Vous êtes ici : Accueil > Histoire de sexe le dérapage de Sandra Chapitre 1
Histoires taboues Prostitution

Histoire de sexe le dérapage de Sandra Chapitre 1

xfr.fr-histoire-de-sexe-le-derapage-de-sandra-chapitre-1

Vient le jour fatidique de cette violente dispute. Pourtant depuis deux ans que nous sommes mariés, pas un nuage n’a obscurcis notre vie. Ce jeudi de fin juin où je m’emporte pour un rien, met fin à cette vie d’harmonie de couple.

J’ai vingt cinq ans, avec de gros soucis financiers, je viens d’être licencié depuis deux semaines. Sandra travaille, elle est secrétaire dans une boite de moyenne importance.

Moi je suis informaticien, maintenant au chômage.

Cette dispute vient du fait qu’elle s’est acheté quelques vêtements sexy. Le matin je ne l’ai pas vue, je suis resté au lit. Elle revient de son travail et je suis surpris de ces nouveaux habits. Une mini jupe à mi cuisses, en toile bleu et un haut en soie bleu clair, presque transparent.

Sandra est une très belle jeune femme de vingt et un ans. Grande, un mètre soixante quinze, mince avec un jolie fessier magnifique et des seins à faire damner un Saint, quatre vingt dix D, bien ronds, fermes et lourds. Ses cheveux blonds et ses grands yeux bleus, la rendent très attirante.

Habillée ainsi, elle est vraiment trop splendide. Je lui en fais le reproche de ne pas m’avoir montré ses fringues ce matin. Elle me sourit bêtement en me disant qu’elle a aussi acheté deux autres tenues tout aussi sexy pour l’été.

Alors, je lui demande combien a coûté le tout ? – Six cents euros, sans compter les chaussures et le sac à main, ça fait neuf cents cinquante euros en tout ! Me dit-elle naturellement

Je crois défaillir. mille euros de fringues, alors que je suis viré et que les traites vont être impayées, sans compter le loyer. J’entre dans une colère folle et la dispute commence. Tout y passe.

Mon boulot, nos finances, mon caractère depuis quelques temps, mon abstinence sexuelle, etc. Et aussi, sa désinvolture, ses tenues, ses dépenses, son look de p…

Et tout ce que nous ne pensons probablement ni l’un ni l’autre, mais que la colère et l’orgueil nous fait dire. Bien une demi heure plus tard, nous nous sommes calmés, pour repartir de plus belle, lorsque je m’aperçois qu’elle est nu sous ses vêtements.

Alors, elle me regarde dans les yeux et me dit : – Alain, tu sais, tu n’es qu’un pauvre con ! Elle sort en claquant la porte de la maison.

Quelques heures plus tard, je l’appelle sur son portable, mais il est fermé. Sans cesse j’appelle mais sans résultat. Elle rentre tard dans la nuit. Le samedi matin, elle me dit : – Alain, ne recommence jamais plus ça, je te préviens ? Plus jamais ça !

Je m’excuse et lui promet de ne plus recommencer. Mais depuis ce jour, Sandra change totalement. De presque soumise elle devient non pas autoritaire mais c’est elle qui  décide.

Elle est dorénavant toujours habillée sexy.

Un mois passe et arrive le moi d’août. Elle est en congés. Inutile de dire que nous ne pouvons pas partir en vacances. Nous n’avons pas payé le loyer de juillet et le propriétaire a été aimable d’attendre. Le six août, alors que nous sommes dans le jardin à faire la sieste, le propriétaire vient. Sandra a les seins nus avec un string.

Je le fais entrer dans la maison et lui explique que mes indemnités de chômage me seront payées que début septembre. Il ne eut rien savoir et exige un paiement immédiat et aussi qu’il est, en plus, très inquiet d’apprendre que je suis licencié. Je réussi à le faire patienter jusqu’au lendemain.

Affolé, nous ne pouvons obtenir un crédit de la banque qui voit nos prélèvements de crédits et connaît notre endettement. Je suis partis chez mes parents pour essayer de leur emprunter de l’argent. Mais arrivé chez eux, j’apprends par les voisins qu’ils sont partis en croisière, il y a trois jours.

Je rentres bredouille, avec Sandra, nous sommes très stressés. Nous ne savons comment faire. Sandra dit : – Il ne faut pas qu’il le propriétaire te trouve ici, je lui dirais, justement, que tu es parti chez tes parents pour leur demander de l’argent et comme ils habitent loin, tu ne seras de retour que dimanche soir. J’adhère à cette idée.

Le Samedi matin, vers 11 heures, nous sommes dans le salon, en tenu d’été, elle en robe légère et moi en caleçon, quand il sonne au portillon et je me dissimule vite dans le bureau. Elle le fait asseoir dans le salon et lui explique exactement ce qui était prévu.

Alors, il entre dans une colère telle que les voisins ont du entendre. Il me traite de tous les noms et de fainéant. Il demande à Sandra ce qu’elle fait avec un idiot pareil. Il sort son téléphone portable et dit lui qu’il va appeler son ami huissier pour pratiquer une saisie conservatoire et l’exécuter immédiatement.

Sandra le supplie de n’en rien faire, qu’elle fera tout ce qu’il voudra, pourvu qu’il ne lui inflige pas pareil déshonneur. C’est alors, qu’il dit froidement :

– Écoute petite, si tu es d’accord, on peut s’arranger, tu es jolie et tu me fais sacrément bander, alors si tu veux faire tout ce que je veux, pas de problème, je suis prêt à tirer un trait sur les deux mois de loyer à certaines conditions ? – Lesquelles ? Demande Sandra apeurée. – Simple, tu acceptes de baiser avec moi ces deux jours, en attendant que ton con de mari revienne et tu ne me dois plus rien . – Mais  ? – Y a pas de mais, c’est ça ou l’huissier dans une heure !

Je peste, je veux sortir et lui casser la gueule, mais il est grand et fort. La cinquantaine, c’est vrai qu’il est un ex militaire. Sandra qui réfléchit, elle voit la porte du bureau entre baillée. Elle me devine plutôt qu’elle me voit.

Elle  me regarde, froidement, puis se retourne. – Je n’ai pas d’autre choix, j’accepte ? – C’est un bon choix, allez, alors déshabille toi, fais moi voir ce que je viens d’acheter ?

Sandra obtempère et se trouve nue devant l’homme. – Va m’attendre dans le jardin. – Nue ?  – Bien oui ! Nue.

Elle sort et le propriétaire enlève aussi tous ces habits. Il est nue et bande à moitié. Je vois tout et sa queue me parait énorme. Probablement le double de la mienne tant en longueur qu’en épaisseur.

Ses couilles sont grosses comme des mandarines. Il caresse son appareil génital et sort dans le jardin.

J’ouvre doucement la porte puis je vais les épier derrière un rideau. Il a déjà pris Sandra dans ses bras, il l’embrasse à pleine bouche, ses mains la caressent sur tout le corps, les fesses aussi les seins.

Puis il s’allonge à même le gazon et lui dit : – Viens me sucer, ma belle  ?

Hésitante, Sandra s’y résout, elle s’inquiète : – Les voisins, ils peuvent nous voir ? – Je me fiche des voisins, s’ils voient, tant mieux, ils sauront !

Alors Sandra s’agenouilla entre ses cuisses, regarde le sexe de l’homme,, Elle s’esclaffe : – Mais il est énorme, il est trop gros  ? – Ah ça te change de celui de ton mari, n’est-ce pas  ?

Elle ne répond pas. Elle prend l’engin dans sa main gauche et embouche un bout de la bite tendue. De sa main droite elle lui malaxe les couilles. Elle suce la queue avec avidité, je m’en rends bien compte.

Je pleure doucement. Je vois ma femme se vendre pour payer le loyer. Je regarde ma Sandra sucer une queue qui n’est pas la mienne. Durant au moins quatre minutes, elle s’active, je me rends compte que je bande du spectacle. Je me caresse sur le caleçon.

Le propriétaire fait mettre ma Sandra sur le dos, écarte ses cuisses puis lui enfonce un doigt dans la chatte. – Mais c’est qu’elle mouille la salope, elle est toute excitée de m’avoir sucé la bite  ? Il retire son doigt ainsi sans autre préparation, il positionne son gland à l’entrée de la vulve de Sandra.

Il pousse, son gland pénètre le vagin de Sandra qui pousse un petit un cri étouffé. Il pousse encore, il entre totalement jusqu’aux couilles. Sandra crie cette fois franchement. Ma femme est prise, ouverte par la grosse queue de notre propriétaire. Sa tête va de gauche à droite, ses râles sont bruyants. L’homme se retire et recommence de la baiser avec toute sa puissance. Je vois très bien le sexe entrer et sortir. Il est vraiment énorme, ma Sandra ne tarde pas à jouir fortement. – Ah la petite pute, elle jouit comme une jeune salope ?

Il la prend longuement ainsi, il la fait jouir au moins trois fois avant de s’enfoncer en elle pour jouir. Il répand son sperme dans le ventre de ma femme. Il restent soudés l’un à l’autre puis Sandra le repousse et s’enfuit. J’ai juste le temps de regagner mon bureau sans qu’elle me voit. Le sexe à l’air, je me branle et je jouis dans un mouchoir. Je devine qu’elle se lave.

L’homme entre dans le salon et appelle Sandra : – Viens ne t’habille pas, reste nue, sers nous des boissons ! Ils discutent dans le salon. – Alors, madame Sandra, tu vois ? C’est pas la mer à boire, c’était bon non  ? Ah ! Au fait je m’appelle Samuel.

Sandra le regarde en fronçant les sourcils, avec une mimique de la bouche. – Quoi, tu as pris ton pied trois ou quatre fois, tu rigoles  ? Sandra ne parle toujours pas. – Alors, c’était comment  ? – C’était bien !

– Bien seulement ?

– C’était très bon  !

– Tu regrettes  ?

– Non, mais j’espère que vous tiendrez parole ?

Il se lève, fouille dans sa sacoche, il sort les quittances des loyers qu’il remet à Sandra. – Non seulement, je tiens parole mais je te fais confiance, j’espère que toi aussi tu tiendras parole jusqu’à demain soir. – Et si mon mari rentre avant  ? – Tu te débrouilles pour qu’il ne rentre que dimanche soir  ?

Sandra apporte les boissons, naturellement elle se promène nue devant ce quinquagénaire qui aurait pu être son père. Après un moment, il dit : – Viens me sucer, ma chérie  !

Sans rien dire Sandra se lève et s’agenouille entre ses jambes. Elle le suce immédiatement. Elle y met du cœur ainsi que de la volonté. J’en suis étonné et même jaloux. Il l’arrête puis la fait asseoir sur le fauteuil, il est face à elle, la queue à bonne hauteur de sa bouche.

Il introduit son sexe démesuré dans la bouche de ma Sandra. Elle prend ses couilles dans ses mains. Il baise sa bouche et s’y enfonce régulièrement au plus profond, manquant de l’étouffer. Soudain, il stoppe et ne laisse que quelques centimètres de sa bite dans la bouche de ma femme. – Je décharge, je jouis, j’éjacule dans ta bouche de pute, avale mon sperme, avale tout  !

Il râle et Sandra reçoit toute la quantité de sperme. Elle suce la bite, elle se retire puis l’ ravale d’un seul coup. Ensuite elle reprend le sexe en bouche et le suce encore. Ça alors ? Elle en redemande. Elle qui m’a toujours refusé que je jouisse dans sa bouche, elle permet à cette homme de le faire, elle avale son sperme sans en être obligée.

J’en rage, je n’y comprends plus rien. – Formidable ma belle ! Tu suces très bien en plus, tu te comportes comme une vraie professionnelle. Ton mari est un homme heureux  ? – Mon mari n’a jamais eu droit à ça .

J’en reste scié, pourquoi elle dit ça  ? – Ah bon ! Mais, alors, pourquoi, moi  ? – J’en avais envie, c’est tout ! – Parfait, parfait, je suis donc privilégié et en avance sur ton cocu de mari  ? – Oui, on peut voir les choses comme ça.

Je les vois entrer et sortir de la maison pour le jardin et vice et versa. Il s discutent de choses et d’autres, ils semblent bien s’entendre tout les deux. Je crève de jalousie, je m’impatiente de questionner Sandra. Mais je sais que je dois rester planqué dans mon bureau.

Le soir, ils dînent dans le jardin, je les entends rires. Sandra se rend plusieurs fois à la cuisine mais n’a aucun regard vers la porte du bureau. Toujours nue, elle vaque.

Enfin ils entrent, lui derrière elle, la serrant contre lui, il lui pelote les seins.

Dans ses bras, elle semble une petite poupée fragile. Elle le guide vers notre chambre. J’attends un moment puis j’ose ouvrir délicatement la porte du bureau. Je m’avance dans le couloir qui mène aux chambres.

La porte est largement entre ouverte. Par chance la lumière du couloir n’est pas allumée, mais une lampe de chevet de la chambre oui. J’attends ainsi quelques minutes et aussitôt que je comprends qu’ils sont en action, je me risque dans la chambre d’amis juste en face de la notre, dont je laisse la porte entre baillée. J’ai une vue complète sur le lit.

La tête dans les coussins, ma Sandra est possédée par notre propriétaire qui la prend en levrette. Il la prend fortement à grands coups de reins. Les mains sur les hanches de ma femme, il la prend. Sandra râle en permanence et crie ses jouissances en continues. Ils durent ainsi au moins une demi heure. L’homme s’arrête, il suce le cul de Sandra un long moment. Puis il la reprend de nouveau, la fait encore jouir. Je vois qu’il enfonce son pouce dans le cul de Sandra.

Il s’arrête de nouveau, il guide son sexe sur l’anus offert. – Non, non pas par là ! Crie Sandra. Je suis rassuré de ce refus. – Tu es à moi pour ce week-end aussi tu ne dois rien me refuser ! – Mais je ne savais pas que  ? – Pas de limite, tu m’appartiens, ton corps m’appartiens. – Je vous en prie ? Non pas ça, je ne l’ai jamais fait, pas même avec. – Avec qui ? Ton con de mari, ça ne m’étonne pas, cependant, tu vas y passer  !

Il tient Sandra fermement d’une main et de l’autre il guide sa bite. Il appuie fortement, l’anus bien préparé s’ouvre non sans mal pour Sandra. Le bout s’enfonce dans le cul. Sandra le supplie d’arrêter. Mais, lui presse doucement, il sait qu’il a gagné. Il s’enfonce sans écouter les gémissements de l’enculée.

Quant-il est bien à fond, il demeure ainsi sans bouger. Sandra pleure doucement. Cependant, le bougre sait y faire, il ressort à moitié puis s’enfonce de nouveau très lentement. Il sort totalement, il pénètre sa chatte toute mouillée.

Puis il l’encule à nouveau et cette fois pour y rester. En quelques minutes seulement il a réussi à sodomiser ma femme avec son sexe énorme, alors qu’elle m’a toujours refusé ça avec mon petit sexe.

Doucement il permettait au cul de Sandra de s’adapter à son enculage et à la grosseur de sa bite. Tant et si bien que j’entendis des soupirs de plaisirs sortir de la bouche de Sandra.

C’est elle d’ailleurs qui parle la première. – Oh ! Samuel, je n’aurais jamais cru que … C’est bon, c’est si bon, continue. OH ! OUI, va y encule moi, encule moi comme une putain, comme la pute que je suis. – Dis que tu aime ma bite, ma salope ? – Oh ! Oui, oui, je l’aime ta bite dans mon cul, dans ma chatte aussi dans ma bouche . – Tu ne pourras plus t’en passer, je viendrais souvent te prendre, si tu veux ? – OH ! Oui, tant que tu veux, tout le temps, Samuel.  – Et ton mari  ? – Mon mari sera cocu voilà, continue, encule moi encore ?

Il l’encule encore longtemps avant de crier :

– Je vais jouir dans ton cul ma chérie, je vais t’inonder le cul. – OOH ! Oui, viens, viens dans mon cul. Ils crient ensemble leur jouissance, Sandra jouit encore et encore de se faire enculer, il envoie tout son sperme dans le cul de celle qui était, il y a encore quelques heures, ma fidèle épouse. Malheureux, je regagne vite mon bureau.

Le lendemain, ils déjeunent dans le jardin, ils sont toujours aussi nus. Je remarque que Sandra es tout à son aise. Elle l’embrasse d’elle-même et attrape souvent sa bite au passage. Je l’entends même dire : – Qu’est-ce que tu m’as mis ce matin ! J’ai la chatte ouverte et ton sperme colle mes poils. – Et c’est pas fini. – OH !Oui, oui, j’en prendrais bien encore ?

Effectivement, après une sieste réparatrice, il la prend dans le jardin, puis l’encule encore une fois. Il dure encore plus longtemps que la veille. Il l’encule sans ménagement. Il a enduit son cul de beurre aibsi il peut lui pénétrer son cul sans problème.

Sandra se déchaîne, elle implore son enculeur de se retenir de jouir. Il se plante au fond de ses entrailles pour y déverser son sperme, il jouit. Sandra râle de plaisir : – OOOH ! Samuel, je suis à toi, tu m’as révélée, je ne pourrais plus me passer de toi, maintenant ? – Rassure toi ! Je viendrais souvent t’en mettre un coup. – OH ! AAARFF ! Oui, Oui !

Vers dix sept heures, Sandra attire son amant dans la salle de bain. Elle sait que je dois arriver. Je sort donc de ma cache, ainsi à dix huit heures j’entre. Ils sont là au salon nus. Je prends mon air le plus étonné, le plus offusqué : – Mais enfin qu’est-ce que cela signifie  ? – Eh bien ça signifie, pauvre idiot, que ta femme a payer les loyers que tu es incapable de payer, voilà ce que ça signifie ! – Comment, je ne comprends pas  ? – Explique à ton mari nos accords. – Alain ! Samuel a accepté d’annuler les loyers dus, j’ai d’ailleurs les quittances, contre un week-end avec moi. – Avec toi   ? – Oui, nous avons eu des rapports sexuels contre les loyers, tu vois§ dit elle agacée. – Mais enfin et moi dans tout ça ? – Toi ! Tu économises les loyers, Sandra a fait ce qu’elle pense devoir faire et moi je suis satisfait de m’être envoyé une si jolie jeune femme. Tout le monde est content  ? – Content, content, vous en avez de bonnes, vous, c’est de ma femme qu’il s’agit ! – Oui ! Donc tu es cocu et content.

– Alain, il faut bien reconnaître que Samuel a été un gentleman et pour tout te dire, j’y ai pris beaucoup de plaisir. – Quoi   ? – Ta femme te dis qu’elle a aimé que je la baise.

– Ah bon ! En plus elle a aimé  ? – Oui, Alain j’ai aimé et si tu veux savoir, j’ai joui plus qu’avec toi, Samuel a une grosse queue, il faut aussi que tu saches que je lui ai tout donné de moi. -Qu’est-ce que ça veut dire   ?

– Je l’ai sucé, j’ai aussi avalé son sperme en plus, il m’a enculée. – Qu-est-ce que tu dis, Là ? Il  ? – Oui tu as bien entendu.

Je m’effondre dans un fauteuil et fait semblant d’être atterré. Surtout que je me suis découvert être un voyeur, de les voir baiser et les entendre je bande comme un taureau, j’en décharge sans me touché. C’est le pied pour moi. – Maintenant je rentre chez moi et tu n’as plus de problème de loyers. Il remet ses vêtements et part. Seul avec Sandra nous avons beaucoup à nous dire.

La suite demain

Sam Botte

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

        
            

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Supprimer la publicité en devenant donateur

Merci

En devenant donateur, vous nous soutenez et pour vous remercier, nous supprimons toute la publicité. En prime, vous avez accès à des histoires taboues rien que pour vous !

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Plan sexe

Nouvelle Coquine

Solange 9

Bons plans coquins

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Visio Skype

skype tel rose amateur

Histoires lues en ce moment

Webcam Skype

telrosegol

Médias de la Communauté

Rencontres

Sexe à distance

téléphone rose pas cher
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accept
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings