Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique Xstory

Histoire érotique Un homme rencontre une copine de sa fille

Histoire érotique Un homme rencontre une copine de sa fille
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire érotique Une lecture lente d’un homme qui rencontre la belle amie de sa fille qui lui rappelle tellement un ancien béguin d’école. La relation entre l’homme et l’amie se développe lentement au fil du temps, l’homme appréciant chaque étape du chemin.
Paul sort de sa rêverie lorsque Mike frappe à la porte de son bureau pour lui demander s’il est prêt à déjeuner. C’était vendredi et la plupart du temps, ils sortaient pour un déjeuner assis dans leur restaurant préféré. Rosie, la jeune et sexy serveuse de 22 ans aux gros seins et au décolleté généreux, les accueillait toujours avec un grand sourire coquin, ce qui n’était pas pour leur déplaire. Ils avaient pratiquement une réservation permanente à leur place préférée dans le coin.

Tout à l’heure, Paul était dans le brouillard en pensant à la nuit précédente. Lorsqu’il était rentré du travail, la veille, sa fille était à la table de la cuisine en train de travailler sur un projet avec une de ses amies qu’il n’avait jamais rencontrée. Elle était venue pour travailler sur un devoir qui devait être rendu le lendemain, et ils se démenaient pour le terminer. Le plus fou dans cette rencontre avec la jeune amie de sa fille, c’est qu’elle lui a rappelé de vieux souvenirs qu’il n’arrivait pas à chasser de sa tête. Les souvenirs d’un béguin qu’il avait eu quand il était enfant, il y a très longtemps.

Lorsque Paul était à l’école primaire, il a eu le béguin pour une nouvelle fille qui avait rejoint sa classe au milieu de l’année scolaire. Dès le premier jour où elle est entrée dans la classe, il est devenu accro. Elle ressemblait exactement à l’image qu’il se faisait d’un ange. C’était une belle blonde aux yeux bleus étonnants, avec un joli nez en bouton et des lèvres pulpeuses qui formaient un sourire capable d’illuminer n’importe quelle pièce.

Malheureusement, elle a déménagé l’année suivante et il ne l’a jamais revue. C’est exactement à cela que ressemblait Lucy, l’amie de sa fille. Elle aussi était une belle petite fille aux cheveux blonds, aux yeux bleus éclatants et au sourire qui lui rappelait immédiatement ces souvenirs. Il a été impressionné lorsqu’elle s’est levée et lui a serré la main. La plupart des autres amis d’Ava étaient timides et se contentaient de lui faire un signe de la main.

Après le déjeuner, les garçons sont repartis pour terminer leur journée. À la fin de cette longue semaine, Paul a pris ses clés et est rentré chez lui. Il a réussi à oublier Lucy et son béguin de l’école primaire. Il se réjouit à l’idée de passer un week-end de trois jours à se déshabiller et à se prélasser dans la maison pendant tout le week-end. Il n’y aurait que lui, sa femme et leur fille Ava. Le secret de famille est qu’ils sont nudistes. Ils l’étaient déjà avant la naissance d’Ava.

*

Paul et Nancy sont devenus nudistes alors qu’ils étaient encore à l’université. Ils se sont rendus à l’un de leurs événements par curiosité et sont tombés amoureux de la liberté qu’ils offraient. Peu après leur premier événement, lorsqu’ils étaient seuls dans leur appartement, ils se promenaient sans vêtements. Il ne s’agissait pas toujours de sexe, bien qu’avec deux étudiants excités, cela rendait les choses plus faciles.

C’était aussi une question de liberté vestimentaire. Le fait de pouvoir s’asseoir dans un état naturel, comme l’a voulu Mère Nature. En adoptant ce nouveau mode de vie, ils se sont davantage impliqués dans le club. Ils ont commencé à se rendre sur des plages sans vêtements et à assister à des fêtes et à d’autres événements où ils pouvaient être dans un état naturel tout en socialisant.

Trois ans après avoir obtenu leur diplôme, Nancy et Paul se sont mariés. Dès le début, ils ont convenu que ce n’était pas parce qu’ils étaient mariés que les choses allaient changer. Ils avaient rencontré de nombreux couples de nudistes mariés qui avaient amené leurs enfants avec eux. À la naissance d’Ava, rien n’a donc changé. Quand Ava est devenue un peu plus grande, ils lui ont parlé de ne pas partager ce qu’ils faisaient à la maison avec quelqu’un d’autre. Ils préféraient ne pas avoir à s’expliquer et à se défendre contre n’importe quel fou de la Bible. Il y en avait certainement dans leur famille.

*

Lorsque Paul est enfin rentré à la maison ce vendredi-là, il est allé directement dans sa chambre, s’est déshabillé et est descendu prendre une bière avant de rejoindre les filles dans la piscine. Sa femme et sa fille profitaient déjà de la fraîcheur de l’eau et portaient la même tenue que Paul. Après avoir été marié pendant plus de dix-huit ans, il était toujours excité lorsqu’il voyait sa femme. S’il se sentait excité, il s’excusait parfois rapidement avant que son érection ne devienne évidente, bien qu’Ava l’ait vue par accident à quelques reprises.

Ils lui ont parlé des oiseaux et des abeilles dès son plus jeune âge. Il est amusant de constater que certaines choses sont acceptées comme normales si vous les traitez comme telles. Pour les Robinson, il était normal d’être nu dans la maison et il était également normal que le père ait une érection. Cela signifiait simplement qu’il aimait maman et qu’il était heureux de la voir. C’est avec cette normalité qu’Ava a grandi.

Comme prévu, Paul a réussi à rester à la maison tout le week-end sans jamais porter un seul vêtement. Nancy a fait toute la cuisine et il a fait quelques grillades, réussissant à ne pas se brûler. Il était tellement déterminé qu’il avait même refusé de porter un tablier. Lorsque l’alarme du lundi matin a sonné, le travail a repris.

La semaine suivante, à deux reprises, il est rentré à la maison et a trouvé Lucy en train de rendre visite à Ava. Il ne s’en plaint absolument pas et est toujours heureux de la voir. Lucy et Ava sont rapidement devenues les meilleures amies du monde. En fait, au cours des mois suivants, Lucy semble passer de plus en plus de temps chez les Robinson. Ava adore la recevoir et Paul a du mal à limiter ses regards sur les filles, et plus encore sur Lucy. En fait, il se réprimande lui-même pour l’avoir regardée. C’était l’amie de sa fille et il avait l’impression qu’il allait l’effrayer s’il la fixait trop souvent.

Mais il ne pouvait pas s’en empêcher. Elle ressemblait tellement à son béguin d’il y a longtemps. S’il était honnête avec lui-même, ce qui nécessitait qu’il admette qu’il la regardait, il se rendait compte que Lucy était encore plus belle que la fille de son passé. Elle était la chose la plus mignonne avec ses longs cheveux attachés en queue de cheval et ses yeux d’un bleu clair, presque gris.

Au fur et à mesure que l’année scolaire avançait, ils ont tous appris à connaître Lucy et elle s’est sentie de plus en plus à l’aise au sein de la famille. Ils apprirent qu’elle n’avait pas vraiment eu une vie familiale stable. Il n’y avait toujours eu qu’elle, sa mère et le type avec qui sa mère sortait à ce moment-là. Parfois, il n’y avait qu’elle lorsque sa mère décidait de sortir le vendredi soir et de ne revenir que le dimanche. Par la suite, chaque fois qu’Ava demandait à Lucy de passer la nuit un samedi, Nancy s’empressait de répondre par l’affirmative.

Après cela, il semblait que Lucy était là presque tous les week-ends. Mais personne ne semblait s’en soucier. Quand elle n’était pas là, elle leur manquait. Elle donnait à Paul et Nancy la liberté qu’ils aimaient tant, mais ils demandaient toujours de ses nouvelles. En fait, chaque fois qu’ils faisaient des projets pour le week-end, ils la prenaient en considération. Ils ont commencé à la considérer comme leur fille à temps partiel.

Un samedi, alors que les filles traînaient dans la chambre d’Ava, Nancy est entrée et les a trouvées en train de courir dans sa chambre en ne portant que leurs culottes. Après que Lucy soit rentrée à la maison, elles ont demandé à Ava ce qui se passait, et elle a répondu qu’elles s’ennuyaient et qu’elles avaient commencé à se défier mutuellement pour faire des choses différentes. Pour faire court, elle a défié Lucy de se mettre nue. Finalement, elles se sont toutes les deux déshabillées et se sont amusées comme des folles.

La fois suivante où Lucy est venue, Nancy les a retrouvées en culotte, courant dans la chambre d’Ava. Elle leur a demandé si elles s’amusaient et elles ont ri, criant toutes les deux en courant. Elle a appelé Paul qui est allé voir ce qui se passait. Lorsqu’il est entré, il a vu les deux filles lui sourire, mais Lucy a tout de suite essayé de se couvrir. Nancy lui a rapidement assuré qu’il n’y avait pas lieu de s’inquiéter, expliquant qu’Ava se promenait souvent nue dans la maison.

L’idée de courir seins nus dans la maison en présence d’un homme lui était complètement étrangère. Comment cela pourrait-il être acceptable, se demanda-t-elle. Lucy a jeté un regard inquiet à Nancy, mais Ava lui a dit que c’était vrai et a couru vers la porte en passant devant Paul, appelant Lucy à la rejoindre.

Lucy a regardé Nancy, puis Paul, puis Nancy, qui lui a de nouveau assuré que tout allait bien. Ce n’est pas comme s’il y avait quelqu’un d’autre dans la maison. Il n’y avait qu’elles. Elle a hésité un moment, analysant la situation, se demandant si elle était prête à se mettre seins nus avec M. Robinson dans la maison. Quelque chose a fait tilt dans sa tête et elle a décidé de ne pas se laisser faire. Elle a baissé les bras et a couru après Ava.

À partir de ce moment-là, il devint normal pour les filles de se promener dans la maison uniquement en culotte chaque fois que Lucy venait leur rendre visite, en particulier lors des soirées pyjama (qui étaient nombreuses). Il était normal que les filles courent pratiquement nues dans la maison. Le week-end, même Nancy se joignait aux filles. Cela ne semblait gêner personne. C’était juste un week-end normal chez les Robinson.

Assis dans son bureau le lundi matin après le premier week-end où il a eu l’occasion de voir Lucy uniquement en culotte, Paul n’a cessé de se réprimander. La nudité était normale, mais pour une raison ou une autre, il n’arrivait pas à se sortir Lucy de la tête. Pendant tout le week-end, il a lutté pour ne pas la regarder. Même s’il essayait de ne pas se l’avouer, elle était magnifique. Ses nichons en forme de bonnet A poussaient parfaitement et ses fesses remplissaient bien sa culotte. Bien qu’il s’en défende, il avait envie de la voir complètement nue. Il se demandait à quoi ressemblerait sa chatte.

Ce scénario s’est poursuivi pendant plusieurs mois. Lucy venait chez eux presque tous les week-ends. Cela empiétait sur son mode de vie nudiste, mais connaissant sa situation de famille éclatée, il ne s’en plaignait pas. Après tout, garder ses vêtements pour voir ce petit ange courir torse nu en valait la peine. Il a également mis fin à sa lutte morale en se sentant coupable de convoiter Lucy. Après tout, ce n’est pas comme s’il agissait selon ses envies.

Un soir, Paul regardait la télévision et les filles s’ennuyaient. Elles sont descendues et ont trouvé Paul en train de regarder un documentaire sur la vie sauvage en Afrique. Ava a toujours aimé regarder ce genre d’émissions, alors elle est allée s’asseoir sur les genoux de Paul, comme elle l’avait fait tant d’autres fois. Paul s’est retourné et a vu Lucy assise à côté d’eux avec un air boudeur. Il lui a demandé ce qui n’allait pas et elle a marmonné doucement que tout allait bien, mais il était évident que quelque chose la dérangeait.

Connaissant sa situation à la maison et se doutant qu’elle se sentait exclue, il lui a demandé si elle voulait s’asseoir sur ses autres genoux. Avant même qu’il ait pu commencer à compter, elle était sur ses genoux avec un grand sourire.

“Yay, maintenant nous pouvons être sœurs ! s’exclame Ava, en lui disant que Paul pourrait être son prétendu papa et qu’elles seraient de prétendues sœurs. Les deux filles appuient leur tête sur sa poitrine et s’assoient sur ses genoux, ne portant que des culottes pour regarder la télévision. Il ne pouvait ignorer le fait que les seins de Lucy étaient pressés contre lui alors qu’elle reposait sa tête sur son épaule. Par miracle, il réussit à ne pas avoir une érection complète.

Au bout d’un certain temps, c’est aussi devenu une chose normale. Lorsque Lucy était en visite, les filles s’asseyaient sur ses genoux le soir et il entourait chaque petit ange de ses bras. Il savait qu’il ne devait pas le faire, mais il se permettait toujours le plaisir coupable de leur caresser les bras et les cuisses. Il aimait sentir leur nudité quand il passait ses mains sur leur peau.

Heureusement pour lui, les filles l’aimaient aussi. Chaque fois qu’il commençait à les caresser, elles tremblaient et la chair de poule apparaissait sur leurs bras. Les filles feignaient la gêne, puis lui demandaient rapidement de recommencer.

“ARRÊTEZ DADDY ! Ça chatouille. Hein, Lucy ?”

“Oui, M. Robinson, ça chatouille !”

Au bout de quelques minutes, ils lui demandaient de recommencer, encore et encore, jusqu’à ce que leur corps s’y habitue et lui permette de continuer à profiter de la douceur de leur corps et des seins de Lucy sur sa poitrine sans qu’ils aient à se plaindre.

Lucy continua à venir passer la nuit chez les Robinson. Elle n’avait pas la mère la plus aimante et la plus attentionnée, et encore moins la vie familiale la plus heureuse. Les Robinson étaient la famille qu’elle avait toujours rêvé d’avoir – une mère et un père aimants. C’est ce qu’elle a vu dans différentes émissions télévisées et ce qu’elle a désiré toute sa vie.

Lorsqu’elle leur rendait visite, elle prétendait secrètement que c’était sa maison et sa famille. C’est pourquoi elle n’a jamais parlé à sa mère du fait qu’Ava et elle n’avaient le droit de se promener qu’en culotte. Même si elle se sentait normale lorsqu’elle était chez eux, elle savait que sa mère ne l’autoriserait pas à revenir.

Elle venait toujours le samedi et repartait vers la fin du dimanche. Il lui était toujours difficile de partir. La première fois qu’elle est venue passer tout le week-end, Ava et elle sont rentrées directement de l’école un vendredi. Lorsqu’elles sont arrivées, Mme Robinson a demandé à Ava de monter dans sa chambre pour enlever ses vêtements d’école et de veiller à mettre ses vêtements sales dans le panier à linge. Les filles ont fait ce qu’on leur demandait et ont décidé de ne rien mettre d’autre que leur culotte. Elles ont prévu d’être libres pendant tout le week-end.

Tard dans la soirée, M. Robinson s’est levé tard dans le salon pour regarder la télévision et se détendre de la longue semaine qu’il avait eue. Alors qu’il était assis, il a vu Lucy descendre les escaliers, seulement en culotte, comme elle l’avait fait depuis qu’il était rentré à la maison. Lorsqu’il se retourna, il ne put s’empêcher d’apprécier la belle fille qui s’avançait vers lui.

“Bonjour, ma chérie. Qu’est-ce qui se passe, pourquoi es-tu debout ? Il est tard.”

“Je n’arrive pas à dormir. Je peux regarder la télé avec toi ?”

“Bien sûr.” Parfois, on a la chance que certaines choses nous tombent dessus. Dans ce cas, c’est tombé littéralement sur les genoux de Paul.

Lucy s’est approchée et s’est tenue devant lui, attendant la permission de s’asseoir sur ses genoux. Il l’a regardée un moment avant de lui demander si elle voulait s’asseoir sur ses genoux. Timide, elle baissa les yeux et hocha la tête. Il écarta les jambes et elle grimpa sur ses genoux. Il l’entoura de son bras et elle appuya sa tête sur son épaule.

Il savait que ce n’était pas bien, mais c’était plus fort que lui. Il aimait ce qu’elle ressentait. Sa chair nue était si douce, pressée contre lui avec son bras autour d’elle. Il se sentait excité. Même si ce n’était pas bien, il ne pouvait pas s’en empêcher. Il commença lentement à la caresser et elle aimait ce qu’il lui faisait. Aucun autre homme ne l’avait prise dans ses bras avec autant de tendresse et d’amour. Elle était aux anges et en appréciait chaque minute.

Quelques-uns des petits amis de sa mère dans le passé avaient commencé par être très gentils et l’avaient invitée à s’asseoir sur leurs genoux, mais la façon dont ils la touchaient ne lui convenait pas. Au bout du compte, sa mère finissait par lui crier dessus, l’accusant d’être une gamine en manque d’affection.

Elle s’assit sur ses genoux, se sentant aimée et protégée, aimant qu’il lui donne le même amour qu’à Ava. Elle resta longtemps dans ses bras, se demandant si elle allait partager son secret avec lui. Après y avoir réfléchi, elle décida de le lui dire.

“M. Robinson ?”

“Oui, ma chérie ?”

“Je peux te dire quelque chose de stupide ? Mais tu dois me promettre de ne pas rire.”

“Je le promets. Je ne rirai pas.”

Elle lui expliqua qu’elle aimait faire semblant que c’était sa famille, que Mme Robinson était sa mère et qu’il était son père. Elle lui a raconté combien elle avait été heureuse quand Ava lui avait dit qu’elles pourraient faire semblant d’être sœurs. Paul a compris ce qu’elle ressentait et n’a pas ri, il l’a simplement entourée de ses deux bras et l’a serrée dans ses bras.

“M. Robinson, quand nous serons seuls, cela vous dérangerait-il que je vous appelle papa ? Je n’ai jamais eu personne à appeler papa et vous avez été si gentil avec moi”.

“Lucy, si cela te fait plaisir, tu peux m’appeler papa ou papa quand nous sommes seuls. Cela ne me dérange pas. Je peux être ton papa secret. Ça te plairait ? Ce serait notre petit secret.” Il se sentait tourmenté. Il voulait être là pour elle, mais des pensées malveillantes lui trottaient dans la tête, se demandant comment il pourrait utiliser cela à son avantage.

“VRAIMENT ? !! Je peux ? Merci, M. Rob….Je veux dire, papa !” dit-elle avec un grand sourire. Elle n’aurait jamais cru qu’elle obtiendrait une telle réponse.

“Merci, papa, merci, merci, merci”, dit-elle encore et encore en l’inondant de baisers. Elle a un peu exagéré avec les baisers, mais elle s’en fichait, elle se sentait vraiment heureuse. Lorsqu’elle déposa un baiser rapide sur ses lèvres, elle sentit qu’elles étaient merveilleuses et que sa bite bougeait un peu. Elle se leva de ses genoux et se mit à califourchon sur lui, pressant ses seins contre sa poitrine tout en l’enlaçant. Lui aussi l’entoura de ses deux bras et serra son petit corps vêtu de culottes tout en appréciant ses lèvres pulpeuses sur son visage. Il se sentait comme un pervers en tenant l’amie de sa fille dans ses bras, mais il savait qu’il la rendait heureuse.

*

Au cours des mois suivants, chaque fois qu’elle venait dormir chez lui, elle descendait tard dans la nuit en espérant trouver son “papa” seul dans le salon. Par coïncidence, il était toujours là. Elle était toujours heureuse de le trouver assis sur le canapé. Elle s’approchait et grimpait sur ses genoux. Elle le saluait et lui donnait un petit coup de bec sur la joue.

“Bonjour, papa.”

“Bonjour, ma chérie.”

C’était le moment où elle était seule avec son papa. Parfois, ils restaient assis tranquillement à regarder la télévision, d’autres fois, ils parlaient de leur semaine et des problèmes qui se posaient à la maison. Plus elle lui en parlait, plus il avait pitié d’elle. Il ne pouvait pas faire grand-chose pour elle, si ce n’est l’écouter et être là pour elle, et il savait que le temps qu’elle passait avec lui était très important pour elle.

Au fil du temps, des changements subtils se sont produits et, au bout d’un certain temps, ils sont devenus normaux. Lucy s’était assise sur ses genoux et lui avait demandé de lui donner la chair de poule. Il commença à lui caresser le bras, comme il le faisait habituellement lorsque les deux filles étaient sur ses genoux, lorsqu’elle lui demanda pourquoi elle n’avait la chair de poule que sur les bras.

“Papa ?

“Oui, ma chérie ?”

“Pourquoi je n’ai la chair de poule que sur un bras ?” demande-t-elle avec un grand sourire. Elle adorait qu’il l’appelle “bébé”.

“C’est le seul endroit où je te touche avec ma main.

Elle a immédiatement attrapé son autre main et l’a posée sur ses jambes douces et soyeuses, en lui disant qu’elle voulait qu’il lui donne la chair de poule sur ses jambes. Après ce jour, il s’est amusé à faire courir ses mains le long de ses jambes. Leur douceur et ses petits rires l’ont rendu dur comme fer, mais elle ne s’est jamais plainte. Elle le sentait, mais elle ne voulait pas mettre fin à ce qu’elle vivait avec lui. Elle avait peur de ne jamais être autorisée à revenir. Elle ne voulait pas perdre cela.

Au fur et à mesure que le temps passait et qu’ils passaient de plus en plus de temps ensemble, Lucy a commencé à le considérer comme son père. Il lui a montré de l’amour et de la gentillesse et surtout, il lui a donné son temps et son attention. Il a essayé de faire ce qu’il fallait en lui donnant ce qu’elle avait désiré toute sa vie. Mais, même alors, il ne pouvait s’empêcher de penser à ce qu’il pourrait faire avec elle. Des pensées qu’il ne devrait pas avoir à propos de sa fille “secrète”. Le fait que sa main s’approche très près de sa jeune et douce chatte alors qu’il caresse ses jambes n’a rien arrangé.

Lucy commença à attendre avec impatience ses visites chez les Robinson, non pas parce qu’elle allait passer du temps avec sa meilleure amie, mais parce qu’elle allait passer du temps seule avec Paul. Elle savait que c’était idiot d’avoir un prétendu papa, mais c’était plus fort qu’elle. Il lui faisait des compliments et lui disait toujours à quel point elle était belle. De plus, elle aimait la façon dont il la caressait, elle se sentait spéciale. Pour cette raison, elle était prête à ignorer le fait qu’elle pouvait sentir sa bite dure lorsqu’elle s’asseyait sur ses genoux. Elle savait très bien que c’était son pénis qui était dur.

Elle était heureuse qu’elle le rende heureux lui aussi. Quoi qu’il en soit, cela n’avait pas d’importance. C’était son père, et tant pis s’il était un peu excité. Il lui donnait l’amour et l’attention qu’aucun autre homme ne lui avait jamais donnés.

Paul avait fait de son mieux pour résister aux tentations de Lucy. Chaque fois qu’elle venait s’asseoir sur ses genoux, il aimait la façon dont ses seins étaient là, ses tétons si tentants. Il a souvent lutté contre la tentation de les prendre dans sa bouche pour les goûter. La façon dont ses petits tétons ressortaient lorsqu’il passait ses mains sur son corps le rendait fou.

Cela faisait près d’un an qu’ils passaient du temps ensemble, seuls, lorsqu’il a finalement cédé au péché.

Tard dans la nuit, comme n’importe quel samedi, Lucy était allongée sur ses genoux, les jambes étendues. Elle a penché la tête en arrière et s’est servi de l’accoudoir comme d’un oreiller pour sa tête, son corps étant complètement étiré et ses seins bien en évidence lorsqu’elle lui a demandé de la toucher. Elle s’allongea, se sentant en sécurité.

“Papa, tu peux me donner la chair de poule sur tout le corps ?

“Bien sûr, ma chérie”, répondit-il en commençant à faire courir sa main libre le long des jambes de la jeune fille. Il allait toujours aussi lentement que possible, savourant chaque partie de sa peau douce. Lucy se mit rapidement à trembler, mais lui dit de ne pas s’arrêter. Elle aimait cette sensation et elle sentait sa bite devenir dure sous son dos. Elle était excitée par le fait qu’elle l’excitait.

Il fit courir ses mains de haut en bas, remontant le long de sa jambe et se retirant juste avant de toucher sa culotte, à quelques centimètres de son jeune vagin. Cela s’est produit plusieurs fois et il a remarqué que la respiration de la jeune femme devenait de plus en plus lourde. Il a remonté sa main et l’a posée sur son ventre.

“Qu’est-ce que tu fais, papa ?

“Je voulais juste te sentir respirer.”

“Oh.”

Il a gardé sa main pendant un moment, le temps qu’elle ralentisse et commence à respirer normalement, avant de recommencer à la caresser. Il remonta lentement sa main jusqu’à ses épaules avant de commencer à toucher sa poitrine et de caresser ses seins pour la première fois. Lorsqu’elle a senti ses doigts sur ses seins, elle a rapidement levé les mains pour se couvrir.

“Qu’est-ce qui ne va pas, ma chérie ?”

“Maman m’a dit de ne jamais laisser personne me toucher là”.

“C’est vrai, bébé, ne laisse jamais personne te toucher là. Mais je suis ton papa. Je suis le SEUL homme qui a le droit de te toucher là. Tu ne m’aimes pas ?”

“Oui, mais c’est bizarre.”

“D’accord. Eh bien… mmm… peut-être qu’il vaut mieux que tu retournes au lit.”

Sa réponse a frappé Lucy de plein fouet. Elle a été choquée de voir qu’il la repoussait. Son père, qu’elle aimait tant, la rejetait et elle n’aimait pas ça. Elle se sentait blessée et ne savait pas ce qu’elle avait fait de mal.

“Allez, Lucy. Elle remarqua qu’il l’avait appelée par son nom, au lieu d’utiliser l’un des nombreux petits noms qu’il avait pour elle. Cela lui fit encore plus mal.

Elle le regarda avec des yeux brillants – des larmes se formaient dans ses yeux ; elle était en train de perdre ce qu’elle avait appris à aimer. Toutes sortes de pensées lui traversent l’esprit. Elle avait une mère minable et, jusqu’à il y a un an, elle n’avait jamais connu l’amour d’un père. Elle se sentait désespérée, pensant à ce qu’il fallait faire pour ne pas le perdre.

Elle a tendu la main pour attraper la sienne et l’a ramenée sur sa poitrine. Elle a pressé sa main sur ses seins et lui a demandé de lui donner la chair de poule. Ils se sont regardés l’un l’autre, tous deux avec un grand sourire, tandis que Paul pressait légèrement ses deux seins.

“Merci, bébé……..Tu aimes être une bonne petite fille pour papa, n’est-ce pas ? Lucy acquiesce en le regardant. Il savait qu’il la tenait, la seule question était de savoir jusqu’où il était prêt à aller.

“Tu es vraiment une fille à papa ! Cette seule phrase décupla l’amour qu’elle lui portait. C’était la première fois qu’il l’appelait ainsi et elle adorait ça ! Le fait qu’elle le rende heureux la rendait folle. Ce qui la rendait également heureuse, c’était le plaisir que lui procurait le fait d’avoir sa main sur ses seins. Elle n’avait jamais imaginé à quel point elle se sentirait bien lorsqu’il lui pincerait les seins et qu’il passerait ses mains sur sa poitrine. Elle s’est également rendu compte que son vagin était comme mouillé, car ce qu’il lui faisait était trop bon.

Ce nouveau développement de leur relation spéciale s’est poursuivi pendant plusieurs semaines. Après que tout le monde soit allé se coucher, ils se retrouvaient dans le salon. Peu de temps après, Paul la caressait entièrement tout en savourant ses seins.

Au cours d’une de ces nuits, il lui tripotait les seins et, à la façon dont sa queue se pressait contre son dos, elle savait qu’il était excité. Soudain, il a saisi son petit corps et l’a fait monter à califourchon sur lui, tandis qu’il lui donnait des coups de bec sur ses lèvres pulpeuses. Il n’arrivait pas à croire qu’elles étaient si douces, se demandant si c’était ce qu’il aurait ressenti s’il avait eu la chance d’embrasser son béguin d’il y a des années. Il jouait avec ses seins et voulait l’embrasser depuis la première fois qu’il l’avait rencontrée.

Ses mains commencèrent à parcourir le dos de la jeune fille, tandis que leurs lèvres se pressaient plus fort l’une contre l’autre. Elle avait déjà embrassé d’autres garçons et savait exactement ce qu’il voulait, alors quand sa bouche s’est entrouverte et que sa langue a sondé ses lèvres, elle a aussi ouvert la sienne et l’a laissé entrer. C’est à ce moment-là qu’elle a réalisé qu’elle commençait à être excitée.

Elle a levé les mains et les a enroulées autour de son cou pendant qu’ils commençaient à s’embrasser. Elle a senti que sa chatte commençait à devenir très humide et elle s’est mise à frotter sa chatte contre sa queue. Elle agissait par instinct, ne sachant pas exactement ce qu’elle faisait, tout ce qu’elle savait, c’est que c’était bon.

Il a ralenti les choses et l’a légèrement repoussée en baissant la tête, l’approchant de sa poitrine exposée. Il commença lentement à lécher et à sucer l’un de ses seins, ce qu’il mourait d’envie de faire depuis le jour où il l’avait vue seins nus pour la première fois. Ils étaient doux, mais fermes lorsqu’il a commencé à sucer ses petits tétons durs.

Ce qui l’a le plus surpris, c’est qu’elle ne s’est pas retirée, mais qu’elle a commencé à gémir légèrement en se frottant de plus en plus contre sa queue. Lucy adorait la sensation que cela lui procurait. Elle n’avait jamais ressenti un tel plaisir. La bouche chaude de son père léchait ses petits tétons et c’était merveilleux. Elle continuait à se frotter et à gémir tandis qu’il alternait entre ses seins, les léchant et les suçant. Il suçait de plus en plus fort et ses gémissements devenaient de plus en plus forts, jusqu’à ce qu’elle jouisse.

Bien sûr, elle s’était déjà masturbée plusieurs fois, mais elle n’avait jamais ressenti une telle explosion dans tout son corps et elle frissonnait de tous ses membres. C’était un orgasme sans pareil. Paul la prit dans ses bras, excité de la sentir trembler pendant qu’elle jouissait de son premier orgasme avec lui. Il ne pouvait qu’espérer qu’il y en aurait beaucoup d’autres.

Après qu’elle se soit calmée et que ses soulèvements se soient arrêtés, ils ont recommencé à s’embrasser pendant un moment. Il lui a dit combien il aimait sa petite fille et lui a assuré qu’elle était la petite fille spéciale de papa. En retour, elle lui dit à son tour combien elle l’aime. Il lui a dit qu’il valait mieux qu’elle aille dormir avant que quelqu’un ne descende, l’assurant qu’ils auraient leur temps seul à seul le samedi suivant. Il lui a rappelé qu’elle devait garder secret le temps qu’elle passait avec son papa secret. Elle a accepté avec joie et est montée à l’étage.

Après cette soirée, Paul a eu le plaisir de profiter de ses seins chaque fois qu’ils se voyaient. Elle descendait, s’asseyait sur ses genoux et ils se donnaient l’un à l’autre ce dont ils avaient besoin. Il jouait le rôle du père inquiet lorsqu’elle parlait de sa semaine, l’écoutant attentivement. Elle lui faisait part des problèmes qu’elle rencontrait et il lui donnait des conseils paternels. Ensuite, ils commençaient à s’embrasser lentement avant qu’elle ne se lève pour se mettre à califourchon sur lui. Il aimait la sensation de sa petite langue au fur et à mesure que leurs baisers devenaient de plus en plus passionnés.

À la fin, il la faisait toujours jouir en lui suçant les seins. Elle adorait la sensation de se faire sucer les seins, et plus particulièrement la sensation qu’elle éprouvait lorsqu’elle avait un orgasme. C’était devenu leur interaction normale le samedi soir et cela a duré plusieurs mois jusqu’à ce qu’il reçoive un peu d’aide de sa fille, Ava.

*

Paul a été agréablement choqué la première fois qu’il a vu Lucy complètement nue. Elle était si sexy lorsqu’elle courait dans la maison les seins nus dans une petite culotte mignonne, mais il avait envie de voir sa chatte. C’était un samedi et, malheureusement, il avait dû se rendre au bureau. Il s’est levé tôt et est rentré à la maison à 13 heures. Lorsqu’il est arrivé, il a trouvé les trois filles dans la piscine, complètement nues. Ava sortit rapidement de la piscine et vint l’embrasser, mais Lucy resta dans la piscine, elle se sentait timide et n’était pas sûre de devoir sortir.

“Papa, tu vas nager avec nous ?!? Nous avons besoin d’une quatrième personne !” lui demande Ava avec enthousiasme.

“Bien sûr, ma chérie. Laisse-moi mettre mon maillot de bain. Je reviens tout de suite.”

“Pas la peine, papa. Nous sommes tous nus dans la piscine. Même Lucy a sauté toute nue.”

“Eh bien, peut-être la prochaine fois.”

Nancy se joignait souvent aux filles lorsqu’elles couraient seins nus, mais tout cela était nouveau pour lui. Il ne s’attendait pas à les trouver toutes les trois complètement nues. Il regarda Nancy qui secoua la tête en silence. Elle pensait qu’il valait mieux qu’il reste habillé. C’était une chose que les filles soient nues entre elles, mais ce n’était pas la même chose pour un homme adulte de se promener nu avec sa bite autour d’une fille qui n’était pas sa fille.

Il se changea rapidement et sortit de la maison en courant et en sautant dans la piscine, faisant une grosse éclaboussure en atterrissant dans l’eau. Tout le monde a bien ri en s’amusant dans la piscine. Il aimait sentir les corps nus des filles qui s’accrochaient à lui pour faire un tour sur son dos. Elles l’attrapaient par le cou et s’amusaient à le faire nager. Il ne pouvait pas s’empêcher d’apprécier les seins des deux filles pressés contre son dos pendant qu’il nageait. Il avait beau essayer, il ne pouvait pas s’empêcher de bander. Même la sensation des seins de sa fille l’excitait.

Lorsque les filles furent fatiguées, elles sortirent de la piscine et décidèrent de s’allonger sur la chaise longue à deux places qu’elles avaient près de la piscine. Lorsque les filles sont sorties de la piscine, c’est la première fois qu’il a aperçu les fesses nues de Lucy. Ses fesses étaient exactement comme il les avait imaginées, parfaitement lisses, pleines et rondes. Parfaites pour un bel ange !

Nancy sortit également et se dirigea vers l’intérieur, annonçant qu’elle allait préparer des sandwiches. Lorsque les filles se sont allongées, elles se sont aidées les unes les autres à appliquer la lotion solaire. Il avait l’impression d’être le plus grand des pervers en regardant les filles se passer les mains dans le dos. Il s’est abstenu de saisir sa bite, car il était certain qu’il jouirait dès qu’il se toucherait. Le moment le plus chaud a été celui où Ava a commencé à passer ses mains sur le cul de Lucy. Les filles gloussaient, sans faire attention à lui, et Nancy était occupée dans la cuisine. Il n’y avait personne pour le gronder alors qu’il fixait les filles avec toutes sortes de scénarios désagréables qui lui passaient par la tête.

La plus grande surprise vint lorsque Nancy annonça que le déjeuner était prêt. Elle apporta tout ce qu’il fallait et l’installa sur une table sous l’abri du patio. Les deux filles se sont levées et se sont dirigées vers la table sans prendre la peine de s’habiller. C’est exactement ce que Paul voulait voir depuis longtemps. Son rêve devenait enfin réalité.

Pour Paul, tout se déroule comme dans un film. Tout semble ralentir au fur et à mesure que les filles passent. Il ne se concentre que sur Lucy qui lui fait un signe de la main en se mordant la lèvre inférieure. Elle était magnifique. Sa chatte est gonflée et chauve, sa fente est bien fermée. Dans son imagination lubrique, c’était la preuve que la jeune amie de sa fille, l’objet de son obsession, sa Lolita, était pure. Il se rendit à peine compte que les deux filles avaient dit “Bye, dad” simultanément.

“Attendez ! Tu viens de l’appeler ‘papa’. Oh mon dieu, tu es si drôle ! !!” s’exclama Ava, avant qu’elles ne partent toutes les deux en riant. Le bruit de leurs éclats de rire ramène Paul à la réalité. Ava était manifestement à l’aise lorsqu’elle était nue en présence de ses deux parents, mais Lucy avait remarqué la façon dont Paul la regardait et l’avait adorée. Il y avait du désir dans ses yeux pour elle et elle se sentait excitée.

Ils ont tous décidé d’être paresseux et ont passé le reste de la journée dans et hors de la piscine. Paul a même fini par faire griller le dîner alors qu’il appréciait que Lucy se promène nue. À plusieurs reprises, pour une raison ou une autre, Ava et Nancy étaient à l’intérieur de la maison, en train de faire telle ou telle chose. À plusieurs reprises, Lucy s’est approchée de Paul pour lui demander s’il aimait son apparence, cherchant ainsi à obtenir sa validation. Leur relation était devenue plus que celle d’un père et d’une fille et elle était excitée à l’idée d’être complètement nue en sa présence, cherchant désespérément à obtenir son approbation.

“Est-ce que je suis jolie, papa ?”

“Tu es magnifique, ma chérie.”

Ces quatre petits mots ont illuminé sa journée. Elle aimait que son père soit heureux de la voir complètement nue.

À un autre moment de la soirée, même Nancy a fait un commentaire sur les filles qui se promenaient complètement nues, plus particulièrement à l’égard de Lucy. Elle n’était pas sûre de ce qu’il pensait de Lucy qui se promenait nue, sans savoir ce qui s’était passé entre elles pendant qu’elle et sa fille dormaient.

“On dirait que notre fille initie sa petite amie à notre mode de vie nudiste. Lucy a l’air d’apprécier. Cela ne vous dérange pas, n’est-ce pas ?”

“Je pense qu’elle se débrouillera très bien”, lui répond-il. Dans son esprit, il pensait à mettre la main sur Lucy la prochaine fois qu’ils se retrouveraient seuls et se demandait jusqu’où elle le laisserait aller.

Plus tard dans la soirée, Paul était assis tout seul dans le salon. Ils avaient eu une longue journée à la piscine et les filles, y compris Nancy, s’étaient couchées tôt. Il pensait avoir le rez-de-chaussée pour lui tout seul, ne s’attendant pas à ce que Lucy le rejoigne ce soir-là. Il s’empara rapidement d’un peignoir et noua lâchement la corde autour de sa taille. Il descendit les escaliers et se retrouva seul. Après avoir tapé son code secret, il s’est allongé et s’est préparé à regarder du porno.

Le film commençait à peine qu’il vit Lucy descendre. Après avoir couru et nagé toute la journée, il ne s’attendait pas à la voir. Cependant, après la tournure des événements du début de la journée, il était impossible qu’elle ne se force pas à rester debout pour être avec son papa. Lucy eut un grand sourire en le voyant. Elle était excitée par la façon dont son papa secret la regardait avec lubricité.

“Bonjour papa”, dit-elle en se plaçant devant lui. Ils étaient enfin seuls et elle était si séduisante dans la culotte rouge sexy qu’il avait commandée pour elle. Elle lui allait très bien, et son petit cul serré était très joli !

Elle sentait sa chatte devenir humide en l’entendant l’appeler “sexy”.

Lucy avait développé une forte attirance pour M. Robinson – il était à la fois son papa secret, mais elle aimait aussi la façon dont il la touchait ; plus particulièrement quand il la faisait jouir en jouant avec ses nichons. Il y avait quelque chose dans la façon dont il la regardait qui lui donnait des papillons. À ce stade, elle s’était donnée à lui et avait décidé de faire tout ce qu’il lui demanderait.

Elle se tenait maintenant devant lui, vêtue seulement d’une culotte rouge, sachant que quelques heures auparavant, il l’avait vue complètement nue. Elle s’était sentie timide avant de quitter la chambre d’Ava et avait mis sa culotte avant de passer la porte. À la façon dont Paul l’avait regardée pendant leur séjour dans la piscine, Lucy s’était sentie aimée et désirée. Elle a essayé de monter sur ses genoux, mais il l’a arrêtée. Elle était confuse et lui jeta un regard perplexe, se demandant si elle avait fait quelque chose de mal. La rejetait-il une fois de plus ?

“Qu’est-ce qui ne va pas, papa ?” bégaya-t-elle.

“Rien, princesse. Rien, princesse. Je veux juste te regarder attentivement. Tu as l’air d’un ange.”

Un grand sourire se dessine sur son visage.

“Tu peux me rendre un service ?”

“Uh, huh.”

“Je veux que tu te retournes lentement et que tu montres à papa ton beau corps sexy. Tu peux faire ça pour moi ?”

“Oh ! Euh, d’accord…………Comme ça ?” demande-t-elle en commençant à se retourner lentement.

“Attendez !”

“Qu’est-ce qui ne va pas ?”

“Tu étais si sexy quand Ava et toi couriez et nagiez sans vêtements. Peux-tu faire la même chose pour moi ? Peux-tu enlever ta culotte ?”

“Oui, papa. Je peux le faire pour toi”, répond-elle, mais elle hésite un instant avant d’enfoncer ses mains dans les côtés de sa culotte et de commencer à la pousser vers le bas. Elle se sentait nerveuse, mais excitée. Soudain, il l’arrêta à nouveau.

“Attends !”

“Oui, papa ?”

“Tu me permets de faire ça pour toi ?” La bite de Paul était aussi dure qu’elle ne l’avait jamais été, formant une tente sous son peignoir, ce qui était tout à fait évident pour Lucy.

Elle ne lui a pas répondu, elle s’est juste rapprochée de lui et lui a souri alors qu’il tendait la main et attrapait sa culotte. Alors qu’il l’abaissait lentement, la respiration de Lucy et de Paul s’accéléra. Sa chatte était trempée et elle pouvait sentir à quel point il avait envie d’elle. Ses mains tremblaient et son cœur battait à un million de pulsations par minute tandis qu’il faisait glisser sa culotte sur ses fesses et le long de ses jambes.

Il sursauta au moment où il aperçut sa chatte. Elle était là, la même chatte lisse qu’il avait admirée plus tôt, apparaissant au fur et à mesure que sa culotte était baissée. En moins d’une minute, elle était là, devant Paul, en pleine exposition. Il pouvait enfin l’apprécier de près, aimant tout ce qu’elle représentait.

“Bébé, maintenant tu peux te retourner pour me montrer à quel point tu es belle”. Il y avait quelque chose d’excitant dans la façon dont il la regardait, elle se sentait frissonner entre ses jambes. Elle avait déjà ressenti cela lorsqu’elle l’avait surpris en train de la regarder, mais ce soir, elle était encore plus excitée à l’idée de se montrer à son père.

Tout au long de la soirée, elle l’a regardé avec un beau sourire innocent sur le visage, en se retournant plusieurs fois pour s’assurer que papa puisse bien la voir. Elle avait l’air d’une petite strip-teaseuse sexy qui se tenait là alors qu’il la regardait fixement.

“Putain, tu es magnifique ! Viens ici, assieds-toi avec moi.” Sa bite était dure et il aimait la sentir se frotter contre elle alors qu’elle s’asseyait sur ses genoux, la tête appuyée sur sa poitrine. Elle était au comble de l’extase. Elle sentait son excitation lui piquer les fesses et savait qu’elle l’avait vraiment excité. Après tout, c’était son père et elle voulait être une bonne fille pour lui.

Elle est restée assise un moment. Paul a appuyé sur “play” et ils ont commencé à regarder un film sur une jeune fille qui passait du bon temps avec son père. C’était quelque chose de nouveau pour eux aussi. Les autres fois, il s’agissait toujours d’une émission de télévision, mais jamais d’un film pornographique. Cependant, l’inceste était récemment devenu le genre préféré de Paul, pour des raisons évidentes. Il avait visionné ce film à l’adresse ***********, sans s’attendre à ce que Lucy le rejoigne.

Il s’était passé beaucoup de choses plus tôt dans la journée avec sa fille secrète. Plus important encore, il avait enfin eu l’occasion de la voir complètement nue et elle était plus belle qu’il n’aurait jamais pu l’imaginer. Pour lui, tout en elle était parfait, de son sourire à ses seins et jusqu’à sa chatte et ses fesses lisses.

Ses mains tremblaient tandis qu’il passait ses mains sur son corps lisse. Une main caressait son bras tandis que l’autre travaillait sur ses jambes douces. C’était le moment préféré de Lucy lors de ses visites, mais ce soir, c’était encore plus spécial. Elle était assise sur ses genoux, nue pour la première fois, et sentait sa chatte devenir très humide.

Le film et les mains de Paul l’avaient excitée. Le père et la fille à l’écran commençaient à s’embrasser en passant ses mains sur elle et Paul faisait de même avec elle. Pendant que Lucy regardait le film, Paul a commencé à lui donner de légers baisers dans le cou, dont il savait qu’elle raffolait, et il a continué à faire courir ses mains le long de ses jambes.

À un moment du film, le père et la fille se retrouvent seuls dans le salon, la fille assise sur les genoux du père. Il passe la main sous sa jupe et commence à frotter sa chatte. C’est aussi à ce moment-là que Lucy a senti pour la première fois les doigts de Paul remonter le long de sa fente. Elle sursaute à l’idée d’être touchée pour la première fois, mais n’ose pas repousser la main. Elle ne l’avait pas encore réalisé, mais elle commençait à apprécier d’être utilisée par Paul. Elle était heureuse de savoir qu’elle le rendait heureux.

“J’aime quand tu me fais ça, père. J’aime quand tu me fais ça, papa, je me sens si spéciale”, dit la fille dans le film. Aussi bizarre que cela puisse paraître, Lucy était d’accord avec elle, et elle émit un doux gémissement, faisant savoir à Paul qu’il était sur la bonne voie. Il a continué à faire courir son doigt le long de sa fente, sentant sa respiration s’accélérer de plus en plus.

Il a mis le film en pause et lui a dit de s’allonger. Les fesses sur ses genoux, elle posa sa tête sur l’accoudoir et étendit ses jambes sur le canapé. Ses mains se posèrent à nouveau sur ses jambes et il commença à la caresser. Ses caresses devinrent de plus en plus longues, jusqu’à ce que ses doigts soient de nouveau sur sa chatte humide. Il entendit Lucy respirer profondément avant de pousser un autre gémissement. Pour elle, c’était tellement plus agréable que les quelques fois où elle avait essayé elle-même. Ses gémissements lui dirent qu’il devait continuer.

Alors qu’il caressait son doigt de haut en bas, elle commença à trembler et à respirer difficilement. L’amour qu’elle éprouvait pour son père ne faisait que croître au fur et à mesure qu’il continuait à la molester. Elle le regardait avec un regard d’amour et d’admiration et essayait de lui dire quelque chose. Tout se passait si vite. Elle se sentait frénétique, mais elle avait besoin de le remercier pour ce qu’il lui faisait. Elle ne s’était jamais sentie aussi aimée et cela devenait de plus en plus intense.

Lorsqu’elle ouvrit la bouche, elle eut du mal à parler. Il la regarda et sut qu’elle était sur le point de jouir. Ses lèvres pulpeuses et sexy étaient en forme de O tandis qu’il jouait avec son clitoris. L’intensité devenait de plus en plus forte. Elle était au bord du gouffre. C’était le moment qu’il attendait.

Il inséra son doigt dans sa chatte et elle jouit intensément, un orgasme explosant dans tout son corps au moment où elle sentit un doigt pénétrer pour la première fois dans sa chatte chaude et serrée. Elle a commencé à pousser ses hanches, essayant désespérément de faire pénétrer plus de son doigt dans sa chatte chaude et humide. Il pouvait sentir sa chaleur tandis que sa chatte se contractait autour de son doigt, essayant de le maintenir en place. Il retira lentement son doigt avant de l’enfoncer à nouveau. Comme elle continuait à trembler et à crier, il a commencé à l’enculer de plus en plus vite. Elle s’est rapidement couvert la bouche avec ses deux mains, de peur de réveiller Ava ou sa mère.

Au bout de quelques minutes, Paul a eu pitié d’elle et a retiré son doigt de sa petite chatte serrée, lui permettant ainsi de reprendre son souffle. Lucy resta allongée sur ses genoux avec de l’amour dans les yeux, le regardant, se demandant ce qu’il venait de lui faire. Elle avait l’impression que tout son corps avait été vidé de son énergie et elle adorait ça. Elle s’était souvent amusée seule à la maison, mais elle n’avait jamais connu d’orgasme aussi puissant que celui qui venait de parcourir son corps.

Il dit à Lucy qu’ils avaient eu assez de plaisir pour la nuit et qu’il était temps pour elle d’aller se coucher, l’assurant qu’ils continueraient leur plaisir le samedi suivant. Elle s’est levée avec un grand sourire et l’a embrassé avant de lui souhaiter une bonne nuit et de s’éloigner, Paul fixant son cul serré.

Dès qu’il l’a entendue fermer la porte de la chambre, Paul a sorti sa bite et la caresse furieusement tandis qu’il suce le doux nectar de Lucy avec le même doigt qui était dans la chatte de Lucy. Il ne pouvait pas se retenir. Elle l’avait pratiquement supplié de la toucher, comment pouvait-il refuser ? Son excitation était à son comble et il jouit en un temps record.

Il s’endormit ce soir-là en se remémorant ce qui s’était passé avec son petit ange, se demandant ce que lui réservait le samedi suivant. Il savait exactement ce qu’il voulait, mais ne savait pas jusqu’où il irait. Est-il prêt à lui donner ce qu’il sait qu’elle veut ?

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings