Bi - Gay - Lesbien Fétiche - BDSM Histoires taboues et histoires de sexe Zoophilie

Histoire sexe Hardcore les bijoux de Florence Seconde partie

Femme mûre blonde aime le sexe entre filles devant son mari voyeur
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

CHAP 5

L’INCROYABLE LOCATION

Histoire sexe Maîtresse florence ordonne à sa pute soumise, de mettre un bustier et une jupette. Le tout sans sous vêtement comme d’habitude. Dans une demi-heure, un compatriote vient la chercher.
Vingt minutes plus tard, deux coups de klaxonne retentissent.
– C’est Moussa, pour toi, Nicole ! Allé, fais nous honneur ?
Nicole monte dans une voiture sans age conduite par un grand noir.

Après, une demi-heure de route, ils arrive dans un quartier sordide. La voiture s’arrête devant une maison en bois et ils entrent dans une pièce sordide à souhait, elle comporte un vieux canapé, un petit frigo et un lustre artisanal fait autour d’une chaîne qui pend au milieu de la pièce.
– Nous voilà arrivés ma belle ! Désapez moi cette pute. Proclame Moussa aux deux hommes noirs qui se trouvent là.

Cela se fait très rapidement ? Avant que Nicole ai pu faire quoi que se soit ? Son bustier est découpé au couteau, sa jupe est quasiment arrachée, elle se retrouve seulement vêtue de ses escarpins au milieu de la pièce.
Les trois mecs contemplent leur pute. Une superbe blanche blonde, fine, avec deux beaux seins bien fermes et un cul à damner un saint.
Et surtout, soumise au moindre de leurs désirs jusqu’aux plus pervers.

A la vue de la pute soumise, ils pensent, qu’ils vont bien s’amuser ?
– Tu as vu sa bouche ? Elle doit sucer comme une reine. Clame le dénommé Akim.
– Et ses seins ? Comme on doit être bien dedans. Proclame aussi le second, Salek.
– On se calme. Y a un potentiel énorme avec cette pétasse ? Répond le prénommé Moussa. – J’ai bien réfléchi durant le trajet, je crois bien que Frank a trouvé une bonne pute blanche. Dit il dans un large sourire. – Elle est bien dressée, et on a tout notre temps ?
Moussa prend Nicole, il la fait mettre à genoux et lui présente son sexe devant la bouche. Un gros sexe noir, vingt six cm, déjà dressé.

Sans même faire un geste de recul, Nicole laisse la bite bandée s’introduire dans sa bouche. Elle commence sans s’en rendre compte un mouvement de va et vient de ses lèvres sur la queue du bonhomme. Moussa la tient par les cheveux et imprime le rythme
– Putain comme elle est trop bonne, sa langue m’entoure la bite. Je sens que celle là est une bonne petite pute

Au bout de quelques minutes de ce traitement, Moussa ne tarde pas à envoyer toute sa semence dans la bouche de la pute soumise, qui avale tout son jus sans broncher.
Moussa se rajuste aux deux autres :
– Bon les mecs, j’en ai d’autres a récupérer et je doit allé les chercher. Occupez vous bien d’elle pendant mon absence. Ne l’abîmez pas. Vous pouvez lui mettre un peu de came pour qu’elle se tienne tranquille. Pas trop, sinon Frank nous le fera payer.
– Aller ? Je n’en peux plus j’ai la bite qui va exploser. Il faut que je la baise comme une chienne qu’elle est ? Proclame Akim.
– Et moi donc ? Renchérit Salek.

Les deux bonhommes se déshabillent. Ils font avaler à Nicole en lui pinçant le nez, trois cachetons avec de l’alcool, pour un effet plus rapide. Puis ils lient les mains de la pute soumise avec une corde et la suspendent à l’anneau qui pend au milieu du lustre.
Quel spectacle s’offre à eux ? Une pute blanche soumise, avec des beaux seins, entièrement nue, attachée au milieu d’un salon.

Akim, lui passe un l’onguent spécial, sur les lèvre de sa moule et sur son anus. Dés que ses parties intimes s’entrouvrent. Les deux blacks ne tardent pas à se jeter sur Nicole pour profiter d’elle. Plus rapide, Akim prend possession de ses seins, qu’il lèche comme un vorace tout en soulevant les fines jambes de la Nicole pour enfoncer sa queue dans sa moule.

Salek, lui, se place derrière la pute et sans autre forme de procès, la sodomise tout de go.
Ainsi doublement pénétrée par deux gros sexes noirs, sans pouvoir se défendre, Nicole commence tout de même à ressentir les premières chaleurs de plaisir, venant de ces pénétrations sauvages.
Elle commence à haleter, de plus en plus fort. Cela, provoque chez les deux bonhommes une forte excitation, qui se traduit par des coups de bite de plus en plus puissants.
Au bout de dix à quinze minutes de cette baise sauvage, et avec au moins deux orgasmes de la part de Nicole, les deux gus se vident presque en même temps dans la grotte et dans l’anus de la soumise, dans de longs râles de plaisir.

Ils se retirent pour profiter de la scène ? Attachée, pantelante, ravagée par les orgasmes, l’anus et la moule de la pute soumise dégoulinent de sperme africain, qui tombe à belles gouttes sur le sol de la pièce.
– AH ! La vache que c’était bon. Elle est trop bonne cette pute. Clame Salek
– Ça ! C’est clair, elle est tellement excitante que j’ai déjà envie de recommencer. S’exclame Akim.
– Désolé les mecs, mais il va falloir partager un peu ? intervient Moussa qui vient d’arriver sur le pas de la porte.

Moussa n’est pas venu tout seul. Il amène cinq copains. Évidemment tous noirs d’ébène et fort intéressés par la possession d’une pute blanche soumise à toutes leurs perversions.
– Amusez vous ? Elle est là pour être baiser, mais sans l’abîmer. Leur suggère Moussa.
Les types de sa bande ne tardent pas à s’approcher de la Nicole et commencent par la caresser. Des mains tripotent ses seins, ses fesses, s’insinuent dans la raie de ses fesses, jusque dans son anus. D’autres mains approprient son pubis et bientôt, deux doigts s’introduisent dans sa grotte encore gluante de sperme.

La prostituée commence à ressentir les effets de ce les deux autres lui ont fait avaler, ainsi que du produit appliqué sur ses endroits sensibles, ses parties intimes deviennent de plus en plus chaudes et humides. Le problème est que les cachetons, qu’ils lui ont fait avaler et qu’à présent son ventre s’enflamme progressivement.

Elle commence à avoir des envies de sexe et ils augmentent sans arrêt jusqu’à devenir insupportables, sa mouille est de plus en plus abondante dans ses puits d’amour.
Pendant que les deux lascars constatent l’effet positif de ce qu’ils lui ont fait ingurgiter. La Nicole commence à ne plus contrôler les réactions de son corps.
Serrant les dents et en tentant de ne rien laisser paraître, du feu qui prend possession de ses entrailles. Malgré qu’elle soit suspendue au bout de la corde, elle s’agite de plus en plus.
Malheureusement pour elle, Akim qui a de l’expérience dans ce domaine. Il a bien choisi les cachetons, qu’il lui a fait avaler, pour qu’elle se donne et pour qu’elle ne se contrôle plus.

Le temps qui passe joue contre la Nicole. Son corps se tortille de plus en plus et la bouche ouverte elle commence à gémir. Ensuite, ce qu’elle ressent augmente encore et encore pour finir par devenir intolérable, elle ne se maîtrise plus.
En râlant, elle s’agite, se tortille, tourne comme une toupie au bout de la corde.
Tout d’un coup son corps se raidit, elle se met à crier, le corps secoué par des spasmes ? Elle jouit et cela sans intervention humaine. Les sept bonhommes sont amusés de voir les jets de cyprine sortir de son vagin.

Nicole, la pute n’est plus dans son état normal. Elle ne se contrôle plus, elle s’agite de plus en plus, elle râle et elle réclame de la bite.
Elle qui  subit tous les jours, des situations dégradantes sans se plaindre. Elle supplie à présent les hommes de la prendre et de lui baiser le vagin et le cul et aussi la bouche ?
Les mecs ont les yeux qui brillent et la mine réjouie en la voyant s’agiter aussi nerveusement tenaillée par les envies, leurs pantalons sont déformés par les queues en érection.
De temps à autre, elle secoue la tête d’avant en arrière, le corps tendu et la bouche ouverte, elle râle.

Elle fait des gestes incontrôlés causés par les effets des puissants excitants. Elle serre les cuisses, jambes, elle allonge ses jambes. Cependant, cela n’atténue pas le feu, qui enflamme ses sens et son bas ventre. Son jus de femme coule entre ses cuisses, sa vulve et son anus se sont ouverts sous l’effet de la drogue.

Les forces décuplées, elle se trémousse augmentant beaucoup la douleur causée par le poids de son corps, qui tire sur ses bras et ses épaules.
Elle jouit de nouveau en criant, ensuite sur ordre de Moussa, ils la détachent. Il faut surtout pas laisser passer le moment où elle est incontrôlable et ne sera pas rébarbative à ce qu’ils vont lui faire subir sexuellement.
Dés qu’elle touche terre, et qu’elle peut se servir de ses mains. Ils constatent vite que la prostituée est devenue une chienne en chaleur. C’est sans douceur qu’à genoux, elle s’en prend au pantalon du premier qui se trouve en face d’elle.

Avec des gestes nerveux, elle ouvre la braguette et extrait la verge du pantalon, évidemment l’homme est en érection.
Les mains agrippées au pantalon de l’homme, elle ouvre la bouche et engloutit brutalement l’engin. Elle lui taille une pipe en enfonçant entièrement la queue dans sa gorge. Ensuite, elle fait des aller et retour avec la queue dans sa bouche très rapidement.

A cause de sa façon de sucer l’homme ne peut pas résister longtemps, il se laisse aller éjaculant dans la gorge de la Nicole qui avale tout le sperme en l’aspirant bruyamment. Quand elle a bien bien essoré l’homme. Elle se déplace à genoux et cherche une autre victime, comme les hommes ont maintenant tous la verge à l’air, elle en engloutit une autre  qu’elle suce voracement.
Un autre black, placé derrière elle et sans attendre la fin de la pipe. Il introduit deux de ses doigts dans la moule de Nicole et constate avec le plus grand plaisir que la prostituée écarte les cuisses.
– J’en peux plus moi ? Défonçons la comme elle le mérite ? Réclame l’un des hommes

Nicole est saisit et emmenée sur le vieux canapé. Les cinq mecs se déshabillent et lui présentent leur bite pour se faire sucer.
La Nicole se retrouve à quatre pattes, sur le canapé le cul offert, elle suce une et parfois deux queues en même temps, pendant qu’elle branle une bite dans chaque main. Pendant ce temps, un autre placé derrière, elle lui ramone consciencieusement la moule avant d’exploser dans le fond.

Chaque bonhomme qui se fait sucer, prend la place de celui qui vient d’éjaculer dans la grotte ou dans le boyau de la soumise, pour venir se vider les couilles à son tour.
N’étant plus maître de son comportement, c’est indépendamment de sa volonté, qu’elle fait bouger son corps pour accompagner celui qui pénètre sa moule ou son anus. Ses mouvements violents sont désordonnés et pas du tout rythmés avec les coups de reins de ses amants successifs.
Ils ne résistent pas à l’envie de la prendre à trois en même temps tout en la maintenant, car elle ne reste pas en place pendant qu’ils lui défoncent la chatte, le cul et la bouche.

Devenue une bête de sexe, elle ne contrôle ni son plaisir, ni ses orgasmes, victime de spasmes et jouissances à répétitions, à chaque fois son vagin s’ouvre et se referme laissant s’échapper des jets de cyprine.
Ce qui lui arrive satisfait et excite ses clients, et tant qu’ils bandent. Ils lui défoncent ses puits d’amour, déversant leur sperme dans son corps.

Le dernier lascar préfère juter dans sa bouche et la voir avaler sa semence.
Chaque membre de la bande vidé, Moussa s’approche de Nicole.
– Tu as l’air d’en vouloir encore ? Veux tu faire encore la chienne que tu es devenue.
Comme une automate, sans volonté, Nicole répond.
– Oui, maître, je ferai tout ce que vous désirez ?
– Alors ? Met toi à quatre pattes avec ton ventre sur cette chaise. Fiat nous la chienne ?

Nicole installe son ventre sur la dite chaise. Ses deux genoux touche le sol, ainsi que ses mains. Moussa se place derrière elle à genoux et l’encule. Il commence a aller de plus en plus vite et de plus en plus fort. Elle n’est plus qu’un pantin sur cette chaise. Ça dure longtemps et à un moment, il s’arrête et crie sa jouissance, il déverse son sperme dans son cul. Elle râle sa jouissance toujours. Il est planté en elle, il se détend. Un peu de liquide doré ressort du cul de la Nicole ? Il est en train de lui pisser dans le cul.
– Allé ! Maintenant tu vas faire la chienne ? Proclame Moussa.

Un mec qui est sorti et reviens avec un chien en laisse ? Un énorme rottweiler et il le met à côté de Nicole encore à quatre pattes le ventre sur la chaise. Le chien vient directement lécher son visage, sa langue passe sur sa bouche. On lui ordonne de l’ouvrir et doucement, elle ouvre ses lèvres. La langue du chien entre et se retrouve en contact avec la sienne qui s’enroule autour. On remarque qu’elle commence à participer au baiser, leur salive s’échange le chien bave dans sa bouche. Moussa lui prend une main et la pose sur la verge du chien. Elle commence à le caresse, à le branler. Ses doigts, ne fond pas le tour de la verge rouge pointue. A sa base une énorme boule apparaît ?

Sur un signe de Moussa, un mec positionne le chien derrière la prostituée. Soudain elle sent le poitrail velu de l’animal se coucher sur son dos, aussitôt ses deux pattes de devant lui enserrent sa taille désormais prise comme dans un étau. Bien campée sur ses pattes arrière, elle sent soudain des coups de pistons contre son périnée. Dans des mouvements désordonnés, le chien cherche à la saillir. Un homme derrière eux, lui vient certainement en aide car, subitement, une barre brûlante se présente à l’entrée de sa vulve heureusement bien lubrifié.

Sentant l’ouverture, l’animal, d’un formidable coup de rein, propulse sa verge au fond de son puits d’amour, frappant violemment la paroi de son utérus, ce qui lui fait pousser un râle de douleur. Dans cette position, bien arrimée sur son dos, la bête possède une grande mobilité du bassin. Il entreprend alors de rapides et puissants va-et-vient qui à chaque fois amènent sa monstrueuse rigidité au fond de son puits d’amour, lui faisant pousser des râles plaintifs.
La verge gonfle, gonfle. Elle lui remplit désormais toute la cavité vaginale, même plus puisqu’il lui dilate l’organe en repoussant les parois. Puis une boule vient lui frapper la vulve, sa grosseur en bloque la pénétration. C’est alors qu’elle sent le chien prendre du recul avec ses reins et se propulser avec une violence inouïe son bulbe, au fond de son ventre. Tout est rentré. La boule se met à gonfler, gonfler, formant rapidement un frein qui interdit désormais toute sortie de son organe. Nicole prend peur devant la grosseur de cette excroissance, elle va la déchirer ?

Ensuite, durant quelques secondes tout se calme. Contre toute attente, ses organes commencent à s’habituer à cette gigantesque intromission. L’animal sur son dos halète, la langue pendante, des filets de bave s’écoulent sur sa peau. Tout à coup, l’énorme turgescence est comme animée d’une vie propre, elle se met à vibrer, lui envoyant des ondes dans la colonne vertébrale jusqu’à son cerveau. Son bas-ventre est agité de spasmes, ses organes génitaux se renflamment et la bête commence à lui envoyer des torrents de liquide dans son vagin déjà complètement rempli. Il se dilate encore plus, il repousse les organes voisins, elle sent son bas-ventre gonfler, gonfler. Soudain, une formidable chaleur lui envahit tous les organes. La Nicole perd complètement pieds, une jouissance phénoménale l’envahit, elle crie dorénavant son plaisir incontrôlable, des orgasmes sans fin se succèdent. Elle plonge alors dans un état de demi-inconscience. La Nicole soumise est désormais une chienne en train de se faire saillir.
Le liquide reproducteur continue à se déverser dans son vagin, noyant son utérus. Veut il la féconder ? Un plaisir sans fin l’envahit à l’idée d’être une femelle. Elle n’entend plus aucun son en provenance de son environnement, uniquement concentrée sur cette jouissance fantastique qui la paralyse jusqu’à la pensée et l’esprit.

Ensuite, comme un brouillard qui se lève. La Nicole reprend peu à peu conscience, cependant, elle a quelques difficultés à ce repositionner dans le temps et dans l’espace. C’est le chien qui l’y aide lorsqu’elle perçoit sa présence sur son dos et de ses pattes qui la font sienne.
Ses entrailles sont toujours aussi tumultueuses, c’est un volcan qui lui brûle le bas-ventre, son vagin est énorme. Pourtant, elle se sent bien, fière d’avoir appartenir à ce merveilleux amant, fière d’avoir accueilli toute sa semence dans son corps, fière de ne faire qu’une avec ce corps puissant, avec cette virilité qui la tient soudée aussi solidement. Leurs deux corps sont littéralement collés l’un à l’autre, ils sont solidaires et ne forment plus qu’un.

Quelque chose s’est passée lors de cet accouplement, une forme de communion a uni la femme et la bête, un lien spécial qu’elle sent fort et qu’elle ne pourra désormais plus ignorer.
Au terme de quelques instants, qu’elle sera bien incapable de chiffrer dans la mesure, où elle ne sait pas combien de temps a duré son inconscience. Le chien qui reste soudé à elle pendant une vingtaine de minutes. Elle sent le bulbe se dégonfler, et sous la pression énorme existant dans ses entrailles, tout est éjecté. Des flots de sperme s’écoulent sur le sol, lui arrosant les cuisses et les mollets. Elle ressent un vide extraordinaire dans son ventre, comme si toutes ses entrailles avaient été expulsées avec le liquide.

– Allez Akim, ramène la chez Frank.
Nicole se rhabille sommairement avec une djellaba que l’on lui tend. Ensuite, elle est conduite par Akim à sa voiture. Celui ci la conduit vers sa destination, non sans s’être copieusement fait sucer par Nicole durant le trajet. Akim n’ayant pas joui en route, elle doit terminer sa besogne dans la voiture garée au pied devant la villa.
Au bout de quelques minutes, ayant avalé son énième jet de sperme, elle peut regagner la maison.

CHAP 6

La vieille Maîtresse

En rentrant dans la maison, Nicole voit sa maîtresse noire voluptueuse, vêtue seulement d’un string et d’un bustier qui fait accentuer ses seins pleins.
– Alors ? Moussa c’est bien amuser avec toi ? Nos invités seront là dans quelques minutes. Va prendre une douche et fait aussi un lavement dans tes deux sales trous. Et assure-moi quand tu sera prête à les recevoir ?
En sortant de la salle de bain, ses maîtres sont là.
– Je pense que tu es prête maintenant ! Reste ainsi ! Nous t’appellerons quand nos invités seront là.

Quelques minutes plus tard, elle entend la sonnette de la porte, puis des sons de voix. Elle s’est efforcée 0 les entendre, deux hommes et deux femmes, qu’elle pense. Puis la voix de Florence au-dessus des autres.
– Viens voir le cadeau que nous avons pour toi ?
Nicole la soumise descend nue dans le hall. – Votre soumise blanche à l’air délicieuse ? Regardez ses tétons, ils sont comme des pierres et sa chatte est humide. Et nous pourrons faire tout ce que nous voulons avec elle ?
Réclame une vieille femme noire de cinquante ans, qui tient un gros chien en laisse.
– Tout ce que vous voulez ? Répond Frank.

La vieille s’approche de la soumise.D’un seul mouvement rapide, la vieille écrase sa bouche sur celle de la soumise.
Nicole enveloppe la langue de la vielle, qui lui aspire la sienne. La Nicole sonde avec avidité avec sa langue la bouche de la vieille, lèche et tourbillonne, d’excitation. Elle peut entendre la femme gémir. Elle ne pouvait pas penser qu’elle pouvait jouir dans sa bouche.
Nicole sent une autre personne passer derrière son corps. Ensuite, une bite s’insinue entre le haut de ses cuisses.

La bave de la vieille coule, recouvrant les lèvres et le menton de Nicole et le baisé s’est calmé. Elle s’éloigne de la bouche de la Nicole. La soumise est entraînée dans le salon, avec les invités. On la fait se mettre à quatre pattes sur le tapis.
– Tire la langue, petite pute ? Ordonne une voie masculine, qui instantanément lui rempli la bouche par sa queue.

Il respire par courtes respirations laborieuses, alors qu’elle étire son cou pour le prendre entièrement dans sa bouche. Elle serre ses lèvres autour de sa bite, tout en bougeant la tête d’avant en arrière et en utilisant sa langue pour fouetter le bout de la queue. Elle suce plus fort et sent la queue palpiter dans sa bouche.
– Tient ! Voilà ! Crie l’homme et d’un jet après l’autre inonde de son sperme dans sa bouche.
– Ne l’avale pas ? Nous voulons le voir si tu es une bonne pute blanche ? Proclame l’autre invitée.
La Nicole ne peut pas se retenir complètement, elle n’a pas pu s’empêcher, d’en avaler une partie. Cependant, le reste, elle l’a fait sortir avec sa langue, laissant les autres voir sa bouche enduite du sperme chaud et collant de l’homme.

Ensuite, elle sent l’autre invité qui doit avoir l’âge de la vieille se placer entre ses jambes et frotter la tête de sa queue contre son clito. Elle sent des étincelles jaillir à l’intérieur d’elle. Elle aime cette sensation, ce qu’elle veut là en ce moment, c’est d’être baisée, devant tout le monde qui la regarde.
– Tu veux que mon mari te baise, n’est-ce pas ? Proclame le vielle.
– Oui ! Madame.
– Alors ? Dis-le ! Sale pute !
– Je veux que votre mari me baise. Je suis une pute soumise pour ça !

L’invité retire sa queue de son clito et Nicole s’attend, qu’il la baise. Mais, au lieu de cela, elle entend qu’il crache ?
L’invité glisse sa bite dans son cul d’un seul coup long et lent. Elle ressent une bonne sensation et elle pousse ses hanches à l’encontre de la queue qui s’enfonce dans son boyau. – Reste bien immobile ? Je veux que tu me sentes jouir à l’intérieur de ton cul.  Râle l’homme. Il a ralenti son rythme, retire sa queue presque entièrement hors d’elle à chaque coup. Sa bite entre et sort de son cul, la remplissant, l’étirant. Nicole sait qu’il se retient pour savourer chaque seconde de son boyau. Ensuite, d’un dernier long coup de rein, elle sent sa queue entrer en éruption. Il lui semble, qu’il ne s’arrêtera jamais de venir, d’un jet après l’autre. Il lui remplit son boyau.
La soumise Nicole flotte dans un monde de pur plaisir, elle est encore prête à tous supporter.

Pendant les deux heures qui suivent, les invités et ses maîtres baisent à couilles rabattues.
Les femmes succombent toutes à plusieurs orgasmes. Nicole endure même une double pénétration, alors que les autres la matent avidement.
Tandis qu’elle se fait prendre en sandwich, ce qui lui procure un violent orgasme, Florence à genoux suce un des invités. Ils ont payé un extra pour qu’elles opèrent entièrement nues, les seins de Nicole sont gonflés et rouges à force d’être maltraités.

La soumise Nicole est là au milieu du salon à quatre pattes, pendant qu’ils se désaltèrent.
Elle sait que son répit n’est que temporaire.
En effet, le chien qui est à côté de canapé se lève. Les invités le regardent en rigolant.
– On dirait qu’il veut aussi sa part  ? Clame le vieil homme qui venait de me sodomiser. Le chien s’approche des fesses de l’esclave et commence à lécher le sperme qui dégouline de ses puits d’amour. Sans vraiment s’en rendre compte, elle écarte ses fesses pour lui faciliter l’accès. Il lui lèche les fesses, l’anus et la chatte et aussi ses cuisses.
– Il a l’air d’aimer cela  ? s’esclaffe Frank.
– Offre-lui ton cul  ? Proclame sa maîtresse.

– Bonne idée, Florence, mais je suis certain que tu aimerais beaucoup être à sa place,
Proclame le vieux assis dans le canapé, celui qui doit être le mari de la vieille noire. Il a gardé un ton sérieux et Florence cesse de rire.
– OH ? Je ne l’ai jamais fait avec ça, et c’était la surprise pour notre esclave ?
– Justement, c’est une opportunité pour toi ? Allez, prépare-toi ! Surenchérit maître Frank.
Elle se met en position de levrette. Cependant, le chien est toujours occupé à lécher le cul de la Nicole.
– On dirait que Florence ne lui plaît pas ! Clame la vieille femme hilare. Son mari sort du salon sans rien dire.

Quelques minutes plus tard, il revient avec un pot de miel. Il tartine l a chatte et l’anus de florence avec. Puis, il appelle le chien, qui est bien trop occupé, pour venir tout de suite.
Il se dirige vers le chien pour le prendre par le collier et l’amener vers Florence. Cependant, le chien ne veut pas laisser son léchage et grogne si fort que le vieil homme n’insiste pas.

Maître Frank, qui jusque-là profite silencieusement du spectacle, appelle le chien. Celui-ci, un peu contrarié de devoir laisser de si appétissantes fesses, hésite avant de lever la tête. Il se dirige ensuite vers Frank qui s’est placé à côté de sa femme ? Quand il arrive à hauteur du cul de Florence, il se pose sur son arrière-train pour attendre un ordre.
– Tiens, c’est pour toi ! Proclame Frank en lui montrant le dérrière de sa femme.
Le chien renifle prudemment et commence à lécher la raie de la maîtresse de maison.
– Alors, comment est-ce ? Interroge la vieille femme qui doit être la maîtresse du chien.
– C’est mouillé, mais c’est quand même bon ! Qu’elle répond d’une voix un peu inquiète. Il faut voir que le chien bave énormément.

La Nicole est toujours à quatre pattes sur le sol. Elle est trop fatiguée pour chercher à se lever. Elle regarde simplement le chien lécher les fesses de sa maîtresse. Il se régale, mais cela n’a pas l’air de l’exciter plus que ça ?
La vieille femme, trouve que la situation s’éternise. Elle vient enlever le collier du cou de la soumise.
– Toi ! Tu bouge pas ? Lui dit-elle en passant deux doigts entre les lèvres de sa moule. Obéissante, elle reste donc dans sa position initiale. La vielle s’approche de Florence et lui met le collier. Maître Frank veut s’interposer, cependant devant le regard noir que lui lance la vieille femme, il recule.

La vieille tire Florence par le collier jusqu’à sa soumise. Florence avance comme une gentille chienne qui marche bien au pied. Le chien les suit en continuant à lécher le cul de la maîtresse de Nicole. – Comme l’autre chien est occupé, Termine de la nettoyer, puisqu’il est occupé à te lècher le cul ? Ordonne-t-elle à Florence en montrant les fesses de Nicole, la pute soumise.

Florence veut protester, mais l’attitude de la vieille montrait que ce sera peine perdue et que cela aggravera certainement son cas.
La maîtresse Florence commence donc, à lécher l’entrejambe de sa soumise. Alors ? qu’elle est à quatre pattes, la tête entre les fesses de son esclave soumise. Dans cette position, elle offre la vision de ses fesses, et elle les rend plus accessibles ? Le léchage des parties intimes de Florence à excité le chien. Soudain, il monte sur Florence qui manque de s’écrouler sous le poids de la bête et aussi par l’effet de surprise.

Elle arrête de lécher la raie des fesses de la Nicole, en sentant le chien qui commence à remuer le bassin pour une saillie, qui n’est encore qu’imaginaire. Il frappe dans le vide entre les fesses de Florence. Il cherche une voie d’accès, au paradis de la femelle.
– Qui t’as dit d’arrêter de lécher ? Proclame la vieille. Alors, Florence se remet donc à l’ouvrage.

La vieille femme, vient ensuite au secours du chien. Elle guide l’excité pour qu’enfin son sexe se trouve au niveau des lèvres intimes de la maîtresse Florence. Alors, là ! C’est sans mal qu’il introduit sa verge dans sa nouvelle femelle.
Frank le maître, râle en sourdine contre sa vieille maîtresse, sans oser croiser son regard. Il est hypnotisée par le spectacle. La Florence, sa femme est en train de se faire saillir par le chien. Alors que ça devait être leur esclave, qui devait faire la chienne. Cependant, le spectacle de la maîtresse Florence réduit au niveau d’une chienne, l’excite énormément.

Quant à Florence, qui s’est à présent résignée à offrir son ventre au chien de leurs ancienne maîtresse. Elle commence à ressentir le plaisir d’être saillie par le chien. Qui lui ne se pose pas ce genre de question. La femelle qu’il monte, qu’elle soit humaine où animal cela ne aucune différence.
La raie de Nicole est maintenant délaissées, sa maîtresse ne la lèche plus. Elle peut bien profiter au maximum de sa position de chienne qui se fait saillir. Car, la Nicole a compris que la saillie du chien lui était destiné. Les invités sont trop occupés par le spectacle, qu’ils l’oublient.

Florence prend son pied et cela s’entend, la verge du chien va au plus profond de son ventre et elle semble chercher à le faire entrer encore plus profondément ? le nœud à la base de la verge du chien a franchi l’entrée de la vulve de Florence et il a disparu dans son ventre. La maîtresse Florence, râle fort, elle pleure de plaisir. Elle crie que c’est bon d’être une chienne. Que sa vieille maîtresse peut la faire saillir autant qu’elle le désire. Elle souhaite redevenir sa soumise que pour ses chiens.
Ses : OOORROORR ! OOOUUIII ! QQUUEE ! SSSSSS ! BBONONON ! RRRROOUUII ! Résonnent dans le salon. Ce qui a poussé la cuisinière à venir voir qui pousse ses cris.
L’orgasme est non seulement là, mais ça doit être le plus fort qu’elle n’a jamais senti.

Florence a la douloureuse expérience à le sentir descendre de son dos pour se retourner au moment où un puissant la dévaste.
Il se retourne faisant tourner son sexe dans sa chatte lui arrachant un râle plaintif, vite remplacé par un râle de bonheur. Il s’est entièrement retourné et ils sont soudés le temps qu’il le désirera. La Florence ne semble pas pressé d’être séparer de son amant canin. Les sensations doivent être bonnes. Le temps lui importe peu, jusqu’à ce qu’il désire sortir du paradis de sa femelle..

La vieille regarde Maïlie au fond du salon.
– Frank ? C’est lui, non ! C’est elle que vous avez acheté et transformé ? – Oui, maîtresse. C’est Maïlie à présent. – Tu l’a déjà fait saillir comme ta soumise blanche ? – Euh ? Non maîtresse ! – Et alors ? Qu’est-ce que je vous ai appris ? C’était pas la peine d’aller en France pour m’échapper ? Je suis et serais toujours votre maîtresse dans se pays.

La vieille maîtresse s’adresse à son mari. – Toi va à la maison et ramène moi Dick et Bim ! Il y a deux femelle à saillir ici.
Dans les heures qui suivent, Florence, Nicole et Maïlie servent de chienne aux chiens de la vieille. Elles sont saillies au moins une fois dans chacun de leur puits d’amour. Il n’y a que Frank qui échappe de justesse à la saillie. Cependant, son ancienne le fait enculer par Maïlie, pendant que celle ci se fait sodomisé par un chien. La vieille Maîtresse a repris la main sur ses deux anciens soumis et aussi leurs soumis.

CHAP 7

Maïlie vend la Nicole.

Nicole dort jusqu’au midi, épuisée par l’orgie qu’elle a endurer toute la soirée précédente. Les Maîtres l’attendent dans le salon et Maïlie est à leur côté ? – Demain matin, nous repartons en France pour une affaire urgente. Toi tu reste là aux ordres de Maïlie. C’est à Maïlie que tu doit obéir jusqu’à notre retour. Elle aura tous les droits sur toi et elle te trouveras de bon client. Compris esclave ? – Oui ! Maître, je lui obéirai, je me soumettrai à Maïlie. Nicole peut apercevoir un léger sourire sur les lèvres de Maïlie.

Le lendemain les voilà toute seule les deux soumises. Maïlie prend la main sur Nicole la soumise.
– Bien, tes clients serons là vers dix sept heures, tiens toi prête ?
Nicole se prépare, conformément aux instructions de Maïlie, elle s’habille seulement d’une courte robe noire décolletée, sans aucun dessous.
A dix sept heures, on sonne à la porte. Un homme accompagné de quatre autres.
– Bonjour, les filles ! Maïlie ? Je vois que tu as accédé à ma demande. Clame le premier en flattant la croupe de Nicole, qui trahit son absence de lingerie.

Le premier qui se nomme Mareck enlace Maïlie et lui roule une pelle, pendant que les quatre autres qui se sont rapprochés de la Nicole. Ils n’ont pas perdu de temps. Ses seins sont empoignés, sa robe roulée sur sa taille, elle a déjà une bite dans la bouche. Un autre profite, qu’elle est penchée pour sucer la queue et que sa moule soit offerte. Il y introduisait déjà son gland.

Nicole, la soumise blanche, est au centre des attentions.
Elle chevauche un des blacks qui s’est assis dans le canapé pendant qu’un autre, debout, lui baise la bouche. Un autre s’approche et il se positionna derrière la Nicole et enfonce son imposante queue dans son trou de balle. Curieusement, la grosse queue n’a aucun mal à entrer.
Mareck, assis sur le canapé d’en face, se réjouit du spectacle qui lui est offert, pendant que Maïlie à genou entre ses cuisses lui taille une pipe.

Nicole, la superbe pute blanche, se fait triplement pénétrer par ses compères, le tout accompagné de râles de plaisir, qui ne laissent aucun doute quand à ce qu’elle ressent.
Au bout de cinq minutes de ce traitement. La Nicole ne tarde pas à crier son plaisir, accompagnée de ses trois baiseurs, qui éjaculent presque en même temps dans ses puits d’amour.

Les trois hommes se relèvent et laisse la pute soumise récupérer de ses orgasmes dans le canapé, et vider quelque peu ses orifices du sperme qui les remplit.
Mareck, qui n’a pas perdu une miette du spectacle, se répand dans la gorge de Maïlie, qui avale sa semence.
Après ça, il se lève et va dans cuisine pour chercher des rafraîchissements. En retournant dans le salon, il y a la Maïlie est debout au milieu des autres très attentifs. Mareck lui ordonne.
– Déshabille toi ?

Maïlie tombe sa large robe et elle est maintenant nue au centre de ses clients. Ils sont surpris de voir que malgré ses deux beaux seins. Elle a aussi entre les jambes une belle queue qui bande.
– Rassurez vous ? Elle a une bonne bouche et un très bon cul à baiser ! – On va bien la défoncer comme elle le mérite ? Proclame l’un des autres.

Trois des clients la mènent vers la chambre à coucher et commencent à caresser ses seins, ses fesses. Il y en a un qui ose caresser aussi sa grosse queue. Ce dernier enfonce sa langue dans la bouche de la Maïlie, qui répond à son baisé. Ensuite, il s’allonge sur le lit, nu et invite Maïlie à venir s’empaler sur sa queue. Ce qu’elle fait, sans aucune difficulté. Il commence de profonds va et vient dans le rectum de Maïlie. Elle ne tarde pas à trahir son plaisir par quelques gémissements de plaisir.

Au bout de deux minutes de ce traitement, son baiseur apostrophe les deux autres, qui se contentaient de les regarder en se branlant
– Eh, les mecs, regardez ? Elle est chaude du cul comme on aime, elle a la bouche libre.
L’un se place face au visage de Maïlie, il lui empoigne ses cheveux et introduit son membre gonflé dans sa bouche, en manquant de l’étouffer tellement, il s’enfonce profondément. Après un haut le cœur, Maïlie ravie commence à le sucer avec envie.

Quand à l’autre, il vient derrière le dos de Maïlie pour la prendre en double anal. L’entrée d’une bite de plus dans son boyau la fait tressaillir ? La douleur de cette double pénétration, laisse bientôt la place à un intense plaisir dû aux va-et-vient des deux hommes.

Dans le salon, Mareck attire Nicole à lui., A chaque pas qu’elle fait en direction de Mareck, une goutte de sperme s’échappe de ses deux puits d’amour et s’écrasent sur le sol.
– Allez viens là ma belle, tu vas nous faire plaisir à moi et à mon pote.
Les deux hommes, placés cote à cote, présentent leurs sexes à la pute blanche soumise qui se met à genoux pour sucer les deux queues. Elle commence par lécher les glands de chacun pour ensuite, leur faire une fellation alternée des plus professionnelle.

Celui qui n’est pas sucé, est branlé pour le maintenir en érection.
– Putain, c’est une vraie pro cette pute ? Proclame Mareck dans un râle.
– L’autre, dans la chambre ? n’a pas l’air mal non plus ?

Dans la chambre, on entend les cris de plaisir de Maïlie qui se font de plus en plus forts et de plus en plus rapprochés. Ses trois baiseurs ne lui laissent aucun répit et la pilonnent comme des malades en clamant des paroles salaces:
– Ça te plaît de te faire enculer à deux, hein ? Tu n’es qu’une pute malgré ta bite d’homme !

Celui qui se fait sucer lui baise carrément la bouche, tenant sa tête de ses deux mains. Il lui enfonce sa bite au fond de la gorge.
Celui qui est derrière elle, lui martyrise ses seins en lui défonçant l’anus doublement investit.
Au bout de cinq minutes de ce traitement intensif, les trois bonhommes n’y tiennent plus et lâchent leur semence dans le ventre et l’estomac de Maïlie.
Ensuite, sans même lui jeter un regard, ils vont se doucher, laissant Maïlie pantelante et repue de sexe sur le lit, son trou de balle béant dégorge de sperme.

La Nicole, de son coté, après avoir épongé Mareck et son pote. Elle branle Mareck entre ses seins. Il finit par éjaculer copieusement dans sa bouche ouverte et sur son visage. femme.
Au petit matin, la maison des Koulibati offre un visage peu commun. Les deux putes soumises nues, épuisées par une nuit de débauche, collantes de sperme séché, dormaient dans le même lit.

Maïlie se réveille la première, encore toute endolorie de ce qu’elle a subi. Cependant, avec son érection matinale, elle regarde la Nicole qui dort encore en lui tourne le dos. Maïlie lui écarte les fesses et voit son trou du cul entrouvert ? Elle ne résiste pas à l’enculer en se collant dans le dos de la soumise.
La Nicole ouvre les yeux en râlant. Qui la sodomise, dans son sommeil en lui malaxant la poitrine ?
– Je fait sûrement un mauvais rêve ? Râle t-elle.
– Ce n’est pas un rêve, ma chérie ! J’avais envie de toi ? Alors je te prends ? puisque tu es à moi ? comme l’a dit maître Frank.
Proclame Maïlie.

– J’aurais préféré que tu me prenne par l’autre voie. N’y une n’y deux, Maïlie change de puits d’amour. Elle baise ainsi sa Nicole soumise, qui s’est retournée sur la dos. Bouche collée, elles jouissent de concert. Aux fil des jours, Nicole tombe amoureuse de Maïlie.
– Nicole ? Tu es une très belle femme blanche et tu plais beaucoup aux hommes de mon pays. Or je connais des hommes qui paieraient très cher pour passer une nuit avec toi. Il y a beaucoup de diplomates ou d’hommes d’affaires africains qui souhaiteraient passer de bons moments en la compagnie d’une jolie occidentale blanche comme toi. Ils paieront très cher.
La Nicole regarde Maïlie interdite ? Elle ne sait pas quoi répondre à ce compliment. Elle se jette dans les bras de Maïlie et lui répond amoureusement. – Je t’aime ! Ma chérie, tu peux faire tout ce que tu désire avec mon corps. Je suis à toi, je t’aime.

Devenir une esclave sexuelle de Maïlie réveille en elle un vieux fantasme, lorsqu’elle j’étais encore une adolescente. Pour asseoir sa domination sur la Nicole, Maïlie, la fait participer à des tournages porno et à des séances photos où, nue elle est enchaînée, les seins torturés par divers équipements, ou empalée sur deux gros godes, jambes maintenues écartées par une barre. En présentation, elle doit précisée qu’elle aime être punie et être traitée en chienne domestique.

Nicole doit se l’avouer, qu’elle prend un plaisir non dissimulé de sa soumission à Maïlie. Excitée comme jamais, la séance photo s’est conclue, avec toute l’équipe dans un gang bang furieux ou elle a joui comme jamais.
Nicole va être à la disposition d’un soi-disant diplomate pour quelques jours. Cependant, elle ne sait pas encore que Maïlie la vendu avec l’accord des maîtres à un riche Arabe.

Pendant le vol l’assistant qui est venu la chercher, lui fait étudier les us et coutumes de ce pays où les femmes sont considérées moins que des animaux. Elle ne comprend pas pourquoi, cependant il est trop tard pour reculer. Comme exigé lors de la vente, elle est vêtu pour le voyage, d’une robe noire ultra moulante et décolletée et chaussée d’escarpins aux talons vertigineux. La robe laisse entrevoir ses formes les plus intimes, ses seins généreux et fiers que l’on devine totalement libres sous le mince tissu, des hanches voluptueuse sur lesquelles tout homme aimerait poser ses mains et des fesses rebondies très appétissantes captant encore tous les regards. Lorsqu’elle traverse le hall de l’aéroport, tous les regards se sont tournés vers elle. Ça lui procure une certaine excitation et elle sen sa moule devenir humide.

Malgré sa soumission, Nicole se sent plus femme que jamais, tels un joli bijou que l’on va exposer aux regards pleins de convoitise. Le diplomate impatient de son achat, l’attend à la sortie. Il lui prend la main et la fait tourner sur elle-même, sifflant d’admiration :
– C’est encore plus beau que ce que j’espérais, elle est magnifique et vraiment bandante.
Bien entendu, ses mains profitent pleinement de son corps, palpant ça et là son intimité, caressant la chair nue de ses fesses et le long des cuisses, soupesant délicatement ses seins tout en titillant ses tétons déjà durcis par la monté du plaisir.

Il l’accompagne à la voiture, et lui ouvre la porte arrière, ils s’installent et elle ressent une autre présence masculine, Le conducteur se tourne vers l’arrière pour dire :
– Très belle, vous aviez raison monsieur, elle est magnifique.
– Ne t’ai-je point dit que j’avais fait un très bon achat ?
– Effectivement monsieur, c’est un très bel achat. Vous qui les aimez belles et dociles, celle-ci me semble, à votre goût.

Tout en glissant sans vergogne sa main entre les cuisses de la Nicole. Il remonte rapidement vers sa moule et avec deux doigts, il écarte ses lèvres intimes pour vérifier la qualité de son achat.
– Elle est vraiment à point, je pense qu’elle ne me refusera rien.
Nicole est là, parfaitement consciente de leur discourt pervers. Elle en éprouve ce plaisir de la soumise consentante.
Elle sent ma chatte dégouliner sur les doigts, qui la fouillent, sa mouille gluante facilite la pénétration jusqu’à la paume de la main inquisitrice.

Il force le passage avec un va-et-vient rapide de l’avant bras, qui fait entendre des bruits caractéristiques de clapotis.
– Il me semble qu’elle aime ça, elle a déjà du être souvent ramonée, car elle s’ouvre vite et plutôt facilement.
Le diplomate sait appuyé là ou ça fait mal, en une phrase il l’a transforme en pute soumise.

Il lui tapote la fesse pour qu’elle avance son bassin jusqu’au bord du siège. Là, il passe une de ses jambes par-dessus la sienne. Ce qui ouvre plus que largement ses cuisses et toute son intimité est totalement exhibée aux yeux du chauffeur qui ne perd aucune miette de la scène.

Le corps de la Nicole est parfaitement réactif au plaisir, les yeux mi-clos et bouche entre ouverte. Elle respire de plus en plus vite, savourant chaque coup de poing dans sa moule baveuse. Elle espère même qu’il puisse enfin transgresser le passage encore trop étroit pour une totale pénétration.
– Cette salope m’excite vraiment, elle est trop réactive, je sens qu’elle va me bouffer le bras.

Le bassin de la soumise suit le rythme des va-et-vient, appuyant à chaque fois pour qu’il enfonce un peu plus sa main. Sa moule est en feu, dégoulinante de cyprine, qui petit à petit lui facilite le passage.

Jamais de sa vie elle n’a ressentie une telle dilatation, là, il y a ce plaisir outrageant, mélange subtil de douleur et d’envie irrésistible. Elle n’est plus une femme, mais une simple femelle, ouverte au maximum pour être remplie par n’importe quoi et n’importe qui.
– AH la pute ? Mon poing est entré, regardez comme elle se trémousse.

Il a réussi à entrer sa main toute entière dans la chatte de son acquisition. Elle regarde son poignet planté là, dans sa moule béante et tout son corps tremble de plaisir.
Avec tout çà, elle n’a même pas remarqué que la voiture roule. Le chauffeur suit la scène avec délectation dans le rétroviseur intérieur, ce qui décuple le plaisir de la Nicole.

Sa Maïlie offre son corps à qui le veut, rien que cette pensée la fait déjà jouir. Hors là, avec le bras d’un parfait inconnu lui fouillant la moule, c’est l’extase.
– Elle est plus longue à jouir, que l’autre la semaine dernière, vous ne trouvez pas ?
– Oui, monsieur, celle là est exceptionnelle, vous avez un très bon achat monsieur.

Ils parlent d’elle comme d’une banale marchandise, c’est humiliant et tellement jouissif. Elle n’a pas encore pris conscience qu’ils parlent de son achat à Maïlie.
– Momo, passe moi le gode.
Il sort un godemiché d’où on ne sait où et le passe vers l’arrière.
Son nouveau propriétaire retire sa main de sa grotte, lui laissant un énorme vide dans tous les sens du terme. L a Nicole a soudain comme un manque, une vrai frustration. Elle désire qu’il lui enfourne sa main dans sa moule, encore et encore.

L’homme la soulève, écarte les pans de sa jolie robe et la pose sur ses cuisses déjà nues, elle ressent immédiatement sa queue durcie contre l’entrée de ses reins.
Il lui écarte les cuisses de part et d’autre de ses jambes dévoilant de nouveau sa moule encore toute baveuse.
D’une main, il écarte ses lèvres dégoulinantes et de l’autre. Il la pénètre d’un seul coup avec le gode, directement jusqu’à la garde et sans ménagement. Dû coup, environ trente centimètres lui sont entré dans le ventre. Il est gros, mais rien à comparer au poignée entier qu’elle a absorbé sans rechigner juste avant.

Quelques va-et-vient pour loger confortablement l’engin dans sa grotte d’amour. Les bruits de sucions et clapotis liquoreux prouvent la bonne lubrification de la moule. Nicole est aux anges, les cuisses largement ouvertes tout en se délectant du plaisir.
Son nouveau propriétaire sait vraiment y faire, en très peut de temps, il l’a transformé en véritable pute soumise ? Jamais, elle n’aurait pu l’imaginer, même dans ses fantasmes les plus fous.

Ensuite, il dé-zippe sa robe et libère immédiatement ses seins aux tétons tendus. De sa main libre, il les palpe à tout de rôle, les soupèse et les malaxe tel un fruit mur.
– Même ses nichons sont des merveilles, je suis vraiment gâter.
Le gode toujours planter dans sa moule, il la soulève de ses deux mains. Ensuite, avec ses doigts, il étale son jus le long de sa raie. La quantité est là, ça dégouline de partout, puis il glisse un doigt sur son anus de soumise.

La Nicole devine qu’il va l’enculer, et elle sent sa corolle s’entrouvrir sous la pression du doigt inquisiteur. Il le entre très facilement, appelant les autres doigts, qui se présentent déjà à la porte de ses reins. Deux puis trois doigts dans son cul avec le gode planté dans sa chatte, imaginez la scène.
Il ne va pas se contenter que de mettre ses doigts, qu’il retire déjà après avoir graisser le passage. Il présente sa queue bander et abondamment lubrifier de son jus. Ensuite, il appuie sur les épaules de la Nicole, pour l’enculer. Et, il l’encule jusqu’aux couilles,sans aucune douleur.

Marquant un temps d’arrêt pour savourer son acquisition, il lui saisit les seins et lui dit à l’oreille. – Tu aimes que je t’encule, je le sens que t’aimes ça ? De toute façon, je t’enculerais autant que je le désire. Tu es à moi car je t’ai payé un bon prix. Tu m’appartiens dorénavant.
OH ? Que oui, qu’elle aimai ça, elle aime qu’on l’avilisse, qu’on lui salisse le corps et l’âme. Elle aimais être une pute, la pute à se diplomate. Cependant, ce qu’il vient de lui susurrer à l’oreille, la trouble. Pourquoi, qu’il lui a dit qu’il l’avait acheté un bon prix. D’habitude le client parle de payer pas d’acheter la pute ?

Le plaisir, lui embrouille l’esprit, pour bien réfléchir. Elle râle de plaisir, prenant chaque coup de bite pour une récompense, ondulant son corps au rythme de la baise et appuyant à chaque fois de tout son poids pour mieux sentir cette grosse bite lui labourer les reins.
Devant tant de plaisir, elle saisit à deux mains le gode toujours dans sa moule et pendant qu’il l’encule de plus belle. Elle se laboure la chatte comme une obsédée.

Malgré son expérience, celui qui l’encule ne peut se retenir très longtemps. Il explose dans son boyau en criant, tout en déversant tout son jus dans ses entrailles. La Nicole ressent chaque saccade et contraction de la queue qui l’encule, sentant le sperme chaud couler à flots.
Elle ne non plus, retenir sa jouissance dévastatrice, l’onde de plaisir la submerge des pieds à la tête, étourdissant tous ses sens. Elle sue par tous les pores de sa peau, elle sent le sexe à plein nez.

Ils restent ainsi planté l’un dans l’autre, un bon moment, parcourus de quelques soubresauts de plaisir. Le chauffeur qui semble le confident du diplomate, la fixe dans le rétro et semble admiratif de sa prestation.
Le sexe ramolli sort doucement de son paradis et toujours en lui palpant les seins. Il attire le visage de la Nicole vers l’arrière pour lui rouler une pelle magistrale ? Sa langue humide lui fouille carrément la bouche en lui faisant boire sa salive. Il lui laissant à peine le temps de respirer.
– Je n’en ai pas fini avec toi ma salope, à présent tu m’appartiens.

La voiture s’arrête devant une superbe et immense villa.
Avant de descendre de la voiture, Nicole demande au diplomate, s’il la vraiment acheté à Maïlie ?
Il lui affirme sans ambages, qu’il l’a acheté un bon prix avec tous les papiers nécessaires. Qu’elle est devenue sa chienne pour son service personnel. Elle est contente au début de changer de vie, sans vraiment imaginer que la suite sera plus décevante pour elle.

Le diplomate l’entraîne dans une chambre de sa villa et dés qu’ils sont à l’intérieur de la chambre. Il la menotte et la suspend dans le dressing de la chambre. Il la contemple d’un air vicieux, regardant la Nicole gigoter au bout de ses chaînes. Sans précaution aucune, il lui enfonce de grosses boules de geisha dans son vagin. Il est content de lui. il me dit satisfait.
– J’ai vu tes prestations dans les films et les photos que m’a fait parvenir la vendeuse. Tu es une bonne salope d’occidentale. Tu sais comment on traite les putes de ton genre, chez moi ? Tu vas m’attendre ainsi, quelques heures dans cette position pour que tu comprennes, que tu m’appartiens entièrement.

Il éteint la lumière laissant seule son achat dans le noir. Sa position est très inconfortable. Mais curieusement et sûrement à cause des boules de geishas, une excitation sournoise s’empare de son corps. La Nicole sent de la cyprine couler le long de ses cuisses. Au retour de son propriétaire, Il ne peut que constater son état. Il sourit. Retirant les boules de geisha de son puits d’amour, elle ne peut empêcher un râle de plaisir. Tout en étant suspendue, il se saisit de ses jambes et la pénètre d’un coup.

Être baisée tout en étant enchaînée est très excitant pour la Nicole. Un orgasme la submerge sans qu’elle puisse le cacher. Il jouit dans son puits d’amour et il la laisse ainsi suspendue et va boire un whisky. Du sperme mélangé à sa cyprine coule le long des cuisses de la Nicole. Elle ose lui demander de la détacher pour prendre une douche. Sa réponse est cinglante :
– Espèce de salope d’occidentale ! Ici dans mon pays une chienne est mieux considéré que ta race. Tu n’es qu’une esclave sexuelle. Tu n’as rien à me demander. Je vais te faire passer ton arrogance ? Rhabille toi, nous partons ! Il jette sa petite valise, qui s’ouvre en atterrissant sur le sol de la chambre.

Il exige pour l’accompagner qu’elle soit vêtu comme la pute qu’elle est. La Nicole, doit s’habiller de bas résilles, d’une mini-jupe au ras des fesses, avec un string et d’un bustier au profond décolleté mettant en valeur sa poitrine. Ils embarquent dans un jet privé pour une destination qu’elle ignore. En montant à bord, il lui présente une femme à l’air sévère.
– Je te présente Aziza. Elle est à mon service et se chargera de ton dressage.
Nicole commence comprendre que quelque chose d’anormal va se passer.

Elle ne peut pas faire marche arrière. Elle se sent prise dans piège qui se referme sur elle.
La Nicole, maudit Maïlie de l’avoir vendu à cette Arabe.
Avec un regard mauvais, l’Aziza armée d’une matraque électrique, lui proclame.
– Ne me regarde pas comme ça. J’en ai corrigé des putes plus coriaces que toi.
Le ton est donné. Il n’est pas question d’amadouer avec cette femme. Nicole ne pourra pas se la mettre dans la poche.

Une fois l’avion en l’air, elle ordonne à la Nicole, de se rendre au fond de l’appareil. Comme elle ne bouge pas assé vite, elle lui inflige une décharge électrique avec la matraque. La Nicole obtempère rapidement et là, sous le regard amusé de son propriétaire, elle lui déchire son string et lui fourre dans la moule un gode métallique relié à une télécommande.

Aziza appuie sur la télécommande et là ? La Nicole comprend immédiatement le fonctionnement de l’engin en recevant une décharge électrique dans son puits d’amour. Elle pousse un cri de surprise, qui les amusent. Nicole es entrain de devenir leur jouet. Bien qu’elle ne devine pas la raison de cet équipement, le diplomate proclame. – Tu vas obéir à l’ Aziza sans discussion. Dans le cas contraire, elle t’enverra, avec sa télécommande, des décharges électriques dans le vagin et cela peut devenir très douloureux. C’est bien compris ?

Comme Nicole réfléchit à son avenir et qu’elle ne réponds pas illico. Elle reçoit une petite décharge, puis une deuxième franchement douloureuse. Elle exprime sa douleur dans un cri déchirant. Et en s’excusant, elle leurs dit, qu’elle a bien compris le message.
Après l’atterrissage, l’avion roule jusqu’à un terminal privé. Nicole voit un Airbus d’Air France et tout ce bouscule dans sa tête. J’imagine des scénarios pour m’échapper et me réfugier dans cet avion Français. Ses espoirs de fuite qui venaient de germer, se résument déjà à zéro. Elle est encadré par l’Aziza qui par sadisme lui envoie régulièrement de petites décharges, qui font à chaque foi tressauter la Nicole. Elle est jetée dans un limousine et quelques minutes plus tard, ils arrivent devant un hôtel grand luxe.

Là, Aziza ordonne à Nicole.
– Tu vas à la réception pour les formalités. Une suite est réservée à ton nom. Comporte-toi normalement, sinon je me ferais un plaisir de t’envoyer une décharge au maximum dans ta chatte. Allé file ?
Nicole marche à travers le hall interminable. Sa tenue dénote dans cet établissement grand luxe où les femmes sont en burqa où voilée. L’objet enfoncé dans sa grotte, rend ses déplacements délicats, elle sent son entre jambe devenir très humide. L’enregistrement à l’accueil se passe bien et un groom l’accompagne vers sa suite ?

A peine arrivée dans la luxueuse suite, le diplomate et Aziza font irruption dans la location. Ils arrachent la mini-jupe et le bustier,à la Nicole et ôte le gode électrique. Ils lui attachent chevilles et poignets à deux barres d’écartements. En un rien de temps, elle se retrouve nue, offerte et sans défense, les bras et les jambes en croix étirés au maximum. Aziza place sur les tétons et sur le clitoris de la Nicole, une sorte de tube, dont elle fait le vide d’air étirant les tétons et le clito au maximum.

Nicole serre les dents pour ne pas leurs faire le plaisir de crier. Son propriétaire la regarde droit dans les yeux et lui révèle :
– Sale pute à deux balles. Je sais tout sut toi. Les Koulibati sont des cons qui nous prennent pour des débiles. Nous savons que tu t’es fais saillir par des chiens. Pour nous tu es souillée, impropre. Rassure toi, comme tu es une chienne, nous allons te traiter comme tel.
Avant que la Nicole ne puisse dire quoi que se soit pour sa défense. Il lui fourre sa bite dans la bouche et la baise avec rudesse jusqu’à l’éjaculation.

Aziza, prend des photos en faisant attention de ne pas prendre le visage du diplomate. Nue, ligotée, les seins et le clitoris distendus, du sperme dégoulinant de sa bouche, Aziza prend un malin plaisir à la voir ainsi rabaissée. Ses seins et son clitoris autant distendus, la font souffrir. C’est alors qu’une très jeune femme entre dans la pièce. Aziza, lui arrache brusquement les tubes collés à ses parties sensibles et la libère. Nicole ne comprends toujours pas leurs but.

Ils attachent à son tour la jeune fille qui se laisse faire sans aucune résistance. Et à coup de cravache, ils m’obligent la Nicole à violer cette fille avec un énorme gode ceinture et ensuite à faire un tête bêche avec elle. Toutes les scènes sont prises en photo. Puis ils détachent la jeune fille, et elle quitte la pièce ? Nicole ne a connue des pervers, mais des comme ceux là, jamais. Le diplomate la menotte sur une chaise. Amina téléphone à la police en leurs indiquant ‘où ils pourraient me trouver avec les preuves de mes infamies.

Le diplomate lui sussure tout en lui pinçant fortement les pointes de ses seins.
– Il te reste que quelques minutes de liberté. Je te donne le choix sale chienne. Soit tu me donnes le code du coffre des Koulibati immédiatement, soit je te livre des marginaux et là, je ne te donne pas cher de ton intégrité physique.
La Nicole soumise est dans une situation scabreuse.
– Je ne sais pas de quoi vous dire. Je suis qu’une esclave qui ne connais pas le code de leurs coffre fort.
Lorsque deux hommes en costume entre dans la chambre, le diplomate proclame d’un air mauvais.
– Cette pute occidentale vient de violer une fille mineure. Nous avons délivrée la jeune fille des griffes de cette débauchée. Je vous la donne, elle est votre prisonnière. Cependant, nous viendrons aussi en profiter tant qu’elle nous aura pas dit, ce que nous voulons savoir.

Les deux types obtempèrent et la traînent nue à travers les couloirs et le hall de l’hôtel sous l’œil effaré des nombreux touristes. Ensuite, al Nicole est jetée comme un sac de linge sale à l’arrière d’un break.
Arrivé à destination, ils la jette dans une cave et l’attachent par son collier à un anneau métallique scellé au mur. Ils la force à ingurgiter plusieurs litres d’eau au goût bizarre. Ensuite, ils la laissent seule. Malgré la situation, le cerveau de Nicole tourne à plein régime. Elle était heureuse d’être la soumise des Koulibati. Elle avait tout accepter jusqu’à se faire saillir. Mais de là a être vendu a des pervers, elle ne comprend plus pourquoi ?
Le moment de repos et de soulagement ne dure pas longtemps. Un homme en djellaba entre dans la cave, relève sa djellaba et exhibe un énorme sexe en érection. Il s’amuse à lui gifler les joues avec son gourdin pour ensuite, lui forcer la bouche et en la prenant par les cheveux. Il s’active rapidement avec férocité et finit par éjaculer dans sa gorge. La Nicole finit de déglutir la jouissance du pervers, que c’est au moment ou le diplomate entre dans la cave.

Dans cette agression spontané, de peur Nicole n’a pas pu retenir sa vessie et elle baigne dans une marre de pisse. Il ordonne au type en djellaba !
– Lave la pute ? L’odeur de cette chienne est à vomir ?
Il nettoie la cellule avec un jet d’eau froide et insiste sur les parties intimes de la prisonnière. Nicole est lavée ainsi que la cave.
– C’est l’heure de la promenade chienne ? Proclame le diplomate.

On lui met des sangles en nylon autour de chaque seins qu’on serre au maximum. Des pinces munies de clochettes sont placées sur les lèvres de sa moule. Ainsi affublée, ils arrivent au milieu de la cour de l’hacienda. Là, un bonhomme lui attache les bras au-dessus de la tête à une potence. Aziza s’approche de la Nicole et lui tire fortement les cheveux, elle lui dit d’un air haineux, tout en introduisant sa main dans sa moule ?
– Il me semble, que je t’avais dit, que j’en avais mater les putes de ton genre !  Parle je t’écoute ?

Fouillant d’une main la grotte de la Nicole, de l’autre main, elle fixe des poids sur ses tétons. Ils la laissent moisir ainsi aux yeux de tous pendant un très long moment. Nicole reste le plus possible immobile, car le moindre mouvement dans mes entraves entraîne des douleurs intolérables. Au bout d’une heure, deux autres bonhommes ont le plaisir de l’accompagner dans une salle. Les beaux seins de la Nicole, sont violet et les lèvres douloureuse, de sa moule sont allongées par les pinces. On la délivre de ces entraves et quand le sang réinvestit ses parties comprimées, Nicole hurle de douleur faisant rigoler tous le mondes ici présent. D’un claquement de doigts, le diplomate ordonne aux deux types de l’attacher à une croix de St André.

Sanglée, jambes écartées, chatte offerte, avec son clitoris bien visible, le diplomate lui introduit le gode électrique dans le vagin et Aziza lui en fourre un autre dans l’anus. Nicole redoute la suite de l’interrogatoire. Va t-elle tenir le coup ? Des pinces reliées à des fils électrique son installés sur ses tétons douloureux. Ensuite, le diplomate en lui tirant les cheveux, l’interroge.
– Le combinaison du coffre tout de suite, salope ?

En pleurant de toute son âme et en suppliant. Nicole lui jure ?
– Je ne la connais pas ! Je suis juste qu’une vulgaire pute soumise au Koulibati.
Aussitôt, une décharge électrique dans son vagin et dans son rectum, la fait tressaillir et hurler de douleur. L’effet de cette torture est contradictoire, car son corps réagit en la faisant couler comme une fontaine. Après vingt minutes d’un tel traitement, la Nicole s’évanouit sans avoir donné la combinaison. Son corps est luisant de transpiration et ses cuisses poisseuses de sa cyprine. On la réveille avec un sceau d’eau froide au visage.

On retourne la croix et elle est suspendue la tête en bas. Aziza commence à lui fouetter durement les parties intimes.Une foi son corps zébré de coups, le diplomate me réitère la question :
– La combinaison pouffiasse ?
Nicole geint sans répondre. Alors il dit à Aziza ?
– Allons boire une bière pendant que cette chienne réfléchit.
Avant de partir, Aziza lui fouette la chatte et les seins avec une cravache en lui disant :
– Quand nous reviendrons, tu nous supplieras pour parler ?

Nicole nue, reste ainsi seule dans le noir, pendue à l’envers. Les seins et la chatte brûlante des coups reçus pendant un temps qui lui parait interminable. A leurs retour, le diplomate avant toute question, la gifle et tire sur ses tétons jusqu’à ce qu’elle hurle de douleur.
– La combinaison sale chienne où je te laisse entre les mains d’Aziza! »
La tête de Nicole lui tourne. Elle ne sait plus qui elle est ? Nicole craque lorsqu’il lui enfonce une matraque électrique dans le cul. La décharge est si douloureuse qu’elle hurle des chiffres au hasard.
Satisfaits, les deux pervers quittent la salle d’interrogatoire en proposant aux bonhommes.
– Amusez-vous avec et transférez là ensuite vendez la à des bédouins.

Les bonhommes la détachent et profitent d’elle, pendant deux bonne heure en la baisant dans ses trois puits d’amour. Ensuite, elle est renfermée dégoulinante de sperme, le corps et ses puits d’amour meurtries dans la cave. Cette incarcération dure, on ne sait combien de temps. Cependant, Nicole est baisée par tout un tas d’arabes, suivant leurs envies. Elle n’est plus une femme soumise. elle est devenue qu’un vide couille, un sac à foutre.

Plusieurs mois passent ainsi. Alors, qu’un jour un de ses baiseurs l’entraîne dans une salle où le diplomate l’attend. Ses premières paroles sont pour lui dire en lui tendant un journal :
– Regarde ce que tes anciens maîtres ont fait.
Nicole regarde hébétée le journal. La date lui confirme que ça fait trois mois qu’elle subit les outrages de ces salauds. Un gros titre en première page annonce. * Un couple sud africain ruiné après une cambriolage dans leur maison africaine. La police française a arrêté le couple Koulibati, et avec la coopération de la police sud africaine. Ils ont démantelés un réseau d’esclave et de prostitution dans les deux pays.

Le diplomate reprend son laïus. – Aziza a passé une annonce avec une photo, pour te vendre sur le net. Que penses-tu de la photo ?
Horrifiée, Nicole se voit nue, son visage parfaitement reconnaissable. Folle de rage, elle lui jette le journal à la figure et arrive à lui griffer le visage. Elle reçoit un violent coup de poing qui l’assomme. Quand Nicole se réveille, elle est toujours nue dans une cage qui se balance dans la cour de l’hacienda.

La nuit tombe et elle grelote dans sa cage. Nicole réfléchit pour trouver comment elle pourrait se suicider pour ne plus subir d’autres pervers brutaux. Le lendemain, la cage avec Nicole dedans est chargé à l’arrière d’un pick-up. Après une heure et demi à rouler dans une région aride. Le pick-up est arraisonné par deux hommes cagoulés. Un des hommes cagoulé lui donne une bouteille d’eau à travers les barreaux de la cage. Elle s’empresse de la boire en le remerciant.

La cage avec Nicole dedans est transférer dans un fourgon, qui démarre une fois les portes refermées. La Nicole s’endort malgré affres du voyage. La bouteille d’eau contenait un puissant somnifère.
Quand Nicole entrouvre les yeux, elle ne sait combien de temps plus tard ? Elle est dans la chambre d’une clinique. Tout est flou et elle entend une voix lui dire :
– Bon retour parmi nous Nicole.
Elle croit rêver. Son cauchemar serait-il fini ?

Son ancien mec est dans la police des mœurs, appeler la mondaine. Avec l’aide des flics sud africain qui ont communiqués à la police française les résultats de l’interrogatoire de Maïlie. Avec l’aide secrète des renseignements, il a monté avec un ancien militaire une opération de récupération de la Nicole.
Depuis, le goût de la soumission intégrale lui est passée à la Nicole. Elle a repris une vie de couple avec son ancien mec et son chien.

Sam Botte

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings