Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique

Histoire sexe La première fois dans le cul d’une jeune fille excitée

Histoire sexe La première fois dans le cul d'une jeune fille excitée
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

La première fois, j’avais dix-huit ans et j’étais en première année d’université. Mon petit ami et moi étions sortis un vendredi soir. Sans les contraintes de la vie à la maison, nous étions bruyants, ivres et excités. Personne n’était là pour s’assurer que nous respections le couvre-feu. Le soleil se levait lorsque nous avons embrassé notre chemin jusqu’à son petit appartement miteux.

L’appartement dégageait une odeur bizarre dont nous n’avons jamais trouvé la cause, quelque chose entre la fumée de cigarette et les préservatifs. La mère de personne ne s’était jamais aventurée ici pour faire le ménage. Je m’en moquais. J’aimais le fait que personne ne s’était demandé quelle était la nuance exacte de fuchsia pour les rideaux et s’ils étaient assortis au canapé. D’ailleurs, personne ne pouvait dire quelle avait été la couleur du canapé. La seule coloration était due à la nourriture et aux boissons renversées.

Heureusement, son colocataire n’était pas là. Avec la lumière froide du matin qui brillait à travers la fenêtre crasseuse, j’étais prête pour le sexe et le petit déjeuner. Il s’agissait de savoir ce que je voulais en premier (nous allions certainement finir par avoir les deux). C’était ma première semaine à l’université et nous n’avions pas encore couché ensemble. Il avait des muscles partout, mais pas durs comme ceux d’un culturiste. Il était plutôt doux. Il m’a prise dans ses bras et m’a embrassée. Son haleine était fruitée par la bière qu’il avait bue toute la nuit. Il ne m’a pas laissé le choix du petit déjeuner, il m’a portée directement sur le lit, ce qui me convenait parfaitement. Je lui ai dit qu’il cuisinait.

Il m’a enlevé le haut – je ne portais pas de soutien-gorge – et je me suis glissée dans ma jupe et ma culotte pendant qu’il enlevait sa chemise. Ai-je mentionné qu’il avait un corps superbe ? La nuit était chaude et notre peau était glacée et glissante de transpiration. Il a commencé à déboucler sa ceinture et je l’ai arrêté.

“Laisse-moi faire”. J’ai sorti la ceinture par les passants (ça m’excite toujours de faire ça) et j’ai déboutonné sa braguette. J’ai sorti sa bite. Elle n’était pas… comment dire… bien grosse. J’ai levé les yeux vers lui. Il rougissait. J’ai eu pitié de lui. “Ce n’est pas grave”, ai-je dit de ma voix la plus rauque. Les grosses bites n’ont pas le droit de me baiser le cul.”

Aujourd’hui encore, je ne sais pas d’où ça vient. Je n’avais jamais laissé quelqu’un s’approcher de mon cul avant cette nuit-là. Je n’ai jamais voulu le faire. Mais maintenant, il était sorti. Il a souri comme un chiot et s’est jeté sur moi en m’embrassant profondément. Ses draps sentaient plus mauvais que la chambre : il fallait les changer. Après.

Sa main est descendue sur mes seins, mes hanches, a trouvé la fente de mon cul et a commencé à me doigter le trou du cul. J’ai alors réalisé que je voulais qu’il le fasse. Je voulais qu’il prenne ma virginité anale. Je me suis tordue sous lui lorsqu’il a glissé son doigt à l’intérieur. Tu aimes ça ?

Je l’ai fait.

Je me suis détachée de lui et j’ai pris de la crème hydratante dans mon sac à main. C’était cher pour mes ongles, mais j’étais trop ivre et trop excitée pour m’en soucier. J’en ai mis une bonne dose sur sa bite, puis une autre dans mon cul. J’ai continué à glisser une main sur mon cul et l’autre sur sa bite, appréciant la sensation de la peau glissant sur la peau et repoussant ce qui allait suivre. Je me sentais impudique. Nos yeux se sont croisés mais nous n’avons pas échangé de mots. Sa frange tombait sur un œil et il respirait bruyamment. Aucun de nous deux ne pouvait croire que cela se produisait. Je me suis retournée et je me suis mise à quatre pattes, dos à lui, pour qu’il ait une vue imprenable sur mon cul.

À l’extérieur de l’appartement, d’autres étudiants rentraient chez eux ivres, ce qui me rendait encore plus coquine. J’espérais qu’aucun d’entre eux n’était son colocataire, je ne voulais pas qu’il nous tombe dessus. J’ai senti mes fesses se serrer à cette idée.

Il est venu derrière moi et j’ai tendu la main pour saisir sa bite. Une peau lisse et soyeuse sur un noyau dur. Plus lisse que ses doigts. Il s’est rapproché et j’ai frotté la tête de sa bite contre ma porte arrière. Sa bite était petite dans ma main, mais elle semblait énorme contre mon cul. J’ai ressenti les premiers doutes à son contact, mais je les ai ignorés. J’ai fait un saut à l’élastique une fois en Espagne. Il suffit d’avaler sa peur et de sauter.

Il a poussé contre la chair souple et le sentiment d’énormité a augmenté. J’ai passé mes mains sur ses cuisses, prête à enfoncer mes ongles s’il commençait à mal se comporter ou à mal entendre ce que je pourrais lui dire. “Doucement. J’ai respiré. “Doucement.”

Je n’arrivais pas à croire que j’étais à l’origine de cette situation. Mais j’en avais envie. Je voulais sentir sa bite dans mon cul. C’était tellement faux et c’est pour ça que je le voulais.

Je le sens encore maintenant, agenouillé derrière moi, immobile à l’exception de la poussée imperceptible de sa bite contre ma peau. Je tremblais d’impatience et de terreur. La tête a glissé en moi et j’ai senti une ondulation dans mon cul tandis que les terminaisons nerveuses palpitaient. J’ai frémi.

“Tu vas bien ? Il a chuchoté.

“Oui” fut ma réponse rauque. “Continue.

Ses respirations profondes s’allongèrent tandis qu’il s’enfonçait en moi. J’ai arrêté de respirer, n’osant même pas faire un mouvement jusqu’à ce que ses poils pubiens se hérissent contre mes fesses. Même à ce moment-là, j’ai retenu ma respiration.

C’était la sensation la plus bizarre qui soit. Comme chier à l’envers. Vraiment bizarre. J’ai gémi quand la base épaisse de sa bite a atteint mon cul. Il a attendu quelques instants puis a commencé à se retirer. J’avais l’impression que j’allais me chier dessus et j’étais soudain terrifiée à l’idée de salir le lit ; c’est ce dont je me souviens plus que de la douleur, la peur de souiller ses draps sales.

Il est revenu à la charge et a commencé à me baiser. Sa respiration s’est accélérée au fur et à mesure qu’il prenait le rythme. Ma main a glissé de sa cuisse. Il était totalement maître de la situation. Il y allait doucement, mais je crois qu’il y prenait plus de plaisir que moi.

Le lit se balançait et grinçait au rythme de ses poussées. Nous n’étions que le dernier couple d’une longue série d’étudiants qui baisaient sur ce lit et les articulations en montraient l’usure. Je suis sûr que tous les habitants des appartements voisins savaient ce que nous faisions, enfin pas exactement ce que nous faisions.

Je pouvais sentir toute la longueur de sa bite. Pas toutes les arêtes, mais je la sentais beaucoup plus cahoteuse dans mon cul que dans ma chatte. Une fois qu’il était tout entier en moi, je me sentais tellement étirée. J’ai passé la main sous mon clitoris et je l’ai frotté comme une folle, ce qui a provoqué une sorte de surcharge sensorielle.

Il a attrapé mes hanches et a enfoncé chaque centimètre de lui-même dans mon corps avant de se retirer et de se glisser à nouveau jusqu’au bout. C’était comme le plus long moment de merde que tu aies jamais eu. Ça a duré une éternité. Mon clito me brûlait, tout mon bassin me brûlait. Ma chatte a eu des spasmes et l’orgasme le plus fort a suivi. Mon cul s’est resserré autour de sa bite pendant qu’il l’enfonçait. J’ai hurlé sous l’effet de la douleur provoquée par sa bite qui m’ouvrait le cul et sous l’effet de l’intensité de mon orgasme. Cela l’a poussé à bout et sa bite a gonflé à chaque jet de sperme qu’il a envoyé dans mes intestins.

C’était l’orgasme le plus intense que j’aie jamais eu. J’en ai eu de plus grands depuis, tous avec une sorte de pénétration anale, mais celui-là était tellement plus intense que tous ceux que j’avais eus jusqu’alors. Incroyable. Le lendemain, j’ai eu mal en m’asseyant : nous étions allés beaucoup trop vite, mais je n’avais aucun regret.

Par la suite, il n’a cessé de me dire à quel point il m’aimait. Il a même préparé le petit-déjeuner. Ceux qui disent que le chemin vers le cœur d’un homme passe par son estomac se trompent ; d’après mon expérience, il passe en fait par le vôtre.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
eu_cookies_bar
eu_cookies_bar_block
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings