à moi, mais aussi aux hommes qui viennent de se rasseoir. Elle ne porte aucun sous vêtement. Ses seins sont magnifiques et je suis sûr, très ferme. Son sexe est rasé de près, mais subsiste un petit rectangle de poils bien taillés.

Dans sa nudité elle est splendide. Quelle femme !

La discussion reprend comme si rien ne s’était passé. Loïc ouvre une autre bouteille de champagne. Je dois refuser gentiment de reprendre une coupe, mais pas Damien. Je le sens énervé, excité ? Il me fait rire.

Loïc me fait penser à Gérard, mais en moins poilus. Il est en érection et ne s’en cache pas. Pourtant, il ne me regarde pas plus que ça. C’est la nudité de son épouse qui doit le faire bander ainsi.

Ma fierté en prend un coup. Quitte à bander, autant que ce soit grâce à moi et pour moi.

« Véronique tu veux bien m’aider ? »

« Avec plaisir ma chérie ! »

Une minute après je ne suis plus couverte que de mon porte-jarretelles et de mes bas.

Loïc s’intéresse enfin à moi.

«: justify;” align=”LEFT”>« Loïc ! Je te trouve bien maladroit ! Muriel préférerait sûrement afficher une silhouette plus fine ! »

« Ben moi, ça me plaît ! »

Il s’assoit près de moi, passe un bras autour de mon cou et caresse mes seins. Son autre main se pose sur mon ventre et il m’embrasse fougueusement.

« Bien ! Mon pauvre Damien, je crois bien qu’on nous abandonne. Viens, mettons-nous là »

Ils se déplacent et vont deux ou trois mètres plus loin. Je vois Véronique se pencher et prendre le sexe de Damien en bouche. Lui, en arrière appuyé sur ses bras, semble aux anges.

Loïc m’allonge avec délicatesse sur la fourrure et se colle à moi. Je sens sa queue dure contre ma cuisse. Il effleure ma joue avec tendresse puis me caresse sans précipitation, calmement.

« Comment te sens-tu, Muriel ? Bien j’espère ? Nous ne sommes pas bien là ? Non ? »

« Ho si ! Je suis détendue. Vous êtes si gentils tous les deux »

Je passe ma main dans sa nuque et attire sa bouche à la mienne. Nous nous embrassons tendrement, longtemps, très longtemps. Puis, plongeant son regard dans le mien.

« Tu sais petite à mon âge on a peu de chance de tenir un corps aussi jeune dans ses mains. C’est un vrai cadeau que tu me fais »

« Pffff ! Je suis complètement déformée par ma grossesse. Véronique est plus désirable que moi ! Non ? »

«  Véronique est désirable , c’est vrai. Mais elle a quarante ans. Toi, vingt »

Je lui fais un grand sourire.

« Dix-huit »

« Houu ! Viens ! Je te veux mon trésor ! »

Il s’allonge sur le dos et m’invite à l’enfourcher. Mais je suis bien décidée à faire durer de moment de pure tendresse, le plus longtemps possible. Je reste de côté et l’embrasse à nouveau, puis je fais promener ma bouche et ma langue, de ses oreilles à son cou. De son cou à son poitrail. De celui-ci à son ventre et enfin à son sexe excité, dressé comme un obélisque. Il est impressionnant de dureté. Lisse et veiné, il est très appétissant. C’est avec un plaisir non dissimulé, que je le fais glisser entre mes lèvres humides. Je lèche sa tige et suce ses couilles avec toute ma tendresse.

Prise dans mon tourbillon sexuel, je continue, plus bas. Jamais je n’ai fait telle chose auparavant, même avec Damien. Je prends plaisir à lécher et aspirer son périnée, avant de plonger ma langue entre les plis de sa pastille brune.

« Rhaaaa ! Muriel, Hooo ! Tu vas me rendre fouuuu ! Hummmm ! C’est trop bon ! »

Fière de moi, je remonte et reprends ma fellation.

« Viens là mon bébé ! Sinon, tu vas me faire jouir avant que je te baise ! Ouchhhh ! Tu es trop bonne, petite ! Viens vite ! »

Je prends pitié de lui, et me glisse sur son corps, embrassant et léchant au passage son nombril et son ventre. Je frotte le mien contre sa queue encore humide de ma salive et je l’enfourche enfin. Il s’enfonce sans effort dans mon vagin distendu par mon état.

« Hummm ! Rien ne vaut la chatte d’une femme enceinte. J’adore cette sensation ! Ouiii ! Enfonce-toi encore. Harggg ! »

Je monte je descends doucement le long de sa tige. Très vite, mon plaisir grimpe en flèche. J’ai envie de le partager du regard avec mon homme. Mais il semble très occupé. Couché sur Véronique, il semble avoir de la peine à la pénétrer.

« Reste avec moi, petite fille ! C’est avec moi que tu baises. Laissons-les de leurs côtés »

Il a raison et je me laisse couler dans un lac de jouissance.

« Tes seins ! Tes seins ! Ils me rendent fou ! Tu es si belle, si… ! Houchhhh ! »

Il se contracte soudain et je me sens envahie de sa liqueur chaude et grasse. Sa jouissance est forte et j’ai un énorme orgasme tout de suite après lui. Je m’écroule sur le côté épuisé.

Véronique nous rejoint.

« Alors ma chérie, il t’a bien rempli ? »

« Hihi ! À ras bord, je crois bien ! »

« Humm ! Fais voir ça ! »

Elle s’allonge sur le ventre, entre mes jambes, et plonge sa langue dans ma fente. Elle me lèche, aspire le jus, joue avec mon clitoris et me fait jouir de nouveau.

Au fond de la pièce, j’entrevois Damien, seul. Ça n’a pas l’air d’aller fort. Je devrais m’inquiéter, mais mon plaisir me submerge et je me fous un peu du monde qui m’entoure.

La soirée se termine comme elle a commencé, pleine de tendresse et de douceur.

Sur le chemin du retour, je questionne Damien.

« Qu’est ce qui s’est passé ? Tu n’as pas l’air satisfait. Ce n’était pas un bon coup ? »

« Non, ce n’est pas ça. C’est moi qui ai merdé. Je n’ai pas eu la moindre érection. Forcément, elle a été déçue et moi j’ai eu la honte de ma vie. Surtout quand elle m’a dit de l’excuser, parce qu’elle avait soif de foutre. C’est là qu’elle est venue de bouffer la chatte. Franchement pour moi, ça n’a pas été une expérience inoubliable »

Étrangement, arrivés à la maison, tout rentre dans l’ordre et il me baise rageusement sur la machine à laver.

À Suivre !

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

3 Commentaires

Cliquez ici pour poster un commentaire

  • oui c’est super excitant. ça me rappelle ma grossesse. J’avais le feu au cul. mon pauvre chouchou n’arrivait plus à me satisfaire. Toutes les bites qui passées à portée de moi il me les fallait. Mon gyneco, mon osteo, le fils de ma sœur, le mari de ma soeur, quelques collègues de travail….ils m’ont tous baisé. Faut dire que j’étais très epanoui lol. je suis passé du 95 E au 100 G. Je me faisais mater les seins à longueur de journée. Et en plus ils étaient hyper sensibles. hummmm un vrai bonheur.

Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings