Histoire erotique Histoires taboues

Histoire de sexe Deux couples poursuivent un chemin tumultueux vers les vacances

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Brigitte a été consternée de sentir un inconnu lui toucher le bras, un contact d’une fraction de seconde qui l’a fait s’arrêter alors qu’elle sortait de la voiture de location et se dirigeait vers l’entrée de l’hôtel, les roues de sa valise s’entrechoquant sur le tarmac.

Elle a crié “Hey !”, et sa voix stridente a fait se retourner son mari, Jeremy. Un jeune couple se tient près de sa femme. “Oh ! Merci, je ne savais pas qu’il était tombé de mon sac”.

“Je suppose que non”, sourit le jeune homme tandis qu’elle prend son sac de voyage dans sa main tendue. “J’aurais dû dire quelque chose et ne pas toucher votre bras pour attirer votre attention. Désolé si je vous ai fait peur”.

“Ce n’est pas grave”, répondit-elle en soutenant son regard pendant un instant. “Je me demandais ce qui se passait. Il n’y a pas de mal.”

“Mais nous nous sommes déjà rencontrés”, dit le type avec douceur.

Histoire de sexe Deux couples poursuivent un chemin tumultueux vers les vacances
Un trans au tél rose !

Le couple était bien habillé, chic mais décontracté, et avait tenu compte de la chaleur de la journée. Ils avaient réussi, cela se voyait, sinon le prix de la nuitée serait hors de portée d’un couple de leur âge, une trentaine d’années, pensait-elle.

Ils étaient arrivés à l’hôtel en même temps, en début d’après-midi, et avaient été consternés par la vue, le bâtiment semblant s’accrocher à la falaise de roches déchiquetées et la mer Méditerranée en contrebas. Il s’agissait d’un hôtel de charme magnifiquement meublé, situé sur la côte amalfitaine, et dont ils pensaient qu’il n’offrirait que peu d’attrait à un jeune couple auquel ils avaient souri et qu’ils s’étaient ensuite présentés, alors qu’ils s’étaient tous inscrits.

“Jeremy et Brigitte Romiti”, dit-elle, une main repoussant gracieusement la chute de ses cheveux blonds paille, longs comme les épaules, qui montraient des signes de grisaille mais dont la vue, avait dit Jeremy, lui donnait une grâce majestueuse.

“Karim et Josie Fayolle”, sourit la jeune femme à chacun d’entre eux, ses cheveux auburn aux reflets roux tressés en une queue de cheval qui permettait à Jeremy d’étudier son visage fin alors qu’elle signait à son tour le registre, sous le regard de son mari Karim.

Jeremy croisa le regard de sa femme, ne serait-ce qu’un instant, et vit Brigitte arquer les sourcils en lui souriant. Il comprit ce qui se cachait derrière ce regard, car elle n’aurait pas manqué le regard approbateur de Josie sur lui, ni, peut-être, ce qu’il avait retenu de la jeune femme. Elle aurait remarqué la chemise bleu cobalt que Jeremy portait avec son costume en lin léger de couleur crème pâle, un choix qui montrait à tous qu’il ne dérogerait pas à ses principes, même en vacances et avec elle à ses côtés. Des chaussures de sport en cuir tressé de couleur bronze complétaient le look de vacances d’été qu’il recherchait.

“Je serai ravie de quitter mes vêtements de voyage et de me détendre”, dit Brigitte, “puis de jeter un coup d’œil et de voir si l’endroit est tel que les photos sur le web l’ont montré”.

“Oui, voir c’est croire”, répond Jeremy en souriant et en voulant engager la conversation avec le jeune couple. Il s’intéresse déjà à la jeune femme qui se trouve devant lui,

“Nous avons choisi l’endroit sur un coup de tête… nous avons vu une affaire de dernière minute et nous avons foncé”, a proposé Josie, en serrant son grand sac de paille sous un bras.  Elle se retourna lorsque Karim dit quelque chose, hors de l’écoute des autres. “Oui, je viens. Enchanté de vous avoir rencontré…”

“Nous partagerons l’ascenseur, si ça vous va ?” Jeremy se lance. “Je n’ai pas pu m’empêcher d’entendre que nos chambres sont au même étage.”

Histoire de sexe Deux couples poursuivent un chemin tumultueux vers les vacances
Nouveaux profils

“C’est vrai !”

Josie contemple le visage buriné de Jeremy, bronzé et marqué d’une ligne de barbe gris-noir à l’endroit où il s’est rasé. Cela donnait à sa mâchoire une dureté qui ne se retrouvait pas dans ses yeux gris-bleu qui se dessinaient sous des sourcils grisonnants. Du haut de son mètre quatre-vingt-dix, il semblait dominer sa mince carrure, mais il s’était engagé avec elle et elle ne se sentait pas le moins du monde mal à l’aise de savoir qu’un homme riche et plus âgé était si immédiatement impliqué avec elle.

Brigitte poussa le dos de Jeremy avec les doigts d’une main, comme si elle savait ce qui se jouait sous ses yeux. “Allons-y alors, d’accord ?”

Ce qu’elle ressentait maintenant était tout à fait bizarre par sa soudaineté. Le déroulement de leur séjour, dans une station balnéaire tranquille, pourrait être découvert dès que cela serait décemment possible et à la demande de Jeremy, une raison pour eux de parler au jeune couple qui se présentait à eux par l’étrange chance qu’elle ait laissé tomber son sac de voyage.

Les portes se refermèrent avec fracas, l’ascenseur se mit en marche et monta au troisième étage.

“Laissez-nous vous offrir à tous les deux un verre de bienvenue après que nous nous soyons installés. suggéra Jeremy en s’écartant pour laisser passer Karim et Josie. Il tenait les clés de la chambre dans une main et la poignée de sa valise dans l’autre. Tu as ramassé le sac de voyage de Brigitte et tu mérites une récompense. Qu’en dites-vous ?”

Il les regarde tour à tour.

“N’en fais pas toute une histoire, chérie !” dit Brigitte, suffisamment fort pour qu’ils l’entendent tous.

“Mais si, chérie”, répond Jeremy avec un sourire en coin.

“Oui, c’est une bonne idée”, s’enthousiasme bientôt Josie, qui voit le sourire doux de Karim, qu’elle prend pour un accord sur ce qui lui est proposé. “Il faut qu’on s’entende avec tout le monde pendant qu’on est ici, n’est-ce pas ? Karim et moi avons le don de rencontrer les bons couples, n’est-ce pas chéri ?”

Karim semble avoir été pris au dépourvu par les propos de sa femme à l’égard d’un couple qu’ils viennent à peine de rencontrer. Il n’allait pas nier que Brigitte avait attiré son attention, vêtue d’une robe flottante et tourbillonnante, ses jambes fines se terminant par une paire de sandales gladiateurs soignées, et ses cheveux devenaient plus blonds sous le soleil ardent qu’ils avaient ressenti en marchant de leurs voitures à l’hôtel. Trois jours, la durée de leur séjour, suffiraient pour découvrir si elle et son mari, Jeremy, étaient des joueurs.

Sa Josie avait déjà mis le feu aux poudres et le regard sans complaisance de Jeremy sur elle l’avait déjà fait réfléchir aux possibilités qui s’offraient à lui. Mais Brigitte était une perspective différente, alors un verre délierait les langues et serait l’occasion de voir où leur rencontre les mènerait.

Le temps passé au bord de la piscine, ou sur la plage qui se trouvait à quelques kilomètres de là, lui révélerait bientôt la femme dans toute sa gloire tendue. A moins que la précipitation de Josie n’accélère la levée des inhibitions, ou des réticences, comme c’est le cas avec Brigitte.

À la porte de leurs suites, ils se jetèrent un coup d’œil l’un à l’autre dans le couloir.

“A tout à l’heure ! lance Jeremy.

“Nous y comptons bien ! Karim répondit en riant, alors même que Josie lui donnait une bousculade amusante qui le propulsa dans leur chambre.

“Nous ne serons pas longs ! leur assura Josie en jetant un coup d’œil par l’embrasure de la porte, un large sourire plissant son joli visage. Elle adressa un sourire à Jeremy avant de se perdre de vue.

Brigitte sursauta en entendant le téléphone de la chambre triller. Personne ne savait qu’ils séjournaient à l’hôtel, mais il lui vint rapidement à l’esprit que le couple qu’ils venaient de rencontrer était peut-être en train d’appeler. Jeremy lui fait signe de répondre.

“Allô ?” dit-elle prudemment.

“Elle est accueillie par un éclat de rire : “Bonjour ! “Vous avez l’air surprise, Brigitte !

“Eh bien, je le suis. Nous sommes loin d’être prêts à vous retrouver, Karim.”

“Il n’y a pas d’urgence, même si nous aimerions vous revoir tous les deux. Nous avons eu une idée”, dit Karim avant de marquer une pause. “Nous avons lu dans le dossier d’information de l’hôtel qu’il y a des tables de massage près de la piscine et nous nous sommes demandé si nous pouvions nous y retrouver, profiter du soleil et nager, tout en prenant un verre et en apprenant à mieux nous connaître. Qu’en pensez-vous ?”

Brigitte se sent un peu déstabilisée. Le jeune couple s’est montré trop direct, voire un peu présomptueux, dans sa façon de se comporter avec elle. “Je vais demander à Jeremy…”

Brigitte éloigne le téléphone et raconte à Jeremy ce qui préoccupe le jeune couple.

“Tu es là, Karim ?”

“Oui, je suis là”, répondit-il avec éclat. “Je dois aussi te dire que Josie et moi aimons nous faire masser. Après le vol, puis le trajet jusqu’à l’hôtel, nous avons pensé vous offrir cela à tous les deux en guise de remerciement”.

Brigitte ne peut réprimer un rire doux et incrédule. “C’est une nouvelle façon de le dire, ou devrais-je dire, de le montrer ?

“La démonstration peut venir plus tard”, a-t-il répondu, la voix de Karim baissée et suggestive. “L’hôtel dispose de tables adaptées au bord de la piscine, nous avons donc pensé à les essayer. Nous avons les huiles dont nous avons besoin avec nous, alors… alors nous y allons en tenue de bain, pas en nudité comme à la maison.”

“C’est un soulagement !” Brigitte se demande maintenant dans quoi elle et Jeremy se sont embarqués avec le jeune couple. “Nous serons là dans une dizaine de minutes.

“On peut attendre tout ce temps !” Karim répond en riant à l’appel.

“Alors, qu’est-ce qu’on va faire ?” Brigitte soupire en regardant Jeremy. Il était déjà changé, son slip de bain serré sur ses hanches, dessinant ses fesses et son entrejambe avec un bourrelet indéniable. Elle lui tendit la main, une expression d’inquiétude plissant son beau visage. “Tu sais ce qu’ils recherchent, ces deux-là, n’est-ce pas ? Tu le sais déjà et je vais devoir m’y plier, comme je l’ai fait la dernière fois, chéri, et toujours à mes conditions.”

“Oui, et dans la mesure où ça se passe et si ça se passe comme je le pense”.

Brigitte se sentit soulagée de voir que les tables de massage, à peine plus que des dalles de béton carrelées avec des murs de soutien qui atteignaient la hauteur de la taille, étaient protégées par un mur de pierre. Personne ne pouvait observer ce qui se jouait derrière et les parasols ne jetaient de l’ombre que sur une partie d’entre elles.

Et ils se tenaient là, Karim et Josie, l’air détendu dans des shorts, minces et moulants dans le cas de Josie, un haut court galbant ses seins et révélant un décolleté bronzé.

“On dirait que vous avez déjà fait ça avant”, s’esclaffe Jeremy en voyant comment les choses sont préparées.

Des flacons d’huiles de massage étaient placés sur une étroite étagère à la tête de chaque table, leur surface étant recouverte d’une épaisse serviette de plage. Il sentit la main de Brigitte trembler lorsqu’elle s’agrippa à son bras, la robe de chambre éponge étant une couverture pour ce qu’ils portaient tous les deux en dessous.

Karim sourit. “Oui, souvent. Cela permet de faire tomber les barrières et de passer de bons moments.”

“Nous espérons que vous viendrez avec nous. Josie demanda et se plaça bientôt aux côtés de Jeremy. “Mets ton peignoir sur cette chaise et allonge-toi sur la table. Brigitte ? Fais de même, s’il te plaît.”

Brigitte hésite. C’était une situation tout à fait nouvelle pour elle et elle reculait à l’idée d’être touchée par un étranger, même si Karim était très beau. Ils s’étaient rencontrés il y a à peine deux heures et voilà qu’elle se glissait hors de son peignoir et se tenait devant eux dans un maillot de bain une pièce révélateur, un tissu qui couvrait à peine ses seins et son ventre galbés.

“Allonge-toi sur le ventre pour moi”, demanda Karim, même s’il sentait qu’elle était mal à l’aise. “Dis-moi quand tu dois t’arrêter, d’accord ?

Brigitte acquiesça et tendit la main vers Jeremy, avant de s’allonger, le visage tourné de façon à voir ce que Josie allait faire, le slip de bain de Jeremy le modelant et ne laissant aucun doute sur ce qu’il allait faire à une femme, si on le regardait. “Est-ce que c’est pour de vrai, ce que j’accepte ?”

L’huile de massage était chaude et si douce, les doigts de Karim si délicats sur la peau de ses cuisses, sur leur dos et entre elles, qu’elle sentit monter le plaisir de l’excitation dans son ventre. Elle avait choisi un maillot de bain une pièce, mais la coupe transparente au niveau des hanches et la maille qui couvrait ses seins fermes et galbés dévoileraient suffisamment son corps au jeune homme qui jouait le rôle d’un masseur ; mais elle considérait tout cela comme des préliminaires, accentués par les actes de massage effectués à l’extérieur et à proximité de la piscine.

Josie se déplaçait de façon à ce que ce qu’elle faisait pour Jeremy soit partiellement caché à la vue de tous. Mais la prise continue de la main de Brigitte par Jeremy suggère que la jeune femme n’a pas perdu de temps pour lui caresser les jambes et s’approcher suffisamment pour l’exciter, le slip de bain n’étant qu’une maigre couverture pour l’érection dont Jeremy était amplement pourvu et qu’il ne pouvait empêcher de grossir.

“J’aime ce que je vois”, murmura Josie en se penchant vers lui et en murmurant contre ses lèvres. “Tu es avec moi là-dedans, n’est-ce pas ?

Alors que Jeremy relâchait sa prise sur sa main, Karim versa de l’huile tiède sur ses cuisses et commença à la faire pénétrer rythmiquement dans sa peau, en évitant délibérément d’effleurer son monticule, mais son regard adouci sur elle et la progression de ses touches sur ses jambes, puis sur les coutures de son maillot de bain, dans les plis du haut de ses cuisses, la firent se tortiller.

“Puis-je te toucher ? demanda Karim, ses lèvres effleurant les siennes et ses doigts effleurant son mamelon, façonné de manière si séduisante par son maillot de bain.

“Puis-je t’en empêcher ? Tu es allé si loin !”

Brigitte tendit à nouveau la main et s’agrippa à celle de Jeremy, tandis que Karim la caressait lentement, enfonçait ses doigts dans sa fente et les déplaçait lentement. “Nous voulions que vous sachiez que nous aimons l’échange, que nous voulons nous amuser avec les couples que nous rencontrons.

“Et que vous supposez être dans tout ça ?” Brigitte lui saisit le bras pour arrêter ses caresses.

“Ton Jeremy l’est, je l’ai su dès que nous nous sommes rencontrés. Rien n’a été dit pour changer mon opinion ou ce que je veux partager avec vous deux”, dit Josie en l’interrompant. Elle a massé le bourrelet du slip de bain de Jeremy et s’est penchée sur son ventre pour y déposer des baisers.

“Laissez-nous tous les deux nous habituer à l’idée de ce qui va se passer si vite ! Jeremy gémit et repoussa doucement Josie. “Laissez-nous un peu de temps, surtout pour le bien de Brigitte”.

Mais elle bougeait sur la table de massage, se tordant tandis que les doigts de Karim, d’une main, léchaient sa chaleur humide et que l’autre écartait son costume. “C’est un avant-goût de ce que Josie et moi aimerions faire et partager avec vous. Dites ‘non’, maintenant, si vous n’êtes pas d’accord avec ce que nous vous demandons. L’honnêteté est la meilleure des choses…”

“Et la confiance !” Brigitte rétorque et s’éloigne de son contact, réarrangeant rapidement son maillot de bain et s’asseyant, ses jambes minces se balançant sur le bord de la table alors qu’elle est assise et regarde Karim. Elle se retourna pour voir que Jeremy faisait de même, mais qu’il s’était engagé auprès de Josie, qui lui caressait la cuisse avant que sa main ne disparaisse de la vue et qu’on la voie baisser les yeux, signe certain qu’ils étaient intéressés l’un par l’autre et par ce qui avait été partagé jusqu’à présent.

“Une baignade, je pense”, suggéra jovialement Jeremy en rassemblant son peignoir et en se couvrant, son érection étant moindre mais la houle de son slip de bain obscènement grande. “C’est un miracle que personne ne nous ait vus en train de nager.

“Et ils ne le verront pas plus tard”, répondit Karim. “Je vais nous chercher à boire pendant que tu t’installes sur la terrasse, près de la balustrade, pour qu’on puisse profiter de la vue.”

“L’un de l’autre !” Josie gloussa doucement, mais son regard se fixa sur Jeremy. Elle n’a pas vu la réaction de Brigitte à ce qui avait été dit, ni comment Karim a chuchoté à l’oreille de Brigitte tout en l’enlaçant, ses actions étant cachées à la vue de ceux qui se prélassaient au bord de la piscine.

Son homme était dans la femme plus âgée, et elle voulait un temps de gaspillage de celui-ci avec Jeremy, le riche et beau gars plus âgé qui emballé plus que suffisant pour gratter sa démangeaison.

“Comment vivez-vous avec ça, le souvenir de ce que vous avez fait avec d’autres ?”

Brigitte a demandé à son improbable, mais bavard, connaissance de vacances comme Josie a été vu pour garder ses yeux sur Jeremy, son intérêt pour lui indubitable et quelque chose d’une préoccupation pour elle. L’amour de sa vie avait ses moments et elle le laissait jouer, partageant même la chaleur avec une autre, et en présence de Jeremy, mais jamais au point d’avoir des relations sexuelles avec pénétration. Sa bouche et ses mains faisaient plaisir à un autre, tout comme elle permettait à un homme de pratiquer des actes de sexe oral, de consacrer son attention à la lourdeur de ses seins que la chirurgie avait raffermis, mais pas de façon anormale pour une femme de son âge. Seul Jeremy était l’homme qui pouvait profiter de tout ce qu’elle apportait dans leur lit.

Mais maintenant ? Karim était persuasif et séduisant dans ses manières avec elle, et elle ressentait des picotements d’anticipation inhabituels à cause de l’intérêt que le jeune homme lui portait et qui s’était manifesté sur la table de massage.

Son mari était l’objet de l’attention d’une autre, sa personnalité extravertie et son apparence, son charisme, semblaient avoir captivé la jeune femme à côté d’elle alors qu’ils sirotaient les boissons que Karim avait achetées. Cela n’avait été qu’un prétexte pour qu’ils se rencontrent, et ce n’était que le premier après-midi de leur séjour.

Le fait que Karim ne l’ait pas quittée des yeux, du moins c’est ce qu’il semblait lorsqu’ils se prélassaient au bord de la piscine, n’avait pas échappé à son attention. Le fait qu’elle porte un maillot de bain d’une seule pièce, dont les seins sont recouverts d’une fine maille, ou tissage, qui l’attirait encore et laissait beaucoup de place au regard d’autrui, l’expliquait peut-être.

Mais Josie ne manquait pas d’atouts pour attirer le regard, et Jeremy n’avait pas réussi à empêcher son regard, et encore moins son attirance pour elle, d’être remarqué ou d’agir sur la table de massage.

“Nous nous amusons sans être compliqués par un quelconque attachement émotionnel. Nous connaissons tous les règles avant de jouer”, lui dit Josie avec une assurance calme dans sa voix chantante. “Jeremy a pris soin de lui et, je suppose qu’avec toi, il a une raison de le faire.

Brigitte soupira et suivit son regard.

Jeremy se tenait sur le bord de la piscine et essuyait l’eau sur son corps et ses jambes avec ses grandes mains. Ce maillot de bain bleu ciel à cordon de serrage flattait son séduisant mari et aurait été parfait sur un homme plus jeune. Sur Jean, il lui donnait encore plus de formes que lorsqu’elle l’avait vu sec. Il était un peu bedonnant et ses pectoraux n’étaient pas aussi fermes que sur Karim, mais sa virilité ne faisait aucun doute, les poils de son torse étaient gris et tranchaient sur sa peau bronzée.

“Je suis plus que satisfaite de Jeremy, de ce que nous avons”, choisit-elle de confier, “même s’il a ses moments d’égarement. Mais…mais je ne suis jamais loin quand il fait ça.”

“Oh…oh, c’est vrai !” demanda Josie d’un ton brusque. Elle se redressa et regarda Jeremy comme si elle avait de nouveaux yeux. “Tu crois qu’il s’éloignerait pendant qu’il est ici et avec moi ? J’ai eu l’impression qu’il le ferait quand je l’ai massé”.

“Je l’ai massé, tu veux dire”. Brigitte rit doucement en regardant l’espace qui les sépare. Josie était allongée, ses longues jambes tendues et son ventre plat, ses seins affaissés dans les petits bonnets de son bikini. Jeremy apprécierait de prendre une version plus jeune de la femme qu’elle, son épouse, était devenue.

Les hommes les rejoignirent, se baignèrent pendant que les femmes bavardaient, et Jeremy s’affala bientôt sur une chaise longue avant de s’ébouriffer les cheveux. Il les regarde tour à tour.

“Vous ne vouliez pas venir vous baigner”, dit-il en croisant le regard errant de Brigitte, alors qu’il était allongé, complètement détendu, et de nouveau l’objet de l’attention passionnée de Josie. Il la regarde à présent. “Qu’est-ce qui te préoccupe ?

La franchise de son regard et la question qu’il lui pose la surprennent. “Eh bien….”

“Vous voulez tous les deux finir ce qui a été commencé sur les tables de massage. C’est ça ?” Sans se faire prier, il caresse du bout des doigts le ventre de Josie, puis retire sa main. “Karim l’a dit pendant que nous nagions.

“Et qu’en est-il ?” Josie s’allongea sur le côté, ses seins s’affaissant tandis qu’elle le regardait. “Brigitte n’est pas très sûre de tout cela, de ce qui s’est passé jusqu’à présent entre nous.

“Oh, je suis sûre que tout va bien”, rétorqua-t-elle vivement. “Je n’aurai pas un instant de répit tant que nous n’aurons pas terminé ce que vous avez commencé tous les deux. Jeremy est bien plus impliqué que moi.”

Elle rencontra son sourire doux et compréhensif.

“Reste avec moi et je suis sûre que Karim t’aidera. Nous aurons assez de temps pour profiter tous les deux de ce que cet endroit et la station ont à offrir. Trois d’entre nous ont besoin d’un remède à ce qu’ils ressentent. J’espère que tu viendras et que tu ressentiras la même chose”.

La lente caresse des doigts de Josie n’empêcha pas Jeremy de se pencher pour embrasser Brigitte, et il la sentit hocher la tête en signe d’accord tacite avec ce qu’il lui avait proposé.

“Notre chambre. Elle est plus proche de l’ascenseur”, dit Karim en tendant la main à Brigitte et en l’aidant à se lever de la chaise longue. “Il n’y a personne, là-haut, pour nous voir.

“Oui, c’est vrai, soupire Brigitte, résignée. Comment allait-elle faire face à ce qu’elle savait qui allait bientôt se produire ?

Brigitte sentait qu’elle perdait le contrôle. Ce qu’elle avait accepté de faire avec d’autres lorsque Jeremy s’égarait, ou qu’il voulait poursuivre d’autres façons de faire et avec une autre femme, devenait plus difficile à résister lorsqu’il s’agissait d’un amant potentiel beaucoup plus jeune qu’elle et certainement Jeremy.

Les picotements qu’elle ressentait sur sa peau furent étouffés par une nouvelle sensation délicieuse lorsque Karim passa son majeur dans la fente étroite de son derrière. De haut en bas, Karim la frotta, son doigt raide s’enfonçant de plus en plus profondément à chaque plongée, l’incitant à écarter encore plus les jambes jusqu’à ce qu’il puisse trouver sa chaleur humide, ses doigts glissant vers le haut et glissant des caresses vers sa chatte.

“Euh…euh”, gémit Brigitte, alors qu’il atteignait le dessous et caressait ses lèvres extérieures, et que son pénis se frottait contre elle, les revendications des doigts et cette longueur de chair dure la faisant jaillir. “Cela ne va pas plus loin !”

“Laisse-moi faire ça pour toi”, entendit-elle tandis que Karim se plaçait entre ses jambes, ses mains poussant sur elles jusqu’à ce qu’elle enfonce ses pieds dans le lit, ses genoux écartés et ce jeune homme lubrique allongé entre eux.

Karim se déplaça, déposant des baisers sur son ventre, et enroula bientôt sa longue langue autour de ses mamelons rebondis, les faisant mousser avec sa salive avant de les sucer, l’un puis l’autre, entre ses lèvres. Pendant qu’il faisait cela, une main s’agrippait à la houle de son sein non réclamé, et ses gestes se répétaient encore et encore.

Brigitte sentit son corps s’emballer comme jamais auparavant. Le malaise qu’elle avait ressenti en sentant l’attirance du jeune couple pour eux et les moments de séduction prolongée au bord de la piscine ne l’avait pas quittée, et en voyant et en entendant comment Jeremy était en train de s’ébattre avec Josie, il lui était difficile de ne pas succomber. Karim voulait quelque chose en retour pour que sa femme soit prise de la manière qu’ils pouvaient voir et entendre de l’autre côté du lit, Josie s’accrochant à Jeremy tandis qu’il la prenait dans de longs mouvements plongeants.

Quelque part, au fin fond de son esprit, elle sentait encore que ce qu’ils faisaient tous était mal. Mais la façon de faire de Karim l’empêchait de s’en soucier, ce qui lui procurait un plaisir inattendu.

“Huh…Karim…Karim !” Elle serra la tête de Karim contre ses cuisses et poussa un gémissement aigu alors que la sensation de la langue de Karim sur sa fente la tourmentait avec un plaisir inhabituel et pour sa nouveauté. Elle frémit et halète : “Oh ! Oh mon Dieu !”.

Karim fit tourner le bout de sa langue contre les plis extérieurs de sa bouche, puis les effleura rapidement, provoquant des crampes et des tremblements dans son ventre. Il pressa ses lèvres pleines contre elle, enveloppant son sexe tandis que ses doigts travaillaient doucement pour exposer son clito. Rapidement, il se mit à mordiller et à lécher, à sucer plus fort et avec plus d’insistance le capuchon de chair sensible de la jeune femme.

Ses mains agrippèrent les épaules de Karim et elle fixa le jeune homme qui dévorait son sexe sans relâche.

“Elle se rendit compte que d’autres mains étaient posées sur son corps, saisissant ses seins, l’une puis l’autre.

“Je laisserai Jeremy le faire aussi pour toi quand nous aurons fini”, dit Josie, sa voix sortant du brouillard de plaisir qui l’envahissait. Elle regarda Karim et le vit s’agenouiller entre ses jambes, son pénis épais sortant de son ventre. Il en avait assez, mais pas autant que son Jeremy.

Karim ne la fit pas attendre longtemps.

Le regard de Brigitte se posa sur son entrejambe ; une main se tendit alors vers le bas pour sentir son épaisse longueur se gonfler en réponse à son contact. Elle caressa et frotta, et elle sentit Karim trembler, son pénis tressaillir et se raidir sensiblement. Ses couilles pendaient lourdement sous lui et elle les pétrit, se tortilla pour pouvoir les atteindre. Elle voulait le travailler à deux mains.

Elle irait jusqu’au bout avec lui, maintenant qu’elle avait vu et entendu ce que Jeremy partageait avec Josie. Leur vue l’excitait au plus haut point et la poussait à agir. Elle amena Karim à s’allonger et, agenouillée à ses côtés, à portée de main de Jeremy et de Josie, elle commença à caresser la bite tremblante de Karim, faisant glisser ses lèvres et sa langue sur les côtés jusqu’à ce qu’elle s’y enfonce.

Karim gémit tandis que la femme, dont le riche mari s’occupe de sa femme, l’enfonce profondément dans sa gorge. Elle trouva un rythme et glissa de haut en bas, exerçant des changements de pression au fur et à mesure qu’elle suçait. “C’est tellement bon !

Brigitte aspirait, haletait, engloutissait, ses lèvres luisaient, ses joues rougissaient tandis qu’elle se délectait de la sensation et du goût qu’il avait dans sa bouche. Karim s’allongea et caressa ses hanches et ses fesses, ce qu’il pouvait atteindre, tandis que ses cheveux doux effleuraient son kin. Il trouva les dômes galbés de ses seins et arrêta leur balancement sur sa peau tandis qu’elle l’embrassait, la chaleur humide de ses seins étant à la fois sensuelle et agréable.

Elle ne leva pas les yeux, mais Brigitte pouvait l’entendre respirer profondément et pousser des soupirs d’approbation qui semblaient venir du plus profond de son être. Ses réponses l’ont poussée à aller de l’avant ; elle était maintenant inconsciente de la présence de Jeremy à côté d’eux, et elle a balancé sa tête de haut en bas, d’avant en arrière sur la longueur de Karim, et ce, de plus en plus rapidement. Elle fit glisser sa langue le long du corps de Karim et pétrit son sac avant de plonger à nouveau sur lui.

C’était ce qu’elle faisait pour les autres, mais d’après les réponses de Karim et ce qu’elle ressentait en entendant et en voyant ce que Jeremy faisait avec Josie, elle en voulait plus… tellement plus. Les moments partagés semblaient sans fin et sans limite. Ils étaient tous les deux en train d’atteindre un sommet inconnu de désir sans entrave.

Avec un grognement rauque, Karim se retira de sa bouche, sa longueur gonflée brillant et dégoulinant de sa salive. Il était pris par l’instinct et devint un véritable prédateur, poussant Brigitte sur le dos sur le lit et soulevant l’une de ses jambes sur son épaule. Son geste ouvrait la voie à sa chaleur humide et invitante.

Brigitte, toujours haletante et déglutissant, dans une vaine tentative de se calmer, regardait Karim se dresser au-dessus d’elle, avec un regard lubrique dans les yeux alors qu’il observait son corps nu et l’endroit où il voulait être.

Elle n’arrivait pas à trouver les mots pour retarder le moment où il prendrait possession d’elle, et elle se rendit compte qu’elle devait s’arc-bouter, quoi qu’elle dise. Karim manipulait avec confiance sa longueur durcie, frottant la tête contre son ventre et l’intérieur de ses cuisses. Puis il fit glisser la longueur de son sexe de haut en bas le long de sa fente. Brigitte avait les yeux rivés sur lui, ses mains agrippant ses avant-bras. Son corps est tout excité par l’attente. Assez parlé. Assez de taquineries. Assez de tentation.

Son esprit se déchaîne. “Baise-moi, bon sang !”

Avec ce signal verbal et la vue de son corps galbé, de sa chaleur gominée et des plis roses de sa chatte ouverts à son regard, Karim stabilisa sa tige et s’enfonça en elle d’une seule poussée régulière.

“Aah…ohh ! Brigitte ferma les yeux pendant qu’il la pénétrait. “C’est si bon… si fou et si bon !

Leurs entrejambes se rencontrèrent alors qu’il la remplissait. Pendant plusieurs secondes impossibles, il resta en elle, pulsant et palpitant, profitant de sa chaleur, de son humidité et de sa douceur. Lentement, il se retira, presque de toute sa longueur, avant de s’engouffrer à nouveau en elle. Le lit sous elle s’affaissa tandis que les mouvements de poussée et de balancement de Karim augmentaient régulièrement.

“Tu me plais… comme tu me plais !” grogna-t-il tandis que Brigitte gémissait sous lui, son corps caressé par ses cuisses avant qu’elle ne bloque ses jambes derrière son dos

Il la baisait. Chaque fibre de chaque muscle durci de son jeune corps travaillait maintenant à la perfection, son pénis la remplissant d’une poussée après l’autre d’une chaude luxure. Elle s’accrochait à son cou et partageait des baisers improbables et brûlants avec un jeune homme qui jouait son rôle d’amant à la perfection. Son moral monte en flèche alors qu’elle s’efforce de participer à l’acte et qu’elle tient à peine le coup. Alors que les muscles de son entrejambe se contractaient, elle sentait chaque centimètre gonflé de sa bite qui entrait et sortait d’elle.

“Allez, Brigitte”, lui dit Karim dans un souffle profond et rauque, “En haut et en rond”.

Il se retire un instant et la met à genoux. Elle regarde le visage de Josie. Un faible sourire s’y dessinait.

Sa respiration s’accéléra, puis s’accéléra. Elle eut un sursaut. Karim se jeta sur elle par derrière, son entrejambe s’écrasant contre les fesses de la jeune femme, tandis qu’il la poussait à un rythme effréné. Il enfonça ses doigts dans les hanches de la jeune femme et la poussa impunément vers l’avant, encore et encore.

“Ah… désolé Jeremy ! Je dois le faire maintenant !”

Elle sentit son mari se pencher vers elle et l’embrasser, interrompant ainsi un instant ce qu’elle était en train de faire avec Josie. “Je sais que c’est ce que je veux pour toi”.

La tête de Brigitte bascula en arrière à chaque coup de queue de son mari jusqu’à ce qu’elle sente les doigts de Karim s’entortiller dans les mèches de ses cheveux doux. Elle leva les yeux vers le plafond et se perdit dans les bouffées de plaisir que lui procurait Karim, qui s’acharnait à enfoncer sa queue gonflée dans son corps aussi vite qu’il le pouvait.

Leurs deux corps étaient douloureux

Elle frissonna, c’était encore mieux que ce qu’elle avait imaginé. Sa bite était si épaisse, si dure, si chaude. Sa chatte était si serrée qu’elle avait l’impression qu’elle essayait d’étreindre sa bite tandis qu’elle la faisait glisser plus profondément à l’intérieur de son corps, de sa chatte qui la serrait et la tordait. Lorsqu’il fut entré aussi loin que son corps le permettait, elle s’éloigna de son baiser et murmura chaudement.

“Baise-moi vraiment, Karim !”

Il la poussa vers le bas, se retira et Brigitte se tourna pour s’allonger sur le dos. Elle fit ce qu’elle demandait et il fut bientôt enfoui dans sa chatte chaude et humide. Il laissa le poids de son corps retomber sur elle et elle enroula ses jambes autour de sa taille. Il entra et sortit d’elle aussi fort et aussi vite qu’il le pouvait, sa bite étirant sa chatte et s’arrêtant au bout de son tunnel d’amour. Elle commença à gémir et à gémir d’extase. Son orgasme ne cessait de croître, et lorsqu’il éclata, son corps se noya dans des vagues de plaisir.

“Tu es là ?”, souffla-t-il.

“Oui…oui !” cria-t-elle. “Karim ! Oui, je suis Karim ! Oui… vas-y… vas-y ! Oui !”

Karim sentait sa chatte s’agiter autour de sa bite, et comme elle hurlait de plaisir pour lui, il ne pouvait plus se retenir. Il enfonça sa bite profondément en elle et au lieu de se retirer, il la poussa à plusieurs reprises, sentant la tête de sa bite pousser contre l’extrémité de la chatte. Sa bite entra en éruption, faisant jaillir une à une toutes les gouttes de sa semence dans sa chatte merveilleusement humide et serrée.

La femme réticente qu’il avait rencontrée pour la première fois était différente aujourd’hui. Elle avait changé et il savait qu’il allait souffrir de ce qu’il avait partagé si tempétueusement.

“C’était si bon… irréel pour la première fois !” Il rit de désarroi et roula hors d’elle. Karim s’allongea à ses côtés et ils écoutèrent ce qui se jouait encore à côté d’eux sur le grand lit, un lit incroyablement large. C’était comme si les propriétaires de l’hôtel savaient ce qui pouvait se passer entre les personnes séjournant ici.

Il avait mal aux couilles après ce qu’elle lui avait fait. Brigitte l’avait gaspillé et ce qu’il avait vu dans les yeux de Josie alors qu’elle tendait la main pour le réclamer était différent des autres fois, et quand deux devenaient quatre.

“Il y a une première fois pour tout… ma Brigitte étant sur le lit avec moi alors que je fais l’amour avec une autre femme”.

Les caresses de Brigitte ne l’ont pas empêché de revendiquer la jeune femme qui demande tant de ses manières énergiques et lascives de la prendre.

Jeremy le dit en s’agenouillant entre les jambes de Josie et en déposant de lents baisers sur sa peau, de ses chevilles aux mollets, derrière ses genoux, puis sur la peau douce de ses cuisses, les doigts d’une main traînant sur sa chatte et y pénétrant doucement avant de se délecter du creux de son ventre, de son nombril, de la vue des os de ses hanches, de ses seins affaissés mais galbés ; tout cela enflamme ses sens. Elle est jeune, si vivante, si désirable.

“Lève tes jambes pour moi”, entend-elle lui demander, à travers les caresses et les baisers qu’il dépose sur sa peau. Elle sent ses lèvres mordiller ses fesses avant que sa bouche ne se pose sur son monticule et que sa langue ne commence sa danse excitante sur sa fente. Elle se déplace de haut en bas, puis de nouveau en arrière, la pointe piquant et vacillant de façon imprévisible. “Je vais te manger, Josie, jeune beauté.

“Je vais te manger !”

Elle ne peut que rire, un son qui se transforme en gémissement au fur et à mesure qu’elle succombe à sa faim, et elle est tellement insouciante qu’il pousse un petit coussin sous ses fesses pour la soulever plus près et contre sa bouche déchaînée. Jeremy s’empare de sa chaleur gorgée d’eau, ses cuisses se referment autour de sa tête et elle frissonne lorsqu’il est maintenu sur elle.

“Tu vas me démolir ! hurle-t-elle, succombant aux chocs de son orgasme, l’esprit et le corps ne faisant plus qu’un, en un rien de temps, et à cause de ce qu’il lui fait, en elle, mais pas encore avec elle. Elle s’accroche à la main de Karim, mais il est perdu dans ce qu’il est en train de faire avec Brigitte. Cette femme leur a bien caché son côté sauvage !

“Et j’ai eu envie de te baiser dès que je t’ai vue pour la première fois “, lui avoue-t-elle.

“Tu vas le faire, alors fais-le !”

Elle le sent s’éloigner, ses jambes tremblent sous l’effet de ses mains et de ses lèvres caressantes. Elle a vu comment son pénis a déformé son slip de bain, et maintenant, c’est elle qu’il va prendre.

“Il s’agenouille sur le lit entre ses jambes, suffisamment près pour qu’elle puisse saisir son sac et cette longueur de chair qui bouge lorsqu’il attrape le paquet de préservatifs sur la table de chevet. “Il ne faut pas que j’oublie d’en mettre un, n’est-ce pas ?

“Quand je le dirai et pas avant”. Elle s’assoit et Jean s’agenouille tandis qu’elle se rapproche et que son pénis heurte ses lèvres affamées avant que sa langue ne tourbillonne autour et sur le bout bombé, ses doigts agiles s’enroulant autour de la peau veinée et le travaillant. Elle va s’étouffer s’il lui baise la bouche d’une manière aussi profonde que celle qu’il entreprend maintenant.

“Il l’embrasse alors qu’elle se détache de lui, le regard glacé, comme si elle était tombée dans un autre monde, après avoir poursuivi un acte avec un étranger. “Allonge-toi encore pour moi, belle Josie”.

Elle sent ses baisers sur ses cuisses, la chair douce que sa bouche parcourt tandis que ses doigts travaillent à nouveau sa fente jusqu’à ce que sa bouche s’y pose une fois de plus et que sa langue vacillante y pénètre et en ressorte. Elle se déhanche, puis se tortille lorsque ses doigts descendent jusqu’à son trou du cul et que son pouce appuie sur son pubis puis sur son clitoris.

“Jeremy ! Ce que tu me fais, c’est de la folie ! ” s’écrie-t-elle, sachant qu’un autre orgasme est en train de se précipiter sur elle.

L’homme le sait puisqu’il se retient, et relâche son emprise sur elle, mais ses doigts continuent leurs caresses et piqûres séduisantes. Chaque contact est maintenant consacré à sa fente et aux parois de sa chatte. Elle est tellement mouillée qu’ils glissent sur sa peau énervée en caresses légères comme des plumes et en piqûres alléchantes.

“Ne va pas trop loin avec ces attouchements… tu sais ce que je veux dire ! Elle s’écrie, ses mots ne correspondent pas à ce qu’elle ressent à son contact, et pourtant elle est indéniablement ravie de ce qu’il a cherché à faire. Elle n’est tout simplement pas intéressée par des relations sexuelles dépravées, mais par le meilleur de l’amour décontracté, sans engagement.

“D’accord, Josie, dis-moi quand je dois m’arrêter.

Il continue à la séduire par ses caresses, à la fois sur sa chatte et sur la peau ridée de son trou du cul, mais en une seule fois, elles ne font que taquiner les bords. Elle ne peut s’empêcher de trembler, de se cabrer et de se déhancher sur le lit pour répondre à ses caresses, les caresses sur son clito l’amenant là où elle sait que Jeremy veut être. Les manières de Jeremy sont comme les caresses d’un masseur, lentes et délibérées, et elle frissonne à nouveau et est submergée par les poussées d’un orgasme. Elle avait besoin de tout cela, de ce que son anticipation nerveuse d’être avec lui attendait, et des années évidentes d’expérience de Jeremy qui ont été apportées à sa prise d’elle, jusqu’à présent.

“Je veux plus, tellement plus”, s’écrie-t-elle en se libérant de son emprise sur elle. Elle veut le toucher et le caresser, caresser la peau poilue de son torse, déposer de lents baisers sur sa bite et le prendre, l’assaillir de ses caresses, tout comme il l’a fait pour elle.

Il s’allonge entre ses jambes écartées et s’appuie sur ses coudes près de sa tête, contemplant avec admiration son corps, la façon dont ses seins sont étalés, ses mamelons durs et fiers. Il embrasse et fait glisser lentement sa langue sur la peau chaude qui les recouvre, puis il suce ses mamelons, les faisant rouler entre ses lèvres qui les tiraillent.

“Puis-je lécher ton clito ?” demande-t-il avec un sourire diabolique sur les lèvres et en la regardant dans les yeux.

“Tu crois que je peux t’en empêcher ?” balbutie-t-elle, ses caresses l’excitant une fois de plus.

“Non, mais ce serait mieux si je sentais tes mains sur moi pendant que je fais ça. Nous pouvons jouer….”

Les baisers de Jeremy descendent déjà sur le corps de la jeune femme alors qu’il termine de parler et ne laissent aucune partie inoccupée : ses seins, ses mamelons, le creux de son ventre alors qu’elle inspire de profondes bouffées de plaisir impudique, puis ses cuisses, la chair douce qu’elle veut toucher là. Le plaisir monte encore en elle, et elle veut qu’il porte toute son attention sur son clitoris, mais Jeremy attend pour le faire. Il passe sa langue de chaque côté de sa chatte de manière experte et plaisante, et elle sent que seule sa langue lui procure du plaisir.

“Il l’embrasse et ses doigts écartent lentement ses lèvres avant qu’elle ne les sente pénétrer dans son corps, pour la caresser et la faire tourbillonner.

“Elle halète et tend la main vers sa tête pour le guider dans ses revendications. “Est-ce que tu vas me laisser faire quelque chose pour toi ?”

“Je peux attendre. Profite de ce qui se passe entre nous en ce moment”. Il change de main, mais l’attention qu’il lui porte se poursuit sans relâche, son pouce travaillant doucement son clito tandis que ses doigts effleurent et taquinent son point interdit. Ensemble, ils glissent et tourbillonnent sur sa chair humide et énervée d’une manière qu’elle n’avait jamais connue auparavant, l’intensité du rythme séduisant de ses caresses la faisant se déhancher et s’agripper à sa peau.

“Elle halète lorsque ses doigts l’amènent au bord du gouffre avant qu’elle ne bascule dans un autre orgasme, ses doigts la travaillant sans relâche, plus rapidement, de haut en bas sur sa fente et sur son clitoris. Elle jaillit alors que son orgasme la submerge et elle est consternée par l’effet que ses contacts ont sur elle, un orgasme se succédant à un autre. Karim est bon, mais ce type l’a amenée à un nouveau niveau d’expérience.

“Il sourit, se déplaçant au-dessus d’elle pour l’embrasser alors qu’elle s’accroche à lui et redescend de ses sommets, une jouissance dévastatrice succédant à une autre.

“Non, je n’en avais aucune idée ! Je n’en avais aucune idée jusqu’à ce que tu viennes me montrer”, dit-elle en riant d’un air incrédule mais avec un plaisir évident.

Elle répond au sourire de Karim, mais celui-ci reprend le plaisir de la femme plus âgée qui se tortille sous lui, ses jambes caressant son corps sans parvenir à l’agripper. Il semble qu’ils se livrent à un combat inégal pendant qu’ils baisent.

Jeremy a vu, à la réaction de la femme aux yeux écarquillés, qu’elle s’inquiétait de la façon dont les choses allaient se dérouler à partir de maintenant, mais elle a pris sa longue bite arquée dans sa bouche, a fait glisser et tourbillonner sa langue sur le bout bombé, puis sur les côtés, en prenant ses couilles dans sa main ce faisant. Ses manières l’ont rapidement fait gonfler au maximum, pour susciter un resserrement dans son ventre et la ronge de la faim pour son corps que la manger seule n’avait pas entièrement satisfaite.

“Allez, tu m’as maintenant”, dit-il en lui tenant la tête et en sentant les cheveux de Josie glisser entre ses doigts lorsqu’elle montait et descendait sur lui. Après plusieurs minutes, elle détacha sa bouche de son membre gonflé et l’embrassa, fit tournoyer sa langue dans sa bouche pendant qu’ils s’embrassaient, s’aspiraient mutuellement le souffle et tiraient sauvagement sur sa queue. Elle contrôlait la situation pour l’instant.

“Tu es si long et si fort “, murmura-t-elle en signe d’appréciation et reprit ses revendications sur lui, lui donnant la tête tandis qu’il la guidait dans ses revendications sur lui. “Veux-tu que je continue ?”

“Oui, tu n’as pas à me demander quoi que ce soit ! Fais ce que tu veux ! J’adore être ici avec toi.”

Elle continue à le repousser, pour que Jeremy s’allonge et lui laisse la liberté de faire ce qu’elle veut. Elle est aussi un peu curieuse du changement qui s’est opéré en lui ; le poursuivant est maintenant le poursuivi et elle l’embrasse en accélérant et en resserrant les mouvements, prenant ce qu’elle peut profondément dans sa bouche tandis qu’une main pétrit son sac à noix. Jeremy gémit lorsqu’elle ne fait qu’embrasser lentement la longueur de son sexe, faisant tournoyer sa langue sur son extrémité luisante, humide de précum, en des balayages alléchants.

Il crie “Encore moi !” et elle se détache de lui. “Je ne peux pas en supporter plus !

Jeremy s’agenouille entre ses jambes, les relève et enfouit son visage dans sa fente une fois de plus, tendant la main pour serrer ses seins avant de glisser des caresses sur son ventre, ses cris vers lui alors que sa langue s’enfonce en elle n’ont aucun effet.

Elle l’entend dire : “C’est l’heure, je crois”. Sa poigne redoutable sur ses jambes l’attire vers lui, tandis que le bout bombé de son pénis se presse contre les lèvres de sa chatte.

Elle gémit et se cambre, griffant son torse alors qu’il pénètre son corps et elle frissonne de consternation qu’il n’ait pas pu attendre plus longtemps, tout comme elle ne le pouvait plus. Il place le bout bulbeux de son pénis contre les lèvres humides et gonflées de son sexe et pénètre profondément et rapidement. Josie haleta, posa ses lèvres sur sa bouche et l’attaqua avec sa langue tandis qu’il commençait à la prendre à un rythme sauvage et effréné, sans aucune finesse. Il agissait comme s’il avait été privé de sexe, l’impétuosité des événements de l’après-midi, et maintenant ceci, un moment à savourer.

Les coups se succèdent et, lentement, elle le prend plus profondément dans son corps, ses mouvements de balancement et de piqûre l’étirant. Jeremy bouge ses hanches dans un rythme sinueux qui la fait grimper aux murs dans un plaisir nouvellement découvert. Il la soulève presque du lit à chaque poussée et elle pousse des cris d’encouragement en s’accrochant à lui. Ils sont impliqués l’un dans l’autre et ce que font Karim et Brigitte est à peine perceptible.

“Encore…encore…encore…encore !” Josie crie et Jeremy se penche, s’appuie sur ses coudes et la baise à un rythme de plus en plus rapide, ses jambes caressant ses hanches et ses bras se resserrant autour de son cou alors qu’il la remplit de son bâton de chair, qu’il la martèle et qu’elle ne peut que s’accrocher à lui.

Il s’écrie “Tu es si bonne dans ce que tu fais”, tandis qu’elle se déhanche et tire ; elle trouve la force de le travailler comme il le veut et comme elle a été provoquée à le faire. Il glisse dans son corps avec peu ou pas de résistance, ses doigts ayant ouvert la voie à tout ce qui a suivi. Il sent maintenant la chaleur gluante de la femme l’envelopper et le travailler sensuellement.

“Tu le fais si bien ! Vas-y, fais tout pour moi, Josie… vas-y !”.

“Baise-moi, Jeremy ! Baise-moi fort ! J’ai besoin d’avoir plus d’orgasmes et ils seront avec toi ! Partage-le avec moi !” L’homme plus âgé sait ce qu’il fait et elle veut tout avoir avec lui.

Jeremy aime la sensation qu’elle a autour de lui et renonce à toute finesse. Il s’enfonce dans son corps et s’en détache, s’enfonce et se retire comme s’il n’y avait pas de lendemain, pas de répétition de ce qu’il découvrait et partageait avec fougue.

Il était prêt à entrer en éruption, ses manières juvéniles et son énergie débordante le gardant avec elle. Ils voulaient la tempête d’un coup d’un soir mais aimaient la dévotion qui se découvrait, le partage de la chaleur et dans une mesure égale.

“Il haletait tandis que Josie le trayait, les muscles de sa chatte tirant sur lui par instinct féroce. Il sentait la pression monter dans son sac à noix, les pulsations rongeantes dans sa bite et la tension de sa charge qui voulait se libérer. Il avait besoin de se libérer, de trouver un moyen d’échapper au supplice qu’elle infligeait à sa bite.

“Jeremy ! Elle se cambra, enroula ses jambes autour de lui et sentit Jeremy exploser ; elle sentit son corps se heurter à elle tandis que son pénis entrait en éruption et expulsait son sperme, wad après wad, dans sa chatte qui l’acceptait. “Ne te retiens pas !”

“Comme j’aimerais !” Jean rit contre sa jeune peau, enfouit son visage entre ses seins et respire sa chaleur parfumée. “Comme j’aimerais pouvoir me retenir encore un peu. Tu ne m’as pas laissé le temps de mettre le préservatif”.

“Je m’occuperai des choses s’il le faut, Jeremy. C’était trop bon pour que je m’arrête”.

Elle frémit lorsqu’il se retira enfin et s’allongea. Son corps lui faisait mal et elle prit conscience, en s’assoupissant, que Brigitte et Karim étaient allongés à côté d’eux. Elle cherchait maintenant à s’allonger sur son homme et Brigitte fut encouragée à faire de même avec Jeremy.

“Merci de m’avoir laissé faire ça, mon amour “, embrassa Josie, tandis que Karim la tenait contre lui. “Nous risquons d’être défoncés à force de refaire ça… et encore, tant que nous sommes ici.

Josie a vu que Jeremy et Brigitte étaient engagés l’un envers l’autre, elle s’est simplement embrassée et Jeremy a serré Brigitte dans ses bras. Elle choisit alors de s’asseoir sur lui et, tout flasque qu’il était, prit encore Jeremy dans sa chaleur gominée et là où Karim venait d’être. Comme c’était devenu dépravé entre eux ! Comme leurs accouplements avaient été furieusement agréables !

“Je veux juste que tu sois là à nouveau”, embrassa Brigitte alors que les mains de Jeremy se refermaient sur ses seins et qu’il les guidait en caressant sa poitrine.

Jeremy l’a serrée contre lui, même si Josie s’est penchée pour embrasser sa bouche avant que Karim ne la reprenne.

“Assez pour l’instant, ma fille”, râla-t-il.

“D’accord, d’accord, mais je n’en ai pas fini avec ça. Josie s’allongea sur lui et sentit la caresse glissante de Jeremy comme pour la consoler. “Nous prendrons le temps d’être ensemble, à nouveau, tous ensemble”.

Josie était plus posée, maintenant qu’elle avait partagé la chaleur avec Jeremy, mais Brigitte remarqua qu’elle marchait d’un pas chancelant vers la salle de bain après avoir quitté leur lit et ils se composèrent tous une fois de plus.

Pour elle, les heures de l’après-midi, depuis leur arrivée, s’étaient écoulées dans un tourbillon hypnotique à la poursuite d’un plaisir impétueux et de doutes récurrents. Elle avait également succombé à l’attention d’un autre homme, ce qui avait donné lieu à des rapports sexuels tumultueux. Elle aussi se demandait si le retour à sa chambre se ferait sans vaciller, sans faire de pas hésitants. Cela révélerait à Karim et, plus important encore, à Jeremy, qu’elle avait abandonné toute retenue et qu’elle avait été prise… prise jusqu’à l’apogée d’un plaisir désintéressé.

Un autre homme avait été pris, lui avait glissé une longueur, et avait fait plus que tous les autres qu’elle avait poursuivis, tandis que Jeremy avait sauvagement et férocement possédé la jeune femme avec son corps svelte et ses manières trop passionnées et désinhibées. Elle s’était abandonnée à Karim, brisant les règles qu’elle s’était fixées auparavant, en voyant comment Jeremy se comportait avec Josie.

Josie avait été visiblement secouée par les orgasmes que Jeremy avait provoqués et elle avait ensuite accepté sa semence chaude.

Cela pouvait-il se répéter ? Pourrait-elle à nouveau partager les actes qui avaient été accomplis sur elle et qu’elle avait offerts en retour ?

“Ce que nous avons fait ensemble ne s’est produit qu’une seule fois”, leur dit-elle à présent, à qui veut bien l’entendre, mais surtout à l’intention de Jean. “J’en ai assez, je partage assez avec mon homme pour ne pas chercher plus et avec quelqu’un d’autre.

Elle aimerait son homme et Jeremy ferait ce qu’il faisait toujours après avoir baisé une autre femme, plus jeune ou du même âge que lui. Jeremy cesserait de s’amuser jusqu’à ce qu’il ne puisse plus se retenir. Quant à elle, elle avait suffisamment d’amour à partager entre eux deux, et sans les attentions d’une autre, pour que cela n’ait pas d’importance.

“Nous devrons attendre et voir où les prochains jours nous mèneront”, dit-elle. “J’ai aimé vivre l’instant présent, mais je n’en ai jamais fait une habitude.”

Josie ne sentit qu’un instant le toucher de son bras avant que Jeremy ne soit poussé vers la sortie, Brigitte le suivant de près. Les peignoirs couvraient amplement les corps chauds et rougis par l’effort.

Pour eux quatre, ce fut une rencontre rapprochée comme aucune autre.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Webcams sexy

Une TRANS débarque au telrose

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou