Histoire erotique Histoires écrites par des femmes Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique Xstory

Histoire porno Une étudiante française trouve son échange en Angleterre plus excitant

Histoire porno Une étudiante française trouve son échange en Angleterre plus excitant
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire porno Cette histoire est basée sur une expérience vécue. Elle est écrite du point de vue d’une femme ; je suis un homme et il est donc probable que je me trompe sur la façon de penser d’une femme. Désolé.

Sandrine était française. Elle a maintenant dix-huit ans et, un peu à son grand dam, elle est envoyée dans une famille britannique pour y vivre pendant trois mois. Elle savait que la maîtrise de l’anglais était importante pour sa future carrière, mais elle avait d’autres idées pour occuper son temps avant d’entrer à l’université.

C’est ainsi qu’un jour, au début de l’été, elle est arrivée chez une famille qu’elle ne connaissait pas, dans une grande maison de campagne du sud du Devon, en Angleterre. Ses hormones de 18 ans étaient en ébullition, car elle avait récemment délaissé les chevaux pour s’intéresser aux garçons, mais elle devait rester très discrète vis-à-vis de son père strict, si bien que sa seule expérience s’était résumée à quelques ébats précipités insatisfaisants avec des garçons lors de fêtes et à un après-midi glorieux avec un jeune sculpteur qui effectuait des travaux dans la maison. Pendant qu’elle était en Angleterre, elle avait décidé d’être ouverte à toutes les possibilités, car elle pouvait s’y conduire mal sans conséquences graves. Elle savait qu’elle devrait être raisonnable à la maison.

Sandrine est heureuse de trouver son homologue, Fiona, une fille intelligente, ouverte et amicale, très belle, grande, tonique, blonde et voluptueuse, qui contraste avec l’allure petite et mince de Sandrine, avec une coupe brune très française et un teint de miel doré.

En déballant ses affaires dans sa chambre, Fiona admire poliment ses vêtements français. Puis la conversation s’est engagée sur le dernier boys band en vogue et sur le fait qu’il soit désirable (ou non). “Tu aimes les garçons ? Tu aimes le sexe ?” demande directement Fiona.

“Je les adore”, répond Sandrine en souriant.

“C’est bien, il y a trois familles qui séjournent ici pour les vacances, dont plusieurs jeunes hommes qui pourraient vous intéresser. Il y a quand même quelques petites choses que je dois mentionner. Tout est très détendu ; nous venons tous ici chaque été depuis que nous sommes tout petits et presque tout est permis. Nous, les jeunes, restons dans cette partie de la maison et nos parents nous laissent tranquilles tant que nous ne devenons pas trop bêtes. Si quelqu’un essaie de vous donner quelque chose que vous ne voulez pas, dites-le moi et je réglerai le problème. C’est une bonne chose et nous ne voulons pas d’ennuis”.

“Mon dieu “, pense Sandrine, choquée malgré elle, c’est un peu inattendu. Elle avait entendu dire que les Britanniques étaient censés être plus collet monté. Peut-être que cette visite serait plus intéressante qu’elle ne l’avait imaginé.

“Je comprends. Sandrine lui répond. “Je ne suis pas expérimentée, mais j’ai envie d’apprendre.

“Pas de problème”, sourit Fiona. “C’est ce qu’il y a de bien ici, nous apprenons tous beaucoup. J’organise aussi de temps en temps des soirées privées quand il n’y a pas d’adultes”.

Les inquiétudes initiales de Sandrine, qui craignait d’être dépassée par les événements, se sont dissipées lorsqu’elle a rencontré les autres adolescents au cours du dîner. N’importe lequel des garçons ferait très bien l’affaire, du moins en ce qui concerne l’apparence. Fiona avait dit qu’il fallait s’habiller de manière “décontractée”, peu importe ce que cela signifiait. Elle a porté une robe courte qui a attiré quelques regards. Elle était contente que son père ne soit pas là, il n’aurait pas approuvé.

Outre les trois maris/épouses et le père célibataire, il y avait quatre garçons et trois filles. Il y avait Henry, grand, bruyant et beau, son frère James, fort mais silencieux, Bill, courageux et très intelligent, et Tom, timide et gentil. Les filles, à part Fiona et elle-même, étaient Emma, blonde comme le miel, à la sexualité sulfureuse, et Amira, un mélange de Jordaniens et de Danois à la peau lisse et olivâtre.

Pendant le dîner, Sandrine a pu constater que la bande d’adolescents se connaissait très bien et qu’il y avait un jeu subtil d’intérêts adolescents. Elle passe la plus grande partie du repas à discuter avec Bill, qu’elle aime beaucoup, il la fait rire et semble connaître tous les sujets qu’elle aborde. De l’autre côté, il y avait James, un beau ténébreux aux cheveux noirs et bouclés, qui souriait volontiers. Ils étaient tous les deux accueillants, mais elle se sentait encore un peu étrangère et ils étaient un peu formels avec elle.

Après le repas, ils montèrent à l’étage, bavardant et prenant des nouvelles de leurs vies respectives. Elles ont passé deux heures à boire, à écouter de la musique et à regarder Netflix. Vers onze heures, Fiona s’est approchée d’elle et lui a dit

“Sandrine, Henry vient me voir tout à l’heure et son frère James aimerait bien venir aussi, il t’aime bien, ça te dirait de le voir ce soir ? “

Sandrine s’était demandé si elle devait faire part de sa disponibilité à Bill mais ne l’avait pas vu après être montée à l’étage, alors, considérant sa résolution d’être ouverte, elle a avalé et, après une pause, elle a dit : ” ce serait bien “.

“Super” dit Fiona, “viens dans ma chambre dans trente minutes, mets quelque chose de plus confortable”. Elle lui fait un clin d’œil.

Elle se demanda ce que signifiait “plus confortable”, mais en y réfléchissant et en tenant compte du clin d’œil, elle se fit une idée et alla dans sa chambre, prit une douche rapide et se regarda dans le miroir. On lui avait dit qu’elle était belle, qu’elle mesurait 170 cm, que son teint d’adolescente était parfaitement hâlé, que ses seins étaient des hémisphères parfaits qui ne nécessitaient aucun soutien-gorge, qu’elle avait de longues jambes toniques, des cheveux noirs, un beau visage ovale avec des yeux d’un vert saisissant. Elle devait admettre que les garçons la remarquaient depuis quelques années et espérait qu’elle plairait aussi à l’Anglais. Pas de maquillage, un soupçon de parfum entre ses seins et une courte robe de soie complétaient ses préparatifs précipités. Ses tétons dressés transparaissaient à travers la soie, son cœur battait la chamade et elle sentait de l’humidité entre ses jambes. Elle frissonnait d’impatience et se demandait ce que la nuit lui réservait.

Après s’être calmée pendant quelques minutes, elle marcha pieds nus jusqu’à la chambre de Fiona et entra.

Henry, James et Fiona se trouvaient dans la pièce faiblement éclairée. Ils étaient tous nus. Fiona semblait à l’aise, assise sur les genoux d’Henri, ses courbes blanches contrastant avec son corps dur et poilu. James se détendait sur une chaise longue. “Vous avez l’air en pleine forme”, dit Fiona, “vous, les Français, vous avez les vêtements les plus sexy”. Sandrine sourit et referme la porte. “J’espère que je ne suis pas trop effrontée pour toi”. poursuit Fiona. Mais je veux que tu sois mieux intégrée dans notre groupe et tout le monde te fera plus confiance si tu participes.” Elle regarde Sandrine et sourit. “Je pense que cela devrait aller.”

Sandrine ne répond pas. D’un mouvement sinueux, elle enleva son slip, révélant sa minceur et son bronzage impeccable. Se tenant près de Jacques, elle laissa ses seins fermes effleurer sa poitrine musclée, mit ses mains derrière elle et dit d’un ton posé : ” On m’a dit que je vous plaisais beaucoup, qu’aimeriez-vous faire avec moi ? “.

Sandrine voit ses yeux se dilater puis sent sa main tenir son menton et il l’embrasse fort sur la bouche. “J’ai eu envie de toi dès que je t’ai vue”. grogne-t-il. Sandrine est soulagée, ça va être amusant. “Moi aussi”, sourit-elle, “j’apprécierai que tu m’aies”.

Sa main caresse délicatement sa tige étonnamment grosse, la sentant devenir plus dure. Ses mains étaient sur son corps, caressant ses seins, pressant ses mamelons durs. Cela se passait bien, pensait-elle, elle n’était là que depuis quelques heures et elle manipulait déjà la bite d’un beau garçon.

Sandrine entendit un gémissement et regarda autour d’elle, Fiona était agenouillée et suçait avec enthousiasme Henry qui était assis sur le lit. Une vague de désir la submergea et elle réalisa qu’elle avait très envie de sucer la bite ferme et lisse qu’elle caressait. Elle se mit à genoux, embrassa le ventre dur de James et commença à lécher sa queue. Il tressaillit et émit un petit ronronnement lorsqu’elle le prit dans sa bouche. Elle ne l’avait fait que quelques fois auparavant, mais elle adorait cette sensation. Sa bite sentait le savon frais, elle était douce comme du velours et dure à la fois, chaude et lourde dans sa bouche.

James grogna : “Belle Française, tu es très douée pour ça, ça me donne envie de te baiser”. Ses mains étaient dans ses cheveux et la caressaient brutalement. La pensée de cette bite pénétrant l’humidité glissante entre ses jambes faisait tressaillir tout son corps, tandis qu’elle savourait sa virilité. La vue de Fiona bavant avec enthousiasme sur la queue d’Henri rendait le tout encore plus érotique. Puis, sans qu’elle s’en aperçoive vraiment, elle se retrouva sur le dos, James pénétrant lentement mais fermement en elle. C’était merveilleux, elle n’avait pas fait l’amour depuis des mois et c’était si bon de satisfaire cette démangeaison. Il y eut une secousse de plaisir électrique lorsqu’il s’enfonça en elle. C’était si bon d’être pénétrée par cet homme, avec son corps lourd au-dessus d’elle, qui la pressait et la remplissait.

“J’aime te baiser, ma belle Sandrine”, dit Jacques. “Tu es incroyablement sexy”.

“Oui, oui, James baise moi” dit Sandrine en se tortillant pour sentir son corps contre elle et apprécier le mouvement de ses muscles sous sa peau lorsqu’il la pénètre. Puis, réalisant qu’elle devait pratiquer son anglais, elle a ajouté “fuck me James, I love it” (baise-moi James, j’adore ça). C’était très différent des cours de langues à l’école.

James était très en forme et s’entraînait. Sandrine n’est bientôt plus consciente que de sa respiration lourde et de la sensation sensuelle de son corps fort et dur qui bouge avec et contre le sien. Le premier orgasme bouleversant se produisit juste au moment où elle le sentit tressaillir sur elle. Après une brève pause sans paroles, James l’a retournée avec désinvolture et a commencé à la pénétrer lentement et profondément par derrière. Elle trouva très érotique la façon dont il faisait ce qu’il voulait d’elle sans effort, surtout lorsqu’il la gifla et l’attira sur sa queue avec ses cheveux. Elle s’est repliée contre lui pour qu’il aille le plus loin possible. Elle se délectait de cette sensation. Est-ce que cela allait se produire tous les soirs de sa visite ? Elle l’espère.

Tôt le lendemain matin, Sandrine se réveilla avec l’impression d’avoir couru un marathon. Elle regarda vers l’endroit où Fiona dormait, ressemblant à un tableau drapé sur Henry. Elle se dégagea prudemment de Jacques et se faufila jusqu’à sa chambre. Dans le miroir, elle était ébouriffée et rougissait. Elle sourit en réalisant qu’un feu s’était allumé en elle. Elle avait envie de recommencer bientôt.

Au petit déjeuner, James lui sourit et ils se remercièrent mutuellement, un peu maladroitement. Tous les autres adolescents semblaient savoir ce qui s’était passé et étaient beaucoup plus amicaux. Fiona la prit à part, lui sourit d’un air conspirateur et lui dit : “J’espère que tu as apprécié la soirée d’hier, James l’a certainement fait, il a été très élogieux à ton sujet”.

“Oui, beaucoup, je trouve que James est gentil. Merci, ma visite ici a très bien commencé ! Sandrine rougit. Il lui semblait étrange d’être aussi décontractée.

Fiona marqua une pause, puis reprit d’un ton plus sérieux : ” Je vais vous expliquer comment les choses se passent ici. Comme je l’ai déjà dit, cela fait un moment que nous avons tous des relations sexuelles entre nous pendant les vacances d’été. Depuis que je suis petite, j’ai toujours été l’autoritaire parmi nous, celle qui décide de ce qui est juste. Il y a quelque temps, nous avons tous décidé que nous ne voulions pas de malheurs jaloux, alors maintenant c’est moi qui organise le roulement de qui passe la nuit avec qui. J’essaie de faire en sorte que tout le monde s’amuse, j’écoute les demandes, mais c’est moi qui décide”. Elle regarde si Sandrine a compris. “Si tu veux participer, tu te retrouveras avec un homme différent tous les soirs où tu voudras de la compagnie. Tous les garçons sont très enthousiastes à l’idée que vous fassiez cela”. Elle sourit. “Même nous, les filles, nous aimerions que le nombre soit équilibré. Si tu ne veux pas participer, ce n’est pas grave non plus, tu peux évidemment changer d’avis à tout moment”.

Sandrine est à nouveau surprise. Elle pensait avoir déjà été assez aventureuse. Cette charité organisée était d’un autre niveau. Son cœur battait plus vite à la pensée du péché, de la méchanceté et du plaisir du sexe illimité. Il n’y eut qu’une courte pause avant qu’elle ne réponde par un sourire et s’engage. “Je peux avoir Bill bientôt, si vous voulez bien”.

“Tu seras heureuse d’apprendre qu’il t’a demandée”. Répondit Fiona.

Les nuits suivantes furent une courbe d’apprentissage agréablement raide. Chacun des garçons était différent, elle s’entendait très bien avec Bill, ils pouvaient parler et rire de tout, et le sexe était merveilleux et mutuellement satisfaisant.

Tom était d’une beauté classique, presque magnifique, avec un corps mince et râblé, des cheveux blonds, des yeux bleus étincelants, une politesse impeccable dans un style bien élevé. Il était le plus habile au lit de tous les garçons et très désireux de plaire, capable d’exciter Sandrine et de l’amener à un orgasme parfait (ou deux), puis de recommencer encore et encore, jusqu’à ce qu’elle doive demander pitié. Plus tard, quand Sandrine a été plus expérimentée, ils ont continué pendant des heures.

Henri était plus dominant. Avec lui, elle se trouve très soumise. Suivre ses ordres rapides satisfaisait quelque chose en elle, elle se retrouvait même à être formelle avec lui, à l’appeler “monsieur” et à être très heureuse quand elle lui plaisait. C’était aussi très excitant quand il lui donnait une fessée parce qu’elle n’avait pas fait exactement ce qu’il lui avait dit de faire.

Les journées se passaient à la plage, à nager, à faire du vélo et d’autres activités extérieures. Tous prenaient l’exercice au sérieux afin de pouvoir donner le meilleur d’eux-mêmes le soir venu. Tout le monde discutait des performances de chacun, et elle s’apercevait qu’elle avait beaucoup à apprendre.

Au fil des nuits, Sandrine est devenue de plus en plus confiante et détendue sur le plan sexuel. Elle a découvert qu’elle avait un penchant naturel pour la succion des bites d’hommes et, à force d’entraînement, elle est devenue très habile. Elle aimait la sensation de contrôle qu’elle avait et adorait pouvoir garder un homme au bord de l’orgasme aussi longtemps qu’elle le souhaitait, s’arrêtant de temps en temps pour le laisser se calmer et la supplier de ne pas s’arrêter.

Fiona a maintenu la pression ; Sandrine a été envoyée pour un ménage à trois avec la blonde Emma et James. Ce dernier a demandé à Sandrine de lui montrer à quel point elle était douée pour la fellation. Il a eu plus que ce à quoi il s’attendait, Emma a appris très vite et en travaillant ensemble, ils l’ont presque fait pleurer de frénésie sexuelle avant de le laisser se calmer pour qu’il puisse les baiser. La réputation de Sandrine s’en trouve grandement améliorée, surtout auprès d’Emma.

Le lendemain, Sandrine et Emma se détendent dans un café rural ensoleillé après avoir parcouru plusieurs kilomètres à vélo sur le sentier côtier. “On va chasser ? dit Emma avec un sourire complice.

“Qu’est-ce que tu veux dire ?

“Tu verras”, répond Emma par-dessus son épaule en se dirigeant vers les vélos “Tu peux être l’appât, je serai la récompense. Ton tour viendra.”

Ils roulèrent 30 minutes jusqu’à un endroit où la piste faisait une boucle autour d’une crête boisée. Ils pouvaient ainsi choisir leur victime lorsqu’elle passait d’un côté de la crête, passer rapidement de l’autre côté et poser leur piège avant qu’elle n’y arrive.

C’est ainsi que Sandrine s’est retrouvée à faire semblant de réparer un vélo savamment cassé dans un bois tranquille. Emma s’est assise près d’un trou dans la haie. “Tu restes discrète et innocente, je déciderai si nous le voulons”.

Il était difficile pour l’homme de ne pas le remarquer. Le bronzage de Sandrine contrastait avec son court short blanc et sa chemise aux boutons un peu trop défaits. Alors qu’il ralentissait pour s’arrêter, Sandrine a tout de suite aimé son apparence : la trentaine, rasé de près, des vêtements de sport de bonne qualité, un sourire amical et une bonne forme physique sans être manifestement musclé.

“Bonjour, ça va ? demande-t-il.

Sandrine prend son accent français rauque qui semble plaire aux Anglais : ” Oui monsieur, sans doute, mais ma chaîne s’est détachée “.

“Voulez-vous que je jette un coup d’œil ? Il attend à une distance polie.

“Oui, s’il vous plaît”, répond Emma. “Ce serait super, on n’a pas l’air d’aller bien loin.”

Sandrine sentit qu’il s’agenouillait à côté d’elle pour inspecter le vélo, il sentait très bon, une odeur de corps d’homme chaud, pensa-t-elle. Il travailla habilement sur son vélo et le répara rapidement. Il s’essuie les mains sur l’herbe chaude : ” Ce n’est pas souvent que j’ai l’occasion d’aider deux si belles filles par ici . Il ne put s’empêcher de jeter un coup d’œil sur les tétons d’Emma qui transparaissaient sous sa chemise.

“Merci, c’est très gentil” dit Emma “Si tu veux, on peut faire quelque chose pour toi. Peut-être aimeriez-vous nous baiser ? Elle sourit et se mordit la lèvre inférieure. Dans le silence qui suivit, elle déboutonna sa chemise et l’enleva. Dans la lumière du soleil, elle était magnifique : boucles blondes, bouche en bouton de rose, yeux bleus, seins roses, longues jambes galbées et silhouette parfaite en sablier. Le tout mis en valeur par son petit short blanc.

Il y eut une brusque inspiration. Il était pris dans leur piège. “Ce serait avec plaisir. Il dit lentement et sourit à son tour.

Sandrine a ouvert la voie dans les bois jusqu’à une clairière herbeuse qu’ils avaient choisie plus tôt. Elle regarde autour d’elle : les deux autres sont nus et s’embrassent. Emma lui caresse la queue, ses mains parcourent son corps. Sandrine se débarrasse de ses vêtements et va l’aider.

Les deux filles formaient maintenant une équipe bien rodée, elles travaillaient leur magie orale sur lui. Parfois les deux léchaient et suçaient sa bite, parfois l’une d’elles se concentrait sur sa partie inférieure, l’engorgeant profondément, les mains caressant habilement tandis que l’autre l’encourageait à l’embrasser partout, laissant ses mains explorer la peau lisse. Si celle qui le suce le sent proche de l’éjaculation, elle lui fait signe de ralentir. Sandrine trouvait incroyablement sensuel de donner du plaisir à un homme qu’elle venait à peine de rencontrer dans un enchevêtrement de membres gémissants. Le vent murmurait dans les arbres autour d’eux, il était frais sur son dos tandis qu’elle suçait lentement la queue. Elle était heureuse que ses parents ne le sachent pas.

Finalement, malgré les soins de la jeune fille (ou peut-être à cause d’eux), il jouit en poussant un cri et en projetant des quantités de jus gluant sur le visage et la poitrine de Sandrine. Elle a décidé qu’elle aimait l’odeur du sperme dans les bois.

“C’était fantastique. Il dit : ” Je n’ai jamais fait ça avec deux filles, et encore moins avec des filles aussi intelligentes !

“Merci”, disent les deux filles en riant. “Nous avons adoré”, ajoute Emma. “Je suis tellement excitée, s’il vous plaît, baisez-moi bientôt”.

Il rit. “Donnez-moi un moment !” et après une pause “Vous faites ça souvent ?”.

Non” dit Sandrine “même si j’aime ça, je ne suis pas sûre de recommencer. Elle se demande si c’est vrai, car c’est l’une des choses les plus excitantes qu’elle ait jamais faites.

“Je l’ai déjà fait une fois avec une autre amie. dit Emma. “J’aime le danger et la méchanceté. Mais je ne le referai probablement pas non plus. C’est prendre le risque de baiser avec des hommes au hasard dans les bois !”

La conversation s’est interrompue. Une dizaine de minutes plus tard, Sandrine somnolait, profitant du soleil sur son corps, lorsqu’elle entendit un mouvement. En levant les yeux, elle aperçoit Emma à quatre pattes qui s’apprête à jouir en levrette. Elles se sont fait un clin d’œil, puis le visage d’Emma a pris une expression de concentration lorsque l’homme l’a pénétrée. Sandrine gémit avec elle en imaginant ce que ressent Emma.

Sandrine s’est redressée et a regardé. C’était bon de voir la belle Emma se faire brutalement marteler par ce bel homme. Le couple était éclairé par un rayon de soleil dans la pénombre du bois, ils semblaient tous deux briller d’une lumière intérieure, sa peau lisse et laiteuse rougissait et son dos bronzé était perlé de sueur tandis qu’il s’enfonçait dans elle à plusieurs reprises. Elle était manifestement en extase, se repoussant lorsqu’il lui frappait le derrière et la tirait sur sa queue, les mains dans ses longs cheveux blonds. L’expérience d’un homme plus âgé était révélatrice lorsqu’elle commença à émettre des sons de plaisir sans paroles. “Baise-la fort, baise-la fort ” lui chuchote Sandrine à l’oreille, ses tétons durs effleurant son épaule tandis qu’elle passe ses mains le long de son dos jusqu’à ses fesses en sentant les poussées. “Tu l’aimes bien ? Elle te fait du bien ?” Il se contenta de sourire et continua sans s’arrêter. Emma jouit avec un cri frémissant et il continua, puis elle jouit à nouveau, incapable de parler.

L’homme cessa de s’enfoncer dans Emma et Sandrine se retrouva allongée sur le dos et pénétrée rapidement et adroitement par la tige dure et humide de l’homme. Aucun mot n’avait été prononcé et elle avait laissé son attention s’égarer, si bien que la surprise de se voir soudain agréablement remplie de bite lui fit pousser un cri. Il lui sourit et commença à établir un rythme en tenant ses chevilles et en la regardant dans les yeux, ils savaient tous les deux qu’ils voulaient cela. Elle sentait sa confiance, il savait qu’elle aimerait ce qu’il lui faisait, et il allait le faire. Les garçons qu’elle avait fréquentés jusqu’à présent étaient parfois un peu timides, mais cet homme plus âgé et plus expérimenté était différent, il ne se retenait pas. Tandis qu’il l’enfonçait impitoyablement, ses mains parcouraient son corps et caressaient grossièrement sa peau lisse, ses seins étaient titillés et pressés, ses cuisses caressées. Elle aimait la façon dont il désirait et appréciait manifestement son corps. Elle était consciente de l’herbe sous elle, des arbres et du ciel au-dessus d’elle, tandis qu’elle s’imprégnait de la virilité de l’homme qui la dominait, de son poids sur elle, de la sensation de ses mains sur sa poitrine poilue et, surtout, de la pression merveilleuse et répétée qu’il exerçait en elle en la pilonnant sans relâche, tantôt lentement, tantôt rapidement. Elle avait l’impression que son cerveau allait exploser sous l’effet de l’intensité du plaisir et de l’excitation. Elle l’exhortait à continuer : “N’arrête pas, j’adore ça, baise-moi, baise-moi”, gémissait-elle parmi des cris inarticulés.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings