Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique

Histoire érotique La croisière de Marie-Claude et Michel 9

La sortie en bateau et le soleil chauffent la peau de deux jeunes filles
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire érotique Gilles regarde Muriel.
« Je t’aime Muriel, j’ai besoin de toi. Ta mère m’a parlé de mes besoins, de ce qu’elle a vécu à mon âge. Je pense que ça m’a aidée à prendre conscience de ce que je t’ai imposé. Je suis désolé, je te présente mes excuses et je te promets que je ne recommencerai pas ce genre de connerie. Comprends-moi bien, je n’ai pas dit que je ne coucherai jamais avec d’autres femmes, mais que ce sera pour plus tard, quand on aura exploré tout l’espace de notre amour et qu’on sera d’accord. Comme tes parents. C’est toi que j’aime.

Des larmes gouttent à ses paupières. J’admire ce jeune homme. Il sait qu’il a fait une bêtise, mais il ne lâche rien quant à sa liberté future. Pourtant, il aime Muriel, ça se voit. Lui, il fond, il la prend dans ses bras et la serre longuement contre lui. Il lui murmure des choses dans l’oreille, la fait sourire, remet de la vie dans ses yeux. Marie-Claude intervient doucement :
« Bon, je crois qu’il est temps de passer à table. »

Tout est rentré dans l’ordre. Muriel est folle de son Gilles et il, s’il a été sollicité par deux ou trois filles flairant la bonne affaire, n’a pas voulu renouveler une histoire qui s’était si mal passée.
Quelques mois plus tard, je suis sollicité par une agence de pub qui me propose d’offrir à mes clients des places pour le passage à Paris des Rolling Stones, dans le cadre de leur tournée européenne. Le site sera le U Arena à Nanterre, le nombre de places est limité, j’en bloque dix tout de suite. J’adore les Stones, je trouve que leurs prestations sur scène sont toujours diaboliques et je vois dans ma tête plusieurs noms à qui je vais faire plaisir, à commencer par nos amis bordelais. Je les appelle pour savoir s’ils seront disponibles à la date voulue. Ils sont ravis tous les quatre, il va falloir organiser un camping chez Muriel, ce sera plus sympa d’être là-bas deux jours. Muriel et Gilles pourront se rabattre sur la chambrette de cette dernière. Tout roule. Les dernières places font le bonheur d’un client qui se souviendra de cet extra.
Le jour du concert, nous avons rendez-vous chez Muriel et Gilles avec nos quatre partenaires. Alors qu’on est à moins de deux heures de Paris, nous arrivons bons derniers pour voir la fin des aménagements. Le studio de Muriel a été transformé en un lit qui recouvre toute la pièce ! Ça va être l’orgie cette nuit, au retour du spectacle. Marie-Claude est un peu gênée de montrer ça à notre fille, mais après tout, elle est maintenant assez grande pour comprendre notre mode de vie. On s’habille léger pour le concert, avec le strict nécessaire et on part pour le métro et le RER.

Sur place, l’attente est longue, mais le concert est dément. Bon sang, quelle pêche ils ont, les papis ! Je préfère ne pas raconter la succession des morceaux, mais c’est l’un sinon le plus beau concert de ma vie. On sort de là sur un petit nuage qui nous fait oublier la bousculade, tout le monde semble baigner dans un état de ravissement. Nous nous réunissons un peu à l’écart de la foule et nous décidons que nous sommes en pleine forme et qu’on peut aller en boîte. Les jeunes nous entraînent dans une sorte de caveau qui ressemble à un labyrinthe avec, au bout de chaque couloir, des pistes de danse avec des musiques de styles différents. On s’amuse comme des fous.
Marie-Claude est pendue au cou de Jean-Claude. Il a toujours été son partenaire préféré, de même que je ressens une plus grande affection pour Katia, avec qui je passe beaucoup de temps. Dans une zone plus cool, j’ai la surprise de retrouver Isabelle en train de danser langoureusement dans les bras de Muriel. Isabelle et Gilles ont disparu. Si ça n’inquiète pas Muriel, je ne vois pas pourquoi je m’en ferais. J’embrasse tendrement ma partenaire, il me tarde d’aller me coucher avec elle. En relevant la tête, je vois simultanément Gilles et Isabelle, la main dans la main, qui reviennent sur la piste, et Muriel qui embrasse Katia à pleine bouche en glissant une main entre eux deux ! Gilles ne peut pas ne pas les voir. Effectivement, il les regarde, sourit, se retourne vers Noël et lui saute littéralement dans les bras.
Bon, ils se débrouillent comme ils veulent, de toute façon il va être temps de rentrer. Une fois de plus, je suis pris par surprise, c’est Marie-Claude qui vient m’expliquer qu’elle va prendre la chambre de Gilles avec Jean-Claude, et que Muriel et Gilles vont rentrer avec le reste du groupe. Mon épouse a besoin d’un peu d’intimité avec son amant préféré. J’aurai tout vu ! Ceci dit, je vais faire l’amour à Katia, je ne vais pas m’en plaindre !
Arrivés au studio, on se met tous nus, on passe à la douche et on s’installe à deux par duvet. Je suis ravi de sentir le doux corps de Katia venir se frotter au mien, je suis beaucoup plus surpris de voir Gilles se glisser dans le duvet de Léa. Muriel est avec Isabelle, ils ont dû se mettre d’accord. Un nouveau concert se fait entendre, constitué de gémissements, de petits cris, et de bruits mouillés qui montrent la soif de sexe de tous les participants de cette espèce de partouze. Katia toujours serrée contre moi, on s’amuse à distinguer les voix que nous avons l’habitude d’entendre, mais dans l’amour, tout le monde parle d’une même voix, nous commençons à nous caresser jusqu’à ce que la fureur du sexe nous envahisse et nous colle l’un à l’autre.

Katia est la seule, avec Marie-Claude, avec qui j’arrive régulièrement à jouir simultanément, nous nous entendons vraiment bien. Après un certain temps, les duvets ont été écartés et les couples font l’amour côte à côte. C’est en général à ce moment, après le premier rush, que des mélanges se font. J’ai la surprise de voir Léa venir se glisser près de nous. Elle a un corps fin et délié, de petits seins redressés aux petites aréoles très sombres. C’est une fille aussi grande que Katia, mais toute en délicatesse. Je ne vais pas oser toucher une gamine de dix-huit ans ! Je sais qu’elle vient de faire l’amour avec Gilles! Katia s’est glissée derrière moi et me tient les deux bras en une sorte de clé d’immobilisation. Je pourrais me dégager facilement, mais pas sans faire preuve d’une certaine brutalité. Quand la bouche de Léa commence à  s’occuper de mon sexe exposé, je n’ai plus du tout envie de me libérer. Katia me chuchote à l’oreille :

« Laisse-la faire, elle en a envie depuis longtemps. J’ai un peu parlé avec elle et Muriel, ils sont incroyablement libres dans leur tête vis-à-vis du sexe, surtout depuis une histoire qui est arrivée à Gilles et qui les a obligés à réfléchir leur couple de manière objective. Tu verras, tu ne regretteras pas. Je crois que je vais m’occuper de Gilles. Et je la vois glisser vers Muriel et Isabelle, un peu plus loin, qui ont l’air de se reposer après s’être bien dépensés ensemble. Elle commence à lécher Muriel de bas en haut, à se frotter contre sa poitrine, lui agacer les mamelons, laisser sa bouche redescendre vers le pubis de Noël qui est encore un peu gonflé, mais moins vigoureux qu’en début de soirée. Je vois dans la pénombre le sexe de Noël disparaître dans sa bouche jusqu’à la racine. Muriel gémit, Isabelle relève la tête, voit son amie et s’approche pour lui prêter main-forte. Je distingue les deux femmes s’embrasser autour de la queue Noël. Je connais cette sensation, elles me l’ont offerte plus d’une fois.

Je n’ai pas le temps de l’envier, la bouche qui gainait mon propre sexe vient de se retirer, Léa me plaque le dos au sol et se glisse sur moi pour s’embrocher sur ma queue sans autre forme de procès. Elle est douce, serrée, puis ses gestes se font plus brutaux, elle devient volcanique. J’ai rarement bandé comme maintenant, ses mouvements de bassin deviennent saccadés, elle gémit presque en continu. Je sens l’orgasme débouler à vitesse, grand V. J’essaie de me retenir, mais je finis par exploser en elle en même temps que son corps s’arque dans sa propre jouissance. Je me vide en elle, la tension retombe et, en tournant la tête, je vois tous les autres assis, tournés vers nous en train de nous regarder. Je comprends que nous avons dû crier notre plaisir, à se demander s’ils ne vont pas applaudir… Ben non, ce sera pour la prochaine fois. Léa s’étend sur moi de tout son long en prenant soin de ne pas m’expulser de son minou. Comme je débande, je finis par sortir. Comme elle me paraît légère, posée là sur moi. Quand même, j’ai du mal à comprendre qu’elle préfère un homme de bientôt cinquante ans à des jeunes de son âge. Elle glisse sur moi pour amener ses lèvres à hauteur de mes oreilles.
« Merci Michel. Je ne croyais pas que je pouvais jouir aussi fort avec un autre qu’avec toi ».

« Marie-Claude avait raison ! »

« Quoi, Marie-Claude ? Qu’est-ce que tu veux dire ? »

« On a discuté tout à l’heure et elle m’a dit que tu étais le meilleur amant qu’elle ait jamais connu. Elle a ajouté que si Muriel n’y voyait pas d’inconvénient, j’aurais tort de ne pas en profiter cette nuit. Elle m’a aussi prévenue que tu t’occuperais en priorité de Katia et qu’il faudrait que j’attende un peu. Elle avait cent fois raison. Tu sais, je n’ai pas eu beaucoup d’amants, tu es le quatrième. J’ai le sentiment d’avoir mis la barre très haut en ayant eu Gilles comme initiateur, mais toi tu m’as fait jouir aussi fort que lui en quelques minutes ! J’ai hâte de connaître la suite.

Un gémissement nous interrompt. Noël vient de pénétrer Katia en levrette. Je sais qu’elle adore cette position, nous en usons largement quand nous nous retrouvons. Isabelle semble retourner vers son époux, je crois qu’il émerge. Je suis quand même scotché ; Marie-Claude a conseillé à Léa de baiser avec le père de Muriel. Je n’en reviens pas. J’essaie d’en savoir plus.
« Je suis étonné qu’elle t’ait raconté tout ça. Elle t’a confié d’autres secrets ? »

« Non, c’est Gilles et Muriel qui m’ont dévoilée de la fois où ils ont surpris Marie-Claude avec l’autre type de Bordeaux. Gilles lui avait dit à quel point il l’avait trouvée belle. Je viens de lui dire, que si elle voulait, j’aimerais que ma première fois avec une femme, ce soit avec elle. »

« Mais elle n’y connaît rien, elle n’est pas attirée par les femmes ! »

« C’est ce qu’elle m’a répondu, mais quand je lui ai demandé si elle n’avait vraiment aucune expérience, elle m’a avoué qu’en pension, elle partageait sa chambre avec une autre élève et qu’elles avaient souvent fini la nuit dans le même lit. Elle en garde un souvenir très doux, mais qui ne peut pas entrer en concurrence avec le sexe d’un homme. Je lui ai dit qu’elle n’avait pas rencontré les bonnes personnes, mais qu’avec moi, elle aurait peut-être une révélation. »

« Une révélation ! Tu veux me la piquer ? Ou lui faire virer sa cuti ? Et si après elle me quittait pour une femme ? »

« J’espère bien faire l’amour avec elle. Elle est trop belle, trop passionnée, trop tout quand elle fait l’amour. Si j’avais été présente le jour où Gilles et Muriel l’ont surprise avec… Comment il s’appelle, déjà ?
« Yvan. »
« Oui, c’est ça. Si elle m’avait vue ce jour-là, elle était si belle, nue, torride dans sa recherche de plaisir, elle aurait pu me demander n’importe quoi, je l’aurais fait sans hésiter. »

« Mince, mais tu es raide dingue d’elle ? Je vais m’inquiéter. »

« Non, pas de souci, je crois que je suis raide dingue de toi aussi. Comment tu te sens, tu n’es plus en forme ? J’aimerais bien une seconde manche, pas toi ? »
Mon membre n’était pas encore en superforme, mais avec un peu d’aide de sa part, je ne doutais pas d’être opérationnel sous peu. Elle me dit encore doucement dans le creux de l’oreille :

« Mon rêve, c’est de faire l’amour avec vous deux en même temps. C’est dommage que Muriel soit de côté, Marie-Claude m’a même interdit d’y penser, et Muriel aussi. Mais vous, ensemble, pour moi toute seule, viens me baiser, les bruits que font nos voisins m’excitent encore plus ! C’est super, une partouze, en fait. »
Ça, Marie-Claude ne laissera jamais Muriel participer à nos jeux en sa présence. Je suis ravi que Muriel soit dans le même état d’esprit. J’espère qu’elle s’amuse bien avec Jean-Claude. On verra demain. Je fais basculer Léa sous moi et je commence à l’embrasser. Puis, je glisse de ses lèvres vers le cou, l’épaule, l’aisselle, les seins où je m’attarde. Je ressens dans son corps les vibrations qui réagissent à mes caresses. Je quitte à regret ses aréoles bien tendues et me dirige vers le ventre tout doux et, bien sûr, le pubis et l’entrejambe. Derrière nous, la sarabande est à son apogée, les bruits de chairs qui claquent l’une contre l’autre et les cris et gémissements des amants mettent une tension érotique démentielle. En levant les yeux, je vois Léa qui regarde avec attention des évolutions de Muriel et Katia, serait-elle un peu jalouse, tout de même ?

Je mets un coup de langue plus fort sur son clito. Léa sursaute, me regarde, sourit et s’abandonne à ma bouche. Je lui fais l’amour avec conviction, tendresse et un peu de folie. Les couples se sont reconstitués pour la fin de la nuit, j’ai dormi avec Katia lovée contre moi, Gilles est retourné dans les bras de Muriel et Isabelle et Noël s’étaient déjà endormis enlacés. Nous devons aller réveiller les dissidents sur le coup de midi pour avoir le temps d’aller au restaurant avant d’aller passer l’après-midi en shopping. Nous entrons discrètement dans la chambre de Gilles avec son double de clé. Les deux amants dorment encore, nus, serrés l’un contre l’autre, émouvants. Les draps témoignaient d’une nuit bien agitée. Nous avons décidé depuis longtemps de ne pas utiliser de préservatif entre nous. Ni Marie-Claude et moi, ni Katia et Jean-Claude n’avons d’autres amants. Noël non plus, a priori seule Isabelle semble s’offrir de petits extras, avec la bénédiction de son mari. Elle nous a juré qu’elle utilisait toujours des capotes, quel que soit l’homme avec lequel elle couche. Muriel met un peu de musique douce. Gilles a les yeux écarquillés, elle ne quitte pas Marie-Claude des yeux. À la vérité, elle semble même se retenir pour ne pas aller se lover contre le corps endormi. Elle n’a aucune attention pour Jean-Claude, pourtant bel homme, seule mon épouse l’attire. Je lui dis :
« Caresse-la un peu pour la réveiller. Sois douce. »

Léa pose ses fesses à la limite du lit et approche sa main du dos nu de Marie-Claude. Sa main tremble ! Elle est vraiment émue, elle touche enfin la peau chaude de ma chérie. Je vois ses doigts suivre la colonne vertébrale, arriver jusqu’aux fesses, glisser sur leur plénitude et remonter par le creux de la taille vers l’épaule. Marie-Claude apprécie, ronronne presque, s’écarte de son amant et tourne les épaules vers nous en nous dévoilant sa jolie poitrine. La main de Léa hésite entre le côté et le ventre, puis s’engage sur le renflement le plus proche. Elle enferme le sein dans sa paume et frotte légèrement. La respiration de Marie-Claude a des ratés, devient irrégulière, se bloque quand les doigts enserrent le téton déjà érigé. Si je la laisse faire, Léa va lui faire l’amour devant nous, elle ne va pas pouvoir se retenir.
Je crois qu’elle est réveillée, maintenant. Bonjour mon amour. As-tu bien dormi ?
Un sourire se dessine sur les lèvres de Marie-Claude. Elle murmure :
« Bonjour mon amour. Tes mains sont de plus en plus douces. Non, je n’ai pas bien dormi. Enfin, pas assez. Quelle heure est-il ?

« L’heure que tu ouvres un œil, ma belle et ce n’est pas ma main. »

Un œil s’ouvre, en effet, puis les deux. Elle semble un peu surprise de nous voir assemblés autour d’elle et de Jean-Claude. Leurs bassins sont toujours imbriqués l’un contre l’autre, ils ont dû s’endormir alors qu’il était encore en elle. Marie-Claude voit Muriel qui la regarde aussi. Enfin, elle prend conscience que c’est la main de Léa qui lui caresse le téton. Curieusement, elle cherche quelque chose pour se couvrir, un drap, un duvet, mais ils ont repoussé leur dessus-de-lit. Elle se dégage de Jean-Claude qui se réveille aussi. Marie-Claude nous repousse un peu pour accéder à la minuscule cabine de douche et nous laisse terminer de réveiller Jean-Claude. Katia s’y emploie, avec succès, semble-t-il. Il se lève et va attendre devant la porte de la douche. Dix minutes après, nous sommes dans la rue, en train de chercher un restaurant.

Dans les mois qui ont suivi le concert, Léa est venue coucher deux fois à la maison, seule. J’ai fait de mon mieux pour que Marie-Claude réponde aux penchants lesbiens de notre visiteuse. En fait, je n’ai pas eu à la forcer beaucoup, Léa s’est glissée le premier soir dans notre lit et la nuit n’a pas été vraiment réparatrice. L’avantage de l’amour à trois, c’est qu’on ne sait pas forcément tout de suite qui est en train de vous lécher la chatte ! Marie-Claude a vite pris goût aux caresses à quatre mains et à deux bouches, pour ensuite apprécier des moments d’intimité où je les laissais seules se donner tout le plaisir possible entre deux femmes.

Le bémol, c’est le fait que Marie-Claude et Léa s’évitaient soigneusement, avec raison à mon avis. Si Léa avait été ma fille, jamais je n’aurais pu la toucher. Léa a eu de nouvelles envies, profitant d’un long week-end à Bordeaux, elle a profité de notre réunion pour tenter de faire participer Isabelle et Katia à ses jeux avec Marie-Claude. Ça n’a pas marché, Marie-Claude n’apprécie le sexe lesbien qu’avec Léa et uniquement parce que c’est elle. Isabelle était la plus ouverte et s’est partagée entre Muriel et Léa, Katia n’a pas insisté, elle a toujours préféré les hommes, et parmi eux son mari, moi, Gilles et Noël. Isabelle est plus éclectique, il lui arrive assez régulièrement de se donner du bon temps avec d’autres hommes. Il me semble que cette situation devienne pesante pour Noël, mais je me trompe peut-être.
À Suivre !

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Suivez nous sur Twitter

Vanessa rejoint notre réseau de dials chauds !

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings