Histoire erotique Histoires taboues

Histoire de sexe Premières expériences sexuelles avec une femme mûre

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Il commença à la pousser d’avant en arrière, ce qui lui fit pousser un grognement d’excitation. C’était génial. C’était la première fois que je voyais un homme et une femme s’envoyer en l’air. J’ai poussé mon derrière loin en arrière et j’ai senti Mme Wirtgen glisser un doigt très doucement dans l’ouverture que je n’avais jamais sentie aussi large et ouverte. En tournant brièvement la tête vers elle, je l’ai vue se masturber sous sa chemise de nuit, le regard fixé sur ma fente.

Un étage plus bas, les choses sérieuses commençaient. Ma tante était allongée, les jambes très écartées et tendues en l’air, et le jardinier a placé sa queue à l’endroit où elle était mouillée, pour l’enfoncer ensuite profondément. Un gémissement fort et agréable s’est échappé de sa bouche lorsque la chose a disparu de toute sa longueur. L’homme se déplaçait régulièrement d’avant en arrière, faisant gémir ma tante de plus en plus fort. Elle avait posé ses jambes dans le creux de ses bras et les avait ainsi levées très haut.

Je voyais le pénis géant briller de son jus et j’entendais les ressorts du lit grincer. Mon excitation était si grande que je sentais l’eau couler le long de mes cuisses. Nous gémissions et respirions de plus en plus vite. Aucun mot n’était prononcé, seule l’excitation était sans limite. Mon œil tout près du judas, je voyais l’homme pousser de plus en plus vite et ma tante, qui avait les yeux fermés, haleter. Cela ne pouvait plus durer longtemps et il allait gicler.

Je le voyais à ses mouvements de plus en plus rapides. Soudain, il sortit complètement sa queue et s’agenouilla à nouveau sur elle. Ma tante prit son engin brillant à deux mains et commença à le frotter rapidement d’avant en arrière. Ses fesses se crispèrent, ce qui était pour moi le signe qu’il était sur le point de jouir. Moi aussi, j’ai joui. Les doigts de Mme Wirtgen m’ont fait jouir. J’ai dû me retenir de gémir bruyamment lorsque j’ai senti les spasmes commencer.

Il coulait chaud le long de mes cuisses et je me mordais le dos de la main pour réprimer mon gémissement. Au même moment, c’était au tour de l’étage inférieur. La queue du jardinier s’était encore épaissie, de sorte que l’on pouvait voir les veines sous la peau. En quelques mouvements plus rapides, ma tante a fait jouir son amant. Sa semence jaillit à toute vitesse et atterrit sur son cou. Quelques éclaboussures passèrent même au-dessus de sa tête, jusqu’à la tête de son lit.

Histoire de sexe Premières expériences sexuelles avec une femme mûre
Un trans au tél rose !

J’étais étonné de la quantité qui giclait. Le jardinier avait penché la tête en arrière et se délectait en gémissant. Lentement, mes spasmes se sont calmés et j’ai tourné la tête vers Mme Wirtgen. Elle s’était penchée en arrière contre l’armoire et branlait son gros clitoris avec des mouvements rapides. Elle avait fermé les yeux et je sentais qu’elle était sur le point d’atteindre le point culminant. Je me suis rapidement retourné et me suis allongé à plat sur le sol, ma tête entre ses jambes.

Sans hésiter, j’ai commencé à gâter son clitoris dur avec des mouvements de langue rapides. Elle gémit :” Jaaa…. Marion, oui, oui… lèche-moi la chatte, j’y suis presque. Viens me lécher ! “Son bas-ventre s’agitait frénétiquement de gauche à droite tandis qu’elle appuyait fermement sa chatte sur ma bouche. Je goûtai son jus qui coulait à flot et sentis les premiers spasmes de son point culminant qui approchait. Avec des gémissements retenus, elle atteignit enfin l’orgasme libérateur.

Une giclée de son jus d’amour a jailli dans ma bouche et au même moment, j’ai joui une nouvelle fois grâce aux mouvements de mon bas-ventre que je frottais contre le sol. Ah Marion, tu me rends folle. Tu lèches comme si tu n’avais jamais rien fait d’autre. ” Avec ces mots, elle me ramena à la réalité. Je passai mon bras autour de ses épaules et nous nous serrâmes très fort.J’écris cette histoire, ou plutôt cette biographie (du point de vue d’une femme) depuis quelques années déjà. Après une longue période, je vais continuer à y travailler. Voici un petit extrait pour vous……. Il était un peu plus de dix heures lorsque je me suis faufilée dans le couloir. En passant devant la chambre de ma tante, j’ai monté les escaliers jusqu’à la chambre de Mme Wirtgen. Elle habitait au dernier étage dans une chambre confortable. Ma tante était encore éveillée. Après avoir frappé doucement à la porte de Mme Wirtgen, elle a ouvert et m’a attiré dans sa chambre à la vitesse de l’éclair.

Elle a refermé la porte en silence, m’a dit de rester calme et m’a attirée vers le canapé. J’étais impatient de voir ce qu’il y avait de mystérieux. Elle a murmuré : “Marion, tu dois me promettre de ne jamais parler à personne de ce que je vais te montrer. “Sa voix était excitée et mystérieuse. Après que je lui ai fait ma promesse, elle est allée au milieu de la pièce et a déroulé le tapis. J’ai tout de suite vu le trou dans le sol et j’ai tout de suite compris ce qu’elle avait l’intention de faire.

En dessous de nous se trouvait la chambre de ma tante. Je me suis approché d’elle, me suis agenouillé sur le sol et ai jeté un coup d’œil par le trou dans le sol, qui faisait environ cinq marks. A moins de trois mètres de nous, j’ai vu ma tante avec un homme que je connaissais depuis l’année dernière. C’était le jardinier qui devait venir le lendemain pour effectuer les travaux extérieurs. J’ai tout de suite compris ce qui allait se passer en bas. Ma tante avait une relation avec le jardinier.

Car que l’on parle de travail à cette heure-là, et qui plus est dans la chambre à coucher, me paraissait trop illogique. Tous deux étaient assis sur le bord du lit et l’homme avait passé son bras autour des épaules de ma tante. Ils se parlaient à voix basse et s’embrassaient de temps en temps sur la bouche. Il devait venir d’arriver, car tous deux étaient encore habillés. Je regardais Mme Wirtgen, agenouillée à côté de moi, et j’observais comment j’allais réagir.

“Est-ce qu’ils sont ensemble ?” lui ai-je demandé avec intérêt. Elle a souri et a dit : “De temps en temps, quand l’envie leur prend, ils se retrouvent soit ici, soit chez lui, en ville. “C’est donc ce qui s’est passé. J’avais été très étonnée qu’aucun homme n’apparaisse plus jamais en relation avec ma tante. C’était donc la surprise que Mme Wirtgen m’avait réservée. Et elle avait plus que réussi.

“Regarde tranquillement ce qui se passe en bas. Tu ne peux qu’apprendre. “Madame Wirtgen m’a dit et je me suis tourné vers le trou d’observation. Ma tante s’était affaissée sur le lit et il était à moitié couché sur elle. Il avait sa main entre ses cuisses pendant qu’ils s’embrassaient. De sa main, ma tante tripotait sa ceinture, ce qui semblait lui poser quelques problèmes. Je voyais qu’une énorme bosse se dessinait sous son pantalon, qu’il ne cessait d’aiguiser contre sa cuisse.

Il doit avoir un truc énorme, pensai-je en espérant pouvoir le voir bientôt. Ses mains se sont promenées sur son corps et l’une d’elles s’est glissée sous le pyjama pour caresser et pétrir ses seins. Elles s’embrassaient régulièrement sur la bouche. Elles respiraient toutes les deux rapidement et ma tante gémissait de temps en temps. Elle pressait son corps contre sa bosse et s’y frottait. Enfin, après s’être longuement embrassés et tournés autour, ils se sont déshabillés.

Histoire de sexe Premières expériences sexuelles avec une femme mûre
Nouveaux profils

L’homme défit lui-même la ceinture de son pantalon et le descendit jusqu’aux genoux. Immédiatement, ma tante avait les mains sur sa queue, qui se dessinait puissamment sous le tissu de son slip. Du plat de la main, elle le caressa à plusieurs reprises, ce qui lui arracha un long gémissement. L’homme avait ouvert le haut de son pyjama depuis longtemps et pétrissait maintenant ses seins pleins. Il s’agenouilla entre les jambes ouvertes et se laissa dorloter par ses mains.

Bien sûr, ce spectacle ne m’a pas laissé indifférent. Je sentais depuis longtemps une excitation monter et ma chatte était devenue humide. Mme Wirtgen l’avait remarqué depuis longtemps et ne cessait de me caresser les fesses, qui s’étiraient vers le haut en raison de la position à genoux dans laquelle je me trouvais. Elle a soulevé ma chemise de nuit et m’a caressée très lentement et tendrement. Ma tante avait entre-temps retiré son pantalon et se trouvait à présent nue entre les jambes de son amant, agenouillé au-dessus de son torse.

Elle a baissé un peu son slip et son énorme queue raide est apparue, ce qui m’a fait assez peur sur le moment. J’estimais sa longueur à au moins vingt centimètres. Le bout était épais et rebondi et brillait à la lumière de la lampe de chevet. Sans hésiter, elle a entouré la chose géante de ses lèvres et a commencé à la sucer. Elle bougea sa tête d’avant en arrière avec avidité, de sorte que la moitié de la chose disparut dans sa bouche.

Je me suis dit : “Qu’est-ce que ça fait ?” et j’ai dévoré la scène des yeux. Entre-temps, Mme Wirtgen s’est attaquée à mon clitoris et a provoqué des frissons de plaisir qui ont parcouru mon corps. Tante Irmgard frottait maintenant d’une main la queue de son amant, tandis qu’elle massait son sac rebondi avec l’autre. L’homme gémissait de plus en plus souvent et poussait son abdomen d’avant en arrière. D’une main, il a glissé son majeur dans sa fente, qui brillait déjà d’humidité.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Webcams sexy

Une TRANS débarque au telrose

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou