Bi - Gay - Lesbien Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique

Histoire sexe Confidences intimes d’un marin en perdition Chapitre 2

Histoire sexe Confidences intimes d'un marin en perdition Chapitre 2

Le marin est alors cocu

J’ai attendu que Denis le voisin sorte de la maison. Une heure après on départ je rentre bruyamment.

Marie sort de la salle de bain, elle est nue sous son peignoir, soit disant pour être plus a l’aise

– Oh ! Tu est déjà de retour, je croyais que vous partiez pour la semaine ?

– Nous sommes rentré à cause d’une avarie moteur.

Au moment d’aller se coucher je passe à la salle de bain pour fouiller dans la panière de linge sale, je veux trouver un slip qu’elle porte. J’en trouve un dont le fond en coton jaunâtre sur toute sa surface voir même plus ? Je le porte a mon nez ? Cette odeur et ces traces ne sont pas dues a un mauvais fonctionnement vaginal, dans un sens j’aurais préféré, c’est bien une odeur de sperme.

Je le serre en boule au creux de ma main et me couche a coté d’elle qui me tourne le dos, protégé par le noir je ne peux m’empêcher de me shooter avec le parfum de ce mâle qui a sans aucun doute baisé ma femme. Je bande, alors je me colle à son dos et je m’agite doucement imitant la copulation.

Soudain elle se retourne

– Que fais-tu ? Mais tu veux me mettre ? Qu’est qui te fait soudain bander ?

– Ce qui me fait bander ? TIENT C’EST ÇA !

Je pause son slip souillé sur son nez

– Tu peux m’expliquer ? Ne me dit pas que c’est seulement ta chatte qui a taché ton slip comme ça, qui est l’heureux élu ?

– Çà tombe bien je voulais justement tout t’avouer. Avant tout sache que je t’aime mon chéri.

Elle me pousse pour que je sois sur le dos ensuite elle monte sur moi pour s’empaler, il est évident qu’elle vient de se faire baiser, sa moule est gluante et large, ensuite elle s’est mise à parler à voix basse

– Il y a un an peut être un peu plus, tu étais partit en mer pour plusieurs mois. Je revenais d’une invitation de la sous préfète. Pas de chance ! Une roue crevée, et moi sur mon trente et un, sur le bord de la route.

– Tu sais bien, que je suis tout-à-fait incapable de remplacer une roue.

En plus, sapée comme je suis, avec une robe assez courte et des talons hauts, je me suis dis que je n’attendrais pas longtemps avant qu’un bon samaritain vienne à mon secours.

Le temps de le penser et voila qu’une berline allemande s’arrête à ma hauteur.

– Voulez-vous que je vous aide à changer votre roue chère voisine ?

– Bien volontiers mon gentil voisin.

Que je lui réponds avec un large sourire. Je regarde notre voisin martiniquais s’affairer avec application. Il a les mains sales, je me demande à cet instant s’il ne regrette pas de s’être arrêté.

– Je suis désolé de vous faire perdre votre temps.

– Oh ! Vous savez j’ai tout mon temps et je ne pouvais pas refuser mon aide à une jolie femme. Qu’il me répond d’un air malicieux.

Denis, les yeux pétillant, cinquante ans au maximum. Un bel homme de couleur en somme.

Je m’assoie dans une position précaire sur le bord du rail de sécurité, cependant je vois mon mécanicien de fortune regarder souvent dans ma direction, serait-il à l’affût d’une récompense pour sa bonne action ?

Je me sens obligé de proposer :

– Sachez que je vous suis reconnaissante de vous être arrêté. Je me dois au moins de vous offrir un rafraîchissement au village voisin, après avoir fini cette réparation.

– Écoutez, bien volontiers car avec cette chaleur j’apprécie votre geste et je ne serais pas déçu de passer encore un peu de temps avec vous.

– Vous ne seriez pas en train de me baratiner mon bon monsieur car, voyez-vous j’ai appelé mon mari qui doit nous rejoindre aussi.

Tout en lui parlant le compas de mes jambes c’est légèrement ouvert et la lumière rasante doit donner une idée assez précisé de la couleur de mon string. Pourtant je reste immobile en attendant sa réaction.

– Dommage ! J’aurais préféré vous avoir pour moi tout seul. J’accepte quand même votre invitation. Vous pouvez remonter dans votre auto.

Je m’approche de la portière qu’il me tient ouverte et, à l’aide d’un petit mouchoir, je lui essuie le front qu’il s’est sali d’une raie de cambouis. Profitant de ce rapprochement notre homme me vole un baiser furtif pendant que je m’installe au volant.

– Je vous applaudis pour le choix de vos sous-vêtements à ce propos.

– Un sacré coquin assurément ? Suivez-moi maintenant.

Dans le village voisin, nous nous installons en terrasse d’une petite brasserie après nous être garé à proximité.

– Mon mari va nous rejoindre sous peu et il va vous remercier de vive voix.

– Ce n’est rien d’extraordinaire vous savez. Votre sourire et votre gentillesse m’ont déjà récompensé. Si nous n’attendions pas votre mari, j’avoue que j’essaierai de vous séduire.

– J’ai bien vu dans vos yeux aguicheurs, votre inclination libidineuse. Dis-je en riant.

Comme tu est en mer, tu ne risque pas de venir et ça le Denis ne le sait pas.

Je regarde souvent ma montre pour donner le change à ton retard. Mon téléphone sonne ?

C’est ta mère qui me donne des nouvelles de nos enfants qui sont chez elle en vacances.

Je profite de l’occasion pour lui mentir.

– Désolez, mon mari ne viendra pas nous rejoindre.

– Si vous n’êtes pas attendu je vous invite aussi au restaurant du même établissement.

Je constate une réelle sympathie, voire une connivence entre nous deux. Je me détends complètement au cours du repas, je laisse s’installer un jeu de séduction dont je suis la bénéficiaire.

Il me prend la main, il me caresse une épaule, charme et flatteries sont de mise avec beaucoup de ravissement, je suis conquise et passablement grisée. Le bon vin y est peut-être pour quelque chose. Denis m’avouera bien plus tard, qu’il a versé dans mon verre un aphrodisiaque additionné d’un inhibiteur.

Réalisant qu’il n’y a pas de résistance à cette proposition notre voisin, vient tout près de moi et une main sur ma cuisse il repousse doucement le bord de l’étoffe de ma robe. Ses doigts agiles atteignent et effleures mon pubis humide.

Son autre main ne reste pas inactive, d’une habileté sans égal, il détache les boutons dégageant ma gorge bien au delà du raisonnable puisque ma poitrine sertie dans un soutien-gorge pigeonnant est complètement découverte.

Ses doigts virent mon string sur le coté, deux doigts me pénètre, nos langues se mélangent, je ne sais pas comment, j’ai le courage d’aller chercher sa queue dans son pantalon, toujours est il qu’elle est dure, longue, épaisse, très chaude, elle palpite fortement dans ma main peu après il presse ma tête vers sa bite, je suis passée sous la table pour engouffrer le gros morceau de chair tandis qu’il continue à me triturer la moule et l’anus

Il jouis rapidement et abondamment dans ma bouche. La tête coincée sous la table, j’avale son jus pour ne pas étouffer.

Heureusement que notre table est suffisamment à l’écart des autres clients.

Denis prend le prétexte que je ne peux rentrer seule après avoir bu soi-disant trop de vin. Donc il a retenu une chambre dans cet établissement.

Nous nous éclipsons discrètement, Denis et moi toujours passablement débraillée.

Dès la porte de la chambre refermée mon charmant dépanneur se rue sur moi, il me renverse sur le lit. Il remonte ma robe aussi haut qu’il peux me laissant le soin de la retirer complètement. Il me butine méticuleusement le ventre, les seins, il redescend vers mon sexe qu’il libère de sa petite culotte protectrice.

Je ne résiste pas bien longtemps à la caresse de sa langue sur mon clito embrasé. Un orgasme sublime s’empare de moi et amplifie encore mon excitation.

Prenant l’initiative, je m’empale sur le sexe érigé de mon étalon de voisin correctement monté. Je perçois la raideur de son membre s’enfoncer dans mon conduit intime en me procurant des ondes de plaisirs intenses au grès de mes assauts de plus en plus rapprochés.

Alors s’engage une danse improvisée mais bien rythmée qui me conduit inexorablement vers le septième ciel avec des spasmes de jouissances de plus en plus puissants.

Je sens mon partenaire jouir à son tour quand son jus m’envahit le ventre.

Nous continuons encore une partie de la nuit notre orgie adultérine jusqu’à épuisement total.

Je m’écroule sur le lit épuisé, j’ai joui plusieurs fois sans me rend compte des flashes qui ont crépité me prenant en photo.

Au petit matin, je me lave et me rhabille difficilement. Je rentre à la maison.

Voilà !

Je ne peux plus me retenir, j’ajoute mon sperme a celui de son amant.

– Et les fois suivantes ? Tu as quand même accepté sans avoir bus ?

– La seconde fois, les enfants été encore en vacances chez ta mère. Il est venu en fin de journée à la maison. Il m’a monté les quelques photos prises le soir dans l’auberge. Pendant que je les regardais dans l’entrée, il m’a surprise. Il s’est approché derrière moi sans bruit, il m’a carrément passé sa main entre les cuisses, j’ai crier, alors son autre main m’a bâillonné, tu me connais une fois qu’on me touche le clitoris, j’ouvre les jambes.

Il m’a fait penchée et sans préliminaires il a écarté mon slip pour me fourrer sa queue, c’est vrai que j’aime être baisée a la hussarde, très vite j’ai sentis les giclées de sperme, le temps de me retourner, il avait disparu, le lendemain je lui dis que son chantage ne tient plus, je t’ai tout avoué, il me répond qu’il n’est pas jaloux et qu’il est prêt a me baiser devant toi

La dernière fois ? C’était ce soir, il est venu après que les enfants soient couchés et endormis.

Son récit m’excite. J’ai déchargé il y a peu de temps mais je rebande déjà, je fais rouler Marie sous moi avant qu’elle ne continue ses aveux

– Oui baise moi encore chéri ! AAAAARRRFFFF ! Voilà chéri tu sais tout ? PARDONNE-MOI ?

– Pardonner ? Comment saurais-je si ça ne continue pas ? A moins que ? OK on va faire comme ça, tu va l’inviter a te baiser ici devant moi, tu m’as bien dit qu’il serait d’accord ?

– Oui, à moins que ce ne soit du baratin, ça ne te ferait rien de me voir baiser avec notre voisin ?

– Absolument pas ! Encore moins si je participe à la fin, donne lui rendez vous pour demain soir, s’il refuse j’irais lui dire deux mots.

– C’est vraiment ce que tu veux ? Alors d’accord après je te jure que ce seras finit avec lui.

Le lendemain soir malgré mon anxiété je demande a Marie de s’habiller sobrement, c’est à dire au minimum. Il ira droit au but, si j’ose dire. Elle a opté pour un mini string simplement caché par un kimono en soie, maquillée sobrement, elle est bandante il n’y a pas d’autres mots

A l’heure dite Denis arrive un bouquet de fleurs dans une main une bouteille de champagne dans l’autre, il fait une bise a Marie en la complimentant sur sa beauté, son visage exprime déjà son désir.

– Bonsoir Louis.

– Bonsoir Denis.

– Marie m’a tout raconté de votre relation, tu te doute pourquoi tu es là ce soir ?

– Euh ?

– C’est pour dîner sauf qu’il n’y a que ma femme à consommer sur cette table, en amuse gueule, tu lui mange le berlingot, en plat de résistance ce seras moule aux deux spermes, en dessert tu lui déguste le mille feuille le tout accompagné de champagne à boire a même la source, ça te va comme programme ? Ceci dit profite en car ce sera la dernière fois que tu pose tes pattes sur elle en dehors d’ici si elle le désire ! détend toi ça va aller

– Louis j’admire ta réaction a ce problème tu as de la chance d’avoir une si belle femme, c’est pour ça que j’ai craqué, je vais essayer d’être à la hauteur

– Bien ! Si tu veux déballer le repas, n’oublie pas c’est moi qui mène la danse, tu peut te mettre à poil.

Les mains tremblantes il défait la ceinture du kimono qui s’ouvre sur le corps pratiquement nu de ma femme, il risque un baiser sur les seins qui dardent déjà, le vêtement glisse à terre ça y est je bande.

– Allonge toi sur la table chérie ? Denis, descend doucement ta bouche jusqu’à sa petite culotte, respire son parfum intime

– MMM ! elle sent bon !

– Passe tes doigts sous le vêtement, je veux deviner son clitoris sous tes doigts avant que tu ne les plonges dans son puits d’amour. Je comprends pourquoi elle a cédé tu as une queue magnifique. Alors ? Elle mouille ?

– Une vraie fontaine !

– Ote lui le string, mange lui la chatte.

Marie l’aide en soulevant son postérieur, remonte ses talons et écarte les genoux, sa chatte baille luisante de mouille, elle teint la tête de son amant pour le guider vers ses points sensibles. Je me délecte de ce spectacle, je les imagine d’hier soir, si je n’arrête pas de me branler, je vais jouir avant l’heure, pour me distraire de mes pensées je vais déboucher le champagne

– Denis, retire toi un instant tu va boire une coupe. Chérie, ça va peut être te piquer un peu.

J’enfourne le plus loin possible le goulot dans la fente, elle se raidit sous l’effet du froid

– AAAAHHHHH ! Ça pétille !

– Soulève tes fesses pour le garder dans ton ventre. Alain tu es prêt pour la dégustation ? VA-Y BOIT !

En faisant des bruits mouillés l’homme bois le champagne mélangé aux sécrétions vaginales

– MMMM ! C’est BOON, je peux en avoir encore ?

– Plus tard ! Bon maintenant tu va t’allonger a sa place, elle va venir sur toi en soixante neuf, vous allez vous sucer mutuellement !

Aussitôt dit aussitôt fait ma femme s’accroche à la verge comme à une bouée de sauvetage tandis qu’il écarte les lobes et maintient le fessier a bonne hauteur

– N’ai pas peur de lui travailler l’anus ça peut servir.

Bientôt ce n’est que des bruits de sucions et de soupirs, la tête de Marie monte et descend sur le dard a toute vitesse.

– A moins qu’il ne soit endurant ne le fait pas décharger trop tôt chérie

– MEUNMMM ! t’inquiète, il a de la ressource MMMFFF !

– Salope ! Alors avale ! Masturbe le en même temps ça iras plus vite, j’aimerais bien participer aussi !

Elle branle le mat à toute vitesse, Denis soulève son cul il va jouir très vite. Marie arrête tous mouvements, les joues creuses elle se prépare à l’invasion du sperme.

– HEEUUMMM ! RRRFFF ! Houa ! J’ai cru étouffer ! le salaud quelle décharge !

Malgré sa bonne volonté ? il lui coule du sperme de la bouche.

Denis une fois la pression redescendue retire les doigts qu’il a enfoncés dans l’anneau repousse le cul et attend mes instructions !

– AAAAHHHHH ! je vois que tu es toujours raide ! Chapeau Denis ! Chérie, si tu veux faire du cheval, en piste, comment sent tu ton petit cul ?

– Je crois qu’il est bien assouplit !

– Tu es d’accord pour qu’ont te prenne a deux ?

– EUH ? Je l’ai jamais fait.

– Raison de plus !

Elle fait un demi tour sur le torse du voisin, je reste derrière pour assister en gros plan a la saillie, de deux doigts elle écarte ses lèvres, même si elles sont déjà bien ouvertes, le gland mafflu vient en contact. Il repousse les chairs, le membre épais disparaît lentement dans son ventre, une fois bien calée sur les couilles, elle attend afin de laisser sa gaine vaginale s’habituer au corps étranger.

C’est Denis qui donne le signal en envoyant un coup de rein, ma femme sursaute et en appuis sur les mains commence une chevauchée fantastique, ses seins sont ballottés en tous sens la verge bien graissée par la mouille pistonne la chatte a toute vitesse, je crois que le moment est venus d’offrir ma participation.

Je pose une main sur les reins de ma femme, celle-ci comprend le message et ralentie la cadence

– Denis, je crois que mon mari veut participer, tu stoppe un instant ?.Fait doucement chéri. Je suis déjà bien remplie par sa queue !

– Ça va aller, c’est élastique tout çà !

Je monte sur la table à mon tour, cherche la bonne position, son anus palpite d’appréhension ! Après avoir graissé mon nœud autour des lèvres dégoulinantes, je pousse sur l’anneau qui se dilate à mesure que j’avance.

– Ah ! Ah ! AAARR ! Doucement chéri ?

– Détend toi respire à font, une fois la tête passée les épaules vont suivre !

– Ah ! je suis morte de rire ! Salaud !

– Tu va voir comme c’est bon de se prendre deux queues en même temps ?

– T’a déjà essayé sans doute ?

– Et voilà. Ma queue entre dans ton cul, Alors ça fait mal ?

– Non pas trop, ça fait drôle. On dirait que je vais être ouverte en deux.

– Pour moi aussi ça fait drôle de sentir la bite de le Denis sous la mienne, il m’excite le gland, Hou là là ! Je ne sais pas si je vais tenir longtemps.

– Ah non ! Ne me fait pas çà ! Baisez moi à fond tous les deux, va y Denis défonce ta salope de maîtresse comme tu sais le faire !

Comme une machine bien réglée, alternativement nous baisons ma femme de plus en plus fort, je la cramponne par les hanches, coincée entre nous deux ses mouvements sont limités, elle râle de bonheur. Je reconnais qu’il a une bitte plus large que la mienne, c’est normal qu’elle y ai trouvé du plaisir et qu’elle y soit revenue !

Je me retire complètement, le trou reste béant comme un puits sans fond, rougi par les va et vient, un jet de salive et je replonge dans un bruit d’air chassé. Ça déclenche un orgasme puissant chez Marie, ses sphincters se resserrent sur nos queues, Denis jouis dans un râle à faire fuir un animal féroce. Une seconde fois je perçois les contractions de sa pine à mesure qu’elle injecte sa purée dans la chatte de ma bien aimée, excité par la situation je ne peux plus me retenir, aussi je vide mes couilles dans le boyau étroit

Marie tremble de tous ses membres affalée sur le Denis, ma bite perd de volume, elle glisse hors du trou, qui fait des bulles en rejetant un surplus de foutre qui coule sur les couilles de Denis. J’ai juste le temps de redescendre de la table pour récupérer ma femme qui se laisse tomber sur le coté, anéantie, gavée, une coulée épaisse enduit son entre cuisse

– C’est bon pour ce soir mon gars si on a besoin de toi je te ferais signe, ne t’avise plus de la toucher sans mon consentement.

Elle reste sans rien dire, sans bouger, les yeux rivés sur la bite de Denis. Sa chatte est rouge, enflée, encore écartée ainsi que son anus qui est un trou béant et gluant.

– Je dois bien l’avouer, oui, vous m’avez fait plus de bien que de mal à tout les deux.

Ça a été une soirée inoubliable, mais aussi une très belle fin de soirée.

Nous savons qu’un déclic vient de se produire. Un chapitre à notre union vient de s’ouvrir et nous savons que notre libido n’en sera que renforcée.

Sam Botte A suivre

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

postrecap

1 commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Supprimer la publicité en devenant donateur

Merci

En devenant donateur, vous nous soutenez et pour vous remercier, nous supprimons toute la publicité. En prime, vous avez accès à des histoires taboues et des photos  rien que pour vous !

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Nouvelle Coquine

Solange 9

Sexe facile

Bloqueur de publicités

Notre site web est rendu possible par l'affichage de publicités en ligne pour nos visiteurs. Veuillez envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité.

Visio Skype

skype tel rose amateur

Webcam Skype

telrosegol

Médias de la Communauté

Rencontres

Sexe à distance

téléphone rose pas cher
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accept
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie nameActive
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings