Bi - Gay - Lesbien Fétiche - BDSM Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique Xstory

Histoire sexe Comment j’ai été surpris dans les bas nylon de ma femme

Histoire sexe Comment j'ai été surpris dans les bas nylon de ma femme
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Un couple marié accepte son fétiche d’une manière qui leur convient à tous les deux.

Chapitre 1.

J’aime la sensation des bas sur mes jambes. L’élégant théâtre qui consiste à rouler le nylon et à le placer sur mes orteils, puis à l’étirer lentement et à le lisser le long de mes jambes. Le détail de la fixation des jarretelles et de l’enfilage de mes pieds dans les talons hauts.

J’aime me tenir devant le long miroir et laisser mes yeux s’élever lentement des talons noirs vernis au léger plissement du nylon sur mon cou-de-pied, le long de mes jambes jusqu’à la bande des bas.

Et puis ma bite dégoulinant lentement de pré-cum, pointant droit vers le miroir.

C’est ainsi que Mary m’a trouvé.

Je ne l’ai pas entendue revenir. Je pensais avoir au moins deux heures pour jouer et assouvir mon fantasme.

Mary n’est pas allée plus loin que “WHAT THE FUCK…” avant de presque tousser et de se tenir dans l’embrasure de la porte en me regardant droit dans les yeux.

Je me suis figé, Mary s’est figée. Son grognement primitif a été “AARRRRGG” et elle s’est retournée et a sauté en bas de l’escalier et est sortie par la porte. J’ai entendu sa voiture démarrer alors que j’étais toujours figée dans la chambre.

Se doutait-elle déjà de quelque chose ? Était-ce pour cette raison qu’elle avait dû faire demi-tour pour se rendre chez ses sœurs seulement 15 minutes après être partie ? Tant de pensées tourbillonnaient dans ma tête. La première étant “Et après ?”.

Mary et moi étions mariés depuis un peu plus de 5 ans et nous venions tous deux d’avoir 30 ans.

Nous avions de bons emplois qui nous occupaient et nous permettaient d’avoir un mode de vie confortable que nous appréciions tous les deux.

Mais le sexe avait diminué au cours de l’année écoulée.

Avant notre mariage, Mary portait tout le temps des bas et des talons. Ensuite, elle les portait pour les occasions spéciales et dans la chambre à coucher. Mais l’année dernière…. Notre vie sexuelle s’était essoufflée et aucun de nous deux n’essayait vraiment.

Mais j’aimais les bas et les talons. À tel point que j’avais pris l’habitude d’en porter moi-même, juste pour sentir le délicieux plaisir sur ma peau. Je paradais dans la chambre, puis je me détendais sur le lit et me masturbais jusqu’à ce que je sois prête à jouir. Mon esprit était rempli d’images de Mary (et d’autres).

Mary, ma belle et toujours aussi sexy épouse. Elle mesure 1,80 m, à peine 1 m de moins que moi. Lorsqu’elle portait des talons, rarement, elle devenait ma “meilleure” – ma femme que je chérissais. Je me mettais alors devant le miroir et j’éjaculais dans mes mains. Et, ne me jugez pas pour cela, je léchais ensuite mes doigts et mes paumes pour les nettoyer du sperme. Je me sentais sale mais satisfaite.

Mary gardait la ligne et s’habillait bien. Son travail à la société immobilière la mettait en contact avec beaucoup d’hommes et elle utilisait parfois sa silhouette, ses beaux yeux et sa bouche à bon escient. Pour le travail, elle portait des jupes qui lui arrivaient au genou, des talons hauts et des chemisiers en soie moulants.

Mary gagnait bien sa vie, mais depuis un an, elle parlait d’interrompre sa carrière pour fonder une famille. Mon travail à la banque se passait bien aussi, mais je voulais attendre encore cinq ans, jusqu’à ce que tous les prêts et toutes les dettes soient remboursés, avant d’augmenter l’hypothèque et de déménager dans une maison capable de faire vivre une famille avec un seul revenu. Nick, toujours aussi pragmatique.

Je sais que Mary était frustrée par mon insistance à vouloir attendre pour fonder une famille. Julie, sa sœur, avait deux ans de moins et déjà deux enfants adorables. Mais je savais à quel point cela avait pesé sur les finances de Julie et Mike, ainsi que sur la silhouette de Julie.

J’étais donc là. Je m’adonnais à mon fétiche parce que ma femme avait cessé de le faire. Et maintenant, j’allais en payer le prix.

Chapitre deux.

Marie est revenue environ trois heures plus tard. Son visage était ferme et elle n’a rien dit.

Pendant tout le week-end, elle n’a pas dit plus que des instructions et des commentaires superficiels. Chaque fois que j’essayais d’entamer une conversation – sur n’importe quel sujet – Mary répondait par un “Pas MAINTENANT Nick”.

Le lundi, nous sommes partis tous les deux au travail comme d’habitude. Je lui ai envoyé un texto pour lui dire à quel point je l’aimais toujours, mais elle n’a pas répondu. Nous sommes rentrés tous les deux à la maison, Mary un peu plus tôt que moi, comme d’habitude. Pas de changement.

Le lendemain, même routine. Ce soir-là, Mary a passé un long moment au téléphone avec sa sœur.

La semaine s’est écoulée et j’ai décidé que si nous arrivions au week-end sans avoir trouvé de solution, je provoquerais quelque chose – même si ce quelque chose n’était qu’une dispute.

Mais le samedi matin, Mary s’est levée tôt et je l’ai rattrapée juste assez longtemps pour qu’elle me dise qu’elle passait la journée avec sa sœur.

Je me suis morfondue dans la maison. J’étais à deux doigts de faire une séance de fétichisme avec les bas et les talons – mais je n’osais pas me faire prendre à nouveau. Et je ne savais pas si sa visite à Julie était réelle ou si elle attendait dans le garage ou ailleurs.

J’ai préféré prendre un long bain et me branler lentement. Je me suis souvenu d’un week-end, quelques mois auparavant, où j’étais allé jusqu’à revêtir la culotte de Marie, son soutien-gorge bourré de chaussettes, ses bas, son porte-jarretelles, ses talons, ainsi qu’une de ses jupes et un chemisier. Les vêtements en surcouche provenaient du panier à linge, juste au cas où. J’ai passé deux heures à sautiller dans la maison.

J’ai même mis un peu de rouge à lèvres. J’étais aux anges.

Mary a appelé vers 18 heures pour dire qu’elle était sur le chemin du retour. C’était la première phrase “correcte” qu’elle me disait de toute la semaine. Lorsqu’elle est arrivée, je me suis dit que j’allais faire avancer les choses et je l’ai accueillie avec un verre de vin. Elle a souri et la soirée a été très agréable. Nous n’avons pas parlé de “l’incident”, mais les choses semblaient revenir à la normale.

Le jeudi soir suivant, j’ai entendu des rires provenant du bureau et j’ai réalisé que Mary était en train de parler au téléphone avec sa sœur Julie. Lorsque Mary est entrée dans le salon, c’était comme si un poids lui avait été enlevé. Elle était bavarde et même coquette.

Nous avons regardé un peu la télévision, puis elle s’est levée, m’a léché l’oreille et m’a dit qu’elle allait prendre un bain. Je me suis retourné et j’ai vu son regard malicieux. Je lui ai donné dix minutes et je suis allé dans la salle de bains avec un verre de vin pour elle. Elle m’a remercié et m’a attiré vers elle pour un long et lent baiser. Nous avons échangé nos langues et elle a léché mes lèvres. Elle m’a dit de lui laisser environ 30 minutes et d’attendre qu’on m’appelle.

Après 40 minutes d’attente, j’ai entendu l’appel “Nicky…” venant de l’étage. J’ai commencé à courir, mais j’ai ralenti pour me contenter de monter les escaliers jusqu’à notre chambre.

Mary avait baissé la lumière, mais sa forme allongée sur le lit était trop facile à voir. Elle portait une nuisette que je lui avais achetée quelques années auparavant. Elle était noire et transparente, avec une bordure en fourrure. C’est tout ce qu’elle portait par-dessus. Mary portait une guêpière rouge (mon cadeau) qui couvrait sa taille fine et les bretelles étaient attachées à des bas rouges transparents à coutures (mon cadeau) et ses pieds étaient chaussés de talons rouges vernis de 5 pouces (mon cadeau). Il y avait une odeur de parfum dans la pièce.

Elle s’est levée sur un coude et m’a fait signe de venir à elle. “Elle n’a rien dit d’autre que “Eh bien… ?

J’ai bafouillé “VOUS ÊTES FANTASTIQUE…”, peut-être avec trop d’empressement. Mais c’est vrai !

Ses doigts ont glissé le long de ses jambes et elle a passé son fin majeur sous la bande de son bas. Elle a ensuite glissé sa main vers sa chatte et je me suis rendu compte qu’elle s’était rasée. Elle a laissé une petite tache au-dessus de ses lèvres, mais elle a vu mes yeux et a levé un genou pour me faciliter la vue. La lumière scintillait sur les lèvres humides de sa chatte tandis qu’elle caressait ses lèvres et le capuchon de son clitoris.

Je me suis déshabillé en une dizaine de secondes, je me suis agenouillé sur le lit et j’ai commencé à bouger à côté d’elle.

Sa paume s’est appuyée sur mon épaule. “Tu ne voudrais pas essayer quelque chose de différent ?” a-t-elle presque ronronné et j’ai suivi son regard lorsqu’elle s’est tournée vers la coiffeuse. Je me suis retourné pour regarder et sur la commode se trouvaient une nouvelle paire de bas, encore dans leur emballage, et un porte-jarretelles noir.

Mes yeux sont retournés vers les siens, presque avec culpabilité. Mary a hoché lentement la tête et a dit : “C’est bon. On peut essayer et voir ce que ça donne”. Encore une fois, j’ai sauté du lit avec empressement et je me suis précipité sur les bas.

Mary s’est déplacée sur le lit et s’est assise à l’extrémité, en s’inclinant un peu vers l’arrière. Je suis resté un moment à regarder ses jambes.

Elle a pris la parole : “Je suggère que tu mettes d’abord le porte-jarretelles”. Je me suis tourné et j’ai pris le porte-jarretelles en dentelles dans ma main. Je ne l’ai pas reconnu – je connaissais tous les articles qui se trouvaient dans les tiroirs et les armoires à sous-vêtements de Mary – était-il neuf ? Elle avait 6 bretelles et était très dentelle, et en plus elle était “large”.

J’ai passé la ceinture autour de ma taille et je l’ai attachée sur le devant, puis je l’ai fait glisser dans le bon sens. “Tu as eu de l’entraînement, je vois…” a dit Mary, mais le sourire qu’elle arborait était celui d’une plaisanterie et non d’une accusation. J’ai déballé les bas et je les ai tendus. Des bas à peine noirs, 15 deniers, entièrement façonnés, avec un talon renforcé et une couture arrière. Un vrai bonheur !

J’ai roulé le bas gauche et je me suis penchée, mais j’ai préféré m’asseoir sur la chaise de toilette. Je me suis ensuite penchée et j’ai enfilé le bas sur mon pied, en prenant soin de bien placer le talon, puis j’ai commencé à l’enrouler lentement le long de ma jambe. J’étais au paradis.

Mary a écarté un peu les jambes et a frotté lentement sa main sur le haut de ses cuisses, le nylon craquant légèrement.

J’avais maintenant le bas jusqu’à la cuisse et je me suis levé pour commencer à couper le devant quand Mary a dit “non, non, pas comme ça”. Elle s’est levée du lit et m’a fait signe de me tourner un peu. Elle a pris ma main gauche et l’a guidée de façon à ce que mes doigts puissent sentir l’endroit où la couture se terminait dans le dos. Elle m’a ensuite demandé de me tourner de façon à ce que mon dos soit face au miroir, puis de me tordre à la taille de façon à ce que ma main droite puisse saisir la sangle du dos et rencontrer ma main gauche.

Elle s’est agenouillée et a dit “c’est la seule façon de garder la couture droite” et a fait courir ses doigts tout le long de l’arrière de ma jambe, envoyant des étincelles directement sur ma bite déjà palpitante.

Mary m’a ensuite indiqué les meilleurs endroits pour les deuxième et troisième lanières.

Lorsque le bas gauche fut en place, elle se glissa lentement vers le lit, s’assit à l’extrémité, mais plus en avant qu’auparavant. “Je suis sûre que tu peux t’occuper de l’autre par toi-même”, m’a-t-elle demandé.

J’ai répété le processus et le bas droit était bientôt en place. Oui, j’avais eu beaucoup d’entraînement, mais pas avec des bas à coutures.

Je me tenais maintenant devant elle, incertaine de ce qu’il fallait faire. Mary s’est levée, a marché devant moi, a pris ma bite dans sa main gauche et a passé son index droit autour de la fente. Elle a porté son doigt à ses lèvres douces et a sorti sa langue pour la faire tournoyer autour d’elle.

J’ai suivi son regard et j’ai vu une paire de talons placés à côté du miroir. Je les ai reconnus et c’était la même paire que celle que j’avais été surprise à porter deux semaines auparavant. J’ai dû m’agripper à la chaise de toilette pour pouvoir enfiler les talons de 4 pouces, mais j’y suis parvenue sans problème. Lorsque je me suis retournée, Mary était déjà allongée sur le lit.

Elle m’a fait signe de m’approcher et m’a demandé de me tenir au bout du lit.

“Tu aimes te branler quand tu es habillé comme ça ?” me demanda-t-elle très calmement.

C’était la première fois qu’elle évoquait directement “l’incident”.

Le mieux que j’ai pu faire pour répondre a été de dire “Hmm”. Ma honte et ma nervosité ont pris le dessus.

Elle a souri et s’est glissée plus haut sur le lit pour pouvoir s’asseoir davantage, les oreillers la soutenant.

“Alors fais-le”. Je l’ai regardée, un peu incertain, mais elle s’est retournée et a bu une gorgée de vin.

J’ai commencé à frotter ma bite. Mes yeux parcouraient ses superbes formes. Elle a glissé sa main libre le long de son ventre et a légèrement frotté le bout de ses doigts sur ses lèvres et son clitoris.

Cela m’a encouragé à caresser plus rapidement et ce n’est que lorsque mes yeux se sont fermés et que Mary a réalisé que j’étais trop excité qu’elle m’a dit d’arrêter.

“Ce serait bien d’avoir ça en moi” et elle s’est léché les lèvres.

Je suis allé chercher un préservatif sur la commode et j’ai entendu son “tut”. Je me suis retourné mais elle ne me regardait pas.

Même si Mary prenait la pilule, nous utilisions toujours des préservatifs – j’estimais qu’il était de ma responsabilité de le faire.

J’ai enroulé le préservatif en un temps record et je suis retourné me placer au bout du lit.

Mary m’a demandé de me coucher à côté d’elle, sur le dos. Je l’ai fait et elle s’est agenouillée à côté de moi, puis s’est mise à califourchon sur ma taille.

Elle a enlevé sa nuisette et mes mains ont naturellement saisi ses seins généreux.

Elle a souri et s’est déhanchée vers l’arrière jusqu’à ce que ma bite pousse contre ses fesses. Mary a tendu le bras derrière elle, a saisi ma bite et l’a dirigée vers sa fente. Elle a ajusté son poids et j’ai glissé en elle sans problème et Mary a laissé échapper un faible gémissement.

“Merde Nick, je ne t’ai jamais senti aussi gros”. Ma bite semblait avoir grandi.

Elle a lentement tourné ses hanches et j’ai commencé à lever les miennes pour suivre ses mouvements.

Mary a placé ses paumes sur ma poitrine et a enfoncé ses hanches dans les miennes. Comme ma main ne pouvait pas saisir ses seins, j’ai tenu ses cuisses et j’ai passé mes doigts dans ses bretelles. Nous avons baisé de cette façon pendant environ 3 minutes, jusqu’à ce que je sache que j’approchais du but.

Mary le sentait aussi, elle a lâché ma poitrine et s’est allongée, ajustant sa position et approchant sa bouche de mon oreille.

“Baise-moi Nick”. “Baise ta salope de femme”. Elle savait que j’aimais qu’elle dise des grossièretés.

“Tu aimes la sensation des bas Nicky ?”. Elle ne m’a jamais appelé Nicky. “Mmm, ils sont agréables au toucher”, ai-je répondu.

“Oh merde Nicky, je les adore moi aussi… c’est si bon d’avoir tes bas qui frottent contre les miens” et elle a redressé ses jambes et frotté ses cuisses sur les miennes, ce qui a presque fait sortir ma bite.

Je grognais, essayant de retenir l’inévitable. Mary me lécha l’oreille et reprit la parole : ” mmmm, j’ai l’impression qu’une autre femme me baise… ” Elle marqua une pause : ” aimerais-tu voir ça Nicky, une autre femme me baiser ? ” Je grognai : ” peut-être avec un strapon ” Je grognai et poussai mes hanches vers le haut : ” mmmm, oui, tu aimerais ça…. “, gémit-elle.

Mary a glissé ses jambes le long des miennes tandis que mes mains tiraient ses hanches de haut en bas.

Elle a déplacé sa tête de l’autre côté de la mienne. “Ou peut-être un autre gars pour un plan à trois…”. J’ai grogné, ne sachant pas où elle voulait en venir “mmm, lui me baisant par derrière… ta bite dans ma bouche…” J’aimais ça “ou peut-être qu’il aimerait tes bas plus que les miens et qu’il voudrait te baiser…mmm j’adorerais voir ça”. Je ne savais pas trop comment réagir, mais l’activité physique l’emportait sur la stimulation mentale et, avec un rugissement, j’ai poussé ses hanches vers le bas et j’ai commencé à gicler. J’ai secoué mes hanches et j’ai murmuré “merde, merde, je jouis…”. Mary a gloussé à mon oreille : “Je sais…”.

Au bout d’une minute, Mary s’est détachée de moi et s’est mise sur le dos.

Elle a saisi ma bite et a rapidement enlevé le préservatif. Elle s’est redressée, a chevauché mes cuisses et m’a lancé ses seins. Avant que je ne bouge, elle a pris le préservatif et l’a vidé sur ses seins. Le sperme blanc et épais a coulé sur son sein gauche, puis sur son sein droit.

Elle a laissé tomber le préservatif et a pris mes mains pour les placer sur ses seins. J’ai fait couler mon sperme sur eux et autour de ses mamelons fermes.

Mary m’a regardé droit dans les yeux. Elle m’a demandé doucement : “Tu ne préfères pas que ce soit en moi ?”, mais je n’ai pas voulu répondre et gâcher le moment. Au lieu de cela, j’ai simplement dit : “Je t’aime tellement… Je ferais n’importe quoi pour toi”.

Au bout d’une minute, Mary s’est levée et est allée dans la salle de bains. J’ai quitté le lit et je me suis déshabillé. Quelques minutes plus tard, Mary est revenue, nue et propre, et a posé sa lingerie sur la commode.

Cette nuit-là, elle s’est blottie contre moi et nous avons tous deux bien dormi.

Chapitre trois.

La semaine suivante, les choses semblèrent revenir à la normale. Mon anniversaire tombait le week-end, Mary en faisait toujours toute une histoire et il y avait beaucoup de cadeaux.

Le samedi, Mary me réveilla pour me souhaiter un joyeux anniversaire. Je suis descendue et j’ai constaté que la pile de cadeaux habituelle avait disparu. Avant que je puisse les chercher, Mary a crié “JOYEUX ANNIVERSAIRE” et m’a donné une enveloppe dorée, comme celle que l’on reçoit lors d’une cérémonie de remise de prix. Je l’ai serrée dans mes bras, je l’ai remerciée et j’ai commencé à ouvrir l’enveloppe. Avant que je puisse le faire, Mary m’a pris la main et m’a dit : “J’ai pris le risque d’ouvrir cette enveloppe…. J’espère qu’il te plaira, car il a coûté cher et je ne t’ai donc rien offert d’autre”.

Je lui ai répondu que ce n’était pas grave et qu’il ne s’agissait jamais de la quantité de cadeaux ou de l’argent dépensé.

J’ai ouvert l’enveloppe et en ai sorti une carte dorée. En caractères gras et brillants, il était écrit…

“Voici votre invitation à passer une journée chez Transformers.

Transformers fera de vos fantasmes une réalité – ne serait-ce que pour une journée”.

J’ai regardé la carte, puis Mary et j’ai vu qu’elle était nerveuse, alors elle m’a dit : “Je vais vous expliquer…”

Nous nous sommes assises, elle m’a servi un café et m’a dit….

“Transformers est un endroit que j’ai trouvé en ligne et qui permet aux hommes de… se déguiser !

J’ai commencé à parler, mais elle a continué : “Aucun jugement n’est porté, c’est très professionnel – j’ai visité l’endroit et c’est très bien”.

Les hommes arrivent et peuvent s’habiller et se maquiller comme ils le souhaitent – pour la journée, ils peuvent vivre pleinement leur fantasme”. Mary avait l’air nerveuse, mais j’ai souri et je lui ai dit que ce cadeau était très gentil et que j’avais hâte d’y être.

“Eh bien, il n’y a pas de meilleur moment que le présent – réservons-le tout de suite”, a-t-elle lancé.

Je lui ai demandé pourquoi elle était si pressée, mais elle m’a répondu que les gens de Transformers disaient que plus le temps passait, moins l’homme avait de chances d’aller jusqu’au bout – et que ce n’était pas remboursable.

Je ne savais pas quoi dire et avant que je puisse réfléchir, Mary avait mon agenda sous les yeux et regardait les dates.

“Ils suggèrent un jour de semaine, car c’est plus calme. Pensez-vous pouvoir réserver un jour de congé ?

Tout cela allait un peu vite, mais je me suis dit “pourquoi pas” et j’ai choisi un vendredi dans deux semaines. Mary m’a dit que la semaine prochaine serait mieux. Elle a insisté, j’ai réfléchi et je savais que je pouvais arranger une chose au travail, nous nous sommes donc mis d’accord sur le vendredi suivant.

Mary a tapé dans ses mains avec joie et s’est rendue dans le bureau, où je l’ai entendue téléphoner.

Elle est revenue quelques minutes plus tard et a dit : “Super ! Ils nous attendent vendredi à 14 heures”.

“Nous ?” ai-je répondu. “Oh oui…”, a-t-elle commencé, “je veux être là pour te soutenir”. Elle s’est rapprochée de moi et a passé ses mains sur mes épaules “et ça devrait être fun….” elle s’est penchée pour que sa bouche soit près de mon oreille “et ils laissent les épouses… participer à la fin” et elle a passé sa langue autour de mon oreille “tu sais, comme l’autre semaine” et elle a gloussé et ma bite s’est agitée à ce souvenir.

Je me suis rendu compte que j’allais aimer ça !

La semaine a filé à toute allure et je suis rentré tôt le jeudi, heureux de voir que Mary était également à la maison. Elle était manifestement excitée et un verre m’attendait à mon arrivée.

“Elle a commencé par me demander si je voulais me préparer pour demain.

Je l’ai regardée d’un air perplexe, puis elle a continué : “Tu sais, peut-être te raser quelques… endroits masculins ?

J’ai compris ce qu’elle voulait dire et avant même de m’en rendre compte, elle m’appelait depuis la salle de bains.

Je suis monté à l’étage et Mary était dans la salle de bains – avec seulement sa nuisette de poupée – avec mon rasoir et ma crème prêts sur le lavabo. Elle m’a proposé de me déshabiller et nous avons commencé !

Pendant les 30 minutes qui ont suivi, Mary a rasé mes bras, ma poitrine et les quelques poils que j’avais dans le dos.

Pendant ce temps, elle me taquinait avec ses seins pleins et ses mamelons raides qui dansaient derrière la poupée. Ma bite était raide pendant tout ce temps, mais elle n’y a pas prêté attention.

Elle a pris du recul et m’a demandé d’un ton neutre : “Des jambes ?

Je n’étais pas sûr, mais comme nous étions en octobre, je ne pensais pas que mes jambes seraient exposées en public pendant un certain temps, alors j’ai souri et Mary a souri à son tour.

Elle m’a assise sur le bord de la baignoire et s’est agenouillée devant moi. Elle a soigneusement rasé mes tibias et mes cuisses, puis m’a demandé de me tourner et de me pencher un peu, avant de me raser les mollets.

J’ai commencé à dire “Mary, es-tu vraiment sûre…” à un moment donné, mais j’ai été récompensé par le fait que sa bouche s’est enroulée autour de la tête de ma bite, que sa langue a stimulé mon gland et que ses yeux se sont plongés directement dans les miens. Au bout d’une minute, elle a continué à me raser.

Je me suis douché et l’eau était très chaude sur ma peau exposée – comme si j’avais pris un coup de soleil. En sortant de la douche, j’ai remarqué qu’un flacon de lotion pour la peau avait été posé sur le lavabo et j’ai suivi le conseil. J’ai appliqué la lotion sur mon torse et mes jambes. Elle sentait légèrement le parfum, mais pas mauvais.

Mary a appelé à travers la porte pour demander si j’étais prête. J’ai ouvert la porte et Mary était debout, toujours en nuisette, mais tenant une paire de bas et un porte-jarretelles dans une main et une paire de talons dans l’autre. J’ai souri et j’ai dit “toi ou moi ?”.

J’avais vraiment envie de dire “toi”, mais je voyais bien que Mary était excitée à l’idée d’avoir l’autre réponse, alors j’ai dit “moi”. Elle m’a passé les articles et m’a dit “Je ne serai pas longue…” en retournant dans la chambre.

J’ai enroulé les bas le long de mes jambes, sans couture cette fois, j’ai attaché les 6 bretelles et j’ai enfilé les talons sur mes pieds. Les bas étaient fabuleux sur mes jambes lisses. J’ai marché lentement jusqu’à la porte de la chambre et je l’ai ouverte. Mary était sur le lit et frottait son vibromasseur préféré sur sa chatte humide. Elle m’a fait signe de m’allonger à côté d’elle. Pendant que je m’allongeais, elle est descendue du lit et en a fait le tour avant de remonter sur le lit et de se mettre à cheval sur mon cou, sa chatte juste au-dessus de ma bouche.

Elle s’est agrippée à la tête de lit et a lentement abaissé sa chatte jusqu’à ma bouche en attente. Je l’ai mangée bruyamment jusqu’à l’orgasme en seulement deux minutes.

Elle a rapidement roulé sur le dos, a ouvert grand ses jambes et a dit “baise-moi” d’une voix profonde et gutturale. J’ai sauté du lit pour aller chercher un préservatif dans la commode et Mary m’a dit “merde Nick, tu ne peux pas être impulsif”. Je n’ai pas voulu me disputer et j’ai décidé de sauter à nouveau sur le lit et je l’ai pénétrée en moins de 10 secondes – en me répétant de me retirer car je savais que c’était la période de fécondité de Mary.

Les mains de Mary étaient sur mes fesses et elle m’enfonçait profondément en elle.

“Oh mon Dieu, c’est bon, c’est bon….”, a-t-elle gémi, et je l’ai baisée aussi fort que j’ai pu, la soulevant presque du lit. Mary criait et se débattait et elle a joui une deuxième fois.

Je savais que j’étais proche, alors j’ai tiré et, en quelques coups, j’ai joui en giclées sur ses seins, tachant la nuisette. Mary respirait difficilement et je me suis écroulé à côté d’elle.

Je lui ai dit “merci d’être une épouse aussi sexy et aussi compréhensive” en détachant les bas et en les faisant rouler le long de mes jambes.

Chapitre quatre.

Le grand jour arriva. Nous nous sommes levés tard et avons pris un copieux petit déjeuner pour passer la journée.

Je posais sans cesse des questions auxquelles Mary répondait le plus souvent “attendez de voir” ou “ce sont des professionnels, je suis sûre qu’ils s’en occuperont” ou quelque chose de ce genre.

Mary a conduit, car j’étais trop nerveux, jusqu’à une adresse à la périphérie de la ville qui semblait être celle d’un cabinet dentaire ou d’un cabinet d’avocats – manifestement pas une résidence, mais pas manifestement une entreprise non plus.

Nous avons sonné – il n’y avait pas de plaque d’identification – et la sonnette a ouvert la porte. Nous sommes entrés dans un petit hall d’entrée sans aucune indication sur la fonction de l’endroit. Deux chaises, une petite table basse, pas de magazines.

Au bout d’une minute, une femme étonnamment séduisante est entrée. Elle s’est présentée sous le nom de Hayley et nous nous sommes serré la main. Elle nous a demandé de confirmer nos noms et de la suivre. Nous avons franchi une porte au bout d’un couloir non décrit et sommes entrés dans la pièce qui devait se trouver derrière la première pièce.

Elle ressemblait à un salon confortable avec un grand canapé, plusieurs fauteuils, une commode, une table basse, etc…

Hayley nous a demandé si nous voulions une boisson – et a rapidement ajouté – “c’est n’importe quoi d’ailleurs, de l’alcool, du café…”. Nous avons tous les deux demandé un verre de vin, Hayley a souri et est partie. Je l’ai regardée partir et j’ai pensé qu’elle devait avoir une trentaine d’années, mince et petite, mais elle portait une robe moulante qui bougeait avec elle lorsqu’elle marchait et elle portait des talons argentés très sexy.

Deux minutes plus tard, Hayley est revenue, portant un plateau avec deux verres de vin rouge et un dossier sous le bras.

Hayley s’est assise sur une chaise, comme nous sur le canapé. Sa jupe remontait le long de ses jambes et j’étais sûr de pouvoir distinguer la bande de ses bas.

Elle a sorti un formulaire de son dossier et l’a passé à Mary avec un stylo. Mary l’a parcouru rapidement et a signé au bas du formulaire. Elle l’a renvoyé avec un bref “oh, juste pour confirmer que nous sommes bien ce que nous prétendons être…”.

Hayley s’est tournée vers moi et m’a souri. Elle a commencé par me demander quel nom inscrire sur le formulaire.

J’ai pris un air perplexe et j’ai répondu “Nick”, mais Mary s’est interposée et a dit “Nicola”. Je l’ai regardée et Hayley a pris la parole et m’a dit : “C’est bien Nick. Tu es ici aujourd’hui pour être ce que tu veux être. Pour aujourd’hui, tu peux cesser d’être “Nick” et devenir “Nicola”. Je n’étais pas sûr, mais Mary a posé sa main sur la mienne et l’a serrée légèrement.

“Mary m’a dit quelques mots sur toi… Nicola… et je vais être honnête et dire que vous êtes exactement le genre de cliente que nous aimons avoir ici à Transformers” a dit Hayley. J’ai rougi un peu et elle a continué “beaucoup d’hommes aiment se travestir et la plupart d’entre eux l’aiment pour la lingerie sexy et surtout les bas et les talons”. J’ai rougi encore plus, mais elle a continué : “si nous pouvons vous offrir une journée dont vous vous souviendrez, une journée qui serait difficile à la maison, alors j’espère que vous serez heureux”.

Mary a de nouveau serré ma main et je lui ai souri.

Hayley a continué “mais j’ai besoin de poser quelques questions personnelles pour m’assurer que la journée sera exactement ce qu’il te faut”. Tout ce que j’ai pu répondre, c’est “Bien sûr”.

Hayley m’a alors demandé pourquoi j’aimais les bas et les talons. Est-ce que j’aimais les porter ? Aimerais-je voir Mary en porter davantage ? Est-ce l’ensemble de la lingerie qui m’excite, comme les corsets et les baques ?

Oui, oui, oui et oui !

Est-ce que j’ai aimé faire l’amour en les portant ? Est-ce que je voulais qu’un homme me trouve séduisante ainsi vêtue ?

Cette dernière question a été la dernière posée, car j’ai clairement indiqué que le sexe gay n’était pas mon truc.

Hayley s’est excusée et a dit qu’elle se sentait obligée de poser la question au cas où je serais timide et que cela aurait pu être quelque chose que je voulais vraiment.

L’ambiance était calme et je sentais ma bite s’agiter. Le simple fait que ces deux femmes sexy parlent de bas et de talons m’excitait.

“Alors, Nicola, quand nous aurons choisi tes sous-vêtements, qu’est-ce que tu voudrais par-dessus ? a été la question suivante de Hayley. J’ai pris un air perplexe jusqu’à ce qu’elle dise : “Tenue d’infirmière, d’écolière coquine, de secrétaire…” et là, j’ai compris. J’ai répondu qu’il ne s’agissait que des sous-vêtements.

“Dernière question”, a-t-elle commencé, “votre femme m’a dit que vous optez pour le forfait photo haut de gamme, n’est-ce pas ? J’ai eu l’air un peu choqué, mais Mary s’est tournée vers moi et m’a dit : “C’est bon Nick, ils utilisent la photographie numérique et nous avons les clés USB”. J’étais toujours inquiet, mais Mary m’a serré la main et m’a dit : “Pensez à ce que nous pourrions faire avec ces photos lors de soirées tranquilles”, en souriant d’un air sexy.

Hayley a hoché la tête, a pris quelques notes, puis a dit : “Je vais vous laisser seuls pendant une dizaine de minutes, le temps de préparer tout ça”. “Ensuite, la charmante Carla viendra te chercher pour t’emmener dans les vestiaires.

J’ai ressenti un frisson d’excitation.

Hayley s’est levée et est partie, mes yeux la suivant.

Mary a tapé dans ses mains avec joie. “On dirait que ça va être amusant”, a-t-elle presque crié.

J’ai souri et j’ai demandé : “Qu’allez-vous faire ? Mary m’a regardé sans s’engager et m’a dit qu’elle trouverait un moyen de se divertir.

Mary voyait bien que j’étais à la fois excité et nerveux. Elle m’a tenu la main et m’a dit que tout irait bien et qu’il fallait en profiter.

Tout au long du processus, ma bite s’était agitée. Elle était plus ou moins dure et je savais que j’avais probablement fait couler un peu de pré-cum.

Après ce qui m’a semblé n’être qu’une minute, la porte s’est ouverte et une femme étonnamment séduisante est entrée. Elle s’est présentée sous le nom de Carla et a serré la main de Mary, puis la mienne.

Elle portait un uniforme blanc moulant, du genre de ceux que portent les femmes dans les rayons parfumerie des grands magasins. Elle portait des talons hauts rouges et j’ai remarqué que ses bas de nylon avaient une couture arrière rouge lorsqu’elle s’est assise.

Mais Carla avait un visage à couper le souffle. Elle devait avoir une trentaine d’années, mais paraissait un peu plus jeune. Ses cheveux bruns étaient longs et brillants et encadraient son magnifique visage. Lorsqu’elle souriait, elle avait de petites fossettes sur les joues et ses yeux étaient légèrement allongés, presque orientaux. Ses lèvres étaient pleines et peintes en rouge, comme ses ongles. J’étais captivé.

Avant même que je m’en rende compte, Carla escortait Mary vers la sortie et cette dernière disparaissait dans le couloir.

J’étais presque hébétée et Carla se tenait devant moi en souriant, réalisant que j’étais perdue dans ma rêverie.

“Carla m’a demandé si je me sentais bien, alors que je revenais à la réalité.

Tout ce que j’ai pu répondre, c’est “mmmm”.

Carla m’a fait un beau sourire et m’a tendu la main, que j’ai prise dans la mienne, et elle m’a aidé à me lever. Sans parler, elle s’est retournée et s’est dirigée vers une porte de l’autre côté de la pièce. Dans un petit couloir, il y avait deux autres portes. Carla a ouvert la première et m’a lâché la main en entrant.

Je l’ai suivie dans une salle de douche.

Carla a pris la parole. “Alors… Nick, c’est ici que nous commençons ta transformation” et elle a affiché une fois de plus son beau sourire. Elle a poursuivi en indiquant une tringle à vêtements : “accroche tes vêtements ici et ils seront ramassés”, puis elle est entrée dans la salle d’eau pour prendre une douche. J’ai acquiescé. “Ensuite, vous sortirez par l’autre côté, comme Nicola. Elle m’a indiqué la cabine de douche et je me suis rendu compte qu’un rideau recouvrait l’autre mur. Carla s’est déplacée devant moi et je n’ai pas pu m’empêcher de m’imprégner de la vue de ses jambes tandis qu’elle s’étirait un peu pour déplacer le rideau et me permettre de voir une autre pièce identique à celle où je me trouvais de l’autre côté.

Carla s’est écartée, a souri et a quitté la pièce.

Je me sentais un peu engourdi, je n’étais pas sûr de ce qui se passait, mais ma bite rigide se chargeait de réfléchir pour moi et j’ai commencé à me déshabiller.

J’ai suspendu mes vêtements et je suis entré dans la douche. Les savons et les lotions étaient tous très féminins et je les ai utilisés avec parcimonie. J’ai coupé l’eau, j’ai tiré le rideau et j’ai marché sur un tapis de l’autre côté.

L’éclairage était doux et faible, mais je pouvais voir les serviettes et j’ai commencé à me sécher. Les serviettes étaient incroyablement douces, presque comme de la laine de coton. Pendant que je me séchais, j’ai vu une longue robe de chambre suspendue à une tringle. C’est le genre de robe dont le col et les revers sont recouverts de peluches – elle aurait pu être portée par une star de cinéma des années 30 !

Sur le sol, il y avait une paire de mules. Je suis restée debout, j’ai regardé, je me suis dit “et puis zut”, j’ai enfilé la robe, je l’ai nouée autour de ma taille et j’ai enfilé les mules à mes pieds. Elles n’avaient qu’un talon de 2 pouces et étaient donc assez faciles à enfiler.

J’ai pris une grande inspiration, j’ai ouvert la porte et je suis entrée.

– – – – – – – – – – – –

Je me suis retrouvée dans un dressing en velours rouge. Il y avait une grande coiffeuse, un miroir dessus, un autre miroir sur pied, une chaise, mais pas grand-chose d’autre dans la pièce. Je suis restée debout pendant une minute, puis je me suis retournée lorsqu’une porte s’est ouverte à l’autre bout de la pièce.

Une autre belle jeune femme est entrée, poussant un petit chariot. Elle a fermé la porte et a déplacé le chariot à côté de la coiffeuse. Elle est passée devant moi, s’est présentée sous le nom d’Amber et m’a souri d’un air charmant.

Amber avait environ 25 ans, elle était assez grande – peut-être 1,80 m – et avec ses talons de 1,80 m, elle était plus grande que moi.

Amber a des cheveux roux coupés qui encadrent magnifiquement son visage. Elle était vêtue comme Hayley d’une courte blouse blanche avec un liseré rouge. Et oui, ses chaussures étaient également rouges !

Elle a remarqué que je regardais le chariot devant elle et elle a repris la parole.

“Je suis la maquilleuse ici et ce sont mes outils !” et elle a souri largement.

Je n’ai pas répondu et Amber a continué : ” Je vais te maquiller pour que tu sois aussi belle… ” elle a fait une pause pour reprendre son souffle “… ou aussi salope que tu le souhaites “. Je rougis.

Il y a eu un moment de silence – je pense qu’Amber attendait une réponse.

“Je vois bien que tu es nerveuse”, a-t-elle commencé, “alors pourquoi ne pas y aller doucement et me contenter d’un simple fard à joues, d’un maquillage léger des yeux et d’un rouge à lèvres simple”. Son sourire était enchanteur.

J’ai acquiescé et Amber m’a pris la main et m’a emmenée m’asseoir à la coiffeuse.

Elle a fait rouler son chariot à côté de moi et a tiré une autre chaise de façon à ce qu’elle soit face à moi et que je sois dans un angle léger par rapport au miroir de la coiffeuse.

Pendant les 15 minutes qui ont suivi, elle a appliqué délicatement un fond de teint doux, un léger coup de brosse sur mes sourcils, un peu de mascara et une légère coloration sur mes joues. Je me suis retournée pour me regarder et j’ai sursauté. J’avais l’air tellement…. féminine. Amber a souri et m’a dit qu’elle pouvait lire dans mes pensées.

Elle a pris mon menton dans ses mains douces et m’a fait tourner la tête pour que je regarde droit dans ses beaux yeux. Elle a pris un rouge à lèvres et un petit pinceau et a commencé à peindre mes lèvres d’un rose légèrement rouge. Elle m’a demandé de sucer un mouchoir en papier, puis a réappliqué le rouge. Enfin, elle a légèrement saupoudré mes lèvres avant d’ajouter un léger gloss. Pendant qu’elle appliquait cette dernière couche, elle m’a demandé de ne pas me lécher les lèvres pendant environ deux minutes.

Elle m’a demandé de m’asseoir, m’a pris la main et a appliqué un vernis rouge moyen sur mes ongles. Elle m’a dit en le faisant “ne vous inquiétez pas, il s’enlèvera avec un dissolvant ordinaire – rien de permanent”. En seulement cinq minutes, elle a transformé mes ongles pour donner à mes mains un aspect presque féminin.

Amber a reculé et je me suis retournée pour me regarder. Mon Dieu, mais ma bouche était baisable ! Mes lèvres semblaient avoir gonflé et la couleur et la brillance étaient magnifiques.

Je suis restée fascinée par mon propre reflet et je n’ai pas réalisé qu’Amber s’était levée et qu’elle était maintenant derrière moi. Elle m’a murmuré doucement à l’oreille “mmm, tu es sexy”. Je rougis à nouveau.

Amber a gloussé et a commencé à me caresser les cheveux avant de prendre une brosse dans son chariot et de les brosser correctement. Elle a pris des épingles et a fixé un fin cache-crâne qui faisait presque disparaître mes cheveux – c’était vraiment bizarre.

Amber s’est ensuite dirigée vers une armoire et avant de l’ouvrir, elle a dit : ” Je pense que le brun moyen convient à votre couleur, mais nous avons des perruques de toutes les couleurs ” et elle a ouvert les portes de l’armoire.

Je n’avais pas pensé à une perruque, mais il y avait maintenant environ 16 perruques de couleurs et de longueurs différentes, posées sur des têtes en plastique qui me regardaient.

Amber a pris une tête en plastique et l’a portée jusqu’à moi. La perruque était d’un brun châtain qui brillait presque à la lumière. Elle était longue comme les épaules, avec une légère ondulation. Elle avait presque l’air d’une star de cinéma des années 40.

Amber a soulevé la perruque et l’a placée avec précaution sur ma tête, puis l’a déplacée jusqu’à ce qu’elle soit satisfaite de la coupe, puis elle s’est placée devant moi et a légèrement tiré sur le devant jusqu’à ce qu’elle soit satisfaite de l’apparence. Elle a ensuite pris une brosse douce et l’a passée habilement sur les mèches.

Elle a souri et m’a fait signe de me regarder dans le miroir.

Tout ce que j’ai pu dire, c’est “Wow” – de manière totalement involontaire.

Je n’arrivais pas à croire à la transformation. J’étais sexy et féminine. Je suis restée là à me regarder, tournant légèrement la tête pour voir mon reflet sous différents angles.

Amber s’est placée à côté de moi et m’a demandé si j’aimais mon look. J’ai bredouillé que je n’arrivais pas à croire à la différence et je l’ai remerciée abondamment. Amber a souri et m’a remerciée à son tour.

Elle m’a dit : “Attends ici, quelqu’un va t’emmener dans la cabine d’essayage”.

Amber est partie et j’ai continué à admirer mon reflet. J’étais à peine conscient que ma bite était dure comme de la pierre. J’avais surtout envie de baiser la femme qui me regardait.

La masturbation au maximum !

Après quelques minutes, la porte s’est ouverte et une autre femme est entrée.

Elle s’est présentée sous le nom de Mélanie. Mélanie était également grande, pas autant qu’Amber, mais elle mesurait environ 1,80 m.

Amber portait une jupe courte et moulante, des talons hauts et un chemisier de soie moulant. Elle sentait très bon.

Mélanie prend la parole : “Je serai ton habilleuse”. Elle a poursuivi : “Amber a fait un excellent travail, tu es magnifique”. Je rougis à nouveau.

“Tu peux me suivre, s’il te plaît, je vais t’emmener dans la cabine d’essayage”. Mélanie s’est dirigée vers la porte et j’ai longuement regardé ses jambes et ses larges hanches. Ma bite se tendait à présent.

Nous avons marché dans un couloir jusqu’à la porte suivante et Mélanie a ouvert, est entrée et m’a tenu la porte pour que je la suive. La pièce contenait trois rails de vêtements de trois mètres de long. Des chemisiers, des jupes, des robes, quelques uniformes, toutes sortes de vêtements. Je me suis retournée pour voir un autre rail qui devait contenir plus de 30 corsets et basques sur des cintres. Un autre mur était entièrement occupé par des chaussures. Il devait y avoir plus de 100 paires.

“Nicola”, poursuit-elle, “j’ai besoin que tu te déshabilles complètement pour moi”. Elle m’a vu jeter un léger coup d’œil en direction de ma bite palpitante.

J’ai dégluti et j’ai dit que j’étais un peu “excité”. Mélanie a gloussé et m’a dit qu’elle aurait été surprise si je n’étais pas excité. Elle a fait un pas et a placé sa tête à côté de la mienne de façon à ce que sa bouche soit parallèle à mon oreille. Elle a chuchoté d’une manière si sexy : “Je suis excitée aussi… J’adore mon travail”. Elle a gloussé et elle a vu que je m’étais un peu détendu. “Maintenant…”, poursuit-elle, “et si tu laissais tomber ce peignoir”.

J’ai pris une grande inspiration, j’ai défait le lien à la taille et j’ai fait glisser le peignoir de mes épaules. Mélanie était derrière moi et l’a soulevé. J’étais debout, en slip et en mules.

Mon slip était tendu contre ma bite et une tache humide de pré-cum était clairement visible. J’ai mis mes mains sur mon entrejambe pour la cacher.

Mélanie a fait semblant de ne pas s’en apercevoir et a parcouru le rail contenant les basques.

Elle a pris la parole : ” Nicola, je te suggère une guêpière qui te donnera une silhouette plus féminine “. J’ai acquiescé. Mélanie a pris une planchette à pince sur le bureau et s’est murmurée à elle-même en parcourant les basques.

“Hmm, ça devrait être votre taille”, dit-elle en choisissant une guêpière rouge sur le rail. Elle était ornée d’un laçage et d’une bordure noirs et le dos était entièrement lacé de lacets de soie entrelacés.

Ma bite palpitait à nouveau.

Elle a tenu la guêpière devant moi et m’a dit que les vêtements étaient spécialement conçus pour la silhouette masculine. J’ai acquiescé une fois de plus.

Mélanie a détaché la guêpière du cintre et m’a demandé de la tenir. Elle a desserré les lacets et m’a dit que je devais me mettre debout. Elle s’est agenouillée et j’ai remarqué que sa jupe passait sur ses cuisses. Ma bite a de nouveau palpité.

J’ai enfilé la guêpière et Mélanie l’a fait glisser le long de mes jambes lisses. “Hmm, tu t’es rasé” fut son commentaire et elle dut tirer un peu la guêpière sur mes hanches. Elle s’est levée et m’a dit de glisser mes bras dans les bretelles en soie. Je me suis exécutée et la guêpière était en place.

Mélanie est passée derrière et a lentement ajusté les bretelles jusqu’à ce que le corps de la guêpière soit parfait. “Nicola, voulais-tu des seins ? demanda-t-elle. J’ai légèrement bougé la tête en signe de “je n’y ai pas pensé”. Elle s’est déplacée devant moi et j’ai réalisé que la guêpière n’avait pas de bonnets au sens traditionnel du terme, mais que l’endroit où les seins auraient dû se trouver était légèrement rembourré. “Je peux mettre des empiècements pour te donner de jolis seins si tu le souhaites” et elle m’a fait un clin d’œil sexy. Une fois de plus, je n’ai pas répondu et Mélanie est allée dans un tiroir et est revenue avec deux inserts en mousse. Elle les a habilement glissés dans la doublure de la guêpière. Je ne pouvais pas faire la différence, mais j’avais confiance en son jugement.

“C’est mieux”, dit-elle en se plaçant derrière moi. J’ai senti qu’elle commençait à tirer sur les bretelles de la guêpière et le vêtement s’est resserré sur mon corps. Elle a fait une pause et m’a demandé si je me sentais bien. J’ai répondu par l’affirmative et elle a continué à tirer. Elle a donc arrêté de tirer et j’ai supposé qu’elle avait dû attacher les lacets.

J’ai regardé vers le bas et j’ai réalisé que les inserts avaient presque gonflé et que j’avais maintenant un bonnet “C” !

Pendant que j’admirais le vêtement et que je passais mes mains sur les baleines fermes de la guêpière, Melanie attachait le premier des six porte-jarretelles aux bords de la guêpière. Elle l’a fait très rapidement et s’est ensuite dirigée vers un tiroir pour me demander “quel type de bas voulez-vous ?

C’était mon moment de paradis. Une femme belle et sexy m’aidait à réaliser mes fantasmes.

J’ai parlé rapidement : “noir transparent, seulement 10 deniers environ, mais ils doivent avoir des coutures”. Mélanie a eu l’air surprise, mais elle a souri en disant : “Vous avez une préférence, n’est-ce pas ?” et elle m’a lancé un sourire malicieux. Je lui ai rendu son sourire. Mélanie a trouvé une paire de bas nylon à la mode qui étaient parfaits – une épaisse bande sombre avec des inserts en dentelle et une couture arrière qui partait du talon.

Pendant que j’admirais le paquet de bas, Mélanie est allée à la commode voisine et a ouvert le tiroir du milieu. Il y avait une centaine de paires de culottes de différentes couleurs. Elle a parcouru les culottes avec ses doigts peints et a marmonné jusqu’à ce qu’elle trouve la paire qu’elle voulait. Elle m’a montré une culotte noire, de type slip, dont la partie arrière était presque transparente.

Mélanie s’est avancée devant moi et a regardé mon slip, puis mon visage.

“Il faut qu’on fasse quelque chose pour… ça, n’est-ce pas ?” et elle a souri d’un air sexy. J’ai marmonné d’embarras, mais Mélanie s’est agenouillée devant moi et a saisi la ceinture de mon slip. Elle a habilement tiré mon slip vers le bas et ma bite a rebondi devant elle. “Mmmm, joli”, c’est tout ce qu’elle a dit. J’ai été effrayé et j’ai gardé le silence. J’ai regardé vers le bas et j’ai vu que sa jupe était remontée sur ses cuisses et que le haut de ses bas était visible. Ma bite palpitait plus fort qu’elle ne l’avait fait de toute la journée.

Mélanie m’a regardé dans les yeux et je n’ai pas pu détourner le regard.

Elle m’a dit : “J’aime mon travail”. Elle s’est ensuite léché les lèvres et a basculé vers l’avant, glissant ma bite dans sa bouche chaude. J’ai gémi et j’ai senti sa main se poser sur mes couilles lisses. Elle a fait glisser sa bouche de haut en bas sur ma bite, en passant sa langue autour de ma tête.

Elle s’est arrêtée, a reculé et est restée debout. Elle pouvait lire la déception dans mes yeux.

Elle a pris une paire de bas dans le tiroir et s’est à nouveau agenouillée devant moi.

Elle a boudiné l’un des bas et l’a fait rouler le long de ma bite tendue. Lorsqu’il a complètement recouvert ma verge et mes couilles, elle a commencé à me caresser lentement.

“Alors”, a-t-elle commencé d’une voix lente et sexy, “qu’est-ce qui fait que les bas des femmes excitent tant les hommes ? Elle m’a regardé dans les yeux, a parlé, mais n’a pas arrêté de me caresser. J’ai commencé à grogner mais je n’ai pas parlé. “Mon petit ami adore que je porte des bas au lit”, a-t-elle continué, frottant sans arrêt. J’étais presque perdue dans le son de sa voix “mmmm, il aime quand je prends une paire et que je l’attache au lit…” Je haletais maintenant “…puis je le chevauche, mes bas autour de ses oreilles et sa langue…”.

C’est tout ce que j’ai entendu, j’ai haleté et j’ai explosé dans les bas nylon, mon sperme s’accumulant au bout.

Mélanie soupira et ralentit ses coups. “C’est mieux.

Après quelques coups supplémentaires, elle a enlevé le nylon de ma bite et a pris une lingette pour nettoyer ma bite qui rétrécissait rapidement.

Je suis resté debout, respirant profondément. Mélanie s’est empressée de me demander d’enfiler la culotte. Elle l’a remontée jusqu’à mes genoux et s’est ensuite placée derrière moi. Je l’ai sentie glisser ma bite dans une sorte de manchon, puis elle a tiré la culotte jusqu’à ce qu’elle soit complètement en place.

Elle m’a dit : “Cela te donnera une meilleure forme”. Elle a ensuite tiré les porte-jarretelles à travers la culotte pour qu’ils pendent en dessous et elle a ajusté la longueur jusqu’à ce qu’elle soit satisfaite de la symétrie. J’étais encore haletante après avoir atteint mon point culminant.

Mélanie m’a demandé de m’asseoir, a pris les nouveaux bas et m’a passé le paquet. “J’ai l’impression que tu sais comment les mettre correctement”, m’a-t-elle demandé, et j’ai acquiescé, respirant encore bruyamment mais de plus en plus excitée. Mélanie s’est levée pendant que je m’asseyais et a pris les bas dans le paquet. J’ai retiré la forme en carton et j’ai déroulé les deux bas soyeux, en les tirant légèrement entre mes doigts pour les allonger.

J’en ai placé un sur la table et l’autre en le roulant jusqu’à ce que seul le pied soit libre. J’ai croisé les jambes – ce qui a exercé une pression sur ma queue – et j’ai soigneusement placé le bas sur mon pied. Je l’ai mis en forme et me suis assuré que la couture était parfaitement centrée.

J’ai ensuite déroulé lentement le bas jusqu’à mon genou, puis je me suis levé et je l’ai remonté jusqu’à ma cuisse. Je me suis penchée et j’ai lissé le nylon et le bas s’est relevé presque de lui-même.

Mélanie s’est assise et a regardé. Elle m’a demandé de me tourner et m’a félicitée pour la rectitude de la couture. Je me suis à nouveau penchée et j’ai fixé la lanière sur le devant du bas, à mi-cuisse, puis je me suis penchée en arrière pour m’assurer que l’attache arrière était exactement sur la ligne de couture. J’ai ensuite fixé la pince latérale et je me suis levée. Mélanie a tapé dans ses mains et m’a dit que la ligne était parfaite. J’ai rougi.

J’ai répété le processus avec l’autre jambe et Mélanie a applaudi une fois de plus. Elle s’est placée juste devant moi et m’a dit que j’avais presque terminé. Elle s’est détournée de moi et m’a demandé si j’étais bonne en talons. Elle s’était déplacée jusqu’à l’armoire à chaussures et examinait les talons hauts noirs. “Quelle est la pointure ? demanda-t-elle. J’ai répondu un 9 et elle a pris une paire d’escarpins noirs avec un talon de 4 pouces. Avant que je ne puisse dire quoi que ce soit, elle m’a dit qu’ils avaient une fausse plateforme et que le talon n’était en fait que de 2,5 pouces.

Mélanie s’est agenouillée devant moi et j’ai gémi un peu lorsque sa jupe s’est soulevée pour exposer la bande de ses bas. Elle m’a demandé de placer un pied, puis l’autre, dans les chaussures. Elle a fixé la sangle autour du cou-de-pied et s’est reculée, me laissant m’installer sur les chaussures.

“Voila”, dit-elle en se déplaçant vers le mur et en récupérant un miroir en pied sur roulettes.

Je me suis regardée et j’ai regardé du sol vers le haut. Des talons noirs de 4 pouces, des bas à coutures à peine noirs, des jarretelles à 6 bandes, une culotte noire, une guêpière rouge – et puis une perruque brune tombant sur mes épaules, du maquillage sexy sur mes lèvres et mes yeux. Je sentais ma bite s’épaissir, mais elle était cachée dans la culotte serrée.

Je n’arrivais pas à croire à quel point j’étais sexy ! Putain, j’ai envie de me baiser !

Pendant que je me retournais et que je me regardais, Mélanie s’est placée à côté de moi et m’a chuchoté à l’oreille de façon si sexy : “Veux-tu un petit supplément de salope ? Je l’ai regardée et elle a gloussé, s’est penchée et a placé ses mains autour de ma chaussure gauche. Je ne pouvais pas voir ce qu’elle faisait, mais j’ai entendu un petit ” clic “, puis elle s’est penchée devant moi et a fait la même chose avec l’autre chaussure. Quand elle a bougé, j’ai vu deux petits cadenas sur les chaussures.

Je n’ai pas pu aller plus loin que “Mel…” lorsqu’elle s’est levée et a posé son doigt sur mes lèvres.

“Elles sont un peu risquées”, a-t-elle commencé, “mais cela donne l’impression que tu veux garder les chaussures tout le temps”. Elle s’est rapidement déplacée derrière moi, a mis ses mains autour de ma taille et m’a chuchoté à l’oreille une fois de plus alors que ses mains s’approchaient de mes “seins” – “quand je mets des verrous sur mes chaussures, mes amants sont tellement excités que je me fais baiser toute la nuit…” et elle m’a embrassé dans le cou.

J’ai gémi de façon plus audible et ma bite s’est tendue.

Mélanie m’a quitté et s’est dirigée vers la dernière armoire. Elle a ouvert la porte et a trouvé des écharpes, des bijoux, des gants longs, des colliers ras-de-cou – toutes sortes d’accessoires. “Quelque chose… ?”, se dit-elle.

J’ai avancé, lentement, et j’ai regardé la sélection. Mélanie était de nouveau derrière moi et m’a dit d’une voix douce : “Choisis le tour de cou rouge, il complétera bien l’ensemble”. Je n’ai rien pu lui refuser et j’ai simplement acquiescé. En quelques secondes, le collier était autour de mon cou, suffisamment lâche pour être confortable. Elle m’a simplement répondu : “Ça couvre ta pomme d’Adam”.

Je me suis retournée pour me regarder dans le miroir une fois de plus. J’étais tellement excitée.

Mélanie a parlé à bout de souffle : “Je suis tellement excitée en ce moment. Je t’ai dit que j’aimais mon travail”. J’ai souri en essayant de ne pas être trop ferme dans ma culotte. “Merci beaucoup d’avoir porté ce que j’ai suggéré. J’ai souri à nouveau.

Elle s’est mise à côté de moi pour que nous nous regardions l’une l’autre dans le miroir.

Elle a passé ses mains de sa taille à ses seins et a dit : “J’ai TOUT ce que tu portes et cela me fait mouiller en te regardant”. Je l’ai regardée dans le miroir et elle est allée s’asseoir sur la coiffeuse. Mélanie a remonté sa jupe, dévoilant ses bas, ses cuisses nues et ses jarretelles. Elle a ouvert ses cuisses et j’ai pu voir clairement que sa culotte était trempée.

Elle a crocheté son doigt et m’a fait signe de me mettre devant elle. Elle m’a simplement montré le sol et je me suis agenouillé devant elle. “Ce soir”, a-t-elle commencé, “je rentrerai chez moi, je prendrai un long bain et je m’habillerai exactement comme tu es maintenant”. Ses doigts se sont portés sur sa culotte, l’ont écartée et j’ai pu voir ses lèvres gonflées, humides et rasées. “Quand mon amant rentrera, je m’agenouillerai devant lui, comme tu le fais maintenant…” Elle a posé sa main sur l’arrière de ma tête et m’a rapproché de sa chatte “…et je le sucerai jusqu’à ce qu’il jouisse”. Sur ce, elle a tiré ma tête tout droit dans sa chatte et mes lèvres ont rencontré les siennes. Ma langue a effleuré ses lèvres et elle a haleté. J’ai léché un peu plus et j’ai ajusté ma position pour pouvoir enfoncer ma langue dans ses lèvres. Après seulement deux minutes, Mélanie a commencé à se tortiller et à haleter, puis elle a serré ma tête contre ses cuisses lorsqu’elle a joui, mouillant mon visage.

Nous avons gardé la même position, sans bouger, pendant encore une minute, jusqu’à ce qu’elle me relâche et que je m’assoie.

Elle m’a regardé et m’a dit “merci, ma petite salope”. J’ai rayonné en pensant que cette belle femme sexy pouvait être aussi excitée par moi.

Nous nous sommes levées et elle a essuyé son jus sur mon visage et réarrangé un peu mes bas. C’est alors que la porte s’est ouverte et que Carla est entrée. Elle a fait une pause et je pense qu’elle a dû comprendre ce qui s’était passé. Carla s’est adressée à Melanie en lui disant “il est à moi maintenant” et a rayonné. Oh, mais je pouvais me fondre dans ce sourire.

Mélanie a souri, m’a souhaité bonne chance et est partie.

Carla s’est placée devant moi et m’a dit : “Tu as sali ton rouge à lèvres, laisse-moi le retoucher”. J’ai rougi à mort. Carla a retouché mes lèvres d’une main experte et a brossé mes cheveux.

Elle s’est ensuite placée devant moi et m’a dit “prête ?”. J’ai acquiescé, elle s’est dirigée vers la porte arrière et a posé sa main sur la poignée.

Avant de l’ouvrir, elle s’est tournée vers moi et m’a dit, avec un léger air inquiet sur le visage : “Es-tu sûre d’être prête ? J’ai acquiescé, j’ai pris une grande inspiration et je me suis dirigé vers elle. Carla a ouvert la porte et nous nous sommes dirigées vers le couloir et la pièce au bout – je pense que c’est la seule porte que j’ai franchie jusqu’à présent.

Carla a ouvert la porte et m’a fait signe d’entrer. Il n’y avait plus de retour en arrière possible.

Chapitre cinq.

Hayley, la superbe hôtesse, se trouvait dans la pièce voisine avec Mary. Je rougis d’embarras lorsque les femmes me virent pour la première fois sous le nom de “Nicola”, mais le fait que ma femme sourit largement et dit ensuite “tu…es…superbe !” me fit rougir à nouveau.

J’ai rougi à nouveau.

Hayley m’a dit : “Vous prenez le forfait de photographie amélioré, nous allons donc commencer tout de suite, mais il n’y a pas d’urgence”. J’ai balbutié “photog…” et Mary m’a coupée en disant que le forfait comprenait un ensemble de photos “boudoir” professionnelles, toutes prises avec des appareils photo numériques et qu’on nous donnerait les seules cartes mémoire. Mary s’est placée juste devant moi et a dit doucement “nous pourrons regarder les photos quand nous le voudrons…” et a fait glisser son doigt le long de ma poitrine qui se gonflait.

Mary m’a pris les mains et m’a emmenée derrière un lourd rideau, dans un grand espace ouvert qui ressemblait à un entrepôt, mais dont tous les murs étaient recouverts de tissu.

Hayley a pris la parole : ” Voici le studio et, comme vous pouvez le voir, nous proposons une grande variété de scénarios ” et elle a écarté les bras.

J’ai regardé avec effroi le grand lit à baldaquin, entièrement drapé et posé sur sa propre moquette. Plus loin, il y avait un “bureau” avec un bureau, une chaise, une bibliothèque, des lampes, etc. sur une moquette typiquement industrielle.

Puis il y avait une salle d’école avec 6 bureaux, une salle d’examen d’hôpital… toutes les scènes pornographiques habituelles. J’ai continué à tourner et j’ai vu Carla faire entrer un chariot contenant des caméras qu’elle a laissé à côté de trépieds et d’éclairages sur pied.

J’essayais d’assimiler tout cela quand Mary m’a serré la main et m’a dit : “Tu es la star, tu n’as qu’à décider quel genre de star tu veux être”. Je l’ai regardée et ma bite palpitait si fort dans la culotte qui m’enserrait. J’ai fait un signe de tête en direction du lit. Je me sentais comme une star de cinéma mûre et je me voyais déjà drapé sur le lit. Hayley a vu mon regard et a dit : “Daniel, nous allons utiliser le lit à baldaquin”. Daniel !

Je me suis retourné et j’ai vu un bel homme, la quarantaine, portant un t-shirt moulant qui contenait à peine ses muscles. Il était grand, blond et très beau. J’ai jeté un coup d’œil à Marie et j’ai vu qu’elle regardait Daniel de la tête aux pieds et qu’elle avait peut-être regardé son entrejambe trop longtemps. J’ai jeté un coup d’œil à mon tour et j’ai vu qu’il remplissait clairement son jean entre ses cuisses puissantes.

“Daniel est un pro, il fait 3 ou 4 séances photos par jour. Des hommes, des femmes, des couples, toutes sortes de choses”, a dit Hayley. Daniel a hoché la tête et s’est mis à brancher son appareil photo sur les lumières.

J’ai regardé Mary, j’ai hoché la tête et j’ai dit : “OK, c’est embarrassant, mais faisons-le”. Mary a tapé dans ses mains et m’a souri.

Cela faisait déjà 90 minutes que nous étions là et Hayley a dit à Daniel qu’il nous restait encore 90 minutes, qu’il n’y avait donc pas d’urgence. Hayley est ensuite allée parler très doucement à Daniel, qui a regardé Mary et a hoché la tête pendant qu’elle parlait. Avant que je puisse me poser trop de questions, Mélanie et Carla m’ont pris les mains et m’ont conduit au lit.

Mélanie m’a demandé d’enlever mon peignoir et Carla m’a tapoté le lit pour que je m’assoie. Je me suis exécutée et elles sont parties.

Mary s’est placée devant moi et m’a demandé si j’allais bien. Je lui ai parlé du pantalon qui m’enserrait et du fait que j’avais envie de me libérer. Elle a gloussé, a passé son doigt le long de mes lèvres et s’est penchée pour me chuchoter à l’oreille “tu vas TELLEMENT te faire baiser tout à l’heure” et a gloussé une fois de plus.

J’ai rougi à nouveau, mais lorsque les lumières très puissantes de la photographie ont été allumées, Hayley a pris la parole et a dit : “OK, nous allons laisser Daniel s’occuper de tout. Daniel fera des suggestions mais n’hésite pas à dire non si tu n’es pas à l’aise avec l’une d’entre elles”. J’ai acquiescé et Hayley s’est retirée.

Mélanie m’a pris la main et m’a conduit au lit. Elle m’a demandé d’enlever mon peignoir et de me mettre à l’aise. Pendant les 20 minutes qui ont suivi, j’ai été photographiée de loin, de près, allongée, assise – toutes les poses possibles et imaginables.

Mélanie m’a demandé si je voulais enlever des vêtements, mais j’étais heureuse comme j’étais.

Je pouvais voir Mary et Hayley parler en arrière-plan et, au bout d’un moment, une grande chaise a été amenée. C’était presque un trône avec un grand dossier en bois, beaucoup de rembourrage et de larges bras.

Melanie m’a suggéré de faire quelques photos dans le fauteuil. Je me suis placé à côté, je me suis assis sur l’accoudoir, puis j’ai pris place dans le fauteuil.

Finalement, Daniel a vérifié son appareil photo et a dit “c’est tout”. Je crois que ce sont les seuls mots qu’il ait prononcés pendant tout ce temps.

Mary est venue se placer juste en face de moi et j’ai remarqué qu’elle avait changé de vêtements. Elle portait une robe de chambre moelleuse semblable à celle que j’avais portée et je pouvais voir qu’elle avait des talons aiguilles. J’allais lui poser la question quand j’ai remarqué que Mélanie se tenait d’un côté et que Carla était accroupie de l’autre.

“Nicky” a dit Mary, “il y a une autre chose que j’aimerais faire”. Elle avait attiré mon attention. Elle a ouvert son peignoir et j’ai vu qu’elle portait un corset d’un bleu layette incroyablement sexy. Des bretelles retenaient des bas en résille noire transparente et elle portait des talons aiguilles vernis de 5 pouces. Alors que je levais les yeux pour me rendre compte que ses seins étaient découverts et presque perchés sur le corset, Carla et Mélanie ont bougé à l’unisson, Carla tripotant mes chevilles à l’abri des regards et Mélanie faisant jouer un ruban d’acier autour du bras de l’énorme fauteuil. Je n’ai pas pu dire plus que “Hey” avant que Carla ne fasse la même chose et je me suis rendu compte que mes avant-bras étaient fermement maintenus aux bras de la chaise. J’ai voulu bouger mais mes chevilles étaient également attachées à la chaise.

J’ai crié “WHAT THE FUCK” et Mary a bougé et m’a giflé violemment sur le visage.

J’ai vu des étoiles et Mary était presque nez à nez avec moi.

Elle m’a craché : ” Petite poule mouillée “. “Tu as adoré cette journée en tant que petite poule mouillée que tu es”. J’étais choquée. “Mais… Mary m’a giflé à nouveau, moins fort cette fois. “Écoute”, a-t-elle craché. “C’est aussi le jour de mon fantasme et MON fantasme est de faire de toi ma petite poule mouillée cocue”.

Ces mots m’ont fait sursauter et j’ai commencé à lui répondre en grognant, mais deux mains m’ont tenu la tête et un ballgag a été enfoncé dans ma bouche avant que je n’aie eu le temps de me débattre. Je me suis tordue pour voir Carla fixer la sangle du bâillon derrière ma tête et Mélanie et elle vérifier mes liens. Elles se sont éloignées.

“Oui, ma chère”, a dit doucement Mary, “ma chienne CUCKOLD”.

Elle s’est dirigée vers le lit et s’est assise. J’ai vu que Daniel se tenait maintenant sur le côté, avec seulement son pantalon, et que son corps était magnifique. J’ai vu que son pantalon contenait à peine ce qui devait être une énorme bite.

“Tu vois, l’idée que mon mari soit une petite poule mouillée m’a d’abord horrifiée, mais ma sœur m’a dit que je pouvais tourner cela à mon avantage”, a-t-elle poursuivi. Je ne sais plus où j’en suis.

“Elle m’a dit que si j’étais si désespérée de tomber enceinte mais que mon mari insistait pour porter des préservatifs et des bas (elle a craché ce mot), je devrais peut-être chercher ailleurs.

Elle s’est retournée et a regardé Daniel. Ses yeux étaient écarquillés et je pouvais voir qu’elle était excitée.

“Alors, mon cher mari, tu vas maintenant regarder mon fantasme”. En disant cela, elle s’est allongée sur le lit et Daniel s’est mis à côté d’elle. “Et mon fantasme est d’être baisée... durement… par un vrai homme sous le regard de mon mari qui est une poule mouillée”. J’ai tiré sur mes liens, mais il était clair que je n’allais nulle part.

C’est du moins ce que je pensais, car Carla et Melania ont fait rouler l’énorme chaise jusqu’à ce qu’elle touche l’extrémité du lit. “Mmmm, oui”, a ronronné Mary, “une place au premier rang pour me regarder me faire remplir de sperme”. J’ai failli crier. Mary a gloussé. “Et pas seulement une fois, j’espère au moins deux fois – nous avons encore 90 minutes et on m’a dit que Daniel était très énergique”. Je regarde Daniel. Il avait presque l’air penaud.

Je suis vaincue. Que pouvais-je faire ? Tout cela était de ma faute. J’avais négligé les besoins biologiques fondamentaux de ma femme et je payais maintenant le prix de mon égoïsme.

La situation s’est encore aggravée. Marie a parlé bas à Daniel et il a enlevé son pantalon. JESUS ! Il devait mesurer 10 pouces, il était très épais et il n’avait pas l’air complètement dur.

Les yeux de Marie se sont écarquillés et ses doigts se sont portés à sa chatte. “Mmmm, je suis ravissante et mouillée – je pense que je vais avoir besoin de l’être”.

Le jour s’est assombri lorsque j’ai réalisé que ma femme était en pleine période de fécondité. Je me suis alors rendu compte que la date de ce jour avait été choisie spécifiquement et qu’elle avait manifestement été bien préparée. Je n’avais aucun moyen de me défendre – Mary avait une série de photos de moi m’habillant comme une prostituée travestie.

J’étais tellement perdue dans mes pensées que j’ai été surprise de lever les yeux vers le lit et de voir que Mary était allongée sur le dos, les jambes ouvertes, et que Daniel était déjà agenouillé entre elles. J’ai commencé à crier mais je me suis vite arrêté car je ne faisais que marmonner et personne ne s’y intéressait de toute façon. Ma belle et sexy épouse était superbe dans son corset, ses bas et ses talons, ses seins gonflés par la passion, tandis qu’un gros type frottait la tête de sa bite dure sur les lèvres humides de sa chatte.

Daniel s’est poussé vers l’avant et la tête de sa bite est entrée dans Mary. Elle a presque grogné et a respiré profondément lorsque l’énorme bite l’a pénétrée. Daniel s’est retiré et a immédiatement recommencé à s’enfoncer. De ma position légèrement inclinée, je pouvais voir la bite de Daniel, mais pas son visage. En revanche, je pouvais voir le visage de ma femme, plein de désir et de convoitise. Daniel s’est penché vers l’avant et a soulevé ses hanches, Mary a soulevé les siennes pour faire de même, puis Daniel a poussé vers le bas et a transpercé Mary de son énorme bite.

“Mmmmmnnnngggg” fut l’exclamation de Mary qui fut complètement remplie. Carla a laissé échapper un petit gémissement et j’ai tourné la tête pour voir qu’elle avait la main dans sa jupe et commençait à caresser sa propre chatte, à l’abri des regards.

“Mmmmmnnnnnn” venant du lit, Daniel a commencé à prendre son rythme et à baiser Mary correctement. Elle a levé ses jambes et enroulé ses mollets autour de son dos, ce qui n’a fait qu’encourager Daniel à s’enfoncer plus profondément en elle. Mary commençait à se tordre et je pouvais voir qu’elle était en train de jouir. Elle prend toujours de courtes respirations et marmonne un “non, non, non…” quand elle est proche. Cela faisait à peine deux minutes qu’ils baisaient quand Mary a crié et presque hurlé “OH SHIT, YES, KEEP FUCKING ME…” et ses bras se sont enroulés autour des épaules de Daniel et je pouvais voir que ses talons s’enfonçaient dans ses cuisses.

Daniel s’est arrêté et Mary a haleté “non… continue”. Il a reculé et, sans le moindre effort, a soulevé Mary et l’a retournée sur le ventre, puis l’a mise à quatre pattes. Lorsqu’elle s’est stabilisée, il a pris sa bite et l’a enfoncée profondément en elle. Mary a poussé un gémissement bas et guttural et Daniel a recommencé à la baiser correctement. Il a attrapé ses bretelles et l’a vraiment tirée vers l’arrière tout en l’enfonçant dans son corps. Mary était presque en délire et je pouvais voir qu’elle avait joui une fois de plus.

Carla haletait à côté de moi et je voyais bien qu’elle se tripotait la chatte et se léchait les lèvres devant le spectacle de débauche qui s’offrait à elle.

Après avoir baisé Mary en levrette pendant quelques minutes, il l’a retournée une fois de plus et l’a pénétrée à nouveau en missionnaire. Carla a sursauté et je pense qu’elle a elle-même joui. Haletante, elle a approché sa bouche de mon oreille et m’a dit : “Il va jouir à pleins poumons en elle”. Je n’arrivais pas à y croire, mais elle a continué en disant : ” Je lui ai fait une fellation une fois et je me suis étouffée à cause de la quantité de sperme qu’il crachait dans ma bouche “. J’ai gémi derrière mon bâillon.

Daniel a accéléré le rythme et pilonnait maintenant Mary avec force, elle délirait presque et je suis sûre qu’elle a joui au moins deux fois de plus jusqu’à ce que Daniel se crispe, s’enfonce profondément en elle et reste immobile pendant une minute. Mary a enfoncé ses talons dans ses cuisses et a réussi à haleter “ne te retire pas… remplis-moi”.

Ils sont restés ainsi pendant environ deux minutes avant que Daniel ne recule prudemment et ne roule sur le côté. Je pouvais maintenant voir la chatte de Mary… gonflée et rouge avec un petit filet de sperme qui s’écoulait.

Alors que j’étais encore dans l’hébétude, Carla et Melanie ont défait mes liens et Hayley est réapparue pour me dire que si je me comportais bien, je pouvais baiser Mary. Mary elle-même a levé la tête et a dit “oui… s’il te plaît, ajoute aussi ton sperme, j’ai besoin d’être remplie”. Je ne savais pas quoi faire, mais ma bite me trahissait. Je me suis donc levé, j’ai baissé ma culotte et ma bite a ressuscité, peut-être plus grosse que je ne l’avais jamais vue. Mary l’a vu et a ouvert ses cuisses et je me suis déplacé vers le lit. Daniel s’est alors levé et s’est écarté, et je me suis agenouillé entre les jambes de ma femme. J’ai caressé ma bite plusieurs fois et je savais que j’étais prêt, mais je n’avais jamais baisé une chatte utilisée auparavant. “S’il vous plaît…” Mary a chuchoté, je me suis penché en avant et j’ai enfoncé ma bite directement en elle. Elle était si chaude et si humide que j’ai à peine bougé que je me suis senti jouir. J’ai poussé plusieurs fois, puis j’ai enfoncé ma bite aussi profondément que j’ai pu et j’ai senti que je jouissais. Mary a tenu mon cul avec ses mains pour me garder en elle.

Je savais pourquoi elle avait fait cela – elle n’avait pas besoin de le dire.

Lorsque je me suis retiré d’elle, Mary a attrapé un oreiller, a soulevé ses hanches et l’a glissé sous elle, soulevant ses hanches. Elle a ramené ses genoux sur sa poitrine et a respiré profondément. Le sperme remontait à l’intérieur d’elle, en partie le mien. Les lèvres gonflées de sa chatte brillaient.

J’ai quitté le lit et on m’a raccompagné dans le vestiaire. 30 minutes plus tard, Mary m’a rejoint et nous nous sommes tous deux déshabillés sans parler.

Au cours des semaines suivantes, nous sommes restées discrètes l’une envers l’autre. Nous n’avons pas eu de relations sexuelles, ni même parlé de notre journée chez Transformers.

Au bout de six semaines, Mary m’a annoncé qu’elle était enceinte et a attendu ma réaction. J’étais heureux, j’allais être père et nous allions former une famille heureuse.

Cela a brisé la glace entre nous et nous avons enfin parlé.

Aujourd’hui, Mary est enceinte de quatre mois, allongée sur le lit, tandis que j’embrasse ses bas et lèche sa chatte jusqu’à ce qu’elle jouisse. Elle suce ensuite ma bite, passe ses mains dans mes bas et pique mes bretelles.

Au cours de son cinquième mois, j’ai pris le risque d’acheter un gode ceinture. Mary l’a adoré et j’ai été branché tous les soirs pendant une semaine, habillé de mes vêtements les plus affriolants – j’avais maintenant ma propre collection.

Au moment où Mary devait entrer à l’hôpital pour donner naissance à notre fille, j’étais une véritable salope qui faisait le ménage dans ma plus belle tenue de bonne à tout faire. Mary trouvait à redire et me donnait la fessée lorsque je me penchais pour ramasser un objet qu’elle avait délibérément fait tomber. C’est alors que j’étais penchée sur une chaise en train de me faire baiser par Mary qu’elle a perdu les eaux. Je l’ai accompagnée dans l’ambulance jusqu’à l’hôpital, portant encore ma culotte à froufrous sous mon jean.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings