Confession Intime Histoire erotique Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique

Histoire sexe L’exhibition torride de Véronique

Histoire sexe L’exhibition torride de Véronique
Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

histoire sexe : Je voudrais vous raconter ici une autre aventure que nous avons vécue ensemble, moi Philippe et ma collègue de travail Véronique, il y a maintenant une vingtaine d’années.

Véronique a  composé ce récit comme si c’était moi Philippe son amant du moment, qui prenait la plume.

Comme je l’ai dit dans « Véronique : je me masturbe », Véronique était une collègue de travail, mariée comme moi, très salaud, et elle m’a avoué plus tard avoir toujours trompé son mari, surtout avec ses employeurs. Je crois qu’elle avait besoin d’un amant attitré qu’elle gardait le plus longtemps possible, ce qui ne l’empêchait sans doute pas, de temps à autre, d’aller voir à droite et, à
gauche, en plus.

 Elle venait au travail avec des tenues très excitantes, surtout dès qu’il faisait chaud (à Saint Dié, à partir de mai — juin, la température peut être très élevée).                                                                Dans ces cas-là, elle portait des jupes amples et transparentes (parfois des jupes courtes) et des chemisiers très échancrés, sans quasiment jamais de soutien-gorge. Évidemment, ça se voyait et je dois dire qu’elle faisait tout pour ça.

Elle aimait m’exciter particulièrement et comme nos deux bureaux étaient l’un face à l’autre, ce.
N’était pas très difficile, si vous voyez ce que je veux dire. Un beau jour, dans un local qui jouxtait nos bureaux, elle m’embrassa à l’improviste.

J’ai clairement compris ce qu’elle cherchait, et après nous être brièvement mise d’accord sur la nature de notre relation (amicale et sexuelle), nous avons commencé une vie érotique particulièrement intense.

Tous les matins, nous arrivions avant tout le monde et nous avons fait l’amour pendant une bonne demi-heure.

Tous les matins pendant trois ans ! Elle s’ingéniait à mettre toujours de nouveaux sous-vêtements. Elle suçait à merveille, adorait également se faire sucer (comme c’était une vraie blonde, elle avait une chatte quasiment imberbe, avec un tout petit duvet blond presque invisible), me passait ses longs ongles dans le dos pendant qu’elle avalait ma queue, se faisait baiser dans toutes les positions et aimait bien de temps à autre que je l’encule.

Surtout, elle était très docile. Elle ne disait jamais non (ni jamais oui d’ailleurs). Je pouvais en faire un peu ce que je voulais. Nous nous sommes souvent déplacés tous les deux pour le travail et là, nous avons baisé un peu partout, très excités par les caresses que je lui prodiguais et par le fait qu’elle relevait entièrement sa jupe, dans la campagne, sur des sentiers (parfois à proximité de la route où continuaient à passer les voitures), deux fois dans des toilettes d’autoroute (je suis sûr que ça s’est entendu dans les toilettes d’à côté). Une fois, je l’ai même baisée chez elle, sur son lit (je pensais alors à son mari , que je connaissais et mon plaisir n’en était que décuplé) ; une autre fois, ma femme Brigitte devant s’absenter pour des raisons professionnelles durant trois jours : elle n’était pas partie depuis une demi-heure que je baisais Véronique sur le canapé de la salle à manger je me souviens, elle était en bottes jusqu’aux genoux, jupe droite et courte, sans culotte.

Je l’avais baisée sauvagement et même donné des tapes assez fortes sur sa chatte et son clitoris).
Avec elle, je me disais que je pourrais vivre des fantasmes que je n’étais pas vraiment arrivé à vivre avec ma femme, même si j’avais fait avec elle quelques expériences de triolisme et d’exhibition.

À Saint Dié comme partout je pense, il y a des endroits de rencontres, dédiés aussi au voyeurisme et à l’exhibition. L’un de ces endroits est les coteaux où je m’étais arrêté plusieurs fois tard, après le travail, et avais vu des scènes bien excitantes, notamment un couple qui venait assez souvent et dont l’homme faisait branler sa femme par une multitude d’hommes qui, eux-mêmes se faisaient branler par elle.

Je m’étais dit que j’y emmènerais Véronique un soir. Je lui en ai parlé et je vis qu’elle n’était pas contre. Nous avons donc planifié cela un soir que nous terminions le travail très tard. C’était au mois de juin. Le temps était beau et chaud.

Nous avons pris nos deux voitures pour nous rapprocher du lieu de l’exhibition. Là, Véronique s’est garée, non sans s’être changée pour la circonstance. Elle mit une jolie robe légère rouge à pois blancs, entièrement boutonnée sur le devant, qui lui arrivait à mi-cuisses. Évidemment pas de soutien-gorge (comme toujours) et une petite culotte de dentelle, dont je vérifiais l’état.
Humide dès qu’elle monta dans ma voiture. Quelques centaines de mètres plus loin, nous arrivâmes sur le lieu de notre exhibition, une petite aire goudronnée qui faisait office de parking, entourée d’arbres. Plusieurs voitures étaient déjà garées et des hommes discutaient entre eux tranquillement par petits groupes, en attendant.

Je me garai exprès un peu à l’écart et demandai à Véronique de me sucer. Elle se pencha et commença une pipe dont elle avait le secret. Je relevai sa robe et la branlai à travers la culotte. Naturellement, au bout de quelques instants, un homme vint se coller à la fenêtre, du côté de Véronique et, très rapidement, sortit son sexe et commença à se branler. Véronique s’était relevée et admirait cette belle bite tout en me branlant et en se branlant. Je la regardai brièvement et sans rien dire, j’ouvris la portière.

L’homme commença alors à caresser Véronique et elle s’empara de sa bite avec sa main, tout en me suçant. Au bout de quelques minutes à ce train, je dis à l’homme :

« Tu peux la baiser si tu veux ».

 Ce à quoi Véronique immédiatement répondit :

« Pas sans préservatif ».

Mince alors ! J’avais complètement oublié. Je n’en avais pas, ni elle, ni l’homme en question. Alors il n’a fait que se branler et au bout de quelques minutes, il a copieusement déchargé sur sa belle cuisse blanche.

Entre-temps, tout un attroupement s’était formé autour de la voiture et dès qu’il se retira de la scène, il fut remplacé par d’autres, qui étaient terriblement excités et qui se jetèrent littéralement sur Véronique (qui m’avoua plus tard avoir eu un peu peur). Mais comme toujours dans ces cas-là, tout
Resta très respectueux.

Pendant une bonne demi-heure, elle fut malaxée, triturée de partout, des doigts s’enfonçant dans tous ses trous, des langues venant remplacer les doigts…

Un jeune homme demanda dans un râle qui avait un préservatif…

Mais personne ne put le dépanner malheureusement. J’aurais aimé la voir se faire baiser par tous ces hommes. Elle ne les suça même pas mais accepta tout le reste sans rien dire, offerte et soumise. Après une bonne demi-heure à ce rythme, elle reçut plusieurs décharges de sperme, copieuses et
Violentes giclées, qui d’ailleurs ratèrent leur cible et vinrent parfois s’écraser sur la banquette, ce que j’eus beaucoup de mal à faire partir ensuite…

C’est alors que Véronique me demanda de partir. Elle en avait assez et voulait que l’on se trouve un endroit tranquille pour terminer tous les deux. C’est donc ce que je fis. Deux ou trois kilomètres plus loin, je m’arrêtai dans un endroit que je croyais être désert. Et nous recommençâmes, tout d’abord à se sucer. C’est alors que je vis deux hommes, sortis je ne savais d’où,
S’approcher de la voiture, sortir leur sexe et commencer à se branler frénétiquement. Résignée, Véronique continua à me sucer.

Puis elle s’assit sur moi, tout en regardant ces queues. J’ouvris alors la fenêtre de son côté et elle se décida à sucer ces deux bites alternativement. Magnifique spectacle que celui de cette belle salope totalement offerte, sublime vide couilles. Je déchargeai longuement en elle, et les deux hommes en firent autant dans sa bouche il faut dire que Véronique adorait avaler.

Un jour, sur le réseau téléphonique, j’ai donné son téléphone à un homme qui cherchait une femme mariée. Elle m’en a un peu voulu mais elle a reçu cet homme chez elle et m’a raconté l’avoir sucé jusqu’au bout et entièrement bu).

À la suite de tout cela, je l’ai ramenée à sa voiture. Mais avant de descendre, elle m’a refait une pipe divine (nous n’étions plus que tous les deux cette fois-ci).
Pipe qui s’est achevée dans des râles et dans une dernière violente décharge. Elle m’embrassa (baiser au goût de sperme) et nous rentrâmes chacun chez nous. Je ne sais pas si elle a osé embrasser son mari en rentrant chez elle, mais elle sentait sacrément le foutre !

Quelle adorable salope !

Depuis ce jour, Véronique est aussi devenue l’amante de Brigitte et nous nous retrouvons souvent pour des soirées échangistes, une fois chez nous et puis chez eux.

Étant une très bonne secrétaire de direction actuellement à la retraite elle continue à écrire pour Brigitte, Julie et Manon et bien entendue ses aventures personnelles.

À bientôt pour un nouveau récit !

Véronique

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Si vous avez une adresse GMAIL, je vous offre un premium contre un petit service. Mp ou lucie@xfr.fr Kissoux !

X
Nous utilisons des cookies pour personnaliser le contenu et les publicités, pour fournir des fonctionnalités de médias sociaux et pour analyser notre trafic. Nous partageons également des informations sur votre utilisation de notre site avec nos partenaires de médias sociaux, de publicité et d'analyse. View more
Cookies settings
Accepter
Refuser
Politique de confidentialité
Privacy & Cookies policy
Cookie name Active
NOTRE POLITIQUE SUR LES COOKIES
En visitant notre site Web et en utilisant nos services, vous comprenez et acceptez la façon dont nous traitons les données personnelles conformément à notre politique de confidentialité. Nous respectons votre vie privée et le droit de contrôler vos données personnelles. Nos principes directeurs sont simples. Nous allons être ouverts avec quelles données nous collectons et pourquoi. Veuillez prendre un moment pour les lire. C'est important ! Les cookies sont de petites quantités d’informations stockées dans des fichiers au sein même du navigateur de votre ordinateur. Les cookies sont accessibles et enregistrés par les sites internet que vous consultez, et par les sociétés qui affichent leurs annonces publicitaires sur des sites internet, pour qu’ils puissent reconnaître le navigateur. Les sites Internet peuvent uniquement accéder aux cookies qu’ils ont stockés sur votre ordinateur.
En utilisant le Site Internet , vous consentez à l’utilisation des cookies déposés par notre Site. Le site Internet utilisent des cookies aux fins suivantes :
  • Usage du site : pour nous aider à reconnaître votre navigateur comme celui d’un visiteur précédent et pour enregistrer les préférences que vous avez déterminées lors de votre précédente visite sur le Site. Par exemple, nous pouvons enregistrer vos informations de connexion de sorte que vous n’ayez pas à vous connecter à chaque fois que vous visitez le Site ;
  • Réseaux sociaux : pour vérifier si vous êtes connectés à des services tiers (Facebook, Twitter, Google+…) ;
  • Ciblage : pour nous permettre de cibler (emailing, enrichissement de base) à postériori ou en temps réel l’internaute qui navigue sur notre Site ;
  • Mesure d’audience : pour suivre les données statistiques de fréquentation du Site (soit l’utilisation faite du Site par les utilisateurs et pour améliorer les services du Site) et pour nous aider à mesurer et étudier l’efficacité de notre contenu interactif en ligne, de ses caractéristiques, publicités et autres communications.
Vos Choix Concernant les Cookies et Balises Web Vous avez le choix de configurer votre navigateur pour accepter tous les cookies, rejeter tous les cookies, vous informer quand un cookie est émis, sa durée de validité et son contenu, ainsi que vous permettre de refuser son enregistrement dans votre terminal, et supprimer vos cookies périodiquement. Vous pouvez paramétrer votre navigateur Internet pour désactiver les cookies. Notez toutefois que si vous désactivez les cookies, votre nom d’utilisateur ainsi que votre mot de passe ne seront plus sauvegardés sur aucun site web. Pour plus d’informations relatives aux méthodes vous permettant de supprimer et de contrôler les cookies stockés sur votre ordinateur, consultez le site suivant : http://www.allaboutcookies.org/fr/ Comment configurer votre navigateur
  • Firefox :
    • 1. Ouvrez Firefox
    • 2. Appuyez sur la touche « Alt »
    • 3. Dans le menu en haut de la page cliquez sur « Outils » puis « Options »
    • 4. Sélectionnez l’onglet « Vie privée »
    • 5. Dans le menu déroulant à droite de « Règles de conservation », cliquez sur « utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique »
    • 6. Un peu plus bas, décochez « Accepter les cookies »
    • 7. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Internet Explorer :
    • 1. Ouvrez Internet Explorer
    • 2. Dans le menu « Outils », sélectionnez « Options Internet »
    • 3. Cliquez sur l’onglet « Confidentialité »
    • 4. Cliquez sur « Avancé » et décochez « Accepter »
    • 5. Sauvegardez vos préférences en cliquant sur « OK »
  • Google Chrome :
    • 1. Ouvrez Google Chrome
    • 2. Cliquez sur l’icône d’outils dans la barre de menu
    • 3. Sélectionnez « Options »
    • 4. Cliquez sur l’onglet « Options avancées »
    • 5. Dans le menu déroulant « Paramètres des cookies », sélectionnez « Bloquer tous les cookies »
  • Safari :
    • 1. Ouvrez Safari
    • 2. Dans la barre de menu en haut, cliquez sur « Safari », puis « Préférences »
    • 3. Sélectionnez l’icône « Sécurité »
    • 4. À côté de « Accepter les cookies », cochez « Jamais »
    • 5. Si vous souhaitez voir les cookies qui sont déjà sauvegardés sur votre ordinateur, cliquez sur « Afficher les cookies »
Save settings
Cookies settings