Enceintes Fétiche - BDSM Histoires taboues et histoires de sexe

Histoire de sexe de Muriel : Une grossesse bien arrosée

Histoire de sexe de Muriel : Une grossesse bien arrosée
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Muriel 1

Une grossesse bien arrosée

«? Ça me fait chier de te laisser. Pfft ! »

« Non, non, mon Pioupiou ! Pas question que tu restes là. Allez ! Au boulot : tu ne voudrais pas que ton bébé manque de quelque chose, non ? Courage. Encore demain et c’est le week-end. Je m’occuperais de toi. Promis »

Damien me fait un grand sourire, m’embrasse tendrement et dévale l’escalier quatre à quatre.

« Chéri ! Fais doucement quand même ! J’ai besoin de toi. Ce n’est pas le moment de te casser quelque chose »

« T’inquiète ! À ce soir ! »

Ce type me rend folle. Je suis la fille la plus heureuse de la terre.

Nous sommes en ménage depuis un an. Oh, nous ne vivons pas dans le luxe. Un tout petit appartement caché sous les toits nous sert de nid. Petit, certes, mais c’est le nôtre. Et puis c’est très provisoire, car Damien m’a fait le plus beau des cadeaux… Un bébé.

Bien que je sois jeune, je me suis battu pour faire accepter le fait que je veuille le garder.

J’entends encore mon père.

« Un môme à dix-huit ans ! Tu n’y penses pas, quand même ? Tu vas foutre ta vie en l’air ! »

Et puis j’ai présenté Damien à mes parents.

Mon Damien, mon homme, mon pioupiou, ma raison de vivre.

Devant mes yeux bleus qui brillaient quand il est arrivé chez eux, ils ont compris qu’ils ne me feraient pas changer d’avis.

De plus Damien à un travail qui rapporte plutôt bien. Le seul souci, ce sont les trois huit qui perturbent un peu notre organisation, mais ça va.

Pas mieux du côté de ses parents. De son père surtout. Il se prénomme Philippe, mais pour moi c’est, Monsieur Philippe. Il est sous directeur d’une entreprise qui fabrique du matériel de travaux public.

La première fois qu’il m’a vu, j’étais déjà enceinte. Il est rentré dans une colère monstre. J’ai même cru qu’il allait gifler Damien.

« Quoi ? Un môme avec une gamine de seize ans ? Tu n’y penses pas mon petit bonhomme ! On paye, mais elle avorte »

« Désolée, Monsieur Philippe ! Mais d’une, j’ai dix-huit ans et de deux, je garde mon bébé ! Que ça vous plaise ou non ! »

Ma belle-mère Brigitte, a 5 ans de différence avec lui. Elle est très belle, mais ne semble pas très heureuse. Pour elle que j’ai cet enfant, semble être une bénédiction.

Mon ventre est rond comme un ballon. Le petit (c’est un garçon) me rappelle parfois qu’il sera bientôt là, en me donnant de grands coups de pied. Je suis aux anges. Vraiment.

Je suis en plein ménage. Enfin, je fais ce que je peux, sans prendre de risque inutile.

Je vais pour m’asseoir, lorsque quelqu’un sonne à la porte. Je vais ouvrir et un homme se présente à moi. C’est un représentant. Il a environ quarante ans. Il se présente super bien et semble très sympathique.

«Ça ne m’intéresse pas ! Merci »

« Attendez, vous ne savez même pas ce que je veux vous présenter ! Haha ! C’est un garçon ou une fille ? »

« Une fille »

« Très bien je vous ferais un beau cadeau et pour fêter cet évènement, avec vos amis, vos familles, il vous faudra des vins de qualités, non ? »

« Je suis seule, il faudrait voir ça avec mon chéri »

« Oui, bien sûr, mais je peux vous présenter nos vins et vous laisser des documents et les tarifs, ainsi vous pourrez en parler ensemble, tranquillement. D’accord ? »

« Bon ! Entrez »

Il reste une bonne heure à me parler vin, terroir, vigne et appellation. Je ne comprends rien et il s’en amuse en me taquinant régulièrement.

« J’ai des échantillons, mais je doute que vous buviez dans votre état. J’aimerais repasser pour les faire goutter à votre ami »

« BOF ! Vous savez, il fait les trois huit et là, il est d’après midi. Il commence à quatorze heures et ne rentre pas avant vingt-deux heures trente. C’est très tard. Et le samedi, il ne veut pas être dérangé, alors… »

« J’aimerais tout de même le rencontrer. Demain mon dernier client est à vingt et une heures trente. Pour moi, ça colle. OK ? »

Rendez-vous est pris pour le lendemain soir, vingt-deux heures quarante-cinq.

Ayant fini tout son blabla, je lui propose un café, qu’il accepte volontiers. Nous parlons de choses et d’autres et il ne tarit pas d’éloge sur ma supposée « beauté » éclatante, mes rondeurs magiques de future maman, le teint de ma peau et j’en passe.

«. Si beaux. Vous êtes superbes. Vraiment. Et vous êtes si jeunes, la grossesse vous va à ravir. »

« J’ai dix-huit ans »

« Vous en paraissez seize »

Il est vrai que certaines de mes amies me traitent de femme enfant. Une femme avec un visage d’ado. C’est cool et j’en joue beaucoup, je l’avoue.

« Je sais mon beau-père m’en a déjà fait part. Mais vous, vous êtes un charmeur et vous me faites rougir »

« Bon ! Je dois partir. Accordez-moi une dernière faveur. Puis je touché votre ventre ? »

Je suis étonnée par sa demande, mais je n’y vois aucun mal. J’en retire même une certaine fierté.

« Ben… Si vous voulez, oui »

Le contact chaud de sa paume, au travers de mon t-shirt, me provoque un long frisson tout le long de l’échine.

Il fait de grands yeux d’enfants.

« Hum ! Comme il est dur. C’est magique. Troublant »

Je l’arrête, car il s’apprête à poser son autre main.

« S’il vous plaît ! Je vous raccompagne à la porte. J’aimerais me reposer un peu, maintenant. À demain Monsieur »

« À demain, Muriel »

Devant mon étonnement à l’entendre prononcer mon prénom, il me fait un large sourire en me montrant l’étiquette sous le bouton de la sonnette.

« Je ne suis pas devin. Haha ! C’est écrit »

Damien rentre à vingt-deux heures trente, un peu fatigué. Nous discutons et racontons nos journées respectives. Je lui parle du passage du représentant et lui montre les papiers qu’il m’a laissés.

« Tu n’es pas prudente Muriel ! N’ouvre pas quand je ne suis pas là ! OK ? »

« T’inquiète pas. Il était très sympa. Tu verras demain »

« Demain ? »

« Ben oui : je n’y connais rien et puis j’ai pensé que ça pourrait t’intéresser ! Il repasse demain soir »

Il n’est pas très content.

« Putain, Muriel ! C’est la fin de la semaine, je suis crevé ! »

« Ben oui, justement ! Après tu pourras te détendre »

J’omets volontairement de lui parler de l’apposition de la main du représentant sur mon ventre, et encore moins de l’effet produit.

Le lendemain.

C’est étrange, mais j’ai pensé à ce bonhomme une grande partie de la nuit. Je ne sais pas pourquoi. En plus j’appréhende le rendez-vous de ce soir. C’est idiot. Ce doit être les hormones qui me travaillent.

Avant que Damien ne rentre, je me change et enfile une espèce de djellaba rapportée du Maroc. Depuis quelques semaines, je ne supporte plus les élastiques des vêtements, culottes ou autres soutient gorges. C’est nue que je l’enfile. Je me sens bien dans ce truc.

Je défais ma queue-de-cheval et brosse mes cheveux que je laisse couler sur mes épaules et dans mon dos. Je mets du noir à mes yeux, du rose à mes joues et du rouge à mes lèvres. J’ai envie d’être belle. Très belle.

À la réaction de Damien lorsqu’il rentre, je pense y être parvenue.

« Hoo ! Ma poupée ! Que tu es mignonne ! Tu es… Tu es… Viens dans mes bras »

Il me donne un long et délicieux baiser. Au bas de mon ventre, je sens sa queue gonfler dans son pantalon.

« Hummm ! Tu es en forme toi ! »

« Comment ne pas l’être avec une bombe comme toi ! »

« Voilà un compliment qui mérite une récompense »

Je défais sa braguette et sors son membre, droit comme un bâton. Je le branle doucement tout en l’embrassant, puis je m’assois sur un tabouret et j’engloutis son sucre d’orge en le faisant glisser tendrement entre mes lèvres.

Il respire fort, poussant de petits gloussements rigolos qui se transforment rapidement en grognements de plus en plus puissants. Je le sens, sa délivrance approche, mais mon pauvre pioupiou devra attendre. On sonne à la porte. Énervé, il range son matériel et va ouvrir.

Le représentant recommence toute sa présentation depuis le début, pour Damien. Moi, je n’y connais rien en vin, mais ça semble intéresser mon homme.

« Voulez-vous une dégustation ? » Je descends à ma voiture prendre ce qu’il faut et je reviens tout de suite. « Vous ne le regretterez pas »

Restée seule avec Damien, je le questionne.

« Alors ? »

« Alors quoi ? »

« Ben ! Tu le trouves comment

« C’est un bon vendeur, c’est tout. Il fait bien son boulot »

« Rhooo ! Arrête ! Tu sais bien que ce n’est pas ce que je demande ! »

« Ben ! Il est sympa. Quoi d’autre ? »

Oui, bien sûr, quoi d’autre ? Comment peut-il imaginer que ce type me trouble, mais j’aurais aimé qu’il me dise qu’il le trouvait pas mal, que c’était un bel homme. Mais trop tard car notre vendeur est de retour.

« Voilà ! Voilà je vous ai monté quelques bons échantillons et comme, j’avais promis un cadeau à votre charmante jeune femme, j’ai pris un champagne. Le meilleur de notre gamme. Mais ça, n’est juste que pour le plaisir, OK ? »

La dégustation commence.

Moi, je ne dis rien. J’écoute et je regarde.

Malgré un léger strabisme, ce type a un charme fou. Chaque fois que son étrange regard croise le mien, j’ai comme une sensation de trouble incompréhensible, qui me fait monter le rouge aux joues. Si Damien s’en aperçoit, ça va barder pour mon matricule. C’est sûr.

Mais pour l’instant, son attention est plus sur le vin que sur moi. À ce propos. Je trouve que pour une dégustation, notre représentant n’y va pas de main morte et ça commence à se voir dans le regard de mon pioupiou.

Enfin, le bon de commande est rempli et signé.

Son matériel rangé, il demande trois flûtes à champagne et ouvre sa bouteille. Je n’accepte qu’une gorgée. Tandis qu’il nous sert, il entame un étrange discours.

«Vous êtes un petit couple charmant. Si, si, c’est vrai. Dans d’autres circonstances, nous aurions passé un bon moment ensemble, vous, moi et mon épouse. »

« Bon moment ? »

« Oups ! Oui, bien sûr. Vous ne pouvez pas comprendre. Excusez-moi, mais le champagne me rappelle tellement de moments délicieusement…coquins. En fait ma femme Hélène et moi, formons un couple libertin. Depuis plus de vingt ans, nous pratiquons l’échangisme et bien d’autres choses encore. Mais je ne voudrais pas vous choquer. Haha ! »

À ma grande surprise, derrière les yeux embués de Damien, je décèle un soudain d’intérêt.

«? Comme quoi par exemple ? »

Je mets fin à cette conversation déroutante, immédiatement.

« De toute façon, nous sommes heureux ainsi. Juste moi et Damien. Le libertinage ne nous concerne pas. Nous n’avons pas besoin de ça. Nous pouvons parler d’autre chose ? S’il vous plaît. »

« Oh ! Désolé ! Je ne voulais pas vous mettre mal à l’aise. Parlons plutôt de vous »

Puis s’adressant à Damien, il me fout la honte de ma vie.

« Votre fiancée est des plus délicieuse. Hier elle m’a fait le plaisir de me laisser toucher son ventre. Quel bonheur. C’était une attention délicate de sa part »

« Ha bon ! Il t’a touché ton ventre ? »

Aille ! Je sens que ça pourrait bien finir mal. Quel idiot se type !

« C’est lui qui me la demandé. Et puis ce n’était rien de plus qu’une main sur mon ventre de femme enceinte. Et seulement quelques secondes »

« Oui, c’est tellement fantastique de savoir que sous sa main, derrière la peau du ventre tendu se fabrique la vie. J’adore ça. D’ailleurs si j’osais… »

Damien lui fait un grand sourire, puis me lance un regard goguenard.

« Osez, osez ! Tu veux bien Muriel ? »

Le représentant n’attend pas ma réponse. Il se lève et se place derrière ma chaise ? Il se penche et m’entoure de ses bras pour poser ses deux mains, bien à plat sur mon ventre. Son visage est tout près du mien. Je sens son souffle dans mon cou. Il parle avec douceur, tout près de mon oreille.

« C’est fantastique, Muriel. Comme il est dur. Vous aimez que je vous masse ? Ça vous fait du bien ? »

Je n’ose pas répondre. Je fixe Damien. Il semble savourer ce qu’il voit, et ça me gêne doublement.

« Et vous ! Vous appréciez de voir votre petite amie se faire ainsi caresser le ventre ? Ça ne vous rend pas jaloux, j’espère ? »

« Non ! Pas le moindre du monde. Vu d’ici je la trouve encore plus belle et plus sensuelle que jamais. C’est très troublant, je dois dire. »

Et moi, que devrais-je dire. Petit à petit, les cercles qu’il dessine sur mon ventre, s’agrandissent. Sous la table, hors de portée du champ de vision de Damien, il glisse ses doigts en passant, entre mon ventre et mes cuisses. À plusieurs reprises, il frôle mon pubis du bout de ses doigts. Je pense que c’est intentionnel.

Quand il arrive sur le haut de mon ventre, ce sont ses pouces qui s’insinuent sous mes seins lourds, effleurant mes tétons qui durcissent et pointent, de plus en plus, à chaque passage.

Il doit s’en apercevoir, car il branche la conversation sur mes seins.

«? Ma femme, lors de ses grossesses, adorait que je lui masse. Elle disait que je le faisais avec beaucoup de talent et de délicatesse et que je la soulageais ».

Damien ne réagit pas. On dirait un légume. Ce type me propose de me peloter, et il ne bouge pas d’un cil. Ça m’énerve vraiment et je décide de le faire réagir. Du moins je l’espère.

« Ho, si ! Parfois j’ai vraiment très mal ! Tiens, comme en ce moment ! Je ferais tout pour que ça cesse. Vous croyez que vous pourriez faire en sorte que… »

Je n’ai pas fini ma phrase, que mes mains recouvrent déjà ma poitrine. Plus qu’un simple massage il les pelote et les tripote sans vergogne, comme un vieux pervers.

Damien fait des yeux tout ronds, lorsque je commence à respirer plus fort. Bien malgré moi, mon plaisir monte et je me sens inondée.

À ma grande surprise le représentant se met à me tutoyer.

« Ça te plaît, on dirait, petite coquine. Tes pointes sont dures comme du béton »

« C’est normal, vous commencez à me faire tourner la tête avec tout ça »

« Hum ! Bien, bien ! Et toi mon grand, ça te fait quoi ? »

« Putain ! Je bande comme un âne ! C’est fou ça ! Vous êtes sûrs que c’est juste un massage ? »

« Haha ! Pas vraiment, non ! La petite Muriel me rend fou d’envie et me fait bander aussi. Tu vois, je caresse ta femme et ça te plaît. Vous êtes sur la voie du libertinage, mes enfants. Vous avez la fibre »

Tout en parlant, il défait les lacets qui tiennent mon grand décolleté fermé. Puis, il glisse ses mains sous la djellaba et en extirpe mes seins, un par un.

« Et moi ! Si on me demandait mon avis ! Hein ? »

« Mais toi, princesse, je suis sûr que tu mouilles déjà comme une petite salope ! Non ? »

Ça me fait drôle de me faire insulter par un type que je ne connais pas, et qui pourrait être mon père. Mais, il a tout à fait raison. Ma chatte est trempée.

Il se penche vers moi et m’embrasse goulûment, puis il descend encore et suce mes seins avec concupiscence, tout en les palpant de ses mains bouillantes.

Puis se redressant, m’embrassant de nouveau au passage , il déboutonne sa braguette et sort son sexe dressé. Il se place près de moi et caresse ma joue avec son gland humide. Je tourne la tête et le fais glisser entre mes lèvres.

Damien nous rejoint. Il a sorti sa verge et l’exhibe avec fierté.

Quel n’est pas notre étonnement lorsque le vendeur la prend à pleine main et masturbe doucement mon pioupiou.

« Hum ! Ta queue est splendide ! Tu me plais beaucoup »

Il s’accroupit et prend le sexe de Damien en bouche. Tout en suçant mon homme, il soulève le bas de ma robe et dévoile mes jambes écartées. Il glisse son pouce sur ma toison puis, il l’insère entre mes grandes lèvres pour le plonger loin dans ma fente baveuse ? Je pousse un gémissement de bonheur. Il me masturbe et j’entends des clapotis de plaisir parvenir de mon entrejambe.

D’un coup il délaisse Damien. Il se fait de la place en poussant la table avec son dos et plonge son visage entre mes cuisses.

Damien apprécie de qui se passe et ne s’en cache pas. Mais dans ses vapeurs d’alcool, j’aime moins sa façon de me parler.

« Oui ! Tiens salope ! Suce-moi bien à fond, ma petite traînée ! T’aime ça, hein ? T’aime ça, te faire bouffer la chatte par un inconnu, hein ? Putain ! »

Il s’excite tout seul et explose dans ma bouche en longs jets bouillonnants. L’entendant jouir, le représentant relève la tête, la bouche brillante de cyprine.

« Hoo ! Vilain garçon ! Tu aurais pu m’en laisser un peu ! »

C’en est trop. J’explose de rire. Il se relève, sourire aux lèvres, tandis que mon pioupiou, vidé, retourne s’asseoir pour se servir une énième flûte de champagne.

« Ah ! Ça te fait rire coquine ! Viens par ici, tu vas voir ! »

Il me prend par la main et m’attire vers notre chambre à coucher, laissant, ma moitié écroulée sur sa chaise, un peu abasourdie par tout ce qui se passe et par une surdose d’alcool.

Il est vrai que cela va vite , très vite. Sans doute pour nous empêcher de reculer.

Ainsi à peine dans la chambre, il m’enlace, m’embrasse et en moins de temps qu’il ne faut pour le dire, ma djellaba vole à l’autre bout de la pièce, me dévoilant entièrement nue, à la merci de son regard. Il se déshabille tout aussi rapidement, jetant ses affaires à droite et à gauche et il me reprend dans ses bras encore une fois.

Quelle étrange sensation d’être collée à ce corps nu que je ne connais pas. Je sens son phallus cogner le bas de mon ventre et glisser vers mon antre fiévreux. Il m’assoit sur le bord du lit et descend replonger sa langue en moi. Il me bouffe, il me fouille, m’aspire, me boit… Me fait craquer.

« Ho oui ! Encore ! Bouffe-moi à fond ! Fais-moi jouiiiir ! Ouiiiiii ! »

Je suis secouée par un violent orgasme. Je me jette en arrière, jambes relevées, mes cuisses enserrant sa tête. Le plafond tourne au-dessus de moi… je vole.

Il se dégage de l’étau de mes jambes et se dresse debout, face à moi.

« Tu voulais m’étouffer, petite salope ! Je vais te défoncer le mollusque ! »

Je suis couchée dans mon lit, dans notre lit, celui la même ou nous avons conçu notre bébé, et je m’y fais baiser comme une putain, par un représentant en vin dont je ne sais rien, pas même son prénom…et j’y trouve du plaisir.

Il me pilonne en douceur, sans violence, de peur sans doute de me faire mal.

« T’aime ça, petite pute ! T’aime ça, te faire troncher, hein ? »

Damien apparaît au coin de la porte.

«! C’est une gourmande ! Une bouffeuse de bites ! Hein, chérie ? »

Je ne réponds pas et me concentre sur mon plaisir. J’atteins mon second orgasme en même temps que lui. Je prolonge cet instant divin, en me masturbant le clitoris, et je finis épuisée et en sueur, mais heureuse.

Paul Henri. Nous connaissons enfin son prénom. Il se dévoile un peu. Il a quarante-six ans, marié, libertin depuis vingt ans mais fidèle. Il nous assure que c’est la première fois qu’il drague un couple sans Hélène sa femme.

« Vous êtes un charmant couple< ; continuez dans le libertinage. Je suis sûr que vous y avez votre place et que vous y gagnerez beaucoup en plaisir. Mais n’oubliez pas cette règle essentielle : Rester fidèle, ne pas tromper, ne pas mentir »

C’est sur ces mots qu’il prend congé. Il est une heure trente du matin.

Une fois couché, Damien me prend dans ses bras. Je me cale dans le creux de son épaule. Je suis bien.

« Je suis désolé, Muriel. Je n’aurais pas dû laisser ce type te toucher. J’ai honte »

« Pourquoi ? Ça t’a plu, non ? Tu étais super excité. Et puis tu n’avais pas toute ta tête. Tu as bien forcé sur l’alcool. »

« Non, Muriel ? Je ne veux pas te mentir. Je n’étais pas saoul et très lucide. Je faisais semblant, pour te voir entre les mains de ce type…tu étais si belle, si sexy, si… »

« Et si je te disais que ça m’a plu, et que je veux renouveler l’expérience ? »

« Faut voir. Mais un couple alors. J’aimerais bien me tirer une bonne grosse truie, bien vicieuse »

« Heuuuuu ! Bon ! D’accord, mais une moche alors ! Hihihi ! »

« Hum ! Petite salope ! Viens là, que je te baise comme tu le mérites! »

Nous chahutons un petit instant, avant de refaire l’amour une heure durant.

À suivre !

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

2 Commentaires

Cliquez ici pour poster un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Excellente histoire et bien écrite qui me rappel un peu mes débuts du candaulisme et ou comment suite à une visite, ma jeune épouse a couché devant moi avec un ami.
    Bravo pour ce début magnifique en espérant une suite rapide.
    Merci de ce bon moment.

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings