Bi - Gay - Lesbien Histoire erotique Histoires écrites par des femmes Histoires taboues et histoires de sexe

Histoire de sexe de Muriel : Parenthèse

Histoire de sexe de Muriel : Parenthèse
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Il y a quelques semaines, j’ai passé une annonce proposant de me montrer en cam. Le résultat ne s’est pas fait attendre. En moins de vingt-quatre heures, ma boîte E-mail était saturée.

Je me suis montrée à certains, mais moi je refuse de les voir. Ce qui m’excite, c’est de penser que je peux connaître l’un d’eux, sans le savoir. Ils enragent que je ne veuille pas les rencontrer. Ils aimeraient tant me sauter. Ça m’amuse.

« Regarde ce que j’ai trouvé sur un site. Des photos de couples qui vont s’exhiber dans les bois. Humm ! Ça doit être excitant, non ? »

« Ça te tente on dirait ! »

« Je ne sais pas trop, et puis il faut savoir ou aller »

« Ça, je te fais confiance. Tu trouveras »

«! »

Il me connaît bien, mon Damien. Il sait que je ne lâche pas facilement. Le soir même, grâce à mes contacts, je sais tout sur l’exhibition et j’ai même les plans pour nous rendre dans des endroits intéressants et sans danger.

Bien sûr, ces renseignements vont me coûter. Enfin ! Façon de parler. Mes contacts, m’ont fait promettre de leur dire ou et quand j’irais, si bien sûr, je me décidais à le faire.

Me décider ? Ça, ce n’est pas un problème ! Hihi !

Nous avons programmé notre virée pour ce week-end. J’ai prévenu six de mes nouveaux amis et je leur ai donné le lieu et l’heure. Bien sûr, je leur ai demandé, qu’une fois sur place, de ne pas me dire qui ils sont. Ainsi, je ne pouvais pas différencier mes contacts des simples voyeurs pervers, qui traînent dans les bois, à la recherche d’une donzelle à se faire. Hummmm ! Rien que d’y penser…

Nous sommes samedi soir et c’est l’effervescence à la maison. J’ai aligné une quantité impressionnante de fringues sur mon lit, et j’ai entamé un grand débat avec Damien, pour savoir ce que j’allais mettre.

Nous sommes d’accord pour des bas et un porte-jarretelles. C’est déjà ça. Damien, verrait bien une robe boutonnée sur le devant. Moi, ma microjupe et un caraco légèrement transparent, ventre nu.

Devinez qui a gagné ?

Pour ne pas risquer de tomber sur des voisins, j’ai enfilé un long manteau, que je m’empresse d’enlever, dès notre arrivée au parking.

Nous prenons la route pour un bois en dehors de la ville. Vingt minutes de route. Doucement le doute s’installe. Je me sens un peu glacée.

« Ben ! Si tu veux, on fait demi-tour »

« Non ! Nous sommes trop avancés. Je vais aller jusqu’au bout »

Selon les indications qui m’ont été données, nous entrons dans le bois. Une centaine de mètres plus loin, comme prévu, nous apercevons l’entrée d’un parking. Il fait encore jour. Damien, roule jusqu’au bout du parking et se gare sous un gros chêne.

Il y a d’autres voitures, une dizaine, mais je ne vois personne.

« Tu crois qu’ils sont ou ? »

Ma question idiote, reflète mon stress. Mais Damien n’est guère mieux.

« Ou veux-tu qu’ils soient, sinon dans le bois ? Bon ! Muriel ! On fait quoi, maintenant ? »

« Ben ! On pourrait repérer les environs avant la nuit ! »

Nous descendons de voiture et je prends le bras de Damien. Une allée s’enfonce dans le bois ? Je regrette presque ma microjupe. Je me sens trop provocatrice. Il faut dire qu’elle est plus courte que le haut de mes bas. Alors pour le coup je dois faire un peu pute.

Très vite nous croisons un homme. Trente ans, pas très beau, lunette ronde, célibataire, une intuition. Il porte un imperméable beige, froissé. Il marche lentement, et je sens qu’il voudrait me regarder, mais n’ose pas. Alors il lance de petits coups d’œil furtifs.

Au moment de nous croiser, il profite de nous dire un « Bonjour » souriant, pour me dévisager de la tête aux pieds.

Humm ! Rien que ce regard vicelard sur moi, me fait de l’effet.

« Tu as vu comment il m’a maté ! Hihi ! »

« Oui, j’ai vu ! Tiens ! Ramasse le marron, là, sans plier les genoux »

« Ben pourquoi ? »

« Pfff ! Tu es conne ou quoi ? Ramasse ! »

Je réagis d’un coup. Je me penche et ramasse le marron. Entre mes jambes, j’aperçois le type qui se régale de voir mon cul nu.

Nous éclatons de rire et reprenons notre promenade ? Nous croisons deux autres hommes et nous apercevons quelqu’un dans le bois entre deux arbres.

La nuit commence à tomber, nous retournons à la voiture.

Damien est surexcité. Une fois installé, il me saute dessus et m’enlace pour m’embrasser et me caresser.

« Non ! Non, Damien ! Arrête ! »

« Ben quoi ? »

« Laisse-moi faire! »

Vexé, mon petit cocu se replace derrière son volant. Moi, je m’enfonce un peu dans mon siège et baisse légèrement le dossier.

« Pfff ! Ils ne vont pas te voir ! Ils ne viendront pas jusqu’ici, si tu ne te montres pas ! »

« Ne t’inquiète pas ! Il y a déjà longtemps qu’ils m’ont vu ! »

La suite prouve que j’ai raison ? Des types sortent du bois, pour le moment, ils restent à distance, décrivant de grands cercles autour de la voiture. Je me sens comme une faible proie entourée de loups. Ça m’excite. Je roule ma jupe au-dessus de mes cuisses et je me caresse doucement.

Les cercles sont de plus en plus petits. Certains, commencent à se mettre sur la pointe des pieds pour apercevoir ce qui se passe dans la voiture. Puis, n’ayant plus de doute sur nos intentions, ils approchent.

Deux, trois, quatre hommes se pressent maintenant au carreau pour me regarder me masturber. Ils m’exhibent leurs sexes dressés et se branlent doucement.

Je m’installe plus à mon aise, pour faire profiter du spectacle que je leur offrais. Je lève mes jambes. Je cale un de mes talons dans le volant et l’autre dans le coin du tableau de bord. Jambes bien écartées, vagin bien visible, je me masturbe d’une main. De l’autre, je caresse mes seins. Je sens mes pointes dures à m’en faire mal.

Je glisse ma main sous mon caraco et le soulève jusqu’à mon cou, pour présenter ma poitrine à ses messieurs de plus en plus nombreux. Certains matent par la vitre arrière, d’autres sont penchés sur le pare-brise, et deux du côté conducteur.

Ça me rend folle de voir tous ses hommes excités grâce à moi. Je plonge deux puis trois doigts dans la chatte bouillonnante, et je frotte mon clito prêt à exploser, de toutes mes forces. Je jouis en même temps qu’un type qui éjacule sur le bas de la vitre.

« Putain ! Ma bagnole ! Il pourrait éjaculer ailleurs ! Merde ! »

« Damien ! Je ne veux plus t’entendre ! Compris ! »

Je suis très fière de l’autorité que j’ai sur Damien, depuis qu’il est devenu mon cocu. Je n’en abuse pas, mais je me régale de le voir obéir.

Énervée qu’il m’ait ainsi interrompue au milieu de ma jouissance, j’appuie sur le bouton pour faire baisser la vitre.

Pour un peu, je pourrais me croire dans un film d’horreur, lorsque des zombies essayent d’attraper quelqu’un. Il y a tellement de bras qui essayent de me toucher. Mais il y a peu d’élus. Trois ou quatre, pas plus. Ils parviennent à me caresser les cheveux et le visage, d’autres mes seins, mon ventre. Un seul a réussi à s’octroyer ma chatte.

Je me laisse aller et m’offre comme une poupée. C’est délicieux de faire plaisir à des inconnus.

La nuit est maintenant tombée.

Les types, équipés, sortent des torches, des piles électriques. De vrais professionnels du voyeurisme.

Soudain un jet de liquide chaud atteint mon ventre. Un homme ne pouvant plus se retenir, a joui sur moi. Il s’écarte et un autre prend sa place. Cette liqueur chaude qui coule jusqu’à mon nombril, fait disparaître le peu de décence et de dignité qu’il restait au fond de moi.

J’ouvre la portière, descends de voiture et me laisse tomber à genoux.

« Venez ! Bande de salops ! »

En un instant, je suis entourée de queues raides et humides. Plusieurs se pressent à ma bouche et je suce une au hasard ? Puis quand elle eut déversé son flot de foutre, une autre prend sa place, et une autre, et encore une autre. J’aime leurs foutres. Ça me rend dingue. Il s’en échappe de ma bouche qui coule sur mon menton, mes seins.

Mes mains branlent au hasard, faisant naître de multiples jets de jus chaud, qui viennent s’écraser sur mon corps. Quand soudain, une voix s’élève.

« Relève-toi, salope ! On veut te baiser ! »

À ses mots, Damien sort de la voiture et prend une couverture qu’il pose sur le capot moteur.

Je ne suis pas mécontente de me relever. Mes genoux sur les cailloux commençaient à me faire souffrir. Mes bas sont déchirés, ceci rajouté à mon corps recouvert de traces de spermes, je dois renvoyer une image bien pathétique. Pathétique, mais visiblement excitante.

À peine allongée sur le capot encore tiède, un homme lève mes jambes, pose mes chevilles sur ses épaules et me pénètre d’un coup. Il n’a aucune difficulté à le faire, tant je mouille.

Un homme plus équipé que les autres, arrive avec une lampe à gaz de camping. Elle éclaire suffisamment pour me permettre de voir tout ce petit monde. Combien sont-ils ? Je serais incapable de le dire, mais plus de dix ça c’est certain.

Je me fais prendre à la chaîne par plusieurs d’entre eux. Je multiplie les orgasmes. J’aime cette situation. Je me sens poupée de chiffon entre leurs mains.

Lorsque j’étais à genoux, j’en ai entendu un, dire :

« Putain ! Elle a à peine seize ans, cette pute ! »

Mon visage d’angelot a encore fait son effet. Qu’ils pensent que je ne suis pas majeure, ne les a pas freinés pour autant. Au contraire. Je pense que ça a eu pour effet de décupler leurs libidos.

Le temps passe, peut-être deux heures. Je pense qu’ils ont tous joui au moins une fois, sauf celui qui se présente face à moi.

C’est l’homme à l’imper, le premier que nous avons croisé. Il ouvre son imperméable, dessous il est torse nu. Mais le plus effarant, c’est son pantalon, savamment découpé. À la place de la braguette, il n’y a plus rien. Plus rien que sa verge dressée.

Le petit homme, que je croyais timide, s’approche et prend mes jambes. La lueur de la lampe à gaz fait briller ses yeux d’une étrange manière. Il caresse ma chatte d’un doigt. Il semble vouloir extirper du foutre. Je comprends très vite , il graisse ma pastille brune.

« Je vais t’enculer bien à fond, ma petite bâtarde ! »

Il plonge en moi en poussant très fort. Je pousse un cri de douleur, mais il n’en tient pas compte et commence à me pilonner. D’autres hommes, me caressent et m’encouragent »

«  Détends-toi ! Respire ! Cambre tes reins ! »

Un type, profitant de mon vagin libre, s’applique à me masturber. Le plaisir remonte au fur et à mesure que la douleur disparaît. Je me caresse et me pince moi-même le clito. J’exulte.

« Hoo Ouiii ! Encule-moi bien à fond ! Salop ! Défonce-moi ! Ouiii ! Plus fort ! Plus fort ! Plus… Hummmm ! Je viens ! Je viens ! Hooo ! Je viii… OUIIII ! »

Il jouit avec moi, déversant son flot de miel au plus profond de mes entrailles, puis il se retire. Épuisée, semi-inconsciente, je glisse doucement du capot et me retrouve assise par terre.

Damien s’approche et caresse mes cheveux, très largement souillés, avec tendresse.

« Muriel ? Ça va, mon ange ? Allez, viens, relève-toi. Nous rentrons à la maison »

Mes jambes ne me portent plus. Deux hommes m’aident à me faire monter dans la voiture. Je m’endors pendant tout le voyage du retour.

Arrivé sur le parking devant notre immeuble, j’enfile mon manteau et nous prenons l’ascenseur pour regagner notre appartement. Damien est obligé de me soutenir, n’ayant pas encore retrouvé toutes mes forces.

Je m’écroule sur le lit. Damien attentionné, veut me déshabiller.

« Ho non ! Laisse, mon cocu d’amour ! Je veux rester encore souillée ! Je veux encore me sentir gluante de leurs plaisirs. Sentir les odeurs de leurs jouissances. Mais je t’autorise à nettoyer ma chatte et mon cul »

Après avoir vu tous ses hommes se vider en moi, je pensais qu’il se dégonflerait. Hé bien , pas du tout. Il aspire consciencieusement tout ce qui veut s’écouler de ma grotte et de mon cul. Il se délecte de toutes les secrétions, comme un enfant avec une boisson sucrée.

C’est plus fort que moi. Mon ventre me chauffe à nouveau.

« Viens me baiser ! Vite, viens mon cocu ! »

À suivre !

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

2 Commentaires

Cliquez ici pour poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings