Fétiche - BDSM Histoires écrites par des femmes Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique

Histoire sexe La naissance d’une salope

Histoire sexe La naissance d'une salope
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Cette histoire sexe relate le souvenir de ma première rencontre ainsi que de ma découverte progressive du plaisir d’être exhibée, humiliée, offerte à de nombreux hommes.

Suite a mon déménagement dans un autre département. C’est ici, dans ce nouveau lieu de vie que très rapidement, je fais la connaissance du fils de mon voisin. Je tombe sous le charme de ce beau jeune homme de cinq ans de plus que moi.

Un jour pluvieux, il vient me chercher à la sortie des cours sous le regard envieux de mes copines. Pendant le trajet je sens son regard courir sur mon corps ; il me dévisage ouvertement et, c’est tout naturellement qu’il s’avance vers moi prend mes lèvres. Je m’abandonne dans ses bras, je sens ses mains se glisser dans les endroits les plus intimes de mon corps… c’est tellement agréable. Toutefois, honnête, je lui avoue mon inexpérience je lui indique que je ne souhaite pas aller plus loin. Nous en restons donc là puis il me dépose à la maison. Je descends de la voiture, je sens encore sur moi la chaleur de ses mains, de ses lèvres. Une fois dans la maison, je me jette sur le lit en pleurant tout en me traitant de tous les noms. Qu’est-ce que je suis bête ! Je vais le perdre, je le sens ! Pourtant…

Quelques jours plus tard je me rend chez une copine pour le week-end. Il y a la fête de la ville voisine je vais pouvoir dormir chez ma nouvelle amie. Le grand soir est déjà là, et il y a déjà beaucoup de monde au bal quand nous arrivons. Pour l’occasion, je porte une minijupe à volants, très légère assortie avec un chemisier blanc à boutons. Je me sens tellement bien : libre, légère, à l’aise… Nous faisons les folles sur la piste un long moment quand, soudain, je sens une main ferme me retourner. Je me retrouve dans les bras de mon voisin qui m’enlace et m’embrasse à perdre haleine. Choquée mais curieuse, je le laisse faire. Après avoir discuté avec ma copine, il m’entraîne au bar, au milieu de ses potes. Il m’explique alors qu’il me trouve superbe et qu’il aimerait beaucoup sortir avec moi mais il me trouve trop inexpérimentée. Ne sachant comment faire pour le garder je lui rétorque que j’apprends très vite quand je suis motivée.

Quelques bières plus tard, je suis saoule et il en profite pour me peloter sans vergogne devant ses copains. Je sens sa main passer sous ma jupe, il me caresse puis il murmure à l’oreille :

— Elle est minable ta culotte de vieille ! Tu n’a pas encore plus grand ?!

Je ne sais pas où me mettre, je rougis de honte et je n’ose rien dire de plus. Cinq minutes plus tard, il m’entraîne sur le parking sombre. Au départ, je le laisse me tripoter encore mais je proteste quand il commence à passer ses doigts sous le tissu pour baisser ma culotte. Il se met en colère, me traite d’allumeuse et décide de me planter là. J’en ai les larmes aux yeux. Je suis tellement désolée : je m’excuse, je m’accroche à lui, je le supplie. Je ne veux pas le laisser partir. Il me regarde les lèvres pincées et me dit qu’il est hors de question qu’il se laisse mener par le bout du nez. Je l’écoute sagement de peur qu’il reparte. Je suis déchirée intérieurement mais il est hors de question qu’il s’en aille alors je lui promets que je suis à lui que je ferai tout ce qu’il veut… je l’aime.

Il me serre tendrement contre son torse musclé, c’est trop agréable. Il m’embrasse doucement et en même temps, je sens sa mains ouvrir quelques boutons de mon chemisier et défaire le clip de mon soutien-gorge. Une fois ce dernier retiré, il s’attaque à mon dernier de rempart et ma culotte glisse à terre ; je suis toute tremblante. Il ramasse mes sous-vêtements et me susurre à l’oreille :

— Dorénavant, si tu veux me revoir ce sera comme ça : pas de pantalon et plus jamais de sous-vêtements. Je te veux accessible en permanence.

Je me sens chaude de partout et c’est là sur le capot de sa voiture qu’il s’apprête à prendre ma virginité. Il m’installe et il m’écarte les jambes. Il sort son sexe dur, impressionnant et il ne tarde pas à le planter en moi. J’ai un peu mal bien sûr mais c’est bon également. Ça ne dure pas trop longtemps et je le sens se tendre et répandre son sperme en moi. Il range son matos et il me fait descendre de la voiture. Je réajuste mes vêtements d’autant que je ne porte plus de culotte ni de soutien-gorge. Nous repartons vers la fête mais, au moment d’entrer dans le bal, il me défait d’autorité les trois boutons du haut de mon chemisier laissant ainsi apparaître une partie de mes seins.

Il a gagné… je suis à lui.

Après ce dépucelage express, nous retournons au bar ensemble. À peine sommes nous arrivés que ses copains l’entourent pour le chambrer et le chahuter. Je suis mise à l’écart, de côté. Je les entends parler de moi comme si de rien n’était : ils disent que j’ai l’air « bonne ». Ce à quoi mon copain leur répond que je suis une belle petite salope mais qu’il faut quand même qu’il finisse mon éducation et qu’après ça, je serai parfaite. Tous les mecs se marrent de plus belle en lui demandant de leur en laisser un morceau (de moi donc). Écoutant sagement, je me pose pas mal de questions… Et, surtout, je me rends compte que je commence à avoir chaud de partout. Quand il m’appelle, je sens ma mouille couler le long de mes cuisses. Je sens, je sais que je suis perdue ; pour la première fois, je suis trahie par mon corps. Malgré ça, je n’arrive pas à bouger d’un pouce.

Finalement, devant mon manque de réaction, ils décident de venir m’entourer. Je suis toute intimidée, seule au milieu de ces cinq hommes, tous plus âgés que moi. Mon copain s’approche pour m’embrasser et je lui offre mes lèvres avec amour tandis qu’il glisse sa main sous ma jupe. Au contact de mon humidité, il laisse échapper à haute voix qu’il n’a jamais vu ça avant et il montre mon sexe trempé aux autres. Je suis hyper mal à l’aise car tout d’un coup, tous les regards se braquent sur mon sexe dénudé. Je sens que je deviens écarlate de gêne. Heureusement le fait qu’ils m’entourent me cache au moins du reste de la salle. En fin de soirée je fais connaissance avec tout le groupe de potes, sur le parking. Ils discutent de la meilleure manière de me ramener vu qu’ils sont déjà cinq : deux à l’avant et trois à l’arrière, logiquement. Tout le monde s’installe et comme prévu, la voiture est bondée. Les trois sur la banquette arrière proposent alors que je m’allonge sur leurs genoux car de cette façon, d’après eux, personne ne verrait rien.

Suite l’accord de mon homme, je n’ai plus mon mot à dire et je m’allonge sur leurs jambes avec leur aide. Enfin une aide relative disons parce qu’ils sont surtout intéressés par mon corps plus qu’à autre chose. Avec ma jupe remontée sur les hanches j’ai bonne mine tiens. Je sens immédiatement leur réaction physique, découvrant de grosses bosses dans leurs pantalons. Ça me fait perdre la tête de sentir tous ces sexes tendus pour moi. Ils les dégainent rapidement et ma bouche ne tarde pas à se refermer sur un superbe sexe pendant que mes seins sont dénudés et malaxés à foison. Le voyage ne dure pas si longtemps mais pourtant, ils jouissent tous, les uns après les autres. À l’arrivée, mon copain réclame son dû et me voilà donc en train de le sucer avidement sous le regard des autres. Il jouit rapidement, aspergeant ma bouche et mon visage de son sperme épais et goûtu. Il hallucine de me voir aussi salope mais je lui dis que c’est pour lui que je suis comme ça, juste pour lui.

Quelques jours plus tard je suis très surprise qu’il vienne me chercher à la sortie des cours avec sa jolie voiture. Ce n’était pas prévu et ça me met en joie. Je suis habillée d’un jean avec un top noir. Il me fait un bisou tout en m’ouvrant la porte passager… je suis vraiment toute heureuse de le voir. En cours de route, il s’arrête sur un petit parking désert, en bordure de route. Il se penche alors vers moi et je pense qu’il souhaite m’embrasser mais il m’attrape les cheveux tout en me demandant si je me moque de lui ! Je ne comprends pas du tout sa réaction, les larmes aux yeux je lui demande ce qu’il se passe. Il me fusille du regard et déclare froidement :

— Rappelle-toi la tenue que tu t’es engagée à mettre sitôt que tu sors de chez toi ! Tu as déjà oublié ce que tu as promi ?

— Je suis vraiment désolée, lui expliqué-je. Je pensais que c’était juste lors de nos rencontres que je devais ne rien porter sous mes habits.

— Ah oui ? Et là je suis bien avec toi et tu es comment ? Où est passé ma salope ? Celle qui s’est engagée envers moi.

— Je suis vraiment désolée. Je te jure que ça ne se reproduira jamais. Je t’en supplie, je veux vraiment rester avec toi.

Je tiens à lui de tout mon cœur, ça ne peut pas se terminer ainsi. Pour toute réponse, il me donne rendez-vous le lendemain matin.

Le lendemain matin donc, je me prépare fébrilement : que mettre ? Je m’habille finalement d’un chemisier court boutonné sur le devant, une petite jupe. Et bien évidemment, aucun sous-vêtement. Je me sens si légère vêtue ainsi et je profite de la caresse de l’air frais du matin… c’est divin. Quand enfin la voiture de mon chéri s’arrête près de moi, je me penche pour le regarder et j’aperçois qu’il arbore un grand sourire ainsi un regard qui me fait fondre d’amour. Une fois que je suis installée à côté de lui, il m’embrasse avec fougue avant de vérifier si je suis conforme à ses désirs… qui sont des ordres.

— Ça va ! Tout est ok… Tu es adorable. C’est pas mal, mais c’est valable aujourd’hui seulement. Je ne peux pas laisser passer ce que tu as fait hier ! Et puis même aujourd’hui : regarde-toi, tu es fermée jusqu’au cou l Déboutonne-toi un peu histoire d’être plus présentable. Normalement quand tu es arrivée tout à l’heure de la façon dont tu t’es penchée j’aurais dû pouvoir mater tes seins !

Je lui obéis comme toujours. Je me sens salope, habillée comme ça, comme… une salope. Je me demande bien comment je vais être perçue tout au long de la journée. Mais finalement, passé l’appréhension et le premier moment de surprise, je me retrouve vite très entourée par les mecs. Mais, évidemment les filles quant à elles, me font la gueule. Et je ne parle même pas des regards appuyés du prof alors que je suis installée au premier rang de la classe, juste devant lui ; il doit avoir une vue imprenable ! Et c’est toute fière de moi que je repars le soir en sachant qu’il va venir me chercher. Quand il arrive, comme ce matin, je me penche pour l’accueillir sauf que cette fois, il a une vue intégrale sur ma poitrine. Il est ravi et par extension, moi aussi. C’est génial. Sitôt démarré le voilà qui sort son sexe et me regarde d’un air entendu. Je sais ce que j’ai à faire : je me pense et je le suce avec gourmandise tellement cette journée m’a excitée. Et comme à mon habitude je le pompe goulument jusqu’à ce qu’il éjacule dans ma bouche. Je me délecte de son sperme et n’en laisse pas perdre la moindre goutte.

Je suis assez fière de moi Il me semble que mon homme est très satisfait car ce matin la veille du week-end il m’a donné un petit paquet à ouvrir quand je serai toute seule.

Pendant toute la journée il me tarde le soir de rentrer à la maison pour essayer le vêtements qu’il y a à l’intérieur du paquet.

La journée se passe sans problème particulier et me revoilà en train d’ouvrir le paquet sur le lit c’est une petite robe en stretch toute moulante

Je me dépêche de me déshabiller pour la passer à même la peau ce qui est maintenant mon habitude depuis des mois

Elle est très courte elle m’arrive juste en dessous des fesses avec un dos nu je me sens si bien dedans je suis contente

Il veut sortir samedi soir et il faut que je la mette pour l’occasion.

Quand il me voit arriver il a commencé à siffler il me trouve superbe

Cette satanée robe en dansant a toujours tendance à remonter je n’arrêtais pas de la trafiquer ce qui commençais à l’agacer mais je restais ferme avec lui il n’était pas question que je montre mes fesses devant tout le monde !

Je l’ai senti contrarier il m’a regardé il a rien dit et peut-être 1 h plus tard une jeune Salope en manque de sensations a commencée à lui faire du rentre dedans et lui il se laissait faire. Ce qui commençais à m’énerver prodigieusement.

Un moment donné je les vois sur la piste en train de s’embrasser ça m’a mis dans tous mes états j’étais dans une colère terrible quand il est revenu s’asseoir à côté de moi j’ai commencé à lui dire ses quatre vérités il me regardée en rigolant il me dit qu’est-ce que tu vas faire alors !

Prise d’une impulsion que je ne saurais pas m’expliquer je me levais devant lui Comme une furie j’attrapais le bas de ma robe à deux mains et d’un seul élan je la retirait d’un coup.

Je me rappellerai tout le temps son regard il est resté bouche bée j’étais toute nue devant tout le monde j’ai écarté un peu mes jambes je l’ai regardé dans les yeux. J’étais tellement furieuse que je ne m’étais même pas rendu compte de ce que je faisais je m’empressais de m’assoir sur ses genoux

Tout en lui roulant une pelle grandiose j’attrapais sa main que je posais sur mon sexe je lui demandais de me caresser puisque qu’il voulait me montrer j’étais là pour ça !

Il y avait un grand blanc plus personne ne parlait tout le monde me regardais me faire caresser je le sentais fébrile j’étais très fière de moi.

Ce que je n’avais pas prévu c’est que j’étais tellement excitée je mouillais énormément ça faisais comme des petits jets voyant cela il me pris dans ses bras délicatement et m’emmena ainsi jusqu’à la voiture.

Je lui avais fait une très forte impression !!

L’année passe à une vitesse folle et, l’été arrive enfin et les vacances avec lui. Je suis heureuse avec mon amoureux ; je fais abstraction de ses désirs si particuliers sans protester parce j’y trouve un plaisir incroyable. C’est ce qu’est devenue ma vie et ça me va très bien ainsi.

Début août, mon chéri et ses copains ont loué une maison située à quelques centaines de mètres de l’océan.

Le jour du départ, je me présente devant mon mec et ses potes en début de matinée. Comme convenu, je suis nue sous une mini robe très décolletée. Ils semblent tous très satisfaits de me voir ainsi peu vêtue. Et nous voilà partis : le voyage se passe sans soucis. Une fois les bagages débarqués, au moment de prendre l’apéritif ils me demande alors d’ôter ma robe pour faire le service. Et puis, pourquoi s’arrêter en si bon chemin ? Ils décident donc que je dois rester nue en permanence en leur présence : je m’exécute avec plaisir et selon leurs demandes, je m’exhibe dans diverses positions. Ça dure comme ça tout le long de l’apéro puis du repas. Et bien sûr, je fais le service en même temps avant de les sucer, en guise de dessert, les uns après les autres, prenant leurs spermes en bouche ou sur le visage (et autres parties de moi) suivant ce qu’ils préfèrent.

Le repas fini et après que chacun se soit vidé sur ou en moi, les hommes suggèrent d’aller à la plage. Je suis habillée, si on peut dire, d’une simple serviette de bain et d’un mini string-ficelle blanc acheté pour l’occasion par mon chéri. Il est si petit qu’il cache tout juste les lèvres de ma petite chatte. C’est dans cette tenue que je les accompagne dans la rue. Il y a environ sept ou huit cent mètres à parcourir et ce dans une avenue très fréquentée, pour parvenir à la plage. Chemin faisant, les mecs ne cessent de plaisanter entre eux. Pour s’amuser, ils détachent ma serviette et se l’envoient de l’un à l’autre. Je ne me laisse pas démonter et je continue à marcher dignement, la tête haute, devant eux. À chaque pas je sens le string rentrer de plus en plus dans la fente de mon sexe ; assurément, il ne doit plus cacher grand chose ! Beaucoup de personnes se retournent sur mon passage pour me regarder et c’est un nouveau motif d’amusement pour les garçons. En même temps, c’est fort logique : une jeune femme quasiment nue au beau milieu d’un groupe d’hommes, cela fait jaser ! Je vous passe l’épisode de la plage sans anecdote particulière. Le retour, quant à lui, s’effectue dans la même (non) tenue.

Sitôt rentrés l’un d’eux me présente son sexe à sucer, ce que je fais dans la seconde et sans rechigner. Un autre me défonce sans ménagement, dans la cuisine. Puis un troisième s’en vient le baiser avec la même véhémence mais sous la douche cette fois… etc. Tout est prétexte pour abuser de mon joli corps et je suis presque constamment remplie de leurs jus. Quel bonheur.

Le soir venu, pour sortir en boîte ils m’habillent d’une micro jupe noire, il n’y que des franges pour cacher mon sexe et le bas de mes fesses. Pour le haut, un simple un top noir assorti et en dentelles. Quelques verres plus tard, me voilà assise dans notre box, je suis ivre et surtout chaude de partout. Les mecs, mon chéri en tête, s’amusent à écarter mes cuisses pour exposer mon sexe nu à la vue de tous. De nombreux hommes inconnus font cercle autour de moi pour me regarder, me mater avidement. Une fois sur la piste c’est de la folie pure, je passe de l’un à l’autre sans discontinuer. Tout le monde me caresse, j’adore ça ! Quel pied !

Prise d’un besoin pressant je m’éclipse vers les toilettes. Au moment d’entrer dans celles pour dames, je sens qu’on me pousse dans les WC pour hommes. Ce sont des gars que j’ai croisé sur la piste, plusieurs d’entre d’eux me plaquent alors contre le mur puis ils se mettent à me palper sans aucune retenue. Ils m’agenouillent ensuite afin que je puisse les sucer pendant que l’un d’eux continue à me branler puissamment. Rapidement, assaillie par le plaisir et l’envie, je pisse abondamment devant eux. Me voir ainsi les achève et ils explosent presque simultanément : de puissants jets de sperme que je tente et que je parviens, la plupart du temps, à avaler goulûment.

À la fin de la soirée, sous les yeux de nombreuses personnes qui sortent de la boîte ils me déshabillent pour me faire marcher devant eux, nue, dans la rue. Une fois, arrivés au pied de leur véhicule, je me dois de les sucer en pleine rue ce qui décuple encore leurs ardeurs. Je les pompe avec plaisir jusqu’à ce qu’Ils jouissent abondamment sur mon visage et mes seins. Une fois de retour à la maison la soirée est pourtant loin d’être finie. Cette nuit-là, je ne sais combien de fois ils viennent me rejoindre dans ma chambre, à tour de rôle ou en groupe. Je me réveille à plusieurs reprises sentant leurs sexes me pénétré ; à chaque jouissance leur jus coule délicieusement sur mon corps.

Le lendemain après mon réveil, ils parviennent à se vider une dernière fois l’un après l’autre sur mon visage. Je les sens tout excités à cause de la surprise qu’ils me réservent. En effet, les mecs enferment mes bagages ainsi que tous mes vêtements dans la malle de la voiture. Après quoi ils m’ordonnent de monter dans la voiture, complètement nue avec, de plus, l’interdiction de me laver et de m’habiller pendant tout le retour. Bien évidemment, je ne proteste aucunement et je pars donc avec eux pour plus de deux heures de route : les cheveux collés, le visage encore dégoulinant et le corps couvert de sperme séché. Je ressens des douleurs dans le sexe et dans l’anus qui ont eu à subir bien des outrages. Mes lèvres sont également gonflées de trop avoir sucé tous ces hommes. J’ai le corps totalement meurtrie mais je suis heureuse, comblée d’avoir passé un si bon week-end si fort.

Malheureusement toutes les bonnes choses ont une fin.

Deux jours plus tard, ça y est c’est la rentrée des classes je suis enfin en terminale ! Je vais enfin pouvoir étrenner les vêtements de mon chéri !

Je décide pour le premier jour de marquer le ton je choisis donc pour faire plaisir à mon homme une mini jupe en Skaï noire je la trouve très courte je me demande comment je vais faire une fois assise et puis finalement je verrais bien en temps voulu !

Pour le haut je choisis un top à pression de couleur blanche j’espère qu’il ne sera pas trop transparent sans sous vêtements.

Je me regarde à la glace non ça va on devine très légèrement mes aréoles mais il faut vraiment regarder de près.

Je défait trois pressions en haut pour me faire un joli décolleté c’est mon homme qui va être content !

Effectivement quand je monte dans sa voiture il me fait un grand sourire en me disant que je suis superbe

Je lui demande si ce n’est pas trop je trouve la jupe très courte il me regarde en me disant que je n’ai pas à m’inquiéter de toute manière je n’ai de compte à rendre qu’à lui !

J’étais quand même pas tranquille en arrivant dans la cour, je me retrouvais rapidement entourée par tous les garçons par contre les filles quand à elle ne m’adressaient pas la parole je les entendais parler entre elles en me regardant, je me doutais très bien de ce qu’elles disaient.

En cours je me retrouvais comme par hasard dans le premier rang je remarquais rapidement les regards furtifs du prof c’est vrai que une fois assise m’a jupe remontait pratiquement à la limite de mon sexe heureusement que le bureau me cachait des regards

La sonnette retentit signalent la fin de la journée une fois devant la porte je remarquais que mon chéri était déjà arrivé il me regardais appuyé contre sa voiture je me dépêchais de me blottir contre son torse musclé tout en lui abandonnant mes lèvres je sentais ses mains me peloter les fesses je sentais ma jupe remonter à l’extrême limite de la décence.

A cet instant je me sentais salope je lui passais une main derrière la tête pour lui rouler une pelle d’enfer devant les élèves de mon cours.

Sitôt assise dans la voiture je senti sa main investir mon sexe brûlant il me posa plein de questions sur le déroulement de ma journée.

Je lui racontais donc tout, en lui mentionnant que la jupe me posais quelques problèmes.

Il me demanda si certains de mes camarades en avaient profité.

Je lui expliquais que certains garçons avaient essayé de m’approcher mais je les en avais dissuadé.

Je ne m’attendais pas a sa réaction il me regarda et me dit, dis moi qu’est-ce que tu est ?

Je ne comprenais pas sa question il me dit en me regardant dans les yeux tu sais bien ce que tu es tu es une salope, une traînée, regarde toi !

Je lui répliquais que c’était lui qui m’habillais il rétorqua oui, pour que tu sois une salope.

Et il m’expliqua comment il voyait les choses. Tu crois que je t’habille pourquoi ?

Je veux te voir habillée comme une salope mais je veux que tu agisse comme une salope !

A partir de demain je veux que tu arrêtes de te la peter quand un mec te met la main au cul tu te laisses faire tu arrêtes de faire ta pétase.

Je le regardais surprise, il rajouta. Demain soir je veux que ta chatte soit pleine de sperme et tu n’a pas intérêt de te débiner sinon je me tire ce sera la dernière fois que je te verrais.

Je sentais des larmes couler le long de mes joues, tout en m’essuyant il essaya de me calmer. Il me demanda dis moi qui tu est ?

Tout en le regardant dans les yeux je lui répondis que j’étais sa salope et je ne voulais pas le perdre !

Il me dit tu sais ce que tu a à faire à toi de voir.

Le lendemain je n’étais pas tranquille en arrivant au lycée tout se passa très bien jusqu’à la fin du repas.

Il restait une heure avant la reprise des cours, en sortant de la cantine je passais devant un groupe de garçons de dernière année, j’entendais putain mate la salope, je m’arrêtais devant eux à leur demande ils étaient sympa je commençais à me calmer, ils me trouvaient jolie tout en discutant ils m’entouraient je me sentais bien.

Jusqu’à ce que je sente une main se poser sur mes fesses j’ai eu un mouvement de recul mais j’ai repensée à tout ce qui était arrivé hier soir. Ma décision fût immédiate je saisis la main de la crapule et l’appuyais fermement contre mes fesses.

Voyant cela les autres m’entourai en me cachant des regards indiscrets je sentais la main me caresser doucement et descendre inexorablement jusqu’à la lisière de ma petite jupe sous laquelle elle s’insinua je laissai faire jusqu’à ce que j’entendis, la salope elle n’a rien sous sa jupe !

Tous les regards convergèrent vers moi je sentais la main s’insinuer dans mon sexe brûlant, j’étais folle de désir je me mordillait la lèvre de plaisir. Je sentais les mains de celui qui était face à moi me pétrir les seins me pinçant les mamelons avec douceur.

Ils décidèrent de m’emmener dans les wc pour plus de discrétion.

Rapidement je me trouvais ma jupe troussée autour de la taille tandis que les pressions de mon top cédaient laissant mes seins libres à la vue des garçons surexcités.

Rapidement ils sortirent leurs bites je me retrouvais entrain de sucer ces superbes sexe pendant que je sentais l’un d’eux pénétrer ma grotte humide il allait à toutes vitesses jusqu’au moment ou je le sentis vibrer tout en déchargent de long jets de sperme brûlant dans mon sexe.

Pratiquement simultanément celui que je suçais déchargeai au fond de ma gorge, rapidement remplacé par un autre.

Le soir venu une fois installée dans la voiture je pris la main de mon homme que je plaçais contre mon sexe puant de sperme.

Il était enchanté de voir que je l’avais écoutée je lui montrais tout en ouvrant mon vêtement, les traces de sperme sur mes seins. Il était fou, il me fît l’amour comme un dingue ce soir là.

À compter de ce jour les garçons du bahut s’amusèrent avec plaisir de mon corps toujours disponible.

Lyliane

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

1 commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings