Histoire erotique Histoires taboues

Histoire érotique une Secrétaire dans une entreprise de lingerie

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Ne t’inquiète pas, elle participera ! Nous nous verrons demain soir. À plus tard. “Werner Paschke a relu son e-mail avant d’appuyer sur le bouton d’envoi, satisfait. Le président du conseil d’administration de smootex AG, une PME qui fabrique des sous-vêtements et de la lingerie, s’est assis dans son fauteuil et a regardé, perdu dans ses pensées, la photo de Josef Paschke sur le mur de son bureau. Josef, son vieux maître, avait fondé l’entreprise après la guerre, à une époque où personne ne pensait encore à de la lingerie séduisante, en tant que petite manufacture de lingerie et l’avait établie comme un fabricant national sérieux.

Mais c’est Werner, qui a repris l’entreprise il y a maintenant 10 ans, qui a réussi à percer grâce à l’expansion à l’étranger et à la délocalisation d’une partie de la production en Asie. Entre-temps, smootex était référencé dans tous les grands magasins connus. La petite SA, dont les actions étaient toujours détenues par la famille fondatrice, était considérée comme solide et si l’entreprise devait un jour entrer en bourse, les initiés lui prédisaient déjà une nouvelle poussée. Werner, qui a maintenant la quarantaine, était considéré comme un dirigeant charismatique doté d’un talent commercial.

Il semblait que le bon vivant et le playboy qu’il était autrefois était devenu plus calme et plus sage en se mariant et en entrant dans l’entreprise de son père. Les 1 500 employés, en tout cas, adoraient leur patron. Birgit Seidel, l’apprentie commerciale de 20 ans de smootex AG, ne savait pas grand-chose de tout cela. Birgit avait obtenu son baccalauréat l’année dernière et était heureuse d’avoir trouvé une place d’apprentissage juste à côté de chez elle. Certes, la grande ville n’était qu’à une trentaine de kilomètres, mais ici, dans le cadre idyllique de cette ville de 30.

000 habitants, Birgit se sentait toujours le mieux. Elle n’était pas attirée par les lumières colorées des métropoles avec leur agitation et leurs nombreuses tentations. Au lieu de cela, Birgit aimait plutôt les soirées agréables et amusantes avec ses amies. Elle profitait également de chaque minute de libre avec son ami Sven, avec qui elle était déjà en couple depuis trois ans. Elle avait rencontré Sven, de deux ans son aîné, par l’intermédiaire de son club de sport il y a un an et il semblait évident qu’ils allaient bientôt emménager ensemble et se marier un jour.

Bref, Birgit était parfaitement heureuse de sa vie. Avec son mètre soixante, ses cheveux blonds mi-longs, ses yeux bleus et son sourire désarmant, Birgit inspirait immédiatement la sympathie aux autres. Dans chacun de ses départements de formation, elle a été appréciée en peu de temps et s’est intégrée sans problème dans les processus de travail. La plupart des hommes faisaient cependant plutôt attention à la poitrine de Birgit qui, avec un bonnet E, ne convenait pas vraiment à la petite Birgit, même si elle était plus proéminente que maigre.

Histoire érotique une Secrétaire dans une entreprise de lingerie
Un trans au tél rose !

Ses seins ont commencé à pousser très tôt et sa taille a suscité de nombreuses remarques désobligeantes de la part de ses camarades de classe masculins de l’époque. Après un certain temps, certaines filles se sont montrées hostiles à son égard. Cela a rapidement fait en sorte que Birgit ne montre jamais de décolleté et préfère se promener en t-shirts amples plutôt qu’en hauts moulants. Cela lui a épargné la plupart des commentaires des deux sexes et lui a permis d’avoir une jeunesse largement ignorée. Même ses expériences sexuelles, avant qu’elle ne rencontre Sven, se limitaient à quelques rares câlins, la plupart du temps lors des fêtes habituelles, lorsqu’elle se faisait à nouveau avoir par les chauds serments d’amour d’un garçon ivre.

Seul Sven a réussi à la convaincre de ses intentions sincères. Ils sont restés ensemble plusieurs semaines avant qu’elle n’ait la moindre confiance en elle et que Sven ait pu coucher avec elle. Depuis, elle savourait les heures de tendresse, lorsque Sven couvrait son corps de baisers et que sa langue la rendait folle. Elle aussi devenait de plus en plus active et entre-temps, elle aimait même gâter amoureusement le membre de son ami avec sa bouche, même si Sven avait dû lui demander plusieurs fois au début et que la première fois, elle ne l’avait fait que pour lui.

Mais entre-temps, elle appréciait la sensation de le sentir dans sa bouche, de faire monter son excitation à l’infini et de lui ouvrir ensuite ses cuisses de bon gré. Sven la baisait alors avec fougue et généralement un peu plus fort que d’habitude, ce qu’elle appréciait bien plus en secret et qui lui procurait en un rien de temps un orgasme démentiel. Pour l’instant, Birgit ne pensait pas au sexe avec son ami. Elle était assise dans l’antichambre de Monsieur Paschke et s’efforçait de taper un texte du dictaphone à l’ordinateur.

Madame Wilhelm, l’assistante de longue date du chef, était tombée enceinte et était en congé de maternité depuis trois semaines. La semaine prochaine, elle devait mettre au monde un nouveau citoyen de la terre. On voulait engager une intérimaire pour la remplacer, mais Paschke a insisté pour qu’il y ait dans son antichambre quelqu’un qui connaisse un peu l’entreprise. En outre, il était clair que Mme Wilhelm ne resterait à la maison que quelques mois après la naissance. Comme M. Paschke s’organisait par ailleurs assez bien tout seul, il n’était pas absolument nécessaire de chercher une “secrétaire de sang” pour le remplacer.

“L’essentiel”, disait M. Paschke à l’époque, “c’est qu’elle soit intelligente, qu’elle sache utiliser un ordinateur et qu’elle ne ressemble pas à Kermit la grenouille au téléphone”. Et c’est ainsi que Mme Wilhelm s’est mise à la recherche d’une remplaçante avec ces instructions précises. Birgit ne savait pas ce qui lui arrivait lorsque Mme Wilhelm l’a abordée. Certes, elle la connaissait, mais plutôt pour les rares visites qu’elle faisait à M. Paschke, lorsqu’elle devait lui remettre quelque chose pour le compte d’un autre service. Mais le fait qu’elle soit restée environ

Un quart d’année dans la salle du conseil d’administration l’a d’abord effrayée. Elle ne savait pas du tout quelles tâches il y avait à accomplir. Et si elle ne répondait pas aux exigences de M. Paschke ? Et si son chef était horrible ? D’un autre côté, avait-elle le choix ? Si Madame Wilhelm l’avait choisie pour cela, elle devait avoir ses raisons, se dit Birgit. Et en fait, c’était un honneur de pouvoir travailler pour le “grand patron”.

Il n’a donc fallu que quelques secondes à Birgit pour dire oui à Mme Wilhelm. Les premiers jours ont été un peu déroutants, mais M. Paschke s’est révélé être un très bon chef et l’a aidée à se familiariser avec les lieux autant que possible. Mais très souvent, il n’était pas au bureau, soit parce qu’il avait des rendez-vous extérieurs, soit parce qu’il était à nouveau en réunion. Birgit avait donc tout le temps de faire connaissance avec tout ce qui se passait, d’arranger les choses et de prendre les appels pour lui.

“Madame Seidel”, dit Paschke après une bonne semaine, “tous mes compliments. Vous organisez vraiment très bien le bureau. Je suis vraiment content que Madame Wilhelm vous ait trouvée. “Birgit a d’abord rougi, puis son visage s’est illuminé. Un compliment de la part du chef suprême ne pouvait pas être si dommageable, pensa-t-elle, et elle s’investit désormais encore plus dans ses tâches. Oui, elle voulait faire un travail parfait et ne rien laisser paraître.

Soudain, Werner Paschke sortit de son bureau, se plaça devant elle et la regarda avec impatience. Birgit s’arrêta dans son texte, retira les écouteurs du dictaphone et balbutia : “Excusez-moi, Monsieur Paschke, mais le texte a encore besoin de cinq minutes. “Pas du tout, Madame Seidel”, lui sourit M. Paschke, désarmant, “le texte a le temps. J’ai une toute autre préoccupation. Comme vous le savez, la réunion sur les produits avec nos chefs pour les Etats-Unis et l’Asie, M. Sonnleitner et M. Schumacher, est prévue pour demain soir.

Histoire érotique une Secrétaire dans une entreprise de lingerie
Nouveaux profils

“Bien sûr, Birgit le savait, car elle avait organisé le rendez-vous et réservé des chambres pour les deux hommes dans le meilleur hôtel de la ville. “Oui, bien sûr, il y a des problèmes ?” demanda Birgit, inquiète. “Non, bien au contraire. Cela vous intéresserait-il de participer ? J’imagine qu’être ainsi directement impliquée dans la décision des pièces qui seront intégrées dans notre nouvelle collection serait certainement une belle expérience pour vous. ” Les yeux de Birgit se sont mis à briller.

” Avec plaisir. Bien sûr que ce serait une expérience. ” ” Bien, alors vous serez là demain soir à 17 heures ! Comptez deux bonnes heures, et nous devrions avoir fait le tour de tous les sujets. ” Sur ces mots, il se retourna et disparut à nouveau dans son bureau. Birgit ne remarqua pas le sourire insolent qui se dessinait sur le visage de Werner…. Birgit était complètement excitée. Le soir, elle en a parlé à Sven, qui s’est réjoui avec elle, et ensemble, ils ont imaginé comment une telle prise de décision pourrait se dérouler.

Le lendemain matin, Birgit est restée longtemps devant son armoire à réfléchir à ce qu’elle devrait porter pour un tel rendez-vous. Elle n’avait pas vraiment de tenue de travail et désespérait de trouver quelque chose de sérieux, de noble et pourtant de sportif. Finalement, elle a renoncé, a pris un pantalon en tissu sombre et un chemisier blanc dans l’armoire et a attrapé des escarpins plats assortis. Contrairement à sa tenue habituelle, composée de jeans et de t-shirts, Birgit se sentait maintenant totalement importante.

Elle s’est habillée en souriant, s’est regardée dans le miroir et s’est mise en route pour le bureau. La journée passa très vite et peu avant 5 heures, deux hommes apparurent et se présentèrent à Birgit comme Messieurs Sonnleitner et Schumacher. Birgit a salué les deux hommes, qu’elle ne connaissait que par téléphone, et les a brièvement examinés. Klaus Sonnleitner, la cinquantaine, avait plutôt l’air d’un oncle confortable avec ses cheveux gris, son visage rond et sa nette bedaine, et non d’un manager perspicace qui a fait de smootex le numéro 4 du marché américain.

Tim Schumacher, en revanche, n’avait qu’une trentaine d’années, était d’une minceur sportive et d’un regard perçant, et incarnait le type idéal du jeune manager ambitieux et avide de succès. L’Asie était le dernier territoire d’exportation de l’entreprise, mais les chiffres étaient déjà encourageants. Ils semblaient aussi opposés que l’eau et le feu, mais ils étaient tous deux, avec Werner Paschke, les garants du succès de l’entreprise. Birgit ne manqua pas non plus de remarquer qu’ils la jaugeaient également et qu’ils fixaient peut-être un peu trop longtemps sa poitrine.

Brièvement, ce sentiment désagréable de ses années d’école se fit à nouveau sentir et Birgit se maudit d’avoir mis un chemisier aujourd’hui. Heureusement, les hommes ont relâché leurs regards et se sont tournés vers la grande salle de réunion avec leurs valises. Birgit y avait déjà tout préparé l’après-midi. La pièce se composait d’une grande table de conférence pour dix personnes et d’un grand canapé exclusif en cuir sombre. Sur ordre de Monsieur Paschke, du champagne, de l’eau et des petits amuse-gueules y étaient préparés et Birgit se demandait avec dédain le matin même, en mettant le couvert, si ces messieurs voulaient faire la fête ou travailler.

Mais peu importe, pensa Birgit, je n’y connais rien et s’il était nécessaire de prendre des décisions importantes, alors il devait en être ainsi. Werner Paschke sortit de son bureau et invita Birgit à le suivre. Ensemble, ils entrèrent dans la salle de conférence et prirent place. Paschke ouvrit la réunion et présenta Birgit comme la remplaçante de Mme Wilhelms, qui devait aujourd’hui représenter les goûts féminins de la clientèle. Les hommes acquiescèrent avec bienveillance et Birgit sentit la responsabilité qui pesait sur ses épaules.

Il fallait donc d’abord choisir la collection et ensuite, vers 18h30, une agence devait venir avec deux mannequins pour présenter à nouveau les dessins choisis. Birgit comprit alors pourquoi il y avait autant de boissons et de nourriture. Bien sûr, si 3 ou 4 personnes de plus venaient, on aurait besoin des nombreux verres. Sur le côté, sur un trépied, Birgit a découvert une caméra vidéo et a demandé à quoi elle servait. Paschke lui expliqua qu’on en avait besoin au cas où on ne parviendrait pas à se mettre d’accord lors de la présentation de l’un ou l’autre sous-vêtement.

Ainsi, on pourrait regarder la scène tranquillement après et les dames n’auraient pas besoin de se présenter une nouvelle fois dans la même tenue. Birgit comprit et acquiesça. Les porte-manteaux avec les nouvelles créations ont ensuite été amenés et chaque pièce a atterri sur la table de conférence, l’une après l’autre, devant les participants. Birgit examina les pièces. Elle avait déjà vu certains modèles de lingerie dans d’autres départements, d’autres lui étaient totalement inconnus. Elle découvrit des slips en coton, comme ceux qu’elle avait portés elle-même, avant que Sven ne la convainque que les filles de son âge portaient plutôt des strings coquins et non des “tue-l’amour”, comme il aimait à le dire.

Elle vit ensuite des soutiens-gorge normaux, des bustiers coquins et de superbes corsages, strings et bodys. Et c’est dans ce flot qu’elle devait choisir la collection de l’année prochaine ? Birgit souffla brièvement et Paschke la regarda avec surprise : “Les pièces ne vous plaisent-elles pas, Madame Seidel ?” “Si”, répondit rapidement Birgit, “mais il y a tellement de belles choses. Comment peut-on porter un jugement de valeur ?” Paschke sourit : “Ne vous inquiétez pas Madame Seidel, nous ne faisons qu’effleurer les pièces, chacun donne son avis et nous regarderons les meilleures pièces plus tard avec les mannequins.

“Birgit hocha la tête et attendit que Paschke prenne la première pièce de linge en main. En fait, il ne jeta qu’un coup d’œil furtif à l’ensemble qui se trouvait devant lui et le passa sans un mot à Birgit. Celle-ci prit un peu plus de temps avant de le passer à Sonnleitner. Après que Tim Schumacher eut lui aussi examiné la marchandise, Paschke dit brièvement : “C’est clair que non, nous l’avons déjà sous une forme similaire et trop sage pour élargir la gamme.

“Birgit a de nouveau hoché la tête, même si elle ne connaissait pas l’assortiment actuel. Elle n’aimait tout simplement pas cette pièce. Sonnleitner et Schumacher hochèrent également la tête et la bonne pièce disparut ainsi dans un carton vide. 4:0, 3:1, 4:0, 4:0….. les décisions pour ou contre les produits ont été rapides et étonnamment faciles. Entre-temps, Birgit s’était dégelée et participait allègrement à la discussion lorsqu’une pièce lui plaisait particulièrement (ou pas). Il est arrivé que les hommes suivent les arguments de la jeune femme, ce dont Birgit était fière et qui l’encourageait à s’impliquer encore plus activement.

Le temps passe vite lorsque, peu avant la fin des évaluations, le téléphone portable de Monsieur Paschke sonne. Il a pris le téléphone et a parlé doucement à son interlocuteur. A la fin, il avait l’air déprimé : “Madame Seidel, messieurs, nous avons maintenant un problème. L’agence ne peut pas nous envoyer de mannequins. L’avion des dames a eu une panne et est toujours bloqué à Paris. On nous propose de faire venir les dames demain pour la démonstration. ” “Quoi ???” Sonnleitner secoua énergiquement la tête.

“Il n’en est pas question ! Mon avion part demain matin et j’ai déjà un rendez-vous de présentation après-demain chez mon meilleur client avec la collection qui sera alors terminée. “Werner, je suis dans le même état d’esprit”, confirme Tim Schumacher. “Nous devrions absolument clore ce sujet aujourd’hui. “Werner Paschke ruminait et un lourd silence s’installa dans la pièce. Birgit tenta de relancer le dialogue : “Mais la démonstration est-elle si importante ? Nous avons vu toutes les pièces, nous avons pris notre décision et je suis sûre que les choses ont l’air super !” “Superbe, vous dites ?” a fulminé Sonnleitner, ce qui a fait sursauter Birgit “Madame Seidel, elle n’en a aucune idée.

La mode, il faut la voir sur le vif. Ce n’est qu’alors que l’on comprend la coupe, l’interaction des matériaux et l’effet produit en combinaison avec la peau de la porteuse !” Birgit se glissa plus profondément dans son fauteuil et répondit timidement “Je vois”. Le silence s’installe à nouveau et Birgit observe à nouveau les pièces choisies. Devant elle se trouvaient environ 15 pièces de lingerie de toutes les catégories. Certaines choses, elle les achèterait immédiatement dans le magasin, mais d’autres, elle n’oserait jamais les porter.

Le pire, c’est un ensemble composé d’un bustier en tissu noir et rouge, presque transparent, et d’un slip assorti. On est presque nue, se dit Birgit en secouant la tête intérieurement. Bien sûr… Sven trouverait ça certainement sexy, mais je ne suis pas une prostituée, lui lança-t-elle dans la tête. La voix de Werner Paschke la tira de ses pensées. “FrauSeidel, vous êtes au courant de la situation difficile dans laquelle nous nous trouvons.

Si M. Sonnleitner n’obtient pas son rendez-vous après-demain, nous risquons de perdre plusieurs millions d’euros de chiffre d’affaires. “Birgit hocha respectueusement la tête. “Madame Seidel” reprit Paschke et tous les regards se posèrent sur elle “Vous voyez, nous sommes dans une situation d’urgence. Il est presque 19 heures et bien sûr, nous ne trouverons personne de sitôt. Vous pourriez peut-être prendre la place des dames ? Vous aideriez vraiment l’entreprise. “Birgit se figea d’effroi et écarquilla les yeux.

“Qui, moi ???” Un millier de pensées se bousculent dans la tête de Birgit. Des souvenirs de moqueries à l’école se formèrent dans sa tête et Birgit secoua faiblement la tête. Elle ne pouvait quand même pas se déshabiller ici. De plus, elle trouvait certaines choses bien trop osées pour être montrées en public. D’un autre côté – pour le bien de l’entreprise – elle était si heureuse d’avoir ce poste et ne voulait évidemment pas être responsable si l’entreprise perdait éventuellement un client.

“Mais…. ” balbutia Birgit avec le dernier espoir de tourner la page, ” je ne suis pas du tout un mannequin. La plupart des vêtements ne m’iraient même pas. ” Paschke savait qu’il avait déjà presque gagné. ” Ah Madame Seidel, nous le savons bien sûr. Mais regardez, nos clientes ne sont pas non plus des mannequins. Si elles vont à une jeune et jolie femme comme vous, alors notre clientèle les achètera aussi. “Paschke fit à nouveau une pause significative et Birgit réfléchit fébrilement.

“D’accord” dit Birgit à voix basse “si je peux vous aider. Mais s’il vous plaît, comprenez que je ne veuille pas porter l’une ou l’autre pièce. “Bien sûr, Madame Seidel, l’essentiel est que nous puissions voir une grande partie de la collection. Et après tout, c’est vous qui les avez choisies. Cela vous intéresse donc certainement de savoir comment elles apparaissent sur le corps, n’est-ce pas ?” Birgit hocha faiblement la tête. En effet, cela l’intéressait, mais en réalité, elle voulait plutôt voir les vêtements sur un modèle et décider ensuite dans quelques semaines si elle devait s’en acheter.

Mais ici et maintenant, Birgit se sentait complètement dépassée. Maintenant, elle espérait seulement que cette histoire se termine rapidement. “Super, maintenant que c’est réglé, nous devrions faire une pause et reprendre des forces. “Tim Schumacher se leva, se dirigea vers le canapé, ouvrit le champagne et en versa quatre coupes. Toutes les personnes présentes le suivirent et chacun reçut un verre. Birgit accepta le verre avec des mains tremblantes. Elle était soudain devenue le personnage principal, celui dont dépendaient les décisions importantes.

C’était un nouveau rôle pour elle et cela ne lui plaisait pas du tout. Birgit ne vit pas Paschke sourire aux autres hommes dans son dos. “Portons un toast. A la nouvelle collection !” dit Paschke en levant son verre. Les deux autres hommes approuvèrent et Birgit leva à son tour son verre et trinqua avec Monsieur Paschke. Dès les premières gorgées de champagne, Birgit sut qu’elle avait oublié quelque chose d’important aujourd’hui. Sous le coup de l’émotion, elle n’avait rien mangé de la journée et elle a donc immédiatement senti l’alcool lui monter à la tête.

Je ne devrais surtout pas trop boire, pensa-t-elle, je ne voudrais pas me mettre à ricaner ici. Birgit s’accrocha donc courageusement à son verre. Une conversation détendue s’engagea et Birgit en apprit un peu plus sur la vie en Amérique et en Asie. “Vous pouvez venir faire un stage chez moi”, s’est proposé Sonnleitner, “à condition bien sûr que votre programme scolaire le permette et que Monsieur Paschke n’y voie pas d’objection. “Cela pourrait te convenir, Klaus.

Se débarrasser d’une employée intelligente avec un stage bon marché. Tu cherches juste quelqu’un pour nettoyer ton bureau. “Tout le monde a ri et l’ambiance s’est nettement détendue, notamment grâce à la deuxième bouteille de champagne. Birgit en était déjà à son troisième verre et ses joues rouges indiquaient que l’alcool commençait à faire effet sur elle. “Bon, je suggère que nous commencions. Nous sommes tous revigorés et revigorés.

Nous voulons tous rentrer à la maison un jour ou l’autre et nous ne devrions donc pas perdre plus de temps. “Madame Seidel”, Paschke plongea la main dans un carton, “j’ai ici une robe de chambre pour vous. Vous ne voulez certainement pas traverser le couloir en lingerie. Je vous propose de prendre les vêtements et le manteau dans le bureau voisin et de vous y changer. Ensuite, vous reviendrez avec le premier ensemble. C’est d’accord ?” Birgit rayonne soudain. Une robe de chambre en soie claire ! Elle ne se sentirait pas si nue et n’aurait besoin d’enlever son manteau que quelques instants.

“Bien sûr, Monsieur Paschke, à tout de suite. “Birgit prit les vêtements et disparut par la porte. “Wow Werner, où as-tu ramassé cette mignonne petite colombe ?” sourit TimSchumacher. “Un jour, elle m’a apporté un porte-documents et j’ai eu du mal à ne pas fixer ses seins en permanence. C’est là que j’ai su qu’elle serait la bonne pour nous. ” Werner a eu un grand sourire et a mis la main à l’entrejambe. ” Je suis sûr que la petite ne se doute pas encore de tout ce qu’elle peut faire.

“Tous ont ri et ont pris place sur le canapé en attendant le retour de Birgit. Celle-ci n’avait rien remarqué des propos hilarants tenus dans la pièce voisine et était en train d’essayer le premier kit. Birgit avait opté pour un soutien-gorge très sage avec un motif à fleurs et un slip assorti. Bien sûr, le soutien-gorge s’adaptait plus mal que bien et comprimait les énormes seins de Birgit de telle sorte qu’ils débordaient légèrement vers le haut. Malgré cela, tout avait l’air encore assez moral.

Malheureuse de la situation, mais consciente qu’elle ne pouvait rien changer, Birgit attrapa son manteau et l’enfila pour retourner courageusement dans la salle de conférence. “Ah, vous voilà”, dit Pasche à Birgit. “Le mieux, c’est que vous enleviez votre manteau et que vous fassiez les cent pas devant le canapé. D’accord ?” Birgit acquiesça, se plaça devant le groupe de canapés et ouvrit nerveusement son manteau. Lentement, elle se débarrassa du manteau et le posa sur la table basse devant le groupe.

Elle remarqua immédiatement le regard avide de Sonnleitner, qui fixait ses seins avec fascination. Birgit se sentit mal à l’aise et étudia brièvement les visages des autres. Mais ceux-ci semblaient se contenter de regarder le linge et elle commença donc à faire lentement les cent pas devant ces messieurs. Dans son excitation, Birgit n’avait pas du tout remarqué la caméra qui enregistrait chacun de ses mouvements. “Mes compliments Madame Seidel, vous faites du bon travail. Soyez naturelle.

Nous ne vous mangerons pas. ” Birgit ne put s’empêcher de sourire. “Pourriez-vous vous tourner encore une fois, s’il vous plaît ?” Birgit hocha la tête, rouge de colère, car sa démarche lui donnait plutôt l’impression de se dandiner et non de flotter comme un mannequin. Birgit tourna comme on le lui avait demandé et s’arrêta, dos au groupe. Soudain, elle sentit Paschke derrière elle et, pour la première fois, elle sentit l’odeur de son after-shave. Un parfum coûteux, masculin et épicé lui monta au nez et Birgit ferma les yeux un instant pour s’imprégner de cette odeur avec tous ses sens.

“Excusez-moi, Madame Seidel” entendit-elle la voix chaude de Paschke “Puis-je avoir une minute ?” Birgit sursauta et se crispa. Sans attendre de réponse, le doigt de Paschke se glissa sous la bretelle et descendit doucement entre l’omoplate et la bretelle. Elle sentit le doigt étranger et n’osa rien dire. Il ne va quand même pas….. “Tim, c’est ici, au niveau de la couture, qu’il faut faire des retouches !” La tension de Birgit se dissipa. Ah, Monsieur Paschke voulait juste vérifier le matériel. Pendant un court instant, elle a eu peur qu’il ne la pelote.

Mais cela lui a confirmé que Paschke était un professionnel. Pourquoi aurait-il voulu la peloter ? Elle n’était qu’une petite oie stupide, pas un mannequin. Paschke avait certainement déjà touché des milliers de femmes plus jolies que lui dans sa vie. “Merci Madame Seidel. Le prochain set, s’il vous plaît. “Birgit sourit de soulagement, attrapa sa robe de chambre et sortit de la pièce. Dehors, Birgit secoua la tête, contrariée par elle-même. Tout le monde avait certainement remarqué sa peur et se moquait d’elle.

Birgit, tu es paranoïaque, se dit-elle, et elle choisit ensuite un tanquini avec un large slip. Le slip avait quelques empiècements de dentelle sur les côtés et on en trouvait également sur le haut, au niveau du ventre et du dos. Cette fois, l’ensemble lui allait étonnamment bien et Birgit se plaisait immédiatement. Elle allait l’acheter. Satisfaite, elle se retourna, enfila son manteau et quitta à nouveau son “vestiaire”. De retour dans la salle de conférence, les conversations s’arrêtèrent lorsque Birgit entra dans la pièce. Elle s’approcha de la table et enleva à nouveau son manteau.

L’ensemble lui allait vraiment bien et même s’il ne s’agissait peut-être pas de la tenue la plus coupable, elle soulignait de manière remarquable sa superbe poitrine et ses fesses fermes. Birgit a enregistré les regards appréciateurs et pour la première fois, elle s’est sentie vraiment à l’aise. C’est avec une légère fierté qu’elle s’est présentée devant les hommes réunis, a fait les cent pas, s’est tournée et s’est finalement arrêtée dans une pose de mannequin feinte. “Madame Seidel, cet ensemble est fait pour vous !” a loué Sonnleitner et Birgit a remarqué avec un sourire intérieur la légère excitation dans sa voix.

Oui, Birgit commençait, contrairement à avant, à apprécier les compliments. Il ne s’agissait pas seulement de ses seins, non, il s’agissait ici de l’interaction entre le tissu et le corps… un rôle qu’elle appréciait nettement plus. “Merci beaucoup” sourit Birgit et esquissa une petite révérence effrontée. Tout le monde rit, puis Paschke se leva à nouveau et s’approcha d’elle. Elle s’imprégna à nouveau de son parfum épicé, qui lui donna immédiatement une sensation de bien-être dans le ventre.

C’était déjà un homme formidable et certainement un cavalier accompli, rêvait Birigit. Schumacher et Sonnleitner s’approchèrent également et se tinrent tous autour de Birgit. “Vous savez ce que c’est, Madame Seidel”, dit Paschke, qui se tenait cette fois juste devant elle. “Bien sûr, Monsieur Paschke”, répondit Birigit en regardant les doigts de Paschke se glisser par devant sous la bretelle du tanqini. En même temps, elle sentait des doigts délicats dans son dos et sur ses fesses, qui la caressaient doucement et se glissaient sous le tissu.

Même si Birgit savait maintenant pourquoi cela se produisait, c’était pour elle une explosion de stimuli. Elle sentait les différents parfums, sentait les doigts sur sa peau et entendait comme à travers un brouillard les commentaires spécialisés des messieurs. Pendant un court instant, elle ferma les yeux et savoura les tendres caresses. Elle sentit deux grandes mains qui s’étaient glissées par derrière sous le haut et qui s’avançaient maintenant sur le côté, sous le tissu.

C’étaient des mains douces et chaudes et Birgit les appréciait. Elles s’arrêtèrent à la base de ses seins et Birgit fut déçue pendant un tout petit moment avant de pouvoir reprendre une pensée claire. Pendant ce temps, Paschke l’observait attentivement et souriait intérieurement. Oui, cette petite souris en profite déjà, pensa-t-il. Encore un peu et elle les supplierait de la baiser. Ses doigts glissèrent vers le bas le long de la bretelle, suivirent l’ourlet et s’approchèrent du décolleté.

Birgit avait toujours les yeux fermés, mais elle avait bien remarqué le doigt qui s’approchait de sa poitrine, même s’il sentait le tissu. Elle était incapable d’ouvrir les yeux. Paschke, ce devait être Paschke, aurait certainement vu tout de suite son visage effrayé et elle ne voulait pas redevenir la plouc apeurée. Tendue, elle retint brièvement sa respiration lorsque le doigt continua à avancer et atteignit la jonction avec ses seins.

Birgit s’attendait à ce qu’il s’arrête, mais Paschke a continué à la caresser, a suivi la forme de ses seins avec son doigt et l’a finalement glissé par le haut, comme un pénis, entre la forme comprimée de ses seins. Birigit était excitée et légèrement agitée. Elle sentait que la sensation de bien-être se transformait lentement en excitation et qu’elle mouillait. Cela ne devait pas arriver, surtout pas ici et maintenant, pensa Birigt. Elle ne pouvait tout de même pas salir ces vêtements inconnus avec son humidité.

Les joues rougies, elle ouvrit les yeux et regarda Monsieur Paschke, qui lui rendit son regard. “Monsieur Schumacher, veuillez noter les modifications”, ordonna Paschke. “Je pense que nous devrions regarder la prochaine pièce. ” Birgit acquiesça et fut heureuse de voir les mains se retirer. “A tout de suite” souffla-t-elle, attrapa son manteau et disparut à nouveau dans le bureau. Dans son bureau, Birgit ferma la porte et se laissa tomber contre elle en soufflant. Qu’est-ce que c’était que ça, se demanda-t-elle.

Sa chatte était mouillée et ses tétons durs. Comment ces caresses pouvaient-elles l’exciter à ce point ? Surtout, pensa-t-elle, alors que ces messieurs ne s’intéressaient pas du tout à elle. Ils ne voulaient qu’examiner les vêtements. Quelle honte ! Birgit se jura que cela ne devait pas se reproduire, se glissa hors de ses vêtements et fouilla dans ses affaires pour trouver un mouchoir. Elle s’en servit pour essuyer rapidement sa chatte mouillée et pensa à Sven. S’il la voyait comme ça, soit il flipperait, soit il la prendrait ici et maintenant.

Elle rêva brièvement de la belle queue de Sven et de la manière dont elle aimerait la gâter lentement avec sa langue. Sven se penchait toujours en arrière, fermait les yeux et laissait Birgit prendre complètement le contrôle. C’était agréable de le rendre fou si lentement et les doigts de Birgit glissèrent entre ses jambes, où elle alluma un nouveau feu d’artifice en un rien de temps. Ses doigts caressèrent son clitoris qui se mit à gonfler et dont le moindre contact lui procura un agréable frisson.

Ses propres gémissements ramenèrent brusquement Birgit à la réalité. “Quelle merde”, grogna-t-elle, “qu’est-ce que je fais ici ? Ils doivent déjà m’attendre. ” Comme pour confirmer, on frappa à la porte. “Madame Seidel ?” entendit-elleSchumacher, “tout va bien chez vous ?” “Oui, bien sûr, juste un instant”, rappela Birgit en entendant avec soulagement des pas s’éloigner. Elle prit rapidement un deuxième mouchoir, essuya ses lèvres et prit le premier set qu’elle pouvait attraper.

Elle se glissa à l’intérieur en jurant et se regarda brièvement dans le miroir, une poignée à la porte. “Oh, merde !” s’exclama Birgit avec étonnement. Elle n’avait pas du tout fait attention au design du nouvel ensemble et était maintenant elle-même surprise de ce qu’elle portait. L’ensemble soutien-gorge et string était composé d’une ceinture noire et d’un tissu transparent foncé. Ses seins étaient entièrement visibles, seuls ses mamelons étaient cachés par une fleur sombre et largement brodée.

Ses aréoles dépassaient cependant clairement à gauche et à droite sous la fleur. Le slip avait également un ourlet en tissu noir et un triangle transparent qui s’étendait sur son mont de Vénus. Entre ses lèvres, il s’est transformé en string qui a traversé sa vulve pour rejoindre la ceinture en haut. “J’espère que ces messieurs n’ont pas grand-chose à vérifier sur ce plateau”, bredouille-t-elle avant de se glisser dans son manteau et de sortir du bureau.

Dehors, dans le couloir, le doute l’envahit. Non, elle ne pouvait pas se présenter ainsi. C’était bien trop intime. Autant se promener nue, se dit-elle. Non, elle le ferait savoir rapidement et se changerait ensuite à nouveau. Birgit resserra son manteau et entra dans la salle de conférence. Les messieurs l’attendaient déjà avec impatience et Birgit s’approcha avec hésitation. “Monsieur Paschke”, commence-t-elle en bégayant, “je ne peux pas faire ça. Je viens de mettre un ensemble que je ne veux pas vous présenter.

Je ferais mieux d’aller me changer tout de suite. D’accord ?” Paschke se lève et s’approche d’elle. Il lui parle doucement, presque d’un ton incantatoire : “Madame Seidel, calmez-vous d’abord. Bien sûr, vous n’êtes pas obligée de nous présenter la pièce, quelle qu’elle soit. Je vous demande simplement de garder à l’esprit que nous devons terminer la collection de toute urgence. Vous vous êtes bien débrouillée jusqu’à présent et je suis fière de vous. Pourquoi ne veulent-ils donc pas la montrer ?” Birgit a ouvert son manteau pendant un court monet et a laissé Paschke entrevoir le tissu transparent “Je suis tout simplement mal à l’aise de me promener ainsi nue.

Quand je vois comment ils m’observent et cette caméra qui me filme, je me sens tellement impuissante. Je ne suis pas un mannequin. “Ah, vous vous inquiétez de votre silhouette ? Je connais une astuce simple et efficace. Je l’ai vue une fois dans une école de mannequins en Amérique. Vous verrez, ça fait des merveilles !” “Vraiment ?” demande Birgit, effrayée et incrédule. “Absolument”, dit Paschke.

“Que diriez-vous si je vous bandais les yeux ? Ainsi, ils ne pourront pas voir comment nous les observons, ce que nous faisons pour des raisons professionnelles, et ils n’auront plus à avoir peur. Je vais simplement prendre la cravate et la nouer sur vos yeux. Une fois que nous aurons vérifié l’ensemble, je l’enlèverai pour qu’ils puissent se changer. D’accord ?” lui a demandé Paschke avec un sourire enjôleur. “Je ne sais pas”, balbutia Birgit tandis que Paschke défaisait déjà le nœud de sa cravate, “et si je me sentais quand même mal à l’aise” ? “Alors, chère Madame Seidel, je vais enlever la cravate.

“Birgit n’avait plus d’arguments. Si seulement elle ne s’était pas laissée entraîner dans cette histoire. Mais se dégonfler maintenant la gênait déjà. “Bon, d’accord” Birgit a pris son courage à deux mains. “Mais si je n’en veux plus, je peux me changer, d’accord ?”. Paschke acquiesça, retira sa cravate et se plaça derrière Birgit. Avec précaution, il posa la cravate sur ses yeux, ramena les extrémités vers l’arrière et les noua délicatement.

Il fit soudain nuit devant ses yeux et Birgit tâtonna autour d’elle. “Venez, Madame Seidel, et montrez-nous ce que vous avez apporté”, lui souffla affectueusement Monsieur Paschke à l’oreille. Il lui prit la main, humide d’excitation, et l’emmena trois pas en avant, devant le groupe de canapés. Là, il ouvrit son manteau, se plaça derrière elle et le fit glisser de ses épaules. Un bref moment de silence s’installa et Birgit se mit à marcher nerveusement d’une jambe sur l’autre.

“Werner” entendit-elle Schumacher, “regarde comme ce tissu transparent est du plus bel effet. Je t’ai déjà dit que nous devrions expérimenter davantage avec ce genre de matériaux. “Tu as raison”, entendit-elle aussi la basse de Sonnleitner gronder. “Le tissu fait vraiment couler les formes avec délicatesse, il est très érotique sans être trop bon marché. ” Birigit se tendit un peu. Même si ce n’était pas ses vêtements, elle ressentait comme un compliment l’effet du tissu sur sa peau.

Paschke, qui se tenait toujours derrière elle, avait l’air enroué lorsqu’il a dit “C’est vraiment un très beau spectacle !” Ce faisant, il ne cessait de fixer ses fesses rebondies, à travers lesquelles le string se frayait un chemin. Les joues de Birgit se colorèrent à nouveau de rouge et elle le remercia sagement pour le compliment. Paschke la prit doucement par les épaules et la fit pivoter. Elle se tenait maintenant juste devant lui et sentait sa présence juste devant ses seins. Son parfum lui monta à nouveau au nez.

“Vous allez bien ? Toujours anxieuse ?” Birgit secoua timidement la tête. “Non, ils avaient raison, ça va mieux. ” “Bien, alors je peux vous faire faire un petit tour pour que nous puissions voir les tissus en mouvement. “Il prit Birgit par la main et la fit aller et venir devant le canapé. Birgit se détendait de plus en plus, retrouvait son assurance et devenait même un peu plus insolente dans ses mouvements. “Pourriez-vous sortir un peu plus vos fesses, s’il vous plaît ?” demanda Schumacher lorsqu’elle se retrouva de nouveau dos au canapé.

Birgit fit ce qu’on lui demandait et se pencha légèrement en avant. Ses fesses rebondies s’étendirent vers l’arrière et les deux hommes sur le canapé virent clairement le string qui s’étirait sur le polochon de Birgit et séparait ses lèvres. Birgit n’en était pas du tout consciente et demanda avec audace : “C’est bien comme ça ?” “Excellent, le tissu est superbe. Comment se sent-il sur la peau ?” “Oh, très bien, presque comme une seconde peau. On ne le sent pas du tout”, confirma Birgit, euphorique.

Elle se sentait vraiment bien maintenant. Le fait de ne plus voir personne lui donnait l’impression d’être moins nue, même si c’était bien sûr une illusion. “Super, mais Tim, je ne sais pas si ce tissu transparent est vraiment résistant. Après tout, c’est la première fois que nous l’utilisons en si grande quantité. “Hmm… Voyons cela de plus près. “Tous s’approchèrent à nouveau de Birgit et même si elle ne les voyait pas, elle sentait les hommes présents tout autour d’elle.

Une fois de plus, le mélange de parfums masculins coûteux l’a atteinte et elle sentait déjà le souffle sur sa peau. Une fois de plus, cette sensation de bien-être et d’excitation s’insinua en elle et elle attendit nerveusement les mains. Espérons que ces messieurs ne remarqueront pas qu’elle n’appréciait pas ces caresses uniquement pour le travail. Elle voulait rester professionnelle à l’extérieur ! Mais ils n’avaient certainement d’yeux que pour le nouveau plateau. Elle sentit alors des mains douces se poser sur son dos et effleurer les bretelles de son soutien-gorge.

Elle sentait également des doigts chauds sur ses épaules et ses hanches. On dirait qu’elle a été touchée et caressée partout. Comme elle avait les yeux bandés, Birgit pouvait s’abandonner entièrement à ces caresses. Elle a eu la chair de poule et son bas-ventre s’est immédiatement remis à fourmiller. Quelqu’un derrière elle avait placé ses doigts sous la bande latérale de son slip et les faisait lentement glisser jusqu’au milieu de ses fesses. Comme par hasard, ses mains effleuraient ses fesses.

Birgit sentit ses mamelons durcir. Oh mon Dieu, pensa-t-elle, c’est tellement bon. Pourvu que personne ne remarque son excitation. L’excitation flamboyante de Birgit n’avait pas échappé à Paschke. Ses doigts glissent doucement sous les bretelles du soutien-gorge. Il atteignit la base de ses seins et glissa deux doigts sous le tissu. La respiration de Birgit se fit plus difficile et sa poitrine se souleva et s’abaissa au rythme de sa respiration. “Tim, ici, sur le tissu, je ne suis pas en sécurité”, l’entendit-elle dire, “regarde toi-même !” Deux nouveaux doigts se glissèrent sous le tissu et soulevèrent légèrement le soutien-gorge de ses seins.

Birgit sentait maintenant quatre mains sur ses seins. Son excitation ne cessait de croître et sa chatte était désormais trempée. “Tu as raison Werner. Il pourrait se déchirer facilement sous la charge. Madame Seidel, ne soyez pas effrayée. Je vais tirer un peu sur son soutien-gorge. ” Birgit hocha légèrement la tête, incapable de dire un mot. Soudain, elle sentit que les mains se glissaient complètement sous le tissu, se posaient vigoureusement sur ses seins pendant un court instant, pour aussitôt tirer le tissu vers l’avant.

Birgit réprime un gémissement. Les mains chaudes qui entouraient ses seins et se posaient sur ses tétons étaient trop surprenantes. Elle sentit le souffle d’air provoqué par le retrait du soutien-gorge et sut que ses seins devaient être à nu. Un craquement dans la bretelle lui indiqua que le soutien-gorge ne tiendrait pas longtemps. Puis elle sentit que la pression sur la bretelle diminuait et que des mains chaudes se posaient à nouveau sur ses seins pleins. Elle savourait ce contact et respirait plus vite.

Ses mamelons étaient devenus durs comme de la pierre et Birgit eut à nouveau honte. Ils avaient certainement remarqué depuis longtemps à quel point elle était excitée et riaient en secret de son attitude peu professionnelle. “Hmm, Klaus, je pense que nous devrions vérifier cela de plus près” Werner s’efforça d’adopter un ton sérieux. Il connaissait parfaitement l’état d’esprit de la petite Birgit. “Madame Seidel, puis-je vous demander de vous asseoir un instant sur la table de conférence ?” Sans attendre de réponse, il prit la main de Birgit et la tira doucement vers le bord de la grande table, la plaçant de manière à ce qu’elle sente le bord de la table contre ses fesses.

Birgit se glissa sur la table et attendit la suite des événements. Les mains ont à nouveau effleuré le tissu de sa lingerie et les picotements ont continué à augmenter. Entre-temps, Birgit ne pouvait plus empêcher un léger halètement. Elle entendit à nouveau Paschke dire “ça ne va pas” et peu après, deux grandes mains se posèrent sur ses épaules et la poussèrent doucement vers l’arrière, de sorte que Birgit se retrouva allongée sur la table avec seulement ses jambes qui dépassaient en avant.

La fraîcheur de la table en bois provoqua en elle un nouveau frisson. “Détendez-vous” lui parviennent des paroles rassurantes “nous avons bientôt fini !” Birgit acquiesça, même si elle trouvait étrange qu’elle soit allongée sur la table. Elle se doutait que cette activité n’avait plus rien à voir avec un contrôle de produit depuis longtemps, mais elle n’osait pas le dire à haute voix. Il y avait ces sentiments qu’elle n’avait encore jamais éprouvés et qui lui faisaient presque perdre la raison.

Depuis une petite éternité déjà, elle était excitée, humide et avide d’être davantage touchée par ces mains, même si elles ne l’avaient pas encore vraiment stimulée au niveau de ses zones érogènes. Birgit se laissa donc porter, écoutant son corps et n’entendant plus les voix autour d’elle que dans le brouillard de son désir. Sans résistance, elle laissa quelqu’un prendre ses jambes par les liens, les soulever et les écarter largement. Malgré toute son ivresse, Birgit savait à ce moment-là que sa chatte détrempée devait désormais être exposée à tous.

On verrait ses lèvres gonflées et l’humidité qui sortait d’entre elles et qui se frayait déjà un chemin à travers sa vulve sous forme de petit filet. En fait, elle aurait dû avoir honte, mais chauffée comme elle l’était, elle trouvait cela excitant. Oui, les hommes devaient voir comment elle se sentait. Elle ne l’admettrait jamais, mais montrer sa chatte mouillée l’excitait à ce moment-là. Instinctivement, elle plia un peu les jambes et écarta encore plus les cuisses afin de donner à tous un aperçu aussi bon que possible.

“Oh, cette position est excellente”, entendit-elle Paschke. “Cela nous permet d’examiner parfaitement la texture. “Oui, faites-le, s’il vous plaît”, dit Birgit d’un ton suppliant. “S’il vous plaît, maintenez vos cuisses en place avec vos bras !” Birgit hocha la tête en signe d’assentiment, entoura ses cuisses de ses mains depuis l’extérieur et les maintint ainsi dans une large position écartée. Elle sentait à nouveau les mains qui tâtonnaient sur son corps, des doigts délicats qui se glissaient sous le tissu et qui touchaient maintenant de plus en plus souvent, comme par hasard, ses mamelons durs.

Elle sentit d’autres doigts sur la taille de la culotte, elle sentit comment ils se glissaient latéralement sous le triangle de tissu très fin et caressaient doucement son mont de Vénus. A la transition entre le triangle et le string, les doigts se retirèrent à nouveau et tinrent le string. Lentement mais sûrement, ils le tirèrent vers le haut et Birgit sentit le ruban s’enfoncer encore plus dans sa fente et frotter sur son clitoris. Elle tourna la tête à gauche et à droite et gémit de manière étouffée.

La pression exercée par le ruban se relâcha pour être aussitôt resserrée, relâchée et resserrée rapidement. Birgit gémit au rythme des caresses. Sonnleitner, qui caressait toujours délicatement les seins de Birgit, sourit en regardant le visage de Birgit qui gémit. La caméra vidéo qu’il avait retirée de son trépied tout à l’heure enregistrait chacun de ses mouvements. Sa main se glissa alors sous son soutien-gorge, chercha son téton et commença à le tordre. “Oh…” Birgit haleta. Sonnleitner attendit un instant pour voir si elle allait se débattre, mais il s’en saisit alors courageusement et pétrit le sein qui l’avait excité toute la soirée.

Ses mains s’enfoncèrent fermement dans la chair tendre. Une véritable tempête de sensations s’abattit sur Birgit et des frissons parcoururent son corps. Elle gémit et sentit un énorme orgasme se frayer lentement un chemin à travers son corps. Paschke a vu l’avancée de Sonnleitner et a observé avec amusement la réaction de Birgit. Elle était prête. Tout ce qui allait suivre ne serait que pour le plaisir de tous. Il fit à nouveau glisser son doigt le long du string et caressa le clitoris gonflé de Birgit.

Il tourna doucement autour de la tête et commença à la masser doucement. Birgit réagit instantanément ! Elle se tortillait sous les caresses, ses gémissements devenaient de plus en plus forts, sauvages, désinhibés et des vagues de plaisir parcouraient son corps. Werner Paschke savait qu’elle était sur le point d’avoir un orgasme, mais elle ne devait pas encore jouir. Pas avant qu’il n’y ait plus de retour en arrière pour elle non plus, que de s’abandonner à tous les trois. Il la lâcha donc lentement et fit signe à Klaus Sonnleitner de faire de même.

Tous les trois se contentèrent donc de caresser doucement le corps de Brigitte. Celle-ci haletait et suppliait intérieurement qu’on lui donne enfin l’orgasme tant attendu. Soudain, un téléphone portable bourdonne en arrière-plan. Birgit ne se rendit même pas compte qu’il s’agissait du sien. Mais Paschke sourit, se lève et sort le portable de Birgit de sa poche. “Madame Seidel”, lui chuchota Paschke à l’oreille, “votre téléphone sonne. Vous feriez mieux de répondre. Que personne ne s’inquiète. “Les pensées de Birgit se bousculent.

Oh mon Dieu, pensa-t-elle, c’était sûrement Sven. Que devait-elle lui dire ? Elle ne lui avait encore jamais menti. Mais devait-elle lui dire qu’elle avait été excitée par quelques caresses de trois collègues et qu’elle s’était présentée à eux sur un plateau d’argent ? Sven la quitterait certainement immédiatement. Schumacher la sortit de ses pensées. “Madame Seidel, votre téléphone sonne. Je vais vous enlever le bandeau et vous pourrez parler à la personne qui vous appelle. “Birgit a hoché la tête et Schumacher lui a enlevé son bandeau.

Birgit cligna des yeux, irritée, et balaya la pièce du regard. Elle vit Sonnleitner debout à côté de sa tête, mais surtout elle vit la caméra vidéo qui continuait à la filmer et l’imposante bosse que Sonnleitner avait dans son pantalon. Paschke et Schumacher étaient également excités, comme Birgit a pu le constater. Tous avaient enlevé leurs vestes et leurs cravates et, comme eux, leurs visages étaient déjà légèrement rougis. Que se passait-il ici ? L’excitation de Birgit était toujours au bord de l’orgasme.

Comment pourrait-elle téléphoner maintenant ? D’un autre côté, Paschke avait raison. Elle devait répondre, sinon Sven s’inquiéterait. Toujours allongée sur la table, elle a laissé ses jambes se balancer, a pris son téléphone portable et a répondu à l’appel. Quel incident passionnant, se réjouit intérieurement Paschke. Si elle participait maintenant, elle ne sortirait plus jamais de ce numéro. “Allô ?” entendit-il la voix tremblante de Birgit….. “Quoi, quelle heure est-il ? 9h30 déjà ? … Oh, excuse-moi Sven, mais le temps passe si vite.

” Paschke a regardé Birgit dans les yeux. Il prit à nouveau les jambes de Birgit dans ses mains, les souleva et les écarta à nouveau. La terreur de Birgit se lisait sur son visage. Sans la quitter des yeux, il prit le string et le tira de côté. Birgit ferma les yeux un instant. Lorsqu’elle les rouvrit, elle vit que Paschke était en train de passer deux doigts dans sa chatte trempée. Birgit s’apprêtait à protester lorsqu’elle se souvint que Sven était au téléphone.

Paschke sourit brièvement, puis il glisse lentement ses doigts dans sa chatte mouillée. Birgit pressa ses lèvres l’une contre l’autre pour ne pas avoir à gémir bruyamment. Elle haleta quand même : “Qu’est-ce que tu dis ? je souffle ? Ah… j’ai juste dû transporter quelques vêtements”, expliqua-t-elle à son ami. “Toi, je ne sais pas encore quand je vais rentrer. C’est quand même plus profond que je ne le pensais”, dit-elle. Sonnleitner, qui se tenait toujours à côté de sa tête, la filmait en caressant sa poitrine d’une main et passa la caméra à Schumacher.

Pendant ce temps, Birgit se concentrait sur la conversation avec Sven. Il ne devait surtout pas avoir de soupçons. Elle devait juste l’envoyer balader rapidement, ce qui n’était pas dans ses habitudes. Mais ici et maintenant, le dialogue était impossible. Absorbée par sa conversation téléphonique, Birgit n’a pas remarqué comment Sonnleitner a ouvert son pantalon et en est sorti avec son slip. Il avait une grosse et lourde queue, mais elle se balançait légèrement. Lorsqu’il l’a entourée et a commencé à se branler, Birgit a tourné la tête et a vu l’énorme bâton à quelques centimètres de son visage.

Effrayée, elle recula un peu la tête, mais ne put détourner le regard. Sonnleitner continuait à le branler sans s’émouvoir et Birgit regardait, fascinée. Jusqu’à présent, elle ne connaissait que la queue de Sven, mais celle-ci était nettement plus grosse. Elle essaya de se concentrer à nouveau sur Sven, mais ne put détacher son regard de la queue devant son visage. “Oui, chéri, je vais rentrer. Si nécessaire, je prendrai un taxi. …. Quoi ? Ce que nous avons fait jusqu’à présent ? Toi, je te raconterai ça demain, tranquillement.

“Birgit essaya de mettre fin à la conversation. Klaus lui a caressé les cheveux, puis a serré plus fort et a lentement poussé sa tête en direction de sa queue. Birgit était horrifiée. Sven était toujours au téléphone ! Une seconde avant que ses lèvres ne soient fermées par le gland qui s’y pressait, elle pressa rapidement “Et chéri, qu’as-tu fait aujourd’hui ? Dis-moi quelque chose, s’il te plaît ! Klaus profita de ses derniers mots et glissa d’un coup sa queue entre ses lèvres encore ouvertes.

Birgit sentit l’énorme gland qui s’enfonçait lentement dans sa bouche. Elle n’avait encore jamais sucé une queue aussi grosse, mais ici et maintenant, c’était une réalité. Sans plus réfléchir, chauffée par les doigts sur et dans sa chatte, elle commença à sucer avidement. Sonnleitner a tout de suite remarqué que sa résistance, si elle existait encore, était maintenant complètement brisée et il a souri aux autres. Ceux-ci se déshabillèrent complètement et s’approchèrent à nouveau de Birgit.

Pendant que Sonnleitner la baisait dans sa douce bouche, Schumacher s’approcha de ses seins, plaça ses mains sous son soutien-gorge et le déchira d’un coup sec. Ses seins pleins sautèrent et Schumacher commença immédiatement à les pétrir fermement. Birgit haletait péniblement, la queue de Sonnleitner toujours pressée entre ses lèvres, Paschke retirait pendant ce temps le slip de Birgit impuissante et regardait tranquillement ce spectacle excitant tout en se débarrassant de ses vêtements.

Puis il s’est approché de Birigt et lui a pris doucement le téléphone portable des mains. “Bonjour, veuillez m’excuser. C’est Werner Paschke. Madame Seidel doit aller chercher d’urgence quelque chose pour nous aux archives. Elle vous rappellera plus tard. Vous êtes d’accord ? Merci de votre compréhension. Je vous souhaite une bonne soirée. “Sur ces derniers mots, il referma le téléphone portable et, sans prévenir, enfonça sa queue dans la chatte mouillée de Birgit. Birgit écarquilla les yeux, hurla et voulut protester, mais le rythme de la baise de Paschkess, qui démarra immédiatement, tua dans l’œuf toute résistance.

Au lieu de se mettre à hurler, Birgit se mit à haleter de plaisir, la queue de Sonnleitner toujours dans sa bouche. Werner enfonça sa longue queue profondément et régulièrement dans la jeune chatte de Birgit qui, de son côté, serra à nouveau ses jambes pour faciliter la tâche de son patron. Birgit n’avait pas le temps de penser à un quelconque sentiment de culpabilité envers le pauvre Sven, car ici et maintenant, sa conscience était loin de toute réalité. Elle n’était plus qu’un paquet de chair convulsée, poussée par l’avidité de l’orgasme tant attendu, qui se préparait maintenant en elle avec d’autant plus de force.

Il ne fallut que quelques coups de paschke et Sonnleitner pour que les vagues de l’orgasme s’abattent sur Birgit. Son corps tremblait, sa chatte se contractait en se crispant et malgré la magnifique queue dans sa bouche, un petit cri s’échappa de sa gorge. “Jaaaa !!!” Sonnleitner avait lui aussi beaucoup apprécié le traitement de Birgit et la vue de son orgasme lui a donné le change. Il retira sa queue de sa bouche, la branla encore plusieurs fois et, avec un gémissement brunâtre, il fit gicler sa crème sur les magnifiques seins de la petite Birgit.

Poussée après poussée, son sperme s’écrasait sur ses collines et coulait ensuite le long de celles-ci. La sensation du jus chaud sur sa peau a fait frissonner Birgit et son doux orgasme s’est prolongé de quelques secondes. De plus, elle continuait à baiser Paschke stoïquement, en lui agrippant les mains sur les cuisses et en augmentant sa vitesse. Birgit n’a même pas eu le temps de se remettre, car à peine l’orgasme était-il retombé qu’elle sentait à nouveau le plaisir que la queue de Werner lui procurait.

Elle sentait l’excitation qui régnait dans Paschke et qui était provoquée par sa chatte. “Oui, c’est beau… si beau, ne t’arrête pas, s’il te plaît !” s’entendit-elle murmurer et elle fut brièvement étonnée de ses propres mots. Paschke n’aurait pas eu besoin de cette invitation, car la chatte étroite de Birgit propulsait aussi son désir dans des sphères supérieures. En gémissant sauvagement, il enfonça sa lance dans la chatte de Birgit, qui l’absorba en la faisant gémir et l’entoura étroitement. Paschkes sentait déjà l’orgasme venir, il augmenta encore sa vitesse avant de gémir et de souffler en pompant son sperme dans la chatte chauffée de Birgit.

Birgit sentit l’orgasme de Paschke et un autre frisson agréable la parcourut. Elle était excitée comme jamais et avait oublié tout ce qui l’entourait. Paschke sortit d’elle sa queue toujours aussi imposante et la regarda. “Frau Seidel, Frau Seidel…. ” Paschke secoua légèrement la tête, “qu’est-ce qu’ils nous ont fait ?” Birgits entendit les mots et les brumes de plaisir dans sa tête s’envolèrent lentement. “Moi ?” répondit-elle, effrayée. “Pourquoi moi ?” “Eh bien, il est évident qu’ils nous ont excités délibérément pour avoir des rapports sexuels avec nous ! Qu’est-ce qui leur a pris ? Nous sommes tous des hommes mariés.

“Les pensées se bousculent dans la tête de Birgit. Que s’était-il passé ? Non, les hommes l’avaient excitée. Elle n’avait rien fait, n’est-ce pas ? Bien sûr, elle avait haleté et plus tard gémi, mais seulement parce que les hommes l’avaient ainsi touchée. Birgit devint rouge vif. Et si elle avait vraiment excité les hommes par ses gémissements ? Et si elle avait provoqué ces messieurs par son attitude, si elle les avait même défiés. Le doute s’est installé chez Birgit et a fait s’effondrer sa confiance en elle.

Elle avait toujours évité de provoquer les hommes par son apparence et maintenant, c’était arrivé. Et en plus devant son chef. “Monsieur Paschke, je…. ” balbutia Birgit. “Madame Seidel” Paschke est devenu sévère, “vous êtes une salope sexuelle ! Vous nous avez subtilement excités en sachant pertinemment que nous finirions par faiblir. Regardez-vous ! Vous êtes satisfaite et couverte de sperme” ! Ce n’est qu’à ce moment-là que Birgit a réalisé le sperme de Sonnleitner qui séchait lentement sur sa peau et le jus de Paschke qui s’écoulait de sa chatte.

Des larmes lui montèrent aux yeux. “Monsieur Paschke, je ne voulais pas ça ! S’il vous plaît, croyez-moi !” “Peu importe. Descendez de la table, séchez-vous et réfléchissons à ce que nous allons faire de vous. “Complètement désemparée, Birgit glisse de la table, prend un torchon qu’on lui tend et essuie sommairement le sperme sur son corps. ” Bon, Birgit, on s’accroche. Tu es une petite truie en chaleur qui n’a apparemment pas assez de sexe. Normalement, je devrais te licencier, car le sexe est interdit dans l’entreprise, tu le sais bien, non ?” Birgit hocha la tête, perturbée.

“Mais comme tu es toujours assidue et que je pense que nous nous sommes tous bien amusés, sauf Tom, je te fais une proposition. Soit tu pars maintenant, tu prends tes affaires, tu rentres à la maison et nous oublions tout ce qui s’est passé aujourd’hui. Tu ne diras rien à personne, même pas à ton ami. Nous avons le film qui montre clairement que tu nous as excités. ” Tom se tourna pour ne pas rire à gorge déployée….. “Ou bien ?” demanda prudemment Birgit “Ou bien, petite Birgit, nous laissons la vidéo continuer à tourner et nous profitons tous les quatre un peu plus de la soirée.

“Sonnleitner s’approcha de Birgit et la poussa vers le fond du fauteuil. “Tu sais, Birgit…” il s’approcha de sa tête et Birgit vit à nouveau cette magnifique queue juste à côté d’elle. “…Tu aimes nos bites. Je n’ai encore jamais vu une femme sucer ma queue avec autant d’avidité que toi. Elle est probablement nettement plus grosse que celle de ton ami, n’est-ce pas ?” Birgit se sentit prise en flagrant délit. Comment le savait-il ? Elle hocha la tête avec hésitation.

“Voilà, tu vois. “Sonnleitner s’approcha encore d’un petit pas et commença lentement à se branler devant les grands yeux de Birgit. Presque aussitôt, celle-ci commença à se redresser lentement. Immédiatement, Birgit fut à nouveau excitée et elle sentit qu’elle mouillait à nouveau. Oh oui, elle avait savouré cette queue, non, les deux queues en elle. Elle n’avait encore jamais eu ce genre de relations sexuelles. “L’autre alternative est…. “La queue de Sonnleitner n’était plus qu’à quelques centimètres de la bouche de Birgit, ” nous allons te baiser bien fort, petite truie ! Ouvre ta bouche et profite de ma queue dans ta bouche ou lève-toi et va-t’en !” Les deux autres s’approchèrent du fauteuil et Birgit vit les queues bien équipées, qui avaient toutes déjà atteint une taille imposante.

Des bribes de pensées se bousculaient dans sa tête, Sven, le défilé de mode, les caresses, l’appel téléphonique, la queue dans sa bouche et sa chatte, son orgasme, le sperme sur sa peau. Pendant ce temps, Schumacher a relevé ses jambes et les a ouvertes en grand. Elle pouvait encore se lever et marcher, mais le devait-elle ? Schumacher a placé sa queue devant sa chatte, mais n’a pas encore osé la pénétrer. Paschke s’est lui aussi installé à côté de sa tête et joue avec sa queue.

Les pensées de Birgit s’emballèrent à nouveau – elle aimait Sven. Si elle faisait cela maintenant, Sven le découvrirait certainement et ce serait la fin. Elle regarda à nouveau les queues qui lui avaient déjà donné tant de plaisir. Pourquoi restait-elle assise ? Une larme à l’œil, Birgit finit par ouvrir doucement ses lèvres…. Sonnleitner poussa lentement sa queue contre ses lèvres. Elle devrait le faire elle-même. Elle devait leur montrer qu’elle était consentante et avide.

Lorsque Birgit sentit le bout de la queue contre ses lèvres, ce fut fait. Elle ouvrit avidement la bouche et l’absorba autant que possible dans sa bouche. Aussitôt, elle sentit la queue de Schumacher qui s’enfonça enfin profondément dans sa chatte, arrachant à Birgit un gémissement indistinct. Paschke attrapa sa main et la posa sur sa queue. Birigt comprit et commença à branler cette queue pendant que Paschke lui pétrissait les seins. Des éclairs traversaient son corps, tant tous les stimuli étaient rapides et intenses.

Schumacher la baisait durement et rapidement ; il avait dû attendre trop longtemps ; mais Birgit appréciait justement ce traitement. Elle avait l’impression d’être à bout de souffle et poussait sans cesse ses gémissements dans la pièce en passant devant la queue de Sonnleitner. Puis sa tête fut tirée en arrière par les cheveux et éloignée de la queue de Sonnleitner. “Viens ici, espèce de chienne en chaleur. Fais bien bander ton patron”, a pressé Paschke, excité, et a simplement poussé la tête de Birgit sur sa queue. Volontiers, elle prit sa queue et la suça du mieux qu’elle put, léchant sa tige et ses couilles.

Son désir avait pris le contrôle depuis longtemps. Oui, elle voulait être utilisée et baisée par ces types. “Oui, brave petite Birgit” gémit Paschke en lui donnant des coups de poing ludiques sur les seins. Un grand gémissement lui répondit et les lèvres de Birgit se refermèrent encore plus fort sur la queue de Paschke. Oh, regarde, la petite aime les trucs coquins” se moqua Sonnleitner et commença aussitôt à tordre les tétons de Birgit. Il saisit ses mamelons à deux mains, les tordit et les tira.

L’orgasme a surpris tout le monde… Birgit a eu un bref spasme avant de pousser un cri étouffé et d’être submergée par un orgasme violent. Elle se tordait de spasmes sous les coups des deux hommes, qui ne faisaient cependant aucun effort pour s’arrêter. Birgit n’avait donc aucune chance de se détendre. Son désir était toujours maintenu par les hommes. Finalement, Schumacher a sorti sa queue et ensemble, ils l’ont aidée à se lever du fauteuil. Sonnleitner s’est allongé sur le sol et, tremblante et sans volonté, Birgit s’est laissée guider par Paschke et Schumacher sur la lance de Sonnleitner.

Lorsqu’elle se mit lentement à genoux, elle sentait déjà le puissant pieu qui glissait sans effort par le bas dans sa chatte détrempée. “Oh mon Dieu !” s’exclama-t-il alors qu’elle était complètement empalée par sonnleitner. Lentement, elle commença à le chevaucher. Ses magnifiques seins se balançaient au rythme de sa chevauchée et Sonnleitner a failli éjaculer devant son visage à la vue de ce spectacle. Schumacher s’approcha d’elle sur le côté, lui saisit sèchement les cheveux et glissa à nouveau sa queue entre ses lèvres.

Puis Paschke s’est placé derrière elle, a pris ses seins sous les aisselles et les a malaxés. Sa tête s’approcha de son cou et l’embrassa. “Et maintenant, petite Birgit, tu deviendras notre petite pute à trois trous toujours excitée. Tu veux ça ?” Birgit hocha simplement la tête, sans comprendre exactement ce que Paschke voulait dire. La baise sur la lance de Sonnleitner et le gémissement de Schumacher à côté d’elle, qui enfonçait sa queue dans sa bouche, étaient trop excitants. Paschke a lentement poussé le torse de Birgit vers l’avant jusqu’à ce que ses seins se pressent contre Sonnleitner.

Schumacher a suivi son mouvement et s’est placé derrière la tête de Sonnleitner pour être toujours à portée des lèvres avides de Birgit. Paschke regarda le magnifique cul de Birgit, lui donna une ou deux claques sur ses joues rebondies, puis s’accroupit derrière elle. Sonnleitner s’arrêta et tint Birgit si fermement qu’elle ne pouvait pas non plus continuer à chevaucher. Paschke passe ensuite sa main sur la chatte mouillée de Birigt et en enduit sa rosette. Birgit haletait encore de sa dernière chevauchée et profitait de ce bref repos quand elle sentit soudain quelque chose de raide sur ses fesses.

Paschke n’a pas hésité et a enfoncé lentement mais sûrement sa lance dans le jeune cul de Birgit. Birgit fit une grimace en raison d’une légère douleur. Puis Paschke s’immobilisa et laissa Sonnleitner recommencer à pousser lentement. Lorsque Paschke commença à son tour à baiser Birgit au même rythme, elle cria son plaisir. “Oh mon Dieu, jaaaaaa !” Schumacher revendiqua à nouveau son droit et tira à nouveau Birgit par les cheveux sur sa queue.

Tous les trois se sont mis à travailler les trous de Birgit et la pièce était remplie de gémissements, de halètements et de claquements de bites dans les orifices bien remplis de Birgit. L’orgasme suivant s’annonçait pour Birgit et elle attendait avec impatience la délivrance. Lorsque les vagues de l’orgasme se déversèrent sur elle, les hommes s’arrêtèrent et lui offrirent cette sensation indescriptible. Elle se débattit à nouveau, sa chatte et sa rosette se refermèrent encore plus étroitement et ses forces diminuèrent.

Épuisée et agitée de spasmes, elle s’allongea sur Sonnleitner qui l’embrassa doucement et lui sourit. Paschke et Sonnleitner libérèrent leurs queues de Birgit et se levèrent. Birgit, épuisée, était toujours allongée sur le sol. Lorsqu’elle retrouva la moitié de ses esprits, elle vit les trois hommes debout devant elle, qui lui souriaient. Birigt sourit, heureuse, et sut comment les remercier. Elle s’approcha d’eux à quatre pattes, plaça ses lèvres sur la première queue et prit les deux autres dans ses mains.

A tour de rôle, elle les suça et les branla du mieux qu’elle put. C’était une sensation enivrante pour Birgit. Les hommes la poussaient, l’insultaient et, quand c’était leur tour, ils enfonçaient avidement leurs bites dans la gorge de Birgit, mais elle en savourait chaque seconde. Lorsque la première queue commença à tressaillir, elle ouvrit grand la bouche et la branla jusqu’au bout. Schumacher jouit en gémissant bruyamment et éjacula en plein visage de Birgit avant que sa deuxième décharge ne frappe sa bouche.

Birgit le prit rapidement dans sa bouche et suça le reste. Ce n’est qu’à ce moment-là qu’elle a réalisé qu’elle n’avait jamais fait cela auparavant, mais ici et maintenant, c’était tout à fait normal. Pendant ce temps, Sonnleitner n’arrivait plus à se retenir et éjaculait sur l’épaule et les seins de Birgit avant qu’elle ne le remarque et ne consacre son attention à sa queue. Finalement, Paschke tressaillit à son tour, prit la tête de Birgit et la fixa devant sa queue, se branlant devant elle et gémissant, lui aspergeant le visage, le cou et les seins de son jus.

Birgit sentit le sperme chaud sur sa peau et se mit à sourire. Oui, c’était la récompense qu’elle avait secrètement espérée. Les hommes aidèrent Birgit à se relever et tous se mirent à rire. “Alors, tu regrettes d’être restée ?” demanda Paschke. Birigt secoua la tête en souriant. “D’accord, alors je me réjouis de te revoir demain au bureau, mais s’il te plaît, plus avec des sacs comme ça comme vêtements. Tu as un si beau corps, il faut bien qu’on le voie !”, dit-il en embrassant tendrement Birgit.

“Voilà, maintenant va te nettoyer. Je te ramènerai ensuite à la maison. Il est déjà tard. ” Il tourna Birgit vers la sortie et lui donna une tape sur le cul. En riant, Birgit disparut de la salle de conférence. Les hommes se sourirent. “Werner” demande Tom, “quand nous sommes arrivés ce midi, nous avons rencontré une petite souris rousse dans le couloir. Elle est nouvelle elle aussi ?”.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Webcams sexy

Une TRANS débarque au telrose

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou