Bi - Gay - Lesbien Confession Intime Fétiche - BDSM Histoire erotique Histoires écrites par des femmes Histoires taboues et histoires de sexe

Histoire de sexe de Muriel : Quelques heures… Ailleurs

Le couple amateur chaud se lâche avec des photos hardcore
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Voilà un mois que nous sommes rentrés de Lausanne. L’accident, le pied de Damien, tout ceci n’est plus qu’un mauvais souvenir.
Je reste en relation avec ma nouvelle amie, Marie. Nous nous téléphonons très souvent et il n’est pas rare que l’on se retrouve sur l’ordi, en cam, pour de petites séances de masturbation.
Bien sûr, c’est mieux que rien, mais la tenir dans mes bras me manque terriblement.

« Bonjour Monsieur Philippe ! Vous ne venez pas au bureau ? »

Je m’inquiétais un peu de ne pas le voir, et je ne suis pas très contente qu’il ait attendu onze heures pour me téléphoner.

« J’ai tout un tas de chèques à vous faire signer. Vous serez là cet après-midi ? »

« Non, et toi non plus. Rejoins-moi à mon domicile à quatorze heures ! »

Je trouve qu’il a le ton grave. Ça m’inquiète un peu.

« Tout va bien ? Vous êtes sûrs ? »

« Quatorze heures Muriel ! Et sois à l’heure. »

Il a raccroché sans me donner plus d’explications. Je vais vivre les trois plus longues heures de ma vie.

Je suis à l’heure et je sonne à la lourde porte de la maison. Monsieur Philippe m’ouvre et à son regard, je vois tout de suite que quelque chose ne va pas. Il referme la porte et ne m’embrasse même pas.
Mon inquiétude est grande.

« Qu’est ce qui se passe ? »

« Va dans mon bureau. »

Je pénètre dans le bureau et quelle n’est pas ma surprise d’y voir Brigitte.

« Bonjour ! Ça va ? Qu’est ce qui se passe ? »

Je m’avance vers elle pour lui faire la bise, mais elle détourne la tête.

« Assois-toi ! »

Très inquiète, je m’installe dans le fauteuil face au bureau. Mes beaux-parents se placent face à moi, appuyant leurs fesses contre le bureau et restent là, bras croisés.

« Bon sang ! Dites-moi ce qui se passe ! On dirait un conseil de famille ! »

Monsieur Philippe, me donne la réponse sans plus attendre.

« Tu ne crois pas si bien dire, Muriel. J’ai eu une longue discussion, ou plutôt devrais-je dire, une longue explication avec Brigitte, suite à votre voyage en Suisse. »

Mince ! Qu’est-ce qu’elle a bien pu raconter ? Je me sens glacée et je suis sûr que je rougis.

« Je sais tout Muriel. Elle m’a tout raconté. »

« Ho ! Je suis désolée ! C’est vrai, on a un peu dérapé, mais… »

« Silence Muriel ! Il ne s’agit pas de tes petits jeux sexuels ! Il s’agit de la relation que tu entretiens avec nous. En cachant à l’un que tu couchais avec l’autre, tu nous as menti, tu nous as trahis. »

Merde ! Je ne sais pas ou ils veulent en venir, mais ils ont l’air d’être très remontés contre moi. En même temps… J’arrive à le comprendre. Il me semble que ma vie explose en mille morceaux.

« Bon, c’est vrai, je n’aurais jamais dû vous embarquer dans des aventures avec moi. Ce n’était pas malin de ma part et je ne voulais surtout pas vous faire du mal. Mais vous m’aimez bien, non ? Il y a sûrement moyen d’oublier tout cela, de recommencer à zéro, non ? »

« Muriel, tu es une reine déchue et aujourd’hui tu n’as plus la main. Aussi, avec Brigitte, nous avons décidé de te punir ! »

« Me punir ? Qu’est-ce que c’est que ces conneries ? Vous allez me priver de dessert ? »

« Ton arrogance ne te servira à rien ! Maintenant, tais-toi et suis-nous ! »

Il m’agrippe par le bras et m’extirpe du fauteuil sans ménagement.
Je n’en mène pas large et préfère faire profil bas. Je les suis et nous montons en voiture.
Je demanderais bien ou nous allons, mais je préfère obéir à l’ordre de mon beau-père.
Après plus d’une heure de route, nous nous arrêtons devant une maison isolée.
C’est un type d’une quarantaine d’années qui vient nous ouvrir. Pas mal le mec, même si son regard me fait froid dans le dos.
Il serre la main de mes beaux-parents mais m’ignore complètement.

« Brigitte. Philippe. Enchanté de vous recevoir. »

Il nous invite à entrer et nous conduit dans son salon.

« Je vous en prie, installez-vous. »

Nous prenons place dans un canapé plutôt confortable.

« Qu’est-ce que tu fais ? Toi, tu te mets debout dans le coin, les mains dans le dos ! »

Sa voix est aussi glacée que son regard. J’en frémis.
Je ne comprends pas très bien son comportement, mais devant le manque de réaction de mes beaux-parents, je préfère m’exécuter.
Je me place dans le coin qu’il m’a indiqué et je ne bouge plus.

« Je vous sers quelque chose à boire ? »

« Oui, volontiers ! »

Je ne comprends pas très bien. Je n’existe plus. On ne me regarde même pas.
Ils discutent de tas de choses, mais soudain, je sens que c’est de moi qu’on parle.

« Vous pensez que ce sera long ou difficile ? »

« Ben ! D’après ce que vous m’en avez dit, je pense pouvoir la briser relativement facilement. Mais parfois ses garces donnent du fil à retordre. »

La briser ? Me briser ? Je crois que je commence à comprendre et ça me fait froid dans le dos.

« Reste pas comme ça, toi ! Remonte ta jupe et ouvre ton chemisier ! »

Je crois que j’ai tout intérêt à faire ce que l’on me dit.
Je porte une jupe droite moulante. Je la remonte le long de mes cuisses, à la limite de mon sexe, puis je déboutonne entièrement mon chemisier.

« Tu te présenteras à moi dans cette tenue et dans toutes les circonstances. Tu rajouteras à ta tenue, des bas et des porte-jarretelles. »

« Je ne vois pas pourquoi, je ferais ça ! »

Il se met à hurler.

« Ici, c’est moi qui parle ! Fou toi à genoux, mains sur la tête, putain ! »

Merde ! Ce con me terrorise. Je fais ce qu’il me dit et il reprend sa conversation comme si de rien n’était.
« Ça, vous voyez, ce n’est rien. Elles se rebellent toutes toujours un peu. C’est normal, ils leur faillent un peu de temps pour comprendre. »
Comprendre quoi ? Il me prend pour une idiote ou quoi ? J’ai bien compris que je vivais là ma première séance de dressage.
C’est donc ça ma punition. Ils me veulent soumise.
Je ne sais pas ou ils ont vu que ça me punissait. Au contraire, l’expérience m’intéresse fortement. Je dirais même que ça m’excite.

« Occupe-toi de mes invités. Mets-les à l’aise ! Ils seront mieux entièrement nus ! »
Je m’avance à genoux, vers mon beau-père et déboutonne sa chemise, après lui avoir retiré sa cravate.
Je suis très étonné qu’il accepte ça. Surtout devant Brigitte et un étranger.
Pourtant.
Même elle, semble attendre son tour avec impatience.
Je défais sa ceinture et descends la fermeture éclair de sa braguette. Il est excité. Son sexe tend son slip.
J’ai un moment d’hésitation, de flottement. Et si ce n’était qu’une mauvaise blague, destinée à m’humilier, me ridiculiser ?

« Bon ! Alors ! Ce pantalon, tu lui retires aujourd’hui ou demain ? Grouille ! »
Je déteste l’entendre hurler. Il me fait peur.
Monsieur Philippe se soulève un peu pour me permettre de descendre son pantalon et son sous-vêtement.
Je retire ses chaussures et ses chaussettes et pose ses vêtements sur l’accoudoir du canapé.
Entièrement nu devant moi, son sexe dressé semble n’attendre que ma bouche. Mais ?

« Tu as l’intention de laisser ses affaires comme ça ? Non pliées ? Tu as une chaise là ! Lève-toi et range-moi ça comme il faut ! »

Je me remets sur mes jambes. Mes genoux ont épousé les dessins de la moquette bouclée.
Je pose délicatement, la chemise sur le dossier de la chaise et je me penche pour plier correctement le pantalon.
Je sais que mon cul et ma chatte sont visibles. C’était d’ailleurs, sûrement le but.
Pour ne pas l’entendre crier et pour lui éviter de me l’ordonner, j’écarte un peu les jambes.

« Vous voyez ! Elle semble comprendre très vite. C’est bien, ça ! »

Dans le reflet d’une vitre de son living, je l’aperçois derrière moi, une cravache à la main.
Il s’en sert pour relever un peu plus ma jupe.
Lorsque le petit triangle de cuir, vient tapoter mon coquillage, je suis déchirée entre la crainte et le plaisir.

« Ferme et bien fermé. Humm ! C’est du premier choix ! C’est bien, salope ! Va sucer un peu ton beau-père et occupe-toi ensuite de Brigitte ! »

Je m’active à faire redresser le dard un peu ramolli de ce cher monsieur Philippe.
J’adore le sucer. J’aime sa queue, ses veines saillantes, son gland allongé, lécher son frein. Mais par-dessus tout, j’aime gober ses couilles lorsqu’elles sont molles, et les sentir durcir entre mes lèvres.
Ça n’a pas l’air du goût de monsieur.

« Occupe-toi de Brigitte, espèce de chienne ! »

Je me place entre ses genoux. Même si ses seins sont libres sous sa petite veste, il n’en reste pas moins qu’elle a voulu s’habiller, bon chic, bon genre, dans ce petit tailleur bleu, qui ne lui va pas du tout.
C’est donc avec un plaisir non dissimulé, que je lui retire.
Elle semble à l’aise, pourtant, ses joues sont un peu plus que rosées.
Je descends la fermeture sur le côté de sa jupe et elle se soulève à son tour pour faciliter son retrait.
Elle fera de même pour me permettre de retirer son string.
Nue, en bas et porte-jarretelles, elle est sublime et me donne envie. Mais, comme je suis une élève disciplinée, je me lève pour ranger comme il faut, le tailleur sur une autre chaise.
Je suis très fière de moi, pourtant le cuir claque ma fesse droite. Je pousse un petit cri, plus de surprise que de douleur.
Je me retourne.

« Hé ! Ça ne va pas non ? »

Bien mal m’en prend, car un autre coup, plus fort celui-ci, s’abat sur ma cuisse gauche.
Plus vexés qu’autre chose, les larmes me montent aux yeux.

« Mais ! Qu’est-ce que j’ai fait ? »

« Tu ne te lèves pas sans ma permission ! C’est compris ? »

« Bon ! Ben il suffisait de le dire ! C’est tout ! »

Évidemment, je reprends un coup de cravache.

« Aille ! Ça fait mal, merde ! »

« Tais-toi, morue ! Tu n’as qu’une chose à répondre c’est « oui, Monsieur. » ! C’est compris ? C’est bien rentré dans ta caboche de poufiasse ? »

« Heu oui… Mais monsieur qui, monsieur quoi ? »

Je sais que je l’agace et ça m’amuse beaucoup. Mais lorsqu’il lève une fois de plus sa cravache…

« J’ai compris monsieur ! J’ai compris monsieur ! Oui, Monsieur ! »

« Ça va pour cette fois. Va satisfaire Brigitte ! »

Lorsque je me remets à genoux entre ses jambes, je croise son regard. Elle semble ravie de me voir être traitée ainsi.
En tout cas, ça l’excite à mort. La salope est trempée et elle jouit en moins de trois minutes.

« Allez ! Lève-toi, fout toi à poil et retourne dans ton coin. »

Ils m’oublient une fois de plus.
Voir mes beaux-parents nus, devant un homme habillé, il y a des choses comme ça dans la vie, qui sont parfois surréalistes.
Ils reprennent un verre tranquillement. Parfois, je surprends le type me dévisager de la tête aux pieds. Mais à aucun moment, je n’arrive à savoir si je lui plais ou non. Il est sans expression, sinon les quelques sourires rares qu’ils donnent à ses invités.
Lorsqu’il reprend sa cravache, un long frisson me parcourt l’échine.
Il se place au centre du salon, devant un coffre en bois.

« Viens à quatre pattes, jusqu’ici ! »

En élève studieuse et qui retient bien ses leçons, je lui réponds.

« Oui, Monsieur. »

Je parcours les trois mètres qui me séparent de la caisse, puis, m’assois sur mes chevilles, mains dans le dos.

« Humm ! Voyez comme elle comprend vite ! C’est un vrai bonheur. »

Je suis super fière de moi.

« Mais pour avoir osé t’asseoir sur tes mollets, tu seras punie ! Tu restes à genoux, jambes à l’équerre et légèrement entrouvertes ! »

« Oui, Monsieur. »

Merde ! Moi qui croyais bien faire ! Je lève mes fesses et éloigne mes genoux, l’un de l’autre.

« Enlève-moi mon pantalon ! »

Enfin ! Il se décide à se mettre dans la même tenue que tout le monde ! Pendant que je m’occupe de sa ceinture et de sa braguette, il ôte son maillot.
Son corps ressemble à une bande dessinée. De nombreuses scènes de tortures sont tatouées un peu partout sur lui.
Ça me donne des frissons.

« Ouvre le coffre et vide-le ! »

Il contient tout un tas de trucs, comme des godes de longueurs, formes et couleurs différentes. Des chaînes, des cadenas, de la cordelette, des menottes. Il y a aussi des espèces de poignets de force en cuir, des colliers et des laisses.
Bref ! Tout un attirail qui n’aspire pas à la détente.

« Brigitte ! Je vous en prie ! Choisissez son collier. »

En cuir, clouté avec un anneau devant, il est plus adapté pour un chien, qu’à un humain. Pourtant, on me le passe autour du cou. Et comme si cela ne suffisait pas, elle y accroche une laisse en métal argenté.
Elle est ravie.

« Humm ! Un rien habille cette catin ! »

Puis il demande à Monsieur Philippe de me conduire jusqu’à une chaise, de l’autre côté de la pièce.
Il prend la laisse et je traverse le salon, à quatre pattes.
Monsieur, agrémente mon déplacement en m’assenant de petits coups de cravache sur les fesses. Je les sens rougies et elles me chauffent un peu. Mais étrangement, je me sens plutôt excitée.
L’homme me retire la laisse et il m’installe sur la chaise.

« Houu ! Elle est froide ! Vous n’auriez pas un coussin ? »

« Comment oses-tu parler sans autorisation ! Tu vas me le payer cher ! »

Oups ! J’aurais peut-être dû fermer ma gueule sur ce coup-là.
La chaise est disposée face à une chambre. Il y a un grand lit, recouvert d’un dessus-de-lit rouge vif. Sur celui-ci, je vois posées deux barres en acier.
Sur l’une d’elles sont fixés un collier en son centre et des menottes à ses extrémités.
Sur l’autre, juste des menottes.

« Philippe ! Allez installer Brigitte, s’il vous plaît. Je vais m’occuper de cette petite effrontée ! »

Il passe mes bras derrière le dossier et me menotte. Par terre, il y a des cordelettes de différentes longueurs. Il en utilise pour ligoter mes chevilles et mes mollets aux pieds de la chaise.

« Essaye dont de serrer les jambes maintenant ! Putain ! »

J’entends mon beau-père pouffer de rire.
Je jette un coup d’œil à la chambre. Brigitte est allongée sur le dos et attachée aux deux barres métalliques. Tout comme moi, elle est privée de tout mouvement.

« Philippe ! Bouffez lui la chatte pendant que je finis avec elle. »

Je le vois s’installer à genoux devant la grotte de son épouse et se pencher pour la lécher.
D’où je suis, le spectacle du trou du cul et de l’appareillage pendouillant de Monsieur Philippe, à sur moi un effet des plus comique. Je ne peux m’empêcher de ricaner.
Ce n’est pas du goût de mon tortionnaire.

« Je vais te passer l’envie de rigoler, moi ! »

Et il y arrive très vite.
C’est la valse des cordelettes. Elles m’entourent, serpentent autour de moi, tournent autour de mes seins, reviennent autour de mon cou. Elles me compriment contre le dossier.
Mais le plus dur reste à venir.
Mes mains, menottées jusque-là au bas de mon dos, ne me posaient pas de problème. Mais voilà qu’il passe mes coudes par-dessus le dossier. La position est très inconfortable et douloureuse.

« Aille ! Ça fait mal ! »

« La prochaine fois, tu apprendras à te taire ! »

Et comme si cela ne suffisait pas, il noue une cordelette qui rapproche mes deux coudes. J’ai l’impression que mes épaules vont s’arracher.

« Tu verras, avec un peu d’entraînement, dans quelque temps, ils se toucheront. Haha ! En attendant, respire à fond, merdeuse ! »

Ainsi attaché, mon buste se pousse vers l’avant. Ce qui amplifie la tension des cordes.
Je vois mes seins prendre une couleur rosée, gonflée et passer du rose à un léger violet.

« Je mets une bille dans ta main. Si tu as vraiment trop mal, ou si quelque chose ne va pas, lâche-la. Tu as compris ? »

« Je suis assez grande pour le dire ! Je n’ai pas besoin de votre bille ! Et de toute façon, j’ai déjà mal! »

« OK ! Je te détache alors ? »

Un sentiment étrange me traverse. S’il venait à me détacher se serrait comme un échec pour moi. Ce serait avouer que je ne suis pas aussi forte que je veux le faire croire. Et finalement, les liens ne me font pas souffrir tant que ça.
Il sourit devant mon silence.

« Serre bien ta main sur la bille. Avec ça, tu n’auras plus la possibilité d’être impertinente ! »
Il m’enfonce un bâillon boule dans la bouche et le fixe derrière ma tête.
J’essaie de protester, mais ne sors de ma bouche que des sons incompréhensibles.
Il me regarde, contemple son œuvre et va dans la chambre.

« C’est bon ! Vous vous êtes suffisamment régalés ! Installez-vous près de la fille. C’est à mon tour de m’occuper de cette traînée. »
Monsieur Philippe se relève et vient s’asseoir par terre, près de moi.
Le maître de maison s’affale de tout son long sur Brigitte et la pénètre sans ménagement.

« Regarde Muriel ! Regarde comme il la baise bien ! Hummm ! Tu aimerais sûrement être à sa place, hein ? Je suis sûr que tu mouilles. Petite salope ! »

Joignant le geste à la parole, il plonge sa main entre mes cuisses.
Mais je sais déjà que je mouille comme une chienne que je suis.

« Ho, merde ! J’en étais sûr ! Tu es trempée ! »

« Ne la touchez pas ! »

Le type a tourné la tête et semble furieux après mon beau-père.

« Ne la touchez pas ! Ne lui parlez pas ! »

Il retire précipitamment sa main, tout en s’excusant.
Si je pouvais parler, je ne me gênerais pas pour lui dire ce que je pense. Il nous veut toutes les deux, juste pour lui. Ce type est un escroc.
Mes seins et mes bras me font de plus en plus mal. Je lâche la bille. Elle rebondit sur le plancher et roule jusque dans la chambre.

« Une seconde, salope ! Je viens ! Je finis madame et je…Je viens ! Hummm ! Ouiii ! Je viens ! Je viiiiiii… ! Haaaaa ! »

Brigitte prend son pied en même temps que lui. Il finit de se vider et s’effondre sur elle, oubliant mon signal.
Je vocifère derrière ma boule. De longs filets de bave coulent sur mes seins depuis cinq bonnes minutes. Je suis dégoulinante de salive.
Il se relève enfin et vient vers nous.

« Nettoyez-la ! Toute cette bave m’écœure ! »

Tandis qu’il commence à me détacher, Monsieur Philippe lèche mes seins et mon ventre afin de faire disparaître toutes traces.
Mes coudes sont redescendus dans mon dos et mon bourreau masse mes seins pour refaire circuler le sang correctement.
Je suis soulagée.
Mon beau-père libère mes jambes et mes chevilles et les masse eux aussi, avec beaucoup de tendresse.

« Ça suffit comme ça ! Lève ton cul et va nettoyer ta belle-mère ! Vite ! »

Je me lève de ma chaise péniblement et marche doucement vers le lit.
Mes jambes encore tétanisées me supportent à peine.
Les mains toujours menottées dans le dos, je peine à me hisser sur le lit. Puis, une fois en position correcte, je laisse mon visage tomber entre les cuisses de Brigitte.
L’endroit est chaud, humide, gluant et odorant. Odeur reconnaissable parmi mille. L’odeur du foutre chaud, mélangé à celle de la cyprine.
Mélange explosif, qui réveille tous mes sens.
Je me régale de ce nectar, lorsque j’entends l’homme dire à Monsieur Philippe de venir me baiser.
Derrière moi, le matelas s’enfonce. Deux mains se posent sur mes hanches et le dard de mon beau-père me pénètre doucement, jusqu’à la garde.
Secouée par les coups de butoir, ma bouche, ma langue, nettoie Brigitte de façon hasardeuse. Mais cela semble lui convenir, car elle jouit avec force.
Je ne suis pas longue à prendre le même chemin, lorsque mon beau-père se libère dans mon ventre en longues saccades chaudes.
Voir mes fesses rougies par la cravache, doit l’exciter, car il me gratifie de deux claques magistrales sur mes parties charnues.
Content de lui, il descend du lit et laisse sa place à « monsieur ».
Celui-ci, prend place derrière moi, mais contrairement à Monsieur Philippe, il ne pose pas ses mains sur mes hanches, mais agrippe les menottes et me tire en arrière.
Tout le poids de mon corps repose sur les menottes. Mes poignets sont attaqués par le métal.

« Monsieur ! Monsieur ! J’ai mal ! Mes poignets ! J’ai mal ! »

« On en reparlera quand j’aurais fini de te casser le cul ! Pouffiasse ! »

Je serre les dents et ferme les yeux très forts. Je bloque ma respiration et pousse un peu, espérant ne pas trop souffrir.
Son gland se place à l’entrée de ma grotte et lorsqu’il me pénètre, il me semble être… Ouverte en deux.
Je hurle de douleur.
Entre deux sanglots, dans le flou de mes yeux mouillés, j’aperçois mon beau-père qui s’apprête à me frapper avec la cravache.
Son bras est haut. Il va le faire de toutes ses forces.
Lorsque son bras s’abat sur mon dos…

« Chérie ! Houhou ! Tu veux déjeuner ? Il est déjà neuf heures ! »

J’ouvre doucement les yeux.
Je suis dans le cadre douillet de ma chambre à coucher.
Damien est penché sur moi, souriant. Il caresse doucement mes cheveux.

« Ça va ? Tu es en nage. Tu as de la fièvre ? »

Je m’accroche encore aux draps, les mains crispées.

« Je viens de faire un cauchemar étrange. »

« Mon pauvre amour ! Raconte-moi. »

« Heuuu…Non, ça ira. Je veux bien des tartines beurrées. Tiens, en passant, jette cette chose à la poubelle. Tu veux bien ? »

Je lui tends le livre de bondage.

« Je crois que je vais changer de lecture. »

Je me prépare très vite et je fonce au bureau.
Ce n’est pas le travail qui manque. Notre petit séjour à Lausanne se fait ressentir.
Halala ! Que ferait mon petit patron chéri, si je n’étais pas là ?
Onze heures déjà. Le téléphone sonne.
« Bonjour Monsieur Philippe ! Vous ne venez pas au bureau ? J’ai tout un tas de chèques à vous faire signer. Vous serez là cet après-midi ? »

À suivre !

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings