Confession Intime Histoire erotique Histoires écrites par des femmes Histoires taboues et histoires de sexe Inceste

Histoire de sexe de Muriel : Mon beau-papa, roi des forêts

Exhibition en forêt avec fellation goulue en bonus
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Voilà un bon mois que Damien a fait de moi une cocue. Je ne lui parle plus et je m’absente de plus en plus souvent. Je me demande même si je ne vais pas le quitter, malgré la petite. Ce ne sera pas la première à avoir des parents séparés.

Virginie a essayé de me joindre trois fois. Je n’ai pas répondu. Je noie mon chagrin dans les bras d’hommes de tout poil. J’ai même du mal à y trouver du plaisir.

Mais ma vengeance a déjà commencé. Lorsque je rentre souillée de ces hommes, je me nettoie à grands coups de papier toilette, devant Damien, et ce, ou qu’il se trouve. Chambre, salle à manger, cuisine, même le balcon, ça n’a aucune importance. Je jette le papier souillé à ses pieds. Je veux l’humilier.

Dimanche matin.

« Tu sors encore ? Il va pleuvoir, reste »

« Si tu t’ennuies, tu n’as qu’à appeler Virginie ! »

Je tourne les talons et je claque la porte. Je suis triste de cette situation, mais j’ai du mal à lui pardonner. C’est la gorge serrée que je prends la route. Je pars au hasard, sans savoir ou aller. Le ciel menace, mais il ne pleut pas. Si j’avais su, je ne me serais pas embarrassée de mon imper. Je serais juste sortie avec cette petite robe d’été. Elle est très jolie…très courte, blanche, imprimée de quelques fleurs, elle se ferme sur le devant par des boutons-pressions.

Voilà une heure que je roule, lorsque j’arrive à un carrefour que je crois reconnaître . Je suis mon instinct et tourne à droite. Je tombe sur le parking en forêt, ou je m’étais exhibée. Je suis prise d’un grand frisson. Oserais-je me montrer seule, à plusieurs hommes.

Je descends de voiture et je prends le chemin qui s’enfonce dans le bois. Je guette le moindre mouvement de buissons et je suis très vite repérée. Deux hommes me suivent à distance. Trois autres arrivent en face à moi. Plusieurs aussi, me guettent et se masturbent en me regardant passer.

J’ai peur et je décide de faire demi-tour. Je me retrouve face à ceux qui me suivaient, ils passent près de moi, grands sourires aux lèvres.

« Bonjour ! On se promène ? »

« Heu ! Oui, enfin…non ! Je dois rentrer tout de suite ! »

« Ho ! C’est dommage! »

« Je reviendrais, promis ! Au revoir »

Je retourne à ma voiture ? De loin, je vois un homme en jogging, qui tourne autour. Très inquiète, je m’approche.

« Ha ! Il me semblait bien que c’est ta voiture »

Je me décompose, lorsque je reconnais mon beau-père.

« Ho ! Monsieur Philippe ! Quelle coïncidence de vous trouver là ! Le monde est petit »

« Exact ! Damien n’est pas avec toi ? Et la petite ? »

« Ha, heu, non ! La petite est partie quelques jours avec mes parents. Damien est crevé par ces horaires, alors je profite pour faire du repérage pour de futures balades! »

Je suis très fière de mon mensonge improvisé. Imparable.

« Et bien, ici, ce n’est pas forcément une bonne idée. Ce n’est pas très bien fréquenté, tu sais ! »

« Ha bon ? Et vous ? Que faite vous ici ? C’est bien loin de chez vous ? »

Et toc ! Je ne vais quand même pas m’en laisser compter.

« Tu me surveilles ma parole ! Ha ha ! »

« Ho non, pardon ! Ce n’est pas ce que je voulais dire ! Hihihi ! »

« Je sais bien, ma petite Muriel. Non je suis ici pour mon travail. Je regarde les arbres à couper »

« À bon ? Vous coupez dans une forêt domaniale ? »

« Heu ! Non ! Je viens juste jeter un coup d’œil, pour voir comment ils bossent »

« Un dimanche ? »

« Bah ! Ça me fait marcher un peu. J’entretiens ma forme. Tiens viens voir par ici »

Lui par contre, est nul en improvisions. Je ne crois pas son histoire une seule seconde. Il m’entraîne dans le sous-bois, vers une clairière. Au centre, trône un arbre immense, avec des branches presque au ras du sol.

« Tu vois, cet arbre est centenaire et… »

Il me fait un cours magistral dont je n’ai rien à faire. Puis, à l’approche de quelques hommes, il me reconduit à ma voiture.

« Aille ! Merde ! Ça fait mal ! »

« Qu’est ce qui t’arrive, Muriel ? »

« Je me suis blessée au mollet avec une branche ! »

« Hum ! On va passer par la scierie pour te désinfecter. Tu n’es jamais venue ? J’en profiterais pour te la faire visiter. Suis moi, nous avons pour une demi-heure de route »

Je n’ai pas le temps de répondre, que déjà il ferme la porte de sa voiture. Trente-cinq minutes plus tard, nous engageons nos voitures dans un chemin de terre. Au bout de celui-ci, nous pénétrons dans une cour, encadrée de bâtiments en préfabriqués.

« Nous voilà arrivé. Ici, tu as les bâtiments des ouvriers, et là ce sont mes bureaux. Viens, que je te soigne avant d’aller voir la scierie »

C’est comme je l’imaginais. Un bureau de chantier, avec des tas de plans et de papiers aux murs. La seule chose qui pourrait faire croire que c’est un bureau de patron, c’est ce grand fauteuil derrière le bureau.

. Toutes traitent de la coupe de bois et de la déforestation.

« Voilà ! Je l’ai ! Viens poser tes petites fesses, là ! »

Il s’est installé dans son fauteuil et tapote le bord du bureau, face à lui. Tandis qu’il imbibe un bout de coton d’alcool à 90°, je me glisse entre ses jambes et m’appuie au bureau. Il prend ma jambe et pose mon pied sur l’accoudoir de son siège. Le genou très haut, mon imper s’ouvre et ma robe glisse le long de ma cuisse. Je la stoppe avant qu’elle ne découvre tout mon cuissot. Il n’en semble pas très troublé et commence à tapoter ma griffure, tout en tenant mon mollet.

« Ça va ? Ça ne pique pas de trop ? »

« Non, ça va »

« Tu as de très jolies jambes, c’est agréable de te soigner »

Je ne relève pas sa réflexion et je le laisse souffler sur ma plaie. Il prend un pansement et le colle sur mon mollet.

« Voilà ma jolie ! Un petit bisou et c’est fini »

Il se penche et embrasse tendrement mon mollet. Mais il ne s’arrête pas là, il continue à donner de petits bisous et remonte jusqu’à mon genou. Gênée, je n’ose rien dire, ni bouger. Une main frôle mon mollet et l’autre tente de caresser l’intérieur de ma cuisse. Instinctivement, je serre mes jambes.

« Non ! Monsieur Philippe ! Je vous en prie ! Il ne faut pas ! »

Mais il ne cesse pas, il pose ses mains sur mes hanches et laisse courir sa bouche plus haut sur ma cuisse. L’excitation me gagne et mon ventre s’échauffe. Mais la bienséance m’interdit d’aller plus loin. Il persiste et passe d’une cuisse à l’autre.

« Humm ! Comme tu sens bon ! Comme ta peau est douce ! Humm ! »

« Monsieur Philippe, non ! Vous êtes mon beau-père, je suis la femme de votre fils ! Vous ne pouvez pas ! Nous ne pouvons pas ! Je vous en supplie ! Non ! Il ne faut pas faire ça ! »

Je supplie, mais mes jambes se desserrent inexorablement. Il tire un peu sur le bas de ma robe et trois boutons-pressions sautent, me dévoilant jusqu’au bas-ventre. Apercevant mon minou libre, il exulte.

« Hoo, Muriel ! Je le savais ! Je le savais ! Tu n’étais pas là-bas pour te promener ! N’est ce pas ? »

« Je… Je »

Il tire fort et toute ma robe s’ouvre. Nue devant mon beau-père, je perds mes moyens et commence à trembler comme une feuille.

« Monsieur Philippe ! Je… »

« Tais-toi ma toute belle ! Laisse-moi te déguster comme tu le mérites ! »

Il plonge son visage entre mes cuisses. Sa langue est chaude, agile, habile. Je suis vaincue. Je me jette en arrière et m’appuie sur mes bras. Je pose mes deux pieds sur les accoudoirs. Largement ouvert, mon beau-père se désaltère à ma fontaine. Ses deux mains triturent mes seins, tirent et pincent mes tétons durcit par le plaisir.

Puis doucement il remonte. Il embrasse mon ventre, joue avec mon nombril, il monte encore et aspire et lèche mes seins.

Soudain, sa bouche s’égare dans mon cou, aux lobes de mes oreilles et il me confie quelques secrets.

« Ho Muriel ! Depuis le premier jour où je t’ai vu, je t’ai désiré ! J’étais jaloux de mon fils ! J’aurais tellement aimé te féconder moi-même ! Je me suis tellement branlé en pensant à toi, en pensant à cet instant, ou je poserai mes mains sur ton corps de rêve ! Laisse-moi te prendre ! Laisse-moi te baiser, ma petite salope ! »

Je le repousse doucement et fais descendre la fermeture éclair de sa veste de jogging. Puis, je glisse mes mains sous l’élastique de son pantalon et je libère sa bête, prête à me perforer. Je passe mes bras derrière son cou et je me plaque contre son poitrail velu. Mes seins s’écrasent contre lui, me renvoyant sa douce chaleur d’homme en rut.

« Tais-toi ! Embrasse-moi ! »

C’est la première fois que je le tutoie, il a triomphé de mon insignifiante résistance. Il prend ma bouche, nos langues se mélangent, nous échangeons nos salives, emportés dans un tourbillon de plaisir. Il me serre fort dans ses bras puissants, m’écrasant contre lui.

Je l’enserre dans mes jambes.

« Prends-moi ! Prends-moi fort ! »

Son gland déjà posé sur ma fente, il n’a qu’à donner un grand coup de reins pour s’enfoncer en moi. La nature l’ayant bien équipé, il n’a aucun mal à remplir ma grotte détrempée. Nous copulons, forniquons sans aucune pudeur.

« Mon fils ne te mérite pas ! Harggg ! Tu es une trop bonne pute ! Reste avec moi ! Je te baiserais jour et nuit. Je te couvrirais d’or et d’argent ! Hummm ! »

« Hooo ! Ouiii ! Baise-moi encore ! Plus fort ! Plus fort ! Haaaa ! Parle-moi encore ! Ouiii ! »

« Ouiii ! Je te baise ! Je t’offrirais une grande maison ! Hummm ! Tu y recevras tes amants ! Hooo ! Tu te feras sauter comme une putain ! Tu veux dis ? Tu veux ? »

« Hooo Ouiii ! Je le veux ! Je le veux ! Je…Je viens ! Ouiii ! Je jouissss ! Hoooo ! »

«Ho oui ! Jouis ma belle pute ! Tiens ! Prends encore ça ! Et ça ! Harggg ! Je viens aussiii ! Hummmm ! »

Secouée par la jouissance, je me couche sur le bureau, au milieu des papiers. Je me soulève, je me cambre pour le recevoir tout entier, encore et encore. Il s’agrippe à mes seins et soudain il se raidit. Un dernier grand coup de reins et il se libère au fond de moi. C’est comme si je recevais une décharge électrique. Un nouvel orgasme m’envahit et finit de m’anéantir.

Voilà longtemps que je n’avais pas été si haut dans le plaisir. Monsieur Philippe s’effondre dans le fauteuil, haletant, en sueur.

Je me redresse doucement et reboutonne ma robe.

« Je dois partir »

« Ho non, Muriel ! Attends encore un petit peu, je ne t’ai pas montré la scierie »

« Une autre fois Monsieur Philippe »

« Ho ! Je vois. Tu ne me tutoies plus ? »

« Non, c’est mieux ainsi. Nous avions déliré. C’était exquis, mais soyons réalistes, j’aime votre fils, J’aime Damien. Et puis vous avez votre vie, votre femme, ma belle-mère »

« Ma femme. Ah, oui. Ma femme »

Je le sens triste et désemparé. Je me sens tellement coupable. Et puis je me souviens d’un truc que j’avais lu sur la jouissance masculine. Il me semble que ça disait que tout de suite après, un homme pouvait se sentir comme dépressif, triste, durant quelques minutes.

Attendrie, je m’approche de lui, remonte la fermeture de sa veste, arrange son col, caresse sa joue tendrement et lui donne un petit baiser sur ses lèvres.

« Vous êtes un excellent beau-papa. À bientôt Monsieur Philippe »

« À bientôt, ma petite Muriel »

Je me dirige vers la porte quand :

« Muriel ! Attends ! Je veux te montrer quelque chose »

Il ouvre une porte.

« Regarde ! »

Je penche ma tête dans l’autre pièce. C’est un bureau joliment décoré , très clair, très agréable.

« C’est le bureau de ma secrétaire. Tu la connais, je crois ? »

Ça ! Pour la connaître, je la connais.

« Virginie. C’est elle qui m’a présenté Damien »

« Oui, c’est ça, Virginie, et bien, elle a démissionné, je ne sais pour quelle raison obscure. Je n’ai donc plus de secrétaire. Si le poste t’intéresse, il est à toi. Tu auras ce bureau, un autre dans ma maison en ville, une voiture de fonction, téléphone, treizième mois. Le travail n’est pas très compliqué, je t’expliquerais tout ça. Prends ton temps, réfléchi »

Je rentre à la maison, le cœur en joie. Damien, joue à la console, l’air triste. C’en est assez ! Il est temps d’enterrer la hache de guerre. Je vais dans la chambre, je me déshabille et je m’allonge sur le lit.

« Damien ! Viens voir, s’il te plaît ! »

Lorsqu’il me voit ainsi, son visage s’illumine et un grand sourire se dessine sur ses lèvres.

« Chérie ? Tu… Tu me pardonnes enfin ? »

« Viens mon pioupiou ! Baise-moi ! Baise-moi fort ! »

« Ho oui, je vais te baiser ! Mais avant, je vais boire le jus de ton amant ! »

Qu’il me prenne dans les liqueurs de son père, suffira à étancher ma colère. Qu’il le boive…non, c’est trop.

« Non, Damien ! Prends-moi ! Prends-moi tout de suite! »

Il se déshabille en quatrième vitesse et se jette sur moi.

« Humm ! Tu m’as tellement manqué, mon amour, je regrette tellement ce que j’ai fait »

« Prends-moi et n’en parlons plus »

Il s’enfonce en moi, je sens sa queue progresser dans la sève de son créateur, que j’ai gardé au chaud, dans mon puits d’amour.

« Humm ! C’est bonnn ! Ta chatte est bien grasse, bien remplie ! Humm ! »

Avoir le fils juste derrière le père, je trouve ça d’une immoralité totale, mais ma vengeance est tellement bonne. Mon seul regret, c’est de ne pas pouvoir lui dire. Je ne veux pas de problèmes entre lui et son paternel.

Nous prenons un pied phénoménal. C’est bon de retrouver son amoureux. Damien est étendu près de moi, reprenant doucement le contrôle de sa respiration.

« Damien ? J’ai une grande nouvelle à t’annoncer »

« Tu es enceinte ? »

« Idiot ! Hihi ! J’ai trouvé du travail »

« C’est super ! Et dans quoi ? »

« Comme secrétaire »

« Un boulot de bureau ? C’est super chouette ! Mais ou ? »

« Heuu ! C’est plutôt avec qui. Je vais être la secrétaire de ton père. Je prends la place de Virginie »

« Quoi ? Mon père ? Mais… Comment tu… Tu l’as vu ? Tu sais qui il est ? Tu sais pourquoi Virginie est partie ? Comment te l’a-t-il dit ? Ou l’a tu… »

Mince j’étais tellement contente de lui dire, que je n’ai pas préparé de mensonge. J’improvise.

« Ben ! Je l’ai rencontré durant une ballade. Il faisait un jogging. Il m’a emmené visiter la scierie et m’a proposé le poste. Voilà ! »

« Mon père ? Faire un jogging ? Hahaha ! C’est aussi probable qu’un homme sur Mars dès demain ! Ou, l’a tu rencontré ? »

Il semble très énervé et tendu. Je n’ose pas trop mentir, des fois qu’il prenne des renseignements du côté de son père.

« Heu je l’ai croisé au bois. Tu sais celui ou… »

«Ça ne m’étonne pas. Muriel, mon père est un queutard ? Il a eu quatre secrétaires. Il les a toutes baisées, y compris Virginie ? C’est pour cette raison qu’elle est venue me voir. Elle n’en pouvait plus ? Bon ! Ensuite, nous avons déconné. Mais ce n’est pas ça le problème. Mon père voudra te sauter et… »

Il s’arrête soudain et regarde mon entrecuisse, il regarde mon vagin recracher un filet de foutre. Il se pose des questions j’en suis sûr. Je reprends le dessus.

« Bon ! Je vais prendre une douche. De toute façon, il m’a dit de réfléchir à sa proposition »

Je le laisse dans le doute. Osera-t-il me poser la question ? Je nierais, il ne le saura jamais.

Mais que bon papa soit queutard, ça, ne me laisse pas de marbre. J’avoue qu’être la putain du patron me tente assez.

À suivre !

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings