Histoire erotique Histoires écrites par des femmes Histoires taboues et histoires de sexe Témoignages Xstory

Histoire porno Une femme a rendez-vous avec le sexe dans un train

Histoire porno Une femme a rendez-vous avec le sexe dans un train
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

C’est avec une certaine réticence qu’elle descendit les marches du métro ce soir-là. La simple idée du long trajet pour rentrer chez elle était toujours atroce si tard dans la nuit, mais encore plus à la fin d’une semaine qui s’était avérée très longue. Elle ne pensait qu’à se déshabiller, à s’emmitoufler dans ses draps et à s’installer confortablement devant son ordinateur portable…

La vie de vieille fille dans toute sa splendeur, se dit-elle.

Debout sur le quai, elle tâtonnait avec le nid de rats que constituaient les cordons d’écouteurs qu’elle avait sortis de la poche de son manteau en attendant l’arrivée du train. Tout était calme, à l’exception de ce gémissement subtil qui s’élève du fond du tunnel du métro avant l’arrivée d’un train.

Lorsque le train s’est enfin approché, elle n’a rien entendu de la mélodie désordonnée qui se jouait directement dans ses tympans. Les écouteurs sont la pièce la plus importante de l’uniforme du navetteur moderne, après tout. Aucune personne qui se respecte n’oserait emprunter les transports en commun sans être capable de bloquer les gens autour d’elle.

Les portes s’ouvrent et l’invitent à monter à bord. Elle entra dans un wagon vide et ne put qu’imaginer le sifflement qu’ils avaient dû faire en se refermant derrière elle.

Malgré le nombre impressionnant de personnes présentes dans le wagon vide, elle s’assit sur le siège situé juste à côté de la porte. Elle avait une vue dégagée sur la voiture qui la précédait et, en jetant un coup d’œil par la fenêtre, elle imaginait des histoires pour les quelques personnes qui occupaient l’espace.

Une jeune femme fatiguée, aux cheveux ébouriffés et aux traits épuisés, semblait sur le point de pleurer en luttant contre un bâillement. Elle envisageait très certainement d’exécuter un meurtre-suicide avec ses deux enfants odieux qui tournaient autour du poteau métallique en face d’elle.

Un homme d’un certain âge fronça les sourcils à travers les poils blancs qui salaient et poivraient ses joues, en regardant par son nez pointu, faisant semblant de lire le journal qu’il tenait dans ses mains. En ajustant son bonnet en fourrure, il se demandait peut-être comment allait son ex-femme et pourquoi sa fille ne l’appelait plus.

Un homme brun, vêtu d’un manteau noir, joue avec le téléphone entre ses jambes. Les messages qui s’affichent sur l’écran dessinent un sourire perpétuel sur son visage rasé de près. Ainsi vêtu, il était probablement en route pour un rendez-vous galant avec une jolie fille, bien qu’insipide.

La voix de la femme sexy du métro chantait une série de noms et de directives à mesure que le train approchait de chaque station. L’un après l’autre, les passagers de l’autre wagon obéissaient à son chant de sirène et descendaient du train.

Ses yeux se portèrent sur le quai et les regardèrent se diriger à contrecœur vers l’inévitable froid hivernal qui les attendait à la surface. Les portes se refermèrent avec fracas et ils disparurent à jamais.

En se retournant, elle remarqua que l’homme aux cheveux bruns était toujours perché en face d’elle. Il regardait lui aussi l’obscurité qui s’étendait et tournait distraitement son téléphone d’une main entre ses jambes. Elle traça discrètement le contour de sa mâchoire avec ses yeux. Il dut sentir son regard, car lorsqu’elle atteignit ses tempes, il se retourna dans sa direction. Ses yeux sombres et intenses trouvèrent les siens un instant avant qu’elle ne puisse regarder ailleurs, faisant mine de balayer tout son champ de vision.

Elle se sentit tout de même rougir d’avoir été repérée. Il passa sa main libre dans ses cheveux et tira sur son écharpe tout en baissant les yeux sur son téléphone qui ne nécessitait pas d’attention particulière. Bien qu’il ait la tête baissée, elle ne doutait pas qu’il souriait.

Lorsque la station suivante se matérialisa dans l’obscurité du tunnel, il se leva. Elle éprouva un étrange sentiment de déception en réalisant que ce serait la fin de leur non-rencontre.

Un peu dépitée, elle baissa les yeux sur son téléphone, faisant défiler la playlist infinie de chansons qu’elle avait déjà entendues trop souvent. Elle supposa que les portes s’étaient refermées car elle sentit l’inertie du train se déplacer sous elle une fois de plus. Lorsqu’elle leva les yeux, elle se rendit compte qu’il se tenait maintenant devant elle.

Une douce détermination se dessinait derrière ses yeux. Pourquoi ne dit-il rien, se demanda-t-elle. Pourquoi ne dis-je rien ?

Inexplicablement muette, elle retira prudemment les écouteurs de ses oreilles. Il faisait toujours aussi étouffant sous terre, mais une chaleur inconnue commençait à brûler quelque part au fond d’elle.

Il s’avança vers elle jusqu’à ce que l’espace qui les séparait soit minime. Il retira son gant et lui caressa la joue. Le bout de ses doigts était froid, mais une certaine chaleur se dégageait de sa paume au contact de sa peau. Elle se sentit céder à ses avances et approcha sa propre main de la sienne pour affirmer son consentement.

Remontant vers son cou, elle traça sa main le long de son écharpe grise. Une soudaine vague de conviction l’envahit, elle resserra sa prise autour de l’écharpe et se redressa pour aller à sa rencontre.

Elle respira un arôme rappelant l’art de la Renaissance italienne et les décisions discutables intemporelles, et s’attarda sur ce moment avant d’approcher lentement ses lèvres des siennes. Il arrive un moment où le magnétisme physique tend à prendre le dessus, permettant aux pôles de s’assembler comme le veut la nature. C’était l’un de ces moments. Elle sentit son sourire de satisfaction céder la place au picotement frais d’une menthe d’anticipation.

Sa main gauche toujours ancrée sur son écharpe, l’autre s’enroula autour de l’arrière de sa tête. Elle se sentait tellement bien à ce moment-là que l’idée de lâcher prise lui donnait une sensation de vertige. Ses bras l’ont rassurée en entourant sa taille.

Il passa ses doigts sous son chapeau et dans ses cheveux. Alors qu’elle résignait sa tête à son étreinte, il pressa doucement, mais délibérément, la base de son crâne.

Sa main droite passa du berceau de sa tête à sa nuque, le long de la courbure de sa forte colonne vertébrale. Elle glissa sa main sous son manteau et, après un moment d’hésitation délibérée, saisit fermement la chair de ses fesses à travers son jean foncé. Pour une meilleure prise, sa main gauche libéra l’écharpe et remonta pour enserrer sa forte mâchoire.

Bien qu’il s’agisse peut-être simplement du changement de train à la station suivante, elle sentit tout son corps acquiescer à l’itinéraire emprunté par ses mains.

Comme si elle avait besoin d’un moment pour respirer, elle se dégagea et recula d’un pas. Elle était cependant loin d’en avoir fini avec lui et l’encouragea à suivre son exemple. Adossant son dos au mur derrière eux, il appuya son corps contre le sien. Soutenue par sa carcasse et ancrée par le mur, elle pouvait sentir simultanément la montée de son excitation devant elle, et les vibrations du train qui roulait sur les rails lui pressaient le dos.

Il balaya à nouveau son visage et son cou avec sa main avant de la faire glisser sur le devant de son manteau. Son souffle s’amplifie à chaque bouton qui s’ouvre. Le manteau s’ouvrit pour inviter sa main libre à se glisser derrière son cou et à descendre sur sa poitrine pour en caresser le dessous. Elle se glissa ensuite dans la courbe de sa taille, puis descendit jusqu’à sa hanche, qu’il saisit avec l’intensité d’un alpiniste.

Il glissa le bout de ses doigts frais sous le bord de son gilet et effleura la peau du bas de son dos. L’inhalation brutale d’un souffle trahit son approbation. Il la ramena vers lui et leurs hanches roulèrent l’une contre l’autre comme deux vagues qui se rencontrent en mer.

Sa main descendit ensuite sans faillir entre eux jusqu’à ce qu’elle trouve l’espace entre ses jambes, où elle traça la couture de son legging jusqu’à l’intérieur de sa cuisse. Arrivé au creux de l’aine, il passa délicatement sa main sur le pourtour des lèvres. La chaleur de sa paume provoqua un picotement localisé à l’extrémité de son clitoris.

Elle soupira dans sa bouche entrouverte tandis qu’il palpait toute sa vulve comme on le ferait d’une mangue mûre ; assez fermement pour ne pas la faire tomber, mais avec une douceur qui n’oserait jamais meurtrir ou briser la peau.

Il se blottit dans le creux de son cou, et elle sentit l’énergie qui se développait dans son clito remonter le long de ses lèvres vers son périnée et inversement.

Elle ferma les yeux et sa tête roula en arrière pour s’appuyer contre le mur derrière elle, tandis qu’il remontait sa main pour trouver sa ceinture et la redescendre sous sa culotte. Il laissa son toucher s’attarder avec appréciation sur sa tignasse triangulaire pendant un moment avant de se diriger avec précaution vers sa destination finale.

Avant de mettre le doigt sur quoi que ce soit en particulier, il balaya la zone d’un coup d’œil général. Comme un aveugle admirant une œuvre d’art, il se servit de ses mains pour voir le sang couler vers le bout de ses doigts, ses lèvres se gonfler et son clitoris palpiter en réponse à la légère pression. Avec son index, il sépara doucement les lèvres de la jeune femme pour libérer la moiteur qui s’était développée depuis le moment où il avait posé sa main sur elle, ce qui fut accueilli par un ricanement silencieux d’excitation. Il enfonça un peu plus son nez dans le cou exposé de la jeune femme et respira son pouls rapide.

Il plongea ses doigts dans la flaque et revint légèrement en arrière pour reconnaître le bouton de plaisir qui réclamait son attention. Il fit plusieurs allers-retours sur le capuchon, jusqu’à ce que ses doigts dansent comme une ballerine en décrivant des cercles autour de la zone. Elle se sentit gonfler et durcir sous ses doigts.

Le train s’arrêta à nouveau. Pourtant, personne n’interrompit leur démonstration publique de satisfaction.

Reflétant le soupir des portes qui se refermaient, elle laissa échapper un gémissement subtil et sentit ses hanches se déhancher pour l’encourager à suivre son rythme. Comme au début de la rencontre, elle tendit la main vers le bas pour rencontrer la sienne afin de le guider vers son point sensible.

“Pourquoi ne pas vous asseoir”, dit-il. Sa voix était empreinte d’un accent qu’elle n’arrivait pas à distinguer.

Elle recula lentement, confiante que le banc la rattraperait. Il s’agenouilla devant elle et posa à nouveau ses mains puissantes sur sa taille. D’un seul mouvement fluide, elle se souleva tandis qu’il faisait descendre ses jambières et ses sous-vêtements vers ses chevilles.

Elle a levé ses pieds jusqu’aux étriers invisibles situés de part et d’autre de ses hanches, a écarté les genoux pour se dévoiler à lui, et a fait descendre son majeur entre ses jambes pour reprendre le travail qu’il avait commencé.

Il prit un moment pour admirer sa technique avant de reconnaître l’invitation que lui lançait son sourire timide. Elle lui passa la main derrière la tête et guida sa bouche vers son doigt. Il embrassa le pli de son aine, traçant la racine de ses cheveux de haut en bas, de part et d’autre. S’attardant un instant, il souffla son anticipation vers le centre de ses reins. Elle leva l’autre main pour saisir délicatement ses cheveux, tandis que le plat de sa langue s’approchait de son clitoris.

Sa langue massa son clitoris dans un mouvement circulaire constant tandis qu’il commençait simultanément à taquiner les bords extérieurs de son vagin avec le coussinet de son pouce.

Un nouvel arrêt survient.

Elle ne voit rien à travers son bandeau de fortune ; ses paupières sont closes par l’extase. Elle s’immerge complètement dans le moment, oubliant que la source de son plaisir vient en fait d’une autre personne.

Il continuait à faire des cercles avec sa langue et à masser son pouce, ne s’interrompant qu’en s’enfonçant de temps en temps dans son canal vaginal avec un index curieux. Il remontait ensuite le long de la paroi interne pour revenir à l’extrémité peu profonde et palpitante.

Il y a eu un changement soudain dans la façon dont l’intensité se manifestait à l’intérieur d’elle. Cette mystérieuse compréhension qui distingue l’appréciation du plaisir et l’anticipation de quelque chose de plus.

Au début, c’était subtil, comme toujours. La chaleur qui s’échappait d’entre ses jambes commençait à dépasser celle que produisait sa bouche. Elle sentit un spasme dans les muscles de ses hanches et pressa le pas. Ses fesses se rapprochèrent l’une de l’autre et les bords de son ouverture vaginale s’enroulèrent étroitement autour de la pointe de son pouce. Alors que cette tension continuait de croître, un vent imaginaire passa sur ses épaules et fit naître un frisson qui descendit tranquillement jusqu’au creux de son dos.

Elle lutta contre l’envie de rentrer son coccyx et poussa davantage sur ses hanches, s’enfonçant plus profondément dans son visage. Il ne faiblit pas, utilisant sa main libre pour soutenir son sacrum tandis qu’elle se mettait dans la position parfaite.

Son abdomen se tendit, son menton rentra dans sa poitrine et sa gorge se resserra comme pour empêcher la montée de s’échapper par sa bouche. Ses jointures blanchirent sur le bord du banc.

Sa respiration devint profonde et concentrée. Bien que toutes les fibres musculaires de son corps s’activent, elle est paralysée. Après un moment de silence, la force de la libération l’envahit et ses hanches commencèrent à s’effondrer dans sa main. Elle relâcha sa prise sur le banc et s’agrippa de part et d’autre de sa tête.

“Ralentissez un peu”, dit-elle en haletant. Il suivit sa direction et la laissa se délecter de la bouffée d’énergie liquide, chaude et froide, qui descendait le long de sa colonne vertébrale jusqu’à la pointe de ses orteils. Elle inspira comme elle ne l’avait pas fait depuis des années et expira en claquant des dents, alors qu’elle était confrontée à la montée et au relâchement de chaque mini-pulsation qui suivait. Malgré la diminution progressive de l’intensité, chaque crispation de la paroi musculaire prenait un peu plus de temps à se relâcher, comme si elle s’accrochait à un souvenir lointain déjà disparu.

Il prit un moment pour l’admirer dans son bonheur post-orgasmique lorsque la voix de la dame sexy l’interrompit pour annoncer la prochaine station. Il leva les yeux comme s’il répondait à l’appel d’une trompette de guerre. Lorsqu’il se retourna vers elle, il n’y avait toujours pas de mots à échanger. Elle comprit que le prochain arrêt était le sien.

Elle sentit enfin son corps se relâcher. L’illusion du fantasme s’évanouit plus brusquement qu’elle ne l’aurait souhaité et elle prit soudain conscience avec effroi que son pantalon était baissé dans un lieu public.

Alors qu’elle remettait son legging en place, le train s’est arrêté à son arrêt. Comme elle restait légèrement pétrifiée par le plaisir, il se contenta de lui caresser à nouveau la joue.

“Bonne nuit”, lui dit-il par-dessus son épaule en débarquant sur le quai.

Il ne s’est pas retourné lorsque les portes se sont refermées. Elle le regarda sortir son téléphone et monter les escaliers, tandis qu’elle était engloutie par l’obscurité. Elle laissa le wagon vide la bercer d’avant en arrière tandis qu’il l’emportait plus loin sur son chemin sinueux, comme si elle secouait tout ce qui se trouvait sur un écran Etch-A-Sketch jusqu’à l’oubli.

Une main sur le front en signe d’incrédulité et un sourire abasourdi sur le visage, elle écouta la voix sexy de la dame annoncer le nom d’une station qu’elle ne reconnaissait pas.

“Veuillez noter qu’il s’agit de la station terminale”, dit la dame. “Tous les passagers doivent maintenant descendre.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings