Fétiche - BDSM Histoires taboues et histoires de sexe

Histoire de sexe de Muriel : Sexes, mensonges et trahisons

Histoire de sexe de Muriel : Sexes, mensonges et trahisons
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Muriel 2

Sexes, mensonges et trahisons

La semaine suivante, Damien est de nuit. La plus longue, la plus dure pour moi comme pour lui. Il part tard, il rentre tôt, et entre les deux j’essaie de dormir dans ce grand lit froid.

Parfois pour trouver le sommeil, je me masturbe en pensant à lui. Mais cette semaine, c’est à Paul Henri que je pense et à cette étrange soirée. Je n’en ressens même pas de honte, mais je préférerais tellement avoir mon pioupiou près de moi.

Puis vient la semaine de matin. J’adore ces horaires-là. Ça me permet de l’avoir pour moi, l’après-midi et la nuit.

Nous reparlons souvent de cette singulière et inattendue rencontre avec Paul Henri et de l’aventure qui s’est ensuivi. Nous en rigolons beaucoup, n’osant avouer à l’autre que le fait de se le remémorer fait monter la libido en flèche. Les gros câlins qui suivent, le prouvent bien.

Puis la roue tourne et nous voilà déjà à la semaine d’après midi. Nous sommes lundi, Damien prépare son sac avec son casse-croûte, puis vers treize heures trente, il me laisse à mon triste sort.

Je m’installe devant la télé et me prépare à regarder un navet de plus, quand on sonne à la porte. Je suis persuadé que c’est Damien qui a encore oublié quelque chose.

« Tête en l’air ! Qu’est-ce que tu as encore… Oh ! C’est vous »

C’est Paul Henri. Il est accompagné d’un autre homme qui ne doit pas être loin de la retraite. Ils sont superbes dans leurs costumes, cravates. C’est la grande classe j’avoue.

À leurs pieds, deux cartons de ce que je pense, à juste titre, être du vin. Surprise par cette visite inattendue, je laisse la porte juste entre-baillée.

« Damien vient juste de partir »

« Oui, je sais, je guettais son départ pour monter. Je ne voulais pas qu’il pense que… Enfin, bref ! Je viens vous livrer le vin. Il y a six cartons »

« Vous pourriez revenir quand il sera là? »

Son collègue pousse un « Pffff ! » retentissant.

« Vous êtes bien gentils ma petite demoiselle, mais on vous a déjà monté deux cartons. En plus demain nous changeons de secteur »

Je suis troublée de revoir cet amant d’un soir, mon cœur va exploser tant qu’il bas fort et mes jambes tremblotent. Quelle idiote je fais.

« Bon ! Ben… Entrez ! Vous n’avez qu’à les déposer à la cuisine, dans le coin au fond »

Ils les posent et redescendent en chercher d’autres. Je ne sais pas si je suis contente ou pas de le revoir. Je ne sais pas non plus si je veux qu’il reste un peu ou qu’il parte. Puis, j’essaie de me raisonner. Qu’est-ce que je risque ? Il n’est pas tout seul.

Ils reviennent avec le deuxième lot de cartons et s’apprêtent à redescendre une fois de plus.

« Un café ? Vous voudrez un café ? »

Qu’est-ce qui m’a pris de leur proposer. C’est lui qui répond.

« Avec plaisir ma petite Muriel. Tu es adorable »

Il me tutoie devant son collègue ? Il a dû lui dire que je n’étais pas qu’une cliente. Qu’est-ce qu’il a bien pu lui raconter ? Que je suis une amie ? De la famille ? Une nièce peut être ?

Je remplis la cafetière lorsqu’ils remontent. Ils vont au fond de la cuisine déposer les cartons avec les autres.

« Mince ! J’ai oublié le bon de livraison dans la voiture »

« Quand on n’a pas de tête , mon bon Gérard, il faut des jambes ? Haha : »

« !Ouais tu as raison. Pfff ! Je reviens »

Me voilà seule avec lui. Si ça se trouve tout était organisé. Je tremble comme une feuille et il s’en aperçoit.

« Tu as froid ? Ce n’est pas moi qui te fais peur, tout de même ?

« Non, non ! Ce n’est pas ça. C’est que… »

Il se glisse dans mon dos, m’enlace et m’embrasse tendrement dans le cou.

« Je suis muté dans le Midi. Nous ne nous reverrons sûrement plus jamais. J’ai fait des pieds et des mains pour pouvoir te livrer et te revoir une dernière fois »…

« Mais… Damien ! Il y a Damien et je… »

« Je ne te plais pas ? Tu ne veux plus… »

Je me retourne et je me noie dans son regard. Je craque et passe mes bras autour de son cou.

« Ce n’est pas la question Paul Henri. Mais il y a Damien et Hélène aussi. Nous n’avons pas le droit de faire ça dans leurs dos. Rester fidèle, ne pas tromper, ne pas mentir. Ce sont tes propres paroles ! »

« Hélène ? Mais il n’y a pas de Hélène, je ne suis pas marié, ni échangiste. Mais par contre j’aime le cul. Ça c’est vrai »

Je suis terrassée par ce que j’apprends. Je le lâche et tente de le repousser.

« Tu n’es qu’un sale menteur ! Pourquoi tu as fait ça ! »

« Mais pour te baiser ma chérie ! Te baiser et sucer ton mec. J’adore ça. Tu vas aimer tromper ton mari, le faire cocu, tu vas voir. L’interdit est tellement excitant ! »

« Tu es un gros pervers ! »

« Non pas gros ! Mais pervers… Oui, c’est sans doute vrai, mais tu adores, non ? »

« Ça y est, j’ai le bon de… Oh ! Pardon, je… »

Son collègue surprend Paul Henri qui m’enlace encore.

«Non ! Il n’y a pas de problème Gérard. Asseyons-nous. Ton petit café est prêt Muriel ? »

Je n’ai jamais été aussi gênée. Que doit penser Gérard. Que lui a dit Paul Henri à notre sujet ? Je vais le savoir très vite.

J’apporte les tasses, puis le café brûlant. Je me penche un peu pour le servir et Paul Henri, sans aucune gêne, me met la main aux fesses et me caresse outrageusement.

« Alors, Gérard ! Elle n’est pas comme je te l’avais dit ? »

« Ha si ! Muriel, tu es une jolie poupée. Vraiment «

« Et pas farouche en plus ! Hein, mon ange ? »

Contrariée, honteuse et intimidée, je ne réponds pas et retire sa main baladeuse.

« Et tu sais elle est encore plus bandante quand elle sourit »

C’en est de trop.

« Arrête Paul Henri ! Qu’est-ce que tu cherches à la fin ! »

Pas impressionner du tout par mon petit coup de gueule, il m’attire à lui et m’assoit sur ses genoux.

« Toi, ma chérie ! C’est toi que je cherche ! C’est toi que je veux ! Et toi aussi, tu le veux ! »

Une main sur mon ventre, l’autre sur mes seins et son souffle dans mon cou, suffira à me faire rendre les armes.

Je me tourne vers lui, l’embrasse et lui glisse à l’oreille, tout bas :

« Mais…Gérard ? »

Il éclate de rire.

«Ne t’inquiète pas ! Le vieux est encore vert ! Il va te faire grimper aux rideaux ! Hein, mon vieux Gérard ? »

« Je veux ! Tiens regarde un peu ça, ma petite poupée ! »

Après avoir déboutonné sa braguette, il se lève sr me balance une queue magnifiquement bandée, sous mon nez. J’imagine que s’il agit ainsi, c’est qu’il a été mis au courant de nos frasques passées.

Si j’ai bien compris, si je veux refaire l’amour avec le type qui pourrait être mon père, il me faudra aussi me taper celui qui pourrait être mon grand-père.

Honteuse, je détourne les yeux.

« Tu as peur ? »

« Un peu, c’est si soudain, et puis il y a Damien, non ? Et puis je te l’ai déjà dit, que fait tu, de la règle que tu nous as donnée à suivre ? Ne pas tromper, ne pas mentir ! »

Il me sourit, prend ma main et la pose sur la verge de son ami.

« Dis-toi qu’il y a exceptions à toutes règles. Aujourd’hui, tu en as la preuve »

Il m’attire et m’embrasse avec passion, tandis que ma main, presque sans m’en rendre compte, enrobe et caresse doucement le sexe de Gérard. Puis je me suis mis debout et Paul Henri défait une fois de plus, les lacets de mon col.

«Ma parole ! Tu n’enlèves ta djellaba que pour baiser ! »

« Idiot ! Embrasse-moi encore ! »

Gérard tombe à genoux et tandis que mes seins sont libérés tour à tour, il remonte ses mains de mes chevilles à mes cuisses, tout en caressant mes jambes. Puis il glisse sur mes fesses et monte encore, soulevant le tissu au-dessus de mon ventre.

« Dieu que c’est beau ! »

Il l’embrasse, le lèche et y plaque sa joue tendrement et s’y frotte doucement. Une de ses mains s’égare entre mes cuisses entrouvertes. Le contact avec mon sexe, fini de m’achever et toutes les barrières tombent d’un coup.

J’ôte moi-même ma djellaba et je frissonne de plaisir de me montrer ainsi nue à deux hommes ? J’aime ça. Je dois être folle.

Gérard se relève, retire sa cravate et commence à déboutonner sa chemise. Je n’hésite pas et je l’aide. Lorsque j’enlève sa chemise, je découvre un corps qui devait être athlétique à une époque. C’est encore un fort bel homme. Une belle fourrure blanche recouvre un torse bronzé, comme au plus fort de l’été.

«? »

Je me sens rougir.

« Je ne sais pas »

« Touche ma poupée ! N’aie pas peur ! »

Je pose ma main à plat sur sa poitrine. La sensation est étrange, mais agréable. Je fais glisser mes ongles dans cette forêt de poils. Il sent bon. Je touche un de ses tétons. Il pointe. Je me penche et le suce un instant tout en l’aidant à se débarrasser de son pantalon.

Durant tout ce temps, Paul Henri, nous laisse faire connaissance et se déshabille seul.

Je ne sais pas comment, mais très vite je me retrouve allongée dans mon lit. Les hommes sont penchés sur moi, m’embrassent, me caressent et me sucent les seins, la chatte. Je me sens bien détendue. Je crois que je suis heureuse jusqu’à ce que Paul Henri ne reprenne le contrôle.

« Muriel ! Mets-toi en levrette ! »

Humm ! Enfin ! Ils se décident à me prendre. J’en mouille d’envie. Mais un crachat éclabousse mon anus et Paul Henri étale sa salive.

« Non ! S’il te plaît ! Je n’aime pas ça ! »

« Moi si. Ne t’inquiète pas. Tu n’aimes pas ça parce que tu ne connais pas. Détends-toi, je vais m’occuper de ton cul. Tu sais je suis venu pour ça et je ne partirais pas sans t’avoir enculé, ma belle salope ».

Gérard est à genoux devant moi. Il appuie doucement sur mon crâne, m’invitant à le sucer. La bouche pleine je ne peux plus protester et une main bloque mon dos, m’empêchant de fuir. J’ai très peur d’avoir mal, alors j’écoute Paul Henri et je me détends le plus possible.

Il est doux et prend son temps. Il commence par son petit doigt et crache sur ma pastille jusqu’à me pénétrer sans forcer. Mais ce n’est qu’un auriculaire.

J’angoisse quand ce sera son pouce, ou pire sa verge. Mais soudain il aperçoit un pot de Nivea sur ma table de nuit.

« Voilà exactement ce qu’il me faut. Détends-toi. Respire »

Tandis qu’en grande quantité, il enduit mon cul de crème, Gérard me demande de cesser ma fellation.

« Du calme ma poupée ! Moi aussi je veux te sauter. Et puis je n’aimerais pas que tu me mordes quand il va te remplir le fion. Haha ! Ne t’inquiète pas. Ça va bien se passer. Respire à fond et détends-toi »

Je sens soudain le dard de Paul Henri qui pousse sur mon trou de balle. Le gland me pénètre difficilement. Il se retire.

« C’est bien, continu comme ça et tu ne sentiras plus rien »

Il me remet une grosse couche de crème et revient à la charge. Je respire un grand coup et pousse pour dilater mon cul. Je me sens tout à coup, remplir en douceur. La queue se fraie un chemin en moi lentement.

Gérard me fait un grand sourire.

« Ben voilà ! Tu vois ! Tu y es arrivée, poupée ! Respire fort, le meilleur est à venir «

Le membre recule et j’ai la sensation que tout mon antre est aspiré vers l’extérieur.

« Houu ! Arrête ! Je vais… Je vais… »

Paul Henri ricane et commence un mouvement de va-et-vient. Soudain, le plaisir m’envahit. Un plaisir nouveau, différent, mais d’une étonnante puissance.

« Ho ! Paul Henri ! Ne t’arrête pas ! Humm ! C’est bon ! Ouiii ! Défonce-moi ! Encule-moi fort ! »

Encouragé par ma demande, il accélère la cadence, m’arrachant des cris d’extases. Arrivé au bout de son excitation, il éjacule au fond de mes entrailles.

« Ouiii, je viens ! Prends tout, salope ! T’aime ça, hein ! Petite chienne ! »

« Ho Ouiii ! C’est bon ! Remplis-moi bien ! J’en veux encore ! Donne-moi ! Donne-moi ! »

Ses couilles sont vides. Il se retire doucement et je m’écroule sur le côté, haletante.

« Humm ! Tu as aimé chérie ? »

« Ho oui, Paul Henri ! C’était délicieux, vraiment. Je suis épuisée »

Gérard s’allonge sur le dos, près de moi.

« Hé poupée ! Tu ne vas pas m’oublier, j’espère ! Tu me fais bander comme un cheval. Allez, viens là ma belle »

Je l’enjambe et m’empale sur lui, faisant disparaître son pilon entre les chairs de mon vagin. Je suis trempée, bouillante. Gérard a les yeux qui brillent. Il malaxe mes seins, perdant un peu le contrôle lorsqu’il pince mes tétons.

« Hoo ! Tu es une bonne poupée ! Hummm ! Tu es si belle ! »

Je m’agrippe à sa toison blanche et accélère le mouvement. Pas trop, pour ne pas bousculer mon bébé. Je sens mon cul se vider sur ses couilles. Ça ne semble pas le gêner. Et soudain !

« Ouiii ! Je viens ! Jouis avec moi petite pute ! Jouis ! Hiaaaaa ! »

Je sens deux grandes giclées s’écraser contre mon utérus. Pour ne pas le décevoir, je feins de jouir comme une folle. Paul Henri m’a vidée de toutes mes forces et il ne me restait plus grand-chose pour ce pauvre papi.

Ils se rhabillent et je renfile ma djellaba. J’ai un pincement au cœur lorsqu’il me demande de signer le bon de livraison. Je sens bien qu’une page se tourne.

Gérard m’embrasse tendrement et se dirige vers la porte.

Paul Henri, m’enlace une dernière fois et me serre contre lui.

« Promets-moi de devenir une belle et bonne salope. Promets-le »

« Une salope ou une libertine ? »

« Humm ! C’est bien. Tu sembles faire la différence. Prends soin de toi Muriel. Je ne t’oublierais pas »

Je m’appuie à la porte que je viens de refermer. J’essuie une larme.

Vingt-deux heures trente. Damien rentre du travail. J’essaie tant bien que mal de cacher mon mal-être. Pas facile de regarder celui qu’on aime quand on a fait ce que j’ai fait.

« Tiens ? On nous a livré le vin ? »

« Oui, c’est un transporteur qui l’a amené »

« Ha bon ? Sur le bon de livraison, c’est indiqué : Livraison effectuée par Monsieur Paul Henri Kar et Monsieur Gérard Dubois ! »

Aussi étrange que cela paraisse, il ne cherchera pas à en savoir plus.

À suivre !

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

3 Commentaires

Cliquez ici pour poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings