Confession Intime Fétiche - BDSM Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique Xstory

Histoire de sexe Quand les cauchemars d’une fille se transforment en ses désirs les plus sombres…

Histoire de sexe Quand les cauchemars d'une fille se transforment en ses désirs les plus sombres...
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire de sexe À dix-sept ans, je correspondais parfaitement à la définition d’un geek. J’étais introverti, trouvant souvent du réconfort dans mon monde intérieur plutôt que dans les grands groupes. La timidité était un compagnon omniprésent et mes tendances perfectionnistes étaient évidentes dans tout ce que je faisais. Des croyances religieuses profondément ancrées étaient au cœur de ma vie, et je portais toujours fièrement ma virginité comme un badge d’honneur. Les rencontres amoureuses ? Ce n’était tout simplement pas ma tasse de thé.

Alors que je déambulais dans les couloirs du lycée, ma façade de garçon manqué dissimulait mal la silhouette en sablier de mon corps. Malgré mes tentatives de dissimuler mes courbes sous des vêtements amples, mon plantureux popotin parvenait toujours à faire tourner les têtes et à me valoir le titre de “deuxième plus beau cul” lors d’un célèbre sondage réalisé dans les vestiaires des garçons.

Les garçons essayaient souvent d’attirer mon attention, mais je leur rendais rarement la pareille. Je n’étais pas intéressée, à moins qu’il ne s’agisse de courir ou de faire du vélo ; mon seul objectif était d’entrer dans l’université de mes rêves. En apparence, j’étais l’élève idéale : la bonne fille par excellence, qui réussissait tous ses cours, qui était toujours obéissante et qui était la préférée de ses professeurs. Sous mes dehors polis, j’étais une tempête d’émotions, ployant sous l’immense pression d’être irréprochable. Cependant, cette histoire n’est pas celle de mes luttes intérieures. Il s’agit d’un garçon qui a fait irruption dans ma vie comme un ouragan, bouleversant tout ce que je croyais et allumant une dangereuse flamme à l’intérieur de moi.

Marc incarnait tous les stéréotypes du mauvais garçon. Avec ses vêtements osés et sa longue crinière indisciplinée qui faisait hurler les professeurs, il n’était pas du genre à se fondre dans la masse. Marc est grand, ses traits marqués font de lui le favori des filles. Elles rivalisaient souvent pour attirer son attention, même s’il était connu pour passer de l’une à l’autre, jonglant parfois avec plusieurs admiratrices à la fois. Il avait un cerveau à la hauteur de son apparence, déjouant souvent les professeurs, les laissant désemparés.

Mais Marc avait aussi le don d’irriter les autres. Certaines filles populaires, vexées par son désintérêt, ont commencé à chuchoter sur ses liens supposés avec l’Église satanique. Bien que beaucoup aient balayé ces histoires comme des ragots amers, elles ont jeté une ombre sur moi, me rendant particulièrement prudente en sa présence. Malgré les rumeurs, Marc ne se laissait pas impressionner par les ragots et continuait à vaquer à ses occupations d’un air nonchalant. Cependant, il y avait des moments où son sens de l’humour noir et son attitude mystérieuse me faisaient douter de la véracité des rumeurs.

Marc et moi étions manifestement deux mondes différents. Alors que je m’épanouissais dans la discipline et le calme, Marc attirait le chaos et l’attention. Malgré nos différences, ou peut-être à cause d’elles, j’étais souvent la cible de ses railleries. Cependant, un incident reste gravé dans ma mémoire plus que tout autre.

Pendant une récréation, alors que j’essayais fébrilement de terminer mes devoirs pour pouvoir étudier plus tard, mes amis m’entouraient, leurs bavardages me déconcentrant. Soudain, leurs voix se sont tues pour laisser place à un murmure excité. J’ai levé les yeux pour découvrir Marc adossé à mon bureau, ses yeux gris perçants fixés sur les miens, un sourire familier se dessinant sur ses lèvres. Je m’attendais à sa plaisanterie habituelle, mais les mots qui sortirent me prirent complètement au dépourvu.

“Emma”, souffla-t-il, ses yeux sombres se teintant d’une lueur troublante. “Tu as entendu les rumeurs à mon sujet ? On dit que je vénère Satan. Je hochai nerveusement la tête, redoutant la suite. “Ils sont loin de s’en rendre compte, ma douce et innocente Emma “, poursuivit-il, sa voix dégoulinant d’un ton que je n’arrivais pas à déchiffrer. “Les rumeurs ? Elles sont toutes vraies. Ta pureté et ta vertu seraient l’offrande parfaite pour plaire à notre Seigneur des Ténèbres”, révéla-t-il, un sourire narquois aux coins des lèvres. “Je te baiserais si fort que tu embrasserais Satan à l’aube.

Je n’ai pas pu m’empêcher de le regarder, figée par le choc, tandis que mon stylo glissait de mes doigts et s’écrasait sur le sol. La salle était remplie de rires, et l’embarras me submergea, transformant mon visage en une profonde nuance de cramoisi. Sans un mot, je me précipitai hors de la classe sans rien dire, l’écho des rires profonds et moqueurs de Marc me suivant. Je me dirigeai rapidement vers la salle de bain, m’enfermant dans une cabine et prenant un moment pour rassembler mes pensées. Chaque fois que je fermais les yeux, son sourire moqueur semblait se graver plus profondément dans mon esprit.

Après cette rencontre troublante, j’ai tout fait pour éviter Marc, optant pour des trajets plus longs pour aller en cours et m’attardant plus longtemps que nécessaire pour éviter toute rencontre accidentelle. Notre cours commun d’anglais avancé n’a pas facilité les choses.

J’avais beau essayer de m’en débarrasser, l’écho de ses paroles et son sourire déstabilisant restaient en moi, s’incrustant dans les recoins de mon esprit.

ooOoo

Les coups rythmés sur ma fenêtre me tirèrent du sommeil. En grognant, j’ai écarté les rideaux pour découvrir Marc qui lançait de petits cailloux pour attirer mon attention. Ses cheveux typiquement sauvages étaient ramenés en queue de cheval et il était entièrement vêtu de noir, me faisant signe de le rejoindre à l’extérieur. Ces escapades nocturnes étaient souvent motivées par des insomnies dues à l’anxiété, qui me poussaient à courir tard dans la nuit plutôt que de rencontrer quelqu’un, et surtout pas Marc.

Alors que je me tenais là, partagée entre la curiosité et la prudence, une envie inexplicable me poussa. En fouillant dans mon armoire, j’ai attrapé une robe d’été à fleurs, un cadeau de ma mère que je n’avais jamais porté, et dans ma précipitation, j’ai sauté l’essentiel, ne prenant même pas la peine de mettre des sous-vêtements.

Une fois dehors, l’attitude de Marc m’a fait réfléchir ; au lieu d’expliquer, il a porté un doigt à ses lèvres, signalant le silence. Il me fit signe de me diriger vers la forêt qui se profilait, et à chaque pas, un nœud d’inquiétude se resserrait dans mon estomac. La brise fraîche me faisait frissonner, et la robe que je portais se collait à mon corps.

Au fur et à mesure que nous nous enfoncions dans la forêt, le bruissement des feuilles et les hululements lointains des hiboux augmentaient mon anxiété. Le clair de lune projetait des silhouettes fantomatiques à travers la dense canopée, accentuant le malaise qui m’étreignait. Ces ombres spectrales semblaient se transformer, transformant d’inoffensifs troncs d’arbres en sentinelles tapies, et les doux murmures d’un ruisseau voisin en chuchotements étouffés de créatures invisibles.

Le pas de Marc devenait presque prédateur à mesure qu’il s’enfonçait dans la forêt, ses yeux fixés devant lui avec un feu que je n’avais jamais vu auparavant. L’air était chargé d’une anticipation électrique, et tout était amplifié, du crissement de nos pieds sur le sol de la forêt au bruissement des animaux invisibles.

Le cœur des bois semblait s’animer, pulsant et résonnant d’une faim insatiable. Chaque bruissement et chaque gazouillis devenait un appel de sirène, nous attirant plus loin dans ses profondeurs, même si une voix au fond de mon esprit me criait de battre en retraite. Un sentiment oppressant d’être observé m’envahissait depuis les ombres situées juste au-delà de notre champ de vision, rendant chaque respiration plus lourde que la précédente.

Lorsque nous avons atteint une vieille maison décrépite dont j’ignorais l’existence, mes tripes se sont tordues de malaise. Cachée au milieu du feuillage, la maison semblait avoir été avalée par la forêt et oubliée par le temps. Ses fenêtres étaient couvertes de crasse et sa structure, autrefois grandiose, s’affaissait, battue en brèche par des années de négligence. Des plantes grimpantes grimpaient le long des murs, s’insinuant dans les moindres recoins, comme si la nature reprenait ses droits. La porte, légèrement entrouverte, grinçait sous l’effet du vent, et les arbres murmuraient des secrets lorsque leurs branches frôlaient les murs usés.

Le sentiment d’être observé s’intensifia, et tous mes instincts me poussèrent à faire demi-tour. Mais Marc, avec la même lueur de détermination dans les yeux, fit un geste vers l’entrée, et je me sentis attiré vers l’avant.

L’odeur du bois vieilli et de la terre humide nous enveloppa lorsque nous franchîmes le seuil. La lumière vacillante des bougies jetait une lueur d’un autre monde, révélant des motifs complexes d’ombre et de lumière qui dansaient sur les murs usés. Une table en pierre massive se dressait, froide et imposante, au centre de la pièce. À chaque extrémité, deux personnages drapés dans des robes sombres et fluides se profilaient, leur identité étant dissimulée par des masques ornés, sculptés pour ressembler à des chèvres, les cornes se recourbant vers l’arrière dans une démonstration grotesque. Leurs yeux, en revanche, étaient visibles – froids et implacables, d’une intensité glaciale qui me pénétra.

Un silence inquiétant régnait dans l’air de la pièce, rompu uniquement par le faible bruit de leurs respirations lentes et délibérées, synchronisées dans un rythme artificiel. Chaque inspiration semblait drainer la vie de la pièce, et chaque expiration libérait une énergie froide et inquiétante qui me faisait dresser les cheveux sur la tête. La tension palpable était comme un fil invisible qui tirait au plus profond de mon être, me poussant à fuir mais me rendant immobile.

Marc fit signe à la table d’un geste autoritaire, ses yeux se fixant sur les miens avec une intensité à la fois irrésistible et déstabilisante. Comme attachée par des cordes invisibles, je me suis retrouvée à avancer inexorablement vers la surface froide de la pierre, le froid oppressant de la pièce s’accentuant à chaque pas. Un courant d’air mordant faisait danser et vaciller les bougies.

La voix de Marc s’éleva, prononçant des mots dans une langue que je ne pouvais pas reconnaître, leur rythme sinistre se fondant parfaitement dans l’atmosphère chargée de la pièce. En un rien de temps, je me suis retrouvée au bord de la table.

Les yeux de Marc, inébranlables et perçants, me faisaient silencieusement signe de monter. Tous mes instincts me poussaient à fuir, mais un attrait inexplicable me retenait captive. Cédant à l’appel, je me positionnai avec hésitation au sommet de la pierre glaciale.

Les deux personnages portant des masques de chèvre commencèrent à tourner autour de la table, leurs mouvements synchronisés faisant écho à d’anciennes danses rituelles. À chaque tour, leurs chants s’harmonisaient avec ceux de Marc, emplissant la pièce d’un chœur de voix sinistres.

Soudain, un grognement guttural sortit de l’ombre et résonna dans la pièce. Des formes commencèrent à se manifester, indéfinies à la faible lumière des bougies, mais leur nature étrangère était indubitable. Mon cœur s’emballa, la peur menaçant de m’engloutir tout entière, mais je sentis alors la main de Marc sur la mienne, me ramenant à la réalité.

“N’aie pas peur”, murmura-t-il, sa voix calme au milieu du chaos grandissant. “Fais-moi confiance.

Alors que les silhouettes obscures se rapprochaient, j’ai serré plus fort la main de Marc, remettant en question toutes les décisions qui m’avaient conduit à ce moment déchirant. La pierre impitoyable sous laquelle je me trouvais semblait me priver de ma chaleur, chaque frisson témoignant de mon inquiétude croissante. Alors que les bougies vacillantes projetaient des ombres déformées et tordues, le plafond semblait tourner. Marc se tenait fermement à mes côtés, même si le chaos nous engloutissait ; il m’apportait un sentiment de familiarité, même si ses motivations restaient un mystère.

Les deux personnages aux masques de chèvre se placèrent de part et d’autre de moi, leur silence imposant résonnant plus fort que leurs chants précédents. Leurs visages masqués se penchèrent vers moi, m’observant de haut, mais leurs expressions restaient impénétrables derrière leurs déguisements. La panique m’envahit, mais Marc, sentant ma détresse, me serra la main d’une manière rassurante.

“Respire, me dit-il à voix basse. “Tout va bien se passer.

Malgré l’emprise glacée de la terreur qui menaçait de s’emparer de moi, une chaleur familière se répandit en moi lorsque je me concentrai sur Marc. Ses yeux profonds et pénétrants se plantèrent dans les miens, faisant s’emballer mon cœur. Cette même force magnétique, qui m’avait frustrée et entraînée dans une danse émotionnelle au fil des mois, était maintenant mon point d’ancrage dans cet abîme d’incertitude. Mon côté logique me criait de fuir, d’échapper à ce scénario sombre et inquiétant. Mais il y avait Marc, comme un contrepoids à cette logique, qui s’était immiscé dans la trame de mes pensées et dans la tapisserie de mes rêves.

Il m’a demandé, d’une voix impérieuse : “Veux-tu en faire partie ?

Prise dans le tourbillon de mes émotions, la vulnérabilité brute de mes sentiments pour lui obscurcissant mon jugement, j’hésitai un instant avant de lâcher un “oui” à peine audible.

Bien qu’entouré d’ombres inquiétantes, c’était l’attention et la validation de Marc que mon cœur désirait profondément. Je n’arrivais pas à comprendre ma volonté de m’engager dans cette situation pénible, mais une force inexplicable en moi me poussait à accepter, espérant qu’avec lui à mes côtés, je pourrais faire face à ce qui m’attendait.

Mon cœur s’emballa lorsque les deux hommes aux masques menaçants se jetèrent sur moi, leurs mains rugueuses arrachant ma robe de mon corps tremblant, me laissant nue et sans défense, un simple jouet pour leur plaisir sadique. Alors que l’air glacial piquait chaque centimètre de ma chair exposée, ma peau frémissait d’excitation, mêlée à un soupçon de peur qui remontait le long de ma colonne vertébrale. Accablée par la vulnérabilité, la présence de Marc était mon seul réconfort. Accrochée à sa main, j’essayais de croire à sa promesse que tout irait bien.

Les doigts des hommes masqués étaient comme des tessons de glace lorsqu’ils me frôlaient, me donnant la chair de poule. Je pouvais sentir leurs regards lubriques dévorer chaque courbe et chaque crevasse de ma nudité, me laissant un sentiment de violation et d’exposition totale. Alors qu’ils me taquinaient, mon souffle se bloquait dans ma gorge, me laissant frémir d’un désir inattendu d’en savoir plus. Mes mamelons durcis trahissaient l’intensité de mon excitation, un mélange de peur et de désir circulant dans mes veines.

Marc a lâché ma main, son regard intense m’a transpercée alors qu’il se débarrassait lentement de ses vêtements. Mon souffle se bloqua dans ma gorge à la vue de son corps puissant et ciselé, sa bite se dressant fièrement au garde-à-vous. Son regard perçant s’enflammait d’une faim inextinguible, comme s’il pouvait voir à travers moi. La pièce semblait se rétrécir et l’air était chargé de désir brut. Chaque nerf de mon corps était à vif, sachant que si je succombais à cette tentation séduisante, il n’y aurait pas de retour en arrière possible.

Mon corps tremblait lorsque les silhouettes masquées s’agrippèrent avec force à mes cuisses, leurs mains rugueuses les écartant sans hésitation. Impuissante et en infériorité numérique, j’étais à leur merci impitoyable tandis qu’ils me positionnaient exactement comme ils le souhaitaient, exposant mes parties les plus vulnérables.

La terreur me saisit, un tourbillon de pensées s’entrechoquant violemment à l’intérieur. Devais-je me rendre à ces intrus ou les combattre de toutes mes forces ? Mon cœur battait la chamade, perdu dans la tempête de l’indécision. Un appel instinctif à la fuite résonnait dans mon âme, mais je restais paralysé, déchiré entre la peur et le désir, piégé par l’attraction séduisante du tabou, comme si j’étais pris dans une toile, emmêlé dans ses fils complexes.

Le regard fixe de Marc a croisé le mien, m’offrant une assurance silencieuse. À ce moment-là, une attirance magnétique, mêlée de risque et de séduction, m’a attirée irrésistiblement vers lui. Le feu de ses yeux m’intriguait, me poussant à me défaire de mes réserves et à m’abandonner à l’inconnu. Je me sentais succomber à son aura énigmatique à chaque seconde qui passait, impuissante face à son attrait. Marc semblait avoir le pouvoir de briser toutes mes défenses et de m’entraîner dans les profondeurs du désir pécheur.

Ma chatte brûlait d’un désir insatiable d’être complètement remplie par l’érection palpitante de Marc, et l’anticipation de m’abandonner à lui sous le regard des autres alors qu’il réclamait ma virginité alimentait un frisson interdit en moi, me poussant plus près du bord de mes limites. Le poids des conséquences pesait sur moi, menaçant de faire basculer l’équilibre délicat que j’avais méticuleusement construit, mais une partie de moi désirait ardemment goûter au fruit défendu.

Les hommes me tenaient fermement en place, leur emprise se resserrant tandis que Marc se préparait à prendre ce qu’il désirait. Je sentais leur souffle chaud sur ma peau et l’intensité du moment exacerbait mes sens. Au fur et à mesure que les secondes s’écoulaient, mon cœur s’emballait sous l’effet d’émotions contradictoires. La peur de l’inconnu se mêlait à une curiosité rebelle, me poussant à me libérer des entraves qui me retenaient captive. Je ne pouvais m’empêcher de me demander si l’abandon du contrôle conduirait à la libération ou au regret.

À mesure que Marc s’approchait, la tension palpable entre nous s’intensifiait, son aura étant à la fois apaisante et autoritaire. Lorsqu’il tendit enfin la main, son contact fut tendre, contrastant fortement avec l’atmosphère oppressante créée par les autres, et une vague de désir imprévue monta en moi, faisant s’évanouir mes incertitudes et mes réserves.

Mon cœur a battu la chamade lorsqu’il est monté sur la table, me dominant d’une manière à la fois dominatrice et séduisante. Son regard magnétique transperça mon âme, l’embrasant d’un brasier de luxure que je ne soupçonnais pas. Chaque nerf de mon corps était animé par l’anticipation, attendant le moment où Marc prendrait enfin ce qu’il voulait de moi et me donnerait tout ce que je désirais en retour.

Mon corps tremblait d’une faim implacable, mon essence palpitante palpitait pour qu’il me prenne et me marque comme sienne. Et puis je l’ai senti, la pointe de sa virilité frôlant mes plis lisses. Envahie par un désir primitif d’être consommée par lui, j’ai lutté pour contrôler les pulsions sauvages qui me traversaient alors que chaque fibre de mon être me suppliait de me rendre.

Alors qu’il me pénétrait, je pouvais sentir chaque centimètre de sa dureté palpitante remplir mes profondeurs douloureuses, et mes soupirs se transformèrent en gémissements séduisants, le plaisir interdit dégoulinant de mon cœur. Mon dos se cambra instinctivement, poussant contre lui et le poussant à m’emmener plus profondément dans le paradis charnel qu’il avait réveillé en moi.

Le rythme envoûtant des chants des hommes se répercutait dans la pièce, créant une atmosphère proche de la transe. Des ombres dansaient sur les murs, animées par le balancement de la lumière des bougies qui dessinaient des tableaux macabres. Un mélange aromatique d’herbes fumantes imprégnait l’espace, se mêlant aux notes de moisi des murs anciens.

Marc se pencha plus près, la chaleur de son souffle contrastant fortement avec l’environnement glacial. “Fais-moi confiance”, me dit-il en commençant à me pousser à un rythme régulier, ses mouvements étant parfaitement synchronisés avec les battements rapides de mon cœur.

Et c’est ce que je fis. Malgré la peur qui me tenaillait les tripes, je m’accrochais à l’espoir que ma foi inébranlable en Marc me protégerait de toute malveillance qui se profilait à l’horizon.

Une onde de pur plaisir pulsait dans tout mon corps chaque fois qu’il plongeait en moi, effaçant tous les doutes ou les hésitations qui avaient existé auparavant. À chaque contact, Marc moulait et sculptait mon être, me transformant en femme à chaque poussée puissante.

Nos corps se déplaçaient à l’unisson, atteignant une extase dévorante qui promettait de transcender toutes les frontières et de nous laisser à bout de souffle. Je pouvais sentir son ardent désir dans son toucher alors que nous poursuivions le summum du plaisir, sachant que notre inévitable apogée ne serait rien d’autre qu’un pur bonheur érotique.

Sa semence brûlante a explosé en moi, remplissant mon cœur d’une chaleur délicieuse. Mon corps entier tremblait d’extase et j’ai laissé échapper un gémissement extatique. Consumée par le plaisir écrasant, j’ai retenu ma respiration et fermé les yeux, perdant toute notion de temps et d’espace alors que des vagues de bonheur m’envahissaient. Chaque terminaison nerveuse picotait d’une sensation euphorique, et le monde autour de moi s’estompait pour ne laisser place qu’aux sensations brutes et électrisantes qui couraient dans mes veines.

Mes yeux s’ouvrirent en sursaut et Marc se fondit dans l’ombre, me laissant seule dans mon lit, dans un état de confusion et de nostalgie. Le plaisir intense que j’avais éprouvé était maintenant remplacé par un sentiment de vide, comme si la connexion que nous avions partagée n’était rien de plus que le fruit de mon imagination.

Les vestiges du rêve s’accrochaient à ma conscience, mélange enivrant de crainte et de désir. Sa résonance profonde me troublait, impliquant des significations plus profondes et des émotions refoulées. Plus j’y pensais, plus j’étais attirée par le mystère de ma propre psyché, curieuse de découvrir les désirs inexploités et les mystères qui s’y cachent.

Après cette nuit-là, j’ai essayé encore plus fort d’éviter Marc. Ce ne sont pas les rumeurs qui m’ont dérangée, mais le rêve vif et troublant qui se répétait chaque fois que nos regards se croisaient.

ooOoo

Quelques mois plus tard, après ce rêve obsédant, alors que je préparais frénétiquement mes examens, Marc est apparu à l’improviste sur le pas de ma porte. Il avait l’air transformé : ses cheveux autrefois longs étaient maintenant soigneusement coupés, et au lieu de sa tenue métallique caractéristique, il portait un short et une chemise décontractés.

“On peut aller se promener ? Sa voix contenait une urgence que je ne pouvais ignorer.

L’air du soir était frais et nous marchions côte à côte, sans parler au début. Ce n’est que lorsque nous avons atteint le vieux pont, baigné dans les douces teintes du soleil couchant, que Marc a finalement rompu le silence.

Il hésite, respire profondément avant de croiser mon regard. “Je suis vraiment désolé d’avoir été un tel con avec toi pendant tout le lycée.

Mes sourcils se froncèrent, surpris par sa soudaine confession, et je m’arrêtai pour lui faire face, cherchant la sincérité dans ses yeux.

Je pensais que si je te poussais assez fort, tu sortirais de ta coquille et montrerais à tout le monde la personne incroyable que tu es.

Ses paroles étaient inattendues et une boule s’est formée dans ma gorge. Avant que je puisse répondre, il s’est empressé de continuer.

“J’ai été accepté dans une université près de Londres”, dit-il en regardant l’horizon. La vulnérabilité dans sa voix a fait s’emballer mon cœur.

Je clignai des yeux de surprise. “Tu as posé ta candidature ? Je n’en avais aucune idée”.

Il a gloussé doucement, passant une main dans ses cheveux. “C’était une décision spontanée. Je voulais voir si je pouvais y arriver. Et maintenant, il semble que je me dirige vers l’autre côté de l’étang.”

Ses yeux rencontrèrent à nouveau les miens, leurs profondeurs reflétant un mélange d’excitation et d’incertitude.

“C’est incroyable”, ai-je murmuré, sincèrement heureuse pour lui.

Ses yeux avaient une profondeur qui semblait fouiller mon âme. “Je pars juste après la remise des diplômes”, a-t-il avoué, la voix teintée d’une mélancolie que je n’avais jamais entendue auparavant. “Pourquoi ne pas me rejoindre pour une escapade estivale avant que ne commence la course à l’université ? J’ai l’impression que ton père serait d’accord si je lui en parlais”.

Marc hésite un instant, jaugeant ma réponse. Compte tenu du prestige et de l’aisance de sa famille, il y avait des chances que mon père soit d’accord avec moi. Cependant, je gardai un visage neutre, ne laissant rien paraître de ce qui se passait dans mon esprit.

“Et si l’endroit vous plaît, a-t-il ajouté, vous pourrez poser votre candidature l’année prochaine. “Envisagez de poser votre candidature l’année prochaine. Ils voudront sans doute de vous avec votre passion et votre talent. Pourquoi te limiter à l’université que ton père préfère ? Il y a tout un monde d’écriture créative qui t’attend”.

Alors que j’hésitais, mon esprit s’est mis à vagabonder vers un souvenir précis de notre cours d’anglais avancé. Absorbée par mes poèmes, je n’avais pas remarqué Marc jusqu’à ce qu’il prenne mon bloc-notes. Alors qu’il parcourait les vers, son attitude enjouée s’est transformée en une véritable surprise. “Emma, c’est… vraiment bon”, avait-il remarqué. Dans mon embarras, j’avais repris le bloc-notes en le réprimandant, mais ses mots avaient laissé une marque indélébile.

Un léger sourire se dessina aux coins de ma bouche, me rappelant le flot d’émotions contradictoires de ce jour-là : la gêne, l’irritation, mais aussi une pointe de fierté. Marc avait toujours eu l’audace de poursuivre ce qu’il voulait, et je l’enviais.

“J’ai déjà un engagement pour l’été”, répondis-je doucement, essayant d’éviter la question la plus sérieuse. En réalité, c’était l’incertitude qui planait et l’éloignement de ce qui m’était familier qui me retenaient. “En outre, j’ai ajouté que je n’étais pas sûr que mon anglais réponde aux normes d’une université britannique.

Marc s’est légèrement penché, captant mon regard d’un air déterminé. “Votre talent n’est pas limité par les frontières ou les barrières linguistiques. Cette émotion brute, ce… feu dans vos mots, c’est universel.” Il a hésité, se remémorant probablement le même souvenir que moi, le moment où notre dynamique avait subtilement changé. “J’ai vu ton potentiel, même si ce n’était pas intentionnel de ta part. Ton anglais, ton écriture, c’est plus que suffisant”.

L’idée était tentante, mais je n’étais pas prête. Ma passion pour l’écriture était indéniable, mais à l’époque, je n’avais pas la confiance nécessaire pour réaliser mes rêves.

Alors que nous rentrions chez moi, chaque pas me semblait lourd, alourdi par la myriade d’émotions qui tourbillonnaient en nous deux. Les révélations de la soirée pesaient sur mon esprit, et le silence qui régnait entre nous était un rappel bruyant des mots non prononcés et des occasions manquées.

Arrivé sur le pas de ma porte, Marc s’est arrêté et s’est tourné vers moi. Le crépuscule déclinant semblait projeter une lueur mélancolique sur son visage. “J’aurais aimé que les choses soient différentes”, a-t-il murmuré, la voix chargée de regrets.

J’ai simplement levé les yeux vers lui, une tempête d’émotions se déchaînant à l’intérieur, incapable de trouver les mots pour articuler ce maelström de sentiments. L’intensité du moment, le sentiment de finalité et la réalisation non exprimée de ce qui aurait pu être pesaient lourdement sur nous.

Marc a semblé chercher une réponse dans mes yeux, mais n’en trouvant aucune, il a simplement hoché la tête en signe de compréhension silencieuse et s’est éloigné. Et alors, avec la fermeture de ma porte d’entrée, le chapitre de Marc dans ma vie s’est achevé. Nous ne nous sommes plus jamais croisés après l’obtention de notre diplôme.

Des années plus tard, j’ai rencontré par hasard l’une des anciennes flammes de Marc. Elle m’a raconté avec enthousiasme les derniers chapitres de sa vie. Marc avait gravi les échelons universitaires, devenant un professeur respecté dans une institution britannique de renom. Mais, dans les souvenirs de mon cœur, il serait toujours cette audacieuse tête de métal qui a planté les graines de la tentation en moi.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings