Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique Xstory

Histoire Erotique Une salope publie des articles sur son blog et doit faire face à la concision de ses articles

Histoire Erotique Une salope publie des articles sur son blog et doit faire face à la concision de ses articles
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire Erotique Sur son blog, elle a une nouvelle fois fait part de ses idées et de ses projets pour son avenir.

Elle voulait ressembler à une bimbo complète et stéréotypée. De gros seins, de gros cheveux, beaucoup de courbes et, quand c’est nécessaire, l’air désemparé. Elle publiait sans cesse sur son blog des photos de ce qu’elle considérait comme le type de bimbo qu’elle voulait devenir. Elle avait de plus en plus de fans et certains d’entre eux faisaient des dons pour l’aider dans sa transformation. En plus de ses photos de bimbo, toujours sexy et coquines, elle publiait également des photos taboues. Elle voulait que ses followers sachent que oui, elle voulait ressembler à une bimbo, mais qu’au fond, elle ne l’était pas. Ses photos taboues allaient de l’incestuel à la bestialité.

Ce qu’elle ne savait pas, c’est qu’elle avait développé un groupe d’individus qui non seulement comprenaient son point de vue, mais l’acceptaient également. Ces personnes aimaient ses deux aspects et aimaient toujours ses photos et lui envoyaient même parfois des messages d’encouragement. La seule chose dont elle ne se rendait pas compte, c’est que ces personnes formaient également un groupe très uni entre elles. Et qu’ils vivaient également à proximité d’elle.

Un soir, l’un d’entre eux s’est blessé et s’est rendu à contrecœur à l’hôpital le plus proche. Seules quelques personnes accompagnèrent le blessé pour le soutenir mais aussi pour l’aider dans quelque chose de bien plus important. Alors que le personnel s’occupait du blessé, une infirmière a été reconnue. Ils la surveillèrent en attendant leur ami. Ils s’assurèrent que son sang n’était pas conservé et que leur secret était une fois de plus gardé. Ils ont également commencé à surveiller l’infirmière.

Les jours se sont transformés en semaines au fur et à mesure que l’observation se poursuivait. La plupart du temps, ils l’observaient de très loin. Après l’avoir observée suffisamment longtemps, ils ont décidé de passer à l’action. Elle publie un message dans lequel elle se plaint d’avoir à travailler une longue semaine et de pouvoir bénéficier d’une longue pause une fois qu’elle aura terminé. Il semble qu’elle ait dû remplacer des infirmières qui partaient en vacances et une autre qui partait en congé de maternité, ce qui l’a amenée à travailler onze jours d’affilée. Le groupe décide de passer à l’action le matin du douzième jour, qui est censé marquer le début de cinq jours de congé.

Elle sort de l’hôpital et se rend dans un petit restaurant qu’elle fréquente pour son dernier jour de travail. Elle y mange un repas décadent et rentre chez elle. Pendant tout ce temps, elle est suivie par eux. Elle arrive chez elle et entre dans sa petite maison. Elle essaie d’allumer la lumière, mais rien ne se passe. Alors qu’elle se dirige vers le disjoncteur pour voir si quelque chose ne va pas, elle sent soudain un coup sec dans son cou et tout devient noir et silencieux.

Elle se réveille plusieurs heures plus tard. Alors que son cerveau commence à s’éveiller et à s’orienter, les choses ne se passent pas comme prévu. Tout d’abord, elle ouvre les yeux et constate que l’obscurité est presque totale et que le silence règne. Elle regarde autour d’elle et se rend compte qu’elle n’est pas dans son lit et encore moins dans sa chambre. Elle se redresse dans le lit et se rend compte qu’elle n’a pas de vêtements et qu’il y a quelque chose de croustillant et d’odorant sur sa poitrine nue. Elle passe ses mains dessus et découvre que cela couvre tout son torse et descend le long de ses flancs. Elle tâte le lit et sent de l’humidité autour de l’endroit où son corps reposait.

Elle fait pivoter ses jambes pour sortir du lit et se lève. Le sol ressemble à de la pierre, pas à un sol en béton, mais à un sol en pierre. Elle essaie de regarder autour d’elle, espérant voir quelque chose une fois que ses yeux se seront adaptés, mais elle est incapable de distinguer quoi que ce soit autour d’elle. Elle étire ses bras et ressent une douleur et une gêne dans la partie supérieure de ses bras, comme si quelqu’un l’avait maintenue au sol pendant un long moment. Elle se débarrasse de cette sensation et fait quelques pas en avant jusqu’à ce qu’elle sente un mur. Elle s’approche un peu plus et commence à suivre le mur jusqu’à un coin. Elle fait cela jusqu’à ce qu’elle trouve une ouverture. Il n’y a pas de cadre et elle commence à croire qu’elle se trouve dans une sorte de grotte. Un frisson parcourt son corps et contre toute raison, ses tétons se durcissent et sortent de ses seins. Elle dépasse l’ouverture pour se faire une idée de la taille de la pièce. Pendant ce temps, elle ne sent aucun autre meuble dans la pièce.

Arrivée de l’autre côté du lit, elle s’arrête et s’assoit. Elle regarde à nouveau autour d’elle, dans l’espoir d’en savoir plus. Il fait toujours aussi sombre et silencieux. Elle réfléchit à l’endroit où elle se trouve et passe ses mains sur le reste de son corps. Elle sent de petites éclaboussures d’autres résidus croûtés ainsi que des indentations dans le haut de ses bras. Elle sourit un peu en reconnaissant qu’il s’agit de marques laissées par les liens de la corde. Elle en sent d’autres au milieu des cuisses, des mollets et des chevilles. Elle sait donc maintenant qu’elle a été attachée à un moment donné. Au lieu de céder à la panique, ce qui arriverait à la plupart des femmes saines d’esprit, elle se contente de sourire plus profondément et de glousser légèrement. Le regard du couloir acquiesce à sa réaction et s’éloigne silencieusement.

“Tu avais raison, elle ne panique pas à l’idée d’être enlevée. En fait, elle souriait après avoir senti les marques de corde et les nombreuses traces de sperme séché sur son corps. Elle n’était pas en train de faire semblant ou de mentir sur ses désirs et ses envies”.

Un homme se penche vers l’avant de sa chaise et affiche un large sourire. “Je suis heureux de l’apprendre, tout comme les autres. Soyons de bons hôtes et apportons-lui quelque chose à manger et à boire. Occupons-nous de ses moindres besoins. Si elle a des questions, qu’elle vienne me les poser.”

“Oui, Alpha. L’homme plus mince s’éloigne en silence et fait ce qu’on lui demande.

Elle est assise sur le lit, se balançant légèrement, lorsqu’elle entend quelqu’un arriver. Elle regarde vers l’ouverture et voit une lumière s’approcher. Elle tourne la tête et se couvre les yeux avec ses mains. Elle sent que quelqu’un entre dans la pièce et ouvre lentement les doigts pour permettre à ses yeux de s’adapter à la lumière. Une fois qu’elle s’est habituée, elle baisse ses mains. Elle n’essaie pas de se couvrir, elle pense que cela ne servirait à rien et aurait l’air ridicule. Son corps a manifestement été vu par la personne qui se trouve ici.

Devant elle se tient un jeune homme mince, d’un mètre soixante-dix environ. Il a de longs cheveux noirs, une longue barbe et une moustache, ses yeux sont d’un bleu vif et semblent mal à l’aise dans la lumière de la dame qu’il a fournie. Il tient dans ses mains un plateau en bois rempli de viande, de pain, de fromage et, sur le côté, un petit pichet contenant un liquide. Son estomac gronde, contre ses ordres intérieurs, et elle se lèche les lèvres. Elle regarde son torse nu se gonfler dans un souffle profond.

D’une voix rauque, ” Je t’ai apporté à manger et à boire. Quand tu auras fini, je t’emmènerai quelque part pour te nettoyer.” Il s’approche du lit et pose le plateau, puis se retire dans un coin près de l’ouverture. Elle voit qu’il ne porte qu’un petit pagne fait d’une sorte de peau d’animal. Il est également pieds nus et semble avoir quelques cicatrices le long de ses tibias et de ses avant-bras. Il s’assoit sur ses fesses et l’observe.

Elle se déplace pour regarder la nourriture sur le plateau. Elle prend une grosse tranche de viande et mord dedans. C’est tendre et sucré et c’est le meilleur goût qu’elle ait jamais mangé depuis des années. Elle réalise soudain à quel point elle a faim et commence à manger sérieusement. Elle prend du pain et le dévore, appréciant le goût du pain fait maison. Après plusieurs minutes de repas, elle tend la main vers la cruche et boit à pleines gorgées. L’eau est claire et propre, aussi bonne que la viande et le pain. Elle dévore toute la nourriture fournie et finit l’eau. Elle regarde l’homme qui sourit et se demande pourquoi. Elle se regarde du mieux qu’elle peut et ne voit rien d’anormal.

Il continue de sourire, se lève lentement et s’avance pour prendre le plateau. Elle essaie de saisir sa main, mais il est plus rapide qu’elle. Il se tient dans l’embrasure de la porte et son sourire a disparu. “Je vais t’emmener te laver maintenant. Suivez-moi de près. Et n’essayez pas de vous enfuir.”

Il s’éloigne lentement, attendant qu’elle le suive. Comme elle ne le fait pas, il revient. “S’il vous plaît, vous voudrez vous laver avant de rencontrer les autres.”

Elle se lève et le suit tandis qu’il s’éloigne à nouveau. Elle regarde autour d’elle et voit qu’il y a des lumières incrustées dans le plafond de pierre. Il l’entraîne dans un long couloir parsemé de nombreuses autres ouvertures. Certaines ont des tissus à l’intérieur et bloquent la vue, mais la plupart n’en ont pas. Enfin, ils arrivent dans une grande salle commune. Il s’arrête et dit : “Veuillez attendre ici un moment.” Il s’engage dans une autre ouverture et s’éloigne rapidement.

Elle regarde la pièce et constate qu’elle ressemble à une salle semblable à celle qu’elle avait à l’université. Plusieurs types de chaises, quelques canapés et, dans un coin, une tour d’ordinateur et un moniteur de bonne taille. Sur le mur opposé, il y avait un grand écran de télévision fixé au mur. Dès qu’elle a fini de regarder autour d’elle, l’homme maigre revient et sourit.

Il s’avance vers une autre ouverture dans la grande pièce et fait signe à la jeune femme de le suivre à nouveau. Pendant qu’ils avancent dans le couloir, elle regarde autour d’elle et essaie de déterminer où ils se trouvent. Il la conduit dans une pièce qui ressemble à une douche de vestiaire et lui demande de se nettoyer. Elle hésite, puis se rend compte qu’elle est déjà nue et que cela lui ferait du bien d’enlever tout le sperme séché de son corps. Elle passe sous la pomme de douche et tend la main pour l’allumer. Elle pousse un cri lorsque l’eau froide frappe son corps et l’homme maigre se contente de rire d’elle. Après quelques secondes, l’eau se réchauffe un peu, mais ne devient pas plus chaude. Elle voit des distributeurs de savon et de shampoing et entreprend de se laver aussi vite que possible. Dès qu’elle a terminé, l’homme lui jette une serviette et attend.

Une fois qu’elle a terminé, il lui prend la main et commence à l’entraîner plus loin dans le couloir, elle pense qu’il tourne, mais n’en est pas vraiment sûre. Au bout de quelques minutes, elle est conduite dans une grande chambre où un homme âgé est assis sur une grande chaise en bois sur laquelle sont gravés des loups. L’homme maigre s’approche de l’homme plus âgé, s’incline légèrement et la présente à “l’Alpha”.

L’homme se lève de sa chaise et descend pour regarder la femme. Il est heureux de constater qu’elle a déjà de belles courbes et il est certain qu’elle sera encore plus belle avec des seins plus gros. Il donne des coups de patte à sa chair, enfonçant des ongles pointus et râpeux le long de sa peau. Il se penche sur elle, la renifle et laisse échapper quelque chose qui ressemble à un grognement. Enfin, il se place derrière elle et lui tend la main pour attraper ses seins. Elle se crispe lorsqu’elle sent sa bite nue frôler son cul. Sans réfléchir, elle pousse son cul vers lui et sent sa bite tressaillir sous l’effet de son action. Il la reluque puis sourit.

“Elle est acceptable, il faut absolument qu’elle grossisse ses seins, de préférence de façon naturelle. Mettez-la avec les garçons”.

Elle regarde les quelques autres personnes présentes dans la chambre et la peur commence à envahir son corps. Elle a bien aimé ses remarques, mais le ton qu’il a employé l’a rendue très nerveuse. On la conduit au bout du couloir et, après quelques virages, elle est poussée dans une grande pièce très peu éclairée. Elle regarde par l’ouverture et sent l’odeur de la testostérone à plein nez. Elle est certaine qu’il y a beaucoup de garçons dans la pièce et probablement beaucoup d’hommes aussi. Elle regarde l’homme maigre et hésite. Il la pousse à l’intérieur et une porte se referme derrière elle.

Ses yeux s’adaptent à la faible luminosité et elle constate qu’il y a effectivement beaucoup d’hommes et de garçons dans la pièce. Elle est beaucoup plus grande qu’elle ne le pensait. Dans un coin, il y a un très grand lit, plus grand que ce qu’elle a vu auparavant. Plusieurs hommes sont debout autour du lit et commencent déjà à toucher et à caresser leurs bites en pleine croissance. Elle s’inquiète de savoir combien il y en a, mais elle n’a pas peur.

Deux garçons s’approchent d’elle, la regardent dans les yeux et, au lieu d’avoir peur comme tant d’autres femmes avant elle, ses yeux sont remplis de convoitise. Ils se mettent soudain à hurler et, rapidement, tous poussent des hurlements graves et profonds. Presque comme les loups qu’elle a vus à la télévision. Les garçons l’attrapent brutalement et la tirent vers le lit. Alors qu’elle est jetée au milieu du lit massif, les corps des hommes se déplacent également sur le lit et ils commencent tous à la toucher.

Elle est submergée par les sensations des mains qui la touchent et la tripotent, des bouches qui embrassent et goûtent sa chair. Les langues touchent toute sa peau d’une manière ou d’une autre, son corps réagit malgré ses hésitations. Elle se souvient qu’elle a toujours rêvé de cette expérience ou de quelque chose de similaire, et que maintenant qu’elle y est confrontée, elle n’est pas sûre d’être prête.

Les spécimens masculins qui l’entourent se soucient peu de savoir si elle est prête et, alors qu’elle hésite, leurs besoins primaires se manifestent. Elle est soudain saisie et retournée avec une grande facilité, et des bites lui sautent au visage. Il y en a beaucoup, des petites comme des grandes, des petites comme des grosses. L’une d’elles s’avance et touche ses lèvres. Elle garde la bouche fermée, par peur autant que par curiosité. Une main saisit ses cheveux mouillés et tire fort dessus. Elle pousse un cri de douleur et la bite s’enfonce dans sa bouche. Ses dents s’y frottent, mais cela ne semble même pas ralentir l’homme qui y est attaché. Il commence à faire entrer et sortir sa bite de sa bouche et elle n’hésite plus.

Elle sent la chair chaude des bites se frotter à sa chair, se presser en elle. Des bites pressées contre ses seins, s’écrasant sur son cul et ses cuisses. Des mains qui tâtent, pincent, tirent, tordent ses tétons et la chair de ses seins sous tous les angles. Les mains glissent entre ses jambes et elle sent les fluides commencer à couler tandis que son corps se soumet à l’attention de tant de bites et de mains. Elle s’éloigne de la bite juste assez longtemps pour miauler… “Utilise-moi !”

Des grognements et des hurlements emplissent la pièce et une frénésie sexuelle fait vibrer tout le monde. L’énergie rayonne de tous les corps. Elle se perd dans les sensations et devient molle. Son esprit vagabonde puis s’enflamme… c’est ce que j’ai toujours voulu. C’est mon but. Elle gémit et gémit à cause des attouchements, des dégustations et des pressions. Très vite, elle sent une bite dans son cul, une dans sa chatte, celle qui baise sa bouche et sa gorge, ainsi que des bites dans ses mains et pressées contre son visage et son corps. Elle n’arrive même pas à comprendre comment ils peuvent tous la toucher, ni même combien ils sont nombreux. Elle cède aux énergies primaires et les laisse l’envahir.

Les minutes s’étirent en heures, elle sent le sperme glisser le long de son corps, les fluides s’écouler de son cul et de sa chatte qui sont remplis à ras bord. Elle a perdu le compte de ses propres orgasmes, et a même atteint un état de béatitude euphorique. Alors que son esprit tente de se recentrer, elle commence à réaliser qu’il y a de la fourrure qui la touche.

Elle bouge la tête, essaie d’ouvrir les yeux et se rend compte qu’ils sont presque collés par le sperme. Elle laisse sa main droite se passer une queue sur son visage pour s’éclaircir les yeux. Un gémissement de frustration suit rapidement. Alors qu’elle s’éclaircit les yeux, elle regarde autour d’elle et constate que tous ceux qui la touchent sont couverts de fourrure ou de cheveux très longs. Sa première pensée est qu’ils portent des combinaisons de fourrure. Elle laisse sa tête retomber sur le lit et se laisse emporter par le plaisir et la douleur. Elle sent deux bites se presser dans son trou du cul en même temps et son esprit décide qu’il est temps de s’éteindre et elle perd conscience.

À son réveil, son corps est lavé. C’est doux et délicat. Elle ouvre lentement les yeux et s’aperçoit qu’elle se trouve dans un petit bassin alimenté par une cascade. Elle est entourée de femmes de différentes nationalités. Elles discutent à voix basse pendant qu’elles la baignent. Lorsqu’elles remarquent qu’elle est réveillée, elles s’approchent et l’apaisent. Elles lui parlent doucement et lui assurent qu’elle va bien. Son corps est couvert d’ecchymoses, elle sent que la plupart d’entre elles sont déjà en train de se former. Ils ont dû continuer après qu’elle se soit évanouie, jusqu’à ce qu’ils soient tous épuisés. Une femme plus âgée entre dans la piscine et s’approche de la femme. Tous les autres reculent un peu et attendent.

“Je suis heureuse de voir que vous êtes réveillée. Je craignais qu’ils ne vous aient brisée. Je vais vous donner des médicaments pour soulager vos douleurs et vous examiner pour m’assurer que vous allez bien partout. Avez-vous des questions, en dehors de celles qui sont évidentes ?”

Elle essaie de parler, sa gorge est douloureuse et à vif. Elle réussit enfin à dire : “Où suis-je ?”.

La femme fait signe à une autre femme de s’approcher. “Vous êtes dans les montagnes, c’est évident, mais pour l’instant je ne vous en dirai pas plus. Alpha a des plans et si vous continuez à survivre, et que vous n’êtes pas gravement blessée après avoir affronté les garçons, vous en saurez plus. Mais je peux te dire que la plupart des choses qui te sont arrivées, c’est parce que tu l’as toi-même demandé. Maintenant, sois gentille et bois ça, ça va avoir un goût horrible, mais ça va soulager ta gorge et plus encore.”

Elle boit la préparation qu’on lui tend et bafouille, manquant de la recracher. La femme à l’allure de matrone lui fait un signe de la main en guise de réponse négative. Il glisse dans sa gorge, et outre le goût, elle sent des sensations apaisantes se propager de sa gorge à son cou, puis à tout son corps. Elle se demande ce qu’il y a dedans, car elle n’a jamais rien ressenti de tel dans sa vie.

“Serai-je un jour autorisée à rentrer chez moi ? Elle est capable de poser cette question sans ressentir de gêne ou de douleur.

“Toutes les femmes et les jeunes filles qui l’entourent murmurent : “Pourquoi voudriez-vous le faire ?

La femme à l’allure de matrone passe entre ses jambes : “Avec le temps, vous comprendrez, maintenant détendez-vous, je dois examiner votre col de l’utérus”. Après quelques minutes d’inconfort, la femme s’éloigne. “Vous allez bien, ma chère. Je dirai à Alpha que vous avez besoin de plus de repos aujourd’hui, ainsi que d’un bon repas. Laissez ces jeunes femmes finir de s’occuper de vous et elles vous conduiront à l’endroit où vous logerez à partir de maintenant. Toddles”.

Les femmes finissent de la baigner, lui expliquant que la vie est bien plus simple ici qu’elle ne l’était avant leur arrivée. Au fur et à mesure que la soirée avance, elle remarque que toutes les femmes ont des seins lourds et volumineux, exactement comme elle le voudrait pour elle-même. Elles terminent son long bain et l’aident à s’habiller d’une robe simple qui peut être facilement jetée. Elle les suit dans une pièce près de la piscine. Elle voit qu’il y a peu de logements, mais cela ne dérange pas les autres. Elles lui font visiter les lieux et la familiarisent avec les autres femmes présentes ainsi qu’avec ce que l’on attend d’elle.

On lui explique qu’elle est là pour faire plaisir aux hommes, aux garçons et, si elle a de la chance, à l’Alpha. Elle s’assoit sur quelques coussins et réfléchit à ce qu’on lui a dit. Quelques minutes plus tard, une cloche sonne et tous se lèvent et se précipitent dehors. Elle les suit lentement jusqu’à une grande cuisine où on leur donne des instructions et des tâches pour la préparation d’un repas. Lorsque tout est terminé, elles servent le repas à une salle remplie d’hommes d’âges et de nationalités différents. Lorsqu’elles ont terminé, les femmes plus âgées leur disent de commencer à nettoyer et, une fois qu’elles auront terminé, elles seront nourries.

À la fin de la journée, elle est épuisée, n’ayant jamais effectué ce genre de travail. Elle suit les autres jeunes femmes dans leurs quartiers. Elle s’endort rapidement, rêvant d’étranges hommes en fourrure qui la baisent. Elle se réveille plusieurs fois, ne sachant pas si elle est effrayée ou excitée par ces rêves.

Les jours passent avant qu’elle ne revoie l’homme maigre de son arrivée. Elle commence à s’habituer à sa nouvelle vie et comprend rapidement pourquoi aucune des femmes ne veut partir. Elle est heureuse dans cette communauté où on lui dit ce qu’elle doit faire, quand elle doit le faire, et où les attentes ne sont pas difficiles à satisfaire. L’homme maigre la fait sortir de la cuisine et l’emmène dans le couloir. Elle se rend compte qu’elle est à nouveau emmenée devant l’Alpha. Cette fois, elle n’a pas peur, elle l’a déjà vu pendant les repas, mais il ne l’a jamais reconnue, si ce n’est pour lui demander plus de nourriture ou de boisson.

Ses nerfs sont à vif et elle se demande ce qui va se passer. L’homme maigre l’escorte à l’intérieur, puis s’en va discrètement. Elle regarde à nouveau la pièce, sans plus aucune crainte. Elle voit des peaux d’animaux sur les murs et sur le sol, ainsi qu’une grande et majestueuse chaise en bois sculptée de loups. Elle ne voit pas Alpha, mais l’entend entrer dans la pièce pendant qu’elle regarde autour d’elle.

“Je suis heureux que tu aies survécu aux garçons. Tu as prouvé que tu méritais d’être avec nous et que tu étais prête à changer. Les garçons souhaitent t’avoir à nouveau ce soir et Tata dit que tu es à nouveau assez forte. J’espère que tu apprécieras cette soirée autant que la première”. Il lui fait signe de s’en aller et s’assoit sur sa chaise massive.

L’homme maigre s’avance et l’entraîne loin d’Alpha, dans la pièce où se trouvent “les garçons”. Elle entre dans la pièce et sent à nouveau les hormones ainsi que la vieille odeur du sexe. Elle sourit alors que des flashs de la dernière fois lui reviennent à l’esprit. Elle regarde autour d’elle et voit tous les hommes et les garçons dans la pièce. Cette fois, elle peut voir à quel point ils sont excités de la revoir. Ils sont tous durs et palpitants. Elle enlève sa robe simple, la jette dans un coin et se dirige vers le lit, où elle se met à genoux. Elle regarde par-dessus son épaule pour voir qu’elle est rapidement entourée. Son cœur s’emballe d’impatience et d’un léger sentiment de peur. Elle prend une grande inspiration et expire… “Bonjour les garçons !”

Ils se jettent sur elle comme une meute d’animaux voraces. Elle pousse un cri de plaisir lorsque des mains s’emparent de son corps et le serrent. Elle tend les bras pour attraper la chair des hommes, les bites, les mains, tout ce qu’elle peut. Puis cela recommence. Alors que sa main s’agite, elle frôle de la fourrure ou des cheveux courts. Elle essaie de chercher cette fois, se demandant si l’un d’entre eux n’a pas amené un chien à leur fête du sexe et de l’extase.

Alors que ses yeux trouvent ce qu’elle cherche, elle s’arrête, choquée et surprise. Elle voit l’un des garçons en train de se transformer. Son corps s’agite légèrement, son dos s’étire ainsi que ses bras. Elle observe les autres hommes qui la tripotent et se frottent à elle. L’un d’eux essaie de se déplacer devant elle pour lui enfoncer sa longue bite dans la bouche. Elle le repousse pour voir le garçon finir de se transformer en ce qu’elle ne peut qu’appeler un homme-loup. L’homme qu’elle pousse se retourne pour voir ce qui l’a distrait, il glousse et laisse échapper un hurlement. Rapidement, les autres s’en rendent compte et commencent eux aussi à se transformer et à prendre des formes similaires. Elle se retrouve soudain entourée d’hommes-loups à la bite palpitante. Elle les regarde dans les yeux et voit qu’ils sont glacés de désir et d’envie.

Son cerveau se met en marche, la luxure envahit son corps, ses jambes se dérobent et elle tombe sur le cul. Un pénis légèrement courbé est poussé vers son visage, elle le prend dans sa bouche et commence à le sucer avec force. Elle lâche prise et, aussitôt, l’orgie semble reprendre. Elle peut sentir son propre jus s’écouler de sa chatte tandis qu’ils se pressent sur elle. Comme la veille, des bites se pressent contre elle. Elle les prend dans ses mains, caressant chacune de celles qu’elle peut atteindre. Avec les corps qui bougent et se déplacent, elle a l’impression d’avoir une bite différente dans les mains toutes les quelques secondes. Elle suce et avale celle qu’elle a dans la bouche en la sentant gonfler et pulser. Elle ouvre rapidement sa gorge du mieux qu’elle peut lorsqu’il projette son sperme dans son estomac. Et ainsi de suite jusqu’à la fin de la nuit.

Les bites sont poussées, bousculées, enfoncées et caressées tout au long de la nuit. Elle se rend compte que toutes leurs bites sont plus épaisses et que certaines sont même plus longues. Elle gémit et gémit dans un besoin et un plaisir total. Elle est encore plus excitée par le fait que ce sont des hommes-loups. Il semble que toutes ses pensées taboues les plus profondes et les plus sombres commencent à se réaliser. Alors qu’elle tente de se concentrer à nouveau sur le sexe, un grand homme-loup aux cheveux longs l’attrape par les hanches et la retourne sans problème pour qu’elle se retrouve à quatre pattes devant lui. Elle rit de l’ironie de la position tandis qu’il enfonce une grosse bite palpitante dans sa chatte. Il pousse immédiatement le col de l’utérus et essaie d’aller plus loin. La douleur s’installe dans son abdomen alors qu’il s’enfonce en elle, chaque fois plus fort, jusqu’à ce qu’il atteigne enfin le point désiré.

Son esprit est bouleversé par la douleur de sa grosse tête entrant dans un endroit qui n’a jamais été pénétré auparavant. Les larmes coulent sur son visage, puis elles sont essuyées par la grosse bite dans son visage. Elle ouvre la bouche et en prend autant qu’elle peut, en essayant de l’avaler si possible. Bientôt, la douleur de sa chatte s’estompe tandis qu’il s’enfonce en elle avec force et rapidité. Elle sent les griffes s’enfoncer dans ses hanches, avec une légère piqûre de chair transpercée et la chaleur du sang qui s’écoule de sa chair perforée. Son cerveau semble entrer dans un nouvel espace de félicité qu’elle n’a jamais connu auparavant. Elle gémit de désir et se repousse contre son amant.

Les autres hurlent de plaisir et de ferveur en reconnaissant son acceptation de ce qu’elle est devenue. Des bites humides et dégoulinantes se pressent sur tout son corps. Elles laissent derrière elles des traînées de pré-cum en glissant contre elle. Elle essaie d’en toucher et d’en caresser autant qu’elle le peut. Elle ne sait pas combien il y en a, mais elle veut sentir chacune d’entre elles. Bientôt, chacun de ses trous humides est utilisé et rempli de bite. Dès qu’une bite la remplit de sperme et se retire, une autre prend sa place. Elle sent sa chatte et son trou du cul s’étirer et glisser sur les bites monstrueuses qui sont poussées, poussées et enfoncées en elle.

Elle n’a plus de voix après quelques heures de gémissements, de râles et de gorge utilisée comme décharge de sperme. Cette fois-ci, elle est capable de garder sa conscience et de jouir de chaque bite qui est utilisée dans et sur son corps. Au matin, elle ne peut plus bouger. Ses jambes sont douloureuses à cause de toutes les sexcapades et de l’utilisation brutale. Alors qu’elle est allongée sur le lit, les hommes commencent à partir en silence et les jeunes femmes entrent à nouveau dans la pièce. Elles l’aident à se relever et à entrer dans la piscine, où elle s’endort par intermittence pendant qu’on la baigne et qu’on l’examine.

Elle se réveille dans la salle commune qu’elle partage avec les autres jeunes filles. Elle est recouverte d’une grande fourrure, elle se dégage lentement de celle-ci et se lève lentement. Ses jambes sont faibles et elle a mal à des endroits où elle n’a jamais eu mal auparavant. Elle sourit néanmoins et se dirige vers la salle de bain. Lorsqu’elle revient dans la pièce, elle voit la matrone de tout à l’heure qui l’attend. Elles s’embrassent alors qu’elle s’assoit.

“Vous resterez longtemps avec nous si vous le souhaitez. Mais c’est votre seule et unique chance de partir. Je suis presque sûre que vous êtes enceinte de l’un des garçons, mais je n’en serai pas certaine avant quelques semaines. Tu peux rester avec nous, faire partie de la famille et continuer à élever les générations futures. Ou tu peux partir et ne jamais revenir vers nous ou nos coutumes. Réfléchis bien et dis-moi demain matin”. La matrone l’embrasse sur le dessus de la tête et la laisse seule.

Une fois qu’elle est partie, de nombreuses autres jeunes filles se précipitent sur elle et se jettent sur elle. Elles gloussent, sourient, la serrent fort dans leurs bras, comme des sœurs. Alors qu’elle est submergée par l’émotion, elle se rend compte qu’elle n’a jamais été aussi heureuse depuis longtemps. Elle se sent acceptée et désirée ici. Elle se dégage des filles et se précipite dans le hall. Elle aperçoit la matrone au fond du couloir et s’écrie : “Je reste !”.

Elle revient dans la chambre en poussant des cris de bonheur et de joie. Toutes les filles la serrent à nouveau dans leurs bras et lui disent à quel point elles sont heureuses qu’elle reste. Elles s’effondrent toutes dans la literie en se serrant les unes contre les autres et en se touchant. Elle s’allonge au milieu de cette chaleur et de cet amour et se sent satisfaite pour la première fois de sa vie. Puis elle se demande…. Quelle sera la taille de ses seins pendant la grossesse ?

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings