Vous êtes ici : Accueil > Histoire érotique longue : Une vengeance impitoyable !
Confession Intime Histoires taboues Prostitution Viol

Histoire érotique longue : Une vengeance impitoyable !

Photos de sexe prise pendant des soirées privées libertines

Nicole est une belle femme, aux cheveux auburn. De taille moyenne, elle porte élégamment des lunettes fines qui lui donnent un air mutin. Elle fait du contrôle de gestion dans une multinationale française.

Son Mari Sam est cogérant dans une société d’informatique, il installe et gère des programme informatique dans des cabinet notariales dans toute le France. Son travail l’oblige a être souvent absent pour la semaine voir des fois plus.

Nicole n’a pas remarquer que depuis le super marché elle est suivie par une petite bande de motard. Il faut dire qu’elle est une jeune mariée, elle n’est pas encore craintive des aléa de la vie de jeune femme seule.

La petite bande de motards se rangent derrière une haie qui les cachent de la vue depuis la rue. Le chef de la bande se dirige vers la porte arrière de la maison et frappe fortement. Nicole arrive, elle est habillée modestement. Elle porte un pantalon bouffant ainsi qu’une chemise bleue en nylon. Ses cheveux sont tirés en arrière et attachés en petite queue de cheval.
— Puis-je vous aider ? Demande Nicole.
Elle ne voit qu’un homme qui s’encadre totalement dans la porte. Elle est nerveuse et fixe cet homme. La plupart des gens frappent à la porte de devant et non celle de derrière.
— Oui madame, votre mari Sam m’a envoyé pour contrôler une chose dans votre maison. Comme il est occupé ailleurs, il m’a téléphoné pour que je vienne regarder. Dit André avec un sourire innocent sur son visage ?
— Oh ? Sam vous a envoyé. Alors entrez donc : Dit Nicole soulagée en ouvrant complètement la porte.
Puis elle s’écarte quand l’homme entre dans la maison par la porte de derrière donnant sur la cuisine. Il avance au milieu de la pièce près du comptoir et se tourne vers elle, Nicole lève les yeux sur lui et demande :
— De quoi Sam veut que vous regardiez ? Et désolé, je n’ai pas compris votre nom.
— Il veut que je vienne prendre soin de vous Nicole. Il a dit que vous aviez besoin d’attention.

Déclare André doucement, mais avec un grand sourire sur son visage.
— Je ne comprends pas ce que vous voulez dire Monsieur, quel que soit votre nom. Je n’ai rien besoin de vous. Dit-elle avec une voix qui commence à paniquer.
Elle regarde l’homme marcher vers la porte, elle est soulagée en pensant qu’il part. Mais arrivé à la porte, il l’ouvre pour laisser passer d’autres hommes et une femme aux cheveux roux habillée comme eux.
Nicole demande à nouveau :
— S’il vous plaît, que voulez-vous ?
— On m’a dit que vous ne satisfaisiez pas votre homme alors je me suis dit que j’allais vous donner quelques leçons.
Il tend la main et commence à déboutonner lentement la chemise de Nicole.
Elle essaye de reculer pour s’échapper, mais elle sent son cul bloqué par le bord de la table de la cuisine. Elle supplie :
— S’il vous plaît, ne faites pas ça !
Mais André ouvre le chemisier et le tire sur ses épaules. Ses seins sont plus gros qu’on aurait pu l’imaginer sous les vêtements surdimensionnés.
— Défais ton soutien-gorge et montre-moi tes seins ! Ordonne André en élevant la voix et ne laissant aucune alternative à la femme apeurée.
Le soutien-gorge est dégrafé et elle le laisse tomber au sol puis elle laisse pendre ses bras le long de son corps. André commande :
— Maintenant, enlève ton pantalon salope. Et vite !
Elle défait sa ceinture puis la fermeture éclair et laisse glisser le pantalon le long de ses jambes jusqu’à ses pieds. Elle se tient, complètement pétrifiée, face à cet homme avec juste une petite culotte blanche en coton et une paire de chaussures avec des talons de six centimètres.
En tirant un couteau de sa poche, André voit la peur totale dans les yeux de Nicole. Il s’approche d’elle pour saisir le tissu en coton, le couper de chaque côté et laisser la culotte tomber sur le plancher. À part ses talons, elle est totalement nue. Son mari Sam était le seul homme à l’avoir vu comme ça. Elle a honte d’être forcée à afficher son corps. Elle se demande comment Sam peut être impliqué avec ces hommes. Cela n’avait pas de sens.
André pose une main entre ses jambes et commence lentement à la caresser entre les lèvres de sa moule. Deux autres hommes se sont mis de chaque côté. Un se penche en avant et commence à lui sucer le mamelon droit. L’autre pétrit son autre sein. Nicole ferme les yeux pour éloigner cette scène de son esprit. Mais son corps sent les caresses et le doigt qui s’insinue dans son sexe exposé. Les seuls bruits dans la cuisine proviennent des hommes qui la tripotent, prenant leur temps pour faire durcir ses mamelons et mouiller sa grotte d’amour. André met son doigt profondément dans son puits d’amour puis le retire doucement. Il frotte le clitoris pendant une seconde ou deux avant de la doigter à nouveau.
Nicole a une vie sexuelle simple et inassouvie. Quand il veut lui faire l’amour, Sam se met au-dessus d’elle dans le lit et après quelques préliminaires enfonce sa bite en elle. Au début, c’était toujours sec et douloureux, mais quand il commençait à la pilonner, elle mouillait très vite et essayait de suivre le mouvement avec ses hanches.

Mais à chaque fois qu’elle était excitée et qu’elle commençait à prendre du plaisir, Sam éjaculait et roulait à côté d’elle. Nicole n’avait jamais eu d’orgasme avec Sam si bien qu’à plusieurs reprises elle eut recours à sa main de la même façon que fait André maintenant. Ses mamelons ont toujours été très sensibles et la double attention des hommes les stimulent. Ils deviennent très durs. Son corps réagit au traitement même si sa peur et sa confusion de savoir comment cela peut se produire dans sa petite banlieue tranquille lui assombrit l’esprit.
André invite de la tête Julie à se joindre à eux. Quand elle arrive près de Nicole, elle remarque que celle-ci a les yeux fermés et que son corps réagit aux attouchements.
— Bouffe sa chatte ! Ordonne André.
Julie s’agenouille et avance le visage vers la grotte de Nicole. Elle peut voir la moiteur entourant le doigt d’André lorsqu’il le retire, reculant pour laisser la place.

Nicole sursaute lorsque la langue de Julie lèche son clitoris gonflé et les lèvres de sa moule. Ses yeux s’ouvrent et se baissent pour voir le haut de la tête de cette femme rousse entre ses jambes.
— Non s’il vous plaît, pas une femme ? Demanda-t-elle.
Julie titille son clitoris avec le bout de sa langue. Nicole devient de plus en plus excitée, mais l’idée d’être léchée par une femme est une chose qu’elle ne peut comprendre.
Pendant que les deux hommes sucent les seins de Nicole, André monte sur une chaise, puis sur la table de la cuisine. Il sort sa queue et s’accroupit. Nicole est penchée en arrière, soutenue par ses bars tendus. André tire ses cheveux en arrière et force sa bite dans la bouche de Nicole. Elle ouvre automatiquement et accepte le mandrin avant de comprendre ce qu’elle fait. Puis elle réalise qu’elle a la queue d’André dans sa bouche alors elle essaye de se dégager. Malheureusement l’homme lui tient solidement les cheveux. Jamais dans sa vie, elle n’avait fait cela même si elle avait entendu souvent que beaucoup de femmes le font avec leur mari.
Julie a poussé Nicole plus haut sur la table afin d’avoir plus d’espace pour lui brouter le minou. Elle peut sentir Nicole bouger lentement les hanches pendant l’assaut de sa langue. Julie est heureuse de voir cette salope, ce pilier de respectabilité, étendue sur sa table de cuisine, les seins sucés par deux loubards, avec une bite dans la bouche et une femme lui manger sa chatte.
André sent que la Nicole commence à le sucer pendant qu’il entre et sort de sa bouche. Sa langue tourbillonne autour de son membre.
Julie pousse deux doigts dans la grotte de la Nicole tout en aspirant son clitoris pendant que les deux autres remontent les jambes de la Nicole puis les reposèrent sur ses épaules.

Avec toutes ces sensations, Nicole se met à gémir bruyamment. Ce n’est pas le son d’une personne prise contre sa volonté, mais plutôt celui d’une femme qui en veut encore plus.
Au bout de quelques minutes, André décide de retirer sa queue de la bouche de Nicole devenue accueillante et de descendre de la table.
Dès que la bite quitte sa bouche, Nicole ouvre les yeux pour comprendre pourquoi. Elle voit André tirer la femme rousse pour l’éloigner de sa grotte humide et prendre sa place entre ses jambes. Il place son membre sur l’ouverture de son puits d’amour et la saisit sous les cuisses.

Regardant sa grotte, il pousse lentement sa queue dans la jeune épouse qui gémit à haute voix. Nicole lève les jambes et les laisse reposer sur les épaules musclées d’André. Celui-ci commence à la pilonner régulièrement.
— Oh mon Dieu, tu es si gros. Gémit-elle alors qu’il s’enfonce dans son puits d’amour.
Son corps est tellement excité que Nicole accompagne chaque mouvement de l’homme avec son bassin, s’aidant de ses jambes appuyées sur les épaules. Elle sent partir son esprit quand elle connaît le premier orgasme de sa vie en étant baisée. Son corps explose et elle crie et gémit comme jamais auparavant.
— Oh, s’il vous plaît, s’il vous plaît, c’est bon. S’il vous plaît ne vous arrêtez pas, s’il vous plaît. Supplia-t-elle.
André garde le rythme en la martelant dans un mouvement dur et régulier. Son orgasme dure un bon moment et Nicole sait qu’elle veut que cela continue indéfiniment.
Lentement, André ralentit le mouvement puis sort de la Nicole. Il la tire vers lui, la retourne et la couche le visage sur la table. Puis il la pénètre de nouveau et recommence à la baiser. L’un des autres motards lui soulève un peu le visage et se place juste devant Nicole si bien qu’elle n’eut pas d’autre choix.

Pendant qu’André la prend par derrière (une position qu’elle n’avait jamais connue) elle met ses lèvres sur la bite tendue devant elle et commence à la sucer. Elle n’a jamais fait de fellation jusqu’à aujourd’hui, mais elle sait d’instinct ce que l’homme veut. Sa bouche serrée sur la queue, elle utilise sa langue sur toute la pointe et le long de la bite.

Nicole sent des mains sur sa tête pour la forcer à en avaler encore plus ce qu’elle fait, soumise. André la baise par derrière et elle aime cette sensation d’être remplie par la plus grosse bite qu’elle n’ait jamais connue. La chaleur monte dans son corps, elle sait qu’un autre orgasme va la saisir.

Mais André se retire, demande à l’autre homme de sortir de sa bouche et lui demande si elle veut de son sperme.
— Oh oui s’il vous plaît, faites-moi jouir. Je vous en supplie, je dois jouir. S’il vous plaît !! Gémit-elle en regardant en arrière la grande queue la pénétrer à nouveau.
Le désir consume chaque terminaison nerveuse de son corps.
— Oh ! OUIIII ! Oh mon DIEU ! AARRRFFFF ! Oh mon Dieu !! Crie-t-elle en jouissant.
André maintient le rythme puis vide ses couilles au fond de la grotte d’amour de Nicole. Il entretient l’intensité fébrile de l’orgasme tout en éjaculant à l’intérieur du corps. Quand Nicole commence à reprendre ses esprits, elle ouvre la bouche et reprend sa fellation sur l’autre motard.
André s’éloigne d’elle et est aussitôt remplacé par un autre membre de la bande qui la pénètre et attrape ses hanches pour avoir mieux de prise.
— Cette salope sait sucer une bite. Dit l’’autre motard à André.
Après ces mots il gémit et remplit la bouche de la Nicole avec une bonne quantité de sperme. C’est une nouvelle sensation pour Nicole quand elle sent la semence chaude remplir sa cavité buccale. Ne sachant pas trop que faire, mais se rendant compte que si elle n’avale pas elle étouffera, elle ingère la charge de sperme. Instantanément, elle apprécie ce nouveau goût.
Mais aussi rapidement que cela est fait, un nouveau motard se présente devant sa bouche de Nicole et tire sa tête pour qu’elle l’avale. Avec une queue qui la pilonne derrière et une autre dans sa bouche, Nicole se donne complètement à ce nouveau rôle. Elle aime ce sentiment de possession brutale ainsi que l’engourdissement des orgasmes subis.

Alors qu’elle sent de nouveau des picotements dans les profondeurs de sa grotte, André tire sa tête par les cheveux pour qu’elle le regarde et dit :
— Je veux que tu comprennes salope. Maintenant quand je veux te baiser, tu te donnes à moi. Est-ce bien compris ?
— Oui tout ce que vous voulez. Oh mon Dieu, je suis si bien. Dit-elle, haletante, le regard flou, tandis que le motard augmente le rythme dans son puits d’amour.

La tête relevée, Nicole voit Julie un petit caméscope à la main, elle comprend que la scène est filmée. Julie s’approche de Nicole.
— Alors salope tu te souvient pas de moi ? Hein !
— EUH ? Non ! Qui êtes vous.

— C’est moi Julie M…. ! Que tu persécutais avec ta bande de bourges au Lycée …..Tu m’a fais passée pour une pute dans tout le lycée, mais c’était tes copains qui m’obligeaient à leurs fait des pipes dans les chiottes moyennant finance.

— Moi je n’était qu’une fille de cheminot, il me fallait des sous pour mes études, alors tes copains friqués en ont profité. Maintenant c’est mes copains qui profitent de la bourge que tu es ! J’ai filmé tes exploits et tu ne pourras pas dire que tu n’aime pas ça. Tu es une vrai salope qui s’ignorait.
— Tu diras à ton Sam que je suis venu et ce que l’on t’as fait jouir. Grogne Julie.
Ce que Nicole et les autres ne savent pas ? C’est que Sam a truffé sa maison de petites caméra discrètes, elles enregistrent tout avec le son. C’est pour tester la fiabilité du matériel qu’il vent à ses clients.

Julie repousse le visage de Nicole vers la bite raide. Puis André prend Julie par le bras et ils sortent de la maison tout en disant :
— Je vous retrouve au club les gars lorsque vous en aurez fini avec elle.
— N’oubliez pas son cul les gars, il doit être vierge ?

— Hein ? J’ai jamais fait ça ?
— Encule-là Roger, elle en meurt d’envie, fais la hurler !
Nicole redoute l’intromission d’une bite dans son petit cul. Mais au point elle en est, n’y a plus aucun tabou maintenant et elle a aussi envie d’être sodomisée comme une chienne.
Le dénommé Roger a quand même pitié de Nicole et fait subir à son petit trou un bon travail préparatoire avant de présenter son manche de pioche devant l (entrée des reins de Nicole.

Il lui écarte les fesses et prenant sa pine, Roger l’approche de l’anus de Nicole. Elle sent l’énorme gland appuyer contre son anus. Elle sait qu’elle va déguster ? Roger se met à pousser lentement, sans brutalité, inéluctablement, son gland essaie de perforer son anneau. Son sphincter cède.

Arrive la douleur, elle irradie dans son corps, lui tirant presque une larme, Nicole pousse un cri. Roger ne bouge plus laissant l’étroit conduit s’habituer à cette présence incongrue, mais supportable. Une fois le gland entré le reste devra suivre sans trop de casse.

Les muqueuses de Nicole se détendent lentement s’habituant à l’imposant diamètre.
— Ça va, tu n’as pas trop mal ?
— Non, c’est supportable, mais vas-y doucement quand même !
— Tu sais ? Rigole celui qui est devant Nicole avec se queue dans sa bouche : Tu n’as goûté que les hors-d’œuvre, attend de déguster le plat de résistance !

Roger commence à la sodomiser, il se met à aller et venir progressivement. Au bout d’un moment il glisse deux doigts dans sa grotte et la caresse au rythme de ses enculages puissants.
Il fait coulisser son membre en elle, à chaque fois qu’il se retire c’est l’autre devant qui s’enfonce dans la gorge de Nicole.

Elle commence à apprécier cette sodomie très particulière, le calibre qui élargit son anneau lui déclenche des vagues de plaisir en elle. Nicole s’avoue vaincue et sous une incroyable jouissance, elle inonde les doigts et la main de Roger de mon jus d’amour.
— Oh oui défonce-moi !
Le plaisir lui vient à la Nicole, lui titillant le bas du dos, puis lui enflamment le ventre et l’entre cuisse, chassant la douleur. Sa chair ne se révolte plus face à cet outrage. Nicole jouit du même plaisir que lui a fait connaître André.

L’autre arrose sa langue et la force à tout avaler.
Roger est en train de prendre son pied et se vide dans l’intestin de Nicole en le faisant savoir bruyamment. Sa queue injectée de son cul par longues saccades une bonne quantité de sperme qui vient remplir son ventre de jet chaud qui inondent son ventre reins ? Nicole sent sa semence répandre sa chaleur dans son boyau.

— Vu l’état où je me trouve, il faut que mon engin trouve un trou sinon il va exploser ! Dit un des derniers de la bande. Il ne sont plus que deux qui n’ont pas profité du corps de Nicole.
— Relève-toi, on va te prendre en sandwichs, lui par devant et moi par la porte des artistes.
Ils sont tous les trois debout, le premier s’approche de Nicole et prend son membre pour lui faire baisser la tête et le frotte plusieurs fois sur sa moule avant de l’introduire dans sa grotte humide. Le dernier la prends par les hanches et sans aucun préparatif l’encule d’un coup sec.

La douleur de l’intromission entraîne un geste réflexe de Nicole qui propulse son bassin en avant s’empalant plus que de raison sur la verge du devant. La bouche grande ouverte, elle n’ose plus bouger, elle est sur la pointe des pieds pour ne pas que le poids de son corps soit uniquement supporté par les sexes qui la transpercent. A chaque pénétration, les deux queues se rencontrent uniquement séparée par une fine paroi de chair.

Celui de devant lui défonce complètement le vagin, Nicole crie sous les coups de boutoirs de ses deux amants. Elle est complètement déconnectée du temps, elle hurle se plaisir qui ce répand en elle. Celui de derrière l’encule de plus belle, elle sent qu’il ne va pas tarder à jouir.

Nicole lui demande de se retenir encore un peu pour moi. L’autre excité lui explose le vagin avec son pieu. Nicole crie, elle gémit, sentant l’orgasme monter, elle tourne la tête pour regarder celui qui la sodomise droit dans les yeux. Il vient d’exploser dans un râle puissant lui remplissant les boyaux. Nicole donne aussitôt libre cours à sa jouissance. L’autre la pilonne de plus belle et la rejoint dans l’orgasme l’inondant d’un flot de sperme.

Vingt ans plus tard, une nouvelle secrétaire prénommée Julie entre dans l’entreprise de Sam.
Après plusieurs mois Sam est devenue assez proche d’elle et de son mari André, qui n’est d’autre que l’ancien chef de bande de motard ayant rendu visite a son ex femme Nicole. Suite à cet abus sexuel de sa bande sur Nicole, le couple Sam/Nicole, c’est déterioré en quelques mois, car Nicole été devenue accro au sexe.

Sam n’a pas encore trouvé l’ouverture pour s’occuper de Julie. Celle-ci semble tellement hors de portée, elle est tellement amoureuse de son mari, elle est peu sensible aux avances que l’on peut lui faire discrètement.

Sam ne sait pas comment prendre sa vengeance en main. L’occasion vient lorsque André, son mari, lui propose de venir à l’anniversaire-surprise qu’il propose d’organiser pour le quarantième anniversaire de Julie.
André est maintenant comptable dans une entreprise, les années ont fini par dégarnir une bonne partie de son crâne. Il porte fièrement une belle moustache poivre et sel fournie.
A la date prévue pour cette fête, un ami de longue date doit ren,dre visite à Sam. Son ami Ivan est un Géorgien en pleine force de l’âge. Il a gardé de ses jeunes années comme ouvrier agricole dans le cocase une force hors du commun, servie par un physique imposant ; près de deux mètres pour cent kilos. L’abus d’alcool et la malbouffe ont empâté sa silhouette, mais ses bras comme des troncs ont gardé toute leur puissance.

Ivan est également un très grand amateur de belles femmes ! Sam propose à André de l’amener avec lui, chose étonnante ? Il accepte sans difficulté, d’autant plus que Sam lui parle des talents de guitariste du Géorgien.

Ils conviennent donc d’arriver le samedi soir vers dix neuf heures chez eux, Julie devant être à ce moment-là à son cours de danse. Sam fait quelques préparatifs pour que la fête se déroule comme il l’espére, il est pret avec Igor pour la soirée.
A dix neuf heures, André leur ouvre la porte. Il a commandé le repas chez un traiteur, le salon est magnifiquement préparé, la table revêtue d’une nappe blanche, éclairée par deux chandeliers. Discrètement, Sam prépare sa vengeance, il a mit des fioles dans ses poches, de manière à les avoir accessible dès que nécessaire.

Nous devisent tranquillement en buvant un verre de scotch, en attendant le retour de la maîtresse de maison. A dix neuf heures trente, ils éteignent les lampes de la maison, André les place dans le hall d’entrée ? La voiture de Julie se gare dans l’allée, elle pousse la porte d’entrée, et allume la lumière pour se trouver nez-à-nez avec son mari en costume entouré de Sam et de Ivan, également en costume.

Elle pousse un cri de surprise, mais se reprend rapidement. Pourtant, la scène doit être un peu cocasse, car André, placé entre Sam et Ivan, mesure au moins quinze cm de moins que le plus petit d’entre eux ! Après lui avoir souhaité un bon anniversaire, André lui remet un coffret délicatement empaqueté de soie pourpre.
— Merci, mon amour ! Déclare Julie. Mais je vais peut-être aller me mettre au diapason ! je suis encore toute transpirante !
Effectivement, Julie, qui revient de son cours de danse, porte des collants gris souris et un justaucorps noir, sous une veste de survêtement également grise.
— Va, ma chérie, nous t’attendons dans le salon, reprend André.
Julie monte alors à l’étage pour se préparer, tandis que ses messieurs retournent s’installer au coin de la cheminée pour terminer leur premier apéro. Sur un signe de tête à Ivan, et prétextant une envie urgente, Sam s’éclipse et monte discrètement à l’étage. Sam sait qu’il sont une salle de bain dans leur chambre, et il connaît également la disposition des lieux.

Sam s’approche de la porte de la chambre, qui est entrouverte ? Celle-ci est vide, dans une semi-obscurité. Il voit une raie de lumière passer par la porte de la salle d’eau attenante, il entend l’eau couler. Il ouvre doucement la porte, il se glisse sur la pointe des pieds dans la chambre.

Heureusement, une épaisse moquette amortit ses pas. Il jette un œil par la porte entrouverte, dans le reflet du miroir au-dessus des lavabos, Sam aperçoit Julie, nue sous la douche, en train de se laver les cheveux. Sam se sait invisible, caché dans l’obscurité de la chambre, il avance un peu plus pour avoir une vue directe sur la cabine de douche ; la douche à l’italienne n’a pas de porte, ce qui lui permet d’avoir une vue splendide sur le corps sans défaut de la belle Julie.

Des seins visiblement très fermes, bien dressés, un ventre plat, et des fesses magnifiques, sur lesquelles se répand la mousse venant de sa chevelure, créant un filet d’eau s’écoulant entre ses globes charnus ! Sam sait dès lors que son attente n’a pas été vaine, et que la soirée s’annonce d’ors et déjà réussie ! Discrètement, il quitte les lieux et retourne rejoindre les hommes au coin du feu. Ivan a habilement occupé l’attention d’André pendant que Sam se livrait à cette première inspection.
Julie descend quelques minutes plus tard, revêtue d’une magnifique robe de soirée noire, largement ouverte sur son dos parfait, mettant particulièrement en valeur sa poitrine. Elle a également mis à son cou le collier d’or et d’argent offert par André. Celui-ci relève divinement la carnation de son cou, telle une invite à y poser ses lèvres.

Après quelques compliments d’usage sur sa toilette, tous les quatre passent à table. André a fait les choses en grand, les différents plats sont très fins, accompagnés de vins de grande qualité. Ivan, fidèle à sa réputation, contribue beaucoup à l’assèchement des bouteilles, et il commence à parler plus fort, à rire plus fréquemment !
Julie, assise à côté du Géorgien, semble assez mal à l’aise. Elle a cependant aussi un peu bu. Sam soupçonne donc quelques attaques insidieuses de son collègue ! Ramassant sa serviette tombée au sol, il jette un œil sous la table pour constater qu’effectivement, Ivan a posé sa main droite en haut de la jambe de Julie, qui serre les cuisses, mais n’ose rien dire encore.

Sam pense qu’il est temps de passer à la deuxième partie de son plan. Il se rend donc dans la cuisine pour y déboucher une bonne bouteille de champagne, qu’il sert dans quatre flûtes sur un plateau d’argent. Il a auparavant mis dans une des flûtes une bonne dose de la mixture qu’il a ramené d’Asie, elle annule toute resistance et enflamme les sens, elle est destiné à Julie, et dans la flûte d’André, une bonne quantité de somnifère en poudre. Une fois les comprimés complètement dissous, et ayant bien repéré les coupes droguées, Sam retourne au salon pour les servir.
Julie a l’air encore plus gênée, l’arrivée des flûtes de champagne lui permis de s’écarter des avances du Géorgien, qui remet sa main sur la table. Sam donne les coupes ciblées à André et Julie, Ivan et Sam prennent les deux coupes restantes, remplies d’un excellent champagne.

Pendant qu’ils trinquent au quarantième anniversaire de Julie, Ivan se lève, s’empare de sa guitare et entreprend de jouer quelques airs langoureux Géorgiens. André va s’asseoir dans le sofa au coin du feu, pendant que Sam s’assoit à table à côté de Julie. Celle-ci a l’air soulagé de changer de voisin, et ils parlent tranquillement en buvant leur champagne.
Au bout de quelques minutes, Julie a bu plus de la moitié de sa flûte, Sam décide de passer à l’action. André, devant la cheminé, semble avoir du mal à concentrer son attention. Le mélange du somnifère et de l’alcool font son petit effet. Sam pose alors ma main sur le genou de Julie, qui réagit légèrement au contact, mais se détend assez rapidement.

Sam remonte le long de sa jambe soyeuse, toujours au-dessus de la robe, jusqu’en haut et entreprend ensuite de glisser sa main vers l’intérieur de ses cuisses. La drogue n’a pas encore suffisamment annihilé sa volonté, car elle repousse ma main et se lève brusquement, visiblement perturbé par la réponse que donne son corps à ses intrusions inhabituelles.
Sam s’excuse platement, arguant d’avoir trop bu, il lui propose de la faire danser pour se faire pardonner. Ivan attaque une danse slave un peu plus enlevée, Sam commence à danser avec Julie. Au fur et à mesure, il s’approche d’elle, la serrant un peu plus que nécessaire, laissant négligemment glisser ses mains sur son corps en la faisant tourner, il s’attarde un peu plus dans le creux de ses reins.

Elle se laisse faire, semble apprécier ses caresses impromptues, tandis que son mari, affalé dans le sofa, ne semble plus en mesure de s’opposer à quoi que ce soit. Ivan poursuit par une valse très douce, pour laquelle Sam prend Julie dans ses bras comme pour un slow. Ses mains, posées au milieu de son dos, descendent lentement vers sa croupe, dopées par sa peau tellement douce. Il se met à lui caresser les fesses, sans autre réaction de sa part qu’un léger rire de plaisir.

Sam s’enhardit et entreprend de descendre encore plus bas, pour remonter en entraînant dans sa main l’ourlet de la petite robe, mettant à nu progressivement ses globes charnus. IL ne s’était pas trompé dans la salle de bains, ils sont particulièrement fermes et répondent agréablement au toucher de ses mains.
La robe de Julie est maintenant remontée jusqu’aux reins, exhibant un string noir minimaliste, lui permettant de caresser complètement cette croupe si convoitée. Sam la retourne dans ses bras, dos à lui, continue de danser lascivement et passant cette fois ses mains sur le ventre de Julie, descend vers le triangle noir de son string en la pressant contre son propre ventre.

Elle ne peut pas ne pas sentir son sexe en pleine érection appuyé entre ses fesses, n’attend que la libération pour entrer en action. Refrénant ses ardeurs, ses mains remontent vers ses seins, sur la robe de soie, jusqu’à atteindre le bas de sa poitrine ?

La coquine n’a pas mis de soutien-gorge, les mains de Sam empalment rapidement les seins de Julie si magnifiques, lui arrachant un soupir de plaisir. Il entreprend de les malaxer délicatement à travers le fin tissu, puis plus fermement, excite les tétons en les pinçant entre ses doigts, ce qui la faisait se tordre de plaisir. Sam savourais chaque instant, profitant de ce corps tant désiré et enfin à sa merci !
Sam se rend compte tout à coup que la musique a cessé ? Ivan, comme fasciné par le ventre nu et le triangle de soie noir du string de Julie de la culotte, vient de se dresser devant elle.
Comme convenu lors de la préparation de cette soirée, Sam pousse lentement Julie dans ses bras immenses.

Ivan referme aussitôt ses mains sur ses fesses, les malaxant férocement. Julie, bien qu’embrumée par la drogue que Sam lui a administré, apprécie moyennement ce traitement, et essaye de se retirer des bras du géant. Mais Ivan a bu plus que de raison, et il est maintenant trop excité pour faire marche arrière. Sam s’assoit dans un fauteuil, face à eux, pour profiter du spectacle.
Ivan continue de presser Julie contre sa poitrine, et il a maintenant glissé un doigt entre les deux lobes de ses fesses, le faisant progresser vers les lieux de plaisir. Julie résiste comme elle le peut, mais l’autre main d’Ivan maintient ses deux poignets dans son dos, l’empêchant de le repousser.

Julie essaye bien de le mordre à la poitrine, dans sa semi-inconscience, mais cela a l’effet inverse. Ivan, qui n’en peut plus d’avoir ses formes généreuses gesticulantes contre lui, il retourne brutalement Julie, maintenant toujours ses mains dans son dos, et la bascule sur la table du salon.

Julie est maintenant à moitié à plat ventre sur la table, les pieds encore posés sur le tapis et les fesses exhibées aux yeux fous d’Ivan. Celui-ci attrape le string, et l’arrache d’une seule main, laissant cette fois le cul de Julie complètement nu, resplendissant sous la lumière du chandelier.
Ivan lâche alors les mains de Julie, qui n’a plus la volonté de lutter. Il s’agenouille derrière elle, écarte ses jambes et entreprend de lui lécher le berlingot de sa grande langue râpeuse. Julie se met à gémir immédiatement, ses fesses ondulant sous les coups de langue géorgiennes, son corps commence à brûler de plaisir.

Ivan écarte de ses mains énormes les fesses de sa proie, pousse ainsi sa langue au plus profond de son intimité, lubrifiant à dessein la chatte tant désirée. Le spectacle est particulièrement agréable pour Sam, son téléphone immortalise la scène ; voir cette petite bourgeoise qui avait pousser sa bande de motards a abuser et dévergonder sa Nicole, se faire lécher le minou par un géant géorgien sous les yeux clos de son mari, en y prenant un plaisir évident !
Ivan estime sans doute qu’il a suffisamment préparé le terrain, car il se relève soudainement, et pendant qu’il enfonce un doigt dans la chatte de Julie, continue de lui tirer des petits cris de plaisir, il entreprend de l’autre main de dégrafer son pantalon, mettant alors à nu une magnifique verge bien dure, mesurant au bas mot vingt cinq à trente cm, elle est de la taille des poignets de la Julie !
Nul doute que celle-ci n’a encore jamais connu un tel engin, mais elle ne peut encore la voir, elle va avoir une fameuse surprise.
En effet, sans perdre de temps, Ivan applique son gland congestionné contre la moule lubrifiée de Julie, il écarte ses fesses des deux mains, d’une seule poussée, il l’empale de toute sa longueur ! Un cri suraigu sort de la gorge de Julie, le souffle coupé par cette brutale intrusion ! Le corps arqué, plaquée sur la table par une main d’Ivan, elle essaye de fuir ce barreau de chair enfoncé dans son puits d’amour, mais sa résistance est dérisoire face à la force brute du géorgien, dopé par la sensation délicieuse de son sexe dans cette grotte de plaisir si étroite.

Maintenant d’une main sur la nuque Julie sur la table, il entreprend de la besogner, se retire presque complètement à chaque fois pour replonger de toute sa longueur dans la moule lubrifié, venant écraser son ventre sur les fesses de sa victime. Chaque poussée arrache un cri de douleur à Julie, qui ne peut lutter contre les coups de marteau-pilon du géant, qui augmente la cadence au fur et à mesure.
Sam savoure le début de sa vengeance.
Au bout de cinq minutes de ce traitement, Ivan attrape les hanches de Julie pour encore accélérer la cadence et pousser son sexe encore plus profond dans la grotte de Julie. Contre toute attente elle ceinture les hanches d’Ivan avec ses jambes et l’attire pour qu’il vienne bien buter au fond de sa grotte d’amour. Elle pousse des cris de plus en plus aigus au fur et à mesure qu’elle approche de l’orgasme.

Soudain le géorgien donne un ultime coup de butoir, il se cambre de toute sa hauteur, envoi une longue giclée de sperme jusqu’à l’utérus de Julie, tout en poussant un rugissement de fauve ! Il s’écroule alors sur elle, l’écrasant sous son poids sur la table, pendant que le sperme s’écoule le long des jambes de la Julie. Ivan se relève alors, envoyant une claque sonore sur les fesses de celle-ci, avant de se resservir un verre et de s’installer dans un fauteuil à côté d’André endormi.
Julie halète, toujours allongée sur la table, se remet lentement de ce coït violent. Sam entreprend alors de passer à l’action, s’étant réservé une part attirante de son anatomie. Il glisse deux doigts dans la chatte de Julie trempée du foutre d’Ivan. Il lubrifie son index et son majeur, puis remonte lentement le long de la raie de ses fesses pour placer ses phalanges en face de son anus.

Connaissant les réserves de la dame et le manque d’imagination de son mari, Sam s’attend à ce que cette zone soit restée inexplorée au cours de ces longues années de mariage, il n’a pas tort. A peine a t-il posé son index sur son bouton de rose qu’elle se met à se cabrer, essayant de se relever pour échapper à cet attouchement.
Julie se dresse complètement, dans sa semi-torpeur, et essaye de gifler Sam, mais la drogue a émoussée ses réflexes, il n’a aucun mal à stopper son geste, il lui bloque les mains dans le dos. Il la déplace alors vers la cheminée, il la bascule sur le dossier du sofa. Elle a maintenant la tête au niveau des coussins, juste à côté de son mari endormi, ses fesses pointent en l’air en haut du dossier.

Sam peut aisément à présent la maintenir dans cette position d’une main, et recommence son exploration de l’autre. Glisse ses doigts entre les deux lobes de son cul, il descend doucement vers le lieu interdit, sentant son corps se tendre et résister au fur et à mesure qu’il s’en approche. Il parvient à l’entrée de son anus, il entreprend de masser doucement cet orifice, le lubrifiant avec le sperme d’Ivan qui s’écoule à l’intérieur des cuisses de Julie.
La position de Julie donne une vue dégagée a Sam, il choisit de poursuivre ses préliminaires avec sa langue, caresse d’abord ses fesses pour à nouveau descendre vers la petite porte encore vierge. La pointe de sa langue virevolte sur son bouton de rose, il estime qu’il est suffisamment lubrifié, il commence à appliquer une pression plus ferme pour dilater ses sphincters.

La belle résiste, mais la drogue administrée l’empêche de se fermer à ses désirs, la langue de Sam s’immisce lentement, millimètre par millimètre, dans son antre brûlant. Il sent son corps tendu, qui ne résister plus, mais pas encore prêt à se libérer pour ce plaisir inconnu. Sam poursuit son exploration, écartant ses fesses de ses deux mains maintenant libres, il accéde ainsi plus facilement au saint des saints. Sa langue a maintenant pénétré d’un bon centimètre dans son anus, il décide alors d’élargir cette zone déflorée, tournant sa langue pour solliciter ses chairs tendres et les relâcher.
Sam sent le corps de Julie qui commence à lâcher prise, il pousse alors plus avant sa langue dans sa rosette. La réaction ne se fait pas attendre, elle relache alors ses sphincters. Sam commence à sentir un désir impérieux monter dans sa verge, il décide alors de prendre les choses en main plus franchement.

Il se positionne à nouveau pour prévenir une ruade de sa proie, il enfonce alors franchement un pouce dans sa chatte gorgée du sperme d’Ivan, pour faciliter ensuite leur intromission dans le sanctuaire interdit de Julie. Ayant suffisamment lubrifié l’outil de sa vengeance, Sam vient alors l’appuyer sur son anus, d’abord doucement, puis de plus en plus fortement, tout en effectuant de petits cercles.

Sam sent ses sphincters résister involontérement à cette tentative d’intrusion, mais cette technique maintes fois répétée avait fait ses preuves, l’extrémité de son pouce commence à s’enfoncer dans son cul, il progresse lentement mais sûrement, jusqu’à ce que la première phalange ait passé le point de non-retour. Sam sent ses sphincters serrer son pouce de toutes leurs forces, mais il est trop tard !
Sam stoppe là sa progression, il entreprend une exploration latérale, effectue des cercles de plus en plus grands avec l’extrémité de son pouce, la deuxième phalange esnt bloquée par les muscles de Julie. Celle-ci gémi, la tête dans les coussins, tout contre la cuisse de son mari endormi.
Sam retire alors rapidement son pouce du cul de Julie, elle pousse un cri de dépit, il le replonger à nouveau dans son anus sans lui laisser de répit. Mais ses sphincters ont encore des réflexes, et la porte s’est déjà refermée ! Il lui faut rejouer l’intrusion pivotante pour regagner les centimètres perdus, et pousser un peu plus avant l’exploration.

La deuxième articulation du pouce de Sam est maintenant à l’orée de ses fesses, il commence à effectuer des va-et-vient, retirant presque son doigt de ses fesses pour le replonger aussitôt au plus profond de ses tendres chairs, sentant à chaque passage de l’articulation la résistance de son sphincter qui lui procure comme des décharges d’électricité dans le corps.

Après quelques minutes de ce travail d’attendrissement de son anus, il sent sa résistance de son sphincter commencer à lâcher, il retire complètement son pouce, pour le remplacer par son index et son majeur joint. L’intromission est plus aisée, il peut alors poursuivre la défloraison, enfonçant plus profondément ses deux doigts dans l’intestin. Il les fait jouer ensemble pour caresser sa caverne étroite, celà lui tire des gémissements étouffés. Dans cette position, son pouce caresse également son clitoris, attise son plaisir, et permet un relâchement progressif de sa résistance. Le moment de passer aux choses sérieuses approche.
Tout en continuant d’effectuer des mouvements alternatifs d’une main, Sam entreprend de l’autre de déboucler sa ceinture, puis son pantalon, pour le laisser glisser à ses pieds. Son caleçon le rejoint rapidement sur le sol, libérant son sexe pleinement bandé, prêt à entrer en action !
Sam positionnant dans l’axe de sa moule, il lubrifie son gland avec le jus de sa moule, il entretient son érection lentement pendant qu’il continue le va-et-vient de ses doigts dans son cul. Toute résistance a disparu, Julie se laisse aller au plaisir, son anus bat au rythme des mouvements de doigts.

Sam retire ses doigts, il positionne doucement son gland à l’entrée de la petite porte encore vierge, et commence à pousser doucement. Il écarte de ses mains les deux magnifiques globes de ses fesses, ouvrant son anus pour permettre à sa bite d’y pénétrer. Julie ne se rend pas compte immédiatement du changement de visiteur, le plaisir que lui a procuré la masturbation a suffisamment relâché ses muscles pour que le gland de Sam progresse assez rapidement dans son ventre.
Quand elle se rend compte de la différence de taille, le plus gros est fait. Le gland a quasiment complètement franchi la barrière de ses sphincters, et sa réaction tardive à cette intrusion massive provoque en fait l’effet inverse, propulsant la bite dans ses entrailles. Le gland est passé, tout le reste peut suivre !

Julie se met à se débattre contre ce pieu de chair fiché dans son cul, mais Sam a anticipé sa réaction et maintient fermement Julie. Il continue à pousser son sexe dans son ventre, encouragé par la chaleur de ses muqueuses et l’agréable sensation d’être pris dans un fourreau étroit.
Julie se met à se contorsionner, elle commence à crier de douleur et refuse cette présence dans son anus. Sam ne peut pas l’empêcher de donner de la voix, n’ayant plus de mains disponibles pour la bâillonner. Ivan, qui observe la scène depuis un moment de son fauteuil en se masturbant, se lève alors, se dirige de l’autre côté du sofa.

Il attrape Julie par les cheveux, ce qui lui fait pousser un nouveau cri de douleur, il enfonce alors son sexe dans sa bouche, ce qui a pour effet immédiat d’étouffer ces cris. Profitant de l’aubaine, Sam pousse à fond sa bite dans son cul, jusqu’à ce que ses testicules viennent taper contre ses cuisses.
Julie est maintenant en train de lutter contre ce sexe énorme qui remplit sa bouche, rend sa respiration difficile et lui distend les mâchoires. Sam marque une pause, savourant la sensation exquise de sa bite prise dans ce fourreau de chair tendre si longtemps désiré, et profite de la vue magnifique de son cul.
Ivan continue de maintenir la tête de Julie relevée par les cheveux, et commence à effectuer de lents mouvements de va-et-vient dans sa bouche distendue, poussant de plus en plus en avant son énorme gland dans sa gorge. Julie essaye de refuser cette pénétration, mais la drogue embrume son cerveau, et la force démoniaque du géorgien lui laisse peu de chances. De Sa position, Sam voit son cou se gonfler à chaque poussée d’Ivan, enfonçant sa verge de plus en plus profondément dans sa gorge.
Sam commence alors à son tour à aller et venir dans cul de Julie, il se retire presque puis replonge lentement jusqu’à la garde, il lui laisse ainsi le temps de s’habituer à ce pieu de chair fiché dans son anus. Le plaisir est immense, à la hauteur de l’attente qu’il a du subir. Sam veut profiter au maximum de sa vengeance, mais également lui faire payer le viol de Nicole.
Après quelques minutes de ce manège, alors que Sam voit qu’Ivan approche de l’orgasme, Sam se retire brusquement de ses fesses de Julie, ça lui arrache un grognement que le géorgien met à profit pour plonger encore plus profondément dans sa gorge. Son cou violacé semble prêt à se rompre.
Ivan se retire presque complètement, ça lui permet de reprendre son souffle, Sam profite de ce qu’elle croit être un répit pour replonger d’une seule poussée sa bite au plus profond de son ventre ! Le cri qu’elle pousse estt presque instantanément étouffé par le sexe d’Ivan, que celui-ci vient d’enfoncer d’une poussée brutale au plus profond de sa bouche, venant faire buter son pubis contre le visage de Julie.

Elle a englouti bien malgré elle, l’intégralité du sexe monstrueux du géorgien. Ivan se met alors à utiliser la gorge de julie comme un sexe, donnant de violents coups de reins qui arrache des hoquets à Julie, qui essaye de lutter contre cette brutale intrusion en se tortillant, ce qui augmente la sensation procurée par son cul serré sur le sexe de Sam.
Dans un râle puissant, Ivan lâche finalement une longue giclée de sperme dans la gorge de Julie, dans une dernière poussée, il se retire de la bouche de la Julie et relâche sa tête. Celle-ci met un long moment à reprendre son souffle, secouée de haut-le-corps nerveux, elle essaye de recracher le reste du sperme chaud et visqueux qu’elle n’a pas pu avaler et qui encombre sa gorge.
Sam n’a pas bougé depuis sa dernière pénétration, tout émoustillé par le spectacle de la bite d’Ivan dans la gorge de Julie. Sam relâche ses mains, qu’il encore bloquées dans son dos. Il écarte ses fesses, il se retire à nouveau complètement, mais replonge immédiatement son sexe dans son anus, et commence ainsi de longues pénétrations complètes.

Sam sort sa queue du cul de Julie pour le replonger aussitôt au plus profond de son ventre, profitant au passage de la vue de son anus distendu. Son corps cesse de se rebeller contre ces intrusions, et elle se met à se détendre, puis à faire onduler sa croupe sous les va-et-vient.
Sam amplifie le mouvement, augmente la cadence et pousse aussi loin que possible son gland dans ce fourreau si doux et si enveloppant. Il sent monter dans ses reins une vague de plaisir, brûlante et enivrante. Il saisis les hanches de Julie à deux mains et continue ses poussées de plus en plus brutalement, essayant toujours de gagner en profondeur.

Il lui arrachant à chaque fois des gémissements de plaisir de plus en plus marqués. Sam sent sa jouissance approcher, il redouble ses coups de pilon, faisant avancer le sofa à chaque fois que son ventre vient s’écraser sur ses fesses, les cris de plaisir de Julie en plein désarroi de ce plaisir inattendu attisent encore plus le plaisir de Sam.

Sam pousse une dernière fois sa bite turgescente au plus profond du ventre de Julie, libérant de longues vagues de sperme si longtemps retenues, il inonde son fondement déflorée. Julie sent à cet instant tout son être vibrer d’un orgasme incontrôlable, elle pousse un long râle de plaisir, cambre ses reins et bascule sa tête en arrière sous cette décharge d’adrénaline inattendue. Elle se relâche ensuite complètement, Sam reste de longues minutes fiché dans son anus, profitant encore du plaisir qu’il a pu se procurer, et plus encore d’avoir arraché un orgasme anal à cette salope d investigatrice du viol de la Nicole.
la soirée est bien entamée, les deux compères ont déjà rempli une bonne partie des objectifs. Sam se retire du cul de Julie, ça lui fait pousser un gémissement de regret, il essuie sa bite avec une serviette de table. Julie ne bouge plus, elle respire lentement, son cul toujours en l’air sur le dossier du sofa, ce qui a pour effet de redonner une belle érection à Ivan, qui vient de se resservir un verre.
Pendant que Sam prépare deux verres de scotch agrémenté d’une dose de drogue, Ivan s’est levé, et tout en sirotant distraitement son alcool, pelote assidûment le cul offert de Julie, il n’hésite pas à glisser ses gros doigts dans sa grotte et dans son anus, pour goûter la douce chaleur de ses muqueuses.
Sam sent son géorgien tout prêt à plonger son braquemart dans un de ses trous ouverts qu’il a sous les yeux, Sam l’arrête d’un geste, ayant prévu une autre activité pour la suite. Il relève la Julie de sa position peu confortable, redescend sa robe un peu plus décemment, et lui fait boire d’une seule traite son scotch aromatisé. Puis Sam confie la belle aux bras d’Ivan qui ne peut s’empêcher de recommencer à la peloter, pour s’occuper d’André. Les effets du somnifère commencent à s’estomper, Sam lui fait également boire son verre drogué pour le réveiller.

En attendant que la drogue fasse son effet, Sam met une petite musique langoureuse sur la chaîne Hi fi. Julie se met à onduler contre le géorgien, qui ne sait plus où donner des mains ? L’alcool et la drogue font effet rapidement, la maîtresse de maison est devenu comme ivre, se frotte de tout son corps en chaleur contre le torse massif d’Ivan, répond sensuellement à ses caresses appuyées.
André, qui sort également de sa torpeur sous l’effet du cocktail détonnant que Sam vient de lui boire, aperçoit sa femme dansant lascivement, et cette vision de charme a pour effet de l’émoustiller immédiatement. La mixture dans le scotch n’est pas étrangère à l’excitation visible du mari.

Il entreprend de la prendre dans ses bras pour danser, la serrant plus fort que nécessaire contre lui. Cette danse lente laisse quand même quelques ouvertures, les deux compères ne manquent pas, de profiter du passage de Julie à leur portée pour lui caresser les fesses, voire Ivan fourrager sous sa robe en suivant nos deux danseurs enlacés.
Julie, sous l’influence de la drogue, ne peut pas faire de discernement entre les bras de son mari et les grosses mains calleuses du géorgien. Pour Sam il est temps de passer à la suite du programme. Le mari et la femme sont maintenant complètement excités, Sam fait mine de prendre congé avec Ivan, en ce gardant bien de ce faire raccompagner à la porte.

Mes deux compères ce dirigent vers la sortie, mais ayant fait semblant de claquer la porte, ils reviennent discrètement sur leur pas. Julie et André, toujours enlacés, se roulent des patins sans vergogne, puis commencent à monter les escaliers vers leur chambre.
Les escaliers sont dans une semi-obscurité, les deux compères décident alors d’emboîter immédiatement le pas au couple enlacé, profitent de la vue agréable du fessier de Julie éclairé en contre-plongée.
Une fois dans la chambre à coucher, Julie se met à dégrafer son mari, pour extraire son sexe, de taille moyenne, mais fièrement dressé, elle commence à le sucer goulûment. Sam ne sait si les préliminaires qu’ils lui ont fait subir ont déclenché quelque chose en elle, mais elle y met une ardeur qui l’étonne.

Son mari, tout à la fois surpris de cette fellation torride, et excité par la drogue, lui prend la tête à deux mains pour amplifier les pénétrations. La Julie semble accepter assez facilement les poussées de son sexe, le passage d’Ivan dans sa gorge ont suffisamment préparé le terrain pour le sexe de taille normale de son époux. Ce dernier éjacule assez rapidement, et reste fiché dans la gorge de sa femme en poussant des râles saccadés de plaisir !
Il s’écroule rapidement sur le lit, pendant que Julie reprend son souffle. Elle voit son mari qui vient de sombrer brutalement dans le sommeil, alors elle retire sa petite robe noire, et passe dans la salle de bains pour prendre une douche. Pendant qu’elle est absente de la chambre, les deux lascars baissent la lumière, et ils se déshabillent également complètement, prêts à entrer en action. Ivan prend André sous ses bras et le fait glisser du lit, de manière à dégager le champ de bataille.
Julie revient dans la chambre vêtue d’un long peignoir blanc. Sam l’attend derrière la porte, il s’approche doucement dans son dos, il lui passe un bandeau de soie noire sur les yeux, elle pousse un petit cri de surprise. N’ayant plus vu André sur le lit, elle croit qu’il a repris ses esprits et propose de mettre un peu de piment dans leurs relations, alors elle se laisse faire lascivement.

Sam dégage ses épaules du peignoir, le laisse tomber au sol, découvre son corps magnifique. Ivan, qui vient de se placer face à elle, retient un rugissement de plaisir. Sam se met à lui caresser sensuellement tout le corps, pendant que le géorgien se masturbe face à elle.
Julie est complètement abandonnée, d’une pression sur la nuque, Sam la fait s’agenouiller et pose son gland sur ses lèvres. Un peu étonnée que son mari souhaite encore une fellation alors qu’elle vient de le faire éjaculer dans sa bouche, Julie n’hésite cependant pas à prendre la bite de Sam dans sa bouche, commence des va-et-vient lents et sensuels, titillant son gland du bout de sa langue, ce qui a pour effet d’augmenter encore la taille de son sexe.

Sam relève Julie assez rapidement, pour la guider jusqu’au lit. Il l’allonge sur le dos, et la place en soixante sur lui, cela lui permet de continuer ce qu’elle vient de commencer, il entreprend pour sa part de lui caresser le clitoris de sa langue. La caresse semble lui plaire, car en même temps qu’elle engouffre sa verge de plus en plus goulûment, elle se met à onduler de la croupe, tressautant de plaisir à chaque coup de langue un peu plus appuyé.
Ivan, qui continue de se masturber en les regardant, il ne peut résister longtemps à ce spectacle. Ivan vient se placer près de Sam, il se met à lui peloter les fesses de Julie, il savoure le contact de cette chair si ferme et si douce, puis rapidement entreprend d’enfoncer un doigt dans l’anus de Julie.

Le traitement que Sam lui a fait subir a suffisamment assoupli son anus pour qu’Ivan parvienne rapidement à y plonger un doigt en entier, lui tirant des gémissements de plaisir pendant qu’elle continue son office.
En bout de quelques minutes de ces préliminaires, Sam relève Julie, et la place à l’aplomb de son sexe dressé, toujours de dos par rapport à Sam qui a ainsi une vue magnifique sur son cul. Elle vient s’empaler d’elle-même sur ce pieu de chair, soupirant d’aise, elle se met à monter et descendre, se libère presque de son pal pour le replonger aussitôt dans sa grotte, tout en bougeant sensuellement son bassin.

L’excitation de Sam est maximale, Julie est en train de se caresser les seins, dans un état d’excitation intense, tout en accélérant ses mouvements de va-et-vient sur sa bite. Sam lui saisit les hanches, amplifiant ses mouvements, il sent monter une vague de jouissance de ses reins. Julie accélère le rythme, redescend de plus en plus fort sur sa verge dressée, elle gémit de plus en plus sous le flot de sensations qui l’envahit.

Ne pouvant résister plus longtemps, Sam décharge mon sperme dans sa grotte d’amour, lui arrachant un long cri de plaisir, alors qu’elle se cambre sous la vague de plaisir qui lui envahit les reins. Sam reste ainsi de long instants, Julie toujours empalée sur sa queue, savourant ses moments de plaisir partagé.
Sam finit par me retirer, il fait basculer doucement Julie sur le lit. Ivan, qui n’a pas perdu une miette du spectacle, s’approche alors. Il allonge alors Julie sur le dos, saisit une cheville dans chacune de ses mains, il lui écarte largement les cuisses et fait glisser d’une seule poussée son sexe dans sa grotte humide.

Julie est maintenant bien préparée, et ce sexe, aussi monstrueux soit-il, pénètre aisément dans son puits d’amour, lui arrachant un long gémissement de plaisir. Sam se demande si elle se rend compte que les acteurs ont changé, sous l’effet de la drogue, mais elle est complètement immergée dans la recherche du plaisir, elle accepte langoureusement ce pieu de chair, avance même son bassin pour permettre une pénétration profonde !
Il n’en faut pas plus pour que le géorgien ne se mette à lui astiquer la moule, en longs mouvements puissants, venant butter au fond de son vagin, ce qui arrache des cris de plaisir à Julie, il ahane et souffle en accélérant son rythme pour très rapidement éjaculer dans un grognement à nouveau dans la moule béante.
Julie semble être au septième ciel, elle se laisse aller complètement sur le lit quand le géant se retire d’elle.
Les deux compères ont rempli leur mission, Sam propose à Ivan d’aller nettoyer le théâtre des opérations, pour ne pas laisser de traces de leur forfait, en particulier des drogues qu’ils ont administrées. Après s’être rhabillé, Sam descend au salon, laissant le soin à Ivan de remettre en ordre la chambre.

Sam range rapidement la table, récupérant en particulier les verres et flûtes dans lesquelles il a mis ses drogues pour les laver parfaitement. Après avoir également nettoyé quelques tâches de sperme sur le sol, il vérifie que tout est en ordre, puis remonte rejoindre Ivan.
Au fur à mesure que Sam s’approche de la chambre, il entend de plus en plus distinctement des halètements et gémissements venant de la chambre. En arrivant sur le seuil, Sam constate qu’Ivan n’a pas résisté à l’appel du cul de Julie. Il a sorti Julie du lit, toujours les yeux bandés, elle est maintenant debout au pied du lit, penchée en avant avec les avant-bras posés sur le bois de lit, elle se faisait sodomiser allègrement par Ivan.
Sam ne sait si Ivan a eu des difficultés pour forcer son anus, il suppose qu’il est déjà passablement assoupli par sa propre séance de sodomie, mais la belle Julie semble apprécier particulièrement les profondes pénétrations du géorgien, gémissant de plaisir sous ses va-et-vient, ondulant des reins pour encore mieux accueillir le barreau de chair qui lui laboure les entrailles. Les reins cambrés, elle a abandonné toute résistance à ce plaisir jusqu’aujourd’hui inconnu, et profite au maximum de ces nouvelles sensations associées à cette pénétration anale.
Sam en profite pour filmé la scène avec son portable.
Le géorgien ahane à chaque coup de rein, pénètre de toute sa longueur l’anus offert de Julie, il ressent les sensations incroyables de ce fourreau de chair tendre et si étroitement serré sur son sexe, il profite de la vue magnifique de ses fesses tendues. Ivan se met à lui gifler les fesses doucement, ce qui provoque par réaction une contraction des muscles de Julie et donc encore plus de sensations sur sa verge !

Julie réagit à chaque fessée par un petit cri de surprise, mais continue à encourager les pénétrations du géorgien. Ivan, pousse toujours plus fort dans son ventre, il lui claque les fesses de plus en plus violemment, lui arrache des cris de plus en plus aigus. Les magnifiques globes de son fessier deviennent rouges des claques reçues, mais cela n’entame en rien la générosité de Julie pour se faire sodomiser !
Accélérant tout à coup, Ivan enfonce à un rythme effréné son sexe monstrueux dans le cul que lui tend la Julie, le retirant presque complètement pour replonger violemment au plus profond de ce fourreau étroit, faisant décoller à chaque poussée Julie du sol.

Quelques instants de cette cadence affolante suffisent pour qu’Ivan décharge dans une dernière pénétration monumentale tout son foutre au plus profond du cul de Julie, ce qui provoque chez elle le déferlement d’un orgasme incontrôlable qui lui arrache un hurlement de plaisir.
Ivan se retire presque aussitôt, ce qui failli jeter la Julie à terre car elle est tellement pantelante suite à ce coït que ses jambes ne la portent plus, et elle ne tenait debout que grâce aux mains d’Ivan qui tient sa taille et à son sexe dans son fondement !

La prenant dans les bras, Ivan l’allonge sur le lit. Julie est dans un état second, terrassée par la drogue et les orgasmes à répétition qu’elle vient de subir ! Sam se saisit d’une serviette dans la salle de bain, ils lui font un brin de toilette, supprime les traces de sperme sur ses fesses et ses jambes, puis ils lui retirent son bandeau, et lui enfilent sa chemise de nuit, en profitant une dernière fois pour peloter ses formes parfaites. Ivan soulève André endormi pour le remettre dans le lit, et ils quittent la pièce discrètement, non sans avoir échangé un regard de connivence !
Les deux compères ont pris des photos et filmé leurs ébats respectifs avec leurs téléphones portables, ils ont quelques pièces à conviction qu’ils vont pouvoir utiliser contre Julie dans les prochains jours. Cette soirée ne marque que le début de leurs aventures ?

En tout cas, Julie risque de se réveiller le lendemain matin avec un troupeau de bisons dans la tête, et l’impression qu’ils lui ont aussi passé dans le cul, sans comprendre d’où cela peut venir, et André va avoir du mal à lui fournir des explications !
Sam Botte

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Bons plans coquins

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Catégories

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Visio Skype

skype tel rose amateur

Bons plans

Webcam Skype

telrosegol

Médias de la Communauté

Rencontres

Sexe à distance

téléphone rose pas cher

Remontons le temps

Nous allons avoir des préservatifs en grande quantité. 19.90€ les 100!
This is default text for notification bar