Alien Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe Xstory

Histoire érotique les démons ont aussi besoin de sexe (Hentai story)

Mouille foutre et anal au programme de la série hentai de la soirée
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire érotique

Introduction :
Tous les personnages de cette histoire sont âgés de plus de 18 ans. ATTENTION, cette histoire contient des pénétrations hentaïques extrêmes et des démons sexuels fous. Il y a beaucoup d’infidélité.

Si vous hésitez encore, sachez que cette histoire contient le montage d’entraînement musical des années 80 le plus érotique depuis Rocky IV.

Chapitre 1 : T’aimer est un sale boulot mais quelqu’un doit le faire

Ding Dong

“Il est là !” Bethany était impatiente de rencontrer son nouveau colocataire potentiel. La dure réalité du monde s’est abattue sur le jeune couple lorsqu’il a décidé de s’enfuir. Leurs parents étaient profondément religieux mais appartenaient à des factions différentes du christianisme, ce qui signifiait pas de sexe avant le mariage et pas de mariage s’ils trouvaient quelqu’un d’autre. La date était fixée : ils allaient se marier dans six mois. En tant que chrétienne digne de ce nom, c’était à elle de s’occuper du ménage et à Nathan d’apporter de la nourriture sur la table. Tout ce dont ils avaient besoin, c’était d’un peu d’aide pour payer le loyer et tout irait bien.

Nathaniel n’était pas du tout excité à l’idée de rencontrer sa nouvelle colocataire potentielle. Tout ce qu’il savait jusqu’à présent, c’était qu’il s’agissait d’un homme. Un homme à la voix grave. L’idée que sa belle jeune épouse soit seule à la maison avec un inconnu pendant qu’il est au travail lui laisse un profond vide dans l’estomac. Elle était vraiment très belle. Quiconque les voyait ensemble pensait sûrement que ce petit crétin boutonneux n’était pas à la hauteur de la jeune femme. Ses longs cheveux naturellement blonds, ses traits doux et sa silhouette élancée la faisaient ressembler à un ange venu du ciel. Elle était aussi douce, innocente et voyait toujours le meilleur chez les gens. L’amour de sa vie.

Bethany l’avait engueulé lorsqu’il lui avait fait part de ses réserves. Il est vrai qu’il était injuste de supposer que quelqu’un d’autre n’était pas aussi bon que lui. Qu’une colocataire fille serait en sécurité avec lui, mais qu’on ne pouvait pas faire confiance à Beth en présence d’un garçon. “Ne jugez pas, pour ne pas être jugé”, lui dit-elle.

Il accepta de rencontrer l’homme en premier, mais il y aurait certainement des jugements à faire. Il se rappela à quel point ils avaient besoin de cet argent et combien il était peu probable qu’ils trouvent quelqu’un qui accepte de louer cette petite chambre non meublée dans leur appartement minable.

La première impression n’est pas très bonne. L’homme à la voix grave était en fait un minotaure de deux mètres de haut, à la peau noire et aux yeux rouges flamboyants.

“Jésus-Christ ! Nathan claqua immédiatement la porte, la verrouilla et fit précipitamment un signe de croix pour s’excuser de son emportement. “C’est… c’est un de ces démons sexuels… du portail… aux infos !”

“Nathan, tu as dit que tu l’écouterais.” Beth était toujours aussi joyeuse et attentionnée.

“Il a baissé la voix et s’est calmé “Chérie, c’est avant que je sache que c’est un rejeton de Satan”, a-t-il poursuivi avec condescendance.

“On dit qu’ils ne sont pas tous mauvais. S’il voulait nous faire du mal, il pourrait enfoncer la porte tout de suite et nous arracher la tête. Mais il a frappé poliment. S’il est gentil, nous devons lui donner une chance. Ne négligez pas l’hospitalité envers les étrangers, car c’est ainsi que certains ont accueilli des anges à leur insu”.

Après avoir cité n’importe quel passage biblique au hasard, Bethany pouvait toujours supposer qu’elle avait gagné l’argument. Ignorant les “non non non non…” de son fiancé, elle déverrouilla la porte et l’ouvrit à nouveau.

La créature était déjà à mi-chemin dans le couloir.

“Je suis désolée pour la réaction de mon fiancé, revenez s’il vous plaît” dit-elle assez fort pour être entendue, mais d’une voix douce.

Le démon tourna sa tête de taureau et se figea à la vue de Bethany.

“Je t’en supplie, reviens.

Après quelques secondes d’hésitation, il commença à marcher lentement vers la porte. La tête de Nathan apparaissait sur le côté du cadre. C’était la première fois qu’ils pouvaient regarder longuement le visiteur extradimensionnel.

Même s’il était bâti comme un réfrigérateur et assez grand pour frôler le plafond, ce qui serait le cas si ses cornes étaient orientées vers le haut plutôt que vers l’avant, ce qui était le plus étrange, c’était ses vêtements. C’était un peu triste de voir qu’il avait fait un effort évident pour s’habiller correctement, mais le magasin de taille plus où il avait acheté ses vêtements n’avait rien dans ses proportions. Ainsi, bien qu’ample au niveau de la taille, le tissu était à son point de rupture autour des muscles de ses bras et de ses jambes colossaux. Pire encore, son pantalon présentait des bosses et des creux partout, comme s’il passait en contrebande des tapis roulés.

“Je m’appelle Kas, je suis là pour la chambre à louer.”

“C’est ton vrai nom ?” Nathan répliqua vivement, provoquant un regard noir de la part de Beth.

“Eh bien, mon vrai nom est Kasbedhal, répondit docilement Kas.

“Kasbedhal le… quoi ? Nathan avait vu suffisamment de choses à la télévision pour savoir que tous ces enfants de l’enfer portaient des noms de violeurs.

Kas soupira et roula des yeux. “Kasbedhal le Pénétrateur”

Nathan regarda Beth avec vantardise

“Tu es fier de toi, Nathaniel le bigot”, dit Beth, faisant honte à son heure de gloire.

Après une visite rapide et la confirmation du montant du loyer, tout semblait se mettre en place. Nathan n’arrive pas à croire ce qui se passe. Tout ce qu’il pensait dire, il savait que cela allait passer pour du racisme.

“Nous serions ravis que tu restes avec nous, Kas. N’est-ce pas, Nathan ?”

Une autre agression sexuelle violente a eu lieu la nuit dernière. Une jeune femme est sous assistance respiratoire à l’hôpital St-Mary. La police a appréhendé sur place un démon sexuel enregistré, Voluzhar the Slithering. Il attendra son procès dans une cellule de prison construite sur mesure, car il est fait de serpents. Nous sommes rejoints par le leader du mouvement “Mort à tous les démons” et le porte-parole du Comité pour la réhabilitation et l’intégration des démons sexuels.

Ce que vous ne comprenez pas, monsieur, c’est que pendant que cet événement déplorable se déroulait, des centaines de viols, des viols commis par des humains, ont eu lieu sans que personne n’en fasse un reportage…

Beth éteint la télévision et écoute attentivement. Oui, elle entendait bel et bien des clés s’agiter. Maintenant, c’est la poignée de la porte qui tourne. La seule raison pour laquelle elle était restée debout si tard sur le canapé du salon était l’espoir de voir Kas rentrer à la maison. Il était toujours dehors pendant la journée et elle n’avait jamais eu l’occasion de passer du temps avec lui.

Sous ses couvertures, elle ne portait que des sous-vêtements et une chemise à épaules dénudées. Très décolleté. C’était le genre de tenue qu’elle ne laissait voir à personne, pas même à Nathan, mais Kas étant un démon sexuel, elle pensait qu’il pourrait être rebuté par ses robes ennuyeuses habituelles.

Ignorant que Beth l’épiait d’entre les coussins, la première chose que Kas fit une fois à l’intérieur fut d’enlever sa robe-chemise mal ajustée et inconfortable. Il se dirigea ensuite vers la cuisine et commença à boire une de ses nombreuses briques de lait.

Beth le suivit. “Hey”, murmura-t-elle de derrière le comptoir de la cuisine.

Le géant musclé s’étouffa avec son lait sous l’effet de la surprise.

“Comment ça se passe ?” continua-t-elle, joyeuse

“Non… eh bien… personne ne veut engager un démon du sexe.”

“Ne t’inquiète pas, on trouvera bien quelque chose.”

Beth souleva son abdomen au-dessus du comptoir et tendit le bras pour tapoter la poitrine du triste démon.

“Ne me touchez pas, s’il vous plaît ! Kas s’émeut.

“Pourquoi pas ?” Beth caressait maintenant le bras de Kas ; elle était tellement penchée en avant que sa chemise ample ne couvrait plus du tout ses seins rebondis.

Kas l’a attrapée par le cou, l’a tirée par-dessus le comptoir et l’a plaquée contre le réfrigérateur. Il pressa son visage contre le sien et lui dit dans un murmure dur : “Parce que chaque moment que je passe à ne pas te violer à mort est une torture pour moi.” La perte de contrôle de Kasbedhal s’est également manifestée par le fait que son pantalon a été déchiré par l’érection soudaine de ce que Beth voyait maintenant comme deux grands pénis distincts empilés l’un sur l’autre. Celui du bas poussait fort contre son estomac tandis que celui du haut était pressé contre sa joue. Beth resta calme. Elle se demandait surtout si Nathan s’était réveillé en entendant le bruit de l’impact.

Les yeux de Kas s’adoucirent et il relâcha sa prise. D’une voix tremblante, il dit “Je suis désolé, je vais faire mes bagages.” Alors qu’il se retirait, un fil de précum s’étira entre le trou de son appendice supérieur et la joue de Beth.

“Attends.” Beth ne pouvait pas supporter la vue d’une créature qui souffrait. “Elle avait entendu des femmes de son groupe de pureté en parler : Ce n’est pas du sexe, c’est un soulagement en caressant et en suçant le pénis. Cela détend l’homme, ou dans ce cas le grand démon, tout en protégeant votre innocence.

La violente altercation avait fait glisser sa chemise encore plus le long de son bras et son sein gauche était maintenant exposé. Beth n’y prête pas attention. La jeune fille commença à caresser le membre inférieur. La circonférence était telle que ses mains, bien que petites, ne pouvaient pas l’entourer complètement.

Kas soufflait. Même si Beth se tenait droite, la différence de taille entre les deux colocataires amenait la deuxième bite du démon assez près de la bouche de l’humaine pour qu’elle puisse commencer à en sucer une pendant que ses mains caressaient l’autre. Ses lèvres pouvaient à peine dépasser le bout d’un champignon aussi énorme, mais elle faisait maladroitement ce qu’elle pouvait. L’inexpérience de Beth fut largement compensée par la frustration sexuelle de Kas et quelques secondes plus tard, alors qu’elle reportait son attention orale sur l’appendice inférieur, un torrent de glu blanche jaillit des deux tiges à la fois.

Beth eut un haut-le-cœur lorsque la première giclée atteignit le fond de sa gorge, mais elle changea rapidement d’angle pour être prête à recevoir la seconde. Elle s’est mise à un rythme tel qu’elle pouvait presque avaler l’éruption crémeuse de la bite n° 2 aussi vite qu’elle coulait. La bite n° 1 pointait directement vers son visage. Elle giclait constamment dans ses yeux et ses cheveux. Il n’y avait rien d’autre à faire que de se concentrer sur l’ingestion du déluge de sperme qui coulait dans sa bouche et de s’occuper du désordre plus tard. Après quelques minutes, Kas secoua la dernière goutte de sperme de sa charge, soupira et se précipita dans sa chambre, laissant Bethany pleine de sperme, couverte de sperme et agenouillée dans une mare de sperme.

Il lui a fallu le reste de la nuit pour ramasser et manger le sperme dont elle s’était enduite le visage, les cheveux et le corps, et pour lécher chaque centimètre carré du côté sud de la cuisine. Ce n’est pas qu’elle aimait le goût, même si elle commençait à s’y habituer, mais c’était son prix. Elle avait excité une bête puissante qui lui avait donné sa semence. Elle n’allait pas en laisser une seule goutte se perdre.

Elle se coucha juste au moment où le réveil de Nathan sonnait et fit semblant de dormir. La préparation matinale de Nathan avant d’aller travailler lui parut une éternité. Dès qu’elle entendit la porte se fermer, Beth sauta du lit et courut à travers l’appartement pour frapper à la porte de Kas. Il avait sûrement besoin d’être libéré un peu plus maintenant. Ce n’était pas de la triche, se convainquit-elle. Il s’agissait simplement d’aider son ami à résoudre son problème de viol.

Chapitre 2 : En attente d’un héros

Bethany était heureuse. Un mois s’est écoulé depuis la première nuit où elle a soulagé son ami démoniaque de son lourd fardeau. Depuis, tous les jours, les heures où son fiancé était au travail ou dormait étaient consacrées à l’insatiable désir de Kasbedhal. L’ingurgitation de litres de sperme démoniaque était la partie la plus facile à présent ; elle n’en avait jamais assez. Pour éviter les dégâts, elle avait mis en place un système de marmites pour recueillir le sperme des bites qui n’étaient pas entourées de ses lèvres.

C’est vrai, ses lèvres pouvaient maintenant s’étendre tout autour d’un des pénis veineux de Kas. Après des semaines passées à essayer de dissimuler des ecchymoses suspectes aux coins de sa bouche et à apprendre à détacher sa mâchoire sans trop de douleur, tout son œsophage était maintenant un véritable manchon à bites monstrueux. Elle pouvait prendre une bite jusqu’à la garde et presser et frotter l’autre comme un oreiller. Le fait d’être complètement nue permettait aussi d’éviter les dégâts, se disait-elle. La sensation merveilleuse que lui procurait le corps de démon de Kas en glissant entre ses seins n’était qu’un bonus.

Respirer était un problème, mais elle commençait à être douée pour cela aussi. Aujourd’hui en particulier, elle réussit à retenir sa respiration pendant toute une séance et ne s’évanouit qu’une fois que Kas eut fini d’éjaculer dans son estomac. Elle se réveilla avec un petit déjeuner de démon blanc et visqueux dans la marmite en acier inoxydable, puis se remit au travail jusqu’à ce qu’elle entende les pas de son fiancé dans le couloir.

Il avait 15 minutes d’avance. Bethany était sûre d’avoir le temps de faire une dernière traite, mais elle s’efforçait maintenant d’enfiler sa robe et d’essayer de donner l’impression qu’elle n’avait pas passé les dix dernières heures à baiser des bites aussi grosses que ses jambes.

Nathan entra en trombe dans la pièce juste au moment où Kas réussissait à cacher la dernière bite à l’intérieur de son pantalon trop grand. Il ne s’attendait pas à ce que Beth soit également présente.

“Qu’est-ce qui se passe ici ? Nathan semblait vouloir paraître sévère, mais sa voix tremblante et ses genoux trahissaient son manque d’assurance.

Je ne faisais qu’enseigner à Kas les coutumes de notre Seigneur et Sauveur, répondit Beth en le regardant droit dans les yeux. Beth répondit en le regardant droit dans les yeux.

“Et quelle est ta partie préférée de la Bible, Kas ? Nathan dit avec arrogance, persuadé qu’il n’y avait pas d’espoir pour un sauvage impie comme lui.

“La venue…” Kas fait une pause “…de Jésus Christ.”

“Tu es en retard pour le loyer”, poursuivit Nathan, ignorant la tentative évidente de se moquer de lui. “Sur cette planète, les gens vont travailler et paient leur loyer. Puis il est parti en trombe.

Kas n’avait pas réussi à trouver un emploi après tout. Le fait de passer chaque jour et chaque nuit à enfoncer des boules dans la gorge de la fiancée de Nathan y était pour quelque chose.

“Ne t’inquiète pas pour lui, je vais faire en sorte qu’il te laisse rester”, rassura Beth, qui ne voulait pas renoncer à son nouveau mode de vie.

“Mais il a raison… Je vais retourner chercher du travail, je reviendrai plus tard dans la journée.”

Beth avait besoin d’intensifier son jeu. Les filles de son club de pureté parlaient aussi d’une forme de sexe qui ne comptait pas. Le sexe sur les fesses. Elle avait toujours pensé qu’elles n’étaient que des salopes, mais elle comprenait maintenant ce qu’elles voulaient dire. Nathan devait passer le week-end hors de la ville pour son travail, c’était le moment idéal pour montrer à Kas qu’elle était tout ce dont il avait besoin. Malheureusement, il lui a fallu un mois pour apprendre à sa bouche à s’étirer suffisamment pour accueillir correctement une tige monstrueuse. Il n’y avait aucune chance qu’elle puisse préparer son cul à temps. Pas sans un montage d’entraînement des années 80.

Synthétiseur en fondu lent alors que Beth se déshabille. ♫♫♫

♫ Where have all the good men gone and where are all the gods ? ♫

Beth s’empare de divers objets dans la maison : marqueurs, concombre, boîte à outils….

♫ Où est l’Hercule qui a le sens de la rue pour lutter contre l’augmentation des risques ? ♫

Elle pousse un marqueur à l’intérieur, lentement. Cela la met visiblement mal à l’aise.

♫ N’y a-t-il pas un chevalier blanc sur un destrier enflammé ? ♫

Son visage se contorsionne alors qu’elle étire son cul pour accueillir un deuxième marqueur.

♪ Late at night I toss and I turn and I dream of what I need ♪

Puis un troisième.

♫ J’ai besoin d’un héros ! ♫

Son trou du cul légèrement béant à cause du trio de marqueurs, Beth pousse le manche d’un tournevis contre le côté de son bord pour le desserrer un peu plus.

J’attends un héros jusqu’à la fin de la nuit.

D’un air déterminé, elle ramasse le concombre.

Il doit être fort et il doit être rapide.

L’expression douloureuse de son visage s’estompe lentement et est remplacée par un sourire tandis qu’elle pompe le concombre à l’intérieur et à l’extérieur.

♫ Et il doit être frais du combat ♫

Rayonnante de fierté, Beth court à la cuisine et échange son concombre contre une grosse aubergine

♫ J’ai besoin d’un héros ! ♫

Elle le tient par la partie fine d’une main et essaie de faire levier sur son trou du cul pour qu’il soit assez large pour accueillir la partie inférieure.

♫ I’m holding out for a hero ’til the morning light ♫

Une fois que son cul s’étire suffisamment pour accueillir la grande partie inférieure. L’aubergine est instantanément engloutie à l’intérieur.

Il faut qu’il soit sûr et que ce soit bientôt et qu’il soit plus grand que nature.

Beth essaie de repêcher l’aubergine avec sa main.

♫ Quelque part après minuit dans mes fantasmes les plus fous ♫

Beth est sous la douche, faisant mousser son trou du cul avec du savon.

Quelque part, juste au-delà de ma portée, il y a quelqu’un qui me tend la main.

Son petit poing s’insère facilement à l’intérieur maintenant et elle le fait entrer et sortir rapidement et aussi profondément que son bras contorsionné le permet.

♫ Racing on the thunder and rising with the heat it’s gonna take a superman to sweep me off my feet ♫

Une bouteille de shampoing entière est avalée à l’intérieur de sa croupe à bulles.

♫ J’ai besoin d’un héros ! ♫

Beth est dans le salon, les mains sur les hanches, mettant tout son poids pour pénétrer quelque chose.

J’attends un héros jusqu’à la fin de la nuit.

Elle est en fait assise sur une bouteille de 2L de cola.

♫ Il doit être fort et il doit être rapide ♫

Elle est bloquée là où le diamètre de la bouteille croît fortement mais n’abandonne pas.

♫ Et il doit être frais du combat ♫

Elle pousse et pousse, grimaçant de douleur.

J’ai besoin d’un héros ! ♫

Elle s’enfonce un peu plus, centimètre par centimètre…

♫ I’m holding out for a hero ’til the morning light ♫

Son sphincter anal repose sur la partie la plus fine de la bouteille de cola, au-delà du milieu. Elle respire profondément et se prépare à la poussée finale.

♫ Il faut qu’il soit sûr et que ce soit bientôt et il faut qu’il soit plus grand que nature ♫

Les derniers centimètres du 2L disparaissent en elle alors que des larmes de joie et de douleur coulent sur ses joues.

La musique s’estompe lentement tandis que Beth lève les poings en l’air en signe de célébration.

“Wow, je ne pensais pas pouvoir faire autant de progrès en 3 minutes”. Elle avait le reste de l’après-midi pour essayer de pousser une deuxième bouteille de 2L là-haut pour imiter à la fois la circonférence et la longueur d’une des bites de Kas.

“J’ai une grande nouvelle ! J’ai trouvé un travail ! Tu vas voir le nouveau stagiaire de l’Action Moving Company”, annonça Kas triomphalement à la seconde où il fit irruption dans l’appartement.

“Je suis très heureuse pour toi ! Beth a menti. “J’ai aussi de bonnes nouvelles. Viens t’allonger.”

Beth s’est donné un petit coup de poing sur les fesses sous sa jupe, écartant l’entrée pour une préparation de dernière minute.

Tout de suite, elle se rendit compte que cela allait être un défi, même avec toute sa pratique. Excités par la courte longueur de la jupe de Beth et titillés par la curiosité de ce qu’elle prévoyait de faire pendant qu’il s’allongeait sur le sol, ses deux bites se tenaient bien droites. Beth avait du mal à soulever ses fesses suffisamment haut pour s’appuyer sur la tête, même sur la pointe des pieds. Les bouteilles de 2 litres qu’elle avait en elle cet après-midi avaient une belle forme conique sur les deux premiers centimètres, ce qui facilitait l’insertion (pour ainsi dire). Avec la forme d’une bite, il faut s’occuper d’une grande partie dès le départ. C’était vrai pour les humains comme pour les démons, mais c’était d’autant plus problématique quand on essayait de s’enfoncer dans un poteau de 2 pieds et qu’on commençait avec quelque chose de la taille d’une boule de bowling.

Alors qu’elle commençait à rougir d’embarras, Beth réussit à s’équilibrer assez longtemps à l’angle parfait pour que son poids pousse la pointe assez profondément à l’intérieur pour obtenir une bonne prise de pied sur les jambes de Kas. Maintenant, elle pouvait vraiment lui montrer que ce dont il avait vraiment besoin dans la vie se trouvait ici, entre ses jambes.

Elle faisait des progrès constants pour s’empaler, mais lorsque Kas lui saisit doucement les tibias, elle hocha la tête et accepta l’aide. Avec la force des bras de Kas, son cul n’avait aucune chance. En quelques secondes, le membre inférieur de son partenaire étirait suffisamment ses intestins pour que le contour de sa forme soit presque entièrement visible sur sa peau élastique. Elle n’était qu’à mi-chemin de la base, mais Kas lui rendit le contrôle maintenant qu’elle avait pris un bon départ. Après quelques secondes d’attente, le temps que son cul s’adapte à la taille et que le précum de Kas enrobe ses entrailles, elle fut prête à se soulever avec ses jambes. Elle poussa jusqu’à ce que la partie la plus grosse de la tête soit contre le bord de son trou du cul complètement étiré, juste assez longtemps pour sentir le vide fugace de ses entrailles, puis, utilisant le deuxième pénis comme levier, elle l’enfonça à nouveau d’un seul coup, s’enfonçant de plus en plus profondément dans ses entrailles à chaque fois qu’elle répétait l’exploit.

C’était un travail fatigant, mais elle continua jusqu’à ce que ses fesses atteignent le sac à couilles de Kas. Elle pouvait commencer la deuxième phase de son plan. Décrochant sa mâchoire avec facilité, elle engloutit la deuxième tête tout en s’assurant de ne pas faiblir dans son pompage rythmique du cul. Elle le faisait, elle était un jouet sexuel digne de la convoitise d’un démon. Kas gémit et ses membres commencèrent à frémir.

Plus de pots, plus de demi-mesures, Beth était sur le point de consommer tous les gallons de la charge du monstre en une seule fois. L’anticipation seule l’amena à l’orgasme. Elle s’enfonça aussi profondément que le permettait son côlon endolori en ce premier jour de ravage, et se prépara à l’éruption.

Le joint hermétique du phallus massif dans son anus tendu retenait la pression et Beth pouvait sentir la marée de semence démoniaque monter de plus en plus haut dans ses intestins tandis que son estomac se gonflait pour prendre sa part. Les yeux de Kas étaient enflammés. Il n’avait pas baisé aussi bien depuis des lustres et l’orgasme était long, même pour lui. Beth avait joui pendant 5 minutes d’affilée et n’avait pas eu l’occasion de respirer depuis au moins aussi longtemps. Elle était sur le point de s’évanouir, mais elle était déterminée à vivre ce moment, le meilleur moment de sa vie, jusqu’au bout.

Les poussées devinrent plus sporadiques. Il fallait en finir. Une dernière gorgée…

Lorsque Beth revint à elle, elle était à plat ventre sur le sol, traînée de droite à gauche sur le plancher en bois. Kas lui tenait les jambes et l’embrochait avec sa queue inférieure tandis que sa queue supérieure frottait entre ses fesses écartées. Il était en pleine frénésie, grognant comme un animal sauvage. Elle a immédiatement joui à nouveau. Cela allait être tout son week-end. Ce n’était pas de la triche, se rassura-t-elle. C’était juste une façon plus efficace d’aider quelqu’un dans le besoin.

Kas ne se présentait jamais au travail.

Chapitre 3 : Éclipse totale du cœur

Il a fallu beaucoup de bible pour que Beth convainque Nathan de laisser Kas habiter chez lui sans payer de loyer. Cela signifiait que Nathan devait trouver un deuxième emploi pour les maintenir à flot. Cela signifiait aussi, pour le plus grand plaisir de Beth, qu’il serait absent la plupart des week-ends pour son second emploi de moniteur de colonie de vacances. S’il y a une chose qu’elle aimait plus que les bites palpitantes de Kas dans son trou du cul et sa gorge, c’était de les avoir là pendant 72 heures d’affilée. A la fin d’une de ces sessions intenses, Kas a profité de l’épuisement de Beth pour lui annoncer que son père viendrait lui rendre visite la semaine prochaine.

Le jour de la visite, Kas a prévenu Beth que les vêtements qu’elle porterait seraient probablement abîmés lorsque son père s’en prendrait à elle.

“Qu’est-ce qui te fait penser que je vais laisser ton père me pénétrer ?”

“C’est le roi des démons du sexe, il ne fait que baiser”.

“On verra bien.”

Moins d’une heure après que Nathan lui ait donné un baiser sur la joue avant de partir pour le week-end, on frappa fort à la porte. Beth pouvait sentir une étrange énergie de l’autre côté. Elle était plus curieuse qu’effrayée. Après le départ de Nathan, elle avait remis sa vieille tenue d’écolière catholique. Elle ne lui allait presque plus, mais elle ne pouvait pas imaginer un meilleur accueil pour le roi des démons du sexe.

Kas ouvrit la porte et laissa apparaître une grande silhouette couverte de poils. Si grande qu’elle devait s’accroupir pour se tenir debout dans le couloir. Il n’y avait aucune chance qu’il puisse passer à travers le cadre, alors Beth tendit simplement la main à travers l’embrasure de la porte.

“Bonjour, je suis Beth !”

La manche droite de la robe du personnage se souleva et des doigts apparurent. D’autres doigts. De longs doigts. Aucune main n’a suivi. Ils ressemblaient d’abord à des serpents, mais en se rapprochant, Beth remarqua qu’il s’agissait en fait de… pénis. Elle avait vu les organes reproducteurs d’un homme dans un livre et ils avaient l’air à peu près identiques, si ce n’est qu’ils étaient un peu plus épais et beaucoup plus longs. Elle savait aussi qu’un homme normal n’avait qu’un seul pénis, et non des dizaines, voire des centaines.

Les phallières glissantes atteignirent sa main, mais ne s’arrêtèrent pas là. De plus en plus de phalles sortaient de la manche de la robe et se glissaient le long de son bras et autour de son corps. Sans le moindre effort, le roi la souleva dans les airs et prononça d’étranges paroles qui résonnèrent au plus profond de son esprit. Un portail rouge s’ouvrit et Beth fut entraînée à travers.

La puanteur écrasante du soufre fut la première chose que Beth remarqua en arrivant au royaume des démons sexuels, puis le sol, les murs et le plafond rouges et pulsants ; leur aspect charnu donnait l’impression d’être à l’intérieur des entrailles d’une créature gargantuesque.

Le roi commença immédiatement à leur faire la cour. Un nouveau paquet de vers de chair surgit des robes et rampa sur tout le corps de la jeune femme, s’arrêtant brièvement après avoir descendu ses sous-vêtements et s’être approché de sa bouche. Beth décrocha sa mâchoire par habitude et les tentacules suivirent le mouvement. En quelques secondes, tous ses vêtements furent déchirés et les tentacules commencèrent à envahir tous les orifices de Beth aux yeux écarquillés… y compris sa chatte, qui n’avait jamais été pénétrée par quoi que ce soit auparavant. Beth a eu une pensée fugace pour la perte de sa virginité. Cela ne compte pas si cela s’est passé dans le royaume des démons”, se dit-elle avant de pouvoir apprécier pour la première fois l’étirement de son vagin, la pénétration de son col de l’utérus et même le remplissage de ses trompes de Fallope par une floraison ininterrompue de tentacules.

Elle tente de parler, mais l’air ne passe pas. Sentant ses besoins, quelques tentacules récemment insérés se retirèrent de sa gorge pour lui permettre de s’exprimer, au moins gutturalement : “Hi heed ho het hack hin hree hays.”

Tous les tentacules retirés s’enfoncèrent à nouveau dans sa gorge. C’était manifestement la dernière chance qu’on lui donnait de dire quelque chose. Les tentacules dans ses oreilles s’enfoncèrent plus profondément et après une douleur aiguë, elle entendit une voix dans sa tête : “Trois jours humains, c’est acceptable. Chaque seconde qui s’écoule dans le monde des humains équivaut à 666 secondes ici.”

Soudain, tous les appendices du roi se mirent à fonctionner à plein régime. Beth avait du mal à évaluer combien il y en avait en elle, mais ils se déplaçaient rapidement. C’était un peu comme lorsque Kas éjaculait pour la énième fois dans sa gorge et son cul, sauf qu’au lieu d’un liquide malléable, c’était de la chair qui élargissait tous ses canaux à ce qu’elle pensait être leur diamètre maximal… jusqu’à ce que ceux qui descendent rencontrent ceux qui montent et ne s’arrêtent plus, doublant la taille d’expansion de ses intestins. Bientôt, des pénis sortirent de ses trous et y entrèrent, rejoignant les autres qui occupaient divers trous dont son esprit renfermé n’avait jamais imaginé qu’ils seraient un jour violés, et certainement pas par deux à quatre pénis de taille humaine en même temps.

Après ce qui lui a semblé être une heure, Beth a senti des formes familières pousser contre son derrière. Elle pouvait facilement reconnaître les membres du démon de Kasbedhal. Il avait dû franchir le portail immédiatement après eux, mais même un retard de quelques secondes se traduit par une longue période dans le royaume des démons. Si elle avait pu parler ou même tourner la tête, elle aurait fait part de son objection à ce que Kas procède à une double pénétration. Ils n’avaient jamais rien fait de tel auparavant et avec tous ses trous déjà utilisés par les tentacules de son père, elle ne pensait pas que le moment était bien choisi… mais c’était en train de se produire.

Le roi des démons ne voulait pas enlever de tentacules mais Kas n’abandonnant pas, il les poussa tous contre les côtés autant que possible, étirant le cul et la chatte de Beth à un nouveau niveau et se donnant un petit passage dans lequel il pourrait peut-être se faufiler.

Une autre heure passa, Kas avait réussi à mettre la plus grande partie de sa viande dans les passages encombrés et était même capable de les bouger d’avant en arrière. Il était prêt pour sa première décharge. Son père décida de se joindre à lui. Des bourrelets ont commencé à se former à la base des tentacules. En les voyant gonfler, Beth n’arrivait pas à croire qu’elle allait être étirée encore plus qu’elle ne l’était déjà, mais ce n’était que le début. Au cours des derniers mois, Beth avait avalé des centaines de litres de sperme de démon gluant, mais elle n’en avait jamais été véritablement inondée auparavant. Kas et d’innombrables tentacules poussaient une substance épaisse et familière au plus profond de son utérus et de ses intestins. Pendant ce temps, d’innombrables tentacules remplissaient son estomac, sa bouche, son nez, ses oreilles, sa vessie… sa peau était tellement tendue qu’aucune goutte ne pouvait s’en échapper.

Beth s’est jointe à l’orgasme familial. Malgré la douleur, elle ne s’était jamais sentie aussi bien. Elle ne faisait qu’un avec sa semence démoniaque bien-aimée. Après avoir déversé leur charge, les deux démons poursuivirent sans relâche le but de leur vie, mais cette fois-ci, la sensation de sentir tout ce sperme démoniaque s’écouler à l’intérieur d’elle alors qu’elle se balançait brutalement.

De petites créatures ressemblant à des diablotins commencèrent à arriver sur les lieux, attirées par l’odeur de la chair jeune dans ce monde stérile. Leur intention était claire, la même que celle de tout être de ce royaume : trouver un trou et le baiser. Chaque nouvel arrivant suivait la même routine, c’est-à-dire qu’il tournait autour d’elle à la recherche d’un orifice, N’IMPORTE QUEL orifice qui n’était pas entièrement occupé. Après bien des frustrations, ils finissaient par se battre pour ses seins, suçant et mordant pour obtenir les quelques gouttes de lait qu’elle produisait, regardant de temps en temps pour voir si une oreille ou une narine s’était libérée. Beth le savait déjà, elle l’avait senti la première fois que le sperme du démon avait rempli son utérus comme un ballon d’eau, elle était enceinte.

Le ventre de Beth grossit rapidement. Sa notion du temps était chancelante, mais elle était sûre de ne pas confondre des heures avec des mois. Elle ne pouvait pas être dans le monde des démons depuis plus d’un jour et pourtant elle semblait être au dernier stade de sa grossesse. Ce n’était pas un bébé normal. Et elle n’en était pas au dernier stade de sa grossesse.

A la fin de ce qu’elle estimait être le deuxième jour, le Roi et Kas n’avaient pas fait une seule pause. Ils la ravageaient avec la même intensité et la même férocité, mais son ventre, maintenant trois fois plus gros qu’il n’aurait dû l’être, tendait sa peau, rendant chaque trou plus étroit et chaque sensation plus intense. Chaque fois qu’elle avait un orgasme, elle sentait ses enfants grandir et bouger violemment en elle. Après qu’un nouveau lot de sperme de démon ait inondé chaque centimètre carré de ses entrailles pour la centième fois, Kas se retira, suivi par tous les pénis qui avaient réussi à s’insérer dans son utérus surpeuplé. La sensation de vide fut d’abord soulagée, mais devint rapidement insupportable. Heureusement, Beth a vite compris pourquoi ses papas-bébés avaient laissé son vagin sans surveillance pour la première fois en deux jours démoniaques. Il était temps de mettre au monde ses premiers enfants.

Kas ne voulait libérer qu’un seul trou, mais en raison de son anatomie unique, il a dû retirer ses deux membres. Avant que quelqu’un ne puisse lui voler sa place, il s’est à nouveau dirigé vers la cavité anale, mais quelque chose n’allait pas… Beth sentait qu’il essayait de les faire entrer tous les deux en même temps. Elle avait encore beaucoup de serpents de la bite de King à l’intérieur, il devait savoir qu’il n’y avait pas moyen. Elle ne pouvait rien dire pour s’y opposer, elle ne pouvait même pas serrer les dents avec les douzaines de bites qui forçaient sa mâchoire à s’ouvrir. Kas continua à pousser et peut-être grâce à tout son entraînement ou peut-être un peu de magie de cet endroit étrange, le cul de Beth finit par céder aux deux bites géantes du minotaure qui poussa un rugissement de triomphe.

Beth ne s’est jamais sentie aussi étirée, un record qu’elle allait battre la minute suivante lorsque deux têtes de bouc ont pénétré dans son col de l’utérus. Ses bébés démons se battaient pour savoir qui sortirait le premier et il semblait que cela allait se terminer par une égalité. Toutes les bites à l’intérieur de Beth ont commencé à tressaillir. Elle était au bord du plus grand orgasme de sa vie, et si ses partenaires sexuels jouissaient aussi, cela la pousserait sûrement au bord du gouffre… Les litres de sperme qui remontaient dans ses intestins, les litres de sperme qui coulaient dans son estomac, sa vessie, ses oreilles, son nez, tous ses trous étirés au-delà de leurs limites, deux paires d’épaules qui déformaient son col de l’utérus, c’était trop. Une gigantesque explosion d’extase, puis l’obscurité.

Beth ne fut réveillée que quelques instants plus tard lorsque ses enfants, debout sur leurs pattes arrière, s’accrochèrent violemment à ses seins engorgés et se mirent à téter comme du veau. Ils tiraient d’elle bien plus que les diablotins ne l’avaient jamais fait. Des carcasses de diablotins décapités entouraient ses jumeaux. La jeune fille humaine sentit le sol trembler. Son arôme de nymphe se répandait partout et des démons de tout le royaume avaient entamé leur pèlerinage.

Jinemoch le Méchant était arrivé. Kas avait encore ses deux bites dans le cul, le vagin était plus ou moins libre, à l’exception de quelques douzaines de tentacules. Jinemoch était accroupi face contre terre sous elle. Du coin de l’œil, Beth pouvait voir que celui-ci avait un gros dard de scorpion, qu’il utilisait sûrement comme outil sexuel. Il a été prudent pendant l’insertion, la queue a bien rempli le vide laissé par les locataires précédents et elle n’a senti la piqûre de l’extrémité contre la paroi de son utérus qu’après qu’il ait été complètement inséré et qu’il ait essayé de s’enfoncer plus profondément. La douleur fut presque instantanément remplacée par une douce sensation d’étourdissement et un nouvel orgasme. Les trois démons sont entrés en elle à ce moment-là. Elle l’a senti une fois de plus : elle allait être mère à nouveau.

Sa dernière pensée lucide a été de calculer la durée de trois jours en temps démoniaque. Quelque chose comme 2000 jours. “Si j’ai des bébés tous les deux jours, ça fait mille portées.” Elle attendait avec impatience chaque naissance. Ce n’était pas de la triche, se rassurait-elle. Le royaume des démons ne comptait pas.

Le roi des démons tint sa promesse : trois jours humains plus tard, il attendit que Beth donne naissance à un gros démon à l’allure de bouddha et, avant qu’elle ne puisse retomber enceinte, il ouvrit un portail et la transporta, empalée sur ses longs tentacules, de l’autre côté, puis retira des kilomètres d’appendices visqueux de ses intestins et de son œsophage. Beth toussa et respira profondément pour la première fois depuis plus de cinq ans.

“S’il vous plaît, je veux revenir en arrière”, supplie Beth, couverte de sperme.

Le Roi laissa tomber une dague incrustée de bijoux sur le sol et disparut à l’intérieur du portail.

“C’est la dague de Balam, expliqua Kas. “Tu poignardes l’air puis tu abaisses la dague comme si tu déchirais un drap suspendu pour créer un portail vers la dimension démoniaque. C’est un grand honneur, tu t’es très bien débrouillé.”

Une douche rapide et un pull épais pour cacher ses seins encore gonflés rendirent Beth à nouveau présentable juste à temps.

Nathan était de retour de son travail du week-end et il courut la serrer dans ses bras. “Tu m’as tellement manqué, Beth.

“Tu m’as manqué aussi…” Cela faisait si longtemps qu’elle ne se souvenait plus de son nom.

Chapitre 4 : Un chagrin d’amour

La dague de Balam s’avéra très utile. Lorsque son fiancé Nathan était à la maison et réveillé, Beth comptait normalement chaque seconde atrocement ennuyeuse. Mais avec l’inflation temporelle du royaume des démons, un passage de 5 minutes aux toilettes équivalait pour elle à passer un week-end entier à se faire baiser par diverses créatures du monde souterrain. Prendre une “douche” de 15 minutes équivalait à une semaine de pénétration démoniaque.

Elle ne passait pas non plus autant de temps qu’avant avec Kas. Pourquoi passer la nuit avec lui alors qu’elle pouvait subir 666 fois plus de sévices non-stop avec de multiples prétendants. Elle est même allée jusqu’à passer une semaine “chez sa grand-mère”. C’était une période intéressante de 12 ans….

L’un de ses nouveaux partenaires préférés était Cruamala le Gorger. Se téléporter directement auprès de lui était facile. Il suffisait d’ouvrir un portail au-dessus du lavabo de la salle de bains.

Elle se souvient encore de la première fois où ses aventures dans les vortex de la dague l’ont amenée dans son antre. C’était (et c’est toujours) le plus grand démon qu’elle ait jamais vu. Le sol trembla lorsqu’il se positionna au-dessus d’elle. Il marchait sur quatre pattes, mais son torse et ses bras étaient musclés et humanoïdes. Beth n’avait même pas vu à quoi ressemblait le haut de son corps lors de leur première rencontre. Elle vit que Cruamala avait deux bites, comme Kas. Seulement, les siennes avaient la forme d’un cheval et étaient beaucoup plus grosses. Beth avait tout vu et avait été étirée au-delà des limites humaines, mais elle sentait encore son cœur s’emballer à la vue de démons si gros qu’un seul d’entre eux était sûr de la déchirer… sans parler de deux. Néanmoins, elle se mit en position. Elle a levé son petit cul aussi haut qu’elle le pouvait et l’a orienté vers les bites de cheval palpitantes.

Battant de l’aile par anticipation, les trous de Beth ont fait de leur mieux pour accueillir le bord extérieur épais des tiges qui allaient faire partie d’elle pour les deux prochains jours. Les deux bites ont commencé à s’enfoncer dans leurs trous respectifs en même temps. Les os de ses hanches craquaient. Accueillir de tels monstres était son plus grand défi, mais, comme toujours, Beth s’est montrée à la hauteur de la tâche et a avalé chaque centimètre avec son derrière. La peau de son ventre s’étendait loin devant elle et elle avait l’impression qu’elle pouvait se briser à tout moment.

L’antre du grand démon grouillait déjà de gobelins et tous ses autres orifices se battaient pendant que Crua réarrangeait violemment ses organes. Beth était aux anges.

Puis vint la meilleure partie. Le sperme de Cruamala ne ressemblait à rien de ce qu’elle avait eu dans le monde des démons. Et elle avait eu beaucoup de sperme… Ses spermatozoïdes avaient chacun la taille d’un têtard qui se tortillait en voyageant dans ses cavités.

Crumala ne laissait jamais de répit à Beth, même à la fin de sa grossesse, ses bébés démons devaient se frayer un chemin autour de ses pistons. Beth faillit s’évanouir avec toute cette expansion et cette activité dans son canal de naissance, mais elle devait vraiment rentrer chez elle ; Nathan se demanderait pourquoi elle mettait tant de temps à aller aux toilettes. Poussant de toutes ses maigres forces et aidée par un déluge de sperme frais provenant de deux tuyaux gargantuesques, elle réussit à se désimpaler et à ouvrir un portail vers l’arrière pour tomber sur le sol de la salle de bain.

Regarder le reste du film avec Nathan était beaucoup plus intéressant qu’auparavant, car elle pouvait maintenant se concentrer sur les spermatozoïdes géants qui s’agitaient dans ses intestins, son utérus et son estomac. Cruamala devint son démon de prédilection pour ses fréquentes pauses toilettes. Et pourtant, malgré toute cette dilatation du temps, le jour de son mariage se rapprochait inévitablement. La cérémonie allait être interminable, pensait-elle.

Le jour fatidique, Kas l’arrêta pour un “quickie” avant qu’elle ne rejoigne Nathan à l’église. Elle avait déjà mis sa robe de mariée, mais elle s’est dit que ce genre de chose arriverait et n’a pas porté de sous-vêtements ce jour-là. Prenant soin de ne pas déchirer la jupe duveteuse et la traîne, elle grimpa sur Kas, qui était allongé, et enfonça facilement ses trous dans ses bites géantes.

Oui, ses bites étaient incroyablement grosses selon les normes humaines, mais elles ne remplissaient pas son utérus de la même manière que les gobelins s’inséminaient pour se livrer à une orgie à l’intérieur.

Et ils n’avaient pas de vrilles comme Barbdar l’envahisseur, capables de se faufiler dans ses trompes de Fallope et de presser ses ovaires pour en extraire le jus d’œuf.

Celui qu’elle avait dans le cul étirait son côlon, mais elle se sentait bien plus violée lorsque Ginzal le Bourreur remplissait tout son système digestif de centaines de spores de la taille d’un œuf d’autruche. Ou lorsque Culxhal le Ravageur faisait passer son tentacule principal du cul à la bouche, puis à travers ses narines et de nouveau de la bouche au cul pour finir à l’intérieur de son urètre, qui, en ce moment, se sentait complètement ignoré.

C’est à ce moment-là qu’elle a compris que Kas n’avait rien de spécial. C’est alors que le “puissant” démon est arrivé.

Son ventre prit la taille d’un ballon de plage, mais ce n’était pas un déluge constant qui coulait pendant des heures comme l’éjaculation de Gremmohr le Sans Fond. Comme elle n’avait rien dans la gorge, elle a pu respirer pendant toute la durée de l’éjaculation. Comme c’est ennuyeux, pensa-t-elle.

Et oui, elle a joui, mais un orgasme pas aussi intense que lorsque Shaxsuhm le Serpent lui a injecté des aphrodisiaques dans les entrailles par les crocs de sa queue de vipère.

Et oui, elle se sentait fécondée, mais les bébés seraient probablement bien plus petits que ceux de Zeplahr, le roi des centaures… “Attendez, quoi ! Merde, putain de merde. Tu m’as mise enceinte ? !” Beth se dégagea des bites de Kas en se hissant sur la pointe des pieds.

“Oui, et alors ? Tu as été enceinte des milliers de fois.”

“Ouais, cervelle de merde, dans le royaume des démons. Ici, c’est le royaume des humains. Ça ne veut pas dire que je dois vivre une vraie grossesse de neuf mois ?”

“Ça te dérange si on recommence ? Ce n’est pas comme si tu pouvais être encore plus enceinte.”

Beth soupira et se mit sur la pointe des pieds pour revenir sur les membres de Kas. Elle laissa la gravité s’occuper de la faire descendre le plus possible à travers ses trous relâchés.

“Est-ce que ce sera un humain ou un démon ?” demanda-t-elle à sa monture.

“Je pense qu’il y a 50 % de chances.

“Bon sang, je me marie dans une heure.”

“Laisse tomber ce crétin. Tu le trompes tout le temps.”

“Je n’ai jamais trompé Nathan !” dit Beth avec un mètre quatre-vingt de bites en elle.

Kas a souri. Il sourit rarement. “Peut-être que je devrais juste lui parler de nous et le faire te quitter à la place.”

“Tu n’oserais pas.”

“Je le ferai. Laisse-moi te remplir à nouveau, puis je porterai ton cul plein de sperme jusqu’à l’église et je lui montrerai à quel point son innocente petite femme au foyer est une salope.

Beth paniquait. Elle ne pouvait pas s’empêcher de monter et descendre sur lui, mais son cerveau tournait à toute vitesse pour trouver une solution. Elle ne pouvait pas laisser ce sous-homme gâcher sa fin heureuse. Il n’y avait rien qu’elle voulait de plus en ce moment que d’épouser Nathan et d’être une merveilleuse épouse pour lui. Enfin… de se faire remplir les intestins et l’utérus de sperme démoniaque riche et crémeux une seconde fois PUIS d’épouser Nathan et d’être une merveilleuse épouse pour lui.

Kas ferma les yeux alors que le sperme commençait à couler. Beth a joui elle aussi, mais elle s’est ressaisie dès qu’elle a pu. Pendant que le démon extrayait les dernières gouttes de sperme de ses couilles, elle prit la dague de Balam sur la table de nuit et le poignarda dans le nez. La lame s’enfonça profondément. Kas hurla un son qui n’avait jamais été entendu par des oreilles humaines auparavant, un gémissement qui fit trembler tous les os de son corps. La lumière jaillit de la blessure et le puissant Kasbedhal le Pénétrateur se transforma en cendres autour d’elle… et à l’intérieur d’elle.

Nous interrompons votre programme avec cette nouvelle de dernière minute. Le tout premier démonicide de l’histoire a été perpétré hier. Le détail le plus étrange est que l’accusée est cette jeune femme, Bethany Collins. Elle a poignardé la victime au visage pendant le coït et invoque la légitime défense. Nous allons maintenant retrouver en direct notre Trish Lopez, utilisée comme porte-parole par le roi des démons du sexe. Trish ?

Le roi des démons organisait de nombreux communiqués de presse avec des chaînes de télévision, chacune fournissant une jeune femme journaliste à l’affût de sa chance. Les correspondantes lévitaient à quelques mètres du sol, uniquement soutenues par d’épais tentacules disparaissant sous leurs jupes. Un œil attentif pouvait remarquer que les tentacules ne se contentaient pas de les maintenir en lévitation, mais qu’ils bougeaient, s’enfonçant toujours plus profondément. Les yeux de Trish étaient complètement révulsés et on aurait dit qu’elle avait une sorte de crise d’épilepsie jusqu’à ce qu’elle ouvre la bouche et parle clairement, sa marionnettiste n’étant trahie que par le ton robotique de sa voix.

“Chaque fois que notre espèce était accusée d’avoir enfreint les stupides règles humaines, elle était emprisonnée et jugée dans le monde des humains et condamnée selon la loi humaine. Le meurtre de mon fils est une affaire de démon et le tribunal des démons sexuels jugera s’il s’agit d’un acte de légitime défense. Cette humaine sera détenue et jugée pour ses crimes dans notre royaume. Ce n’est pas négociable. A vous, Chris.”

La caméra s’attarde quelques secondes avant de revenir au studio. Si l’on s’arrêtait sur les dernières images, on pouvait apercevoir le bout d’un appendice qui sortait de la bouche de Trish.

“Les bébés se portent bien”, dit joyeusement à Beth le médecin désigné par le tribunal, après avoir longuement sondé son utérus à l’aide de plusieurs de ses tentacules.

Elle a supposé qu’il s’agissait d’un médecin, mais tout ce qu’elle savait, c’est qu’il s’agissait d’une pieuvre géante parlante en blouse de laboratoire. Il a ensuite procédé à d’autres tests en utilisant ses tentacules restants et la cavité anale de la jeune femme. Beth doutait de la validité médicale de l’étirement de son cul, mais elle s’était habituée à ce genre de choses lors de ses rencontres avec des démons sexuels.

Après quelques heures d’étirements et de fouilles, le docteur retira tous ses tentacules et laissa Beth hébétée sur le lit de la clinique. “OK, tu es prête à aller dans la prison des démons sexuels. Ton procès aura lieu dans 8 mois”, dit-il en refermant la porte.

Beth a crié sa question trop tard : “C’est 8 mois en temps démoniaque ?” … “Ça fait une grosse différence !”, a-t-elle crié encore plus fort dans la salle vide. “Une grande différence…”

Des gardes démons, qui pourraient presque passer pour des humains si ce n’était leurs visages déformés, escortèrent Beth en silence à travers un long passage qui menait à une gigantesque porte de coffre-fort. Sur le même mur se trouvait une simple porte en bois, plus grande que la sienne. Elle semblait plus facile à briser que la porte principale, mais cela n’avait pas d’importance si rien de l’autre côté n’était assez petit pour passer.

Le garde à sa gauche rompit le silence. “Bienvenue dans la chambre forte d’Andariel. C’est là que nous gardons les démons qui sont devenus trop grands ou trop dangereux pour errer librement dans le monde des démons. Tu es le premier humain à mettre les pieds ici, alors je n’ai pas d’uniforme pour toi ou quoi que ce soit d’autre. Il n’y a que des costumes d’anniversaire là-dedans.”

C’est alors que le garde à sa droite prit le relais. “Je vais insérer cette limace dans votre conduit auditif, elle creusera son chemin jusqu’à votre cerveau. Je ne compterais pas sur cette oreille pour entendre à nouveau. Mais vous avez de la chance, vous en avez deux !”

“Qu’est-ce que ça fait ?” Beth répond, inquiète à propos de la limace mais heureuse d’avoir enfin des gens à qui parler.

“Eh bien, c’est ironique, en fait. C’est le protocole standard d’en mettre un dans chaque détenu. Cela les oblige à se réveiller et les rend très excités, ce qui est une forme de torture pour les démons puisqu’ils n’ont pas de chair jeune à baiser là-dedans. Mais maintenant que tu es là… Bref, je trouve ça hilarant. C’est juste pour 8 mois jusqu’au procès, de toute façon. Amuse-toi bien !”

“C’est 8 mois en humain ou en démon…” La petite porte se referma derrière elle… “…temps ?”

“Cela aurait dû être la première question à poser, idiot”, marmonne Beth, debout, nue, dans un immense dôme où l’observent des dizaines de créatures de la taille d’un dinosaure. C’était la dernière occasion qu’elle aurait de poser cette question pendant les 444 prochaines années et aussi la dernière fois que sa gorge serait inoccupée.

Beth sentit la limace atteindre son cerveau et un déclic se produisit. Toutes ses craintes se sont évanouies. Elle se posait maintenant une autre question : “Combien de ces bites démoniaques gargantuesques puis-je mettre en moi en même temps ?”

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings