Histoire erotique Histoires écrites par des femmes Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique

Histoire érotique des retrouvailles chaudes avec un ancien coach sportif

Pour faire du sport ce couple utilise l’uro fluide naturel
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire érotique J’étais sur le point de clore un chapitre important et lourd de ma vie. Mais on m’a fait remarquer qu’avant de m’envoler vers le coucher de soleil de ma nouvelle vie, il y a quelques questions qui méritent d’être abordées (et je ne parle pas de mes problèmes corporels). Et qui de mieux pour cela que son ex-entraîneur personnel préféré. Cette histoire a commencé comme un flash amusant, mais comme d’habitude, elle s’est transformée en quelque chose de beaucoup plus grand. J’espère qu’elle en valait la peine. Appréciez. J’ai certainement pris du plaisir à l’écrire. 😀

 

Samedi soir. Je m’ennuie à mourir. Voyons voir qui est en ligne.

“Bonjour, T.”

“Eh bien, eh bien. Je me demande ce qui a entraîné le chat.”

“:D Es-tu toujours sur la scène T. ?”

“Je ne t’ai pas vu depuis les années 2010”

“Oh, ça ne nous fait pas paraître si vieux. Il y a eu une pandémie et tout ça.”

“Une pandémie, c’est vrai. Comment va ton mari ?

“Eh bien, ça n’a pas d’importance”

“Si tu le dis, bébé.”

“J’ai quelques postes à pourvoir…”

“Comme dans ??”

“J’ai besoin d’un entraîneur personnel. Entre autres choses.”

“J’ai peur d’être trop loin pour ça.”

“Vous me connaissez, je suis toujours très occupé. Mais je pourrais sacrifier un samedi de temps en temps et le reste pourrait se faire en ligne ou en somme.”

“Cela semble faisable. Tu as dit que tu cherchais aussi quelque chose d’autre ?”

“Oui, un acolyte.”

“Oh.”

“Cela pourrait faire partie de notre nouvel arrangement.”

“Haha, qu’est-ce que j’en retire ?”

“Le petit vieux moi.” J’ajoute un emoji de chat rougissant pour essayer d’adoucir l’affaire.

“Oh, je ne sais pas Kat, mes prix ont augmenté… Le coût de la vie, etc. :D”

“J’ai de nouvelles compétences… Lol, non, je me moque juste de toi. Je suis heureux de payer pour ton coaching professionnel, comme toujours, évidemment. Le reste… C’est un arrangement équitable, init ? Alors qu’est-ce que tu en dis T., tu veux jouer ? :D”

“Où dois-je signer ?”

“……………….. ici :D”

“Oh, attends, je ne peux pas signer, tu vas découvrir mon nom.”

“N’es-tu pas adorable, tu te souviens de notre petite blague ?” J’ai découvert son nom il y a longtemps, mais je ne lui ai pas dit. “Signe juste en tant que T.”

“T……… Alors, quand est-ce que je te vois ?”

“Maintenant ?”

“Quoi ?”

“Je peux passer à la caméra.”

“Wow, c’est vraiment une tournure imprévue des événements. Laisse-moi trouver un endroit plus calme. Je viens d’arriver, toujours dans la cuisine, en train de me remettre du choc d’un chat errant qui a fait irruption chez moi.”

“:D Oui, je vais aussi mettre quelque chose de plus confortable.”

***

Putain, qu’est-ce qui m’a pris ? Je n’avais pas l’intention d’y revenir tout de suite. Où sont passés les bas résille qu’il a toujours aimés ? Putain, putain ! !! Mes cheveux sont en pagaille. Et il va me détester pour tous les kilos que j’ai pris… Pas question de se dégonfler maintenant.

“Juste un avertissement, je t’ai demandé de participer aux séances d’entraînement pour une bonne raison…”

“Mets ton gros cul sexy sur la caméra !”

Charmant. “Bonjour.”

“Bonjour.” Il a toujours l’étoffe d’un rêve mouillé. Son sourire m’a toujours fait penser à un joli renard arctique – si ce renard arctique avait des cheveux noirs et des yeux qui auraient pu percer l’iceberg qui a coulé le Titanic.

Après s’être regardés avec une familiarité inhabituelle et avoir souri comme deux citrouilles trop mûres, ses lèvres d’enfer brisent le silence.

“J’aime bien ce haut.”

“Je sais”, je souris, “je me souviens de ton obsession pour la dentelle et la résille”.

“J’aime la façon dont tes tétons sont si durs et percent à travers la dentelle.”

“Oh, c’est froid.”

“Froid, c’est vrai. Laisse-moi voir le reste de ton corps, laisse-moi voir avec quoi je travaille.”

Toutes les insécurités que j’ai essayé de cacher sous des vêtements de maman trop larges pendant un an ou deux remontent à la surface, essayant de brûler un trou de la taille d’un continent dans ma confiance inconstante. Puis je me rappelle qu’il ne verra pas mes ailes de bingo ou mon ventre rond. Il sait de quoi je suis capable. Tout ce qu’il verra, c’est le potentiel. “Une partie de moi a envie de prendre un marqueur et de dessiner les zones à problèmes comme si nous faisions de la chirurgie esthétique. C’est bizarre ?”

“Très bizarre. Mais nous répondons à toutes sortes de besoins ici, chaton”, dit-il en riant. “Mais si tu veux mon avis, tout ce dont tu as besoin, c’est d’une petite remise en forme. Tu es trop dure avec toi-même.”

“Et de l’endurance. Ce serait bien de recommencer à courir. En ce moment, je n’arrive même pas à suivre les enfants.”

“Vous faisiez du 10 km, n’est-ce pas ?”

“Tu penserais que je suis devenu fou si je disais que je veux faire un marathon ? Ou au moins un semi ?”

“Encore une fois, tu es dure avec toi-même. Tu viens d’avoir un bébé.”

“Ce bébé est maintenant à l’école.”

“Putain, on est vieux !” Si je me souviens bien, il a deux garçons qui ont le même âge.

“D’accord, pas d’excuse alors, mais ne t’épuise pas. C’est mon travail.”

“Putain. J’ai hâte.”

“Gardons ton côté masochiste pour la chambre à coucher, bébé.”

“Attends, on ne parle pas de la chambre à coucher ?”

“On parle bien de chambre à coucher. Tu es mouillée ?”

“Je ne l’étais pas, jusqu’à ce que tu me dises que tu vas me faire travailler dur”, dis-je en riant, un peu mal à l’aise.

“Tu n’en as pas la moindre idée !”

“Tu bandes ?”

“J’étais dur quand ton message est apparu.”

“Menteur !”

“Vraiment ?”

Il baisse théâtralement la caméra et montre sa trique à travers son jean noir moulant, lissant le tissu contre elle, pour me jeter sa puissante taille à la figure.

“Putain, tu me manques comme un fou.”

“Tu ne peux pas venir ?”

“Non, pas ce soir.”

“C’est dommage.”

“Dommage, en effet.”

“Il faut se débrouiller. Sors tes seins et tire sur tes tétons durs. Gratte tes ongles dessus.”

Je fais ce qu’on me dit, comme une bonne fille.

“Où sont tes ongles noirs caractéristiques ?”

“J’ai dû baisser d’un ton, nouveau travail.”

“Oh, regarde-toi comme une bonne fille professionnelle. Quand je te vois, je veux l’ancienne Kat, les ongles noirs, les oreilles de chaton, le col… Où est ton collier ?”

“Il prend la poussière dans mon coffre à jouets.”

“Dommage.”

“Je sais, hein ?”

“Bouge ton cul sexy et va le chercher. Attache-le à ton cou de soumise.”

Encore une fois, j’obéis à ses ordres, parce que c’est ce que je fais, puis je lui montre fièrement. “Comme ça ?” Je ronronne.

Non, le trou le plus serré. N’oublie pas que ma prise ne sera pas si légère autour de ton cou…”

“Putain.”

“Ça t’a fait mouiller, n’est-ce pas ?”

“Tu me connais trop bien.”

“Bonne fille. Maintenant, resserre ce putain de collier ! Quels autres jouets as-tu dans cette boîte ?”

“Juste mes vieilleries habituelles, rien de nouveau.” Pas qu’il le sache, on n’a pas utilisé grand-chose avant. Je tourne la caméra vers la vieille boîte à chaussures pour qu’il puisse en voir le contenu.

Cette bite en verre a l’air bien épaisse.”

C’était la préférée de mon mari, mais ça n’a pas d’importance… “Bon choix, c’est à peu près la seule qui ait été utilisée récemment et qui n’a pas besoin d’être lavée”, dis-je en souriant.

“Tu peux faire tenir toute cette longueur dans ta petite bouche ?

“Non, pas entièrement”.

“Mais tu vas essayer, n’est-ce pas ?”

Oh, je ramperais sur des charbons ardents si tu me posais la question avec cette voix. “Bien sûr, je vais essayer”, je ronronne.

“Sois gentille, mets la caméra bien en vue et utilise tes deux mains.”

Je m’assois par terre et pose le téléphone sur le meuble TV, appuyé contre la manette PS de mon mari. S’il passait la moitié du temps sur moi plutôt que sur ses jeux stupides, je ne serais pas là à faire ça sans lui, me dis-je d’un air vindicatif.

“Allez, laisse-moi te voir essayer”, m’incite T. en me fixant de ses yeux de renard.

J’ai déjà eu ce truc dans la bouche et laissez-moi vous dire que je n’ai pas envie de recommencer. Et cela vient de quelqu’un qui a eu la chance (ou la malchance ?) d’avaler – correction ” essayer d’avaler ” – un monstre de 20 cm auparavant. Je fais glisser la tête et quelques centimètres à travers mes lèvres réticentes. “Putain, c’est froid”, murmure-je en le faisant sortir de ma bouche et en traçant une ligne sur le bout de ma langue pour l’effet porno.

“Dis ça à quelqu’un qui s’en soucie ! Ça va se réchauffer en un rien de temps. Non, enfonce-le dans ta gorge, sale fouine !”.

“Mmm, j’aime bien quand tu es méchant avec moi”, miaulai-je en souriant à la caméra.

“Moins de paroles, plus de gorgées, salope !”

“Ou ?”

“Mon Dieu, ferme ta bouche de sale gosse. Je perds patience !”

“Ok, ok”, je soupire, je passe sous l’eau, je remets le bâton froid et inconfortable dans ma bouche. Il n’a rien à voir avec le vrai. Pourquoi dois-je être fétichiste du verre ? Pourquoi ne puis-je pas en avoir un en silicone ? Pourquoi est-ce que je déteste tellement l’aspect de ces bâtons ? Un modèle en silicone serait certainement plus doux dans ma gorge.

“Plus profond “, dit-il en tapotant une sorte de surface dure devant lui. “Enroule ton autre main autour de ta gorge, je veux que tu le sentes descendre !

Putain, putain, putain ! J’adorais quand il faisait ça. Ce souvenir m’incite à redoubler d’efforts. Pendant une fraction de seconde, je parviens à le faire passer à travers la résistance au fond de ma gorge et à l’avaler en entier.

“Maintenant, c’est beaucoup mieux, mais je veux que tu le gardes pour toi, que tu le bâillonnes un peu.

J’essaie de faire de mon mieux pour ne pas le boire, mais il est si dur dans mon cou qu’il me met mal à l’aise. Il compte lentement jusqu’à deux pendant que je repousse inconsidérément les limites de mon corps.

“Maintenant, c’est ma fille.”

Cette phrase (ou ce putain de réflexe de bâillonnement) déclenche les chutes d’Iguazu dans ma culotte.

“Maintenant, je veux que tu fasses ça encore et encore. Je veux que tu aies mal à la gorge demain et que tu penses à moi toute la journée.”

Je suis sûr que c’est ce que je ferai, même sans cette menace surpuissante, mais il se trouve que j’aime ses manières rugueuses. “J’essaie.”

“Tu as intérêt à essayer, et à essayer fort, salope !”

Il n’est plus froid. Mais il est toujours dur, épais et étranger. Je me baise la gorge avec, mon autre main alternant entre serrer mon cou et tirer sur mon col comme j’imagine qu’il le ferait. Je jure entre les deux. Et quand j’ose demander, je demande s’il en a assez de me torturer. La réponse est toujours “Non” ou “Absolument pas” ou “Tu le souhaites” ou “Va te faire foutre, salope”.

La seule chose qui me fait tenir, c’est qu’à chaque fois que je repousse mes limites, il me récompense en me montrant en train de frotter sa bite outrageusement dure et en sifflant des choses comme : “Si j’étais là, je t’enfoncerais la tête dans le cadre du lit et je t’enfoncerais tout ça dans le cou jusqu’à ce que tu ne puisses plus respirer, putain !” Cette seule menace me pousserait à bout – tout comme l’acte lui-même l’a fait dans un ménage à trois. Mais putain, ne revenons pas là-dessus. Je ne veux pas penser à ça, je ne veux pas penser à lui.

La prochaine fois que j’ai le droit de reprendre l’air, je supplie : ” Il faut que je te voie, T. ! Et très vite.”

“Je sais. Tu le feras”, dit-il en souriant. “Coût de la vie, etc…, je ne peux pas laisser un client potentiel me filer entre les doigts, n’est-ce pas ?”, plaisante-t-il. “Je dois la garder heureuse… et satisfaite. N’est-ce pas ?”

Je souris comme un enfant qui a reçu un nouveau vélo et un panier de chiots pour Noël.

“Tu as été une bonne fille. Ça suffit. Maintenant, je veux que tu frottes tes tétons durs avec et que tu me dises ce que tu ressens.”

Je pense que mon corps entier se met à transpirer et ma poitrine à rougir est l’indication parfaite de ce que je ressens.

“Tu en veux encore ?”

Mon Dieu, j’ai envie de baiser cette voix ! “Comment je me sens ? J’ai déjà mal à la gorge, merci beaucoup”. répond la gamine. Mais l’alter ego de la gentille fille devenue méchante ajoute : “Je me sens putain de sale et nécessiteuse.”

“J’aime les besoins. Tu veux te baiser avec ce gode pour moi, chaton ?”

Tu dois continuer à me parler avec cette voix et tu dois me sourire comme ça pour le reste de ma vie. Et au-delà. S’il vous plaît ! Je ferais n’importe quoi, Monsieur ! Mais, hélas, je viens de me rendre compte que je ne suis pas tout à fait prête pour tout cela et j’ai oublié de m’occuper de mon jardin d’hiver. Pourquoi diable n’ai-je pas pensé que nous finirions par faire cela ? Nous l’avons toujours fait. J’avais prévu de ne parler que des cours de fitness avec lui ? Probablement.

Le meilleur moyen, à mon avis, c’est toujours l’honnêteté, alors je lui dis ce qui m’empêche d’avancer.

“Ça dépend de toi”, répond-il nonchalamment. “Je peux attendre. Mais ce n’est pas grave. Tu n’as même pas besoin de me montrer tous les détails, tu sais. J’aime juste regarder ton visage quand tu jouis. Encore un de ces sourires qui veulent me faire jouir ici et maintenant.

Haha, je ne sais pas lequel des deux est le pire. “C’est encore pire”, dis-je en riant. Mais ce n’est pas vraiment drôle. Si nous étions ensemble, cela ne me dérangerait pas. Je ne l’ai jamais fait. Avant, ça me poussait à bout. Mais pas comme ça. Je ne veux pas qu’il me regarde jouir sur une caméra. “Oh mon dieu, je déteste ça. Tu peux vraiment ne pas venir ?”

“Non, pas ce soir, bébé. J’ai les garçons.”

“Bon sang de bonsoir.” J’ai envie de renverser quelque chose. De préférence quelque chose qui appartient à mon mari.

“C’est bon. Tu te tais et tu fais ce qu’on te dit. Tout ira bien. Fais-moi confiance.”

Je n’ai pas d’autre choix, n’est-ce pas ? “Oui, monsieur.”

“C’est beaucoup mieux, chaton. Je veux que tu glisses le verre froid entre tes lèvres et que tu te baises fort avec. Très fort. Et profondément. Et étire-toi un peu aussi. Qu’est-ce que tu ressens ?”

“Putain, c’est agréable.”

Tu aimerais avoir ça dans la bouche pendant que tu te baises ?” me taquine-t-il en me montrant en train de fister sa grosse viande luisante de précum. J’aperçois son alliance. Je me demande ce qui s’est passé. La dernière fois qu’on s’est vus, il était en train de divorcer. Mais qui suis-je pour juger avec mon histoire de merde ? En fait, pour mon esprit dérangé, c’est juste une excitation. Tout comme son autre anneau carré qu’il aimait frotter contre mon point G jusqu’à ce que je crie – pendant que l’autre me bâillonnait avec sa bite ou sa paume, je ne me souviens plus très bien de ce détail.

Bon sang, je me suis un peu laissé emporter, n’est-ce pas ? “Tu es sûr que tu ne peux pas venir ?” Je le supplie. Ce n’est pas suffisant ! Je veux ses doigts autour de mon cou pour y laisser une empreinte, je veux cette bite irrésistible en moi et je veux ce foutu anneau sur mon clito !

“J’ai dit que je ne pouvais pas. Et tu ferais mieux de te taire ou ton gros cul recevra une bonne fessée, quand je pourrai venir !” Il tire son t-shirt sur sa tête. Ces abdominaux ! J’ai envie de mourir dessus ! “Ce n’est pas une menace et tu le sais”, dis-je en souriant.

“Assez salope. Nettoie ce gode pour moi. Je veux connaître ton goût.”

“Mmm, j’ai le goût du miel de manuka. J’ai le goût de l’Eden de demain”.

“Oui, demain peut marcher. Putain, j’ai hâte d’enfoncer tout ça dans ta jolie petite bouche.” Bien sûr, il me montre ce qu’il entend par “tout ça” et mes entrailles me crient jusqu’à la tête de sauter dans la voiture, comme MAINTENANT. “Oui, s’il te plaît”.

“Supplie-le.”

J’ai besoin que tu m’enfonces cette bite parfaite et irrésistible dans la gorge. Et que tu baises mon visage comme tu le faisais avant.”

“Bonne fille. Je parie que tu es toute mouillée.”

“Tu n’en as pas la moindre idée.”

“Tire la langue, je jouirai sur ta langue et je veux que tu te fasses jouir sur la bite en verre. Une main sur les tétons, frotte-les, l’autre travaille le gode. Je t’attends.”

Je n’ai pas besoin de grand-chose. Je frotte le verre dur contre mon point G et je tire sur mon mamelon, le perçant avec mon ongle comme je l’imagine.

“Je le supplie de jouir sur ma langue, alors que ma vue se déforme pour donner naissance à un nouvel univers et que ma voix devient faible et bizarre.

Il se répand sur ses délicieux abdominaux.

“Demain, tu nettoieras tout ça”, lance-t-il avec des yeux de renard reflétant une nuit étoilée.

“À demain, T.” Je souris en regardant la caméra de près.

“Bonne nuit, chaton”.

Ce “demain” se transforme en samedi prochain, mais cela ne fait que rendre le tout encore plus stellaire.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings