Bi - Gay - Lesbien Fétiche - BDSM Histoires de Sexe Histoires taboues et histoires de sexe Récit érotique

Histoire sexe Spéciale Un homme découvre un plaisir insoupconné

Teste le sexe au téléphone avec une vraie femme chaude : Voir les profils des femmes disponibles

Histoire sexe Spéciale J’ai travaillé sur cette histoire pendant un certain temps et bien qu’elle ne soit pas aussi remplie de sexe chaud que d’autres, elle y arrive. Si vous cherchez quelque chose de rapide pour vous aider à faire face aux ” pressions ” de votre journée, vous pourriez vouloir garder celui-ci pour plus tard. Si vous avez envie d’une belle histoire d’amour et d’un autre récit de transition, essayez celui-ci. Les mises en garde habituelles, tout le monde qui fait quelque chose de risqué a 18 ans, et je ne fais que des fins heureuses…

J’espère que vous apprécierez mon humble offrande, et s’il vous plaît, s’il vous plaît, s’il vous plaît, laissez-moi un commentaire pour me dire ce que vous en pensez.

Victor se sentit bizarre en déverrouillant la porte et en entrant. Il était passé devant la maison des milliers de fois et, pour une raison étrange, elle était maintenant la sienne. Il n’avait jamais rencontré le vieil homme, mais il l’avait vu un nombre incalculable de fois travailler tranquillement dans son jardin, tailler les haies, désherber les parterres de fleurs et tondre la vaste cour avec l’antique tondeuse à pousser.

Victor savait pourquoi, mais il ne comprenait toujours pas. L’avocat avait tout expliqué très clairement. Il y a trois ou quatre ans, Victor travaillait pour son père, comme il l’avait fait depuis qu’il était en âge de le suivre, faisant d’abord de petits travaux ; va me chercher cet outil, non, pas celui-là, celui-là. Il avait lentement appris le métier, l’aménagement paysager et l’entreprise générale, et s’était mis à l’apprécier.

Histoire sexe Spéciale Un homme découvre un plaisir insoupconné
Déshabille n'importe qui grâce à l'intelligence artificielle

En revenant d’un petit travail, il était passé devant la maison de M. Francis, comme il le faisait presque tous les jours, mais cette fois-ci, le vieil homme n’était nulle part, en fait, son jardin avait besoin d’être taillé et les haies avaient l’air un peu rugueuses, il y avait même quelques pissenlits.

Cela prit le reste de la journée, Victor ne s’arrêtant que pour boire un verre au tuyau d’arrosage sur le côté de la maison et une fois pour ajuster ses cheveux en une queue de cheval un peu plus haute pour qu’ils ne tombent pas sur son cou. Lorsqu’il eut terminé, le jardin était redevenu immaculé, les haies étaient nettes et les pissenlits disparus, il avait même nettoyé la piscine. Le sourire aux lèvres, il plia bagage et rentra chez lui, épuisé.

La semaine suivante, Victor est passé et le vieil homme était de retour, s’occupant vigoureusement de quelques bégonias autour d’un grand arbre sur le côté du porche d’entrée. Tout allait bien dans le monde une fois de plus, jusqu’à ce que, quelques années plus tard, Victor reçoive l’appel de l’avocat de M. Francis : le vieil homme était mort dans son sommeil et avait tout légué à Victor.

La maison était impeccable à l’intérieur comme à l’extérieur, le grand salon décoré de meubles anciens se prolongeait par une salle à manger dotée d’une belle table et de chaises en cerisier. La cuisine avait été modernisée, mais l’auteur des travaux avait veillé à ne pas nuire à l’esthétique de la vieille maison. Une véranda couvre l’arrière de la maison, donnant sur la piscine et l’immense cour arrière.

Le reste du rez-de-chaussée était occupé par un petit bureau ou une bibliothèque et une grande suite parentale, un lit king size orné dominait l’espace, une grande salle de bain, également modernisée et un immense placard, un petit mur était rempli de costumes d’affaires, de pantalons noirs et de chemises blanches, Victor y pensait et il ne pensait pas avoir jamais vu M. Francis dans autre chose lorsqu’il travaillait dans son jardin, les trois autres murs, des robes, des jupes et d’autres vêtements féminins, il devait s’agir des affaires de Mme Francis dont le vieil homme n’avait tout simplement pas pu se séparer. À l’étage, il y avait deux autres chambres avec une salle de bain commune et un salon avec une immense baie vitrée donnant sur le jardin.

La seule chose qui n’était pas à sa place dans toute la maison était une paire de chaussures à talons, noires et simples, avec un talon large et une petite lanière sur le devant. Victor se souvenait que sa mère avait une paire qu’elle appelait Mary Janes, elles étaient au milieu du sol, l’une couchée sur le côté, la lanière défaite, elles avaient l’air si solitaires, presque comme si elles étaient perdues.

L’avocat avait été très précis : cet acte de bonté aléatoire avait convaincu M. Frances que Victor méritait sa succession. Quelques parents ambigus avaient tenté de protester, mais ils avaient perdu, c’était Victor, la vieille maison, un trust plus que modeste, et de vagues souvenirs d’un vieil homme qu’il n’avait jamais rencontré.

À l’exception de la maison, Victor s’était battu pour tout ce qu’il avait dans sa vie, même pour son poste dans l’entreprise de son père. Il avait appris très tôt à se défendre, à frapper vite, à frapper fort, et si cela ne marchait pas, à fuir comme l’enfer.

Il a toujours été plus petit que les autres garçons et il aimait traîner avec les filles, surtout parce qu’elles étaient plus intelligentes que les garçons. À l’école primaire, ce n’était pas un problème, du moins jusqu’au CM2, quand Tommy Miller a eu une poussée de croissance et a commencé à terroriser la classe. Un jour, il a pris Victor, l’a poussé de la balançoire sur laquelle il se trouvait et s’est tenu au-dessus de lui, le mettant au défi de faire quoi que ce soit, Victor est arrivé vite et fort, un genou dans l’entrejambe de Tommy suivi d’un poing dans son nez.

Tommy s’est mis à plat ventre, serrant son entrejambe d’une main et son nez de l’autre, tandis que le sang recouvrait le sable. Les deux garçons ont été suspendus pendant deux semaines, et Victor avait appris la première partie de la leçon, il a appris la seconde moitié le lendemain quand Tommy a recruté deux élèves de sixième année pour l’aider à se venger, ils étaient plus grands et avec leurs jambes plus longues, plus rapides, mais Victor était rapide comme un lapin et tout aussi sournois, ils ne l’ont jamais attrapé.

Histoire sexe Spéciale Un homme découvre un plaisir insoupconné
Les dernières inscrites

Pendant le reste de sa suspension, Victor est allé travailler avec son père, c’était la première fois d’une longue série. Comme les autres garçons grandissaient et pas Victor, il a commencé à se rebeller d’une autre manière, il s’est laissé pousser les cheveux et a expérimenté la drogue, ce qui lui a valu d’autres ennuis.

Au collège, c’est pire, tous les garçons et beaucoup de filles sont plus grands que Victor, et leurs taquineries sont sans pitié. Le lycée n’est pas mieux, il ne grandit toujours pas, n’a pas de poils sur le visage ni sur le corps. Ses amis étaient tous des filles, mais il n’a jamais eu de petite amie. Les garçons étaient brutaux, Tommy Miller en tête, ils le poussaient dans des casiers et le jetaient dans des bennes à ordures. Il s’est défendu avec tout ce qu’il avait, faisant sa part de dégâts et récoltant sa part de suspensions.

Lorsqu’il a obtenu son diplôme, il ne mesurait plus qu’un mètre quatre-vingt-dix et un mètre vingt-cinq, avec de longs cheveux auburn, des yeux verts, un casier judiciaire fraîchement effacé et une énorme puce sur l’épaule qui ne demandait qu’à être enlevée. Le plus drôle, c’est qu’il vous donnerait la chemise de son dos si vous en aviez besoin.

Les suspensions sont devenues un travail d’été, puis un travail à plein temps. Le seul endroit où Victor estimait avoir le respect qu’il méritait, c’était au travail. Il savait se débrouiller sur un chantier d’aménagement paysager ou de construction aussi bien que n’importe qui et pouvait réparer à peu près n’importe quoi, ce qui avait valu à son père de le nommer chef d’équipe.

Il s’attendait à mettre ces compétences au service de la vieille maison, mais elle était immaculée, à l’exception de cette paire de chaussures.

Victor vida la première glacière dans le réfrigérateur et la seconde dans le congélateur, il n’allait pas avoir faim, sa mère s’en était assurée. Il commença à s’occuper de l’armoire de la chambre principale, emballant méticuleusement les vêtements de M. Francis dans des cartons pour le voyage à l’Armée du Salut et les remplaçant par les siens. Sur un coup de tête, il enfila l’une des vestes de costume, qui lui allait parfaitement. Il était tard, il avait faim et il était fatigué. Il s’attaquerait demain aux tissus doux et brillants du reste de l’armoire.

Son estomac le conduisit à la cuisine où il prépara quelques sandwiches, prit une bière et alla s’asseoir au bord de la piscine, non, sa piscine, il allait falloir un certain temps pour que tout cela s’installe dans son esprit. L’air de la nuit était agréable, les oiseaux dans les arbres lui souhaitaient la bienvenue dans sa nouvelle maison. Il prit une grande inspiration, essayant d’absorber les parfums et les odeurs de la nuit et réalisa qu’il avait besoin d’une douche, et de beaucoup.

Il lui fallut un certain temps pour comprendre le fonctionnement de la douche : six vannes de contrôle et cinq buses, deux à chaque extrémité de la douche et une énorme pomme de pluie au-dessus de lui. Une fois qu’il eut trouvé le jet qu’il voulait et réglé la température, il attrapa le premier flacon de gel douche qu’il trouva, en versa une bonne dose dans sa main et commença à se frotter, le délicat parfum floral de la lavande lui emplissant la tête.

Histoire sexe Spéciale Un homme découvre un plaisir insoupconné
Génère des photos porno grâce à l'intelligence artificielle

Il s’arrêta juste une minute, puis se dit que ce n’était pas grave et continua à frotter, ça sentait bon. Il se retourna et vit le simple pain de savon et la bouteille de Head and Shoulders à l’autre bout de la douche, oups.

Peut-être que le gel douche, le shampoing et les vêtements appartenaient à la petite amie de M. Francis, mais si c’était le cas, pourquoi n’avait-elle pas tout reçu ? Mais si c’était vrai, pourquoi n’a-t-elle pas tout reçu ? “Oh, eh bien”, se dit Victor, “ça ne vaut plus la peine de s’en préoccuper de toute façon”.

Victor se sécha et se regarda longuement dans le miroir, sa mère lui disait souvent qu’il devrait sourire davantage, ” aucune fille sympa ne sortira avec toi si tu as l’air tout le temps en colère “, disait-elle, et elle avait raison, il était furieux d’être si petit, il était furieux que ses petites mains rendent parfois son travail difficile, et si vous vouliez vraiment le voir en colère, il suffisait de mentionner ses jolies fesses ou de lui dire qu’il ressemblait à une fille.

Il travaillait dur et cela se voyait, il n’y avait pas de graisse sur son corps, maigre et tendu, il était juste petit, “trop petit pour un vrai homme”, avait dit le dernier gars avec qui il s’était battu, il ne le répéterait pas, du moins pas en face de Victor.

Sans réfléchir, Victor saisit un caleçon dans le tiroir du haut et commença à l’enfiler, la soie et la dentelle qui remontaient le long de sa jambe étaient agréables, mais il se trompa de tiroir, jeta la culotte rose là où il l’avait trouvée par hasard, se retourna et prit un caleçon dans le tiroir de l’autre côté du mur. Un short et un t-shirt suivaient, et il était prêt à partir. Il y avait une télévision dans le bureau et un film serait exactement ce qu’il lui fallait pour se détendre, du moins c’est ce qu’il pensait.

Prenant une profonde inspiration, il se sourit à lui-même pour ses faux pas en lavande et en dentelle, se dirigea vers la porte du placard et trébucha sur les talons qu’il avait laissés au milieu du sol. Il les ramassa et chercha la place qui leur revenait, “Je veux dire que tout dans cette maison a une place, n’est-ce pas ?”. se dit-il.

Les chaussures étaient noires et avaient un accent brogue sur le bout et un talon assorti, il savait ce qu’était un brogue grâce à “The Kingsman”. Les talons n’étaient pas trop hauts et elles étaient plutôt mignonnes, “Maman les adorerait”, sourit-il. Il n’y avait pas de place pour les chaussures, alors il les a posées un peu plus loin et est descendu pour prendre une dernière bière et voir ce qu’il pouvait trouver à la télévision.

Ses plans s’effondrèrent lorsqu’il découvrit qu’il n’y avait pas de câble, mais un lecteur DVD et une vaste collection de documentaires sur le jardinage et les fleurs. Il se dit à voix haute : “Et puis zut !” et ouvre le boîtier d’un DVD intitulé “La préparation et l’entretien des bégonias”, c’est vraiment pas terrible, se dit-il en riant.

Il n’y avait pas d’introduction, la vidéo commençait avec une jeune femme séduisante qui expliquait à son professeur pourquoi son devoir était en retard, proposant de faire n’importe quoi, le mot “n’importe quoi” dégoulinait littéralement de sexe à la façon dont elle le disait, “M. Francis, vieux renard rusé”, il s’appuya sur la chaise derrière le bureau et sirota sa bière. C’était du porno, cru et simple, les dialogues étaient horribles et la photographie presque aussi mauvaise, mais l’homme était suspendu comme un cheval, et la jeune fille était stupéfiante, quand elle a pris l’énorme morceau de viande jusqu’au fond de sa gorge, Victor a craché de la bière dans toute la pièce. Lorsque l’homme l’a soulevée et l’a placée sur son bureau, tirant doucement sa culotte le long de ses jambes minces, exposant son tout petit pénis, Victor s’est étouffé, a attrapé la télécommande, l’a fait tomber sur le sol, s’est précipité pour la ramasser et appuyer sur le bouton d’alimentation, ou était-ce le bouton de pause ?

Lorsqu’il a regardé l’écran, au lieu d’un écran vide, c’était un gros plan de la jeune fille avec la queue de cheval de l’homme complètement à l’intérieur d’elle et un petit jet de liquide s’échappant de sa petite bite, elle avait l’air d’être en extase. Cette fois, il s’assura d’appuyer sur le bouton d’alimentation et l’écran s’éteignit. Il remit le DVD dans son boîtier et, pour une raison inconnue, au lieu de le jeter, il le remit sur l’étagère où il l’avait trouvé.

Histoire sexe Spéciale Un homme découvre un plaisir insoupconné
Nouveaux profils

“M. Francis, espèce de vieux bouc,” dit-il en buvant le reste de sa bière et en décidant de s’arrêter là pour la nuit, car ce grand lit a l’air confortable. Pour une fois, depuis qu’il était entré dans la douche, il avait eu raison.

Allongé sur le lit, il se remémorait la folie de toute cette histoire, l’appel de l’avocat, le défi lancé par des parents qui en savaient moins sur M. Francis que Victor, l’emménagement, le porno, et ces stupides chaussures, où étaient-elles passées ? Cela le rendait fou, il a jeté ses couvertures et est retourné dans le placard, s’ils avaient pu avoir les chaussures, ils se seraient moqués de lui.

Victor les ramassa et les regarda de plus près, taille dix, la même que sa mère ; la même taille que lui, il avait emprunté des baskets à sa mère plus d’une fois. Il défit la dernière boucle, posa les chaussures sur le sol, respira profondément et les enfila, elles lui allaient parfaitement. Il ferma les courroies une à une, tituba jusqu’au miroir et les regarda sur ses pieds, il sentait son cœur s’emballer, elles étaient jolies, non pas jolies, ce n’était pas le bon mot, elles étaient mignonnes.

Il regarda le mur derrière lui, des dizaines et des dizaines de paires de chaussures, des talons, des bottes, des sandales, tous les styles et toutes les couleurs, osait-il ? Il enleva les Mary Janes et choisit une paire de talons aiguilles rouge vif avec ce qui devait être des talons de six pouces, et se retourna vers le miroir en vacillant, aussi confus qu’excité. Viennent ensuite les bottes à hauteur du genou, puis les sandales bronzées à lanières et à petit talon, et ainsi de suite, avant même de s’en rendre compte, le sol était couvert de chaussures et il gloussait comme une petite fille.

Lentement et délicatement, il remit ses nouveaux trésors à leur place, jusqu’à ce qu’il ne reste plus que les Mary Janes noires qui avaient tout déclenché. En souriant, il retourna dans son lit et s’évanouit.

Au petit déjeuner, il essaya de justifier ce qui s’était passé, mais il n’y avait pas d’explication rationnelle à ce que ces chaussures lui avaient fait ressentir. Tout ce qu’il savait, c’est qu’il voulait à nouveau ressentir cela. Il rangea la cuisine et retourna dans le placard. En regardant les chaussures, essayant de décider lesquelles il voulait porter, ses yeux se sont portés sur la commode, quelles autres merveilles pouvaient bien y avoir ?

Le tiroir du haut contenait des culottes et des soutiens-gorge, puis des débardeurs et des hauts soyeux à fines bretelles, Victor pensait qu’on les appelait des camisoles, mais il n’en était pas sûr, le troisième tiroir était plein de bas, de toutes les nuances, et un pays de merveilles de chaussettes, certaines simples et d’autres avec de la dentelle froufroutante au sommet, puis des t-shirts, puis des chemises de nuit, et enfin des shorts et des maillots de bain. Victor y passa la main, laissant les tissus doux caresser le bout de ses doigts, vaguement conscient du mouvement de son entrejambe.

Ses mains tremblaient alors qu’il ouvrait lentement le tiroir du haut, sélectionnant la culotte rose qu’il avait attrapée par erreur la nuit dernière, il l’enfila et laissa échapper un soupir lorsqu’elle glissa le long de ses jambes pour remplacer le caleçon qui gisait maintenant sur le sol. Elle était juste assez serrée pour maintenir son pénis en place, même s’il n’était pas si énorme que cela, une autre chose qui avait toujours dérangé Victor. Il se souvint de la fille dans le porno qu’il avait trouvé, il se sentit rougir, elle était à peu près de la même taille que lui.

Passant ses mains sur le satin et la dentelle, il prit quelques profondes inspirations pour s’imprégner de la sensation du tissu doux contre sa peau. Il y avait un soutien-gorge, tout aussi rose et en dentelle, avec un motif assorti qui attira son attention, pouvait-il le faire, osait-il ? Une autre grande inspiration, un autre grand soupir et il l’a glissé autour de sa poitrine. Après quelques tentatives, il finit par le mettre à l’envers et le faire glisser, il l’ajusta pour qu’il soit confortable, admirant la façon dont le rembourrage lui donnait une poitrine modeste.

L’esprit de Victor tournait, il voulait se regarder dans le miroir mais n’osait pas, alors il ouvrit le tiroir suivant, encore du satin et de la dentelle, une camisole rose glissa sur ses épaules et le long de son corps, Victor avait trouvé le paradis sur terre, les tissus délicats embrassaient et caressaient sa peau d’une manière qu’il n’aurait jamais cru possible, la chair de poule courait sur ses bras et ses jambes. “Ce n’est pas possible, ce n’est pas possible”, dit une petite voix à l’arrière de sa tête. Victor ferma les yeux et soupira doucement, “mais c’est vrai”, dit-il à haute voix, un sourire se dessina sur son visage et un gémissement s’échappa de ses lèvres.

Les bas qu’il avait choisis avaient des élastiques collants qui les maintenaient sur ses cuisses, il lui fallut trois essais pour trouver une robe dans laquelle il se sentait bien et qui allait avec les chaussures qu’il avait finalement choisies. Il enfila les bas talons et se retourna pour regarder le produit fini, un énorme nœud se formant dans son estomac alors que le doute hurlait au fond de son esprit.

Victor ne reconnut pas la personne qui le regardait, d’abord, elle n’était pas en colère, elle souriait, son visage était détendu, ses grands yeux verts montraient quelque chose qu’il n’avait pas vu depuis longtemps. Des seins modestes et une taille fine étaient complétés par des hanches fines et de très jolies jambes, les bas cachaient le peu de cheveux qu’elle avait. Les bas cachaient le peu de cheveux qu’elle avait. Dans l’ensemble, elle était mignonne, et il aimait ça, tout ça ; surtout, il aimait ce qu’il ressentait lorsqu’il la voyait lui sourire.

Il tourna rapidement sur lui-même, gloussant en la regardant, un mélange d’émotions s’empara de lui alors qu’il fixait la fille dans le miroir, était-ce bien ou mal ? Pourquoi l’aimait-il tant ? Est-ce que cela fait de lui un homosexuel ? Et si quelqu’un le découvrait, que ferait-il ? Une partie de lui était terrifiée et une autre partie ne s’en souciait pas le moins du monde, mais toutes voulaient en savoir plus.

Malheureusement, son ordinateur portable était derrière le siège de son camion et même s’il l’avait, il n’avait pas d’internet. Il trouva son téléphone et appela la compagnie du câble, ils enverraient un technicien demain matin. Pour aujourd’hui, il pouvait faire ce qu’il voulait. Tout d’abord, il regarda la pièce, le placard était un désastre, des tenues partout, des robes et des jupes éparpillées sur le sol, au moins une douzaine de paires de chaussures mélangées, des pantalons et des tops et divers articles de lingerie ajoutés à des éclairs de couleurs vives ici et là.

Il y avait un système évident dans le placard, chaque chose ayant une place spécifique, à l’exception de ces stupides Mary Janes, se moqua Victor en fronçant les sourcils devant les chaussures. Une fois que tout était en place, il ne restait plus qu’à savoir ce qu’il voulait porter, la jupe et le haut étaient bien, mais avait-il vraiment envie de porter des bas et des talons pour le reste de la journée ?

Victor regarda les vêtements dans l’armoire, il pourrait encore jouer à se déguiser, mais cela signifierait qu’il devrait à nouveau nettoyer l’armoire s’il se laissait emporter, et il savait qu’il le ferait. Au lieu de cela, il ouvrit le tiroir du bas et choisit un bikini simple, noir avec des fleurs violettes et roses, le haut était juste assez rembourré pour donner l’impression qu’il avait des seins, le bas n’était pas trop moulant mais suffisamment pour montrer juste ce qu’il fallait de ses fesses ; il allait juste traîner au bord de la piscine et se détendre. Cela faisait longtemps qu’il ne s’était pas autorisé à faire une chose pareille.

Il a pris quelques bières, mis Pandora sur son téléphone sur la chaîne Jimmy Buffett et s’est mis en route pour ne rien faire de tout l’après-midi. Il a nagé quelques longueurs et s’est allongé au soleil, savourant la sensation des rayons chauds qui cuisaient lentement son corps. Plusieurs bières et plusieurs heures plus tard, il s’est rendu compte qu’il avait manqué quelque chose d’important. En entrant dans la douche pour se rincer, il s’est vu dans le miroir, ses lignes de bronzage étaient évidentes.

L’ancien Victor aurait été furieux, le nouveau Victor s’est contenté de rire et a décidé qu’aller torse nu aux chantiers ne serait plus son truc, une lotion parfumée à l’aloès a soulagé son coup de soleil, il a enfilé une chemise de nuit en coton et a commandé une pizza, sans se soucier de ce que le livreur a pensé lorsqu’il l’a payé à la porte.

Victor prit une bière et emporta la pizza au bureau, choisissant cette fois un documentaire sur les roses, elles devaient être plus sûres que les bégonias, se justifia-t-il. La qualité de production de cette vidéo était bien supérieure à celle de la dernière fois et la jeune femme tout aussi éblouissante, une partie de lui espérait que le vieil homme avait des goûts variés et une autre espérait que ce n’était pas le cas, l’image de son visage alors qu’elle entrait en éruption sur le ventre, cette chose massive à l’intérieur d’elle le hantait toujours.

L’histoire était la même, une jolie jeune fille avec un petit quelque chose en plus se fait sauter par un type exceptionnellement bien membré. Cette fois, Victor a regardé la vidéo en entier et lorsque la jeune fille a vomi, il a fait de même.

Après avoir changé de chemise de nuit et s’être nettoyé, il s’est mis au lit. Sans se soucier de savoir où sont passées les Mary Janes, il dormit encore mieux que la veille.

Comme chacune des tenues qu’il avait essayées hier, le choix de ce qu’il porterait au réveil le lendemain matin commença par les chaussures, quelles paires lui parlaient, lesquelles demandaient son attention, les bottes au genou avec les talons de cinq centimètres l’emportèrent. Victor choisit une simple culotte en coton et un soutien-gorge souple avant de se glisser dans un jean qui, s’il n’avait pas été suffisamment extensible, ne lui aurait jamais permis de l’enfiler. Il lui fallut quelques essais, mais il trouva le moyen de cacher sa virilité. Il choisit un chemisier en coton vaporeux pour compléter la tenue et descendit préparer le petit déjeuner, oubliant presque le câblodistributeur jusqu’à ce qu’un coup fort à la porte d’entrée vienne rompre sa transe, réalisant qu’il n’avait pas le temps de se changer, il ouvrit la porte, c’était juste le câblodistributeur après tout.

“Appel de service, euh, mademoiselle, installation du câble”, disait George sur son badge et il avait l’air d’avoir été pris au dépourvu.

L’ancien Victor se serait un peu hérissé d’être appelé mademoiselle, mais le nouveau Victor aimait ce sentiment, surtout compte tenu de la façon dont il était habillé, il le justifiait un peu en se rappelant que ce n’était que le gars du câble et qu’il ne le reverrait jamais, alors il laissait faire, “ouais bien sûr, entrez”.

Lorsque George eut terminé, Victor avait le câble, l’internet à haut débit et un booster wi-fi à l’étage, juste au cas où, il était prêt. Victor a signé le formulaire, George est parti en s’assurant de regarder une seconde fois les jolies fesses de la rousse qui le suivait partout en lui posant toutes sortes de questions depuis trois heures, est-ce que son jean aurait pu être plus serré, il en doutait et il n’allait pas s’en plaindre.

Victor regarda George retourner à son camion en souriant et en le saluant une dernière fois, puis en pensant à tout ce qui s’était passé ces derniers jours, il avait vraiment besoin de plus d’informations sur ce qu’il était en train de faire, et il en avait besoin maintenant. Son ordinateur était toujours derrière le siège de son camion, qu’il avait laissé George déplacer dans la rue pour qu’il puisse accéder au côté de la maison où il en avait besoin. Il réfléchit aux options qui s’offraient à lui alors qu’il terminait son déjeuner : se changer pour pouvoir se changer à nouveau lorsqu’il rentrerait à l’intérieur, parce qu’il savait qu’il le ferait, ou bien se lancer, personne ne le reconnaîtrait de toute façon, n’est-ce pas ?

Il se battit avec lui-même, rationalisa et finit par se faufiler par la porte latérale et se faufila le long de la haie jusqu’à ce qu’il atteigne le trottoir. Il s’est précipité vers son camion et bingo, il s’est dit qu’il pourrait retourner à l’intérieur avant que quelqu’un ne le voie, c’était parfait. Il s’est vite rendu compte qu’il avait oublié une petite pièce du puzzle, il ne portait des talons que depuis quelques heures et pouvait à peine marcher avec, il s’est rendu compte qu’il ne pouvait pas courir du tout avec, il s’est tordu une cheville et s’est effondré au milieu de la cour quand il a essayé de rentrer en courant.

“Une voix légèrement familière se fit entendre derrière lui. Georges avait déjeuné dans son camion.

Victor resta sans voix, secouant la tête en se tenant le pied, ses anciens entraîneurs d’éducation physique lui auraient dit de marcher, ouais, comme si l’un de ces crétins pouvait courir avec des talons, il sourit presque et puis sa cheville se mit à palpiter à nouveau.

“Laisse-moi t’aider à rentrer, c’était une belle chute”. Terrifié, Victor laissa George le soulever et le porter jusqu’à la maison.

“Il n’avait pas réalisé à quel point George était grand et fort et il sentit un étrange mélange de sentiments commencer à grandir en lui, l’un d’entre eux dans son entrejambe.

Lorsque Georges eut installé Victor sur le canapé de la véranda, il enleva les bottes des pieds de Victor et vérifia doucement la cheville enflée, passant ses mains le long du mollet et redescendant, ses grandes mains étaient si tendres.

“La cuisine ? George demanda et Victor pointa du doigt, ne sachant pas trop ce qui se passait et essayant de décider s’il devait dire à George de partir ou le laisser rester et s’occuper de sa blessure.

George revint avec un pack froid fait d’un sac zip rempli de glace enveloppé dans une serviette, il plaça le pied blessé sur un oreiller et posa le pack dessus, le tapotant doucement et souriant à Victor.

Victor se sentit mieux presque immédiatement, il se passait quelque chose en lui qu’il ne pouvait pas comprendre. Il ressentait des choses et pensait des choses qu’il n’aurait jamais dû ressentir ou penser, quelqu’un avait débranché une bouteille d’envies et de désirs refoulés et Victor ne savait pas s’il serait un jour possible de la remettre en place.

“Si tu es sûr que ça va aller, je vais me laisser aller”, dit George à Victor dans un grand sourire, ses yeux pétillent comme s’il connaissait un secret.

“Je pense que ça va aller, je ne pense pas que ce soit aussi grave que ça en a l’air. “Victor lui rendit son sourire.

“George s’apprête à partir, s’arrête et se retourne avec un air perplexe : ” Je peux te demander quelque chose ? “.

Victor le regarde fixement, des millions de questions possibles lui traversent l’esprit, mais il ne veut répondre à aucune d’entre elles.

“C’est juste que, eh bien, euh,” George essayait visiblement de comprendre quelque chose, “le bon de travail de tout à l’heure, il y avait écrit Victor Marshall, est-ce qu’il est comme ton mari, ton père, ou ton frère, ou quelque chose comme ça, ou est-ce que c’était censé dire Victoria ? Ce n’est pas mon problème, c’est juste que tu es le plus beau Victor que j’aie jamais vu, ou bien les papiers étaient erronés”.

Ce n’était pas qu’une erreur, George pensait vraiment qu’il était une fille, c’était la première fois de sa vie que cela ne l’avait pas énervé, ” Euh oui, Victoria, mais vous pouvez m’appeler Vicki si vous voulez “, lui sourit-elle.

Victor n’avait pas remarqué George, mais Vicki était en train d’absorber tout ce qu’elle pouvait de l’homme qui flirtait avec elle, grand et fort, de grands yeux bruns de biche avec un beau sourire et des cheveux bruns ondulés juste au-dessus de ses oreilles. Sa voix était un baryton doux et résonnant, elle l’avait senti dans sa poitrine lorsqu’il la portait à l’intérieur, ses grandes mains calleuses à force de travail mais toujours douces, et la façon dont son jean pendait sur ses fesses, Vicki s’est surprise à rougir.

George commença à partir une troisième fois, “Tu as déjà fait du cheval ?” il s’arrêta et se retourna à nouveau.

Vicki secoua la tête, “J’ai toujours voulu le faire”.

“Peut-être pourrions-nous aller chez mes parents un jour, nous avons une pouliche avec laquelle je pense que tu t’entendrais bien, si tu n’es pas occupée.

Vicki était en pâmoison, les mots ne pouvaient pas être les siens, “ouais, je pense que ça me plairait,” elle sourit, “appelle-moi un de ces jours ? Vous pouvez obtenir mon numéro sur le bon de travail, n’est-ce pas ?”

“Oui, je peux faire ça, on peut aller faire un tour et pique-niquer dans un endroit que j’aime bien, une vue, un grand chêne, un petit étang, c’est sympa.”

“Ça m’a l’air bien, mais laissez-moi d’abord le temps de guérir”, dit Vicki en souriant et en regardant George se libérer. Dès qu’elle s’est assurée qu’il n’était plus à portée de voix, elle a pris un oreiller, l’a mis sur son visage et a crié. Quelque part au fond de lui, Victor criait aussi.

Alors que Victor était rarement pris au dépourvu, Vicki semblait avoir pris l’habitude de ne pas réfléchir. Elle était coincée sur le canapé du solarium, avec son ordinateur portable juste hors de portée, le mot de passe wi-fi dans le bureau, son téléphone dans la cuisine, et elle avait envie de faire pipi.

Elle a tenu bon jusqu’à ce qu’elle n’ait plus le choix et a découvert que sa cheville n’était pas si mal en point, bien sûr elle a eu mal quand elle s’est tordue, mais il n’y avait pas d’enflure à proprement parler et elle pouvait marcher sans trop broncher.

Elle a passé l’après-midi cloîtrée dans le petit bureau à faire des recherches sur Internet, elle a trouvé des forums et des blogs, elle a trouvé des sites entiers consacrés aux hommes en robe et toutes sortes de discussions sur le fait d’être transgenre, elle a tout lu, elle a même créé un compte et posé quelques questions sur l’un des forums. Les “gurls” du forum étaient géniales, elles lui donnaient des conseils et l’encourageaient, certaines exigeaient des photos du placard magique qu’elle avait trouvé et du trésor qu’il contenait, et d’autres demandaient poliment des photos d’elle.

Victor n’aurait jamais pris ce genre de risque, mais Vicki a trouvé cela libérateur. Elle s’est assurée de leur donner une photo des Mary Janes qui avaient ouvert la porte. Quand Vicki a finalement repris son souffle, il était plus de deux heures du matin, tant de choses auxquelles elle n’avait jamais pensé lui ont traversé l’esprit alors qu’elle se déshabillait lentement et se préparait à aller au lit, Le maquillage et l’épilation, tous les posters semblaient s’accorder sur le fait que les manucures et les pédicures étaient un don des dieux, et, bien sûr, des mises en garde contre les haineux et les prédateurs, et même un sujet sur le rangement qui était suffisamment important pour que les modérateurs l’aient épinglé en haut du tableau.

Vicki se tournait et se retournait dans des crises d’agitation, luttant contre toutes les nouvelles informations et l’étrangeté de ce qui s’était passé, elle n’avait pas été dans cette maison depuis deux jours et toute sa perception de qui et de ce qu’elle était avait changé, puis elle pensa à l’équitation avec George, elle pensa à la tendresse et à la délicatesse qu’il avait eues avec elle et elle se souvint de ses grands yeux bruns et de son sourire bienveillant, tout le reste sembla s’estomper à l’arrière-plan.

Elle s’étira, bâilla et se glissa sous l’énorme couette, écoutant le bruit que faisaient ses petits pieds en marchant sur le parquet vers la salle de bain. Elle sourit en se regardant dans le miroir, remarquant que tout ce que Victor détestait chez lui, sa taille, ses petites mains et, euh oui, ça aussi, son incapacité à se laisser pousser la barbe, son corps svelte et ses fesses rondes, étaient des atouts pour Vicki.

Elle pourrait avoir besoin d’un peu d’aide ici et là, pensa-t-elle, et commença à fouiller dans les tiroirs du meuble jusqu’à ce qu’elle trouve la tondeuse à barbe, la masse indisciplinée de poils roux dans son entrejambe fut rapidement taillée proprement, tout comme les poils sous ses bras, elle finirait sous la douche lorsqu’elle se raserait les jambes.

“Rase-moi les jambes, qu’est-ce que je fais ? La voix de Victor hurlait dans sa tête.

Un frisson d’anticipation la parcourut alors qu’elle se souvenait à quel point le rasage pouvait être sensuel, comme l’avaient dit certains membres du forum, et elle espérait inconsciemment ne pas saigner à mort pendant l’opération. C’était un peu comme ouvrir le dernier cadeau de Noël, celui dont vous saviez qu’il serait parfait, et c’était encore mieux quand elle s’est étalée sur ses jambes avec de la crème hydratante parfumée quand elle a eu fini. Elle ne pouvait pas résister à la tentation de s’asseoir et de frotter ses jambes soyeuses l’une contre l’autre pendant quelques minutes.

Vicki avait l’impression d’avoir gaspillé la journée d’hier d’une certaine manière, il y avait des choses à faire dans la maison, l’électricité devait encore être vérifiée et elle savait qu’elle voulait remplacer les ampoules incandescentes par des LED, alors elle se dirigea vers l’armoire pour s’habiller, le côté de Victor n’était même pas une pensée.

Elle opta pour un jean et un t-shirt, le même jean que la veille, celui qui était si serré qu’elle avait du mal à l’enfiler, les trucs qu’elle avait lus sur le fait de rentrer les vêtements l’avaient aidée, “Je suppose que c’est ce qu’ils entendent par jean moulant”, dit-elle en riant en admirant la façon dont il épousait ses jambes et ses fesses. Le t-shirt était plus petit que celui que Victor aurait porté, juste assez serré pour mettre en valeur les petits seins que le soutien-gorge push-up lui donnait et assez long pour couvrir à peine son ventre, les bottes aux genoux avec des talons de cinq centimètres complétaient le look.

Ses cheveux relevés en queue de cheval, elle n’hésita pas à se diriger vers son camion pour prendre ce dont elle allait avoir besoin, saluant même un couple qui passait devant elle, un petit yorkshire tirant sur sa laisse comme s’il était le chef, elle gloussa, c’était probablement le cas.

Il n’y avait pas de surprise, tout était en excellent état et Vicki avait sa liste d’ampoules qu’elle devait aller chercher à la quincaillerie, la seule chose qu’elle n’avait pas vérifiée était le garage.

Son cœur s’est arrêté lorsqu’elle a ouvert la porte, trois voitures étaient assises devant elle, une Cadillac plus récente, les deux autres, oh mon dieu, une Corvette 1963 à fenêtre divisée et une 1957 rouge cerise, elle se sentait en train d’essayer de bander.

“M. Wilson, c’est Vicki, je veux dire Victor Marshall, je suis dans le garage et j’ai quelques questions, est-ce qu’elles font partie de l’accord et si oui, où sont les clés ?

M. Wilson rit, “une petite armoire dans le mur à côté de la porte latérale dans la cuisine, je suppose que vous avez une idée de ce que vous regardez ?”

“Oh, oui, et elles sont magnifiques”, dit Victor d’une voix étourdissante. M. Wilson rit à nouveau en raccrochant.

Il ne faisait aucun doute qu’ils couraient, que la Cadillac était celle de sa mère ou que Vicki emmenait la décapotable rouge chercher des ampoules.

Qui aurait pensé que choisir un sac à main était une affaire importante ? Certainement pas Victor, mais cela a pris trente minutes à Vicki. Il n’y avait pas grand-chose dedans, mais il était hors de question que ses clés et son portefeuille aillent dans les poches de son jean.

La 57 a démarré en trombe lorsqu’elle a tourné la clé, sortant lentement du garage, elle a appuyé sur le bouton pour fermer la porte derrière elle et est sortie, c’était un rêve devenu réalité. Elle était tellement dans l’expérience de conduire la voiture qu’elle a laissé son pilote automatique l’emmener à la quincaillerie, ce n’est que lorsqu’elle s’est garée qu’elle a réalisé qu’elle connaissait presque tout le personnel par son prénom, sa confiance s’est évanouie, Victor a crié dans sa tête, “qu’est-ce que je fais ici, comme ça ?”. Dans sa panique pour sortir du parking, elle a failli heurter l’un des camions de son père.

Elle s’est arrêtée dans le centre commercial de l’autre côté de la rue, tremblante et essayant de ne pas pleurer, se maudissant de la stupidité de toute cette histoire.

“Sweet ride”, lui dit soudain une voix étrange en lui donnant un centre.

“Euh ouais, merci.” Elle ne pouvait pas regarder qui c’était.

“Sérieusement, je ne te drague pas ou quoi que ce soit, mais c’est la voiture de mes rêves, tu peux me montrer ce qu’elle a ?”

Vicki ouvrit le capot et réalisa qu’elle n’avait pas regardé non plus. Le jeune homme attendit patiemment qu’elle sorte de la voiture et l’ouvre, exposant un moteur si propre qu’on aurait pu y servir un dîner.

“Pour être honnête, je viens d’en hériter, donc je ne connais pas les détails, mais je suis presque sûr qu’elle est d’origine et que les numéros correspondent, et elle est vraiment amusante à conduire”. Ils ont parlé de voitures pendant un moment, se promenant autour de la Corvette, admirant ses lignes classiques, Vicki l’a surpris en train de l’admirer un peu, et cela l’a fait sourire.

“Merci, il faut que j’y aille, ma mère m’attend, elle est magnifique”, dit-il en désignant la voiture d’un signe de tête, “presque aussi jolie que son chauffeur”, le jeune homme rougit et commença à se retourner pour s’éloigner.

Vicki lui saisit le bras et l’embrasse sur la joue, “merci, tu ne sais pas à quel point j’avais besoin d’entendre ça en ce moment”.

“Il porta la main à sa joue et faillit trébucher sur le petit trottoir. Vicki essaya de ne pas rire, regrettant de ne pas avoir mis de rouge à lèvres rose ou rouge pour laisser une marque.

Elle referma le capot et sourit lorsque le jeune homme la regarda par-dessus son épaule, qui sait, peut-être en avait-il besoin lui aussi.

L’enseigne indiquait Olympic Day Spa. Sans même s’en rendre compte, Vicki s’était garée juste devant la porte lorsqu’elle s’était enfuie de la quincaillerie, elle n’était même pas remontée dans la voiture, attrapant son sac à main, elle prit sa respiration et entra.

La fille à la réception était agréable, décrivant les offres et les forfaits en détail, aidant Vicki à choisir, elle a pris le forfait le plus cher, payant un peu plus pour qu’ils lui apprennent les bases du maquillage, Vicki a même admis qu’elle était trans, travestie ne semblait pas rendre justice à ce qu’elle ressentait, et la fille a agi comme si c’était la chose la plus normale qu’elle avait entendue de toute la journée.

Les ongles de Vicki étaient maintenant d’un rouge vif qui s’harmonisait avec ses cheveux et sa voiture. Même en tant que Victor, elle pensait que ses cheveux étaient son plus bel atout, alors ils les ont taillés et ont éliminé les pointes fourchues.

Le vernis devrait être enlevé lorsqu’elle retournerait au travail, mais pour l’instant, c’était parfait.

Lorsqu’elles eurent fini de la maquiller, Vicki sut qu’elle ne pourrait pas revenir en arrière, la jeune femme dans le miroir était magnifique, et le massage qui couronnait le tout l’avait endormie.

“Le masseur lui a donné une tape sur les fesses pour la réveiller et a ri quand il a eu fini. “Prends ton temps pour t’habiller et je serai dehors pour te montrer la sortie quand tu seras prête”.

“Mais maman”, dit Vicki en feignant de protester, ce qui provoqua un autre rire de la part de sa masseuse, et elle roula hors de la table pour s’habiller. En se glissant dans son jean et en enfilant ses bottes, elle se sentait mieux qu’elle ne l’avait été depuis longtemps.

La réceptionniste lui a préparé le maquillage qu’elle avait acheté et lui a réservé un autre massage et une manucure pour six semaines à partir d’aujourd’hui. En partant, elle se regarda dans le miroir, il n’y avait pas de Victor dans la personne qui se retournait, ce n’était pas seulement le maquillage et les vêtements, il y avait quelque chose de fondamentalement différent, il n’y avait plus le visage dur et en colère, à la place un doux sourire agréable, Vicki comprenait enfin pourquoi Victor avait vraiment été si en colère toutes ces années, pourquoi cela l’énervait tellement quand quelqu’un le traitait de fille, au fond de lui, être une fille était ce qu’il avait toujours voulu et il n’avait jamais pensé qu’il l’obtiendrait ; il n’y avait pas besoin d’être fâché plus longtemps.

Cette prise de conscience n’a pas facilité ce qu’elle savait devoir faire ensuite, demain était un jour de travail, les trois jours de congé que son père lui avait accordés pour s’installer les avaient mis en retard et elle le savait. Les histoires d’horreur qu’elle avait lues sur le forum la faisaient frémir, comment allait-elle en parler à ses parents, et putain de merde, qu’est-ce que son père allait faire ?

Vicki monta dans la petite Corvette rouge et se contenta de conduire, laissant la route l’emmener où elle voulait pendant qu’elle réfléchissait à la façon dont elle allait aller de l’avant sans ruiner la vie que Victor avait eu tant de mal à construire.

Elle se gara dans le garage et entra, se lava le visage, enleva le vernis de ses ongles et se glissa dans son lit, décidant qu’il était trop tôt, que tout cela était trop nouveau pour en parler à quelqu’un d’autre et qu’en plus, tout cela pourrait disparaître après que la nouveauté se soit dissipée ; c’est ce qu’elle se disait en tout cas.

S’habiller pour le travail fut un peu plus intéressant que Victor ne l’avait prévu, il savait qu’il ne pouvait pas porter ce qu’il avait porté hier mais quelque chose en lui continuait à l’attirer de ce côté de l’armoire. Lorsqu’il eut terminé, il portait son jean et sa chemise de travail habituels, avec une jolie culotte en coton en dessous et ses bottes de travail, la culotte devant suffire.

Les deux semaines qui suivirent furent intéressantes, car il jouait avec ce qu’il pouvait porter et quand. Ses journées étaient remplies de travail, son équipe terminait une rénovation et il était dans le feu de l’action. Dès qu’il rentrait chez lui, il prenait un bon bain chaud, s’imprégnant d’huiles de bain parfumées, Vicki s’habillait et allait se détendre ou faire un tour dans sa Corvette rouge, parfois elle mettait un bikini et allait se baigner, les jours étaient pour Victor, les nuits appartenaient à Vicki, mais les lignes s’estompaient rapidement.

Quelques jours plus tard, Victor était au bureau en train d’étudier les plans d’un nouveau travail, aidant son père à établir un devis, lorsque le client potentiel l’a accidentellement appelé mademoiselle, on aurait pu entendre un bruit d’épingle, sa réponse a été : “oui, on me le dit souvent, peut-être qu’un peu moins de fard à paupières ou autre chose pourrait aider”, l’esprit de Victor s’est porté sur la culotte en dentelle violette, la jarretière et les bas qu’il portait sous ses vêtements de travail, il a fait un sourire ironique.

Le client rit et dit : “Ma femme vend du Mary K, elle peut peut-être vous aider”.

“Vous avez sa carte ?” Victor a ri et ils ont obtenu le travail. L’humour d’autodérision a pris tout le monde par surprise, en particulier son père qui a fait un sérieux double regard.

“Si seulement ils savaient que je ne plaisantais pas”, murmure une voix dans sa tête.

Une semaine s’est écoulée et, alors que tout le monde semblait s’entendre avec le nouveau Victor, moins colérique, il avait du mal à maîtriser sa tenue vestimentaire. Vicki était allée faire du shopping et avait acheté plusieurs paires de jeans pour femmes qui étaient devenus les nouveaux jeans de travail de Victor, juste un peu plus ajustés et plus serrés à l’entrejambe, ils mettaient en valeur ses fesses d’une manière que l’ancien Victor n’aurait jamais tolérée. Il a réussi à passer une journée entière sans que personne ne remarque le soutien-gorge de sport qu’il portait sous sa chemise. Lorsqu’il a recommencé avec un push-up en dentelle et des prothèses mammaires très modestes que Vicki avait trouvées en ligne, Victor a su qu’un point de basculement était en train de se produire.

Quelques mois s’étaient écoulés depuis qu’elle avait emménagé dans la vieille maison et trouvé ces chaussures ridicules, elle venait de quitter le spa, cette fois-ci ses ongles étaient simplement vernis tandis que ses orteils étaient du même rouge vibrant qu’auparavant, elle savait que quelque chose allait se produire pour faire basculer les choses, et c’est alors que son téléphone a sonné, “Um, bonjour. C’est George, le gars du câble. C’est Vicki ?”

Elle l’avait presque oublié, lui et sa proposition d’aller faire du cheval. “Oh, salut, je commençais à penser que tu n’allais jamais appeler.”

“Comment va ta cheville ? Elle va mieux, j’espère.”

“Oui, merci. C’était juste une entorse, j’étais sur pied quelques heures plus tard, avoir envie de faire pipi peut être motivant”, dit-elle en riant, et il la rejoint. Il y a eu un petit silence gênant pendant une seconde ou deux.

“Écoute, commença George, tu as des projets pour samedi ? Je pensais qu’on pourrait faire cette balade que je t’ai promise.”

Victor a commencé à paniquer, mais Vicki n’a pas perdu une seconde : “Je crois que ça me plairait. A quelle heure dois-je être prête ?”

“Je viendrai te chercher vers dix heures, si tu as des bottes avec un talon plus court, ce serait mieux que celles que tu portais l’autre jour, il y a moins de risque de se blesser, il a gloussé et elle a souri, à samedi, il y avait une légère élévation dans sa voix, un soupçon d’excitation. Vicki en rougit.

“Qu’est-ce que je viens de faire ? Victor se crie silencieusement à lui-même : ” Je ne peux pas sortir avec lui ! Je suis un homme, il est un homme, qu’est-ce qui ne va pas chez moi ?” L’image de la belle jeune fille de la vidéo sur les bégonias lui revint à l’esprit et il rougit tandis que quelque chose d’étrange se produisait dans son entrejambe.

Lorsque Victor est rentré chez lui, il s’est rendu au bureau, a pris la vidéo du bégonia et l’a glissée dans le lecteur DVD. Il la regarda à nouveau en entier, remarquant l’expression du visage de la jeune fille lorsque le type à la queue de cheval la pilonnait, la façon dont elle gémissait et se mordait les lèvres, la façon dont elle bougeait avec lui, l’expression d’extase sur son visage lorsqu’elle éructa sur son ventre une, deux, trois fois, puis son cri lorsque son amant enfonça son énorme bite jusqu’au bout en elle, la remplissant de sa semence.

Victor se retrouva avec une main qui pompait fébrilement sa propre bite, son corps se contractant alors qu’il éructait sur la moquette. Comme il l’avait fait le jour où George avait connecté son Internet, Victor s’est mis à regarder la vidéo de Rose, puis celle sur les haies, tous les titres avaient pour thème le jardinage, mais aucune des vidéos n’avait de rapport avec les plantes. Ce qu’elles avaient en commun, c’était des filles transgenres de petite taille qui se faisaient baiser par des hommes de grande taille avec des bites énormes, et Victor n’en avait jamais assez.

Il s’est promis d’en regarder encore une, en prenant une vidéo sur l’étagère du bas. Il y avait quatre DVD numérotés dans le boîtier. Il choisit le numéro 1, l’inséra dans le lecteur et appuya sur play, reconnaissant immédiatement l’arrière-plan, qui avait été filmé dans son placard ; c’était un film de famille.

La femme en face de lui était impeccablement habillée, en fait, il avait porté la même robe. Elle était plus âgée que lui, la cinquantaine, et très séduisante, mais quelque chose clochait, il n’arrivait pas à mettre le doigt dessus. La scène change, même placard, même femme, mais une tenue différente. Victor regardait, hypnotisé, jusqu’à ce qu’il se rende compte qu’il n’y avait pas de Mme Francis, ou peut-être qu’il y en avait eu une à un moment donné, mais ce n’était pas elle, c’était M. Francis, le vieil homme qui lui avait tout légué, qui apparaissait dans les vidéos.

Tout comme sa première réaction face au porno, Vicki a été immédiatement dégoûtée, mais ce sentiment a été de courte durée. Elle regarda les vidéos et remarqua la transformation, M. Francis était un vieil homme solitaire, la belle dame dans les vidéos avait un sentiment de paix, Vicki savait exactement ce que cette femme ressentait et comprenait que, pour une raison quelconque, il n’y avait pas vraiment eu d’autre choix pour obtenir la vieille maison, peut-être, juste peut-être, une partie de la raison pour laquelle M. Francis avait tout laissé à Victor était qu’il voyait quelque chose de lui-même dans le jeune homme qui s’était occupé de son jardin. Peut-être avait-il vu quelque chose que Victor ignorait jusqu’à ce qu’il trébuche sur ces maudites chaussures.

Plus confus que jamais, Victor savait à qui il devait parler, mais il n’avait pas vraiment parlé à sa mère depuis qu’il avait déménagé, ils avaient bavardé et échangé des informations, mais ils n’avaient pas vraiment parlé. Peut-être que ce serait différent cette fois-ci, son père avait dû lui parler de sa nouvelle et meilleure attitude après tout.

Elle regarda son téléphone et appela sa mère. Vicki n’a même pas eu le temps de dire bonjour,
“Chérie, comment ça se passe à la maison ? C’est si excitant ? Est-ce qu’il y a beaucoup de travaux à faire ? Est-ce que tu as des voisins mignons ?” sa mère a posé une douzaine de questions sans prendre le temps de respirer.

“Il y a eu quelques surprises, en fait j’espérais que nous pourrions peut-être prendre un café ou quelque chose pour parler de l’une d’entre elles.”

“Oh, ma chérie, tu as rencontré une jolie fille, je le sens, comment s’appelle-t-elle ? Elle te fait sourire ? C’est pour ça que ton père n’arrête pas de dire que tu as changé ?”.

“En fait, elle s’appelle Vicki, et oui maman, elle me fait sourire.”

“Ok, chérie, je vais prendre mon sac à main et je te retrouve au Starbucks près de la quincaillerie dans un quart d’heure”, a-t-elle raccroché sans même dire au revoir.

Elle se maquilla, monta dans la 57 et se dirigea vers le café. Elle commanda un grand café noir avec deux sucres et s’assit pour attendre.

Même s’ils n’étaient pas coiffés en queue de cheval, les cheveux roux étaient son meilleur atout et sa mère l’a vu tout de suite, elle a commandé son café, l’a pris et s’est assise, Elle a vu le sourire doux et les yeux verts doux totalement dépourvus de colère, elle a vu le maquillage, simple mais l’accent parfait sur les traits de Vicki, “Oh mon, oh mon,” elle a pris une grande gorgée de son café, “alors, c’est la Vicki qui te fait sourire comme ça ? “

Vicki acquiesce et se met à pleurer.

Il y a eu un silence pendant quelques secondes. Tu vas abîmer ton maquillage”, lui tend une serviette.

Vicki l’a prise et a tamponné les larmes sur ses joues, “Tu n’es pas fâchée ?”.

“Surprise serait un meilleur mot, mais contrariée, non”, les deux femmes s’assirent et se regardèrent, “pourquoi ne me racontes-tu pas tout ce qui s’est passé, ok ?”.

Vicki lui raconta l’histoire des stupides chaussures qui n’avaient pas de place et tout ce qui s’ensuivit. Sa mère s’assit et l’écouta, souriant au sujet de la folie de Vicki pour les chaussures et tendant le bras de l’autre côté de la table lorsqu’elle pensait que Vicki avait besoin d’être rassurée, un doux “c’est tout” dans les yeux. L’incident avec George et le léger rougissement qui l’a accompagné ont suscité un haussement de sourcils, mais la mère de Vicki n’a pas dit un mot.

“J’avais peur que tu sois contrariée, blessée ou en colère”, dit Vicki en poussant un long soupir.

“Je suis ta mère, je t’aime plus que la vie elle-même, tout ce que j’ai toujours voulu, c’est te voir heureuse à nouveau. Je n’ai pas vu cette expression sur ton visage depuis très longtemps, alors non, je ne suis pas fâchée, un peu choquée, oui, mais fâchée que tu sembles être heureuse pour la première fois depuis très longtemps, jamais.”

Elles ont parlé encore un moment, discutant de quelques détails et partageant certaines des photos qu’elle avait prises avec son téléphone, la mère de Vicki aimait le placard et trouvait que les Mary Janes étaient mignonnes, mais surtout, elles ont juste parlé.

“Qu’est-ce que tu penses que papa va dire ?”

“Allons lui demander, il a quelque chose à te dire de toute façon, tu as besoin qu’on t’emmène ? Je ne vois pas ton camion.”

“Non, c’est autre chose, il y avait quelques voitures dans le garage, je te suis.” Lorsque Vicki s’est arrêtée à côté de sa mère à un feu rouge et qu’elle a klaxonné, elle a vu sa mâchoire se décrocher.

Vicki pouvait voir que sa mère avait déjà appelé son père pour lui dire de bien se tenir, mais son visage en disait long lorsqu’elle franchit la porte : “Alors, ça”, fit-il en faisant un geste vers elle avec ses mains, “c’est ce que tu veux vraiment ?

“Pour être honnête papa, je ne suis pas à cent pour cent, mais tu te souviens quand ce nouveau client m’a appelé miss et que je n’ai pas voulu le frapper, je ne me souviens pas avoir jamais été aussi détendu, c’est comme si quelqu’un avait appuyé sur un interrupteur, je ne suis plus fâché contre tout.”

Ils se sont assis et ont parlé tous les trois, Vicki lui a parlé des stupides Mary Janes sans maison, et il a trouvé ça drôle. Ils ont surtout parlé de ce que cela signifierait et comment cela fonctionnerait. Elle n’a pas pu répondre à la plupart de ses questions, ce qui lui a montré qu’elle avait encore beaucoup de choses à comprendre. Elle a admis que ce serait difficile à vendre aux hommes avec lesquels elle travaillait tous les jours et lui a expliqué que, quoi qu’elle découvre, il était hors de question qu’elle redevienne l’homme en colère qu’elle était avant, elle ne pouvait tout simplement pas le faire.

“Emmy, tu es d’accord avec tout ça ?” Il regarda sa femme puis Vicki, l’expression de son visage frôlant le dégoût.

“Henry Jackson Marshall”, la mère de Vicki s’est levée et a regardé son mari comme s’il l’avait traitée de salope, “Victor avait dix ans la dernière fois qu’il a souri comme elle le fait, elle est belle, heureuse et en paix, elle a eu le courage de venir nous en parler, comment pensez-vous que je me sente à ce sujet ? Je veux que mon bébé soit heureux, je me fiche de ce qu’il ou elle porte !”

“Bravo maman”, se dit Vicki.

“Et si tu veux à nouveau partager mon lit ou manger un repas fait maison, tu vas remettre cette attitude dans la boîte où elle est arrivée, tu me comprends ? Tu comprends ? Regarde-la”, criait-elle maintenant, “es-tu aveugle à ce point ?”

Le père de Vicki se leva et sortit de la pièce, elle savait où il allait aussi. Il devait réfléchir, il allait à son magasin. Dans peu de temps, il reviendrait en ayant bien réfléchi et il l’accepterait ou non.

Vicki serra sa mère dans ses bras, la remerciant pour la façon dont elle l’avait défendue, “Je pense que je dois lui faire savoir que c’est toujours moi,” Vicki se détacha de sa mère et se dirigea vers la porte de derrière.

Henry faisait semblant de travailler sur le moteur d’une tondeuse à gazon, essayant de démonter le carburateur pour pouvoir le reconstruire. Il tournait autour de sa table de travail à la recherche de quelque chose, Vicki s’est approchée de lui et lui a tendu la clé à molette de dix millimètres et le bidon de Liquid Wrench.

“Merci”, dit-il sans pouvoir regarder Vicki.

Ils ont travaillé côte à côte jusqu’à ce que le carburateur soit en pièces détachées, bien rangées pour le remontage, les pièces qui en avaient besoin trempaient dans un solvant doux.

S’essuyant les mains sur un chiffon rouge, Henry se tourne vers Vicki : “Tu peux vraiment marcher avec ça ?”.

“Pas très vite, mais ça va mieux, je me suis bien tordu la cheville il y a quelques semaines.”

“Comment se fait-il que tu ne te sois pas battue avec moi ce soir ? Quand j’ai parlé de toi comme ça ?”

“C’est vraiment ce que tu veux, papa ? Tu veux vraiment cette partie de moi ? Elle a causé plus de problèmes qu’elle n’en a résolus, n’est-ce pas ?”

“C’est ce à quoi je suis habitué, je suppose. C’est juste que je n’aurais jamais imaginé,” Henry laisse échapper un gros soupir, “J’aime la nouvelle attitude et le sens de l’humour mais, je n’ai jamais vu quelque chose comme ça venir.”

“Tu crois que c’est le cas ? J’ai été prise au dépourvu comme un joueur de base-ball”, dit Vicki en riant aux éclats, “mais je sais que c’est la bonne chose à faire. Maman l’a dit, je ne suis plus en colère, j’ai trouvé la paix. Le gars du câble m’a appelé l’autre jour et il a encore toutes ses dents.” Elles ont ri toutes les deux. Vicki a décidé que le rendez-vous serait trop difficile à gérer pour son père, et elle n’était pas sûre de savoir ce qu’elle allait faire.

Henry est redevenu silencieux.

“Maman m’a dit que tu voulais me parler de quelque chose. Vicki regarde son père.

“Micky’s ? J’achète.” Henri se dirigea vers la porte, sans attendre de réponse.

“Bien sûr, prenons ma voiture, je te laisserai même conduire.”

“Ce camion POS, non”, dit Henry en riant.

Ils sont retournés à l’intérieur pour dire à la mère de Vicki où ils allaient et Vicki a pris son sac à main, la tête d’Henry quand elle lui a glissé les clés de la 57 dans la main n’avait pas de prix, “il y a aussi une 63 à fenêtre divisée dans le garage”, lui a-t-elle chuchoté à l’oreille comme si elle lui suggérait quelque chose d’illicite.

Ils prirent le long chemin pour se rendre au bar, Henry appréciant chaque minute du trajet. Ils riaient en entrant, jusqu’à ce que quelqu’un reconnaisse les cheveux et le cul de Vicki : “Putain de cul Marshall, je te jure que tu es de plus en plus féminine à chaque fois que je te vois, pourquoi tu n’amènes pas ce truc par ici pour que je puisse le voir de plus près ?” Vicki a immédiatement reconnu la voix.

Henry regarda Vicki, espérant pouvoir empêcher le monstre de rage d’émerger avant qu’il ne soit trop tard, encore une fois. Oh, je sais que tu aimes mon cul, Tommy, tu es chaud pour moi depuis le CM2, mais tu as été trop effrayé pour faire quoi que ce soit à ce sujet. Elle se penche et l’embrasse à pleine bouche, alors tu l’es ? Elle essuie une trace de rouge à lèvres sur ses lèvres avec son pouce, je suppose que non. Elle se retourna et retourna au bar, se glissant dans le siège à côté de son père.

Le visage de Tommy est devenu blanc, et ses copains ont éclaté de rire, “Va te faire foutre Marshall, va te faire foutre”, il s’est levé et a quitté le bar en claquant la porte.

“Pas dans ton meilleur jour, connard”, dit-elle juste assez fort pour que son père l’entende.

“Qui es-tu d’ailleurs ?” Henry ne peut s’empêcher de rire.

“Juste la petite fille de mon père, je suppose”, dit-elle en prenant sa bière et en buvant une gorgée.

“Henry reprend la sienne et sourit à Vicki dans le miroir derrière le bar.

Ils ont discuté et bu une autre bière. Henry voulait qu’elle prenne le poste de superviseur de terrain pour l’ensemble de l’entreprise, elle conduirait principalement d’un chantier à l’autre, s’assurerait que tout se passe bien et ferait des interventions sur le terrain en cas de problème. Son attitude nouvelle et améliorée a été le facteur décisif.

Ils ont parlé des codes vestimentaires et ont convenu que le jean moulant n’était pas une bonne idée, que des bottes de travail traditionnelles étaient probablement plus appropriées compte tenu de l’endroit où elle irait, et qu’elle porterait un pantalon à boutons de l’entreprise, ce qui était la norme pour tout le personnel de bureau. Elle voudrait une taille plus petite que celle qu’elle prend habituellement et, après quelques échanges, son père est d’accord pour qu’ils voient pour le maquillage. Vicki s’est arrêtée à ses ongles, elle ne voulait pas abandonner le vernis et a dit à son père de ne pas s’étonner si ses ongles devenaient rouge vif, et c’est tout.

De retour à la maison, Vicki a proposé à sa mère de l’emmener dans la Corvette, et elles ont rapidement fait le tour de la ville, sa mère la suppliant de ralentir.

Lorsqu’elles sont arrivées chez Vicki, sa mère l’a regardée d’un air étrange, et Vicki lui a assuré qu’elle avait juste besoin de lui montrer quelque chose. Bien sûr, elles ont commencé par le placard, “et presque tout lui va parfaitement”, s’est exclamée Vicki, et sa mère a pris les Mary Janes et a souri.

Lorsque Vicki lui a montré la Cadillac et lui a donné la clé, elle n’en revenait pas. La société marchait bien et ils pouvaient se permettre d’acheter tout ce qu’ils voulaient, mais sa mère avait insisté pour que la Buick, vieille de dix ans, fonctionne encore très bien, ce qu’elle n’a pas pu refuser.

La transition s’est déroulée plus facilement qu’elle ne le pensait, elle est arrivée en retard à un chantier d’aménagement paysager sur lequel travaillait son ancienne équipe et Enrique est intervenu pour s’assurer que tout se passait comme prévu, un peu d’humour bon enfant et un “Damn Hefe” de la part d’un membre de l’équipe ont suffi. Lorsqu’elle a annoncé à Enrique qu’il prenait en charge l’équipe, une mini-célébration s’en est suivie, ses gars étaient comme une famille.

Le reste de la journée s’est déroulé sans incident, tout le monde connaissait la réputation de Victor et la plupart ont décidé de ne pas insister, juste au cas où. Vicki a écouté pendant quelques minutes jusqu’à ce qu’elle comprenne le problème avant d’aller chercher le spécialiste des armoires.

“La finition des armoires de cuisine, qu’est-ce qu’il faut faire pour l’améliorer ?”

“Il faudrait poncer les portes et refaire la teinture, c’est faisable mais ça prendra un jour ou deux, Gene a dit qu’il pourrait convaincre le propriétaire de les garder en l’état”.

“Et vous en pensez quoi ?”

“Je pense qu’on devrait le réparer.”

“Alors faites-le. Je suis Vicki Marshall, la nouvelle responsable de terrain, au fait,” elle lui serra la main, “je m’assurerai que Hank entende que vous vous occupez de ça de la bonne manière.”

En retournant dans la cuisine, elle s’interpose entre les deux hommes : “M. Everson, je suis Vicki Marshall, le superviseur de terrain, nous devrions avoir refait vos armoires d’ici un jour ou deux”, interrompt Gene.

“Qu’est-ce ?, pour qui vous prenez-vous, pour venir ici comme ça ?”

“Je suis votre patronne”, a-t-elle répliqué, “et à l’heure qu’il est, vous avez rendez-vous avec Hank à la première heure du matin à son bureau. Est-ce que c’est clair ?”

Gene avait l’air très confus mais hocha la tête, elle lui semblait familière, mais il n’arrivait pas à la situer.

“Maintenant, pourquoi ne prendriez-vous pas le reste de la journée pour réfléchir à la façon dont vous allez expliquer ce que je viens de voir à notre patron ?”

Vicki se retourne alors vers Mme Everson : “Que diriez-vous de m’expliquer ce que vous aimez dans ce que nous avons fait pour vous ?”

Mme Everson a passé l’heure suivante à s’extasier sur les plans de travail, le carrelage, la superbe finition des murs et les nouveaux équipements, en particulier la cuisinière sur mesure. Lorsqu’elle a terminé, toutes les portes des armoires avaient été enlevées et l’équipe des ébénistes s’affairait à les poncer. Vicki a promis de passer tous les jours pour s’assurer qu’elle restait aussi heureuse qu’elle l’était, une promesse facile à tenir puisque c’était son travail de toute façon. M. Emerson souriait d’une oreille à l’autre lorsque Vicki est partie.

En retournant au bureau, Vicki a appelé son père pour l’informer de son rendez-vous de 8 heures avec Gene. Elle l’a mis au courant de tout ce qui s’était passé, lui a fait savoir que M. Benet et son équipe étaient intervenus pour faire ce qu’il fallait et l’a assuré que les Everson étaient toujours heureux.

Lorsque Vicki est passée vendredi après-midi, Gene se pliait en quatre pour apaiser les Everson alors que l’équipe de M. Benet finissait d’accrocher les dernières portes des armoires. Ils étaient restés tard pour les poncer et étaient arrivés tôt pour commencer à les teindre.

Il n’y avait eu pratiquement aucun problème pendant toute la semaine, une poignée d’ouvriers avaient trouvé cela dégoûtant et avaient démissionné, ils avaient perdu un entrepreneur qui posait problème de toute façon, et un petit travail d’aménagement paysager, mais pour l’essentiel, tout le monde avait respecté Victor, et apprécié Vicki encore plus parce qu’elle savait tout ce qu’il faisait et qu’elle n’avait pas son caractère.

Elle était également étonnée de la rapidité avec laquelle elle s’adaptait à se présenter comme une fille, à utiliser les toilettes pour dames, et même à flirter avec certains hommes, c’était amusant et cela lui convenait parfaitement. Même son père devait admettre que cela commençait à lui convenir aussi, et Vicki avait un don pour les clients que Victor n’avait jamais eu.

Vicki était tellement absorbée par son nouveau rôle et tellement concentrée sur les ajustements qu’elle, les travailleurs et les entrepreneurs devaient faire, qu’elle avait complètement oublié son rendez-vous avec George. Enthousiasmée par la façon dont ses collègues avaient accueilli les changements et complètement absorbée par le moment, une fête impromptue a eu lieu dans leur bar préféré le vendredi après le travail. Lorsque la sonnette a retenti à dix heures le lendemain matin, Vicki était dans la cuisine, vêtue uniquement d’une culotte et d’un t-shirt, essayant de faire du café et luttant contre une gueule de bois furieuse.

“George, je suis vraiment désolée, nous avons fait une fête après le travail et je me suis un peu emportée”, dit-elle en jetant un coup d’œil autour de la porte, lui parlant à travers la petite ouverture en essayant d’ignorer le train de marchandises qui hurle dans sa tête.

“Tu sais quoi, je vais compter jusqu’à dix et te donner une longueur d’avance, tu vas t’habiller et je vais te préparer quelque chose pour ton mal de tête, qu’est-ce que tu en dis ? George lui sourit.

“Ok”, Vicki acquiesce en fermant la porte, défait la chaîne et part en courant vers sa chambre, ignorant totalement que la porte s’est ouverte derrière elle, donnant à George une vue complète de sa culotte rose avec les coeurs rouge vif qui se sont glissés juste un peu dans la fente de ses fesses.

Vicki n’avait pas le temps de réfléchir et c’était probablement une bonne chose, elle passa en mode gestion de crise, le client n’était pas content et il fallait y remédier maintenant. Elle passa en revue son armoire et opta pour des bottes en cuir souple avec des franges, elles allaient faire de l’équitation après tout. Elle laissa tomber sa culotte et jeta le t-shirt dans le panier à linge. Elle prit une douche rapide, se lava le visage, se brossa les dents et se frotta les aisselles et l’entrejambe avec un gant de toilette avant d’enfiler une simple culotte en coton blanc et un soutien-gorge de sport un peu rembourré par-dessus sa tête.

Elle enfila les bottes et noua le lacet en cuir brut en un joli nœud qui disparut dans la frange qui courait autour du haut des bottes. Fermant les yeux et prenant une profonde inspiration pour se calmer, elle passa une brosse dans ses cheveux, optant pour une queue de cheval haute, et s’assit pour se maquiller.

Elle glissa son brillant à lèvres dans son sac à main et attrapa une veste en jean, se sourit dans le miroir et se dirigea vers la cuisine avant qu’elle n’ait le temps de changer d’avis ; cela lui avait pris trente minutes.

“Ça doit être un record du monde, même ma mère n’arrive pas à se préparer aussi vite”, s’esclaffe George en la voyant, lui tendant un verre de quelque chose qui a l’air absolument dégoûtant, “fais-moi confiance, ok, ça a l’air mauvais et ça n’a pas très bon goût, mais ça te fera te sentir mieux”.

Vicki a regardé George et le verre, il souriait et hochait la tête, alors elle s’est pincé le nez et a bu le verre, c’était dégueulasse, un mélange de jus de cornichon et de jus d’orange avec, quoi, des oeufs crus et d’autres trucs, de la cannelle, vraiment ? Ça a failli remonter. Elle grimace et rend le verre à George, ” c’était dégoûtant “, elle se met à rire et après une minute ou deux de réflexion, elle se rend compte qu’elle se sent mieux, que ce soit à cause du remède contre la gueule de bois ou de la façon dont George la regarde, c’est à débattre.

Vicki était à bout de nerfs et ne savait pas du tout à quoi s’attendre. Au moins, la Chevy 72 step side méticuleusement restaurée que conduisait George leur donnerait quelque chose à se dire. Il ouvrit la porte et elle monta, attendant patiemment qu’il fasse le tour du véhicule et s’installe du côté conducteur.

Il était facile de faire parler George de son camion, il entrait dans les détails de tout ce qu’il avait fait, moteur surdimensionné, suspension améliorée, électronique moderne, il était impressionné par le fait que Vicki semblait non seulement suivre, mais qu’elle savait de quoi il parlait.

George finit par demander à Vicki ce qu’elle fait : “Mid-Valley Construction and Landscaping”, je suis superviseur sur le terrain, j’ai l’impression d’être là depuis toujours, je connais les propriétaires depuis que je suis toute petite, dit-elle un peu timidement.

Le monde est petit, ils s’occupent de l’aménagement paysager de certains bâtiments appartenant à l’entreprise de mon père, et à propos de cette maison, M. Francis était-il comme votre grand-père ?”

“Je ne le connaissais pas vraiment, je lui ai juste rendu service et évidemment il l’a apprécié et n’avait pas de famille, alors il m’a tout donné, j’essaie encore de me faire une raison.”

“Une faveur, je peux demander ?”

“Il devait être malade, et j’ai tondu son jardin et arraché quelques mauvaises herbes, ça m’a semblé être la bonne chose à faire. Tout ce que je peux imaginer, c’est qu’il pensait que je m’en occuperais comme il le faisait toujours.”

“Wow, tu es pleine de surprises, les voitures, la construction, et tu tonds des pelouses, tu n’es vraiment pas ce à quoi je m’attendais”, dit George en riant, “mais dans le bon sens”, il essaie de limiter les dégâts.

“Quoi ?” ça l’a un peu dérangée et la vieille colère a commencé à monter, “donc parce que je suis petite et une femme, et que je me suis tordu la cheville et que tu m’as sauvé et que je t’ai souri, tu as pensé que j’étais une bimbo vide ?”.

“Non, vraiment, non, ce n’est pas ce que je voulais dire”, George hésitait un peu et Vicki s’est aperçue qu’elle aimait ça, “C’est juste, eh bien, sympa de rencontrer une fille avec qui je peux parler de choses que j’aime, peu de filles savent ce que ça veut dire quand tu mentionnes que tes pistons sont surdimensionnés de 5 points”, il rougissait, “et tu es vraiment très mignonne aussi”.

“Alors, je ne suis plus qu’un joli visage, c’est ça ?” Vicki s’était trouvée plusieurs fois du mauvais côté de cette conversation et était déchirée par ce qu’elle savait que George ressentait et par le plaisir qu’elle avait à le tourmenter. Il n’y avait pas d’issue à moins qu’elle ne le lui donne.

“Non, enfin, oui, je veux dire non, bon sang, oui tu es mignon et manifestement intelligent et j’aime que tu puisses parler de voitures mais, merde, j’abandonne, j’abandonne, je suis désolé d’avoir dit quoi que ce soit.”

Vicki n’a pas pu s’en empêcher, elle s’est mise à rire, “George, je suis désolée, je n’aurais pas dû te faire ça, je suis contente que tu me trouves mignonne”, lui a-t-elle souri. Elle a réalisé que c’était vrai, cela l’a un peu effrayée, mais quelque part au fond de son esprit, elle a entrevu une pensée, elle l’a trouvé mignon aussi.

Cela ne faisait que quelques mois qu’elle avait mis ces maudites chaussures et moins d’une semaine qu’elle avait fait son coming out au travail, elle aimait ce qu’elle devenait mais n’avait toujours aucune idée de la direction que cela prenait ou de ce qu’elle faisait, et elle avait un rendez-vous avec un homme. Elle regarda par la fenêtre et regarda le paysage défiler, à quelle distance se trouvait la maison de sa famille de toute façon ?

“Ça va là-bas ?”

“Oui, je suis juste un peu nerveuse, je n’ai jamais été en contact avec des chevaux”, un autre mensonge.

“Ils sont comme de gros chiots, surtout Sundance, je pense que vous allez bien vous entendre tous les deux”. George lui sourit et elle se détendit un peu.

“Des labos ou des rottweilers ?”, lui dit-elle en le regardant de travers.

“Cela dépend du cheval”, dit George en riant, “mais Sundance, c’est définitivement un labrador”.

Ils se sont arrêtés devant le portail, George a sorti une télécommande et a cliqué sur le bouton, le portail était énorme, des rochers massifs avec des doubles portes élaborées avec le nom Granger Ranch taillé dans un énorme panneau métallique au-dessus de tout ça, ça a frappé Vicki, à part son camion et l’endroit où il travaillait, elle ne savait rien de George.

“Attendez une minute, Granger, comme dans Granger Communications, comme dans Granger Media Group, c’est votre famille ? Je pensais que tu travaillais juste pour eux.”

“Eh bien, je le fais aussi, et d’ailleurs, tout ce que tu avais à faire était de demander et je t’aurais dit tout ce que tu voulais savoir. Je dois admettre que l’expression de ton visage en vaut la peine, surtout après toutes les conneries que tu m’as faites avant”, s’esclaffe George à son tour.

Le trajet jusqu’à la maison et la grange à chevaux dura encore trente minutes. Vicki regarda par la fenêtre les champs, les beaux chevaux qui couraient et jouaient, d’autres qui restaient là à manger l’herbe verte et luxuriante, les clôtures blanches peintes de façon immaculée, tout cela sortait d’un film. C’était trop.

Comme lorsque Tommy et ses amis poursuivaient Victor en cinquième année, tout ce qu’elle voulait faire en ce moment, c’était courir.

Vicki n’a pas pu sortir du camion quand George a ouvert la porte. Pétrifiée, elle a regardé l’immense ranch devant elle et l’énorme grange à chevaux sur la gauche. Oui, son père s’en sortait bien, bien mieux que bien, mais là, c’était ridicule, c’était de l’argent réel et avec ça, un camion chargé de jugements et d’examens minutieux et avec tout ce qu’elle avait à gérer, c’était juste trop.

“Vicki, qu’est-ce qu’il y a ?”

“George, je ne peux pas, tout ça, c’est trop. Je ne suis pas à ma place ici”, il n’y avait aucune émotion dans sa voix. Sa tête tournait, les pensées de tout ce qui pouvait, allait mal tourner lui traversaient l’esprit.

“Georgie, c’est toi ?”, la voix d’une femme a trouvé ses oreilles, ses yeux se sont concentrés sur une belle femme qui s’approchait du camion depuis la grange, enfilant une paire de gants de travail sur sa jambe, elle était vêtue d’une chemise à carreaux, d’un jean crasseux à moitié dans et hors d’une paire de bottes qui semblaient avoir été creusées dans le sol, elle avait un énorme sourire et le visage le plus aimable. Vicki commence à se détendre, “et c’est Vicki, la jeune femme dont tu n’as pas arrêté de parler ?”.

“Hé maman”, George a serré la dame dans ses bras, “et oui, c’est Vicki”.

Qu’est-ce qui se passe ?

“Eh bien, vous deux, montez à la maison, Martha vient de préparer le déjeuner et je suis sûre qu’il y en a plein.”

“C’était ta mère, elle travaille ici, je croyais que ta famille était propriétaire du ranch”, dit Vicki, encore étourdie.

“C’est le cas, mais c’est un ranch, tout le monde travaille ici, maintenant viens, Martha est une excellente cuisinière et ce qu’elle a fait sera bien meilleur que les sandwichs que j’ai préparés.”

Vicki se tourne vers George, “explique” est la seule chose qu’elle trouve à dire.

“Mon grand-père s’est lancé dans la radio dans les années 50, a sauté sur le Rock and Roll presque avant que le terme ne soit inventé et a ensuite acheté un tas d’autres stations, la famille s’est lancée dans le câble quand c’était tout nouveau et ensuite dans l’Internet, maintenant nous possédons un tas de choses un peu partout, surtout des infrastructures maintenant, mais encore quelques stations de radio et quelques autres points de vente. Si vous êtes un Granger et que vous voulez une part du gâteau, vous devez travailler dur et la gagner, et c’est ce que nous faisons tous.

Ma mère devait probablement remplacer Joe, dont la femme venait d’avoir un bébé, et nettoyer les stalles de la grange parce qu’il fallait le faire.”

“Et vous ?”

“Moi, j’aide à gérer la compagnie de câble, quand je t’ai rencontrée, nous avions beaucoup de problèmes de service, alors je couvrais une route pour m’assurer que tout le monde recevait l’aide dont il avait besoin. Le fait que tu sois si mignon et si désemparé en ce moment n’est qu’un bonus. Allez, je pense vraiment que si ma mère est ici aujourd’hui, c’est parce qu’elle veut te rencontrer. Je n’ai pas beaucoup de rendez-vous, alors que tu le veuilles ou non, tu es un peu important pour elle”.

Erica Granger était probablement la personne la plus gentille que j’aie jamais rencontrée, nous avons bavardé, elle a raconté des histoires embarrassantes sur George et n’a jamais insisté lorsque j’ai différé de répondre à une question qu’elle a posée, au lieu de cela, elle a pris mon signal et est allée dans une autre direction. Je suis presque sûre que la façon dont j’ai réagi lorsqu’elle m’a vue pour la première fois et mes yeux écarquillés lui ont fait comprendre que je n’étais pas du tout à ma place, et je pense que cela l’a aidée à m’apprécier un peu plus.

Quand Erica s’est levée pour se resservir du thé, elle a emporté le verre de Martha ; Martha était la cuisinière et la gouvernante, mais Erica n’était pas meilleure qu’elle, elles avaient juste des emplois différents.

“Erica leur sourit à toutes les deux : “Vicki, j’ai été ravie de vous rencontrer. J’espère avoir l’occasion de vous revoir, et George, il y a un boisseau de pommes dans la sellerie “, s’est-elle excusée. Vicki regarde George, il lui sourit et lui fait un clin d’œil, elle a du mal à croire que tout cela est réel.

“Des pommes ?”

“Viens, je vais te montrer, tu vas devenir la nouvelle meilleure amie de Sundance”, dit George en souriant et en lui prenant la main, la conduisant par la porte arrière vers l’étable.

Sundance était un magnifique pinto, plus petit que les autres chevaux de l’étable, George avait raison, elle n’était rien de plus qu’un gros chiot, surtout quand il a coupé une pomme en deux et l’a mise dans la main de Vicki, lui montrant comment la donner à la jument. Sundance la suivit hors de l’étable jusqu’au corail comme un chien en laisse, attendant l’autre moitié de la pomme qu’elle savait que Vicki tenait dans son autre main.

Ranger était incroyable, un grand étalon musclé de couleur alezane avec trois chaussettes blanches, Vicki pouvait voir le feu dans ses yeux, quand George s’est approché de lui, lui a donné une pomme et l’a serré autour du cou, Ranger a utilisé son nez pour attirer George plus près, ces deux-là étaient proches.

Vicki a volé une autre pomme dans la sellerie pour Sundance et George a indiqué que c’était très bien mais que c’était probablement suffisant pour une journée, elle a regardé comment il sellait les chevaux, notant comment il se déplaçait autour d’eux, s’assurant qu’il avait toujours une main sur le grand animal, pour qu’ils sachent où il était, expliquant que d’être derrière un cheval à l’improviste, même Sundance, était une très mauvaise idée.

George a joint ses mains en laçant ses doigts comme une coupe et s’est penché à côté de Sundance, Vicki a suivi son exemple et a placé son pied gauche dans ses mains, le laissant la soulever pour monter sur le bel animal, avant qu’il n’ajuste les étriers et ne s’assure que Vicki était bien en place. Elle était nerveuse, mais excitée, Sundance hennit et secoue la tête.

“Quelqu’un d’autre veut faire un tour aussi”, dit George en riant.

George grimpa sur Ranger et donna à Vicki un cours rapide sur la façon de naviguer, ce qui était arrêter et ce qui était aller, gauche et droite, surtout avec Sundance, c’était un peu plus que de toucher son cou avec les rênes, elle devait aller dans la direction opposée. Quelques tours rapides autour du corral et Vicki et Sundance étaient prêts à partir.

Ils sont sortis par la porte et ont traversé un immense pâturage, d’abord en marchant, puis George a appris à Vicki à galoper et l’a même fait courir avec Sundance. George s’amusait autant à regarder la réaction de Vicki qu’à monter sur son cheval préféré.

Il fallut plus d’une heure pour atteindre le plateau avec le chêne et le petit étang, c’était encore plus beau que ce que George avait décrit, Vicki pouvait voir tout le ranch d’ici. George aida Vicki à descendre et étendit une couverture pour qu’ils puissent s’asseoir, sortant quelques pommes pour les chevaux et des fruits, du fromage et du vin pour eux deux, c’était la chose la plus romantique que Vicki aurait pu imaginer. Victor avait pensé que c’était romantique la fois où il avait emmené une fille à l’Olive Garden.

Ils se sont assis, ont parlé, ont grignoté et bu du vin pendant que Ranger et Sundance se promenaient autour d’eux en grignotant l’herbe. George avait un MBA d’une très bonne école et Vicki admettait qu’elle avait eu quelques problèmes au lycée et qu’elle était allée travailler pour Mid-Valley juste après avoir obtenu son diplôme. George n’avait pas l’air de s’en préoccuper le moins du monde : “Superviseur de terrain, on dirait que vous vous en sortez plutôt bien ?”

“Oui, je crois que oui. J’aime ce que je fais et je suis plutôt douée pour ça”, lui sourit-elle en ressentant une drôle de sensation dans son estomac.

George n’a jamais rien essayé, rien, pas même une fois. Victor aurait été à fond sur une fille à ce stade ou aurait essayé de l’être si un rendez-vous était allé aussi loin. Est-ce que quelque chose ne va pas avec George, est-ce que quelque chose ne va pas avec elle, est-ce qu’il l’a compris et est-ce qu’il est juste poli ?

La conversation commença à s’essouffler, ” Tu es prête à rentrer ? ” demanda-t-il, mais il y avait ce sourire, bon sang, qu’est-ce qu’elle ressentait pour lui ? Elle n’avait jamais regardé un homme auparavant, et encore moins pensé qu’elle sortirait avec lui, et maintenant elle s’inquiétait parce qu’il n’avait pas fait un pas vers elle, et son foutu sourire lui donnait des papillons.

Elle aida George à emballer leurs déchets et attendit patiemment qu’il puisse l’aider à monter sur Sundance, le suivant avec Ranger à travers les arbres jusqu’à la grande prairie. George la regarda et sourit, Vicki lui répondit par un large sourire et un regard diabolique, George hocha la tête, elle donna un coup de rênes et cria “heyah”. Sundance décolla en direction de la grange, Vicki volait, il lui avait poussé des ailes, le vent dans le visage, ses cheveux roux flottaient derrière elle tandis que le sol volait sous les pieds de Sundance. La belle bête ralentit au trot, puis au pas, s’approchant de la grange, s’ébrouant et buvant profondément dans l’abreuvoir. Vicki glissa de la selle et s’effondra, faisant un ange de terre dans le corral, riant de façon incontrôlée.

“Tu devrais te lever avant de te faire marcher dessus”, dit George qui rit aussi fort que Vicki.

Ils travaillèrent ensemble à ranger le matériel et George montra à Vicki comment peigner et brosser correctement un cheval, elle vola une autre pomme et la donna à Sundance, serrant la pouliche fort dans ses bras, recevant une caresse en retour.

Ils retournèrent vers la maison et, sans réfléchir, Vicki glissa sa main dans la sienne alors qu’ils arrivaient à la porte de la cuisine.

Erica et Martha étaient en train de bavarder, travaillant activement sur quelque chose qui sentait bon. Si c’était comme le déjeuner, c’était encore mieux que l’odeur. Erica s’est retournée quand elles ont franchi la porte : “Tu restes pour le dîner, n’est-ce pas ?” Vicki reconnut le même ton que celui utilisé par sa propre mère ; elle ne demandait pas.

“Vicki sourit à Erica puis à George, elle était si excitée et si heureuse qu’elle en oubliait d’être nerveuse.

William Granger était le père de George et il avait insisté pour que Vicki l’appelle Bill dès qu’il l’avait rencontrée, le PDG d’une société de télécommunications de plusieurs milliards de dollars, il se comportait comme s’il dirigeait la station-service en bas de la rue. Cette fois, c’est Vicki qui domine la conversation, parlant sans cesse de leur chevauchée et de la merveilleuse sensation d’être sur le dos de Sundance à pleine vitesse.

“Papa, elle est naturelle, tu devrais voir comment elle se tient en selle. Vicki avait travaillé pour tout ce qu’elle avait dans sa vie, s’était battue bec et ongles pour beaucoup de choses, mais ce simple commentaire la rendait aussi fière que tout ce qu’elle avait accompli.

Vicki aida à débarrasser la table et George et son père disparurent pour une petite conversation père-fils, tous deux revenant avec des sourires, Vicki se demanda exactement de quoi ils avaient parlé et décida que c’était une question qu’elle allait absolument poser. Erica l’a serrée dans ses bras : “J’ai été ravie de vous rencontrer, Vicki, n’hésitez pas à revenir nous voir”, a-t-elle souri gentiment. Bill lui adressa un grand sourire en lui serrant la main, juste avant que George n’ouvre la porte et ne l’aide à monter dans le camion.

Ils ont roulé en silence pendant un moment, Vicki regardant par la fenêtre alors que les étoiles commençaient à remplir le ciel, “merci pour aujourd’hui”, a-t-elle dit doucement.

“C’est moi qui devrais te remercier, mes parents sont amoureux de toi, au fait”, dit George en riant, “mais ne t’inquiète pas, je t’ai expliqué que ce n’était qu’un rendez-vous. Ma mère ne commencera pas à planifier le mariage avant au moins le troisième rendez-vous”.

“Tais-toi ! Tais-toi !” Vicki lui a donné un coup de poing dans le bras, et ils ont fait le reste du chemin jusqu’à sa route principale en silence, souriant tous les deux et se jetant des coups d’œil l’un à l’autre.

“Alors, toi et ton père, c’était quoi cette histoire ? “, finit-elle par rompre le silence.

“Pour être honnête, il voulait s’assurer que mes intentions étaient claires, que j’étais tout à fait honnête avec toi”, répond George à voix basse.

“Elle posa sa main sur sa jambe et la pressa doucement, il pourrait être d’accord si tes intentions n’étaient pas complètement pures, tu sais,” ce qui le fit sourire.

“Je promets que mes intentions sont généralement honnêtes “, dit-il en riant, et pour ce qui est de l’honnêteté, ” je me dis que j’ai affaire à une fille et que quelques secrets font partie du jeu. Découvrir ce qu’ils sont fait partie du plaisir”, sa main a trouvé la sienne et l’a maintenue en place sur sa cuisse.

“Je suppose que tu as raison”, dit Vicki en s’asseyant sur la banquette à côté de lui et en posant sa tête sur son épaule, regardant les lumières au loin par la fenêtre, l’esprit noyé dans une mer de pensées confuses.

George la raccompagna jusqu’à la porte et resta debout nerveusement pendant une minute, “Vicki, aujourd’hui c’était vraiment sympa et je t’aime bien”.

“Il y a un ‘mais’ là-dedans ?”, s’inquiète-t-elle.

“C’est juste que, comme je l’ai dit, je ne sors pas beaucoup, mais, eh bien, “Soudain, le doute s’est emparé d’elle, Vicki pouvait sentir les larmes monter à ses yeux, elle aimait George, trop pour un seul rendez-vous. La journée avait été merveilleuse et elle était terminée avant même d’avoir commencé, la dévastation, la colère, la peur, tout était là, le petit monde imaginaire parfait qu’elle s’était construit était sur le point de s’effondrer, elle le savait.

“Le temps s’est arrêté, ses doutes et ses craintes se sont envolés, emportés par le doux souffle qui portait ses mots.

Il n’y a pas eu de question, Vicki a fermé les yeux et s’est soulevée sur ses orteils, laissant George guider ses lèvres jusqu’aux siennes. C’était doux et tendre, c’était électrique, c’était un arc-en-ciel après une tempête de printemps, c’était un feu chaud par une froide nuit d’hiver, cela remplissait son cœur et son âme de quelque chose qu’elle n’avait jamais ressenti et son entrejambe de quelque chose qu’elle ne connaissait que trop bien. Quand leurs lèvres se sont séparées, c’était comme s’il avait emporté un petit morceau d’elle avec lui, elle l’a regardé remonter dans son camion, souriant alors que ses feux arrière s’estompaient lentement dans la nuit.

Prenant un bon bain chaud et se glissant dans sa chemise de nuit préférée, elle ferma les yeux et rêva d’un grand homme aux grands yeux bruns et aux lèvres les plus douces qu’elle ait jamais goûtées. Sundance était incroyable, Erica, Bill et Martha étaient les personnes les plus gentilles qu’elle ait jamais rencontrées, et tout cela allait s’effondrer sur ses épaules quand George découvrirait son secret ?

A part cela, c’était le plus beau jour de sa vie.

Vicki a dû s’expliquer lorsque les roses se sont présentées au bureau le lundi, le dîner avec ses parents était obligatoire ce soir-là et elle a essayé d’expliquer quelque chose qu’elle ne comprenait pas elle-même. “Son père a crié quand elle leur a parlé de George et de ce qu’elle ressentait quand elle était avec lui, de l’équitation et de toute sa journée, en omettant de préciser qui était George mais rien d’autre, en admettant qu’elle n’avait aucune idée de ce qu’elle allait faire. Elle n’avait jamais ressenti cela auparavant, Victor n’avait jamais ressenti cela auparavant, tout dans sa vie était en mer inconnue maintenant et quelqu’un avait laissé tomber un iceberg d’1m80 avec de grands yeux bruns et des lèvres si agréables à embrasser, juste en face de son navire.

La conversation du dîner a nécessité un autre voyage chez Micky’s pour Vicki et son père, principalement parce que c’est là que Hank se sentait à l’aise pour parler des choses qui le dérangeaient, mais aussi parce que Vicki avait apporté la ’63 et que Hank voulait vraiment la conduire.

Ils ont parlé des différences entre Victor et Vicki, Hank admettant que même s’il aimait voir son fils heureux, il avait encore du mal à accepter tout cela. Il a également dû admettre qu’en tant que fille, Victor, ou Vicki, était belle et beaucoup plus facile à vivre. Ils en rient tous les deux.

Vicki a parlé de sa confusion, surtout en ce qui concerne l’histoire de George : ” Papa, je ne peux pas l’expliquer, quand j’étais avec lui samedi, je ne voulais pas être ailleurs. Cela me fait peur, mais tout ce à quoi je pensais, c’est que je pouvais si facilement m’habituer à être avec lui.”

“Qu’est-ce que je dois faire, papa ?”

Hank sentit son cœur se briser lorsque les yeux verts de Vicki commencèrent à se remplir de larmes. Il entoura de ses bras la belle fille à côté de lui, “Je suppose que tu fais ce que les filles font quand elles ont peur que leur cœur soit sur le point d’être brisé, tu pleures juste un bon coup”.

“Hank regarda Vicki lorsqu’elle eut enfin fini de sangloter.

“Tout va bien ici Hank ?” c’était le barman.

“Oui Micky, ma petite fille a juste quelques problèmes avec les garçons”, dit Vicki à son père avec un sourire penaud.

Micky a traversé le bar et a posé sa main sur le bras de Vicki, “S’il ne peut pas t’accepter comme tu es, c’est qu’il est complètement fou”.

Vicki se penche sur le bar et embrasse Micky sur la joue, “Tu le penses vraiment Micky ?”

“Vict…, je veux dire Vicki, je vous connais, toi et ton père, depuis que vous portez des couches, vous voir aussi heureux que vous l’avez été ces derniers mois, eh bien, ça réchauffe le cœur d’un vieil homme, et oui, je le pense vraiment ; si j’étais un homme plus jeune et que je n’avais pas aussi peur de Hank,” il sourit d’un grand air, “je t’aurais à mon bras dans une minute à New York.”

Les choses ont semblé se calmer après cela, cela l’a aidé plus qu’elle ne le pensait quand son père l’a appelée “sa petite fille”, et quand Micky a dit ce qu’il a dit, qu’il serait honoré de l’avoir à son bras, qu’il en savait plus sur elle que n’importe qui d’autre que ses parents, à ce moment-là, elle s’est sentie invincible.

Les choses allaient bien, elle a appelé George et l’a remercié pour les roses, elle a parlé de choses et d’autres avant d’envoyer quelques baisers à travers le téléphone et de s’endormir. Ils avaient prévu un dîner et un film vendredi soir et elle avait l’intention de le forcer à l’emmener faire de l’équitation samedi, elle ne pensait pas qu’il s’y opposerait.

Le travail était le travail, les équipes étaient à l’aise avec Vicki et les entrepreneurs et les clients la préféraient à Victor, ce qui ne surprenait personne, l’un des entrepreneurs l’a même invitée à sortir ; elle a souri et l’a laissé tomber doucement, expliquant que, malgré ce qu’il avait pu voir sur Internet, le fait qu’elle soit transgenre ne signifiait pas qu’elle n’avait pas de morale et notant que son père et sa femme n’approuveraient peut-être pas.

Il l’a emmenée dans un petit restaurant italien familial qu’il connaissait et l’a laissée choisir le film. Lorsqu’elle a choisi le classique de James Bond, “Dr. No”, au cinéma discount, George s’est dit qu’il était peut-être tombé complètement amoureux de la rousse fougueuse. Le samedi, Sundance s’est souvenu d’elle et si Erica et Bill n’étaient pas là, Martha était heureuse de la voir et l’a serrée dans ses bras, ce qu’elle a trouvé un peu excessif, mais c’était peut-être juste Martha.

Le baiser qu’elle a reçu de George samedi soir était épique, ses orteils se sont recroquevillés et son cœur a palpité, elle a eu du mal à reprendre son souffle, quand il a sauté de son camion pour revenir en chercher un autre, oubliant presque de mettre le camion en stationnement, elle a ri et a commencé à s’inquiéter en même temps, George était en train de tomber amoureux d’elle, et c’est ce qu’elle a fait.

Le dimanche, Vicki a passé du temps dans son jardin, avec ses nouvelles responsabilités et le temps passé avec George, il avait besoin d’un peu d’attention, elle a pensé à M. Francis et à la déception qu’il aurait s’il voyait à quel point elle avait laissé les choses se dégrader. En tondant l’herbe et en travaillant à genoux la terre de ses plates-bandes, elle a aussi eu le temps de penser à George et à ce qu’elle allait faire, elle tenait vraiment à lui et savait qu’il tombait amoureux d’elle, mais comment se sentirait-il s’il connaissait toute la vérité ?

Sale et épuisée, elle se déshabilla et tomba dans la piscine, laissant l’eau fraîche et le soleil chaud rajeunir son corps, elle devait ralentir les choses, elle devait prendre son temps, non seulement pour George, mais aussi pour s’assurer que c’était vraiment ce qu’elle voulait.

Comme ils avaient trois nouveaux emplois, la semaine suivante fut encore plus chargée pour Vicki et il n’était pas si difficile d’éviter George. Il semble comprendre, mais n’a pas l’air heureux. Quand elle a dit qu’elle voulait rester à la maison et se détendre pendant le week-end, il a compris, quand elle ne l’a pas invité à venir la rejoindre, il a été un peu blessé, mais il a décidé de lui laisser un peu d’espace. Il savait qu’il l’avait poussée à bout et qu’il l’avait peut-être fait trop fort.

Samedi après-midi, Vicki n’en pouvait plus, elle se rendit chez Micky et décida de noyer ses problèmes, au pire, Micky appellerait son père pour qu’il vienne la chercher, après tout, c’était un endroit sûr.

Elle en était à sa troisième bière et en avait dit bien plus à Micky qu’à ses parents. Comme tout bon barman, il l’écoutait, hochait la tête et s’assurait qu’elle ait une nouvelle pinte quand elle en avait besoin.

“Alors, qu’est-ce qu’une petite bombe comme toi fait ici toute seule ? ” Super, tout ce dont elle avait besoin c’était d’un mec qui la drague pendant qu’elle réfléchissait à ce qu’elle allait faire avec le seul mec avec qui elle voulait être.

“Désolé, pas aujourd’hui, ok ? Elle se retourna pour lui faire un sourire, espérant que cela suffirait, mais merde, c’était Steve Garvey, un des gars que Tommy avait recruté pour donner une leçon à Victor en cinquième année, il était presque aussi mauvais que Tommy.

“Quoi, tu es une salope coincée, trop bien pour un travailleur comme moi, ton riche papa t’a coupé ton argent de poche ou quelque chose comme ça ?” Il a commencé à comprendre qui elle était : “Putain de merde, tu es Victor Marshall ! J’ai toujours su que t’étais un monstre, t’es une transsexuelle ou quoi ? Tu t’habilles en lingerie et tu te branles sur ta webcam pour des pourboires ? Tu es ici pour te faire baiser ou quelque chose comme ça ?”

Micky était presque arrivé au bout du bar quand la chose la plus étrange s’est produite, “Ferme ta gueule, Steve”, c’était Tommy Miller, de toutes les personnes, il a littéralement soulevé Steve et l’a physiquement jeté hors du bar.

Vicki tremblait, des larmes perlaient derrière ses yeux.

“Ça va ?” Il prend le tabouret à côté d’elle.

“Micky pose un verre de très bon whisky sur le bar.

“Un pour elle aussi ? demande Tommy, “Je pense qu’elle en a besoin”.

“Qu’est-ce qui se passe, mon pire cauchemar vient de me sauver la mise ?” Vicki regarde Tommy comme si elle le voyait pour la première fois.

“Ecoute, j’ai une table là-bas, si tu veux parler à quelqu’un”, se demande-t-elle, pourquoi est-il si gentil avec elle ?

“Tommy, c’est quoi ce bordel… ?”

“Parle, honnêtement, parle”, la sincérité sur son visage m’a dit qu’il en avait besoin lui aussi.

Micky a posé un verre de whisky devant Vicki, qui l’a avalé d’un trait, avant de reprendre sa bière : “Bien sûr, pourquoi pas ?”

Ils sont restés assis là pendant un long moment, Vicki sirotant sa bière et Tommy savourant le whisky que Micky lui avait donné, la tension inconfortable augmentant lentement jusqu’à ce qu’il n’y ait plus le choix, l’un de nous devait parler ou nous allions tous les deux exploser.

“Victor, oh merde, je veux dire Vicki, je te dois des excuses, la dernière fois que je suis venu ici, bon sang, non, ces quinze dernières années, j’ai été assez dur avec toi et je suis désolé. C’est juste que,” Tommy regarde la table et joue avec son verre, “je savais à l’époque que je t’aimais bien, mais je ne savais pas quoi faire. Vicki, je pense que je suis gay et ça me fait peur. Je te vois comme ça et tu traverses aussi des moments difficiles, mais je ne sais pas à qui en parler, mes parents me renieraient”, dit-il en prenant une grande inspiration et en buvant une autre gorgée de son whisky.

“Alors, tu me dis ça, pourquoi ?” Vicki n’était toujours pas sûre qu’il ne s’agissait pas d’une grosse farce.

“Je ne sais pas, je pensais que tu comprendrais peut-être, mais pourquoi me croirais-tu ? Tu penses probablement que j’ai demandé à Steve de venir te voir comme ça pour te sauver et te faire passer pour un idiot ou quelque chose comme ça.”

“Cette idée m’a traversé l’esprit une ou deux fois depuis que nous nous sommes assis.”

“Je suppose que je pourrais te tailler une pipe et le prouver”, dit Vicki en riant.

“Alors, tu as fait des expériences ?” Vicki se penche en avant et pose sa main sur le bras de Tommy.

“Oui, je suis allé à Carver plusieurs fois dans un endroit dont j’ai entendu parler, j’aime vraiment les gars”, a-t-il rougi.

“J’en ai un que j’aime bien aussi, mais il ne sait pas pour Victor et je ne suis pas sûre d’être aussi convaincue que toi que j’aime les gars, alors je pense qu’on est tous les deux un peu dans le pétrin “, disent-ils en riant tous les deux.

La tempête parfaite a frappé lorsque quelqu’un de l’autre côté du bar a crié ” Fuck “, Vicki a levé les yeux pour voir une paire de larges épaules surmontées d’un fouillis de cheveux bruns bouclés sortir en trombe par la porte.

“George, attends”, elle se lève et court après lui. Elle sort juste à temps pour voir l’arrière de son camion tourner au coin de la rue.

C’est Tommy qui a raccompagné Vicki chez elle et s’est assuré qu’elle était bien rentrée à l’intérieur.

Vicki a essayé d’appeler George une douzaine de fois dimanche, mais tous les appels sont tombés sur la boîte vocale. Hank lui a dit de prendre quelques jours de congé et elle a accepté, utilisant le lundi matin pour trouver un thérapeute à qui parler, elle devait comprendre ce qui se passait ou elle était sûre qu’elle allait devenir folle.

Vicki a vu son thérapeute deux fois par semaine pendant les quelques mois qui ont suivi. Ils ont convenu qu’il valait mieux qu’elle laisse George tranquille jusqu’à ce qu’elle comprenne ce qu’elle faisait. Elle a repris le travail et tout semblait aller pour le mieux. Elle vérifiait encore son téléphone quatre ou cinq fois par jour, espérant un message vocal ou un texte de George, mais il n’y avait rien.

Tommy et elle sont devenus amis, il a amené son nouveau petit ami pour nager et ils ont passé un bon moment, mais Vicki avait toujours l’impression qu’il lui manquait une partie d’elle-même.

“C’était Martha. Vicki était assise dans une sandwicherie en train de déjeuner entre deux boulots, et elle ne savait pas comment Martha l’avait trouvée.

“Martha, que faites-vous ici ?

“Je viens ici quand je viens en ville pour faire mes courses, je vous ai vue et j’ai pensé venir vous dire bonjour”, lui sourit Martha.

“Ce n’était pas vraiment un bonjour”, dit Vicki en essayant de comprendre comment Martha savait pour ses hormones.

“Je peux m’asseoir ?”

“Bien sûr”, Vicki était perdue, “Martha, qu’est-ce que tu veux vraiment ?”

“Je veux que mon neveu soit heureux et vous semblez le faire pour lui, du moins vous l’avez fait. Je ne sais pas ce qui s’est passé avec vous deux, mais il n’est plus le même depuis que c’est arrivé. Parlez-lui, c’est tout ce que je vous demande, d’accord ? Parle-lui.”

“Ton neveu ?”

“Oui, Bill est mon frère, nous sommes jumeaux”, sourit-elle.

“Évidemment pas identiques”, dit-elle en riant, “mais je vois la ressemblance maintenant”, dit Vicki qui commence à se détendre.

“En fait, nous étions identiques, jusqu’à ce que je vive ce que tu vis maintenant. C’est comme ça que j’ai su qu’il fallait demander pour les hormones”.

“Et tu le sais depuis… ?” Vicki n’a pas eu besoin de finir sa phrase.

“Je l’ai su quand je t’ai rencontrée pour la première fois, mais ce n’était pas à moi de dire quoi que ce soit”, dit Martha en posant sa main sur le bras de Vicki.

“Ce qui veut dire que je ne suis probablement pas aussi foutue que je le pensais, n’est-ce pas ?”

“Probablement pas”, dit Martha à Vicki dans un grand sourire.

“Alors, que dois-je faire pour George, il va me détester pour lui avoir menti. J’étais dans un bar, je me soûlais parce que je ne savais pas quoi faire et il m’a vue parler à quelqu’un à qui je n’aurais jamais pensé parler de ce genre de choses. Je suppose qu’il l’a mal pris et qu’il est parti en trombe, il ne m’a pas rappelée depuis.”

“Il peut comprendre, ou ne pas comprendre, je suis sa tante, tu sais, il sait un peu ce que tu traverses et si tu tiens vraiment à lui, tu lui dois de lui faire confiance, de le laisser faire son propre choix.”

“Mais il ne veut pas me parler, Martha, que dois-je faire ?”

“Je sais qu’il passe beaucoup de temps le week-end avec Ranger, et je parie que Sundance aimerait une pomme”, dit-elle en souriant, “je peux t’aider avec la selle et le harnachement”.

Ranger était déjà parti lorsque la petite corvette rouge s’est arrêtée à côté du vieux camion Chevrolet. Martha était déjà dans l’étable en train de seller Sundance, Vicki prit une pomme dans la sellerie et laissa la pouliche la manger dans sa main, obtenant un mordillement en réponse. En jetant deux autres dans le sac de selle, elle a escaladé la clôture et s’est glissée dans la selle. Sundance et elle savaient exactement où aller et un peu plus d’une heure plus tard, Vicki descendit de la selle et alla s’asseoir à côté de George.

“Alors, toi et Tommy, c’est nouveau, il ne l’a même pas regardée.

“Si tu avais été là trente minutes plus tôt, tu l’aurais vu me sauver de ce connard de Steve Garvey.

“Alors, c’est ton héros maintenant et vous êtes ensemble, je suppose ?”

“Pas bête, son copain Gene aurait des problèmes avec ça.”

“Tommy est gay ?” George s’est retourné et a regardé Vicki.

“Oui, il essayait de comprendre, tout comme j’essaie de comprendre certaines choses à propos de moi et de ce gars que j’aime vraiment, et nous avons juste commencé à parler. Quand il n’est pas un vrai con, c’est vraiment un type bien.”

“Alors, qu’est-ce qui se passe avec ce type que tu aimes bien ?”

C’était maintenant ou jamais, Vicki a pris une grande inspiration, “Eh bien, je lui ai caché quelque chose, quelque chose d’assez important, et j’ai eu peur de lui dire parce que j’ai peur qu’il me déteste et ne veuille plus jamais me voir, et je ne pense pas que je pourrais le supporter”, Vicki a regardé dans les grands yeux bruns de George.

“Peut-être qu’il te cache aussi quelque chose, et peut-être que s’il avait été honnête avec toi, ça n’aurait jamais dérapé.

“George, qu’est-ce que tu dis ?

“Ma tante Martha est différente”, a-t-il commencé, “je lui ai demandé si je pouvais te le dire et elle a dit ok”, George était aussi nerveux que Vicki.

“George était aussi nerveux que Vicki l’était.

“Um, ma tante Martha était mon oncle Martin, et la raison pour laquelle je n’ai jamais trop fréquenté de filles, c’est parce que, quand elle était en transition, j’ai découvert que j’aimais vraiment les filles comme elle. Vicki, j’aime les femmes, elles sont si douces et si belles, mais j’aime aussi certaines parties des garçons, je ne suis pas vraiment gay ou hétéro, peut-être que je suis bi, j’aime juste être avec des filles transgenres, ” Vicki ne pouvait pas croire ce qu’elle entendait.

“Tu ne te souviens pas de moi parce que mes parents m’ont envoyé dans un pensionnat en septième année et ensuite je suis allé à l’université, mais je n’ai jamais oublié le jour où moi, Tommy et Steve t’avons couru après, tu étais si féminin et pourtant tu étais un garçon, tu étais aussi parfait alors que tu l’es maintenant, je suis désolé, j’aurais dû te le dire.”

“Tu le savais depuis le début ?” Elle ne savait pas si elle devait être énervée ou ravie.

“Je savais quand j’ai fait ton installation, le nom sur la facture, je m’en souvenais, je pensais juste que tu étais un peu plus avancé dans le processus que tu ne l’es et donc je voulais attendre que tu sois prêt à me le dire.”

“Et tu m’as laissé faire tout ce temps, à paniquer sur la façon dont tu allais réagir quand je te le dirais, à m’inquiéter sur la façon de te le dire et à supporter que des connards comme Steve Garvey me prennent la tête et me traitent d’affreux noms”, criait-elle, à genoux, frappant des deux poings sa large poitrine, “Si je ne t’aimais pas, je te détesterais”, elle s’est figée.

George l’a enveloppée dans ses bras et l’a serrée contre lui, “Je t’aime aussi”, leurs lèvres se sont rencontrées, et l’univers a explosé, il n’y avait plus rien d’autre qu’eux. L’allongeant sur l’herbe, George embrassa sa joue puis son cou tandis que ses mains défaisaient délicatement les boutons de son chemisier. Vicki gémit et ses doigts commencèrent à caresser son ventre et ses flancs, elle s’abandonnait complètement à lui et n’avait aucune idée de ce que cela signifiait.

Défaisant son soutien-gorge pendant que George passait son polo par-dessus sa tête, Vicki se lécha les lèvres à la vision de la masculinité planant au-dessus d’elle, passant ses doigts dans les poils de sa poitrine tandis qu’il abaissait ses lèvres sur les siennes une fois de plus, ses mains pressant doucement ses seins naissants, pinçant ses mamelons, ce qui provoqua un gémissement fort.

“George, je ne sais pas quoi faire”, s’exclame Vicki lorsque son jean rejoint le sien et qu’elle le voit nu pour la première fois.

“C’est bon, je peux te montrer”, dit George en la regardant, en glissant ses doigts sous la bande de sa culotte et en la descendant lentement le long de ses jambes, “mon Dieu, tu es si belle”, le regard dans ses yeux était un mélange de faim et de passion. Vicki n’avait jamais vu quelqu’un la regarder nue avec autre chose que du ridicule. George descendit la tête jusqu’à son entrejambe et lécha le bout de sa petite bite, la prenant délicatement dans sa bouche et faisant tourner sa langue autour d’elle pendant que sa main jouait avec ses testicules.

“Est-ce possible, pensa Vicki ? “Peut-il vraiment me trouver belle ? Est-ce qu’il m’aime vraiment comme je suis ?”, sourit-elle, tandis que le plaisir monte dans son aine. Lorsqu’il glissa sa main entre ses jambes, elle n’eut d’autre choix que de lui faire confiance, ouvrant ses jambes, elle laissa échapper un doux gémissement lorsqu’il commença à sonder sa rose, un souffle audible lorsque ses doigts se glissèrent à l’intérieur, elle mit sa main dans sa bouche et mordit, étouffant un cri, lorsqu’il trouva ce qu’il cherchait. Quelques minutes plus tard, la terre trembla lorsqu’elle explosa dans sa bouche, l’orgasme dura une éternité et les tremblements qui parcouraient son corps lui coupèrent le souffle.

“Mon Dieu, George, qu’est-ce que tu m’as fait ?”, dit-elle en riant.

“Son sourire lui dit qu’il sait exactement ce qu’il a fait et ce que cela lui a fait.

“Montre-moi comment”, lui dit-elle avec un sourire gourmand en le poussant sur le dos, prenant son impressionnante virilité dans sa main, elle n’avait jamais pensé à toucher un autre homme auparavant, mais avec George, c’était tellement bien. Elle s’est penchée et a embrassé le bout de sa bite, en souriant à Georges.

“Bon début, gloussa-t-il, vas-y doucement et fais ce que je t’ai fait. “

“Il y a une différence”, dit-elle en rougissant et en lui souriant, “une grande différence”, c’est vrai, George n’était pas un petit homme, surtout à cet endroit.

Traçant sa langue autour du gland, elle embrassa le bout de sa bite et glissa la tête dans sa bouche, s’arrêtant pour s’habituer à la sensation et au goût, décidant qu’elle aimait les deux. D’abord timidement, elle l’enfonça plus profondément, la faisant glisser centimètre par centimètre sur sa langue, utilisant une main pour masser la tige et l’autre pour caresser ses couilles chaudes.

George gémit doucement, “c’est ça, juste comme ça”.

Vicki l’a pris plus profondément jusqu’à ce que sa gorge se plaint, elle n’était qu’à mi-chemin.

“C’est bon, c’est beaucoup, continue à faire ce que tu fais”, l’encourage George, et Vicki commence à pomper, le faisant entrer et sortir de sa bouche, utilisant sa langue pour le guider et pour taquiner la tige lisse. Lorsqu’elle allait trop loin ou trop fort, sa gorge se plaignait, mais elle continuait, la défiant encore et encore, tandis que ses mains continuaient à masser et à caresser ce que sa bouche ne pouvait pas supporter.

Les gémissements de George devenaient plus forts, et elle pouvait sentir son corps commencer à se tendre, pouvait-elle le faire, pouvait-elle le laisser jouir dans sa bouche, pouvait-elle l’avaler comme il l’avait fait ? Tout ce qu’elle savait, c’est qu’elle voulait qu’il expérimente un peu de ce qu’il lui avait donné. Vicki avança plus vite, serrant la bite de George plus fort et pressant ses couilles un peu plus fermement, elle devint trop agressive, et elle bâillonna, mais quand elle le fit, sa gorge se contracta et s’ouvrit un peu, elle obtint un autre pouce, elle essaya encore et obtint le même résultat, la troisième fois, elle poussa un peu plus fort et il glissa tout au long de sa gorge.

Haletante, elle l’a dégagé, des lignes de salive et de bave coulant de ses lèvres jusqu’à sa bite, et elle lui a souri tandis que ses yeux la suppliaient de recommencer. Ce fut plus facile la deuxième fois et la troisième, sa main trouva l’arrière de sa tête et il la maintint ainsi tandis que son dos se cambrait, que son corps était secoué de spasmes et que sa bite pulsait, crachant corde après corde du liquide de la pensée dans sa gorge.

Lorsque les spasmes se sont estompés et que sa bite s’est assouplie, George a attiré Vicki à lui, l’embrassant profondément et passant ses mains sur son corps serré tandis qu’elle s’installait sous son bras, souriant et riant de ce qu’elle avait accompli, “Je n’aurais jamais pensé pouvoir faire quelque chose comme ça”, sa main parcourant la bête maintenant flasque, son esprit se demandant ce qu’ils pourraient faire d’autre. Le souvenir de ce que George avait fait avec son doigt fit naître un sourire sur ses lèvres, la vision de la belle fille dans la vidéo du bégonia la fit rougir.

“Alors, toi et Martha”, chuchote Vicki en se blottissant sous le bras de George, passant sa main sur sa poitrine.

“Je l’ai juste vue dans les toilettes un jour et quand je l’ai vue nue, avec ses seins, ses hanches et sa bite, j’ai su que c’était ce que je voulais, mais c’est un marché de niche et les transgenres ne font pas vraiment de publicité, alors…”.

“Alors, pourquoi moi ?”

“Tu plaisantes, n’est-ce pas ? Tu es intelligente, drôle et sûre de toi, tu aimes les voitures et les films de James Bond, tu aimes les chevaux et tu ne te laisses pas faire, en plus, tu es belle et tu as un petit quelque chose en plus que la plupart des filles n’ont pas”.

“Mais dans le futur, ce petit plus pourrait disparaître”, dit Vicki sans terminer sa pensée.

“J’espère que non, mais ce serait ta décision et tu as remarqué que j’ai mis ça en dernier, n’est-ce pas ? Nous changeons tous, je veux dire que je ne serai pas toujours ce beau gosse, un jour, je serai vieux et décrépit comme mon père”, dit George en se redressant sur son coude et en regardant Vicki.

“Je déteste te dire ça junior, mais ton père est sexy”, Vicki l’a attiré sur elle et l’a embrassé fort, “tu as juste de la chance d’avoir un peu de sa beauté”.

“Merde”, George s’est éloigné de Vicki.

“George, qu’est-ce que j’ai dit ?”

“Vicki regarde les deux chevaux, Ranger est sur le pinto et semble s’amuser énormément, Sundance ne se plaint pas non plus.

“Je ne sais pas, ça a l’air d’être amusant,” Vicki a trouvé George avec sa main et l’a serré doucement.

George regarda Vicki et vit la convoitise dans ses yeux, “Tu es sûre ?”.

“George Granger, tu m’as fait ressentir des choses que je n’aurais jamais cru pouvoir ressentir et tu m’as aidé à faire des choses que je n’aurais jamais cru pouvoir faire un jour. Je veux que ma première fois soit la tienne et seulement la tienne. Et je jure que si tu ne me prends pas, j’irai chercher Tommy ou Gene pour le faire”, dit-elle en souriant et en l’embrassant, tirant un peu sur sa queue en même temps.

“J’aime quand tu es comme ça”, sourit-il, “maintenant roule-toi et montre-moi ce que tu as”.

Vicki ne savait pas à quoi s’attendre, mais la langue de George léchant sa rose n’en était pas une, il lécha et embrassa son trou, le suçant doucement, rendant Vicki folle de sensation, quand il commença à pulser, il glissa sa langue dans l’ouverture, Vicki sursauta. La salive de George a coulé le long de ses jambes et a commencé à s’écouler de sa bite durcie alors qu’elle commençait à gémir. Ses doigts étaient les suivants, la sondant et la préparant à ce qui allait suivre, ” mon dieu George, c’est si bon. George, oh George, je vais jouir.”

George retira ses doigts et recommença à utiliser sa langue, prenant la bite de Vicki dans sa main et la caressant, la poussant à l’achèvement, son sperme recouvrant sa main tandis qu’elle frémissait et tremblait.

George utilisa le jus de Vicki pour enduire sa bite, et se retira, “es-tu prête ?”.

“S’il te plaît, George, fais-moi tienne”, supplie-t-elle. Il approcha sa bite de la porte et la pressa. Vicki sursauta et la tête épaisse surgit en elle, “oh merde, ça fait du bien”, gémit-elle, surprise que cela ne lui fasse pas aussi mal qu’elle s’y attendait. C’était un peu inconfortable au début, puis elle a ressenti une sensation croissante de plénitude qui était plutôt agréable, mais maintenant c’était merveilleux, la façon dont son sphincter était étiré, les élancements de la douleur mélangés aux charges du plaisir ; elle en voulait juste plus.

George l’enfonça lentement, faisant couler sa propre salive sur sa bite pour la lubrifier un peu plus, et Vicki continua à gémir.

“Retourne-moi George, je veux voir ton visage, s’il te plaît.

Il se retire et Vicki roule sur le dos, ramenant instinctivement ses genoux sur sa poitrine. George n’a pas perdu de temps et a remis sa bite à l’endroit où elle était et un peu plus profondément. Les yeux de Vicki se révulsèrent et elle se mordit la lèvre tandis qu’il commençait à aller et venir, chaque coup de reins s’enfonçant de plus en plus profondément dans ses entrailles jusqu’à ce que, lors d’une dernière poussée, il soit entièrement en elle.

“Mon Dieu, George, oui, oh, mon Dieu, oui, cria-t-elle, George, oui, oh mon Dieu, oh mon Dieu.

Vicki regarda George dans ses yeux bruns profonds, ses yeux verts étincelaient de désir et son corps avait envie d’encore plus de cette merveilleuse sensation qui l’irradiait, “s’il te plaît George, prends-moi, fais-moi tienne, s’il te plaît fais-moi tienne”, supplia-t-elle, et il commença à pousser, lentement d’abord, puis plus vite et plus fort, plus il était agressif, plus Vicki gémissait fort, quand il poussait à fond en elle, elle laissait échapper de petits cris de plaisir, Sa bite dégoulinait d’un liquide clair sur son estomac et des sentiments étranges commençaient à se développer au plus profond d’elle, ce n’était pas comme tout ce qu’elle avait jamais ressenti, cela touchait chaque partie de son corps, des tremblements de plaisir montaient et descendaient le long de ses jambes et de ses bras, ses seins souffraient, sa bite pulsait et projetait des jets de liquide collant sur son estomac, et son esprit explosait lorsque tout se réunissait en un énorme tsunami d’extase. Alors que des frissons et des spasmes incontrôlables secouaient son âme, George plongea en elle aussi profondément qu’il le pouvait, son corps se serra et il laissa échapper un énorme gémissement. Ils s’effondrèrent ensemble dans un tas de luxure, de sueur et de satisfaction, Vicki riant de façon incontrôlée et George haletant comme s’il venait de courir un marathon.

George roula sur le dos et Vicki se blottit sous son bras, ne voulant ni bouger ni que le moment prenne fin. Ce n’est que lorsque Sundance poussa Vicki par derrière qu’ils décidèrent qu’il était temps de rentrer à la maison.

Ils ont pris leur temps sur le chemin du retour, regarder le coucher de soleil depuis le dos d’un cheval est une chose étonnante. George aida Vicki avec la selle de Sundance et ils se lancèrent des sourires et des regards en brossant les chevaux, Vicki n’oubliant pas de récompenser Sundance avec une des pommes qu’elle avait prises, lançant l’autre à George pour qu’il la donne à Ranger.

Martha était dans la cuisine en train de réchauffer des restes lorsqu’elles arrivèrent à la maison, “alors vous vous êtes arrangées toutes les deux” sourit-elle. Vicki l’a prise dans ses bras et George s’est empressé de la rejoindre.

Ils se sont assis à la table et ont discuté, George racontant à sa tante l’histoire de Sundance et Ranger, “Et tu ne les as pas arrêtés ?” Elle a regardé George puis Vicki, leurs visages rouges lui ont dit tout ce qu’elle avait besoin de savoir.

Se réveiller dans les bras de George était mieux que tout ce qu’elle avait vécu depuis qu’ils s’étaient rencontrés, la façon dont il la ravageait quand il se réveillait était un peu plus proche, remplissant sa gorge et son cul de sa semence chaude, et savourant le goût de la sienne tout comme il l’avait fait sur la vue près du grand chêne et du petit étang. Le petit déjeuner que Martha leur a servi lorsqu’ils sont finalement descendus n’était pas très loin du sommet de la liste. Victor était complètement parti et il n’y avait plus personne pour s’en occuper, le seul regret était que Vicki n’ait pas surgi plus tôt dans sa vie torturée, mais alors, aurait-elle fini ici ? En fin de compte, Vicki décida que les choses s’étaient déroulées exactement comme elles l’auraient dû.

— Épilogue

Au cours des mois qui suivirent, George et Vicki s’entendirent, il loua son petit chalet et emménagea avec Vicki, profitant pleinement du travail que les hormones faisaient avec ses seins et sa libido apparemment inépuisable.

Au fur et à mesure que Sundance progressait, Vicki a dû trouver d’autres chevaux à monter, mais ses compétences se sont rapidement développées, au point que George l’a laissée monter Ranger, une fois. Les week-ends se passaient toujours au ranch, Vicki apprenait à nourrir et à soigner les chevaux et, à son grand dédain, à nettoyer les stalles, mais elle adorait chaque minute de ce travail, sans jamais se plaindre une seule fois.

Bill confia à Hank le contrat pour tous ses bâtiments et Vicki s’installa au bureau, coordonnant les efforts de toute la division d’aménagement paysager.

Le chirurgien que Martha avait recommandé donna un petit coup de pouce aux hormones et ses bonnets B en pleine croissance devinrent des bonnets C. George était heureux.

George offrit à Vicki une nouvelle selle et une paire de bottes fabriquées à la main par une entreprise texane appelée Lucchese, en autruche et qui lui allaient comme un gant.

Pour le réveillon du Nouvel An, Bill et Erica ont invité Vicki et ses parents à leur club pour un dîner spécial, les hommes en costume et les femmes en robe de cocktail, c’était une soirée spéciale. Alors que le maître d’hôtel pousse le chariot de desserts jusqu’à la table, George regarde Hank, Hank acquiesce, George se lève et s’agenouille devant Vicki, il n’a pas besoin de demander, elle lui saute dans les bras et le couvre de baisers, la bague est magnifique.

Un an jour pour jour après que George et Vicki aient tout compris sur le plateau, Sundance a mis bas le plus beau poulain, Vicki était là pour regarder et s’est mise à pleurer de façon incontrôlable, George l’a enveloppée dans ses bras et lui a chuchoté à l’oreille, “nous pouvons adopter, tu sais ?”.

Elle s’est retournée dans ses bras et l’a embrassé fort, “je t’aime tellement”.

“Il la souleva et la porta dans la maison jusqu’à leur chambre, où il commença à lui montrer à quel point il l’aimait.

George s’est levé d’un bond pour s’assurer qu’elle allait bien et l’a trouvée assise au milieu du sol, riant de façon incontrôlée, tenant l’une des chaussures qu’elle avait portées plus tôt lorsqu’ils étaient allés dîner avec ses parents, une chaussure noire simple avec un talon large et une petite lanière sur le devant, avec un accent brogue sur le bout, il pensait que Vicki l’appelait ses Mary Janes.

Comment avez-vous trouvé cet article?

Cliquez pour voter !

Appréciation Moyenne / 5. Total des votes :

Pas encore de vote. Soyez le premier à voter !

post

Ajouter un commentaire

Cliquez ici pour poster un commentaire

Liste des histoires taboues

Voir la liste des histoires taboues par ordre alphabétique

Naviguer par catégories

Marie Lou téléphone rose

Marie Lou téléphone rose

Tel rose de Marie Lou

tel rose de marie lou