Histoires de Sexe Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique

Histoire sexe Seule à la maison, elle décide d’expérimenter quelques jouets

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire sexe Elle en avait assez de ces putains de garçons, ils ne servaient à rien.

Ils tâtonnaient sans savoir ce qu’ils faisaient, copiaient des trucs stupides qu’ils avaient vus dans des films pornos, se vidaient en deux minutes (ou moins !), et avaient ensuite le culot de vous demander si vous aviez joui !

Non, Matthew, tes trente secondes de préliminaires, qui consistaient à essayer de m’enfoncer la langue dans la gorge tout en me tordant les tétons comme si tu essayais de trouver une station de radio, suivies de deux pompes dans ma chatte au cul sec avant que tu ne te mettes à pleurer, ne m’ont pas, étonnamment, amenée à l’orgasme.

Elle a décidé de ne plus sortir qu’avec des hommes plus âgés. Des gars qui savaient comment baiser, qui n’étaient pas gênés de manger de la chatte, sans parler du cul ! Parfois, tout ce qu’une fille voulait, c’était une langue épaisse et juteuse pour caresser son trou du cul.

tel rose pas cher

Est-ce que c’est trop demander ?

De toute évidence, il semble que oui, alors ce soir, elle prend les choses en main, littéralement.

Ses parents étaient absents pour le week-end et elle s’était préparée pour cette occasion. À l’origine, elle avait prévu d’inviter Matthew, mais après qu’il ait refusé catégoriquement de lui manger la chatte, il n’était plus là.

Quel type de mec ne veut pas avoir une chatte de dix-huit ans dans la bouche ?

Mais peu importe. Elle commencerait l’université dans quelques semaines et serait alors entourée de gars, sophistiqués et expérimentés, désireux d’essayer de nouvelles choses et d’élargir leurs horizons.

Bientôt, elle serait dans les dortoirs du campus et elle avait l’intention d’en profiter pour prendre autant de bite que possible. Elle allait être une telle salope que les gens en seraient époustouflés. Et si quelqu’un disait quoi que ce soit, eh bien qu’il aille se faire foutre, elle était simplement sexuellement positive. Personne ne fait honte aux mecs qui essaient de s’enfiler tout ce qu’ils peuvent, alors pourquoi serait-elle différente ?

Bon sang, elle pourrait même sortir avec quelques filles.

Elle soupire. Les choses seraient tellement plus simples si elle était lesbienne. Au moins, elle baiserait avec quelqu’un qui saurait comment s’occuper d’une chatte, comment on se sent quand on se fait dévorer par quelqu’un.

Mais elle n’était pas gay, ni même bi. Du moins, elle ne le pensait pas. Mais elle ne pouvait pas nier que l’idée d’une autre femme lui faisant du rentre-dedans l’avait certainement fait mouiller. Eh bien, c’était pour un autre jour.

Ce soir, elle avait d’autres chats à fouetter.

tel rose marie lou

Elle était assise sur son lit, les jambes croisées, dans son pyjama de soie préféré, celui qui caressait doucement sa peau. Devant elle, un assortiment de sex toys, tout neufs et prêts à l’emploi.

Elle les avait achetés un par un au cours des dernières semaines, son cœur s’emballant chaque fois qu’une livraison arrivait, désespérée de l’avoir avant que quelqu’un d’autre ne l’ait. La dernière chose que vous voulez, c’est que l’un de vos parents ouvre accidentellement votre gode rotatif de 12 pouces, avec stimulateur de clitoris intégré.

Chaque fois que l’un des colis devait arriver, elle attendait nonchalamment en bas, afin d’être la première à franchir la porte.

Et maintenant, la voilà avec sa collection, prête à lui donner du plaisir.

Elle était assise là, avec un mélange d’embarras et d’excitation. Même si elle avait déjà fait l’amour, elle n’avait jamais utilisé de jouet sexuel et, pour une raison ou une autre, elle se sentait différente, plus intime, d’une certaine manière.

Pourtant, elle n’était pas allée aussi loin (pour ainsi dire) pour faire marche arrière maintenant. De plus, il ne fait aucun doute qu’elle commençait à être humide à cette idée, et cela faisait quelques jours depuis son dernier essai décevant avec Matthew, alors elle était exceptionnellement excitée.

Elle jeta un coup d’œil à la collection et décida d’essayer quelque chose d’agréable et de simple pour commencer. Elle prit un petit vibromasseur de couleur crème et l’alluma. Elle a été légèrement surprise par l’intensité soudaine des vibrations et la sensation de picotement dans sa main. Les vibrations lui rappelaient les petites tondeuses utilisées chez le coiffeur pour les coiffures délicates.

Elle l’éteignit, ne sachant pas si c’était une mauvaise idée. Elle pourrait peut-être appeler Matthew. Certes, elle ne servait à rien, mais il était connu, et cela devait bien compter, non ?

tel rose gratuit

Elle chassa cette idée de sa tête, sachant qu’elle était ridicule.

Ok, elle allait vraiment le faire.

Elle s’allongea sur le lit et passa lentement la main dans son pantalon de pyjama, faisant courir ses doigts doux sur sa chatte. Elle avait pris soin de faire de cette soirée un moment privilégié. Elle sortait tout juste de la douche, s’était rasé les bras et les jambes (y compris au-dessus du genou !) et avait coupé ses poils pubiens.

Elle avait appliqué de la lotion pour s’assurer que sa peau était aussi douce que possible, et même un peu de parfum pour taquiner les sens. Elle avait éteint la lumière principale, seule source d’éclairage, quelques bougies stratégiquement placées et les guirlandes lumineuses suspendues dans la pièce.

La literie et les pyjamas étaient frais et, en fond sonore, une playlist de ses chansons les plus sexy jouait tranquillement.

Bref, elle avait travaillé pour rendre cette soirée vraiment sexy. Et elle se sentait vraiment sexy.

Elle passa ses doigts sur sa chatte lisse, ses doigts glissant doucement sur sa moiteur. Elle avait apporté du lubrifiant, juste au cas où, mais il ne semblait pas qu’elle en aurait besoin. Du moins, pas dans un premier temps.

Elle reprit le vibrateur à balles et l’alluma, cette fois-ci prête à en découdre. Elle le regarda bourdonner pendant un moment, fascinée. Les personnes interrogées dans les revues avaient juré qu’il avait changé leur vie. Pouvait-il vraiment être aussi bon ?

Elle décida de le découvrir par elle-même et, éloignant sa main de sa chatte, elle souleva la bande de son bas de pyjama et fit glisser le vibromasseur vers le bas.

Oh mon Dieu, pensa-t-elle lorsque le vibromasseur effleura doucement ses lèvres, les retirant instantanément.

telrose première fois

C’était intense.

Elle décida d’y aller doucement, tint l’appareil juste à côté de sa chatte et l’abaissa lentement sur le point situé à côté de sa cuisse. Les sensations étaient intenses, trop intenses, alors elle ne l’a touché qu’une seconde, puis a attendu et l’a refait, puis l’a touché à nouveau, en le laissant à chaque fois un peu plus longtemps.

En quelques minutes, elle s’est sentie suffisamment à l’aise pour laisser l’appareil sur sa jambe, le déplaçant de haut en bas, à travers son buisson rasé et de l’autre côté, sans pour autant s’approcher du point sensible.

Il était indéniable que la sensation était agréable, même si elle semblait un peu extrême. Personne n’avait besoin d’une telle stimulation ?

Il s’est avéré que c’était le cas, putain.

Elle avait acquis suffisamment d’assurance et était habituée à la sensation, alors elle l’a déplacé doucement sur les lèvres de sa chatte. Les vibrations étaient presque suffisantes pour la faire jouir. Presque.

Elle passa l’appareil de haut en bas, la tête penchée en arrière, parvenant à peine à retenir un gémissement. Il n’y avait aucun doute sur le fait que cet appareil allait changer la donne. Elle l’a fait monter et descendre le long de sa chatte, levant et abaissant la pointe pour varier le niveau de stimulation, puis l’a fait glisser jusqu’à son entrée.

Elle l’a passé doucement sur la zone, mais ne l’a pas inséré, car elle était sûre que cela la briserait. Il suffisait de stimuler l’extérieur. Elle laissa l’appareil faire son travail et sentit qu’elle mouillait de plus en plus, ce qui l’amena au bord du gouffre.

Prenant cela comme une queue, elle le fit glisser à nouveau sur ses lèvres et jusqu’à son clito, l’encerclant plusieurs fois, testant sa sensibilité. Elle balança la tête, car même ces légères vibrations stimulaient son clito comme elle ne l’avait jamais fait auparavant.

Elle continua à bouger autour de son clito, se taquinant, se rapprochant du bord, puis refusant la libération, jusqu’à ce qu’elle en ait désespérément besoin. Elle fit glisser l’extrémité du vibrateur vers le bas et commença à faire lentement le tour de son clito.

Son esprit s’est évanoui lorsque le moindre contact a déclenché son orgasme, envoyant des vagues de plaisir dans tout son corps. Elle a fait des mouvements de va-et-vient et a frotté le vibromasseur contre son clitoris, s’efforçant d’obtenir chaque goutte d’extase, poussant ses hanches en l’air, désespérée par la stimulation.

Une fois qu’elle a joui, elle retire l’appareil de son pyjama et l’éteint. Elle tint le petit appareil dans sa main, s’émerveillant en respirant profondément, stupéfaite de l’ampleur du plaisir qu’une petite chose pouvait procurer.

Elle s’allongea, l’appareil toujours en main, et se reposa, car la route était encore longue. Au bout d’une minute environ, elle se redressa et posa le vibromasseur sur la serviette, à côté des jouets inutilisés.

Elle réfléchit longuement à son prochain choix et finit par opter pour quelque chose de long et de dur.

Elle avait beaucoup apprécié les stimulations précédentes, mais il était temps d’aller un peu plus loin.

Elle tendit la main vers le gode rotatif de 12 pouces, avec stimulateur de clitoris intégré, mais hésita. Peut-être qu’elle le garderait pour plus tard. Décisions, décisions.

Elle opta plutôt pour le gode de dix pouces, sans aucun des accessoires. Elle le prit et le caressa, s’habituant à sa taille, pensant à ce que ce serait de manipuler une bite monstrueuse comme celle-ci. Avec un peu de chance, elle n’aurait pas à attendre trop longtemps.

Elle envisagea de la lubrifier, car elle avait une chatte particulièrement serrée, mais elle décida de ne pas le faire. Elle sentait déjà l’humidité se former sur son bas de pyjama.

Pour cette fois, elle décida de se glisser sous les couvertures. Même si elle était seule, elle se sentait exposée, comme si quelqu’un pouvait entrer à tout moment. Elle s’est donc glissée sous les couvertures, laissant le gode sur le dessus. Elle a ensuite glissé ses mains sous les couvertures et s’est débarrassée des bas de pantalon, les laissant tomber sur le côté et sur le sol.

La liberté l’excitait et elle ramassa le gode, dont elle embrassa doucement le bout avant de le glisser en dessous. Elle le fit courir lentement le long de son corps, glissant le bout entre ses lèvres, l’humidifiant pour qu’il soit prêt à l’accueillir. Elle le fit glisser jusqu’à son entrée et écarta les jambes. Elle avait déjà eu quelques bites, mais rien de comparable à celle-ci.

Elle ferma les yeux et l’enfonça en elle. Elle a sursauté lorsque la tête est entrée, étirant les côtés de sa chatte comme ils ne l’avaient jamais été auparavant. Elle le retira et le laissa reposer sur son entrée, doutant qu’elle soit capable de le supporter. Pourtant, elle n’était pas une lâcheuse.

Elle le frotta doucement sur sa chatte, lubrifiant les bords avec son jus, se stimulant elle-même tout en se préparant pour un deuxième essai. Ce n’était pas beaucoup mieux que le premier. Elle enfonça à nouveau la tête, cette fois un peu plus loin.

Tu peux le faire, pensa-t-elle en inspirant profondément.

Elle pensait à toutes les bites qu’elle allait recevoir à l’université. Toutes les baises, les bouffes de chattes et les travaux de bordure. Elle pensait aux bites qu’elle sucerait, aux chattes qu’elle mangerait, aux charges qu’elle prendrait en étant pénétrée par deux, trois bites en même temps.

Cette pensée la rendait incroyablement humide et sa chatte devenait de plus en plus réceptive. Elle travailla lentement avec le gode, l’enfonçant un peu plus à chaque fois, jusqu’à ce qu’il remplisse toute sa chatte. Elle poussa un profond soupir et se rendit compte qu’elle avait retenu sa respiration. Elle le maintint en place, presque effrayée à l’idée de le bouger, de peur qu’il ne tombe.

Puis elle commença à le bouger, d’abord lentement, avec précaution, avant d’accélérer. Elle l’a travaillé jusqu’à ce qu’il atteigne sa pleine épaisseur et sa pleine circonférence. Les côtés de sa chatte lui faisaient mal, mais cela faisait partie du plaisir. Elle repoussait ses limites, sortait de sa zone de confort.

Elle commença à faire entrer et sortir le gode de sa chatte humide et serrée, l’inclinant et le manœuvrant, baisant sa chatte comme elle souhaitait que sa chatte soit baisée.

Bon sang, pensa-t-elle. C’est tellement bon. J’aimerais pouvoir le voir.

Et sur ce, elle a rejeté les couvertures, dévoilant ses fesses. Elle baissa les yeux et eut du mal à croire ce qu’elle voyait. Sa chatte serrée pouvait-elle vraiment supporter ce monstrueux gland ?

Elle se regarda baiser comme une idiote, l’expérience devenant presque extracorporelle, incapable de comprendre ce qu’elle était en train de faire. Mais c’était une expérience tout à fait dans le corps lorsqu’elle l’a incliné légèrement et qu’elle a effleuré sa paroi supérieure, déclenchant son point G. Elle s’est pliée à cette nouvelle expérience et s’est mise à baiser.

Elle s’est pliée à cette nouvelle expérience et serait tombée si elle n’avait pas été sur le dos, mais elle savait qu’elle en voulait encore plus.

Elle l’a ramené au même angle et a commencé à le frotter contre le point, stimulant son intérieur d’une manière qu’elle n’avait jamais connue. Peu à peu, elle sentit la sensation monter jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus se retenir et, gémissant à haute voix, elle connut son premier orgasme vaginal.

Elle continua à chevaucher cette grosse bite, prenant chaque centimètre dans sa recherche du plaisir, le laissant couler en elle, avant de ralentir.

Une fois qu’elle eut fini de jouir, elle garda le gode en elle pendant un moment, pensant simplement à ce qu’elle ressentait lorsqu’elle avait quelque chose d’aussi gros à l’intérieur d’elle.

C’était bon.

Elle l’a regardé glisser hors d’elle. Il n’arrêtait pas de sortir. Finalement, il a glissé et la tension dans les parois de sa chatte a cédé, commençant à se détendre timidement.

Avec cette clarté post-nut, elle s’est à nouveau sentie exposée et s’est recouverte de la couette. Elle savait que c’était idiot, mais elle se sentait à l’aise, en sécurité. Et ce soir, il s’agissait de faire en sorte qu’elle se sente aussi bien que possible.

Elle posa le gode sur la serviette et reprit son souffle. Elle resta allongée, sentant sa chatte palpiter sous l’effet des coups qu’elle avait reçus. Elle savait qu’elle ne pourrait pas faire cela pendant un certain temps, alors la bête de douze pouces était hors de question.

Elle resta allongée et pensa qu’il était amusant qu’elle porte un haut de pyjama et pas de bas, alors que d’habitude c’est l’inverse, du moins en théorie. Prenant un moment de répit, elle défit lentement les boutons du devant, un à la fois.

Après en avoir dégagé trois, elle a glissé sa main sous le tissu doux et l’a passée sur sa poitrine. Elle avait de beaux et gros seins et souhaitait que quelqu’un leur témoigne le respect qui leur était dû. Il fallait les admirer, pas les reluquer, les caresser, pas les saisir. Elle a passé sa main sur sa poitrine, en sentant son poids. Puis elle a remonté ses doigts et, avec son index, a fait de petits cercles autour de son mamelon. Oui, les pauvres femmes n’avaient jamais été traitées avec beaucoup de respect. Elle glissa son autre main à l’intérieur et caressa son autre sein. Elle s’est allongée et ses mains se sont promenées sur eux, les enveloppant, les caressant, les traitant tendrement, comme ils méritaient d’être traités.

Elle ferma les yeux en caressant doucement ses seins, avant de prendre ses deux mamelons entre son pouce et son index et de les masser doucement. C’était si bon de les traiter si délicatement, c’était dommage qu’il n’y ait personne pour le faire à sa place. Elle pensa à ce qu’une bouche chaude et attentionnée avec une langue douce pourrait faire. Même sous son propre contact, elle commençait à être excitée.

Non pas qu’elle veuille toujours être traitée comme une fleur délicate. Parfois, l’idée d’être traitée comme une petite salope perverse faisait dégouliner sa chatte. Être traitée comme la salope de quelqu’un, une cumrag, un ensemble de trous à remplir de sperme fumant, n’être rien d’autre qu’un pur animal de baise, poussé par les instincts les plus bas, l’instinct de baiser.

Elle se rendit compte qu’elle commençait à s’exciter et qu’il était temps de prendre un autre jouet, mais putain, elle n’avait pas envie de bouger.

Au lieu de cela, elle glissa sa main sous les couvertures, faisant glisser ses doigts dans sa moiteur et se glissant facilement à l’intérieur d’elle-même, avant de remonter rapidement et de masser son clitoris.

Ses doigts dansaient légèrement sur la zone délicate, un endroit qu’ils avaient déjà exploré à maintes reprises, tandis que son autre main restait dans sa chemise, manipulant son sein, jouant avec son mamelon. Elle avait envie d’une langue et imaginait une fois de plus quelqu’un, une femme aux cheveux blonds brillants et aux traits acérés, descendre sur elle, prendre son mamelon dans sa bouche, l’effleurer avec sa langue, le tenir entre ses dents avant de le prendre entre ses lèvres et de le sucer.

Les images et ses doigts ont fait un travail facile et elle a joui une fois de plus, ses doigts bougeant aussi vite qu’ils le pouvaient tandis que sa prise sur son sein augmentait. Elle continua à frotter, portant son plaisir à son paroxysme et le prolongeant le plus longtemps possible, jusqu’à ce qu’il s’estompe enfin.

Lorsque la sensation disparut, elle réalisa qu’elle ruisselait de sueur, ses propres longs cheveux blonds lui collant au visage.

Elle s’essuya le front à l’arrière de son pyjama et sortit ses jambes des couvertures. Elle descendit le reste jusqu’à sa taille et finit de déboutonner son haut, avant de l’enlever et de le laisser tomber sur le sol, à côté du bas. Il ne faisait pas froid, mais sa peau humide exposée à l’air lui donnait la chair de poule, de petites bosses se formant sur sa peau, ses mamelons devenant érectiles sous l’effet de la baisse de température.

Elle baissa les yeux sur la serviette et vit qu’il lui restait deux options. Le gode vibrant de douze pouces qui chante et qui danse, ou l’autre chose. Elle l’avait gardé pour la fin, c’était son achat le plus “expérimental”, mais sa chatte avait encore besoin d’un peu de temps pour se remettre, alors pourquoi ne pas l’essayer maintenant ?

Elle s’approcha et le prit, l’admirant sous tous les angles. Elle était à la fois nerveuse et excitée. Elle réfléchit à la meilleure façon de procéder et conclut qu’elle aurait certainement besoin de lubrifiant.

Elle prit le flacon de lubrifiant, ouvrit le couvercle et le pressa, mais rien ne sortit. Elle regarda dans le trou et grommela de frustration. Elle posa son jouet et dévissa le couvercle, en s’attaquant au joint protecteur de la bouteille. Elle pensait avoir pensé à tout, mais il y avait toujours quelque chose que l’on oubliait.

Finalement, elle réussit à passer un ongle sous le sceau et à le décoller, posant le sceau sur la table de chevet, prêt à être jeté plus tard. Puis elle revissa le couvercle et l’ouvrit. Elle tint le jouet d’une main et pressa le flacon de l’autre. Un long jet d’une substance transparente ressemblant à un gel s’écoula de l’embout, recouvrant toute l’extrémité du jouet.

“On n’a jamais trop de lubrifiant”, se dit-elle, avant de paniquer légèrement, craignant que quelqu’un dans la pièce ne l’entende. Elle reprit rapidement ses esprits et vit que le lubrifiant débordait, dégoulinant sur la serviette.

“Merde”, dit-elle en retournant la bouteille et en refermant le couvercle avec son pouce.

Bien, pensa-t-elle, planifiant stratégiquement la prochaine étape, la plus importante jusqu’à présent. C’est parti.

Tenant le jouet d’une main, elle sortit entièrement des couvertures, son corps nu s’affichant pour la première fois. Elle glissa ses longues et fines jambes sur le lit, en équilibre sur ses genoux, avant de se pencher en avant et de faire reposer le reste de son corps sur une main.

Elle prit une profonde inspiration et tendit son cul, position parfaite pour être prise par derrière. Elle déplaça ensuite le jouet derrière elle en l’inclinant vers l’intérieur, le lubrifiant refroidissant ses fesses alors qu’elle commençait à faire pénétrer lentement le jouet dans son trou du cul.

Il était beaucoup plus petit que le gode, mais son trou du cul était beaucoup plus étroit que sa chatte. De plus, elle était encore vierge en matière d’analité. Bien sûr, elle avait apprécié quelques jeux de cul légers, son doigt jouant avec son trou du cul, même en y glissant le bout parfois, mais c’était quelque chose de tout à fait différent.

Elle déplaça lentement le plug, le bout pointu s’enfonçant facilement avant de se transformer en bulbe. Elle l’a introduit dans son trou du cul petit à petit, en se rappelant de se détendre et en se félicitant d’avoir utilisé autant de lubrifiant.

Elle l’enfonça de plus en plus profondément jusqu’à ce qu’elle dépasse le seuil et qu’il glisse jusqu’à la garde, son petit trou du cul se resserrant autour de lui. Elle gémit et s’agenouilla, considérant la nouvelle sensation. La seule chose dont elle était sûre, c’est qu’elle aimait qu’on lui remplisse le trou du cul.

C’était une sensation très différente de toutes celles qu’elle avait éprouvées ce soir, et c’était celle qu’elle voulait le plus voir. Elle descendit donc du lit avec précaution, le bouchon toujours dans le cul, et traversa la pièce avec prudence, le bouchon lui procurant des sensations agréables dans le cul.

Elle s’arrêta devant le miroir et prit la pose. Elle aimait son corps, mince et serré, ses seins disproportionnés, qui attiraient tous les regards sur un si petit gabarit. Elle passa ses mains sur son ventre plat et doux, jusqu’au petit triangle de poils blonds au-dessus de sa chatte. Oui, elle était définitivement baisable.

Pourtant, en la voyant ainsi, on pourrait penser qu’elle n’est rien d’autre qu’une bimbo à la vanille. Oui, elle était blonde, séduisante et aimait se faire baiser, mais elle était aussi intelligente. Elle n’allait pas à l’université avec une putain de bourse de pom-pom girl ou autre, elle avait gagné sa place en étudiant et en travaillant dur. Alors pourquoi n’aurait-elle pas le droit de se détendre de temps en temps ?

Elle se retourna et admira son petit cul serré dans le miroir. Même sous cet angle, il était difficile de penser qu’elle était une sale petite salope. Mais elle s’est ensuite penchée, sa chatte, rouge de la pénétration profonde de tout à l’heure, et au-dessus, son magnifique nouveau butt plug, un cœur rouge fait de petits cristaux qui scintillaient dans la pièce faiblement éclairée.

Elle doit admettre qu’il lui va bien. Elle s’est retournée et s’est regardée dans le miroir pendant qu’elle le retirait à moitié, puis le remettait en place. Elle devait admettre qu’elle se sentait beaucoup mieux en le retirant qu’en l’enfilant. Peut-être parce que cela stimulait davantage son trou du cul ?

Elle décida de googler cela plus tard. En mode incognito, évidemment.

Elle fit une petite pirouette dans le miroir, admirant son corps moulant, et retourna vers le lit, en faisant des pas plus audacieux cette fois-ci, laissant le plug travailler vraiment son trou du cul. Sur le lit, elle regarda la collection de jouets, tous utilisés sauf un.

Il est temps, pensa-t-elle.

Elle retourna sur le lit à quatre pattes, les fesses en l’air, le plug toujours bien en place.

Elle prit le gode de douze pouces et l’alluma. Il vibra, tourna et le petit bout collant vibra et elle sut qu’elle aurait besoin d’un peu plus de lubrifiant. Elle l’a éteint et a de nouveau appliqué le lubrifiant généreusement sur tous les côtés, avec une bonne dose sur la pointe.

Elle était fière que sa chatte ait pu supporter le gode “plus petit” et cela lui donnait confiance en sa capacité à franchir le pas. Elle s’est donc penchée en avant, une main sur le lit et, comme pour le butt plug, a commencé à faire pénétrer le gros membre par l’arrière.

Même avec sa chatte étirée plus tôt, c’était un défi. Elle travailla lentement, mais méthodiquement, régulant sa respiration au fur et à mesure qu’elle introduisait le dispositif. Elle le sentait s’enfoncer plus profondément, la sensation à elle seule la submergeait presque, et elle n’avait même pas encore allumé ce fichu engin !

Elle s’acharna, mais c’était trop serré, alors elle s’approcha et attrapa deux oreillers, qu’elle plaça devant elle. Elle s’est ensuite allongée sur les oreillers et, de sa main libre, elle a écarté ses fesses.

Ce n’était pas grand-chose, mais cette ouverture supplémentaire a permis au gode de progresser et elle a gémi en l’enfonçant de plus en plus profondément, jusqu’à ce qu’il soit complètement rentré.

Elle commença à le faire entrer et sortir lentement, baisant sa chatte et s’assurant qu’elle était suffisamment chauffée, suffisamment mouillée. C’était la grande finale et elle voulait que le spectacle se termine en beauté.

Bientôt, elle gémissait et transpirait en battant sa chatte endolorie, jusqu’à ce que le moment soit enfin venu. La tenant d’une main au plus profond d’elle-même, elle chercha l’interrupteur. Elle le trouva, s’arc-bouta et l’actionna.

Elle laissa échapper un gémissement bruyant et incontrôlable, que les voisins ne purent s’empêcher d’entendre. Elle regretta de ne pas avoir mis la musique plus fort, mais pensa à leur fils de vingt-trois ans qui restait pour les vacances et dont la chambre se trouvait en face de la sienne. Elle pensa qu’il l’écouterait pendant qu’elle se baisait et qu’il n’aurait d’autre choix que de se branler sur ses gémissements de plaisir.

Le vibrateur stimulait toute sa chatte et elle l’inclinait de manière à ce qu’il travaille également son clitoris. Le visage toujours enfoncé dans l’oreiller, elle manœuvrait le vibromasseur des deux mains, gémissant délibérément plus fort, l’idée qu’il se fasse plaisir pendant qu’elle se faisait plaisir la rendait folle.

Tandis que l’appareil opérait sa magie, elle sentait son trou du cul se resserrer et se détendre autour du plug, ce qui lui procurait une nouvelle couche de stimulation. Elle l’a travaillé et travaillé, baisant sa chatte tout en stimulant son g-sport, son clitoris et son trou du cul en même temps. Elle se sentait proche du but, mais elle essayait de se retenir, elle ne voulait pas jouir, pas tout de suite. Elle voulait retarder le moment, profiter de la sensation le plus longtemps possible.

Elle travailla encore quelques minutes, réussissant à retarder l’orgasme, mais comme si quelqu’un avait appuyé sur un interrupteur, elle sut que ce n’était plus bon, qu’elle avait dépassé le point de non-retour. Se penchant sur la sensation, elle enfonça le vibrateur plus profondément dans sa chatte, augmentant les vibrations sur son clitoris.

Elle gémit et gémit et gémit en se baisant comme une folle, puis, sur le point de jouir, elle eut une révélation. Elle a enfoncé le vibromasseur en elle et, au moment où elle commençait à jouir, elle a tendu la main vers son cœur rouge brillant et l’a délicatement retiré. Son trou du cul est devenu fou de plaisir et elle hurlait pratiquement dans l’oreiller, tant les sensations circulaient dans sa chatte, son cul, son corps tout entier. Elle a remis le plug en place, puis l’a sorti à moitié, l’utilisant pour se baiser dans le cul en même temps qu’elle se baisait dans la chatte.

Elle tremblait et se secouait tandis que son trou du cul se tendait et se détendait contre la partie la plus large du plug, tandis que sa chatte était stimulée de toutes les manières possibles et imaginables. Elle gémissait et gémissait, travaillant ses deux trous, son orgasme semblant durer une éternité. Elle s’est baisée et s’est baisée et s’est baisée, jusqu’à ce que, submergée, elle s’effondre sur le lit.

Elle a éteint le vibromasseur et, après quelques instants, l’a fait glisser lentement hors de sa chatte douloureuse. Elle ne pourrait peut-être pas marcher correctement pendant le reste du week-end, mais cela en valait vraiment la peine. Elle le posa sur la serviette et se recroquevilla sur le lit, la tête reposant sur l’oreiller. Elle était nue et en sueur et pouvait à peine bouger, son corps étant complètement submergé par les sensations intenses qu’il venait d’éprouver. Elle resta allongée pendant cinq minutes, dix, jusqu’à ce qu’elle puisse enfin bouger. Elle se leva lentement et ramassa la serviette sur laquelle se trouvaient les jouets, la déplaçant avec précaution à travers la pièce et la posant sur le sol. En marchant, elle s’est rendu compte qu’elle avait oublié quelque chose. Le plug était toujours dans son cul. Elle se pencha et l’enleva doucement, le plaçant avec le reste des jouets.

Elle se dirigea vers le lit et s’y effondra, ayant à peine la force de se glisser sous les couvertures. Elle se recroquevilla, la lourde couette la réconfortant comme une étreinte globale. Elle soupira, n’ayant jamais été aussi satisfaite, aussi épanouie sexuellement.

Elle pensa à toutes les choses qu’elle avait apprises sur elle-même et espéra qu’elle aurait bientôt quelqu’un avec qui les partager. Ce n’est pas pour autant qu’elle allait se débarrasser de ses jouets, bien au contraire. Désormais, ils font partie intégrante de son arsenal. Ils font partie intégrante de la vie d’une femme.

Pourtant, cela ne signifiait pas qu’elle n’aurait pas envie d’un peu de bite de temps en temps. En effet, alors qu’elle s’endormait, elle pensa à son voisin qui se donnait du plaisir au son de son éjaculation et se dit que demain, elle pourrait peut-être aller lui rendre visite. Après tout, ce n’était que vendredi soir. Il lui restait tout le week-end.

De plus, même s’il s’avérait être un raté, elle savait qu’elle avait encore beaucoup d’options. C’est dans cet état d’esprit qu’elle s’endormit d’un sommeil profond et paisible.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou