Fétiche - BDSM Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe Xstory

Histoire érotique Un homme confie à sa maîtresse qu’il veut qu’elle lui donne du plaisir par voie anale

Histoire érotique Un homme confie à sa maîtresse qu'il veut qu'elle lui donne du plaisir par voie anale
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire érotique Angel et moi sortons ensemble depuis trois mois maintenant, et je dois dire qu’elle porte bien son nom. Elle est une présence divine dans ma vie et dans mon lit. Non pas qu’elle soit pure et distante, car c’est loin d’être le cas. C’est plutôt une aventurière. Un ange de la terre, s’il le faut. Notre sexe brille et crie, car nous sommes profondément amoureux et toujours compatibles dans nos désirs. Chaque fois que nous passons un moment humide et sauvage ensemble, nous nous sentons nouveaux, comme si nous arrivions dans une vallée luxuriante ou sur un sommet que nous n’avons jamais vu auparavant. Un endroit où danser et s’embrasser, ravir et surprendre. Elle m’y emmène, et elle, moi.

Ce qui m’a d’abord attiré, bien sûr, c’est le physique d’Angel, mais aussi la confiance et la joie qu’expriment son visage et son corps. Physiquement, elle sort tout droit de mes rêves. J’ai toujours fantasmé sur les femmes de petite taille, et Angel est parfaite : un mètre soixante-dix, blonde, d’amples seins en forme de poire qui se terminent par de longs mamelons bruns, et des courbes stupéfiantes affinées par l’exercice. Je la regarde dès que j’en ai l’occasion, qu’elle soit au travail, en train de jouer ou même endormie. Nue aussi, bien sûr, surtout lorsque son bronzage estival fait ressortir ses cheveux dorés. Elle a le visage le plus beau et le plus intelligent, avec des pommettes hautes, des yeux bleus souriants et des lèvres expressives qui font fondre mon cœur et restent dans mon esprit. Il faut que je sois avec elle, près d’elle, en elle.

Jusqu’à récemment, nos ébats amoureux étaient centrés sur le plaisir que je lui procurais. Elle est si belle et si réceptive que mon premier désir a été de l’embrasser et de la toucher partout et d’enfouir mon visage entre ses jambes. Sa chatte a un goût de paradis, un mélange irrésistible de musc et de miel, de cannelle et de vin rouge, de crème fraîche et de fleurs. Une fois, elle avait un goût exceptionnellement sucré. En léchant plus frénétiquement, j’ai découvert qu’elle avait mis du miel à l’intérieur pour que je le trouve ! C’est le genre de plaisir inventif qui nous envahit au lit. Pendant que je la lèche et la baise, elle jouit tellement de fois qu’on ne sait plus où elle en est. Elle me suce mieux que n’importe quelle autre femme avec qui j’ai couché et aime autant que moi faire le 69. Mais ce que je préfère jusqu’à présent, c’est tout simplement l’adorer de la tête aux pieds.

Il y a environ un mois, Angel a commencé à me demander ce que nous pourrions faire de plus, comment elle pourrait me faire plaisir. Ayant du mal à partager mes désirs les plus profonds, je lui ai simplement suggéré de s’inspirer de ce que je lui faisais. Comme mon comportement ces derniers temps mettait l’accent sur le coït et le cunnilingus par derrière, j’espérais qu’elle penserait à me mettre dans la même position : à quatre pattes, le cul en l’air, pour qu’elle puisse faire, eh bien, beaucoup de choses.

Pour être honnête, la femme de mes rêves n’est pas seulement petite, belle et forte. En me masturbant, mes fantasmes ont souvent tourné autour de l’idée d’être dominé, d’avoir une femme qui agisse presque comme un homme avec moi. Mon fantasme récurrent impliquait des captures et des contraintes par une tribu de guerrières bronzées, aux cheveux longs et légèrement vêtues, qui m’attachaient, me donnaient des fessées et m’obligeaient à lécher leurs chattes.

Elles m’enfonçaient également des objets dans le cul, généralement des doigts, mais une fois, j’ai rêvé que ces beautés amazones avaient alternativement des chattes et des bites. Je baisais l’une d’entre elles, puis une autre est arrivée par derrière, ses seins frôlant mon dos et sa bite glissant dans mon anus, qui est devenu une chatte, puis à nouveau mon anus. Cette nuit-là, je me suis réveillé avec le ventre et les draps gorgés de sperme, l’un des rares rêves humides dont je me souvienne.

Je n’ai pas eu le courage de raconter cette histoire à Angel. Comment dire à une femme qu’on aimerait qu’elle prenne le contrôle de son cul et l’aime comme on aime ses seins et sa chatte ? Comment avouer son désir secret d’être attaché, ou de se faire dire que l’on est un mauvais garçon et de recevoir des coups de fouet, ou surtout de la voir lécher et pénétrer son trou du cul ? Je n’avais pas encore compris cela, ni même si je devais essayer. C’était un peu frustrant, mais je me rattrapais en vénérant encore plus son corps, pensant qu’elle pourrait comprendre si j’intensifiais mon attention sur son cul.

Un soir, alors que je léchais sa chatte par derrière, j’ai été submergé par le désir du petit trou du cul d’Angel. Je lui ai demandé de quitter le lit pour aller s’asseoir sur le grand fauteuil de notre chambre. Là, je lui ai demandé de s’agenouiller loin de moi, la tête baissée, tout en présentant son sexe humide et ouvert et son anus à la vue de tous. Les femmes sont encore plus réservées au sujet de leur trou du cul que de leur vagin, aussi la vue de ma maîtresse dans cette position vulnérable était-elle terriblement excitante. Cela suggérait une volonté de tout m’offrir, de ne rien cacher.

Après avoir savouré ce moment, j’ai passé mes mains sur les globes jumeaux d’Angel, admirant son joli trou brun. C’était tellement sexy que je devais y goûter.

“Tu es si belle, Angel”, ai-je dit. “J’ai tellement besoin de toi. Je veux tout de toi, embrasser chaque centimètre de ton corps. Angel, je veux embrasser ton trou du cul”.

Angel a bougé légèrement, comme s’il était surpris, et est resté silencieux.

“Fais-le, bébé”, dit-elle enfin.

Je me suis agenouillé et j’ai touché l’anus d’Angel avec le bout de ma langue, goûtant, puis effleurant sa résistance initiale. J’ai ensuite saisi et caressé ses fesses tout en faisant joyeusement courir toute la surface de ma langue le long de sa chatte, sur le périnée et l’anus, et au-delà, redescendant par la fente et remontant, plusieurs fois, jusqu’à ce qu’elle halète et gémisse, en prononçant mon nom encore et encore.

Je l’imaginais en train de penser : “Oh, il me lèche, il me lèche là, il doit m’aimer et m’accepter, il ne me laisse pas du tout me cacher, il veut que je sois complètement ouverte à sa convoitise ; c’est tellement interdit et exotique ; c’est tellement bon aussi, de se faire lécher le trou du cul”. J’ai alors imaginé qu’elle était un peu gênée parce qu’elle changeait impatiemment de position. Ou peut-être voulait-elle d’autres attentions, que je lui lèche la chatte ou que je glisse ma grosse bite dure dans sa chatte. Je pouvais comprendre, car j’avais aussi ces désirs.

Mais je n’avais pas fini ; je n’avais pas eu ma dose de léchage de son trou du cul, alors je n’accepterais pas le déplacement significatif de ses genoux et l’abaissement de son dos que j’étais censé interpréter et respecter comme le signe qu’elle voulait passer à quelque chose d’autre. Non, j’allais lécher jusqu’à ce que je sois convaincu que cela se passait vraiment, que j’étais en train de lécher le trou du cul d’une femme, de lécher le trou du cul de la femme que j’aime.

C’était une expérience incroyable.

“Bébé, c’était génial ! Je n’ai jamais su. C’est ce que tu veux que je te fasse ?”, m’a-t-elle dit plus tard.

Je lui ai dit que j’aimerais beaucoup. “Quoi d’autre ?”

Tous mes désirs se sont réveillés en moi, ils ne demandaient qu’à s’exprimer. Je voulais les doigts d’Angel dans mon cul, mais je n’étais pas prête à le demander. J’ai cependant eu le courage de lui proposer de la pénétrer par voie anale.

Elle a été un peu surprise.

“Non, je ne pense pas que cela me plaise. Ça m’a fait du bien de me faire lécher les fesses, mais avoir ton pénis… non, c’est trop. J’aurais peur.”

“Tu penses que je suis bizarre ?” ai-je demandé.

“Non, a répondu Angel. “C’est bon. Y a-t-il autre chose ? Vraiment, tu peux tout me dire. Tu n’as pas besoin d’avoir honte ou de craindre que mes sentiments à ton égard changent. Je veux que nous communiquions honnêtement sur tout.”

J’ai failli dire “baise-moi le cul”. Au lieu de cela, j’ai dit : “Tu pourrais peut-être me donner une fessée.”

Angel a ri et j’ai craint ce qu’elle aurait pu dire. Mais elle voulait seulement savoir avec quelle force.

“Très fort. Dis-moi que je suis un mauvais garçon et fais-moi mal.”

“Je ne sais pas. Ça pourrait me faire mal à la main.”

“Tu pourrais utiliser une pagaie”, ai-je suggéré.

“Wow, tu es vraiment à fond là-dedans. Laisse-moi y réfléchir.”

Quelques jours plus tard, alors que nous étions en train de nous embrasser sur le canapé, Angel a interrompu notre profond baiser en pressant son doigt sur mes lèvres.

“Baisse ton pantalon”, dit-elle, “et penche-toi sur le canapé”.

Je me suis levé immédiatement et j’ai fait ce qu’elle me demandait. Elle s’est penchée vers moi et m’a soufflé à l’oreille.

“Tu as été un mauvais garçon et tu as besoin d’une fessée.”

Et sur ce, elle a tiré mon bikini jusqu’à mes genoux et m’a donné une fessée avec la paume de sa main. Ce n’était pas très dur, mais le fait qu’Angel prenne les choses en main m’excitait beaucoup. Elle m’a donné quelques claques sur chaque joue de mon cul, puis a commencé à jouer avec ma bite et mes couilles.

“Tu aimes ça ?” demande-t-elle.

“Oui, bébé, oui. Tu me rends très heureux.”

J’avais envie de lui dire de faire plus fort, mais je ne voulais pas abuser de ma chance. Nous avancions bien. Surtout quand elle s’est agenouillée et a commencé à me lécher le trou du cul. C’était la première fois qu’une femme le faisait.

Totalement transporté, j’ai arqué le dos et j’ai senti le bourdonnement dans mon cul remonter le long de ma colonne vertébrale et descendre le long de mes jambes, puis entrer dans mon cœur, mon esprit incrédule et enfin mon pénis. Angel ne touchait pas du tout ma bite ou mes couilles, seulement mon anus. Une harmonie finale de joie et d’achèvement m’a fait frissonner et a résonné en moi. J’ai joui avec un cri sincère.

Je devais considérer cela comme un point culminant de mon expérience sexuelle. C’est toujours le cas, bien qu’un événement ultérieur soit tout aussi important.

Un jour, Angel m’a dit quelque chose que je n’oublierai jamais :

“J’aimerais pouvoir te pénétrer, pour expérimenter ce que tu fais quand tu me baises.”

Quel moment ! C’est le fantasme qui s’est réalisé, vous voyez, parce qu’Angel a lancé l’idée ; elle voulait le faire indépendamment de mes conceptions. Je lui ai dit timidement qu’elle pouvait en effet venir en moi.

“Comment ? demanda-t-elle.

“Mets-moi un doigt dans le cul. J’aimerais vraiment ça. Je voulais te demander de le faire, mais j’étais trop gênée”.

“J’aimerais essayer. Je n’ai jamais fait ça à un homme. Si je le fais, tu te calmeras sur le fait que je te laisse dans mon cul ?”

“Bien sûr”, ai-je répondu.

Puis je lui ai expliqué comment procéder. Avec un peu de lubrifiant et quelques indications de ma part, Angel a rapidement fait glisser l’un de ses chers petits doigts dans mon trou du cul.

“Maintenant, fais-le glisser un peu de haut en bas”, lui ai-je dit.

J’avais déjà fait cette expérience, mais j’avais encore l’impression de perdre une sorte de virginité. Angel m’a souri tendrement et a sucé mon pénis jusqu’à ce qu’il devienne rigide, ce qui n’a pas pris beaucoup de temps. Elle est ensuite montée sur moi et a fait glisser sa chatte sur mon érection tremblante. Tout en me chevauchant, elle gardait sa main derrière moi, me labourant impitoyablement le cul avec ce doigt. Nous n’avons pas tardé à atteindre un glorieux orgasme simultané.

Une nouvelle étape de notre vie sexuelle commença alors, Angel me baisant le cul avec un doigt ou deux, parfois pendant qu’elle me suçait, ou simplement pour me faire bander après un orgasme et qu’elle veuille faire l’amour à nouveau. J’ai commencé à inclure un lavement dans ma préparation au coucher, pensant qu’il valait mieux être propre à l’intérieur au cas où elle déciderait de s’engager dans un jeu anal.

Une fois, le jeu anal a été particulièrement bon parce qu’Angel m’a demandé de dire ce que je voulais.

“Touche-moi le cul”, ai-je supplié en me retournant sur le ventre. “Comme avant ! S’il te plaît !”

J’ai senti le bout de ses doigts entre mes jambes. Elle a touché la peau douce derrière mes couilles, puis les a pressées doucement dans sa paume.

Une lueur d’anticipation a tourbillonné dans mes fesses et j’ai gémi. Une délicieuse conscience de mon anus m’a envahi, le sentiment d’être complètement visible et accessible aux yeux et au toucher de ma dame. La sensation mêlait la réceptivité, l’impatience et un désir contraire de prolonger le plaisir du désir. J’ai sursauté lorsque j’ai senti le bout de son doigt tracer un périmètre errant autour du trou.

“Maintenant, dis-moi ce que tu veux”, a-t-elle murmuré chaleureusement à mon oreille.

“Je veux que tu me touches…”

“Te toucher comment ?” demanda-t-elle en éloignant sa main du centre chaud. “Te toucher où ?”

“Touche mon trou du cul ! Passe tes doigts autour et attrape mes fesses ! Fais n’importe quoi, mais touche-le. Baise-moi. Enfonce tes doigts dans mon cul. Je t’en prie ! J’en ai tellement besoin.”

J’ai regardé par-dessus mon épaule et j’ai vu Angel chercher un tube de lubrifiant sur la table de nuit. Elle l’a pressé bruyamment dans sa main gauche, puis l’a étalé entre mes fesses. Son autre main s’est glissée autour de moi pour saisir ma bite de sept pouces, dure et tremblante. Puis elle a introduit le bout d’un doigt dans mon anus. J’ai gémi et elle a ri. Je savais qu’elle ne faisait que me taquiner, mais c’était tout de même frustrant. Puis son doigt a tourné, et j’ai dû gémir.

“Mon trou du cul. Enfonce tes doigts dans mon trou du cul, bébé. Baise-moi, traite-moi comme si j’étais une fille et que mon trou du cul était une chatte.”

“Oh, tu es un vilain garçon”, dit-elle en riant. “Quel langage ! C’est ça que tu veux ?”

Et c’est ainsi qu’Angel a glissé son long majeur jusqu’à l’intérieur de moi, ne s’arrêtant qu’un instant avant de commencer à sortir son doigt, puis à le rentrer et à le ressortir. Grognant profondément, j’ai arqué mon dos et soulevé mes fesses. Elle a compris l’allusion et a glissé son doigt jusqu’à l’intérieur, puis vers le haut, à la recherche de ma prostate. Dès qu’elle a trouvé ce point de plaisir, elle a commencé à me masturber.

J’ai ressenti un tel abandon, une telle soumission à ses caresses. Elle me prenait vraiment. Mon pénis, mes couilles et mon rectum s’agitaient dans un plaisir sauvage. Puis les caresses d’Angel à l’avant et ses glissades à l’arrière ont pris le même rythme, ainsi que sa respiration chaude dans mon oreille. Tandis qu’elle faisait entrer et sortir son doigt de ma porte arrière serrée, elle roucoulait et me donnait de temps en temps un mot d’approbation.

Puis elle m’a fait tourner, a enroulé ses hanches autour de ma bite et a commencé à la baver de haut en bas. Au moment où mon orgasme approchait, Angel a remplacé sa bouche par sa main, pompant furieusement ma bite d’une main tandis qu’elle me perçait le trou du cul de l’autre. Elle a alors parlé, d’une voix rauque et dérangée.

“O bébé, O bébé. Ton trou du cul. Et ton pénis. Et tes grosses couilles. Quel beau cul tu as. J’adore te baiser. J’aime te baiser dans le cul. Dans le cul ! Dans le cul !”

Ses mots m’ont fait basculer.

Je me suis écrié “Oh mon Dieu” quand l’orgasme m’a emporté.

C’est alors qu’elle a retiré ses doigts par derrière et a glissé sa bouche sur la moitié supérieure de la tige de ma bite. Mon corps s’est mis à trembler lorsque plusieurs jets de sperme blanc et chaud ont jailli joyeusement dans la bouche aimante d’Angel.

Cet incident a suffi : Angel était devenu le double exact de l’amant que j’avais imaginé. Dans l’après-coup, j’ai avoué que parfois j’avais envie qu’elle soit l’homme.

Elle m’a répondu : “Je sais”.

Mon sentiment de satisfaction n’a cependant duré que quelques jours. Plus Angel me donnait, plus je voulais. Les vieux désirs refaisaient surface : la baiser dans le cul et lui donner la fessée. Son refus de ces plaisirs lui conférait un certain pouvoir érotique. Elle prenait des poses qui mettaient en valeur son cul, se penchant sur le lit lorsque je franchissais la porte. Ou bien elle se détournait de moi en se caressant lascivement les fesses.

Je savourais l’expérience parce qu’elle la rendait encore plus puissante et sexy à mes yeux, et parce qu’elle me donnait une raison de croire qu’elle pourrait exaucer l’un de mes souhaits, voire les deux. Le plus souvent, elle me donnait une légère fessée ou me disait “Tu aimes mon cul ?” et me demandait de le lécher, ainsi que sa chatte, jusqu’à ce qu’elle jouisse.

Parfois, Angel ne me suçait pas à moins que je ne le lui demande. Elle disait que cela l’excitait que je précise mon désir. Une fois, j’ai décidé de ne pas la tester.

J’ai simplement demandé : “Angel, veux-tu bien me sucer ?”.

“Je pensais que tu ne demanderais jamais”, dit-elle avec un sourire, en tirant mon pénis de mon ventre. Ses lèvres ont pris la forme ronde familière que je désirais ardemment.

J’avais envie de me déhancher et de faire glisser mon pénis, mais j’ai décidé de la laisser faire le travail. J’ai fermé les yeux et apprécié le moment. Elle a commencé par lécher la tête, surtout en dessous et dans le petit trou. Elle a continué ainsi pendant un certain temps, en changeant seulement la pression ou le rythme de sa langue. Puis elle a commencé à sucer toute la tête de la bite, en variant à nouveau le rythme.

Elle s’est arrêtée un moment, laissant ma bite glisser hors de sa bouche. Toute la tige brillait de sa salive. Elle a de nouveau levé les yeux vers moi.

“Tu aimes ça ? demanda-t-elle.

“J’aime beaucoup”, ai-je répondu.

Elle a souri et a de nouveau ouvert les lèvres. Cette fois, elle a tiré mon pénis jusqu’à l’intérieur, tout en mettant ses doigts sous mes couilles, en les soulevant doucement, puis en les laissant pendre. Elle les a caressées tout en me faisant une merveilleuse pipe, son visage se balançant de haut en bas sur ma bite dure.

Puis elle l’a retirée de sa bouche et s’est attaquée à mon testicule gauche, l’aspirant doucement dans sa bouche et le parcourant avec sa langue. J’ai gémi bruyamment sous l’effet du plaisir qu’elle m’a procuré. Après avoir fait plaisir à un testicule, elle s’est attaquée à l’autre, le suçant d’avant en arrière, le taquinant avec sa langue, le grignotant doucement.

Puis elle s’est enhardie, ouvrant sa bouche aussi largement que possible pour prendre tout mon sac à l’intérieur. Bientôt, elle a recommencé à sucer et à lécher. Elle passa la pointe de sa langue entre mes testicules, les faisant remuer si lascivement que je poussai un cri de joie.

“Elle m’a ordonné de me retourner.

Son visage avait une expression de pur désir, mais un désir concentré et déterminé. Elle avait l’air de commander. Je me suis retourné, lui présentant mes fesses. Je sentais ses yeux sur ma nudité.

“Penchez-vous un peu et écartez les joues”, m’a-t-elle ordonné.

J’ai écarté un peu plus les jambes, pour garder l’équilibre, puis je me suis penchée à la taille et j’ai porté mes mains à mon dos. C’était étrange d’écarter mes fesses pour lui exposer mon anus. Je me sentais si nue, si vulnérable, mais en même temps en sécurité et satisfaite. Je n’avais rien à cacher.

“Ne bougez pas”, dit Angel.

Puis elle avança la tête et commença à embrasser doucement entre mes fesses. Allait-elle lécher mon trou ? J’espérais que ce n’était pas une simple taquinerie.

Tout en embrassant mes fesses, elle a évité l’anneau froncé qui se trouvait si près de ses lèvres. Elle a utilisé sa langue pour lécher toute la longueur de ma fente, d’avant en arrière, peut-être une douzaine de fois, en s’arrêtant à chaque fois juste avant l’anus. Le fait que cela semblait si délibéré rendait la chose encore plus coquine et joyeuse. Elle a descendu sa tête plus bas et a léché l’arrière de mon scrotum, ce qui a fait frétiller mes testicules de façon agréable.

Elle a aspiré le gauche dans sa bouche, l’a fait rouler sur sa langue, puis a encore léché les deux couilles. J’ai adoré. Il semblait qu’elle n’allait pas lécher mon trou du cul, mais ma déception n’a duré qu’un instant, car elle a de nouveau pris tout mon sac dans sa bouche. C’était vraiment sauvage. J’étais là, penché sur le lit, le cul en l’air et ma maîtresse me mangeant les couilles par derrière !

Finalement, Angel a relâché mes couilles et s’est approchée de moi pour me caresser la queue. Soudain, j’ai senti ses lèvres entourer mon anus. J’ai gémi, sentant qu’une frontière venait d’être franchie. Je me suis perdu dans la merveilleuse branlette accompagnée d’un baiser anal.

La langue d’Angel est sortie lentement de sa bouche et elle a commencé à me chatouiller l’anus.

Ses mouvements subtils augmentaient mon plaisir par degrés. Si elle avait plongé sa langue à l’intérieur, les sensations n’auraient pas été aussi exquises. Elle me conduisait peu à peu vers une extase que je n’avais jamais connue.

Après m’avoir léché pendant un moment, elle a inséré un doigt, puis deux, juste à l’intérieur de mon anneau anal. Elle faisait de petits mouvements ronds qui me rendaient fou, ouvrant mon trou du cul et le détendant. Angel a soudain émis un bruit de faim, et j’ai senti sa langue remplacer ses doigts. Elle a commencé à introduire la pointe de sa langue au centre de mon trou. Elle alternait entre les doigts et la langue, m’ouvrant de plus en plus. Elle était insatiable, elle ne cessait de me lécher le trou du cul. C’était une sensation incroyable, physiquement et émotionnellement.

“Bébé, bébé, bébé”, gémis-je. “C’est si bon ! Je t’aime tellement ! Je sens ta langue dans mon trou du cul ! C’est si bon !”

Cette folie a duré une minute ou deux avant qu’Angel ne fasse une pause. J’ai entendu le lubrifiant gicler d’un tube, puis j’ai senti une main lisser le produit glissant autour de mon trou du cul. Elle m’a taquiné en tournant le bout d’un doigt autour, puis en le pointant à l’intérieur du bord extérieur serré. Puis son long index a commencé à m’ouvrir. Je n’ai pas pu résister. Elle a poussé fort, et soudain la longueur de son doigt était à l’intérieur de moi, touchant les endroits sensibles et appuyant sur les parois intérieures serrées. Elle a saisi ma bite avec son autre main, et elle s’est raidie encore plus. Bientôt, elle avait une main qui pompait une bite très glissante et l’autre qui glissait dans mon trou inférieur.

“Plus, bébé, plus”, ai-je crié. “Donne-moi un autre doigt !”

Angel s’exécuta, ajoutant un deuxième doigt, puis, incroyablement, un troisième. Elle les a fait entrer et sortir, puis a commencé à les faire voltiger à l’intérieur. C’était presque trop. J’ai gémi aux premiers frémissements de l’orgasme.

“Ne jouis pas encore”, dit Angel. “J’ai une autre surprise pour toi.

Entendre cela m’a excité, même lorsqu’elle a retiré ses mains aimantes. De quoi s’agit-il ? Je me suis retourné et me suis assis sur le lit, tandis qu’Angel se levait et posait ses mains sur ses hanches.

“Ce que je devrais faire, dit Angel, c’est de te fouetter le cul jusqu’à ce que tu pleures et que tu me supplies d’arrêter. Mais c’est ce que tu veux, n’est-ce pas ? Je ne te donnerai pas tout ce que tu veux, du moins pas tout de suite. Je te dirai quand il sera temps de faire quelque chose de nouveau. Tu aimerais recevoir une fessée comme un vilain écolier, n’est-ce pas ?

“Oui. Enfin, si tu veux bien me la donner.”

“Pour l’instant, non, mais je suis tenté. Cela pourrait t’apprendre les bonnes manières.”

C’était génial ! Angel avait eu l’idée et l’avait poursuivie. J’avais un peu peur, en fait. Où cela allait-il nous mener ?

“Tu veux aussi me baiser le cul.”

“Oui”, ai-je répondu.

“Eh bien, mon petit, ce n’est pas possible ce soir. Tu dois penser à ce que ce serait pour moi. J’adore ta bite dans ma chatte, mais mon cul est trop serré et j’ai peur que ça me fasse mal. Tu ne veux pas me faire mal, n’est-ce pas ?”

“Non.

“Pourtant, tu veux toujours mettre ta bite là-dedans ?”

Me sentant à la fois châtié et excité, je me contentai de hocher la tête pour dire oui. Angel étudia mon visage à la recherche d’une autre réaction.

“Je vais te dire. Je vais réfléchir à la possibilité de te laisser me prendre le cul. Mais à une condition.” Et sur ce, elle a passé la main sous le lit et a soulevé un harnais de cuir auquel était attaché un godemiché.

“Oh, bébé”, ai-je dit, la voix craintive et rauque. “Je ne sais pas….”

“Je sais”, dit-elle, en enfilant le harnais et en le remontant sur ses hanches. “Je sais que tu le veux, mais tu ne veux pas l’admettre. C’est pour ça que je t’ai tellement excité”.

Je suis resté silencieux, ma bite dure dressée vers le haut. C’est elle qui dirigeait, et j’adorais ça. La perspective qu’un objet aussi gros m’ouvre le cul était un peu effrayante. Je comprenais pourquoi elle n’avait pas envie d’être elle-même le récepteur.

“Avant que tu ne t’approches de mon cul, dit Angel, tu vas savoir ce que c’est.

Elle a bouclé une sangle et s’est avancée.

“Maintenant, suce-moi”, dit-elle.

J’étais abasourdi par la tournure des événements. J’avais l’impression d’être dans un film dont je n’écrivais pas le scénario et que je ne dirigeais pas. Les choses se passaient et je ne les contrôlais pas. Je me suis penchée en avant pour mieux voir l’équipement d’Angel. La bite n’était pas aussi grosse que la mienne, Dieu merci, mais elle était réaliste et faite d’un matériau souple et transparent. Elle avait même des testicules et remuait quand je la touchais. Après avoir fait une pause, j’ai baissé la tête et j’ai pris le gode dans ma bouche. J’ai essayé d’imiter la façon dont Angel me donnait la tête, et j’ai même inventé quelques variations. Peut-être qu’elle apprendrait quelque chose. J’ai levé les yeux vers le visage d’Angel et je l’ai regardée dans les yeux.

“Très bien, dit-elle. “Tu suces très bien. Cela fait partie de tes fantasmes, n’est-ce pas ?”

J’ai hoché la tête, incapable de parler avec un gode flexible de 15 cm dans la bouche.

“Mais tu ne veux pas d’un homme. Ce que tu veux, c’est une femme avec une bite. Eh bien, la voilà. Et maintenant, elle veut que tu te mettes à quatre pattes et que tu la prennes dans le cul comme un homme.”

Je n’ai pas eu besoin qu’on me le dise deux fois. En deux secondes, j’étais à genoux sur le lit, les épaules appuyées sur les draps.

“Ne bouge pas”, a dit Angel.

Elle a étalé du lubrifiant sur le gode et autour de mon anus.

Elle a appuyé le bout du gode sur mon ouverture, mais il n’est pas entré. Elle a donc commencé à le tourner doucement. J’ai forcé un peu, comme pour le repousser. Je me suis détendue et le bout a glissé un peu à l’intérieur. J’ai recommencé à m’enfoncer et à me détendre. C’est alors que ça s’est passé. La tête de la prothèse d’Angel a soudain franchi l’anneau extérieur de mon anus et s’est retrouvée, épaisse et indéniable, à l’intérieur de mon tractus inférieur. J’ai gémi de plaisir.

“Oh mon Dieu, Angel”, ai-je dit. “C’est si intense.

Elle est entrée à moitié, s’arrêtant pour me laisser m’habituer à la sensation. Puis elle s’est retirée, créant un vide que je voulais désespérément combler.

“Remets-la en place”, ai-je crié. “S’il te plaît, Angel. J’en veux plus !”

“C’est ce que j’ai envie d’entendre”, a répondu Angel, en s’avançant et en commençant des mouvements lents et superficiels qui m’ont bientôt fait sangloter de plaisir.

Elle déplaça le gode dans un angle qui massait ma prostate.

“Tu aimes ça, n’est-ce pas ? Attends un peu que je te laisse tout prendre ! Comme ça, bébé.”

Elle a tiré mes hanches vers l’arrière et a plongé à l’intérieur.

“Jusqu’au bout !”, dit-elle en riant.

“Oh, mon Dieu ! J’ai crié.

C’était ça. C’est ce que je voulais qu’Angel ressente lorsqu’elle me livrerait son cul. C’était l’agonie la plus merveilleuse, la distension complète de mon rectum. J’étais baisé. Angel me baisait, c’était aussi simple que cela.

“Oh, ma chérie ! Tu te sens si bien. Je te baise ! Je baise mon petit garçon dans le cul !”

Elle a pincé un de mes tétons, puis l’autre, douloureusement. Puis elle a commencé à tripoter mes couilles et la base de ma bite.

“Plus vite, bébé, plus vite ! J’ai crié. “Oh, baise-moi ! Baise mon cul ! Baise mon trou du cul !”

J’ai enfoncé ma bite dans sa main et j’ai arqué le dos.

“Je vais jouir !

L’orgasme a frappé comme une puissante vague dans l’océan. Angel a retiré le gode au même moment et j’ai joui, gémissant alors qu’une chaleur crémeuse giclait sur les draps et sur la main qui avait saisi ma bite.

Lorsque je me suis retourné pour lui faire face, Angel a couronné l’expérience en essuyant les flaques blanches de sperme de ses mains sur ses lèvres et sa langue étendue. Elle a léché ses doigts, me regardant avec lascivité tandis que mon sperme gluant dégoulinait de ses lèvres. Elle s’est ensuite léché les lèvres à nouveau et a ouvert la bouche pour me montrer sa gorgée laiteuse. Puis elle m’a embrassé, me faisant goûter mon propre sperme avant de se pencher et de prendre ma bite humide et usée dans sa bouche.

“Merci, bébé ! J’ai ri. “Tu es si bonne avec moi !

Angel est en effet mon ange. Elle répond à mes besoins et partage mes désirs.

Parfois, je veux qu’elle prenne les choses en main, et parfois, je veux qu’elle soit à ma guise. Nous nous relayons. D’ici peu, je pense qu’elle me donnera la fessée que je voulais, ou qu’elle me laissera la prendre par le cul. J’essaierai peut-être de lui “imposer” la sodomie. Si elle refuse, c’est fini, mais si elle refuse, nous sommes d’accord sur le fait que tout est permis. En attendant, j’ai un peu mal au cul, mais d’une manière agréable.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

1 commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings