Bi - Gay - Lesbien Histoires taboues et histoires de sexe Prostitution Viol

Histoire sexe : Le rapt Chapitre 34 le Spleen de Dounia

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Si Anya (ex. Babeth) vit bien sa vie de prostituée sans être nostalgique et en ne pensant pas à la vie qu’elle aurait pu et du avoir, sa sœur Dounia (ex Aline) est elle parfois nostalgique et rumine en pensant à ce qui l’a amené dans cette situation dégradante et sans issue.
Dounia pense qu’en se soumettant à celui qui est devenu son maître et en vendant son corps pour lui elle a sauvé sa sœur d’un bien triste destin.
Cependant suite à des indiscrétions de membres du personnel de son maître elle avait compris que Babeth, bien que n’étant pour rien dans l’affaire de “l’arnaqueur” son ex. amant, avait été prise pour cible et en était passé avant elle par l’étape “putain des employés de son maître”.
Babeth altruiste et aimant Aline pense s’être sacrifiée pour que celle-ci reste libre.
Le châtelain qui les a asservies ne donne pas dans les sentiments et ne voit que son porte-feuilles, donc deux filles qui se prostituent et lui rapportent de l’argent c’est mieux qu’une seule.
Pour lui la femme est une race inférieure, c’est tout juste si il a de la considération pour la sienne.

Ce jour là étant oisive pendant la matinée, elle n’a pas de clients avant 14 heures, son cerveau est accaparé par de tristes pensées.
Si la veille était le jour de sa majorité légale ce n’est pas d’une façon normale qu’elle l’a célébrée, pas de fête avec la famille et les amis comme cela aurait du être le cas mais une journée passée en se faisant arroser de sperme et pas de champagne.
La soirée! il y bien eu un dîner au restaurant puis une nuit mais tout cela c’était en tant qu’escort girl avec un homme que le client qui a payé la prestation cherche à soudoyer.
Elle repense non sans amertume et regrets à sa rencontre et l’évolution de sa relation avec Frédéric qui l’a abandonnée enceinte et s’est révélé être un harnaqueur, il a spolié l’homme dont elle est maintenant la propriété et qui la prostitue.
Elle se remémore sa jeunesse heureuse et sans soucis avec sa sœur de deux ans sa cadette et aussi ses années de lycée avec ses camarades filles et garçons, ses quelques flirts où elle se contentait d’abord de baisers puis de grosses galoches collée contre son partenaire, elle repoussait la main qui cherchait à s’insinuer sous ses vêtements pour s’en prendre à ses seins ou son sexe.

Ensuite il y a eu Frédéric dit Fred qui était beaucoup plus agé qu’elle mais c’est le genre d’homme qu’elle préférait car les gamins jugés trop jeunes et immatures ne l’intéressaient pas.
Un jour qu’elle repartait chez elle en vélo elle a crevé, un homme conduisant une belle voiture s’est arrêté et s’est montré charmant et prévenant, il a offert ses services et comme elle le trouvait séduisant elle ne s’est pas méfiée longtemps et a accepté son aide.
Il a mis le vélo dans son coffre puis elle est montée dans la voiture et il l’a ramenée chez elle.
Les jours suivants il s’est arrangé pour la croiser aux abord du lieu où elle étudiait, son charme et son baratin ont vite opéré.
Rapidement ils se sont retrouvés devant un verre dans un bar puis sont sortis ensemble.
Il l’emmenait voir des spectacles, au cinéma et pas gêné par leur différence d’age il l’invitait dans des restaurants.

Fred ne l’a pas embrassée tout de suite malgré qu’elle n’attende que ça, plusieurs jours ont passés avant qu’il ne commence par des baisers sur les joues en guise de bonjour ou de bonsoir avant de plaquer ses lèvres contre les siennes.
L’ayant encore fait attendre plusieurs jours, c’est impatiente et voulant lui plaire quand enfin il en est arrivé aux galoches qu’elle s’est déchaînée et les baisers longs et torrides se sont succédés.

Peu de temps après il s’est garé dans une ruelle peu éclairée qui semblait tranquille puis lui a demandé de venir s’assoir à côté de lui sur le siège arrière de sa voiture, que là ils seraient plus à l’aise.
Elle aurait du se douter qu ce n’était pas pour enfiler des perles en le voyant avancer les sièges avant au maximum pour avoir le plus possible de place à l’arrière.
Après de longues embrassades il a commencé à lui caresser la poitrine à travers le tissu mettant ses mains sur le maillot avant d’en faire autant sur les cuisses, là il caressait également de la peau nue car pour lui plaire elle mettait des mini jupes.
Ensuite ça s’est gâté pour elle, même si elle en avait envie elle ne souhaitait pas en arriver à certaines choses, Fred a commencé à déboutonner son corsage, plusieurs fois elle a repoussé sa main mais sans se laisser démonter à chaque fois il est revenu à la charge.
Elle pensait: “non! pas ça! je ne suis pas une putain”
Il a insisté, passé sa main dans le soutien gorge, il a caressé les seins à même la peau, gêné il a déplacé le sous vêtement.
“d’accord! puisqu’il insiste je vais le laisser me faire ça mais pas plus! et puis c’est agréable, sa main sur ma peau ça me fait des choses”
Elle a encore repoussé plusieurs fois la main de l’homme qui cherchait de nouveau à déboutonner son corsage avant de finalement abdiquer.
Parvenant à ses fins comme il le souhaitait, elle s’est retrouvé avec les seins à l’air, honteuse et gênée elle a fermé les yeux pendant que tout en les regardant il les caressait et titillait les mamelons.
«tu as des beaux seins! je vais les manger!
– tu ne devrait pas faire ça! ce n’est pas bien!
– mais si! tu vas voir et trouver ça très agréable!
Joignant l’acte à la parole il s’est penché les a embrassés et léchés puis a sucé les tétons qui se sont érigés avant de les mordiller et de les aspirer.
Il a pris son temps alternant avec ses mains ou sa bouche et faisant durer les caresses, agaçant encore et encore les mamelons pendant que les yeux toujours femés elle respirait plus vite et ressentait des sensations agréables qui se répercutaient dans son ventre rendant humide l’intérieur de son sexe.

C’est au moment où ‘une main s’est glissée sous sa mini jupe qu’elle a réagi en la repoussant ne voulant pas donner l’impression qu’elle était une fille facile.
– laisses toi faire! je sais que tu as envie d’autre chose! tu verras comme c’est bon!
– non! pas ça! je ne suis pas une putain!
– je sais! mais ce sont des choses que font des personnes qui s’aiment et veulent avoir du plaisir!
j’aime bien ta compagnie mais je n’en ai pas envie de ça!
– menteuse! laisses moi faire! tu vas aimer!
Tout en disant ça sa main glisse de nouveau sur une de ses cuisses, remonte en s’insinuant sous le tissu de la mini jupe jusqu’à arriver jusqu’à la culotte et là elle sursaute car la main vient de se poser entre ses cuisses, sur son sexe.
Bien qu’elle n’ait pas envie de céder c’est inconsciemment qu’elle écarte un peu les cuisses, suffisamment pour que Fred soit en mesure de caresser ses parties intimes c’est qu’il fait tout en lui roulant une longue galoche en même temps.
Occupée à répondre au fougueux baiser en mêlant sa langue à celle de l’homme elle n’avait pas vu venir ce qui allait suivre, la main de Fred s’est glissée dans sa culotte et caresse la peau nue du sexe.
De nouveau elle la repousse mais c’est sans compter sur l’acharnement de l’homme qui récidive une fois, deux fois sans succès puis résignée elle le laisse faire.
Il caresse longuement son sexe.
– ce n’est pas pratique! soulève un peu tes fesses!
– pourquoi faire?
– je vais retirer ta culotte! elle me gêne pour te faire des choses encore plus agréables!
– non pas ça! je ne vais pas te montrer mes fesses!
Elle a refermé ses cuisses et mis ses mains sur son bas ventre.

Elle tente de lutter contre les sensations bizarres qui ont envahies son ventre, elle sent aussi que sa vulve s’est humidifiée.
C’est en l’embrassant et la caressant beaucoup qu’il a finit par la convaincre mais c’est sans enthousiasme qu’elle a soulevé ses fesses pendant qu’avec ses deux mains il attrapait le haut de sa culotte qu’il a fait glisser le long de ses cuisses puis de ses jambes.
Elle a du lever ensuite ses pieds pour qu’il la débarrasse du sous vêtement que sans un regard il a jeté sur la plage arrière de la voiture.
Confuse et rougissante elle a laissé Fred lui caresser de nouveau le sexe sans vraiment résister quand ensuite il lui a retroussé la jupe et écarté les cuisses.
Il ne s’est pas contenté de caresses, elle a sursauté quand soudainement un doigt a pénétré dans sa vulve.
Elle pensait “non pas ça” mais n’a rien fait pour le contrarier, satisfait il a poursuivi comprenant que rien ne l’empêcherait d’atteindre le but qu’il s’était fixé et d’arriver à une chose à laquelle tout homme aspire.
Les yeux toujours fermés et ne pensant plus à rien elle se contente d’apprécier les sensations agréables et jusqu’à lors inconnues procurés par le doigt qui va et vient dans sa vulve ou les doigts qui s’agitent sur son clitoris.
Elle a envie de dire à l’homme que c’est bon, de plus en plus bon et qu’elle aime ça mais pudique elle serre les dents et se tait.
Lui continue à la torturer et de plus en plus vite et vigoureusement la faisant de plus en plus mouiller, il est sur du plaisir qu’il lui donne car elle a enserré de ses bras et l’étreint après avoir posé sa joue contre la sienne.
Après s’être activé pendant un moment et constaté que le corps de la fille s’agite de plus en plus il a estimé qu’elle était à point, il l’a fait basculer sur le siège tout en se couchant sur elle.
De nouveau il lui roule des pelles, elle répond avec fougue excitée par le plaisir qu’il lui a donné, il en profite pour ouvrir sa braguette et extirper son pénis du caleçon.
Cherchant une position satisfaisante sur elle il l’a obligée à écarter les jambes, pour elle cela a été la surprise quand elle a senti quelque chose de doux et dur frotter contre son bas-ventre.
Occupée à faire bouger sa langue dans la bouche de Fed elle n’a pas réagi assez vite et elle a protesté bien trop tard, la verge de l’homme s’enfonçait déjà dans sa vulve quand elle a tenté de se dégager.
Elle n’a pu que subir pendant que le membre pénétrait de plus en plus profondément dans son ventre jusqu’à lui procurer de la douleur à un moment.
Elle s’est dit que si à chaque fois elle doit avoir mal il vaut mieux qu’elle refuse d’être pénétrée mais elle a changé d’avis car pendant qu’il faisait bouger son corps et que le pénis allait et venait dans sa vulve elle a éprouvé des sensations de plus en plus agréables.
Ainsi cela a été une petite déception qui Fred s’est retiré car elle aurait voulu plus de plaisir.
Ne pouvant plus se retenir au moment d’éjaculer il a attrapé ce qu’il pouvait et c’était la culotte d’Aline qu’il a saisi avec une main et dans laquelle il s’est vidé de son sperme avant de s’essuyer avec.

Elle s’est plaint lui reprochant ce qu’il venait de faire, il s’est excusé et a rétorqué que rentrer chez elle sans culotte ce n’était pas la mort.
Elle était gênée et honteuse d’être obligée de rester les fesses nues surtout qu’elle avait saigné en perdant son pucelage.

Après ce premier épisode, très amoureuse, elle n’a plus rien defusé à son amant qu’elle prenait pour un Dieu.
Il vivait dans une chambre d’hôtel et c’est là que souvent elle le retrouvait.
Petit à petit il l’a initiée aux pratiques sexuelles, elle n’a ni réagi et ni protesté quand il a décidé de la sodomiser, la seule chose qu’elle a dite est:
«chéri c’est dégoûtant mais si tu aimes ça fait le! mais ne me fait pas souffrir»
Il a d”abord élargi l’anus en faisant aller et venir un doigt à l’intérieur puis en employant de la vaseline lors de la pénétration.
Elle a fini par y trouver du plaisir, un plaisir différent de ce qu’elle ressentait pendant les pénétrations de sa vulve.
Trerriblement amoureuse elle ne voyait que par son amant qui lui donnait toujours du plaisir et la faisait jouir ainsi elle ne lui refusait rien et il la menait par le bout du nez.

Elle en arrive à penser à la fin dramatique de sa liaison avec le beau Fred.
Elle a commencé à souvent vomir et son corps a défavorablement changé comme-ci il enflait et en se rendant chez son médecin elle a appris qu’elle était enceinte.
Fred qui s’en tenait à la méthode du retrait lorsqu’il était sur le point d’éjaculer avait donc présumé avait donc préumé de sa capacité de se retirer à temps.
Catastrophée elle l’a annoncé à son amant qui lui a dit qu’il allait réfléchir et lui proposer la solution la meilleure pour eux deux.
Une semaine après il s’est évaporé, elle a pensé qu’il fuyait ses responsabilités.
Restée seule et dégoûtée elle a pris la décision d’avorter afin de préserver ses chances d’avoir un avenir moins noir que celui de fille mère.
Puis ça a été comme dans un cauchemar, elle s’est fait enlever et séquestrer par trois hommes et est tombée sous la coupe d’un homme qu’elle n’a jamais vu qui l’a rendue elle aussi coupable des malversations financières de son ex. amant, après l’avoir malmenée et rabaissée au rang de sous-être il la prostitue dans le but de lui faire rembourser l’importante somme volée.

Louloute

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

20€ offerts chez Octopus électricité

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou