Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe

Histoire érotique Un jeune entrepreneur découvre que sa nouvelle entreprise offre des avantages inattendus

Histoire érotique Un jeune entrepreneur découvre que sa nouvelle entreprise offre des avantages inattendus
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire érotique Max était un bel enfant, il l’a toujours été. Grand, mince, un corps d’athlète. Des cheveux bruns bien taillés, un beau visage ciselé avec un menton fort et des pommettes hautes. Et juste assez de muscles et de tonus pour avoir l’air en forme et fort, mais pas comme s’il était gonflé d’une tonne d’air chaud comme la plupart des gros bras. Les filles étaient attirées par lui non seulement parce qu’il était séduisant, mais aussi parce qu’il était intelligent, sympathique, amical et terre-à-terre. Avec son physique et sa personnalité, il avait les moyens d’aller loin, et la plupart des gens pensaient qu’il irait loin.

Mais Max n’allait nulle part, et il le savait. Il avait fait quatre ans d’université, mais n’était pas près d’obtenir un diplôme. Il avait changé deux fois de matière principale et, bien que ses notes soient bonnes, il ne mettait pas le feu aux poudres. Il avait commencé par étudier l’ingénierie, mais cela n’avait duré que trois semestres. C’était trop dur et il avait du mal à suivre. Il s’est donc tourné vers la géographie, puis, un an plus tard, vers le commerce. Il s’est acquitté de la charge de travail sans problème, mais il a trouvé tout cela plutôt ennuyeux. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’était pas motivé.

Max a grandi dans une famille en pleine ascension, qui est passée de la classe ouvrière à la classe moyenne au cours de son enfance. Sa mère travaillait pour une chaîne de magasins d’alimentation et son père était mécanicien automobile. Son père était très doué, il travaillait dur et économisait. Il a fini par ouvrir son propre atelier et a employé quatre autres mécaniciens. Max a fait sa part, a travaillé dans l’atelier pendant toute la durée de ses études secondaires et a fait preuve d’autant de talent que son père : il pouvait réparer à peu près n’importe quoi. Mais son père voulait plus pour son fils que de travailler dans un garage. Il insiste pour que son fils reçoive une éducation. C’est ainsi qu’il est allé à l’université.

Pendant quatre ans, Max s’est traîné à l’université, obtenant des notes médiocres, faisant la fête, allant aux matchs, courant les filles. Et dès que le semestre de printemps était terminé, il se rendait directement à la plage, où il travaillait dur et jouait dur tout l’été. Il aimait tout de la plage : la natation, le surf, les vagues, le paysage, le sable entre les orteils, les hordes de filles en bikini, les bars, les vibrations. Et c’est à la plage, pendant l’été qui suit sa quatrième année à l’université, qu’il a une révélation qui va assurer son avenir et changer sa vie.

Il louait un appartement avec trois autres colocataires, comme il le faisait chaque été. Il s’agissait d’un vieux complexe situé dans la partie la plus ancienne de la ville, sur l’île-barrière, qui avait connu des jours meilleurs. Soudain, un jeudi, le réfrigérateur les a lâchés. Le réfrigérateur ne refroidissait pas, le congélateur ne congelait pas. Pour quatre étudiants, c’était une catastrophe qui se préparait. Des aliments aigres, de la bière chaude, pas de glace ? À l’approche d’un week-end ? C’était inacceptable.

Max a appelé le bureau et la gérante a dit qu’elle enverrait quelqu’un pour réparer le problème. Personne n’est venu et personne ne l’a rappelé. Il a rappelé le bureau le vendredi et on lui a dit qu’elle y travaillait. Le week-end s’est déroulé sans glace, avec de la nourriture avariée et de la bière tiède. Le lundi, il a rappelé le bureau et a été mis en attente. Il a attendu, prêt à dire ce qu’il pensait à la directrice lorsqu’elle a pris la ligne. Mais il n’a pas eu à s’énerver, car elle était déjà plus furieuse qu’une poule mouillée. Elle s’est mise à fulminer en se plaignant de toutes les personnes paresseuses et incompétentes qu’elle avait appelées, de tous les messages qu’elle avait laissés, de toutes les personnes qui étaient soit en vacances, soit trop occupées, soit dont le camion était au garage, soit qui n’étaient plus en activité, soit de toutes les autres excuses bidons qu’elles avaient, et elle était sur le point de s’arracher les cheveux. Comment puis-je gérer une communauté de copropriétaires si je n’arrive pas à trouver des gens pour faire le travail nécessaire ? s’est-elle dit. C’est alors qu’elle a prononcé les mots qui allaient changer la vie de Max. Elle a dit : “Je jure devant Dieu que quelqu’un pourrait faire fortune dans cette ville s’il se lançait dans la réparation d’appareils électroménagers et se contentait de répondre au téléphone, de rappeler les gens et de se présenter !”

Bingo ! pensa Max. C’est ce que je vais faire.

Tout d’un coup, le déclic s’est produit. Tout s’explique maintenant. Il savait maintenant comment il pourrait vivre à la plage, profiter du style de vie et gagner correctement sa vie. Il possède sa propre entreprise d’entretien et de réparation d’appareils électroménagers. Il y avait des centaines de complexes immobiliers sur la plage, des grands, des petits, des kilomètres. Plus des milliers de maisons et d’hôtels. Et tous étaient équipés d’appareils électroménagers. Des lave-linge, des sèche-linge, des lave-vaisselle, des cuisinières, des réfrigérateurs, des fours, des milliers d’appareils, de tous les modèles et de toutes les marques. En un clin d’œil, Max est motivé. Il avait de l’argent de côté. Il avait soudain un plan.

Il a fait ses devoirs. Il a trouvé une école technique qui proposait une formation de base en réparation d’appareils électroménagers d’une durée de trois mois. La formation devait commencer dans un mois environ, dans une ville située à 300 km de là. Il s’est inscrit, a déménagé et s’est loué une chambre bon marché. Il réussit le cours et, à la fin de l’automne, l’école l’a placé dans une entreprise locale. Son plan était de travailler quelques mois dans cette entreprise, d’apprendre sur le tas, d’économiser de l’argent, puis d’aller à la plage, de trouver un endroit où vivre et d’ouvrir une entreprise.

C’était plus facile qu’il ne le pensait. Il avait toujours été doué pour réparer les choses, et il étudiait rapidement. Il voyait toujours les mêmes problèmes et apprenait à les diagnostiquer et à les réparer rapidement et efficacement. Souvent, il savait ce qu’il fallait réparer avant même d’arriver sur place, simplement en se basant sur la description du problème faite par le client.

En mars, il était prêt. Il a quitté son emploi, s’est rendu à la plage et a loué un petit bungalow sur l’île. Il s’agit d’une petite maison de deux chambres avec un garage d’une voiture ; le garage sera son atelier jusqu’à ce qu’il devienne trop grand. Il s’est procuré un deuxième téléphone portable pour son entreprise, a fait peindre son camion, a fait imprimer des cartes de visite et des prospectus. Il a passé des journées entières à parcourir l’autoroute de la plage, s’arrêtant dans chaque bureau d’hôtel, de copropriété, de lotissement, de courtier immobilier et de société de gestion immobilière qu’il pouvait trouver, discutant avec les gens, déposant ses informations, se vendant.

Maximum réparation et services

Un service rapide, professionnel et personnalisé

Le nom de l’entreprise allait de soi. Mais il n’avait jamais imaginé tous les services qu’il finirait par fournir, en particulier sur le plan personnel. Le fait d’être un jeune entrepreneur séduisant lui apporterait des avantages dont il n’avait jamais rêvé.

—-

Les deux premiers mois ont été plutôt lents, mais Max a vu son activité se développer progressivement et, au moment où la saison estivale a démarré, il a commencé à travailler régulièrement et à être rappelé par quelques gérants de copropriété. Il payait ses factures et profitait de la vie. Il pouvait surfer le matin, passer ses appels et avait généralement fini à temps pour assister à l’happy hour dans l’un de ses repaires locaux.

Max aimait son travail, mais il y avait un avantage inattendu qui le rendait encore plus agréable : La grande majorité de ses clients étaient des femmes. Peut-être quatre-vingt ou quatre-vingt-dix pour cent, selon lui, des femmes de tous âges. Certaines étaient sexy, d’autres non, mais la plupart s’habillaient légèrement pour la plage. Au début, comme son entreprise était nouvelle et qu’elle fonctionnait avec un budget restreint, beaucoup de réparations nécessitaient deux visites parce qu’il n’avait pas les pièces en stock dans son petit garage et qu’il devait les commander. Au cours de ces deux visites, il arrive souvent que l’on se sente à l’aise et que l’on établisse un certain rapport. On peut flirter un peu. Ou plus. En tant que jeune et bel homme, Max se voyait parfois offrir des opportunités qui dépassaient largement le cadre de son travail. Les appareils qu’il entretenait nécessitaient toujours les mêmes pièces et réparations, mais les femmes étaient très différentes. Il a découvert que lorsque les gens se rendent à la plage, que ce soit pour un week-end ou pour des vacances, ils se lâchent, se laissent aller et font des choses qu’ils ne feraient jamais chez eux. Il y avait beaucoup de femmes audacieuses et excitées à la plage.

Au début, il a essayé d’être professionnel, strictement professionnel. Mais parfois, c’était difficile. Et plus c’était difficile, plus il était difficile. Il n’était pas facile de se concentrer sur le remplacement d’un ventilateur de condenseur lorsqu’une nana au corps sexy et au bikini humide se tenait dans la cuisine et le regardait, les seins à l’air et le bas du bikini collé à son cameltoe. Après quelques mois, les affaires marchaient bien, Max était occupé, gagnait de l’argent, devenait plus confiant et plus à l’aise dans sa nouvelle profession. Ce n’était qu’une question de temps avant qu’il ne cède à la tentation.

La première a été Gail. Elle avait une trentaine d’années, une jolie blonde en ville pour un long week-end avec son mari et un autre couple. La machine à glaçons ne faisait pas de glace. Max est venu rapidement, il n’était qu’à trois pâtés de maisons lorsqu’il a pris l’appel. Elle avait un corps à tuer et un maillot de bain noir fin comme du papier moulé sur sa peau dorée. L’air était chargé de sous-entendus, leurs flirts électriques, malgré le fait que son mari et l’autre couple étaient sur la terrasse en train de siroter des boissons. Lorsqu’il est revenu le lendemain après-midi pour terminer les réparations, les hommes étaient sur un terrain de golf et l’autre femme était au bord de la piscine. Max s’est fait tailler une pipe debout, puis l’a baisée contre le dossier du canapé. Il ne l’a jamais revue.

Quelques semaines plus tard, Patty a appelé. Le lave-vaisselle ne fonctionnait pas et il y avait plusieurs centimètres d’eau stagnante dedans. Elle avait la quarantaine, des cheveux noirs courts, elle était mince et sexy, avec un diamant de trois quarts de carat et un anneau d’or à l’annulaire gauche. Elle séjournait dans l’unité avec une amie, une escapade entre femmes, mais l’amie était sortie. C’était en fin d’après-midi, le dernier appel de Max pour la journée. Pendant qu’il s’occupait du lave-vaisselle, Patty se tenait au comptoir, vêtue d’un maillot de bain moulant, faisant tourner le mixeur pour préparer une boisson tropicale épaisse et onctueuse. C’est l’heure de l’apéritif. Elle a demandé à Max s’il voulait goûter, il a dit “Et puis zut”. C’était une concoction de rhum fruité et elle avait sacrément bon goût. Et elle aussi. Il l’a déshabillée pendant qu’ils s’embrassaient et a laissé tomber ses vêtements sur le sol de la cuisine. Elle l’a conduit dans la chambre à coucher où il a mangé sa chatte tout en enlevant son pantalon. Puis il a lentement fait couler le smoothie sur tout son corps, ses épaules, ses seins, son ventre, ses cuisses, et a tout léché. Elle se tortillait comme un crapaud et il l’a baisée comme s’il cherchait du pétrole. Elle criait aussi, ugh, il détestait ça, il avait peur qu’un voisin l’entende. Il s’est habillé et allait chercher sa boîte à outils dans la cuisine lorsqu’il a remarqué une fille mal fagotée, l’air énervé, assise dans le salon. Il lui a dit bonjour, a reçu une grimace diabolique en retour et s’est tiré.

Ensuite, il y avait les jumeaux. Maddy était la bonne jumelle, Morgan la mauvaise, mais Max ne pouvait pas les différencier. Des vêtements mouillés pendaient dans tout l’appartement parce que le sèche-linge ne fonctionnait pas. La bouche d’aération semblait n’avoir jamais été nettoyée. Max a fait de son mieux pour le nettoyer, puis l’a testé, et tout s’est bien passé. Il expliquait aux filles qu’elles devaient nettoyer le filtre avant de mettre le sèche-linge en marche parce qu’il y avait un risque d’incendie, quand la mauvaise jumelle lui a dit qu’il avait un beau cul. La bonne jumelle lui a dit de se taire. Max a dit merci, il aimait aussi son cul. Elle lui a demandé s’il en voulait un morceau, sa sœur lui a dit d’arrêter. Mais elle ne l’a pas fait. Elle a pris les choses en main et les a entraînés, lui et sa sœur, dans la chambre à coucher, et le bon jumeau a suivi le mouvement. Max a fini par se les faire toutes les deux. Quand il est sorti de là, Max pouvait les distinguer intimement, mais pas au premier coup d’œil. Morgan était bruyante et coquine au lit, Maddy était douce et tendre. Et chacune avait le nom de sa sœur tatoué sur son cul.

Il y avait Tiffany, une bimbo gothique de dix-huit ans. Cheveux noirs, maillot de bain noir, vernis noir sur les vingt ongles. Elle était assise sur le comptoir de la cuisine et l’observait pendant qu’il travaillait. Elle était hideuse, couverte de maquillage, de tatouages, de piercings et de clous, mais Max ne pouvait s’empêcher de la regarder furtivement, elle avait quelque chose d’incroyablement sexy et de terreux. Et ses yeux étaient comme deux néons de mille watts, l’un bleu, l’autre noisette. Il l’a baisée là, assise sur le comptoir.

Jenny était une femme mince et vigoureuse de soixante ans, la riche épouse d’un riche concessionnaire automobile. Son mari travaillait en ville tandis qu’elle passait ses vacances à la plage. Elle avait l’air en pleine forme, pensa Max, botoxée au maximum et avec de faux seins. Elle possédait une maison au bord de l’océan, meublée et décorée de manière extravagante, qui valait une fortune. J’apprécie parfois la compagnie d’un jeune amant lorsque mon mari est en ville”, lui avait-elle dit la première fois qu’elle l’avait emmené au lit. Pour elle, les préliminaires et les baisers étaient minimes, elle avait juste besoin d’être baisée. La première fois s’est bien passée, mais la seconde s’est avérée être la dernière, car son mari les a surpris en plein coït en se présentant un jour plus tôt que prévu. Heureusement, Jenny a entendu la porte du garage s’ouvrir et Max s’est glissé à l’arrière, à moitié nu, en emportant la plupart de ses vêtements.

Kalisha était la première fille noire de Max. Les brûleurs de sa cuisinière ne chauffaient pas, mais elle, oui. Elle était grande, peut-être un mètre soixante-dix, avec un corps de sprinteuse. La cuisinière était une de ces vieilles cuisinières électriques à serpentin qui ont fait leurs preuves. En fait, les éléments n’étaient pas mauvais, mais certains d’entre eux étaient corrodés et n’étaient pas insérés jusqu’au bout dans le réceptacle pour assurer une connexion propre. Il les a nettoyés et les a branchés, et ils ont bien fonctionné. Max lui a montré le problème et elle lui a dit avec un clin d’œil : “Alors, il suffit de l’enfoncer jusqu’au bout, c’est ça ? Ils se sont souri, ont apprécié le moment, sachant tous les deux où cela allait les mener. Bientôt, ils s’embrassent, s’enlacent, puis se frottent l’un à l’autre. Elle lui a demandé de lui rendre un service, il a dit bien sûr, et quoi ? ‘Sors-moi mon butt plug’, a-t-elle dit. Il l’a fait et a été surpris par la longueur de l’objet, 10 cm environ. Il l’a mis dans sa bouche et elle l’a sucé pendant qu’il l’enculait.

Jaime était une fille mignonne et coquette avec un corps mince, des seins fermes et de longs cheveux bruns avec une frange encadrant son visage. Elle portait une robe de soleil décolletée qui mettait ses seins en valeur. Elle avait aussi de belles jambes, mais elle avait l’air fatiguée, comme si elle avait fait la fête toute la nuit et passé la journée sur la plage à essayer de récupérer. Elle a dit qu’elle était coiffeuse. Il a réglé la minuterie de sa machine à laver et, comme c’était la fin de la journée, ils se sont détendus, elle leur a préparé des boissons. Très vite, ils se sont embrassés, c’était bon. Elle lui a fait une fellation, c’était encore mieux. Il l’a embrassée à nouveau et a atteint son entrejambe. Elle s’est débattue plusieurs fois, puis il a glissé sa main entre ses jambes, l’a palpée, mais son sexe n’était pas ce à quoi il s’attendait. Elle avait une bite, et elle était dure, aussi grosse que la sienne. Elle a essayé de l’embrasser à nouveau, lui a dit qu’elle était désolée, qu’elle avait voulu le préparer, lui a dit non, s’il vous plaît, ne partez pas, elle voulait qu’il la baise. Il s’est tiré de là dans une seconde new-yorkaise.

Max savait qu’il devait arrêter cette merde. Ça devenait incontrôlable, trop bizarre. Il savait depuis le début que les clientes avec lesquelles il avait eu des rapports sexuels ou de brèves rencontres n’étaient pas en ville pour longtemps, alors il ne s’inquiétait pas des attaches ou des longues liaisons. Mais il ne voulait pas pousser le bouchon trop loin et finir par être traqué par un cinglé de l’attraction fatale. C’est alors qu’il reçoit un appel pour venir réparer un congélateur dans un luxueux appartement au bord de la mer. C’est là qu’il a rencontré Alexandra, et tout a changé.

Alexandra n’était pas une folle, loin de là. C’était une étudiante charmante et sexy, à la plage pour l’été. Elle avait vingt ans, était chaude comme un pistolet et fraîche comme un concombre. Elle avait des cheveux blonds comme la plage, un grand sourire, un sens de l’humour exubérant, des seins et des fesses qui attireraient les regards admiratifs de n’importe qui, quel que soit son sexe. Elle portait un maillot de bain léopard sans attache lorsque Max s’est présenté pour entretenir le congélateur sans givre qui était recouvert d’une couche de glace d’un demi-pouce. Elle était seule dans l’appartement, amicale et bavarde. Pendant que Max dégelait la glace du congélateur, ils ont parlé, ils ont ri, leur conversation s’est déroulée facilement et a brisé la glace qui les séparait. Max était déjà sous le charme.

Il lui a dit que le ventilateur était défectueux. Il a pris le téléphone devant elle, a commandé la pièce et lui a dit qu’il reviendrait le lendemain pour terminer le travail. Il l’aimait bien. Il a jeté un coup d’œil à sa montre. Il était presque cinq heures. Il s’est interrogé. Dois-je me lancer ? Faut-il attendre ?

“Allons boire un verre”, dit-il. Il n’a pas demandé, il a supposé.

“Bien sûr”, dit-elle. “Laissez-moi me changer.”

—-

Elle s’est changée, d’accord. Elle est revenue dix minutes plus tard, vêtue d’un débardeur dos nu, d’une culotte de jean plâtrée et de sandales. Ses jambes bronzées et toniques étaient lisses comme de la mélasse et les ongles de ses doigts et de ses orteils étaient polis d’un brun brillant, assorti à ses yeux. Elle s’est aussi aspergée de quelque chose de léger et de fruité. Une petite bouffée et Max était prêt à la croquer sur-le-champ.

“Tu es fabuleuse ! dit Max. “Et tu sens encore mieux.

Alexandra le remercia en rougissant timidement.

Il la conduisit jusqu’à son camion. Elle s’installa du côté passager et le regarda enlever son polo Maximal Appliance Repair et enfiler un seersucker à manches courtes qu’il avait dans le camion. Alexandra a admiré le corps de Max pendant le court instant entre les deux chemises : Ses épaules larges, son torse effilé, sa poitrine musclée et ses abdominaux. Son imagination s’est emparée du reste du corps.

Max les a conduits dans un bar de la baie, où l’happy hour battait son plein. Un claviériste, avec tout un groupe dans l’ordinateur portable à côté de lui, jouait du reggae et les fêtards faisaient la fête. Ils s’installent sur deux tabourets au bout de la balustrade qui surplombe la baie. Une serveuse prit rapidement leur commande pour un pichet à moitié prix et leur laissa un menu au cas où ils voudraient manger. En jetant un coup d’œil sur le pont, Max remarqua que les gars étaient déjà en train d’observer Alexandra. Les requins de terre étaient en pleine action.

Ils sont restés assis pendant près de deux heures, parlant de tout et de rien, de musique, de films, d’université, de travail, et la conversation ne s’est jamais interrompue. Il a appris que Alexandra allait à l’université à Washington D.C., qu’elle se spécialisait dans l’éducation et qu’elle avait un emploi d’été au centre des congrès. Il a appris que sa mère était divorcée de son père et qu’elle avait sa propre entreprise prospère de négociation de demandes de remboursement de frais médicaux. Sa mère passait la plupart de son temps au téléphone et à l’ordinateur, communiquant avec les médecins, les hôpitaux et les compagnies d’assurance, aidant les patients à réduire leurs factures médicales et à élaborer des plans de paiement. Comme elles aimaient toutes les deux la plage et que maman pouvait travailler de n’importe où, elle avait vendu la maison en ville et acheté l’appartement à la plage deux ans plus tôt.

Il l’a ramenée à son appartement, mais ils n’étaient pas prêts à se dire au revoir. Ils ont marché sur la plage pendant plus d’un kilomètre, continuant leur conversation à bâtons rompus. Sur le chemin du retour, dans l’obscurité, ils se tenaient la main. De retour au complexe, ils se sont assis sur une dune et se sont rapidement embrassés. Max savait déjà qu’il avait envie d’elle, mais il ne voulait pas aller trop vite ni s’emballer.

“Je ferais mieux de te ramener à la maison”, dit-il, presque à bout de souffle. “Avant de faire quelque chose de stupide et de tout gâcher.”

“Quelque chose de stupide comme quoi ?” demanda Alexandra.

Max sentit de la déception dans sa voix, un bon signe, pensa-t-il. “Comme aller trop vite, forcer les choses. Cette nuit avec toi a été merveilleuse, Alexandra. Je ne veux pas tout gâcher.”

“Tu ne le feras pas.”

“Veux-tu dîner avec moi demain soir ? Comme un vrai premier rendez-vous ? Je veux te servir un vin et un dîner. Même si je n’aime pas le vin.”

Alexandra s’esclaffe. “Bien sûr, j’en serais ravie. Demain, c’est bien, parce que je dois travailler tout le week-end. Il y a un salon de l’automobile qui dure trois jours et je vais devoir faire de longues heures.”

“Parfait”, dit-il. Il l’a raccompagnée jusqu’à la porte et ils se sont embrassés longuement avant qu’elle n’entre. Max a eu une grosse érection pendant le trajet de retour.

—-

Le lendemain, Max a réparé le congélateur de Alexandra dans l’après-midi, puis après avoir passé le reste de ses appels, il est rentré chez lui pour se doucher de la saleté de la journée. Il s’est rendu propre, a senti bon et s’est habillé simplement pour un rendez-vous à la plage, avec un short gris, une chemise en batik avec des palmiers, et des chaussures de bateau. Lorsqu’il vint la chercher à six heures et demie, elle l’attendait, assise devant la porte, sur le petit porche. Elle s’est levée lorsqu’elle l’a vu arriver. Elle était fabuleuse, fraîche comme une marguerite et chaude comme une plaque de cuisson. Ses cheveux blonds étaient relevés et se fondaient dans sa robe de soleil couleur chamois, un contraste sexy avec sa peau bronzée. Elle n’avait pas de soutien-gorge et ses tétons formaient des ondulations dans le tissu de coton léger lorsqu’elle bougeait. Elle n’avait pas de sac à main ni quoi que ce soit d’autre, elle voyageait léger. Elle a sauté dans le camion et l’a embrassé sur la bouche dès le début.

“Où m’emmènes-tu, Big Boy ? demanda-t-elle.

“Je pensais qu’on pourrait manger des fruits de mer”, a-t-il dit. “Je connais un petit endroit sympa à quelques kilomètres de la côte. Ce n’est pas très chic, mais la nourriture est excellente. Tu es d’accord ?”

Elle répond par l’affirmative.

“D’accord, alors. De la bonne nourriture, de bonnes boissons, une belle femme à mes côtés”. Il lui a serré la main. “Ça va être une nuit merveilleuse.”

“Je le pense aussi”, a dit Alexandra. Elle lui a tenu la main pendant qu’il conduisait.

“Mais je dois te prévenir de quelque chose.”

“Qu’est-ce que c’est ?”

“Les fruits de mer m’excitent”.

Elle rit. “C’est vrai ? C’est une menace ou une promesse ?”

“C’est un fait”.

Alexandra glousse à nouveau. “Ce n’est pas vrai pour tout le monde ? Les fruits de mer ne sont-ils pas un aphrodisiaque ou quelque chose comme ça ? Il me semble que j’ai déjà entendu ça.”

Max haussa les épaules. “Max haussa les épaules. Peut-être.”

Aucun mot n’a été prononcé pendant une minute. Puis Alexandra a pris la parole.

“Il nous faut des fruits de mer”, dit-elle.

—-

Ils ont bu un peu de vin et ont discuté, ils ont sucé des queues de homard et ont discuté, ils se sont fait des yeux doux et ont discuté. Après le dîner, ils se sont promenés sur la promenade fluviale, main dans la main le long de la côte, puis sont revenus en discutant. La nuit était tombée, ils se sont assis sur un banc sous les étoiles, et leur conversation s’est transformée en baisers, et bientôt leurs mains et leurs lèvres ont commencé à se promener, puis ils se sont retrouvés dans les affres des caresses les plus fortes que deux personnes puissent faire avec leurs vêtements. Max a glissé une main entre ses jambes et ses doigts n’ont trouvé que de la chair collante et une chatte nue. Alexandra ne portait rien sous sa robe trempée de sueur.

“Tu sais, râla Max à mi-voix, je ne veux pas aller trop loin, ni forcer quoi que ce soit, mais j’ai vraiment envie de toi. Mais j’ai vraiment envie de toi.”

Alexandra acquiesça, il l’embrassa à nouveau, longuement et profondément.

“Et quand le moment viendra, je sais que ce sera génial. “Je vais te déchirer.”

Après une longue pause, Alexandra a dit : “Je pense que tu ferais mieux de me ramener à la maison.”

Max s’est redressé, a desserré ses bras autour d’elle, l’a regardée avec des yeux pleins d’angoisse. “Pourquoi ? Quelque chose ne va pas ?”

“Non, tout va bien.”

“Non ? Alors pourquoi veux-tu rentrer chez toi ?”

“Parce que je veux que tu me déchires”, dit-elle en collant sa bouche contre la sienne et en frottant son érection pour insister.

Le trajet jusqu’à l’appartement a duré quinze minutes, et le pénis de Max est resté dur grâce aux doigts de Alexandra qui lui caressaient la jambe et lui donnaient de temps en temps un coup de brosse à bite. Une fois à l’intérieur, ils ont traversé l’entrée, sont passés devant le bureau et sont entrés dans la cuisine. Juste après la cuisine, il y avait un grand salon avec des portes-fenêtres et un balcon donnant sur la mer. Alexandra l’a entraîné dans le couloir à gauche de la cuisine où se trouvaient deux chambres à coucher partageant une salle de bain complète. Ils entrèrent dans l’une des chambres et fermèrent la porte. Le seul éclairage provenait des étoiles filtrant à travers les stores et d’une veilleuse branchée sur une prise murale. C’était parfait.

“Jolie installation”, dit Max.

“Oui, dit Alexandra. “C’est un endroit privé. La chambre de maman est de l’autre côté.”

“Alors, on n’a pas besoin d’être silencieux.” Il l’a prise dans ses bras, ils se sont embrassés à nouveau, encore une fois.

“Non. Faisons du bruit”, dit-elle en déboutonnant sa chemise.

Elle s’est reculée et a enlevé ses sandales une à une, qui ont volé à travers la pièce et se sont heurtées à la porte du placard. Puis elle fit passer sa robe par-dessus sa tête et l’enleva d’un seul coup. Elle la jeta sur une chaise et aida Max à enlever son pantalon. Ils tombèrent nus sur le lit.

Max l’entoura de ses bras, pressa chaque centimètre de sa peau nue et humide contre la sienne et lui enfonça sa bite dans l’aine. Leurs bouches s’embrassaient avec une intensité féroce, leurs doigts en vadrouille serraient des poignées de chair fumante, leurs entrejambes nues s’entrechoquaient en tandem, et la tête de sa bite fendait brièvement ses lèvres.

“Baise-moi”, siffla Alexandra dans l’oreille de Max.

“Pas encore”, dit-il.

Il ne voulait pas se précipiter, il ne voulait pas que ce soit une déception, ou une déception, ou un anticlimax. Il voulait que leur première fois soit géniale, la meilleure qu’elle ait jamais eue. Il ne savait pas combien d’amants elle avait eus, mais vu son physique, il pensait qu’elle en avait probablement eu beaucoup. Sa bite était un missile chargé d’acier, prêt à être libéré, déjà humide de sa mouille. Mais il allait se retenir et la faire attendre. Il allait embrasser et lécher chaque centimètre de son corps, l’amener au bord, au bord du gouffre, avant de l’enfoncer.

Il embrassa son cou moite, ses épaules, lécha ses seins, suça ses mamelons comme s’il s’agissait de noyaux d’olives, tout en laissant ses mains faire des heures supplémentaires autour de son corps bronzé. Il lécha son nombril, le taquinant, puis traça sa langue le long de la peau entourant sa chatte nue. Puis il descendit le long du haut de sa cuisse.

“Baise-moi !” dit-elle, plus fort cette fois.

Il lécha toute la jambe gauche jusqu’aux pieds, embrassa les chevilles, suça les orteils bruns et polis. Puis il remonta le long de l’autre jambe. Lorsqu’il glissa sa langue dans la chatte de Alexandra, son corps glissait comme une noix de beurre sur une poêle chaude.

“Baise-moi !” criait-elle presque en lui tirant les cheveux.

Max voulait manger de la chatte, mais cela devait attendre. Les doigts dans ses cheveux, elle lui a tiré la tête jusqu’à elle et lui a mis la langue dans la bouche. Il sentit sa poigne solide autour de sa bite, qui tirait. Et c’est ainsi qu’il se retrouva en elle.

“Baise-moi”, murmura-t-elle.

C’est ce qu’il fit, son aine faisant sa meilleure imitation d’un pistolet à clous. Il frappa, et elle résonna, grognant “Baise-moi, Baise-moi, Baise-moi” encore et encore, suçant sa langue, pressant son cul, répondant à ses mouvements avec les siens, poussant, pompant, leurs entrejambes s’entrechoquant, se combinant dans une collision passionnée d’amour pur et dur.

Quand ils ont joui, on aurait dit un rugissement de rhinocéros. Leurs corps ont tremblé, leurs spermes se sont mélangés et leurs grognements ont rebondi sur les murs.

Ils se sont reposés, leurs corps enchevêtrés dans la sueur. Ils se serrèrent l’un contre l’autre, soupirèrent de contentement, mais s’embrassèrent bientôt à nouveau, excités.

“Je veux descendre sur toi”, dit-il.

“Moi aussi, je veux descendre sur toi”, répondit-elle. Elle a doucement inversé son corps, et comme ça, son entrejambe était dans le visage de Max et sa bite dans sa bouche. Elle n’a pas perdu de temps pour montrer ses talents de gorge profonde.

Les fruits de mer ont fait l’affaire, pensa Max, comme s’il en avait eu besoin, et il regarda avec stupéfaction sa bite de 15 cm disparaître sans problème dans la bouche de Alexandra. La fille n’était pas étrangère à la succion de bite, c’était certain. Il respira l’odeur aigre-douce de la chatte et lécha ses entrailles savoureuses, comme une noix de coco salée. Elle gémit, la bouche pleine de bite, lorsqu’il enfonça sa langue en elle.

Il a alterné les plongées de sa bite dans sa bouche avec sa langue dans son tunnel, elle s’est mélangée sans problème à ses mouvements, et ils ont continué à pomper. Dans un chœur de gémissements et de grognements, ils firent basculer le lit, dont les ressorts sous eux s’endolorissaient sous l’effet de la force. Puis Max enroula ses lèvres autour du clito gonflé de Alexandra et le suça.

Elle a repris son souffle et a gémi comme un chat de gouttière. Puis elle lui a léché le trou du cul, l’a bien bordé et y a enfoncé son doigt. Max a failli avoir un spasme du dos quand il a senti cette secousse, mais il a gardé sa bouche sur son outil et lui a rendu la pareille. Elle a pincé son doigt avec son sphincter et s’est remise à le sucer. Les corps reprennent le rythme, chacun essayant d’aspirer l’orgasme de l’autre, mais ni l’un ni l’autre ne tiendra plus longtemps avec l’action orale et anale en cours.

Max était le premier, mais pas de beaucoup. Le coup de feu chatouilla la gorge d’Alexandra, elle s’étouffa à moitié, avala à moitié, mais cela augmenta la puissance de son désir, et elle cogna sa chatte dans sa bouche encore plus fort alors qu’il éjaculait dans son gosier. En quelques secondes, son corps se tendit, se secoua de haut en bas, et elle cria tandis que sa chatte arrosait son visage.

Après qu’ils se soient reposés un peu, Alexandra a sauté hors du lit et s’est rendue dans la salle de bain. Elle y est restée un moment, Max pouvait entendre la chasse d’eau et l’eau couler. Il ne savait pas quoi faire, voulait-elle qu’il reste ou devait-il partir ? Mais quand elle est revenue au lit, elle a été très claire.

“Je n’ai pas de brosse à dents supplémentaire”, dit-elle. “Mais tu peux utiliser la mienne. Elle est sur le comptoir près de l’évier.”

Il s’est senti bien. Il est entré nu dans la salle de bains et a fermé la porte derrière lui. Il s’est mis devant les toilettes et a pissé, en faisant de son mieux pour rester droit, ce qui n’était pas facile après que son sperme ait encombré son tube plusieurs fois. Il trouva du fil dentaire, enleva quelques morceaux de homard de ses dents, puis trouva la brosse à dents et se brossa les dents.

De retour au lit, il la prit dans ses bras, et sa tête se sentait bien nichée dans son cou. Alors qu’ils étaient allongés en silence, proches du sommeil, Max a embrassé le sommet de sa tête, puis elle s’est retournée et a embrassé ses lèvres, puis sa langue était dans sa bouche, puis sa bite est devenue dure, puis Alexandra a roulé sur lui, puis elle l’a mis en elle et ils ont recommencé à baiser. Bientôt, le lit crissait et ils gémissaient à l’unisson en se baisant l’un l’autre. Il n’a fallu que plusieurs minutes de rebondissement sur sa bite, la sentant s’enfoncer profondément en elle, poursuivant un nouveau climax, avant qu’elle ne jouisse. Elle s’est alors laissée tomber sur le matelas à côté de lui, leurs corps épuisés, et lui a dit bonne nuit.

Ils dormirent tous deux d’un sommeil long, profond et ininterrompu. Max s’est réveillé le matin avec une érection furieuse, comme d’habitude. Il avait envie de pisser comme un cheval de course et s’assit sur le bord du lit pendant une minute, espérant que cela se calmerait pour qu’il puisse aller dans la salle de bain, prendre un coup de fouet et frapper les toilettes sans se tordre en bretzel. Mais Alexandra était réveillée elle aussi et l’avait remarqué.

“Bonjour”, dit-elle.

“Bonjour à toi”.

Elle s’est levée, a tourné autour de son côté du lit et s’est agenouillée devant lui. “Et bonjour à toi aussi”, dit-elle à son pénis, et s’y enfonce.

Max regarda avec étonnement sa bite s’enfoncer complètement dans sa tête. Il lui massa les épaules pendant qu’elle le suçait, à moitié endormi, se demandant comment cela pouvait bien se passer, un BJ matinal de la part de cette fille sexy et sexy, se demandant qui déchire qui, cette nana embrasse comme mon amant et baise comme une pute. Il a joui en moins de deux minutes.

Dans la salle de bains, il s’est brossé les dents, laissant à sa bite le temps de devenir à moitié flasque, puis il a pissé une pinte. Il devait rentrer chez lui, se doucher et se préparer pour le travail. Il s’habilla et embrassa Alexandra pour lui dire au revoir. Ils se promirent de se revoir après le week-end. Elle est allée dans la salle de bains pour s’occuper de ses propres ablutions et se débarrasser des morceaux d’amour sous la douche.

Max n’a pas pu s’éclipser sans se faire remarquer. Il devait passer par la cuisine pour sortir de l’appartement, mais la cuisine était déjà un centre d’activité malgré l’heure matinale. Il sentit l’odeur du café frais dès qu’il entra dans le couloir, puis rencontra dans la cuisine une femme séduisante vêtue d’une fine robe de chambre en coton qui lui arrivait à peine aux genoux, accoudée au comptoir en train de siroter une tasse, et un homme en pantalon de survêtement assis sur un tabouret au comptoir du petit déjeuner. Ils l’attendaient.

“Bonjour”, dit-il, nerveusement, en souhaitant pouvoir se faufiler à travers les boiseries. “Je m’appelle Max.

“Bonjour Max”, dit la femme. “Je suis Mona, la mère de Alexandra. Voici Dick”, ajoute-t-elle en faisant un signe de tête vers l’homme assis au bar du petit-déjeuner. Dick lui fait un petit signe de la main tout en mâchant un bagel.

Mona était un peu plus grande que sa fille, avec des cheveux bruns, et avait le même corps mince et arrondi, avec des jambes douces et fermes. Max trouvait qu’elle était plutôt belle, et trop jeune pour avoir une fille de vingt ans. Dick avait l’air d’avoir une trentaine d’années, il était trapu et musclé, avec des cheveux noirs qui se dégarnissaient.

“Enchanté de vous rencontrer tous les deux “, marmonne Max en se grattant nerveusement l’avant-bras.

“Merci d’avoir réparé notre congélateur, dit Mona. “Il fonctionne très bien.

“Il n’y a pas de quoi. Je fais juste mon travail.”

“Alexandra m’a dit que vous travailliez pour vous, que vous étiez propriétaire de l’entreprise.”

“Oui, c’est vrai.”

“C’est très impressionnant, un jeune homme comme vous qui crée sa propre entreprise. Et je me suis renseigné. Il semble que vous fassiez pas mal d’affaires et que vous ayez des comptes impressionnants.”

“Merci.”

“Est-ce une pratique courante dans votre entreprise de coucher avec vos clients ?”

La question a stupéfié Max, qui s’est soudain senti comme s’il était à un entretien d’embauche. Mona et Dick le regardaient fixement, attendant.

“Euh, non”, balbutie-t-il. “J’ai fait une exception avec Alexandra.

“Eh bien, je suis content de l’entendre. Et on dirait que vous avez passé un bon moment au lit tous les deux.”

Embarrassé, Max ne savait pas quoi dire, alors il n’a rien dit.

“Au moins, il a bon goût en matière de femmes “, ajoute Dick, et ils gloussent. Max peut à nouveau respirer.

“Tu veux du café ? demande Mona.

“Euh, non merci. Je dois rentrer chez moi, me préparer pour le travail.”

“Alors que diriez-vous d’une tasse pour la route ?”

Max accepta l’offre. Mona ouvrit une armoire et en sortit un grand gobelet thermos en acier inoxydable qu’elle remplit de café.

“Crème, sucre ?”

“Juste de la crème”, dit-il. “Vous avez une belle maison.

Mona acquiesça, remercia, ajouta de la crème et du sucre, remua, referma le couvercle et lui tendit la tasse.

“Merci”, dit-il en se dirigeant vers la porte. “C’est une belle tasse. Je vous la rendrai bientôt, je vous le promets.”

“J’en suis sûre, Max”, dit Mona en le raccompagnant.

“Ne sois pas un étranger !” appelle Dick depuis la cuisine.

Max monta dans son camion et démarra avant de siroter son café. Il était sacrément bon, pensa-t-il, un mélange exotique et piquant qu’il n’avait jamais bu auparavant. La mère de Alexandra savait comment préparer une bonne tasse de café.

—-

Max rendit la tasse le lendemain matin. Il l’a laissée sur le perron avec un mot de remerciement. Puis il a appelé Alexandra sur son portable. Il voulait la rattraper avant qu’elle ne parte travailler au centre de convention pour le week-end, où elle serait enterrée pendant trois jours. Il lui a parlé de la tasse sur son perron et ils se sont mis d’accord pour se rencontrer lundi soir.

—-

Alexandra n’ayant pas de voiture, Max est venu la chercher après le travail le lundi. Ils ont dîné dans un bar du port et la conversation s’est déroulée facilement, comme avant.

“Comment s’est passé le salon de l’auto ? lui demande Max.

“Oh, mon frère. C’était brutal”, dit-elle. “Trois journées de douze heures.

“Qu’est-ce que tu as fait ?”

“Tout et n’importe quoi. Monter et démonter des tables, déplacer des tables, installer des chaises, prendre des billets, distribuer des programmes, vider des poubelles, balayer le sol, et j’en passe”.

“Ça a l’air épuisant.”

“Ça l’était. Ennuyeux aussi. Mais je dois vous dire que c’est une mine d’or. Je ne sais pas combien coûte la location du centre de convention pour trois jours, mais le promoteur a dû se faire une fortune. Huit mille personnes sont passées par là pendant trois jours, à dix dollars la place, sans compter les laissez-passer gratuits qui ont été échangés contre de la publicité et de la promotion. Tous les vendeurs de pizzas, de hot-dogs, de hamburgers, de cônes de neige, de glaces, de tacos, de pop-corn, de t-shirts, etc. ont payé des sommes importantes pour installer leurs stands. Et tous les amateurs de mécanique qui exposent leurs hot rods viennent de centaines de kilomètres à la ronde et paient des droits d’entrée pour participer à l’exposition, juste pour essayer de gagner un trophée stupide. Incroyable !”

“Eh bien, peut-être que ce soir je peux t’aider à te remettre sur pied”, dit Max doucement.

“Ce serait bien.” Elle lui fait un clin d’œil.

“J’ai rencontré ta mère l’autre matin”, dit-il après avoir bu quelques verres.

“Je sais que c’est elle qui me l’a dit. Elle me l’a dit.”

“Oh, vraiment ? Qu’est-ce qu’elle a dit ?”

“Elle a dit que tu avais l’air nerveux et qu’elle te trouvait beau.”

“Ah, c’est bien. Elle est très attirante aussi. Elle a l’air jeune, trop jeune pour avoir une fille de ton âge.”

“Je sais, on le lui dit souvent. Elle a trente-neuf ans, les jeunes hommes la draguent toujours. Elle a divorcé il y a six ans et elle avait l’habitude de porter son ancienne alliance, en espérant que cela dissuaderait les hommes de la draguer, mais cela semblait avoir l’effet inverse, alors elle a arrêté.”

“Hmm.”

“Oh, et une autre chose qu’elle a dite. Ils nous ont entendus au lit. Je suppose que nous étions assez bruyants. Il faudra que je t’étouffe la prochaine fois.”

Max rit et dit : “Je crois que c’est toi qui as besoin d’être étouffé.”

“Tu peux essayer”, dit-elle avec un autre clin d’œil, et ils rient.

“J’ai aussi rencontré, euh…”

“Dick”, dit-elle. “Le petit ami de maman. Parfois, en tout cas. Je ne pense pas qu’elle soit sérieuse avec lui ou quoi que ce soit d’autre. Elle l’a rencontré au club où elle fait de la musculation.”

“Il n’a pas dit grand-chose, mais il a dit qu’il pensait que j’avais bon goût en matière de femmes. C’est-à-dire vous.”

Après une pause pour boire une gorgée d’eau, Alexandra a dit : “Il veut me baiser.”

Max n’était pas sûr d’avoir bien entendu. “Dis quoi ?”

“Dick veut me baiser.”

Max regarde autour de lui, s’assure que personne n’écoute leur conversation et se rapproche. “Dick veut te baiser ?” dit-il. “Il a dit ça ?”

“Il n’a pas besoin de le dire”, dit-elle. “Je le vois à la façon dont il me regarde. Il fixe mes seins et mon cul et fait semblant de ne pas le faire. Il détourne le regard très vite quand je le surprends. Une femme sait.”

“Vraiment ? Bon sang, est-ce que ta mère le sait ?”

“Je ne sais pas. Probablement. Elle est assez perspicace.”

Max s’est assis, a respiré. “C’est difficile à croire. Le copain de ta mère veut te baiser. Et ta mère le sait probablement. Et tu as l’air plutôt cool avec ça.”

Alexandra a haussé les épaules. “Je suis juste honnête.” Elle but une nouvelle gorgée de son verre d’eau, puis posa sa main sur la sienne. “On va chez toi ce soir, c’est d’accord ?

Max a répondu : “Bien sûr.”

“C’est bien. J’aimerais voir ta maison. Et ta chambre. Et nous n’aurons pas besoin de silencieux.”

—-

Au cours des deux mois suivants, Max et Alexandra ont pris l’habitude de se voir deux fois par semaine, généralement les soirs de semaine, en s’adaptant à son emploi du temps. La plupart du temps, il venait la chercher après le travail et ils finissaient chez lui, où ils pouvaient avoir de l’intimité, et il la déposait chez elle le matin quand il partait au travail. Parfois, ils restaient chez Alexandra et essayaient d’être discrets dans la chambre à coucher, au cas où quelqu’un écouterait. Leur vie sexuelle était active et aventureuse. Alexandra était une amante désinhibée, elle aimait se faire baiser et plus c’était dur, mieux c’était, ce qui était parfois discordant avec les tendances plus douces de Max, mais ne diminuait en rien leur enthousiasme. Alexandra aimait le sexe dans toutes les positions et dans tous les trous.

Plus Max rencontrait Mona dans son appartement, plus ils étaient détendus et à l’aise l’un avec l’autre. Elle était d’un naturel dragueur, et il la trouvait plutôt cool d’accepter qu’il reste chez elle, sachant qu’il baisait sa fille. La mère et la fille étaient très proches, et il pensait qu’elles partageraient probablement des détails intimes. Ses yeux semblaient le scruter, comme si elle connaissait ses secrets. Il admirait aussi son corps, qui était généralement peu vêtu d’un maillot de bain et d’une couverture, ou d’un dos nu et d’un short. Elle travaillait à domicile et s’habillait pour être à l’aise. Et elle le regardait aussi, cela se voyait.

Le sexe avec Alexandra continuait d’être bon et abondant, mais au fur et à mesure que les jours et les semaines s’écoulaient vers la fin de l’été, Max ne pouvait pas s’empêcher de sentir que la fin était proche. Il se souvient de ses propres années d’université et des amours d’été qui n’ont pas survécu. Alexandra allait bientôt retourner à l’école, à la vie et aux relations qu’elle avait avant d’emménager avec sa mère à la plage pour l’été, et avant que Max ne vienne réparer son congélateur.

Un soir de la mi-août, Max est resté à l’appartement avec Alexandra. Le matin, ils ont bu du café dans la cuisine avec Mona et Dick. Max n’avait pas vu Dick depuis quelques semaines, c’était seulement la deuxième fois qu’ils dormaient tous les deux la même nuit. Mais il avait vu assez de Dick pour savoir qu’Alexandra avait raison, il voulait se mettre dans son pantalon. Il avait des yeux de prédateur.

“J’ai eu une idée”, dit Mona. “Le week-end prochain, Alexandra retourne à l’école pour l’automne. Et si nous organisions tous les quatre une soirée d’adieu avant qu’elle ne parte ? Je prendrai des steaks et des crevettes, je ferai de la salade de pommes de terre, Dick préparera des boissons pour la plage et nous ferons la fête. Une dernière aventure avant de mettre Alexandra dans le train pour D.C. Qu’en pensez-vous tous ?

Tout le monde a adoré l’idée. Max a dit qu’il apporterait de la bière, Dick s’occuperait de l’alcool et des mélanges. Ils ont organisé la soirée pour mercredi soir. Alexandra partirait le vendredi.

—-

Max a quitté le travail un peu plus tôt mercredi et est rentré chez lui pour se doucher et mettre des vêtements propres. Il acheta de la bière en chemin et arriva à l’appartement vers 19 heures. Dick était déjà là, vêtu seulement de son maillot de bain, debout au bar en train de mélanger des boissons. Mona et Alexandra se tenaient au comptoir de la cuisine et sirotaient des boissons tout en enfilant des morceaux d’aloyau, des crevettes, du poulet, des poivrons, des oignons et des tomates cerises sur des brochettes. Elles étaient toutes deux vêtues de maillots de bain deux pièces et couvertes de peignoirs de plage légers et en dentelles. On aurait dit qu’ils venaient de sortir de la piscine. Il se sentait bien trop habillé dans son short et sa chemise tropicale.

Max embrassa Alexandra sur les lèvres, ouvrit le réfrigérateur et y chargea sa cargaison superflue. Dick lui tendit une boisson.

“Daiquiri”, dit Alexandra. “Et sacrément bon.”

Max a bu une gorgée et a hoché la tête. “C’est vrai. On dirait que la fête a commencé sans moi.”

Alexandra et Mona gloussent. “Ouais, un peu d’avance, je suppose”, dit Mona, et elles gloussèrent encore. “Vous avez du retard à rattraper.” Les femmes étaient pompettes.

Le verre de Max est descendu doucement et facilement, et il en a rapidement repris un autre. En peu de temps, ils ont transporté la nourriture sur la véranda où il y avait une table et des chaises, un grill à gaz et un jacuzzi. Mona a allumé le gril et les autres ont chargé la table de salade de pommes de terre, de salade de chou et de riz sale. Beaucoup trop de nourriture pour quatre personnes. Mona a fait griller les brochettes et a siroté son verre. Les autres se contentent de boire. Des haut-parleurs cachés diffusent un reggae doux.

“Il faut que tu te mettes plus à l’aise”, dit Alexandra à Max, et elle commença à déboutonner sa chemise. Elle l’aida à l’enlever et la jeta sur le dossier d’une chaise. “Voilà, c’est mieux.”

Il se sentait effectivement mieux, moins gêné, et il savait qu’il avait l’air plutôt bien, ce qui contrastait avec Dick, qui était corpulent et poilu. Max était maigre et propre.

Le repas était parfait et ils mangèrent assis dans les fauteuils, leurs assiettes posées sur les genoux. Le dîner terminé, ils ramenèrent tout à la cuisine, rangèrent la nourriture et jetèrent toute la vaisselle dans l’évier rempli d’eau savonneuse. Dick prépara un autre pichet de boissons.

Il a dit : ” Des verres de nuit dans le jacuzzi “.

Alexandra saisit la main de Max. “Viens.”

“Je n’ai pas apporté de costume.”

“Il va falloir improviser”, dit-elle avec un clin d’œil.

Dick a servi des boissons à tout le monde et s’est installé en premier. Il a regardé les femmes se débarrasser de leurs maillots de bain et Max a remarqué la façon dont il a regardé Alexandra. Les deux filles étaient magnifiques dans leurs bikinis. Celui de Mona était noir et effilé, avec un fond en forme de V. Mais le maillot de Alexandra était composé de cordes et de très peu de tissu.

Max a enlevé son short et ses chaussures de bateau. Son caleçon est jaune vif et orné de palmiers verts. Les femmes s’enfoncent dans la baignoire, boissons à la main, et Max les suit de près. Mona a mis les jets à basse vitesse et ils se sont retrouvés tous les quatre immergés dans un bain de chlore légèrement agité.

La baignoire était grande, avec beaucoup de place pour eux quatre. Ils étaient placés garçon-fille-garçon-fille, de sorte que chaque homme avait une femme de chaque côté, et vice-versa. Ils continuaient à siroter leurs boissons et Dick continuait à les remplir. Ils étaient totalement détendus et la conversation circulait facilement entre eux quatre. Ils ont parlé du repas, de la baignoire, de la musique et de l’ambiance cool qu’ils ressentaient. Ils ont évoqué le retour d’Alexandra à l’université, les cours qu’elle allait suivre et le moment où ils pourraient avoir l’occasion de recommencer. La conversation entre eux quatre avait atteint un nouveau niveau de confort et d’ouverture. Ils parlaient comme quatre égaux, quatre pairs, et non comme une mère et son petit ami ou une fille et son petit ami. Leur conversation, et l’ambiance, ont atteint un nouveau niveau, inexploré et débridé, lorsque Dick a orienté leur discussion vers un territoire où toutes les barrières restantes seraient abattues.

“Un toast ! dit Dick en levant son verre. Les autres lui emboîtent le pas. “Un toast à Mona et Alexandra, et à la chance que nous avons d’être assis ici, dans ce jacuzzi, avec les deux femmes les plus jolies, les plus renardes et les plus sexy de toute l’île. Et elles sont pratiquement nues ! N’est-ce pas, Max ?”

Max est surpris que Dick lui ait passé le relais. Il leva son verre et dit : “Je bois à ça !”.

La mère et la fille se sont regardées et ont ri. “D’accord, il vaut mieux lui couper l’herbe sous le pied”, dit Mona.

“Qu’est-ce qu’il y a ? demande Dick. “Je ne fais que complimenter deux jolies femmes. Qu’y a-t-il de mal à cela ? Ce sont deux belles femmes, tu n’es pas d’accord, Max ?”

“Oui, dit Max.

“Tu vois, Max est d’accord.”

Mona secoue la tête. “Et après, Dick ? Tu veux qu’on se mette tous à poil ?”

“Et puis merde. Comme je l’ai dit, nous sommes déjà pratiquement nus.” Il rit.

Alexandra rit aussi et dit : “D’accord, toi d’abord.”

Dick a mis ses mains sous l’eau, s’est tortillé un peu, et ses mains sont ressorties en tenant son maillot de bain. Il l’a lancé dans les airs et il a atterri sur le pont. “Ok, qui est le suivant ?” dit-il.

“Oh mon frère”, gémit Mona. “Nous y voilà. C’est ta façon intelligente de séduire ma fille avant qu’elle ne retourne à l’école, Dick ?”

“Hein ? Qu’est-ce que tu veux dire ?”

“C’était ça ton plan ? Nous saouler pour qu’on puisse échanger et que tu puisses séduire Alexandra et qu’on soit tous d’accord ? On est des échangistes maintenant ? Ça aurait été bien si tu m’avais mis au courant.”

“Je ne sais pas de quoi tu parles”, a dit Dick, mais les autres savaient qu’il savait exactement de quoi elle parlait.

“Oh, lâchez-nous un peu”, poursuit Mona. “Je vous connais. Tu veux échanger. Tu as eu la langue pendante tout l’été en regardant le cul de Alexandra. Tu crois que je ne l’ai pas remarqué ?”

Dick était foutu et il le savait, et il n’a pas essayé de poursuivre la mascarade. “Eh bien, peut-être parfois. Mais elle le secoue tout le temps vers moi, c’est difficile de ne pas regarder.”

“Je le secoue seulement quand je sais que tu regardes”, ajoute Alexandra, et Max et Mona ne peuvent s’empêcher de rire.

Je suis désolé”, dit Dick. “Je n’y peux rien si tu as un beau cul. Les hommes apprécient les jolies fesses. Tu aimes regarder le cul de Alexandra, n’est-ce pas Max ?”

“J’aime regarder leurs deux culs”, dit Max, se surprenant lui-même.

Alexandra acquiesce et regarde sa mère. Mona sourit et pince le bras de Max sous l’eau.

Il y a eu une pause pendant un long moment et personne n’a parlé. Puis Alexandra a rompu le silence.

“Je suis la prochaine”, dit-elle. Elle a arraché son soutien-gorge de bikini et l’a jeté dans la direction où le costume de Dick avait été jeté. Ses seins étaient invisibles sous l’écume roulante de l’eau du spa.

“C’est maintenant que tu parles ! Dick rugit et passe son bras autour d’elle.

Alexandra et Dick regardaient maintenant Max et Mona avec impatience.

“Allez, maman. Ne sois pas prude”, dit Alexandra en se rapprochant un peu plus de Dick.

Mona hésite, regarde d’un visage à l’autre, incertaine. Max prit le relais en sortant de son slip et en l’essorant entre ses poings avant de le jeter par-dessus son épaule où il atterrit sur une chaise.

Max a regardé Mona dans les yeux et a dit : “A toi de jouer”.

Mona l’a regardé fixement, comprenant où les choses allaient mener. Elle a retroussé ses lèvres en un sourire intrépide. “Oh, et puis zut”, dit-elle en lui tournant le dos. “Que diriez-vous d’un peu d’aide ?”

“Pas de problème”, dit Max, et il décroche son haut par derrière. Il l’a lancé à Alexandra, qui l’a remis à Dick, qui l’a jeté à travers le patio. Des vêtements trempés étaient maintenant éparpillés sur les lieux.

“Voilà, ça fait du bien, non ?”, demande Dick de manière rhétorique. demande Dick de manière rhétorique.

Personne n’a rien dit au début, et très peu par la suite. Ils savaient tous qu’ils se trouvaient en terrain inconnu et que sous cette eau se trouvaient des bites et des seins nus, et que certaines limites avaient été franchies et que d’autres étaient sur le point de l’être. En peu de temps, Dick et Alexandra se sont embrassés, puis le bras de Max a entouré Mona. Il y a eu les premiers baisers, puis les deuxièmes et les troisièmes avec plus d’intensité, puis les mains ont tâtonné sous l’eau, créant des désirs plus pressants.

Max suivait le mouvement, mais il avait du mal à y croire au début, c’était comme s’il regardait tout cela d’en haut. Il embrassait la mère de sa petite amie, ses mains l’exploraient, et les siennes, elle. Leurs baisers n’avaient aucune retenue, leurs langues étaient en feu. Et à un mètre de là, le petit ami de Mona et sa fille faisaient la même chose.

Après un long baiser passionné avec Dick, Alexandra a regardé Max avec un demi-sourire impuissant et un haussement d’épaules. Max lui a fait un minuscule signe de tête et a haussé les épaules à son tour.

Dick a murmuré quelque chose à l’oreille de Alexandra qui a acquiescé. Puis il s’est levé du jacuzzi en lui tenant la main, et elle s’est levée à côté de lui. Sa bite était en érection malgré la fraîcheur de l’eau, courte et épaisse, avec un scrotum qui pendait comme des œufs pochés. De toute évidence, la main d’Alexandra avait été occupée à quelques manigances subaquatiques. Ses mamelons étaient durs et le morceau de tissu détrempé qui la recouvrait au centre-ville était collé à son entrejambe et à moitié enfoncé dans sa chatte. Ils sont sortis, se sont dit bonne nuit, et Max et Mona les ont regardés marcher main dans la main à travers l’appartement jusqu’au côté de la maison de Alexandra.

“C’est intéressant”, dit Mona. Elle regarda Max droit dans les yeux.

Il l’entourait de son bras, sa main reposait sur sa jambe. Leurs corps sont à fleur de peau, branchés, prêts.

“C’est sûr”, dit-il.

“J’ai toujours su que cela arriverait”, soupire-t-elle. “Il n’est pas si difficile à lire. Mais je suis contente que ça se soit passé devant moi, et pas dans mon dos.”

“Accorde-lui ça.”

“Et Alexandra…”

“Elle m’a dit qu’il l’avait reluquée. Peut-être qu’elle me prévenait, je ne sais pas. On dirait qu’elle s’y attendait.”

“Hmm. Tu aimes vraiment mater mon cul, comme tu l’as dit ?”

“Dès que j’en ai l’occasion.”

“Voudrais-tu regarder de plus près ?”

“Absolument.”

“Viens avec moi.”

La musique, les lumières et les jets restent allumés pendant que Max prend son verre et la suit jusqu’à sa chambre.

—-

Une fois dans la chambre, Dick a fermé la porte, a poussé Alexandra contre le mur et a appuyé de tout son poids sur elle. Il a enfoncé sa langue dans sa bouche et a poussé sa bite contre son aine, s’assurant qu’elle le sentait.

“Tu es une belle jeune femme sexy, Alexandra. Et tu vas te faire baiser ce soir, ma fille”, a-t-il sifflé. “Plus besoin de remuer ton cul, plus de taquineries, ton cul est à moi ce soir.”

“Baise-moi !” Alexandra a gémi. Elle enfonça ses doigts dans les poils de son torse.

“Oh, ne t’inquiète pas petite poule mouillée, je le ferai. Et bien plus encore. Je vais faire de toi ma pute ce soir.”

Il posa ses mains sur ses fesses, la souleva à deux pieds du sol et la maintint plaquée contre le mur. Elle sentait sa force brute et la poigne solide de ses grandes mains sur ses fesses. Il aspira ses tétons dans sa bouche comme un aspirateur d’atelier et y enfonça ses dents jusqu’à ce qu’elle gémisse. Il la descendit sur le sol, toujours au ras du mur, et s’agenouilla devant elle. Elle gémit à nouveau lorsque son doigt s’enfonça dans son trou du cul. Il porta sa bouche sur le petit bout de tissu qui recouvrait son sexe anxieux, l’aspira dans sa bouche et se mit à le mordiller avec acharnement. Le tissu s’est transformé en bouillie dans sa bouche, et il a mâché la ficelle jusqu’à ce qu’elle cède. Il a alors reculé la tête et Alexandra a couiné quand la ficelle est passée dans la fente de son cul. Il a recraché le string sur le sol.

Il l’a soulevée, son doigt toujours bien enfoncé dans son cul, et l’a jetée sur le lit. Alexandra se faisait malmener et jusqu’à présent, elle aimait ça.

“Baise-moi !” aboya-t-elle.

“Pas encore, salope”, dit Dick, “tu vas d’abord me sucer”.

Il lui a relevé la tête avec quelques oreillers. Il est monté sur le lit, s’est mis à califourchon sur son visage et a touché ses lèvres avec le bout de son casque.

“Maintenant, tu vas sucer ça, d’accord. Et tu continues à sucer jusqu’à ce que tu avales tout ce que je te donne.”

Alexandra a acquiescé et a pris la grosse bite de Dick dans sa bouche.

—-

Mona tamise les lumières de sa chambre. Max posa son verre sur la table de nuit à côté de son grand lit, recouvert de riches draps. Il jeta un coup d’œil autour de la pièce, sur les meubles en chêne fin, le miroir antique sur toute la longueur, le plafond à caissons, le parquet laqué et le tapis oriental. Cette femme a du goût, pensa-t-il. Il se demanda pourquoi elle perdait son temps avec un type comme Dick.

Il la prit dans ses bras. Une main tenait le haut de son dos, l’autre s’enfonçait dans le bas mouillé de son maillot de bain et saisissait ses fesses moites. Il la regarda un instant, et ses yeux souriaient avant que leurs bouches ne se confondent en un autre baiser désirant.

“J’ai du mal à y croire”, dit Mona en passant ses doigts sur son torse. Elle aimait que son corps soit lisse et sans poils.

“Je sais ce que tu veux dire”, dit Max. “Tu vas bien ?”

“Je vais bien.”

“Bien, moi aussi. Maintenant, enlevons cette combinaison.”

Max lui descend l’entrejambe jusqu’aux chevilles d’un seul coup, puis la tire sur le lit. Ils ont commencé par s’embrasser profondément et leurs mains se sont rapidement détachées. Il avait un bras autour de son dos et son autre main trouvait ses seins, tendus et excités, et il lui pinçait le mamelon tout en lui enfonçant la langue dans la bouche. Mona avait une main derrière sa tête et l’autre sur son cul.

La bite de Max était déjà un missile raide, comptant jusqu’à l’explosion, mais il prenait son temps. Il était au lit avec une dame âgée de grande classe et il voulait lui donner un peu d’amour de grande classe. Et il savait que plus il la ferait attendre, mieux ce serait pour eux deux.

Mona expira un ooh haletant lorsque Max suça son mamelon gauche dans sa bouche. Elle lui serra les fesses et enfonça le bout de ses doigts dans sa nuque, lui rapprocha la tête et la serra fort, et lui fit avaler d’autres tétons. Il le suça comme un moribond pendant une minute ou deux, puis changea de téton et recommença.

Max a repris son souffle et a embrassé la bouche de Mona, une autre bombe de langue de trente secondes. Le torse de Mona vacillait d’impatience. Max a traversé son corps pour atteindre son verre sur la table de nuit et elle a senti sa bite dure contre sa cuisse. Elle l’attrapa, la prit dans sa main. Elle allait devoir attendre.

Max a aspiré un gros morceau de glace de son verre, l’a tenu entre ses dents, le lui montrant. Puis il commença à lui donner des baisers prolongés avec les lèvres ouvertes.

Il commença par son front, puis ses tempes, ses joues, son cou et ses épaules, avançant lentement, la laissant sentir le froid et les gouttes fondantes qui chatouillaient sa chair chaude. Il est allé jusqu’à son ventre, traçant la vibration fraîche tout autour de sa peau frémissante, vers le haut, vers le bas, autour, jusqu’à ce qu’il se concentre sur son nombril, où il a laissé une flaque d’eau de ruissellement fraîche. Et bientôt, il est revenu à ses seins sublimes, où il a pris du temps et un soin particulier. Mona a gémi, soupiré et soupiré pendant qu’il traçait sa bouche d’iceberg sur chacun de ses beaux seins, rond et rond, se frayant un chemin vers l’intérieur jusqu’à l’œil de bœuf du mamelon gonflé.

Mona se tortille comme un ver à moitié enfoncé dans la boue. Elle gémit doucement lorsque les perles fraîches du plaisir coulèrent sur son visage, son cou et sa poitrine. Mais elle aspira sa propre salive avec un long sifflement lorsque ses lèvres entourèrent son mamelon et qu’il l’aspira contre le dernier vestige du cube.

Ce fut un froid choquant, puis un bonheur engourdissant, son mamelon étant comme un roc dans sa bouche vorace.

“Oh mon Dieu”, souffla Mona.

Elle était prête, elle a cherché à tâtons la jeune bite de Max et l’a trouvée. C’était le moment, et ils le savaient. Il déplaça son corps sur elle et ils s’embrassèrent, sa bite bloquée dans son poing. Elle l’a fait entrer en elle.

La première pensée de Max a été que c’était la chatte la plus humide et la plus spacieuse qu’il ait jamais eue, mais il a immédiatement senti les muscles de sa chatte se resserrer autour de sa bite, l’étreignant et l’aspirant plus profondément. La traînée glacée sur sa chair avait réchauffé le besoin de Mona. Elle passa ses mains sur son dos et ses fesses lisses, elle aimait les contours de son corps lisse et la tendresse de son amour, un contraste avec ce à quoi elle s’était habituée ces derniers mois. Elle avait envie d’aimer ce garçon à mort.

Les doigts serrés autour de son cul et sa chatte enroulée autour de sa bite, Mona grogna à chaque poussée puissante tandis que Max suivait ses mouvements et alternait entre la succion de son lobe d’oreille, la succion de sa langue et les chuchotements à son oreille. Ils baisaient encore et encore.

“Oh mon Dieu”, dit-elle encore.

Elle sentait la poussée de sa bite la pénétrer profondément, et le poids de son corps sur le sien, la pompant, encore et encore, et elle savait qu’elle allait bientôt jouir avec une force qu’elle n’avait pas connue depuis longtemps.

Elle poussa un cri strident lorsque cela se produisit. Son corps a tremblé par vagues lorsqu’elle s’est libérée, et elle a gémi encore et encore lorsque ses tremblements se sont calmés. Sa peau était chaude et moite et Max s’est retiré d’elle, son érection était lisse et dégoulinait de sa sauce.

“Tu as joui ? demanda-t-elle.

“Pas encore. C’est bon ?”

“Bien sûr.”

Elle s’est baissée et a pris sa bite gluante dans sa bouche et l’a sucé.

—-

De l’autre côté de l’appartement, Alexandra était face à la fenêtre de sa chambre, regardant dans l’obscurité et se faisant enculer par derrière. Dick avait trois doigts d’une main dans sa chatte et l’autre main sur un nichon, et l’agrippait fermement tandis qu’il lui cognait les fesses. Ils grognaient tous les deux, la sienne répondant à la sienne à chaque coup.

Alexandra espérait qu’il se dépêcherait de jouir, mais son deuxième coup prenait plus de temps que le premier. Elle l’avait déjà fait jouir avec sa bouche, et maintenant il l’enculait, mais sa chatte avait besoin de sa propre action.

“Quel beau cul”, marmonnait Dick dans son oreille, au milieu de la pompe.

Puis, comme s’il avait lu dans ses pensées, il s’est retiré et l’a fait tourner sur le bout du lit. Il se mit à genoux devant elle, lui écarta les jambes et les souleva par-dessus ses épaules de façon à ce que son visage soit enfoui dans son entrejambe. Alexandra a crié quand il a enfoncé son visage dans sa chatte et que sa langue s’est glissée à l’intérieur.

Alexandra écrasa sa chatte contre son visage pendant qu’il la dévorait. Elle pensait qu’elle allait jouir en un rien de temps. Mais elle se trompait, les choses ont changé rapidement. Après une minute de léchage de clitoris, Dick l’a retournée sur le ventre, à moitié sur le lit et à moitié hors du lit. La bite de Dick l’a pénétrée par derrière et il a commencé à la baiser en levrette sur le bord du matelas. Elle avait dit qu’elle le voulait, et maintenant elle l’obtenait, plus fort et plus brutal qu’elle ne s’y attendait. Il lui enfonça sa bite encore et encore, son corps en sueur affleurant son dos. Il lui suçait le cou pendant qu’il la frappait, son poids écrasant son visage dans les draps. Alexandra ne se concentrait plus sur le plaisir d’un orgasme, mais sur le plaisir d’en finir.

Dick continuait à baiser et à sucer et Alexandra gémissait à chaque fois. Lorsqu’il a finalement joui dans un élan frénétique, il a mordu l’épaule de Alexandra, s’y enfonçant, et elle a hurlé de douleur.

Elle hurla de douleur. “Aïe, ça fait mal, bordel !” grogna-t-elle. Elle se précipita sur le lit et se leva. “Qu’est-ce qui te prend, putain ?”

“Oh, allez, tendre pétale. Tu n’as jamais été baisée par un vrai homme ?”

“Un vrai homme ? Tu appelles ça être un vrai homme ? Pourquoi pas un homme des cavernes ? Fous le camp d’ici.”

“Oh, s’il te plaît…”

“J’ai dit sors. Sors maintenant ou je vais commencer à crier.”

“Alexandra…”

“Sors d’ici !”

Dick n’a pas hésité plus longtemps, il ne voulait pas tenter sa chance. Il sortit de la chambre en titubant, nu, l’érection couverte de bave. Il a ramassé ses vêtements, s’est habillé et est parti en un clin d’œil.

“Putain”, dit Alexandra à voix haute.

Elle était dans la salle de bains et se regardait dans le miroir. La morsure sur son épaule avait rompu la peau, était rouge et déjà enflée. Il y avait deux suçons violets sur son cou, un à la base et un à mi-hauteur, qu’elle pensait être difficiles à cacher.

“Ce fils de pute”, a-t-elle sifflé, avant d’éteindre la lumière.

—-

“Où as-tu appris ce truc avec la glace ? demanda Mona.

“Tu as aimé ça ? dit Max.

“Oui. Tu ne peux pas le dire ?”

“Tes tétons ont l’air d’apprécier.” Il s’amuse à pincer son téton gauche, qui est toujours en érection.

“C’est vrai. Je ne me souviens pas qu’ils aient jamais été aussi excités. Le reste de mon corps non plus, d’ailleurs. D’où ça vient ?”

“Je ne sais pas. Ça m’est venu comme ça.”

“Ça t’est venu comme ça, hein ? Vous n’êtes pas seulement doué pour réparer les appareils, vous êtes aussi créatif. Très impressionnant. Je continuerais si j’étais vous.”

“D’accord, je pense que je le ferai.”

Max l’embrasse et sa bouche s’ouvre à la sienne. Leurs langues dansent doucement pendant un moment.

“Je suis bien contente que tu sois venu ce jour-là et que tu aies réparé mon congélateur”, dit-elle en souriant.

Ils s’embrassèrent à nouveau, plus profondément, et se dirigèrent bientôt vers une autre ronde. Bon sang, si Max ne bandait pas à nouveau. Il déplaça son corps sur elle et la pénétra, leurs bouches non séparées, et juste comme ça, leurs corps se balançaient, tandis que leurs bouches aspiraient des langues et que les doigts de Max pressaient ses fesses comme on essore une éponge.

Ils ont baisé lentement et facilement, savourant leur douce union, et après avoir joui tous les deux, presque simultanément, leurs visages se sont illuminés d’un sourire. Et ils dormirent.

Mona se réveilla tôt en voyant Max enfiler son short, qu’il était allé chercher dans la véranda.

“Tu pars si tôt ?” demanda-t-elle.

“Oui, j’ai une journée chargée. Je dois rentrer chez moi, me doucher, me préparer pour le travail, charger le camion. Mais merci pour cette belle soirée. Le dîner était fabuleux, mais notre dessert était encore meilleur.” Max s’est assis sur le lit à côté d’elle. “Je peux t’embrasser pour te dire au revoir ?”

“Bien sûr.”

Ils se sont embrassés, encore un coup de langue, et ils l’ont gardé un temps de plus pour insister.

“Max, aimerais-tu venir avec nous quand je conduirai Alexandra au train ? Je veux dire, si tu peux prendre ton après-midi”.

“Bien sûr, je peux le faire, je dois juste déplacer quelques trucs. J’aimerais l’accompagner et la voir partir.”

Il l’embrasse encore une fois, brièvement, puis il ramasse le reste de ses vêtements et s’en va.

—-

“Jésus, que t’est-il arrivé ? dit Mona avec inquiétude.

Après le départ de Max, Mona s’est rendormie pendant quarante-cinq minutes et s’est réveillée heureuse et rafraîchie. Elle s’est douchée, a enfilé son peignoir et s’est rendue à la cuisine pour faire du café. Elle était en train de verser sa première tasse quand Alexandra est entrée dans la cuisine. Elle avait l’air d’avoir roulé dur, d’avoir rangé ses vêtements mouillés et d’avoir deux zébrures foncées sur le cou.

“J’ai l’impression d’avoir été renversée par un camion”, dit Alexandra.

“Dick t’a fait ça ? dit Mona en touchant doucement le cou de Alexandra.

“Qui d’autre ? Quel connard, je n’arrive pas à croire que tu vois ce type. J’étais tellement énervée que je lui ai dit de foutre le camp tard hier soir, et que s’il ne le faisait pas, j’allais commencer à crier. Regarde ça.”

Alexandra a retiré son t-shirt de son épaule et a montré à sa mère sa blessure, toute boursouflée et rouge.

“Oh mon Dieu ! C’est ça, c’est de l’histoire ancienne.”

“Exactement. Je n’aurais jamais pensé qu’aller au lit avec lui serait un sport sanguinaire. Est-ce qu’il a déjà été brutal avec toi ?”

“Rien de tel. S’il l’avait fait, je l’aurais aussi mis à la porte. Quel con ! Tu vas bien ?”

“Ça va aller. Je suis plus en colère qu’autre chose.” Alexandra se sert un café.

“Alors, je suppose que l’échange d’hommes n’a pas très bien fonctionné, hein ?”

“Pas pour moi, loin de là. Mais c’était différent, c’est sûr. Et toi ?”

“Euh, je crois qu’on peut dire que mon expérience a été différente aussi. Oui, différente. C’est une bonne façon de le dire.”

—-

Max s’est présenté à 13 heures le vendredi, comme Mona l’avait suggéré. La gare était située à soixante-quinze miles de la plage. Ils devaient y être à trois heures pour acheter le billet et prendre le train, puis Alexandra aurait un long trajet de nuit pour retourner à l’école.

Il sonna et Mona ouvrit la porte, l’invitant à entrer avec un baiser sans hésitation sur ses lèvres.

“La voiture est déjà prête”, dit-elle. “J’espère que le temps se maintiendra. Je n’aimerais pas conduire sous la mousson pendant une heure et demie. Le bulletin météo indique qu’un front orageux se dirige dans cette direction depuis le sud-ouest.”

Ils ont attendu une minute ou deux, puis Alexandra est apparue. Elle portait un jean noir et un col roulé blanc jusqu’au menton, ce que Max trouva étrange, et assez différent de la façon dont elle s’était habillée tout l’été. Il se pencha pour l’embrasser, ce qu’elle accepta sans trop de réciprocité. Mona a pris trois bouteilles d’eau dans le frigo et a dit : “Allons-y.”

Mona a conduit, Alexandra a pris la place de Alexandra, Max était à l’arrière. La conversation était forcée, Mona et Max posant surtout des questions à Alexandra sur l’école, les cours, les activités, peu importe, et n’obtenant pas beaucoup de réponses. Alors qu’ils roulaient vers l’ouest, ils pouvaient apercevoir des nuages sombres et inquiétants.

Au bout d’une heure, ils ont commencé à pleuvoir. Légère au début, elle est rapidement devenue forte, rendant la visibilité difficile, et le vent s’est levé. Mona a allumé la radio et ils ont écouté les informations faisant état de pluies torrentielles, d’inondations possibles et d’embouteillages. Ils roulaient en plein dedans.

Mona était à bout de nerfs lorsqu’ils atteignirent le dépôt de trains.

“Garez-vous devant”, dit Max. “Vous entrez, je gare la voiture. Ça ne sert à rien que tout le monde soit trempé.” Il déchargea les trois sacs de Alexandra du coffre, les regarda entrer dans la gare et remonta dans la voiture. Il a garé la voiture dans un parking situé à un pâté de maisons, a alimenté le compteur et s’est enfui.

De retour à la gare, il trouve la mère et la fille assises sur un banc. “Le train est un peu en retard”, dit Mona.

“Dépêche-toi d’attendre”, dit Max en s’asseyant à côté de Alexandra. “Ils ont dit combien de temps ?”

“Pas longtemps, seulement une vingtaine de minutes.”

“Tu as eu ton billet ?” demanda-t-il à Alexandra. Elle hocha la tête et lui tendit le billet pour qu’il le voie.

Après quelques minutes d’une conversation hésitante, l’annonce de son train a été faite. Ils se sont tous levés, ont fait leurs adieux, se sont serrés dans les bras, se sont embrassés. Le baiser que Max reçut fut un coup d’éclat, et son étreinte fut plus donnée que reçue. Il sentait que c’était fini entre eux. Puis Alexandra ramassa ses sacs, un dans chaque main et le plus petit accroché à son épaule, se tourna et se dirigea vers le train.

“Appelle-moi quand tu seras à l’intérieur”, dit Mona.

“Moi aussi”, ajoute Max.

Mais Alexandra ne semblait pas entendre.

—-

“Vous attendez ici, restez au sec”, dit Max, sous l’auvent à l’avant du dépôt. “Je vais chercher la voiture et je passe te prendre.” Avant que Mona n’ait pu répondre, il est parti en courant sous la pluie battante.

Peu de temps après, Max a garé la voiture devant Mona et elle est montée. Puis il est reparti sous la pluie et a descendu la rue. Au bout d’un quart de mile, il s’arrêta à un feu rouge. En tournant à gauche, ils prendraient l’autoroute vers l’est et retourneraient à la plage.

Il faisait sombre et il y avait de l’orage, des nuages noirs, du tonnerre, des éclairs à proximité. Max regarda à travers le pare-brise les vagues d’eau de pluie qui tourbillonnaient dans la rue sous l’effet du vent. Il ne se réjouissait pas à l’idée de faire un long trajet dans ce genre de boue.

Ils attendirent dans la voiture que le feu passe, regardant fixement devant eux. De l’autre côté de l’autoroute, il y avait un vieux motel. L’endroit était éclairé et un néon orange affichait VACANCY dans l’obscurité de l’après-midi.

Mona posa sa main sur la sienne et dit : “Tu penses à la même chose que moi ?”.

“Je pense que oui”, dit Max lorsque le feu passe au vert.

Il appuya sur l’accélérateur, tourna à gauche, puis rapidement à droite dans le parking et s’arrêta devant le bureau.

“C’est ça ?”, demande-t-il.

“Oui, dit-elle.

Il est sorti de la voiture et s’est précipité dans le bureau. Mona a regardé par la fenêtre pendant qu’il les enregistrait. Au bout de quelques minutes, il est ressorti en courant et a sauté dans la voiture. Il parcourut une quarantaine de mètres et se gara devant leur chambre. Comme ils n’avaient pas de bagages, ils descendirent de la voiture et s’engagèrent dans l’allée couverte. Max déverrouilla la porte, alluma une lumière et ils entrèrent et refermèrent la porte derrière eux aussi vite que possible pour se mettre à l’abri des intempéries.

Le motel se composait de deux bâtiments séparés par un passage protégé. Max leur avait trouvé une chambre à l’extrémité du premier bâtiment, juste à côté du parpaing.

Près de la machine à glace.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings