Fétiche - BDSM Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe Prostitution Récit érotique

Histoire sexe : Le rapt Chapitre 39 Dounia transformée en gibier 2/2

Le couple amateur chaud se lâche avec des photos hardcore
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire sexe Les deux hommes chargés de la libérer sont de retour, ils apparaissent comme à chaque fois que Dounia a été trouvée par un ou des chasseurs et après que ceux-ci se soient soulagés dans son corps en y laissant son sperme.

Elle a compris que l’ensemble du groupe communique à l’aide de talkies walkies en en voyant accrochés à la ceinture de plusieurs quidams.

Après l’avoir prise en photo ils détachent la prostituée la libérant de sa position inconfortable pendue les jambes écartées en position horizontale attachée par les chevilles et les poignets à des troncs d’arbre à l’aide de cordes.

Si se faire sauter fait partie de sa vie de prostituée et qu’elle n’a pas été épargnée pendant cette première journée passée à jouer les gibiers elle en a sérieusement marre d’être maltraitée et de subir comme si elle était le jouet des hommes qui se disent être des chasseurs et ne lui font pas de cadeau.

Elle comprend vite que la partie de chasse est terminée car les larbins ne la laissent pas repartir se cacher.

Après avoir ordonné à Dounia de s’allonger ils relient ensemble avec des mousquetons les anneaux des bracelets fixés à ses poignets puis font la même chose pour ses chevilles avant de passer entre ses bras et ses jambes un assez long rondin de bois pas très gros mais suffisamment solide pour supporter son poids.

Les deux hommes soulèvent le rondin et donc la fille dont le dos décolle du sol et après qu’elle ait été de nouveau photographiée ils la transportent telle un gros gibier après avoir posé chacun une extremité du rondin sur une de leurs épaules.

Pendant qu’ils avancent, elle est secouée car ils marchent sur un sol inégal et parfois enjambent des obstacles, elle souffre les membres étirés par le poids de son corps, son cou est douloureux car sa tête qu’elle tente parfois de relever retombe vers le bas sollicitant les vertèbres cervicales.

Dounia est surprise quand ils débouchent dans une clairière et qu’elle aperçoit un chalet rustique fait de pierres, de planches et couvert de tôles.

Une grande table faite de plusieurs éléments est installée ainsi que des bancs, des domestiques sortent des glacières et des caisses d’un véhicule utilitaire.

Les papilles de Dounia sont attirées par un fumet agréable, une odeur qu’elle a connue quand elle vivait chez ses parents, elle tourne la tête et aperçoit un grand barbecue qui est en activité et fume, des morceaux de viande et des saucisses cuisent dessus.

Les larbins installent des couverts, des bouteilles et des victuailles sur la table.

Le maître des lieux s’adresse à eux.

«faites manger la putain tout de suite qu’on en soit débarrassé!

Elle est posée sur le sol, débarrassée du bâillon et aussi du rondin de bois qui pour la porter était passé entre ses jambes et ses bras mais ses poignets et ses chevilles restent attachés.

– assieds toi! manges ce que l’on va t’amener!

Un domestique lui amène une assiette de charcuterie puis une de viande découpée accompagnée de pommes de terre froides et de salade, enfin elle doit ingurgiter une crème anglaise Elle se sert d’une fourchette et d’une cuillère comme elle peut vu que ses poignets sont attachés ensemble.

Pour la boisson c’est du vin rouge servi dans un gobelet, elle doit se forcer à en boire plusieurs rasades elle qui n’est pas trop alcool et aurait préféré de l’eau après avoir beaucoup suée. Elle n’a pas le temps de digérer que son client interpelle ses invités qui en sont à l’apéritif.

– maintenant qu’elle a le ventre plein installez la sur la croix et attachez la bien!

C’est pendant que des domestiques l’emmènent sur un côté du chalet que la prostituée comprend ce qu’il veut dire, une croix en X faite de deux poutres assemblées ensemble est posée contre la paroi.

Des mains la saisissent et elle se retrouve adossée contre l’engin, ses membres libérés sont fixés à l’aide de cordes sur les poutres de façon que ses bras et ses jambes restent écartés en croix.

Un bâillon en tissu pas très propre est enfoncé dans sa bouche.

La croix est ensuite déplacée, positionnée verticalement et enfoncée dans dans un trou pratiqué dans le sol le long d’un mur de pierres de façon à qu’elle soit tout le temps visible de l’endroit où les hommes ont commencé à manger et surtout boire.

Le temps passe, la clarté est de plus en plus faible surtout sous le couvert des arbres, Dounia qui souffre de sa position inconfortable en déduit qu’il se fait tard et se demande si les chasseurs vont enfin la libérer et lui permettre de se reposer. Elle est lasse et la situation ne l’amuse pas.

Les hommes qui ripaillent, racontent des blagues graveleuses et rient beaucoup très bruyamment, à part en lançant de temps en temps des regards vers elle ils se désintéressent de leur gibier, étant toujours attachée les jambes et bras en croix elle trouve le temps très long.

Plusieurs lampes alimentées par des batteries ont été allumées et posées sur la table puis deux d’entre elles ont été accrochées sur la croix, de chaque côté des bras de la suppliciée et une en dessous d’elle afin qu’elle soit visible dans la nuit.

Ces lumières ont aussi pour effet d’attirer les insectes qui viennent tourner autour du corps de la fille, se poser et se promener sur elle. Cela la gêne et l’énerve mais elle ne peut rien faire pour les éloigner.

Le repas est terminé, certains hommes quittent tout de suite les lieux pendant que d’autres qui estiment qu’ils ont encore des munitions déplacent et penchent la croix afin de se retrouver en bonne position entre les jambes de la prostituée.

Si certains sont en érection, les autres s’efforcent de se faire bander en se masturbant et en se pelotant le sexe, chacun leur tour il enfoncent leur verge dans la vulve ou l’anus et la font aller et venir tout de suite à grands coups de reins ne se préoccupant que de leur satisfaction personnelle et de ce qu’ils ressentent en défonçant les orifices de la jeune fille.

Chacun d’eux s’excite manuellement pendant un moment car ils n’en sont pas à leur première éjaculation, surtout ils ont bien mangé et bu ce qui fait que sexuellement ils ne sont pas au top de leur forme mais aucun d’entre eux ne veut se ridiculiser devant ses collègues, certains forcent leur nature.

Dounia doit patienter dans sa position inconfortable pendant que les coups de piston interminables la déplacent sur sa croix et lui défoncent l’orifice anal ou vaginal, étant toujours bâillonnée sa bouche n’a pas à souffrir de pénétrations.

Une fois qu’ils ont tous éjaculé que ce soit dans le vagin ou les intestins ils redressent la croix en X, la replacent dans le trou prévu à cet effet puis s’en vont sans se préoccuper du sort de Dounia qui a compris qu’elle va passer la nuit nue crucifiée et nue ce qui ne la rassure pas.

Bien qu’épuisée elle a du mal à trouver le sommeil apeurée par les bruits de la forêt et des oiseaux dans les branches, elle ne peut pas chasser les insectes qui viennent se poser sur elle ni éviter les démangeaisons quand ils se déplacent sur son corps.

Elle finit quand même par s’endormir mais au petit matin c’est le froid qui la réveille, elle grelotte et a la chair de poule malgré que la température ne soit pas spécialement basse.

Le temps lui paraît très long avant qu’un groupe d’hommes en tenue de chasse n’apparaîssent, ce sont les mêmes individus que la veille. Détachée elle s’assoit sur le sol, mange les croissants et boit le café qu’ils lui ont apporté.

Ensuite on lui désigne le chalet en bois en lui disant qu’elle trouvera ce qu’il faut à l’intérieur pour se laver car elle est sale et pue. Elle doit se contenter d’eau froide, d’une éponge et de linges à l’aspect douteux pour se nettoyer. Le coin toilettes est rudimentaire et pas bien propre mais elle doit faire avec.

l’homme qui l’a louée l’informe que certains chasseurs vont donner dans la surenchère, qu’elle risque de beaucoup souffrir puis lui donne l’ordre de déguerpir et bien qu’elle ne soit pas très en forme elle court se cacher le plus loin possible dans la forêt, une nouvelle journée de chasse au gibier humain commence.

Rapidement hors d’haleine, en sueur et fatiguée à cause de la mauvaise nuit qu’elle vient de passer elle s’accroupit derrière les premiers bosquets bien fournis qu’elle trouve.

C’est sans difficultés qu’un premier homme la débusque cachée entre des gros arbres récemment abattus et enchevêtrés.

Il lui demande de se coucher côté dos sur un tronc, elle se retrouve le corps bien arqué quand il la ficelle après qu’elle se soit allongée comme il le voulait en travers du tronc qu’il lui a désigné, elle sent que des morceaux d’écorce lui rentrent dans la peau du dos.

Il se couche sur elle et après avoir mis son pénis à l’air pénètre la vulve et la défonce, comme après une bonne nuit de sommeil dans un lit il a bien rechargé ses accus il ne lui faut pas œuvrer longtemps avant d’éjaculer dans le vagin.

Une fois qu’il s’est retiré et a remballé sa verge il ramasse une branche courte et la place de force dans la bouche de sa proie avant de la faire tenir avec une cordelette attachée côté nuque puis il s’en va.

Les larbins chargés de la libérer devaient se trouver tout près car il apparaissent vite et la délivrent avant qu’elle ne parte se cacher ailleurs en courant.

Le chasseur suivant encule la prostituée puis attache une extrémité de la corde qu’il transportait à l’anneau du bracelet qui enserre la cheville gauche de Dounia puis lance la corde pour la faire passer au dessus d’une grosse branche avant de tirer dessus jusqu’à faire décoller le corps de la fille.

Pendue uniquement par un pied et le corps en déséquilibre elle gémit d’abord avant de pousser des cris et de supplier le mâle de la libérer car c’est très douloureux ce qui amuse le prédateur qui sans pitié lui tourne le dos et s’en va en ricanant après avoir posé et activé une balise près d’elle.

La douleur est très vive elle évite de bouger pour ne pas l’accentuer, la position est intenable elle se demande si sa jambe qui supporte le poids de son corps ne va pas se disloquer.

Heureusement sa souffrance est de courte durée car les deux larbins qui sont chargés de la photographier et de la libérer arrivent rapidement.

En plus de réceptionner les signaux dés qu’une balise est en marche ils ont aussi en leur possesssion un récepteur GPS qui leur indique en permanence où la prostituée se trouve, munis d’un talkie walkie ils écoutent les conversations et sont donc informés de ce qui se passe et notamment de qui a trouvé la proie et ce qu’il lui a fait subir.

Pour la prostituée le rôle de gibier continue, elle passe son temps à fuir et se cacher avant d’être trouvée et utilisée sexuellement puis d’être immobilisée à l’aide de cordes dans des positions bien diverses et parfois difficiles à tenir.

Si certains hommes sont moins sadiques que les autres et se contentent de saucissonner leur victime ou de la ficeler contre un tronc d’arbre sans qu’elle ne souffre d’autres sont moins humains.

Par exemple l’un d’eux qui a enculé la fille après l’avoir mise à genoux lui dit de s’allonger sur le ventre, il lui attache les poignets dans le dos.

Il lui passe une extrémité d’une corde autour du cou, puis après avoir replié les jambes de la prostituée il attache autour des chevilles l’autre extrémité de la corde après l’avoir tendue.

Satisfait il la laisse seule, elle ne peut pas allonger ou déplacer ses jambes sans que la partie de la corde passée autour de son cou ne se resserre et ne l’étrangle.

Elle reste ainsi pendant un moment avec des crampes et douleurs dans les jambes à force de les maintenir dans une position où la corde reste détendue.

Plusieurs fois elle doit faire un effort et faire appel à son instinct de survie quand n’en pouvant plus ses muscles se relâchent et tout de suite la corde se resserre autour de son cou l’asphyxint, elle commence à perdre conscience.

Les larbins qui enfin arrivent et la libèrent ont pour une fois des mots de compassion pour elle.

– la pauvre! ils y vont fort!

– oui là ils abusent! ils vont finir par la tuer!

– c’est un être humain! elle ne mérite pas d’être traîtée ainsi!

Le cou marqué par la corde Dounia encore étourdie et la vue brouillée repart se cacher en titubant.

Avec un chasseur elle doit se mettre à quatre pattes bras tendus et sans plier les genoux, l’homme positionné derrière elle plie les jambes pour positionner correctement son pénis contre l’anus puis il l’encule.

Elle est sommée d’avancer en restant toujours à quatre pattes pendant que les mains cramponnées à ses hanches il veille à ce que son pénis reste enfoncé dans le fondement jusqu’à ce qu’il y éjacule trop excité par ce qu’il fait subir à sa victime qu’il ne cesse de traîter de truie pendant l’acte.

A un moment, pendant qu’elle court, elle aperçoit un monticule de branchages, sachant que cela sert à cacher de la nourriture elle s’en approche et à genoux en sort quelques victuailles froides et une bouteille d’eau.

Après avoir un peu mangé avidemment et surtout bu elle se remet à courir sans prendre une direction particulière car elle est incapable de s’orienter dans cette grande forêt mais elle se rtrouve rapidement nez à nez avec un prédateur.

Dounia ne comprend pas pourquoi le chasseur qui après l’avoir débusquée et s’être soulagé dans son vagin lui demande de se relever, pendant que le sperme s’écoule sur ses cuisses ainsi que sur le sol, il la tient fermement par un bras et l’entraîne plus loin, bien plus loin car ils marchent pendant au moins un bon quart d’heure.

Il la place de face contre un arbre de belle taille.

– mets tes pieds sur les branches basses et redresses toi en te tenant bien au tronc de l’arbre!

La fille fait ce qu’il demande, elle lève un pied et le pose sur un branche puis en fait autant pour l’autre pied tout en se cramponnant au tronc, comme pendant qu’elle grimpait elle s’était courbée elle doit faire un effort pour se redresser et se tenir droite.

Une fois qu’elle a pris la position demandée elle comprend où l’homme veut en venir car vient buter contre son ventre un morceau de branche qui a été coupée et est solidaire du tronc, son extrémité est plus ou moins arrondie.

– plantes toi sur le morceau de branche! il te servira de bite!

Elle ne peut qu’obéir bien que trouvant ce qu’il demande débile et contre nature, elle se soulève un peu puis laisse descendre son corps pendant que le morceau de bois s’enfonce dans son ventre heureusement bien gluant de sperme.

L’homme lui attache les poignets en passant une corde autour du tronc d’arbre et lui sort cette phrase:

– toi qui aimes la bite tu es servie! allez baises toi cela va m’amuser de te voir faire!

Bien qu’elle n’en ait pas envie Dounia fait ce qu’il demande et utiliant les muscles de ses jambes et de ses cuisses elle fait monter et descendre son corps pour faire aller et venir le morceau de branche dans son orifice vaginal tout en veillant à ne pas l’enfoncer trop profondément pendant que le chasseur la regarde faire avec un regard lubrique et la bave aux lèvres tout en la filmant.

– c’est bien continues! je m’en vais! ça va amuser ceux qui vont te libérer!

L’homme met en marche sa balise puis quitte les lieux, la prostituée cesse de bouger et attend la délivrance.

Les deux larbins arrivent.

– cette débilité c’est du Erwan! il ne peut pas s’en empêcher bien que la précédente fille qu’il avait empalée sur ce morceau de branche ait été blessée!

– je t’avais bien dit que ce salopard recommencerait! on a bien fait d’en arrondir un peu l’extrémité pour qu’elle soit moins blessante sans en parler au patron!

– on ne peut rien y faire de plus! si on dit quelque chose au patron il va nous virer!

– c’est sur! il nous paie bien pour ce genre de travail et pour notre silence alors autant éviter de perdre notre place!

Ils filment et photographient Dounia dans sa position scabreuse puis l’un la détache pendant que l’autre la soutient.

Morte de honte elle n’a plus qu’à se mettre à courir et aller se cacher ailleurs.

La journée semble interminable à la prostituée qui continue à se cacher puis être découverte par un ou parfois plusieurs prédateurs en même temps.

Sa bouche, sa vulve et son anus sont utilisés mais là n’est pas le problème, celui-ci réside dans la façon où ils se comportent avec elle une fois qu’ils se sont soulagés dans son corps.

Elle se retrouve souvent attachée contre un tronc d’arbre ou pendue de différentes façons (par les chevilles ou les poignets ou les deux ensemble) à de grosses branches et la plus grande souffrance arrive quand elle se retrouve suspendue ne touchant plus le sol par un seul poignet et là ses cris et pleurs n’émeuvent pas son tortionnaire.

Mais le pire c’est quand un sadique, toujours le même, lui passe une corde autour du cou et surtout la positionne de manière à ce qu’un étranglement se produise si elle se relâche ou bouge.

Enfin les deux larbins reçoivent l’ordre de la ramener à la cabane qui sert de rendez-vous de chasse, ils le font différemment de ce qui s’est passé la veille.

Ils lui placent une grosse branche d’arbre sur les épaules à la base du cou, lui écartent les bras qu’ils ficèlent contre la branche puis passent une corde dans l’anneau du gros collier qui entoure son cou avant de l’emmener ainsi harnachée.

Trébuchant parfois elle ne peut que suivre le train en veillant à ne pas laisser la corde se tendre.

Arrivés là où se trouve la cabane qui sert de rendez vous de chasse, Dounia voit que tous les prédateurs sont réunis et se préparent de nouveau à festoyer.

Pour elle ça se passe différemment de la veille, elle est libérée de toute entrave, pendant que les mâles ripaillent Dounia est mise à contribution, comme les mâles ont encore des envies elle passe de l’un à l’autre en fonction de la demande.

A genoux sous la table elle se place entre les jambes des hommes qui le souhaitent, s’excrime à ouvrir la braguette des pantalons et en extraire les pénis qu’elle caresse, masturbe puis suce jusqu’à ce que le sperme gicle dans sa gorge, elle recrache le liquide sur le sol.

D’autres hommes préfèrent un coït, après avoir mis à l’air leur verge elle s’assoit sur eux en leur faisant face et se plante le membre dans la vulve ou quand elle leur tourne le dos c’est en s’enfonçant la verge dans l’anus, ensuite elle fait monter et descendre son corps pour faire aller et venir le membre dans sa chatte ou son cul en s’aidant des muscles de ses cuisses.

Ils malaxent et pétrissent ses seins mais surtout martyrisent ses tétons qu’ils picent, étirent ou tordent sans se préoccuper quand elle sursaute ou pousse des cris à cause de la douleur..

Quand le pénis tressaute dans son orifice vaginal ou anal elle bouge encore un peu pour bien vider le prédateur de son sperme avant de se retirer et de s’essuyer pendant que l’homme en fait autant ou bien remballe telle quelle sa queue dégoulinante.

C’est pendant qu’elle s’occupe d’eux que certains hommes la font manger lui mettant dans la bouche des aliments en se servant de leurs doigts et surtout la font boire n’importe quoi ce qui fait qu’après un moment qu’avinée elle n’a plus les idées bien claires.

Devenue inutile elle est saucissonnée, bâillonnée et allongée sur le sol pendant que bruyamment les mâles continuent leurs agapes.

Fin de la récréation, les hommes commencent à quitter les lieux, l’homme qui l’a louée libère Dounia et lui rend ses habits, il lui dit qu’un des participants va la ramener en ville.

Rhabillée mais pas lavée elle se retrouve dans le coffre d’une voiture car elle ne doit pas savoir où elle a passé les deux jours, une fois abandonnée sur un trottoir par le conducteur elle attend le taxi qu’il lui dit avoir affrété par téléphone.

L’attente n’est pas longue, le chauffeur l’observe intrigué par sa mine défraîchie et sa tenue négligée mais ne pose pas de questions.

De retour dans son logement elle prend un très long bain avant de se coucher dégoûtée et n’ayant plus envie de rien, en pensant à ce qui vient de se passer et à ce que sa vie est devenue et donc à sa déchéance elle n’a même pas la force de pleurer.

Louloute

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Suivez nous sur Twitter

Vanessa rejoint notre réseau de dials chauds !

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings