Histoires taboues et histoires de sexe

Histoire de sexe Le frisson de luxure avec une femme chaude

Soumises et vicieuses, ces femmes aiment le sexe bdsm et la l'humiliation
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire de sexe Elle tremble devant moi, une sorte de contrecoup. Son cul est orné de chair de poule, une texture excitante sur sa chair douce et lisse, un vrai signe de sa stimulation. Je contemple le paradis. Les plis de sa poitrine scintillent dans le doux nectar de son orgasme, chaque secousse provoquant une contraction qui ne fait qu’adoucir la vue.

Sa respiration est lourde même si les tremblements commencent à ralentir, son aspiration de l’air frais du soir est encore agréablement laborieuse. Elle est captivée. Le bandeau maintient l’obscurité qui caresse sa vision. Je ne peux que rêver à ce qu’elle voit, peut-être son imagination remplit-elle son champ de vision, ou peut-être ne voit-elle que le plaisir des éclairs, des étincelles et des étoiles au fur et à mesure que l’intensité fluctue. J’ai été silencieux, j’ai seulement grogné et grogné quelques fois. Ces sons sont survenus lorsque j’étais hors de contrôle, mon propre plaisir étant trop grand pour que je sois conscient de ma voix. Le silence la garde pour elle, totalement immergée dans son propre plaisir. Sa voix est encore forte, comme le prouvent les cris qu’elle a poussés au moment de l’orgasme. Cependant, le bâillon boule l’empêche de parler de façon intelligible. Ses gémissements et ses cris étouffés dans le matelas ont laissé une tache humide d’une taille presque égale à la bave de son désir, juste en dessous de son incroyable cul, arrosant l’oreiller sous ses hanches et le matelas bon marché de l’hôtel. Elle est allongée sur les taches humides, face contre terre, incapable de bouger. Les liens sont enseignés et la rendent immobile à l’exception de ses tremblements convulsifs.

Elle ne peut pas me taquiner, elle ne peut pas me regarder avec ces yeux qui me détruisent, elle ne peut pas dire ce qu’elle veut, elle ne peut pas me dire d’arrêter. Je peux voir à la façon dont elle essaie de soulever ses hanches de l’oreiller qu’elle ne souhaite pas que je mette fin à ma domination. Je regarde fixement son incroyable cul. Je m’émerveille de la perfection des courbes de ses horizons. Je fixe les convulsions coordonnées de sa chatte et de son trou du cul. Comment des mots aussi sales peuvent-ils être aussi beaux dans la vie réelle ! Mon propre mot cochon palpite juste au-dessus, obscurcissant ma vue, ondulant lorsque je me déplace sur mes genoux pour avoir une meilleure vue. Mon désir coule du bout de ma bite et tombe sur son cul. Elle frissonne lorsque le fil nous relie, scintillant dans le faible éclairage de la pièce.

Je ne peux pas m’en empêcher, ma main s’abat sur sa fesse parfaite. Le craquement de la frappe se répercute sur les murs fins. Je suis sûr que l’impact de ma main peut être entendu dans le couloir. Je la sens se crisper, puis lâcher prise en même temps qu’un gémissement soutenu de demi-douleur et la libération subséquente du plaisir que la piqûre apporte. Des ondes se propagent dans son cul, son sperme coule et s’ajoute à la flaque sur la couverture florale du lit. Je laisse ma main ouverte sur la chair douce de son cul pendant un long moment, sentant sa peau chaude s’échauffer en réponse à ma fessée. Je regarde son anus se contracter, se relâcher, se contracter et se relâcher. C’est magnifique.

J’attends qu’elle se calme. J’observe et je me demande si elle peut dire quand je suis sur le point de frapper. Je feins un autre coup de langue et je regarde les muscles de son dos s’articuler sous l’effet de la tension. Elle a dû sentir le lit branlant bouger lorsque j’ai levé ma main en arrière rapidement. Je cesse tout mouvement et je respire superficiellement. Je regarde son corps se détendre. C’est mon signal pour frapper rapidement avant qu’elle ne puisse se préparer. Cette fois, ses cris de douleur et de plaisir sont mêlés de surprise. Je serre la joue de son cul avec ma poigne, l’ouvrant et libérant encore plus de sperme qui suinte en bulles claires et mousseuses sous l’effet du plaisir pulsé de ses contractions. Son trou du cul m’appelle.

Je me retire maladroitement du lit en rampant, laissant une traînée de mon précum le long de sa jambe en m’éloignant. Je la regarde rebondir sous l’effet de mon poids, la tension des liens l’arrêtant violemment, tirant sur ses poignets et ses chevilles. Je n’essaie pas d’atténuer la force de mon mouvement, elle saura que quelque chose se prépare. Elle n’a aucune idée de ce que j’ai en réserve pour son beau cul bien serré.

Je fais tout un plat de ma préparation. Je veux qu’elle entende tout, je sais qu’elle ne pourra pas comprendre. Je sais qu’elle devra imaginer toutes les possibilités. J’espère créer une tension et une anxiété agréable en anticipant l’inconnu. Je veux que son audition débridée stimule son imagination. Je laisse le couvercle en plastique du seau à glace claquer et osciller bruyamment sur le bureau, à côté de la cafetière poussiéreuse et inutilisée. Ma main creuse dans la bouillie gelée de glace et d’eau. Je laisse le verre s’entrechoquer contre l’intérieur du seau. Il sonne lourd et solide, mais il ne résonne que de la manière dont le verre peut le faire.

Elle ne sait pas que j’ai mis son bouchon anal en verre soufflé à la main dans le seau à glace pendant qu’elle se douchait plus tôt dans la soirée. Elle ne sait même pas que je l’ai trouvé dans sa boîte de jouets. C’est une belle création. De la taille de son cul. Remplissage. Une œuvre d’art réalisée par un artisan… à l’esprit très cochon. Le bout de mes doigts s’engourdit alors que je le serre soigneusement, faisant couler de l’eau glacée du bureau jusqu’au lit. Je marche sur une des gouttes sur le tapis avec mon pied nu… c’est suffisamment froid, me faisant frissonner involontairement. Heureusement qu’elle a les yeux bandés, sinon elle verrait mon sourire mauvais et connaîtrait mes intentions. Mon autre main tient un tube de lubrifiant qui se trouvait également dans le seau à glace. Je n’ai pas l’intention de lui offrir un répit dans ses jeux sensoriels.

En remontant sur le lit, je la laisse rebondir à nouveau, écoutant le matelas de l’hôtel lui couper le souffle. Je grimace à l’idée qu’elle est sur le point de perdre encore plus de souffle. Une fois de plus, mon sourire diabolique me fait mal aux joues. Je rabaisse mon sourire et laisse ma bite reposer entre ses fesses. Elle gémit doucement, agréablement, au contact de la peau. J’imagine qu’elle pense que nous en avons terminé.

Ce n’est pas le cas.

Je tiens le bouchon gelé, humide et condensé au-dessus de son dos, laissant des gouttes d’eau glacée tomber lentement dans la vallée formée par sa colonne vertébrale. J’entends sa respiration laborieuse qui passe à travers et autour du bâillon en soupirs tandis que l’eau coule le long de la courbe des muscles de son dos et descend jusqu’à ses hanches. Elle tire fortement sur les menottes de ses poignets. Cela ne lui servira à rien, elle est bien attachée.

C’est elle qui a proposé de jouer avec la glace. Je lui ai dit de ne pas plaisanter avec moi, de peur que je ne le fasse un jour. C’est maintenant que ça se passe. J’appuie doucement le bouchon sur sa vulve nue et magnifique. Elle essaie de se dérober, alors j’appuie plus fermement pour qu’elle ne puisse pas s’échapper. Je mélange la condensation sur le plug avec son propre sperme, faisant glisser le verre froid le long de sa fente et sur son trou du cul. Elle se serre si fort que ses joues m’empêchent de déplacer le plug plus loin. Ce n’est pas possible.

Avec la fessée la plus forte que j’aie jamais donnée, ma main libre pique sa fesse et l’ouvre. Ses cris sont saccadés, entrecoupés de gémissements. Je repose le bouchon sur son anus et je lâche sa fesse. Ma nouvelle main libre trouve le lubrifiant glacé et ouvre le couvercle avec un clic-clac révélateur. Le lubrifiant est épais et visqueux après avoir été porté à une température aussi froide. Il faut un peu de travail pour faire sortir une goutte de ce liquide transparent, qui tombe entre les fesses de la jeune femme. Immédiatement, elle serre les joues l’une contre l’autre. Je commence à me demander si j’arriverai à faire fonctionner ce truc.

Il n’y a qu’une seule façon de le savoir.

J’ouvre ses joues d’une main et, de l’autre, je fais rouler le plug dans le gel froid et globuleux du lubrifiant. Je ne dis rien. Je me contente de presser le verre glacé contre son trou du cul. Pendant un long moment, il ne se passe rien d’autre que ses cris étouffés et exaspérés sur le matelas. J’envisage de réchauffer un peu le plug contre sa peau, mais je veux vraiment que ça marche. Soudain, elle aspire une bouffée d’air et son cul se détend juste assez longtemps pour que l’extrémité du plug s’enfonce légèrement. Je ne relâche pas ma pression. Lentement, à chaque respiration, le plug commence à disparaître dans son cul. La vitesse de son acceptation s’accélère considérablement à mesure que le point le plus large du verre oblong et froid disparaît. Elle frissonne de façon incontrôlée et le plug s’insère avec un bruit satisfaisant d’excès de lubrifiant et de grool poussé hors de son cul.

Je la laisse un instant frémir dans ses liens. Elle respire à l’unisson avec un son guttural que je n’avais jamais entendu de sa part auparavant. Je ne sais pas combien de temps je vais pouvoir attendre avant de satisfaire mes envies. Les vaisseaux sanguins de ma bite se gonflent tandis que chaque centimètre de mon corps palpite. Je serre fort quand le besoin est trop grand, levant ma bite très haut comme si elle mettait le nez en l’air, cherchant la chaleur de sa chatte délectable.

Elle est là, un bouchon froid dans le cul, et moi, je cherche à ce qu’elle accepte chaudement ma bite. Elle continue à trembler et à gémir dans son état de surstimulation, sa chatte suintant et m’invitant. Je pousse ma bite vers le bas avec mon pouce à mi-chemin de la tige afin de contrôler soigneusement mon mouvement. Je touche brièvement la base du plug gelé avec mon frénule, juste en dessous de ma tête. Le froid choque mon cœur et je me contracte si fort que ma bite échappe à mon contrôle et se soulève en l’air, mon précum clair s’écoulant sur le plug et sur son cul. Je me concentre à nouveau et j’essaie à nouveau, pressant la tête de ma bite le long de son incroyable fente jusqu’à ce que je m’assoie dans la bonne position.

Je ne suis pas certain d’être bien aligné. Cependant, j’ai tellement envie d’elle que je n’attends pas. Je sais qu’elle m’acceptera et qu’elle se tortillera pour m’amener là où je dois être. Je commence à m’enfoncer en elle. Je ne l’ai pas pénétrée immédiatement. Elle était trop serrée. L’eau glacée qui s’écoulait de son cul coulait sur le haut de ma queue, son sperme chaud embrassant la tête de ma queue. Pendant un long moment, j’ai poussé maladroitement contre elle, la résistance étant implacable de part et d’autre. De ma main libre, je me glisse entre son cul et ses cuisses et, avec deux doigts, je recouvre ma bite de son sperme pour lubrifier mon effort. L’arôme de son excitation me parvient au nez, et mes douleurs ne font qu’augmenter. Elle est magnifique, elle se sent si bien et elle sent si bon… même dans cet état de désordre. Son arôme naturel de terre m’incite à redoubler d’efforts. Je me mords la lèvre et contemple mon beau travail. J’écoute ses gémissements et sa respiration étouffée et je pousse plus fort. La douleur commence à déchirer ma longueur tandis qu’elle résiste.

Soudain, elle émet un grognement essoufflé et ma bite glisse un peu vers le haut tandis qu’elle se déhanche légèrement. Je commence à pénétrer dans le paradis chaud de sa chatte. Elle m’enveloppe lentement. Je résiste à l’envie de l’enfoncer immédiatement de toutes mes forces. Au lieu de cela, j’apprécie le poids du plug qui pousse contre le sommet de ma bite, me forçant à glisser le long de la paroi supérieure de son vagin inversé. Je sens la texture interne, à l’opposé de son clito. Elle le sent aussi, car ses grognements l’empêchent de respirer. Elle accepte lentement la totalité de mon corps. Quinze belles secondes de torture pendant lesquelles je glisse jusqu’à ce que ma tête atteigne le point où je ne peux pas aller plus loin. Je trouve ses limites juste au moment où son cul est pressé contre mes hanches, nous sommes si parfaitement adaptés l’un à l’autre. Je fais une pause. Elle commence à reprendre son souffle, faisant des inhalations staccato qui correspondent à ses gémissements.

Involontairement, ma queue se resserre et spasme, son orgasme est instantané. Je la sens serrer toute ma longueur dans des vagues de plaisir qui traversent tout son corps. Je regarde le bouchon se retirer partiellement de son cul, pour être saisi et ramené en elle à chaque vague de convulsions. J’ai tellement envie de la lâcher. Je sens la brûlure au plus profond de moi, une douleur agréable qui exige toute ma concentration pour rester sous contrôle. Je dois rester immobile pour ne pas céder à la tentation de la fonction primaire. Elle n’a eu que deux orgasmes, je veux le troisième avant de céder à mes besoins.

Je me retire lentement de la fournaise de sa glorieuse chatte, sentant à nouveau le bouchon se presser contre moi. Je ne peux pas dire si elle a commencé un autre orgasme ou si ses frissons et ses tremblements sont la continuation de son dernier orgasme. Cela n’a pas d’importance, je veux seulement que cela continue. Je me retire complètement et j’admire l’éclat de son essence sur ma bite. Je secoue l’excédent sur son cul et j’essuie son excitation sur ses joues. Avec mes deux mains, une sur chaque joue, je l’écarte à nouveau et l’enfonce à nouveau. L’air s’échappe d’elle autour de l’ajustement serré de ma bite lorsque je la pousse soudainement et brusquement. Elle déteste que je lui fasse faire ça, j’adore ça. Je ne lui laisse pas le temps de se plaindre.

Cette fois, il n’y a ni prudence ni retenue. Je suis implacable. Je pousse fort et profondément. Je sens qu’elle sursaute de douleur au même moment, mais ses cris et ses mouvements de cul indiquent qu’elle ne veut pas que je m’arrête. Je sens une nouvelle bouffée d’humidité tandis que je pompe de plus en plus vite. Chaque coup de pompe se termine par la même sensation de pénétration maximale. Chaque seconde violente devient de plus en plus bruyante, à la fois dans nos gémissements, nos cris, nos grognements et les bruits de notre excitation où nous nous rejoignons dans la luxure. Il n’y a pas de mots. Pas de “oh-fuck-me”, pas de “yes-yes-yes”, pas de “just-like-that”, certainement pas de “deeper” ou de “hard”. Elle ne peut pas parler à cause du bâillon, mais je la baise si fort que je suis sûr qu’elle ne pourrait pas parler même sans le bâillon.

Je lâche son cul, j’appuie mon poids sur ses joues, ma bite saute au fond d’elle, et je passe ma main sous sa gorge et autour d’elle. Mon pouce longe le côté droit de son cou, mon index et mon majeur l’entourent de l’autre côté. Je ne tiendrai pas quelques secondes de plus. La brûlure qui m’habite a atteint la base de ma bite. Mon grognement longtemps soutenu se transforme en un cri fort alors que je perds lentement mon emprise sur l’énergie. Je resserre ma prise sur les côtés de sa gorge. Je la sens trembler de façon incontrôlée tandis que je perds le contrôle. Je lâche prise. Je sens l’électricité parcourir la longueur de ma bite, je me tortille en elle tandis que le choc se propage le long de ma bite. J’éructe mon premier coup au plus profond d’elle. Soudain, ses tremblements se coordonnent à une convulsion finale violente, expulsant ma bite, notre sperme et son vent. Elle tombe mollement sur le lit. Les taches humides se sont immédiatement multipliées par trois sous l’effet de la violence de son dernier soubresaut. Ma deuxième et ma troisième corde sont projetées contre son cul, le bouchon et le long de son dos. Je retrouve frénétiquement mon chemin à l’intérieur de sa chatte chaude et je m’effondre sur elle. Mes spasmes restants la font trembler à chaque contraction. Je reste en elle un long moment.

Elle n’en a pas encore fini avec cet exercice. Il lui reste une dernière tâche à accomplir.

Je me redresse, tout en gardant ma bite encore dure enfouie au plus profond d’elle. Je m’appuie sur ma main droite et, de ma main gauche, je m’efforce de dégager la boucle du bâillon. Il tombe sur le lit, et une nouvelle bave s’écoule de sa bouche béante, alors qu’elle en profite pour reprendre son souffle. Je m’efforce de remonter le bandeau sur le haut de ses boucles. Lentement, je tâtonne pour libérer ses poignets des menottes. Elle ne bouge pas les bras, elle les garde tendus comme si elle était encore attachée. Ma bonne fille.

Je me retire lentement d’elle. Nous sommes en désordre. Notre sperme s’écoule d’elle à flots et sur les couvertures poisseuses. Ma bite est recouverte de son écume de bonheur à la base, toute la tige brille de l’évidence brillante de son bonheur et du mien. Des gouttes blanches de sperme se forment lentement à la tête de ma bite. Je glisse de l’extrémité du lit et me déplace rapidement vers l’avant. Elle sait ce qu’il faut faire, elle se met sur les coudes. Je tiens la base de ma bite et positionne le gland contre ses lèvres. Elle sait ce que je veux. Elle ouvre la bouche et me laisse glisser dans sa bouche, ses lèvres caressant tous les côtés de ma bite, sa langue caressant le bout de ma tête, notre excès de sperme effleurant les coins de sa bouche. J’entre dans sa bouche presque jusqu’à la mousse à la base de ma bite. J’utilise mon pouce et mes doigts pour recueillir la mousse restante au fond, qu’elle ne peut pas atteindre. Elle ramasse habilement le sperme aux coins de sa bouche avec ses propres doigts. Elle insère immédiatement ses doigts couverts de sperme dans sa bouche ouverte et les nettoie visiblement avec sa langue. Ses yeux se concentrent sur les miens, me taquinent, me rendent mon pouvoir.

Je suis faible face à ce regard.

Elle scelle son pouvoir en attrapant mon poignet et en guidant ma main souillée de sperme dans sa bouche. Sa langue danse dans et autour de mes doigts, récupérant jusqu’à la dernière goutte de sperme. Un sourire est presque visible au coin de sa bouche affairée. Je tremble de façon incontrôlée et je grogne. Un tremblement la secoue entièrement au son de mon grognement, sa peau se hérisse d’une incroyable chair de poule.

Je me penche et l’embrasse. Je nous goûte. Elle nous partage. C’est le paradis dans un baiser.

Je l’embrasse profondément, longuement, passionnément.

Alors que nous nous éloignons pour respirer profondément, je murmure les premiers mots de la soirée : “Je t’aime”.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings